?>

À l’heure où les super-héros américains prennent le gros coup, les z’héros de Justices prennent le gros nez dans un esprit bon enfant, pas à l’abri des tempêtes de… neige en plein été
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

À l’heure où les super-héros américains prennent le gros coup, les z’héros de Justices prennent le gros nez dans un esprit bon enfant, pas à l’abri des tempêtes de… neige en plein été

Les super-héros américains tentent d’envahir nos vies et nos écrans. Plus raisonnables, les super-héros franco-belges ont pourtant du vent dans les plumes et un beau coup à jouer. Et s’il y en a eu de tout temps, plus ou moins bien mis en valeur, ces dernières années ont vu une jolie galerie se créer loin des modèles des Marvel et DC Comics, et c’est ce qui les rend intéressants. Comme le grand Fox-Boy, C.R.A.S.H. mais aussi Justices qui, au roman comme à l’image, développe un bel univers. Sous les tropiques mais aussi dans un froid polaire qui ne peut être que suspect.

 

 

 

 

 

 

 

© De Vriendt/Gihef/Daviet chez Kennes

 

Résumé de l’éditeur : Pour d’obscures raisons, les deux ligues de justiciers sont accusées et mises en prison sans le moindre procès. Comment prouver son innocence alors qu’on est enfermé dans le plus horrible pénitencier de tous les temps ? Heureusement, Camille ne perd pas espoir. Bravant le froid et les forces de l’ordre, il tente de libérer ses amis et de déjouer le terrible complot dont ils sont victimes. Accompagné de l’ourson P-L, son éternel compagnon, Camille affronte tous les dangers. Mais les deux amis ne sont pas au bout de leurs peines : à Nova City, on ne sait jamais à qui on peut faire confiance…

 

 

 

 

© De Vriendt/Gihef

 

À Nova City comme dans nos contrées, le temps se refroidit. Étrange, il y a quelques heures il faisait pourtant si chaud, sans un nuage à l’horizon. L’hiver en plein été. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Pas faux, il y a quelque chose qui cloche et Justice pour tous comme Justice d’élite semblent bien ne pas être étrangers à cette affaire météorologique, envers et contre les apparences. Car un super-vilain excentrique en veut à tous les super-héros de Nova City, les attaquant de manière détournée. En insinuant l’idée que les justiciers créent les situations délicates et nécessitant leur intervention pour en faire un business juteux. Nous aurait-on donc menti ? Le doute  fait son chemin et dans ce deuxième tome de la série adaptée des romans de Renaud De Vriendt, c’est un peu Civil War, toutes proportions gardées et nos super-héros sont traqués pour être emprisonnés.

 

 

 

 

© De Vriendt/Gihef/Daviet chez Kennes

 

Rien de neuf sous le soleil si ce n’est cette insouciance et cette non-prétention qui réussissent bien à cette série avant tout pour les enfants et les ados. Pas si loin de Cosmic Patrouille de Mauricet et avec un côté Bob et Bobette qui lui va bien, Justices tient la route avec ses personnages adorables et son sens de l’aventure et du divertissement. Gihef est comme un poisson dans l’eau pour animer ces super-héros un brin médiocres et d’autant plus sympathiques. Sans melon ni grosse tête mais avec de gros nez et des références (un super-méchant entre Sean Connery et le Jordan Collier des 4400, un autre qui ressemble à Gru), ces super-héros-là et leurs super-pouvoirs pas forcément enviables sont bien dans leurs pompes, s’assument et ça fait plaisir à voir.

 

 

Série : Justices

Tome : 2 – Zéro absolu

D’après la série de romans de Renaud De Vriendt

Scénario et dessin : Gihef

Couleurs : Véra Daviet

Genre : Fantastique, Super-héros, Humour

Éditeur : Kennes

Nbre de pages : 48

Prix : 10,95€



Publié le 15/11/2017.


Source : Alexis Seny

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017