v2.5  


Error executing query!

Table 'graffivore.Puuube' doesn't exist
 

 
 
 
 
 
 
 

 
    avec BOB DE GROOT
 








Interview réalisée par Bégé à l'occasion de la sortie de l'album "C'est parti, mon génie !", le 37ème album de la série Léonard (à paraitre aux éditions du Lombard le 16 mars 2007).



Dédicace Bob De Groot
 


Remontons l'arbre génie à logique, c'est en 1975 que vous créez Léonard. Comment vous est venue l'idée de mettre en BD les aventures du célébrissime savant de la renaissance et de son souffre douleur de disciple ?

Bob de Groot : A l'époque, je présentais à Greg, alors Rédacteur en chef du Journal Tintin, mes scénarios dessinés de « Robin Dubois », par cinq ou six, pour avoir son aval avant de les transmettre à Turk. J'avais esquissé un vieux barbu qui a plu immédiatement à Greg qui voulait un personnage pour « Achille Talon Magazine ». « Il faut le sortir de la série « Robin Dubois » et lui faire vivre ses propres aventures » me dit Greg avec enthousiasme. Ce personnage inventeur s'appelait « Léonard » et il a fait son chemin depuis lors.



*

*        *



C'est parti mon génie est le 37ième album de la série (à paraitre le 16 mars 2007). Comment faites vous pour avoir toujours autant d'inspiration ?


Bob de Groot : Ça je l'explique dans « 20 ans de Génie » où j'ai un peu réglé mes comptes avec les gens qui en dédicace posent des questions que je ne qualifierais pas de stupides mais plutôt d'inattendues. Je leur réponds systématiquement « je vais au magasin « la boîte à idées », rue de l'imagination numéro septante six…soixante seize pour nos amis français, fermée le lundi etc.… » (rires)…

Sérieusement, je ne sais pas. J'ai toujours été un lecteur fervent et j'en ai fait mon métier qui est aussi un hobby ! Figurez-vous que, parfois, je me réveille à 4h du matin en me disant qu'il est encore trop tôt pour se lever et aller m'amuser.



*

*        *



Comment créez-vous les personnages ? Avez-vous une idée précise ou vous en discutez âprement avec le dessinateur ?

Bob de Groot : J'ai une idée très précise de son caractère, c'est le dessinateur qui en fait ensuite la création graphique.



*

*        *



Quelle est la méthode de travail de Bob de Groot ?

Bob de Groot : La méthode de travail ? Être passionné !



*

*        *



Le personnage de Léonard a déjà connu de nombreuses aventures et pourtant il n'a pas pris une ride. Comment expliquez-vous cela ?

Bob de Groot : Parce que, moi-même, je suis resté très jeune dans ma tête ! Il n'y a pas longtemps, un journaliste m'a dit : « Vous ne faites pas votre âge monsieur de Groot », je lui ai répondu : « Je vais vous faire un aveu, je suis tellement paresseux que je ne fais rien … même pas mon âge ».



*

*        *



On peut dire que pour le disciple, Léonard est un génie rateur de secours. N'avez-vous point de scrupules à toujours faire souffrir le martyr à ce pauvre Basile ?

Bob de Groot : Je me suis rendu compte qu'il s'était développé un rapport sado-maso entre ces deux là, ce qui est un peu le fonctionnement normal des personnages de BD. Léonard est un dictateur à l'échelle de son deux pièces : il gère son petit empire et le disciple n'a strictement rien à dire. Ce dernier est d'ailleurs tellement gentil qu'il laisse parfois un peu trop faire. Léonard, lui, ne se rend même pas compte de son propre caractère. Il se dit « Tout ce qui compte, c'est moi et la science. Vous ne voudriez pas qu'un génie de mon calibre se blesse ! »



*

*        *



Il y a plus d'une centaine de façons de réveiller le disciple dans les 37 tomes de Leonard. Songez-vous à en réaliser une sorte de best of du genre « Debout disciple ! L'album » ?

Bob de Groot : C'est une bonne idée ! A ce propos je vais vous dire une vérité : Le disciple est tellement paresseux qu'il essaye de faire coïncider ses levers tardifs avec ses couchers prématurés par le biais de ses siestes prolongées. C'est difficile à suivre mais j'étais content de l'avoir trouvée celle là. Mais c'est un peu long pour un titre d'album. (rires)



*

*        *



Dans le dernier volume, Léonard se préoccupe de l'environnement. Pourriez-vous nous en dire un peu plus ?

Bob de Groot : C'est la conséquence d'un concours qui avait été lancé sur le thème de la sauvegarde de l'environnement. Le gagnant avait la possibilité de faire mettre en scène son idée dans un album de Léonard. En l'occurrence, cette dernière consistait à mettre des ordures dans une machine qui les transformait ensuite en pots de fleurs … cette idée avait été retenue car elle était pleine de poésie et de charme.

Mais Léonard se pose la question: « que va-t-on faire avec tous ces pots de fleurs ? On ne peut pas tous les vendre !». Alors, le disciple a trouvé l'idée, il a repassé tous les pots de fleurs dans la machine qui a redonné… le tas d'ordures initial.



*

*        *



Y aura-t-il d'autre génie-ration de Léonard ?

Bob de Groot : Hou jolie celle là… Et comment !



*

*        *



A ce jour, quel est l'album de Léonard que vous préférez ?

Bob de Groot : Comme d'habitude, le prochain ! (rires)



*

*        *



Vous n'avez pas peur que le chat et la souris prennent le pas sur Léonard ?

Bob de Groot : Non… ils sont trop petits !!! (rires)



*

*        *



En dehors du travail, quelles sont vos passions ?

Bob de Groot : J'aimerais avoir plusieurs vies, comme le chat … J'aimerais bien avoir le temps de m'organiser mais, en dehors du travail je suis un procrastinateur ce qui fait que finalement rien n'avance. Comme je devine certains yeux écarquillés devant ce mot, j'explique : il s'agit du terme technique pour exprimer qu'on remet au lendemain ce qu'on pourrait faire le jour-même.

Avec mon boulot, je n'ai jamais le temps pour d'autres passions que la BD. J'ai créé un nouveau personnage avec Bercovici. Il s'agit de « Pere Noël et fils ». Bercovici travaille tellement vite qu'un jour je lui ai dit « commence à dessiner, je mettrai le texte ensuite ». Mais chuut, je commence à écrire le deuxième tome! (rires)



*

*        *



Quels sont vos prochains projets ?

Bob de Groot : Des projets, j'en ai plein la tête !

J'aimerais faire de la peinture, jouer dans une pièce de théâtre amateur. J'ai également promis d'écrire un vaudeville mais fort heureusement les personnes à qui j'ai fait la proposition n'ont elles-même pas le temps pour le moment.

Professionnellement, je suis en train de me remettre aussi dans le bain d'histoires réalistes. Je me penche d'autre part sur une histoire qui se déroulerait pendant la guerre de 14-18, ce qui demandera beaucoup de documentation…



*

*        *



Le plus difficile pour vous ? Faire rire ou écrire des histoires sérieuses, d'aventures… ?

Bob de Groot : Ayant des doutes sur mon travail comme scénariste réaliste, j'ai posé cette question à Van Hamme à une époque. Il m'a répondu ceci : « Bob, tu ne te rends pas compte ! A te voir ainsi démonter le mécanisme du rire, et bien, franchement, tu pourrais faire du réalisme les doigts dans le nez ».



*

*        *



Quels conseils donneriez-vous à un jeune dessinateur ?

Bob de Groot : Mets les pages que tu as réalisées jusqu'à ce jour, dans un tiroir et oublie les !

Ensuite, recopie 10 pages des auteurs que tu aimes et qui t'ont donné envie de faire de la BD. Mais attention, recopier, pas décalquer ! Et à l'issue de ce nouveau travail, ressors tes anciennes planches du tiroir et observe les. Quand tu verras le progrès que tu as fait entre les anciennes et les nouvelles pages, tu seras plutôt étonné.

Une image pour illustrer ce que je viens de raconter : pour faire un building, ce qui est le plus important et qui prend donc le plus de temps, ce sont les fondations. Il y aura beaucoup de travail pour acquérir cet abc. Mais quand les fondations seront solides, à ce moment-là tu pourras enfin monter les murs avec une aisance dont tu ne te serais même pas cru capable.



*

*        *



Pour terminer, notre question traditionnelle : Si vous aviez la possibilité d'être un personnage de BD, lequel serait-il ?

Bob de Groot : Et bien… Corto Maltese ! Pas au point de vue physique parce que j'ai quelques (hum) kilos en plus que lui, mais je trouve qu'il a le charisme d'un vrai héros de BD.

Prenons, par exemple, le personnage de Tintin et comparons-le aux autres personnages de la série. C'est lui qui a la moins forte personnalité parmi les Dupont, Haddock, Tournesol et autres. Tintin, lui, est un peu boy-scout, il défend la veuve et l'orphelin, mais il fallait un personnage comme lui pour faire le lien avec tous les autres. Ca, Hergé l'avait bien compris et moi aussi j'essaie de l'appliquer. Dans une série réaliste que je prévois, j'étudierai le caractère des personnages, d'une façon pointue, même s'ils n'apparaissent qu'une fois. Parce que si l'on sent qu'ils ont un vécu en dehors de ce que l'on peut lire dans l'album, ça les rendra plus crédibles.







 
Yann Lindingre