?>

Ça sent le roussi pour Mélusine, la sorcière rousse pourtant incendiaire
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Ça sent le roussi pour Mélusine, la sorcière rousse pourtant incendiaire

Résumé de l’éditeur : Catastrophe ! Tous les dragons de l’école ont disparu ! Le mage Epispontex tente de calmer le directeur affolé : ils reviendront ! En effet, comme tous les 300 ans, c’est l’année du dragon. Tous les dragons s’envolent vers un endroit secret pour donner naissance à une nouvelle génération de l’espèce. Plus grave pour l’école, Song Hui, le fournisseur officiel de l’école de magie de Mélusine, a cessé toutes ses livraisons. Les potions doivent être chauffées au feu de dragon pour avoir des propriétés magiques, et Song Hui préfère attendre le retour de la nouvelle génération de dragons avant de reprendre ses livraisons. Alors que l’école de magie tourne au ralenti, le vol d’un philtre d’illusion chez Song Hui va propulser Mélusine dans une nouvelle mission sur la trace des dragons en phase de reproduction.

 

 

 

 

© Clarke/Cerise chez Dupuis

 

Vingt-cinq tomes au compteur et pas une ride ! Sans doute la jolie rousse a-t-elle trouvé le philtre de jouvence pour ne pas prendre un seul cheveu blanc (pourtant au vu des aventures stressantes et abracadabrantesques, elle aurait pu). Pourtant, depuis cinq albums aux commandes de la série, Clarke lui a donné un tour inattendu, se lassant de l’immuabilité des choses pour les faire avancer, évoluer et maturer. Quitte même à commettre l’irrémédiable, à faire un pas en arrière pour faire un grand bond en avant et faire entrer la série dans une nouvelle ère, sans la dénaturer.

 

 

 

 

© Clarke

 

Ainsi, dans une grande interview, Clarke nous confiait que jamais plus Mélusine ne serait une série d’albums à gags. La tendance se confirme avec une grande aventure, une nouvelle fois, avant un diptyque (après un récit complet d’une centaine de pages et intitulé Les Danois). Mais revenons à nos moutons, ou plutôt nos dragons. Car comme le titre, L’année du dragon, l’indique, ce 25ème tome prend la tradition chinoise au mot et ce n’est pas de la rigolade ! Imaginez un peu que ces dragons, qui fonctionnent finalement comme certains animaux et élisent comme maître le premier être dans leur champ de vision, deviennent les fidèles serviteurs d’un être malintentionné. Une puissance de feu qui pourrait bien asservir le monde des sorciers. Aïe, aïe, aïe…

 

 

 

 

© Clarke

 

Heureusement que Mélusine et… Mélisande ont des ressources ignifuges pour sauver une nouvelle fois le monde magique et pallier au manque de collaboration des Chinois. S’épanouissant dans de nouveaux décors, Clarke fait intervenir une série de personnages triée sur le volet (quitte à laisser au repos certains classiques de la série) pour remuer ciel et terre avec, comme dans toute quête contée, des adjuvants et des opposants dans lesquels l’auteur met toute son originalité (à partir de ce jour, vous apprendrez à vous méfier des origamis). Avec un bémol, en dépit des qualités graphiques redoutables (et les couleurs de la fidèle Cerise sont au diapason) et d’une fin on ne peut plus « what the fuck », ça se lit beaucoup trop vite et on reste un rien sur notre faim, arrêtés net dans la vivacité de cette histoire. Une raison de plus pour attendre de pied forme le diptyque annoncé.

 

Alexis Seny

 

Série : Mélusine

Tome : 25 – L’année du dragon

Scénario et dessin : Clarke

Couleurs : Cerise

Genre : Fantastique, Aventure, Humour

Éditeur : Dupuis

Nbre de pages : 48

Prix : 10,95€



Publié le 13/06/2017.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017