?>

Entre sang neuf et héritage, les monstres d’aujourd’hui n’ont rien à envier à ceux d’hier #5 : l’homme (invisible) est un loup pour l’homme
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Entre sang neuf et héritage, les monstres d’aujourd’hui n’ont rien à envier à ceux d’hier #5 : l’homme (invisible) est un loup pour l’homme

Plus d’un mois avant la date fatidique et mortelle, les magasins s’habillent déjà de leurs plus frissonnants atours et mettent en vitrine des costumes plus halloweenesque les uns que les autres. Les monstres sont de retour. Et même si leur âge d’or est passé depuis longtemps, ces créatures, nouvelles ou archaïques, n’ont pas dit leur dernier mot. Alors que Universal se prépare à réveiller un peu plus les monstres les plus incontournables du cinéma avec son Dark Universe, la bande dessinée n’est pas en reste. Petit tour d’horizon des parutions récentes, histoire que vous soyez fin prêts pour le 31 octobre. Épisode 5 dans les traces (puisqu’il n’y a que ça pour nous guider) de l’homme invisible.

 

 

 

 

 

 

 

© Dobbs/Regnault/Meloni/Arancia Studio chez Glénat



Résumé de l’éditeur : Alors que le paisible village d’Ipen imagine qu’il est hanté par un fantôme, Griffin, l’Homme invisible, est violemment chassé. Trouvant refuge chez le docteur Kemp, il décide de lui confier son histoire. Mais ce dernier, prenant peur, décide de dénoncer son ancien condisciple aux autorités locales. À la fois profondément trahi et subjugué par sa propre puissance, Griffin se laisse envahir par la mégalomanie. Kemp et son maudit village seront les premières victimes de sa folie. Le reste du monde suivra…

 

 

 

 

© Dobbs/Regnault/Meloni/Arancia Studio chez Glénat

 

En attendant son incarnation prochaine sous les traits (c’est un euphémisme) de Johnny Depp, l’Homme invisible livre sa fin tragique dans ce deuxième tome du récit concocté par Dobbs et Chris Regnault. Et s’il est toujours aussi nu comme un ver pour passer le plus inaperçu possible (c’est peine perdue), celui qui était jusqu’ici un inconnu décide de se dévoiler à l’homme chez qui il a trouvé refuge : le docteur Kemp.

 

 

 

 

© Dobbs/Regnault/Meloni/Arancia Studio chez Glénat

 

Commence alors et à rebours l’histoire d’un albinos têtu et obstiné par la volonté d’être un fantôme plus vrai que nature dans « le vide ordinaire de la vie » et hors de… vue. Celui qui s’apprêtait à devenir un monstre dont le coeur serait un peu plus dissimulé s’appelle (s’appelait ?) en réalité Griffin.

 

 

 

 

© Dobbs/Regnault

 

Trouvant une entrée suffisamment forte pour cultiver l’énigmatisme, se distancier du roman de Wells et mener joliment le premier tome; le duo d’auteurs revient de plein fouet à ce qui faisait le sel du cultissime ouvrage de Wells : l’identité et la personnalité de cet homme qui voulait à tout prix devenir invisible et les raisons de sa colère qui, bientôt, explosera et sèmera la fièvre, le sang et le feu. Des brouillards de la ville à la nuit irréparable et qui changera tout de la quiétude de ce qui était jusqu’ici un havre de paix, Chris Regnault confirme tout son talent à réussir l’incroyable et en parvenant à mettre en dessin l’invisible.

 

 

 

 

© Dobbs/Regnault/Meloni/Arancia Studio chez Glénat

 

Non content de berner la police lancée aux trousses de cet agresseur insaisissable (qui se révèle être un véritable terroriste), le dessinateur réussit aussi à faire perdre de vue son personnage aux lecteurs. Le tout dans une mise en scène ultra-dynamique et dans une ambiance digne de Sleepy Hollow à laquelle les couleurs de Regnault et du Studio Arancia ne sont pas étrangères. Ça tabasse !

 

Alexis Seny

 

Titre : L’homme invisible

Tome : 2/2

D’après le roman de HG Wells

Scénario : Dobbs

Dessin : Chris Regnault

Couleurs : Chris Regnault, Andrea Meloni et Arancia Studio

Genre : Fantastique

Éditeur : Glénat

Collection : HG Wells

Nbre de pages : 56

Prix : 14,5€



Publié le 06/10/2017.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017