?>

Finie l’école buissonnière, Titeuf, le P’tit Spirou, Ducobu et Léonie sont bien rentrés dans leurs c(l)as(s)es Part 1
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Finie l’école buissonnière, Titeuf, le P’tit Spirou, Ducobu et Léonie sont bien rentrés dans leurs c(l)as(s)es Part 1

Le petit Spirou monte à la toile

Rentrée des classes et rentrée des cases font cause commune. Chaque année, c’est pareil. Et si les mômes reprennent peu à peu leurs marques; pour le monde éditorial, c’est le sprint jusqu’à Noël avec dégoupillage en règle d’idoles pour moins jeunes et jeunes. Car les bambins ne sont jamais oubliés.

Le cinéma, Titeuf connaît ! Alors, sans doute, dans le petit monde de la BD et dans la proximité des rayons jeunesse, pourra-t-il expliquer au Petit Spirou (30 ans, cette année!) l’effet que ça fait. En effet, le grand écran s’empare de plus en plus de succès de la BD et le tour est venu pour Spirou de faire « action ». En attendant le grand, le petit débarque fin du mois dans les salles obscures (on entend déjà les « Mais qu’est-ce que tu fabriques » et les « T’as qu’à te retenir » dans le noir). Pourtant il n’était pas question d’éteindre les lumières du Neuvième Art. Pour fêter ce passage au live, pas de nouvel album à l’horizon mais une BD du film qui fait best-of et marie planches de bande dessinée bien connues et véritable making-of du film à venir.

 

 

 

 

 

 

 

© Dupuis

 

Et dans cet envers des décors au pays des cases, c’est le petit Martin qui est appelé à la caisse. Non parce que ses parents l’ont perdu mais parce qu’ils l’ont laissé gaiment se balader sur le plateau de tournage à la recherche du Petit Spirou et de ses proches. Ça, c’est pour le pitch. En vrai, c’est Damien Perez qui se sert de toute l’expérience glanée avec Groom pour livrer un travail de reporter (forcément promotionnel mais pas que, et ça c’est chouette) qui parle autant aux enfants qu’à leurs parents pour les entraîner dans les rouages d’un cinéma qui s’efforce de ne pas piétiner la BD (on n’a pas vu le film mais jusqu’ici on a eu de très bons échos et quelques autres très mauvais).

 

 

 

 

© Dupuis

 

Ainsi, si on relit avec plaisir les 3-4 planches de gag triés sur le volet pour présenter les personnages que les acteurs vont avoir la lourde tâche d’incarner, le dossier est bien fait.

 

 

 

 

© Tome/Janry/Stuf chez Dupuis

 

Et du réalisateur Nicolas Bary (dont on apprend qu’il voulait initialement adapter Soda, autre série phare de Tome, au cinéma) à la costumière Agnès Béziers en passant par Tome et Janry, François Damiens, Pierre Richard ou encore Philippe Katerine, sans oublier Sacha Pinault (qui, teint en roux, incarne le Petit Spirou); on se prend au jeu du feu des questions qui ne nous prennent pas pour des cons.

Sans lever le voile sur l’intrigue du film, sans en montrer de trop mais en approchant la sincérité qu’ont eu les intervenants à faire ce film, les petits trucs de Natacha Régnier, les croquis du story-boarder Éric Gandois, un L’Embrouille dans la peau d’un Mégot « à son idée ». Dans ses pages, on sent qu’il y a de l’envie et qu’elles ne forment pas un énième album du film sans saveur ni valeur ajoutée. Reste à voir le film !

Alexis Seny

 

Série : Le petit Spirou

Hors-série

Tome : La BD du film

Scénario : Tome

Dessin : Janry

Couleurs : Stuf et Stéphane de Becker

Contenu rédactionnel : Damien Pérez

Genre : Humour, Reportage, Making-of

Éditeur : Dupuis

Nbre de pages : 64



Publié le 21/09/2017.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017