?>

Kid Toussaint : du tonnerre de dieu et de feu, de Nola à Londres en passant par le monde des Magic 7 #1
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Kid Toussaint : du tonnerre de dieu et de feu, de Nola à Londres en passant par le monde des Magic 7  #1

Parmi les auteurs BD qui « marchent » du tonnerre, Kid Toussaint a une place de choix. La preuve, depuis le début de la rentrée littéraire, celui qui est entré et s’est encré dans le monde des bulles par la voie de la traduction a publié trois albums très différents. Deux ambiances déjà connues, entre la splendeur et la décadence de la Nouvelle-Orléans et le décor pop et frénétique d’une ville où les choses sont décidément bizarres depuis que sept mages se sont révélés, et une nouvelle qui plonge dans le Londres des femmes sans peur et sans reproche mais avec le magot. Dans tous les cas, ça pète des flammes.

 

 

 

 

 

 

 

© Toussaint/Servain chez Casterman
 

 

Résumé de l’éditeur : Rien ne va plus entre les sept enfants : Léo, le Spirite, file le parfait amour avec Ophélie et semble éviter ses anciens amis. Il faut dire que suite aux révélations de la bibliothèque de son père, Léo est persuadé que l’alliance des sept mages ne peut qu’être une menace pour le monde. Milo, quant à lui, a carrément disparu, enfermé dans un silo à grains par ses propres parents qui veulent l’empêcher ainsi de les manipuler par ses dons de télépathe. Quant à Farah, elle a été emmenée par ses parents chez un exorciste qui doit extraire le démon qui l’habite. Mais l’enlèvement d’Alice par des mafieux va forcer Léo à renouer avec Fabrice, l’Enchanteur, capable de donner vie à ses monstres dessinés qui vont être bien utiles pour libérer la benjamine du groupe…


 

 

 

© Toussaint/Ruiz/Noiry chez Dupuis

 

Après s’être acquis les services de quelques pointures du Neuvième Art, Magic 7 profite de cet élan pour installer confortablement son nouveau dessinateur Kenny Ruiz et établir toute sa puissance. Dès la couverture, le ton est donné et les 48 planches de ce cinquième épisode ne la trahissent pas : la qualité graphique est revenue et bien revenue, loin des flottements de plus en plus présents au fil des trois premiers épisodes fagotés par Giuseppe Quattrocchi et Rosa La Barbera. La mise en scène y gagne en amplitude et la furie speedée et frénétique domine quasi l’intégralité de ce tome haut en couleurs pop et chaudes.

 

 

 

 

© Toussaint/Ruiz/Noiry chez Dupuis

 

Et si Kid Toussaint et son équipe se font plaisir en agrémentant cette histoire (qui fouine et s’insère dans un club mafieux que ne renierait pas Al Pacino) de véritable Kaïjus impressionnants, l’histoire continue de se tenir et d’avancer au pas de charge dans un bon compromis entre humour (une planche avec Buster Keaton irrésistible) et action. On continue d’adorer.

 

Série : Magic 7

Tome : 5 – La séparation

Scénario : Kid Toussaint

Dessin : Kenny Ruiz 

Couleurs : Noiry

Genre : Fantastique, Aventure

Éditeur : Dupuis

Nbre de pages : 48

Prix : 9,90€



Publié le 06/12/2017.


Source : Alexis Seny

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017