?>

L’homme parfait est un connard et même qu’il est blond et qu’il arrive en BD
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

L’homme parfait est un connard et même qu’il est blond et qu’il arrive en BD

Si la femme parfaite est une connasse, les hommes aussi ont leur modèle tant aimé, ou tant haï plutôt. Inventé par Gad Elmaleh, il y a déjà une bonne dizaine d’années, Le Blond a pris le temps, il n’est pas pressé puisqu’il fait tout mieux que tout le monde et sans perdre une minute, pour débarquer en grande pompe et avec un brushing impeccable sur les planches de BD. Qu’il chausse d’ailleurs aussi bien que ces skis alors que vous vous êtes déjà planté quatre fois en une demi-seconde. Bref, vous l’aurez compris, il est toujours aussi agaçant. Une adaptation facile, qui n’apporte pas grand-chose au mythe du Blond mais pas mal goupillée, pour autant.

Résumé de l’éditeur : On a tous un pote qui sait tout sur tout, un pote super sportif, un pote super sociable… Eh bien, le Blond, c’est un peu tous ces mecs à la fois et bien plus encore. Le Blond, il a son propre langage : il commence toutes ses phrases par  » Dis donc ! « , ponctue chaque moment-clé par  » Pim, pam, poum  » et les termine par  » C’est pourtant simple ! « . Vous savez ?Le Blond, celui qui fait un  » clac clac  » parfait en enfilant ses chaussures de ski, un  » schpluf  » qui n’asperge pas quand il plonge, qui ne transpire pas quand il danse all night long en boîte de nuit, qui a fait  » option Ikea 3e langue  » et donc pour qui monter un meuble Flürgoeburg est un jeu d’enfant… Voilà, LUI !
© Elmaleh/Pasquier/Spoon/Domon chez Michel Lafon

Il y a douze ans de cela, Gad Elmaleh (qui ne faisait pas encore des pubs pour LCL) révélait à la face du monde et du commun des mortels (masculins, surtout), son ennemi juré. Il est beau, il fait gendre idéal, il est bâti comme un dieu grec; bref il est blond. Pas blond vénitien, hein. Blond, rayonnant comme un soleil en toutes circonstances, avec tous les avantages et les faveurs de la nature de son côté. Sans oublier une chance insolente que ni vous ni moi n’oserions espérer.

 

 

 

 

 

© Elmaleh/Pasquier/Spoon/Domon chez Michel Lafon

 

Le Blond, c’est un phénomène, sexy au possible et souriant en toutes circonstances. Pendant que les autres, vous, moi, eux, nous nous traînons dans un quotidien qui ne nous épargne jamais. C’est dur de surnager parmi les loosers alors que Le Blond promène son aura et son charisme, promettant d’être l’idéal de ces dames. En un mot comme en cent, c’est frustrant !

 

 

 

 

© Elmaleh/Pasquier/Spoon/Domon chez Michel Lafon

 

Une frustration qui ne date pas d’hier, comme le rappelle (non sans humour) en préface celui qui est un peu le papa (je sais, on dirait pas) du Blond, Gad Elmaleh, et qui nous remet sur les bancs de l’école aux côtés de ce camarade à qui, déjà, tout réussissait. Un insolent bambin devenu grand, ce qui a exacerbé sa capacité à nous énerver encore plus et à pousser le bouchon trop loin. Un blond, c’est comme un con, « On a tous un Blond autour de nous… pas forcément blond d’ailleurs. » Après être devenu un personnage mémorable sur scène, voilà que Le Blond s’offre une BD largement inspirée des sketchs de Gad Elmaleh accommodés en dessin par Bastien Pasquier est Spoon.

 

 

 

 

© Elmaleh/Pasquier/Spoon/Domon chez Michel Lafon

 

Bon, ce n’est pas le premier, on se souviendra, en d’autres temps des adaptations BD bien belges de la Gertrude de Stéphane Steeman ou de Tatayet. Mais c’est vrai que, d’habitude, ce sont plus les humoristes que leurs créations qui se prêtent au Neuvième Art comme Bérengère Krief, Jean-Marie Bigard ou encore Renaud Rutten et Michel Cymes (docteur comique sur les bords).

 

 

 

 

© Elmaleh/Pasquier/Spoon/Domon chez Michel Lafon

 

Reprenant le principe des sketchs d’Elmaleh, Pasquier et Spoon basent l’essentiel de leurs gags sur l’opposition et la comparaison entre « toi », un peu bedonnant, un peu dégarni, assez passe-partout, et le « Blond » rutilant et en tout point parfait. Y’a pas photo que ce soit à la piscine, à la vie, au lèche-vitrine ou encore à la neige, le Blond sort toujours gagnant du duel. Tout comme les auteurs qui réussissent, et font mentir les critiques toujours virulentes face à ce genre d’oeuvre surfant la vague du succès d’une star, à incarner l’imaginaire de Gad Elmaleh en planche tout en retrouvant la rage et la détresse de notre pauvre Monsieur tout le monde. On rit et, surtout, on se reconnaît dans ces gags où chacun des deux héros n’est jamais logé à la même enseigne. Et ce, même si les éclats d’originalité laissent cruellement à désirer et que les deux auteurs restent un peu trop vissés au canevas balisé par le maître et comique parmi les plus populaires de France. Ce n’est pas une suite mais une adaptation plan-plan, prêtée au pouvoir du Neuvième Art.

 

 

 

 

© Elmaleh/Pasquier/Spoon/Domon chez Michel Lafon

 

On reste donc un peu sur notre faim, un morceau de salade entre les dents alors que le Blond sourit de toutes ses dents éclatantes. Rah qu’il est énervant ! Énervant aussi car ses aventures, telles que ressassées ici, ne justifiaient sans doute pas une BD. Comme bien d’autres albums, remarquez, à l’heure où le marché surproduit. Mais, cela dit, le plaisir est coupable et loin d’être désagréable (loin de la catastrophe mercantile annoncée par certains) et voilà un album qui risque de passer de main en main chez vous et parmi vos amis. Surtout s’ils sont des inconditionnels du gars Gad ou que, justement, ils n’y connaissent rien.

 

Alexis Seny

 

Titre : Le Blond

D’après le personnage créé par Gad Elmaleh

Scénario : Bastien Pasquier et Spoon

Dessin : Spoon

Couleurs : Jack Domon et Spoon

Genre : Humour, Gag

Éditeur : Michel Lafon

Nbre de pages : 48

Prix : 10,95€



Publié le 08/06/2017.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017