?>

L’ombre de l’aigle, le combat napoléonien-hispanique de la dernière chance est devenu voltige dans les mains de Rubén
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

L’ombre de l’aigle, le combat napoléonien-hispanique de la dernière chance est devenu voltige dans les mains de Rubén

Quand ça ne rentre pas par la porte, ça passe par la fenêtre et quand ça ne passe pas par l’écrit, ça passe par l’image ! Les bonnes histoires trouvent toujours leur chemin. C’est ainsi que Rubén (Del Rincon), après le tournoyant Insoumises, récidive aux Éditions du Long Bec à mettre en valeur le patrimoine espagnol et… napoléonien. Car si tout a été dit en français dans le texte il reste des cocasseries à raconter, avec la folie hispanique en intraveineuse.

Résumé de l’éditeur : Sbodonovo, 1812… Sur le champ de bataille, les troupes de Napoléon font face à l’armée russe. Sous l’oeil de Bonaparte, le 326ème régiment d’infanterie entame une incroyable manœuvre. La troupe, composée d’anciens prisonniers espagnols engagés comme chair à canon, tente de rejoindre les lignes russes. Son but : passer à l’ennemi. Mais l’ombre de l’Aigle plane sur la bataille : dans un instant, Napoléon va réagir. Et c’est ainsi que débute la plus formidable méprise de l’histoire militaire…

 

 

 

 

 

 

 

© Arturo Perez-Reverte/Rubén Del Rincòn chez El Corte Ingles

 

La campagne de Russie amène tout doucement la fin d’un règne. En mauvaise posture, Napoléon veut pourtant croire encore un peu à sa chance et il semblerait qu’au-dessus de ces plaines ensanglantées et percées par les canons fratricide pour ceux qui, les armes en mains, semblent être pourtant des frères. Il y a de toutes les nationalités sur ce champ de bataille, des français et des russes, des combattants d’ailleurs mis sous les couleurs des deux ennemis désormais intimes (la sueur et le sang, ça rapproche… un peu) et des Espagnols.

 

 

 

 

© Arturo Perez-Reverte/Rubén Del Rincòn chez El Corte Ingles

 

Ces diables d’Espagnols qui ont tenté de déserter et sont désormais aux premiers rangs de Sbodonovo en train de faire gagner Napoléon, contre toutes attentes. Le Corse le voit bien depuis avec sa longue-vue, Labraguette en bégaye, et les héros du 326ème continuent à gagner mètre après mètre dans cette folie qui ne semblait pas les concerner jusque-là. Que l’aigle tienne et les autres suivront.

 

 

 

 

© Arturo Perez-Reverte/Rubén Del Rincòn

 

Et pourtant… au-delà des apparences, dans l’ombre de l’aigle, Munoz, Minguez, Pedro et tous les autres manient l’art du paradoxe, risquant leur peau et leur chair pour mieux se libérer du joug français et se réfugier dans les lignes… ennemies qui, en attendant, tirent à vue et à boulet rouge. Ça fait Zas-Raca-Boum, Cling-Clang.

 

 

 

 

© Arturo Perez-Reverte/Rubén Del Rincòn chez El Corte Ingles

 

De cet enchevêtrement d’incompréhensions militaires, on ne sait pas de quoi le roman d’Arturo Pérez-Reverte était fait mais force est de constater qu’il ne pouvait rêver meilleur fer-de-lance que la grammaire graphique de Rubén Del Rincón. L’Espagnol qu’on avait découvert un peu plus avec ses insoumises détourne les codes guerriers pour en faire une grande farce sur laquelle il arrive pourtant à faire peser tous les enjeux de vie et de mort de cette aventure insensée. Ce ne sont plus des combats, c’est de la voltige.

 

 

 

 

© Arturo Perez-Reverte/Rubén Del Rincòn chez El Corte Ingles

 

Entre le sang chaud de ses héros (chacun avec une de ces gueules, mes amis) et le froid qui va engourdir les troupes napoléonienne, Rubén met le feu à la neige et à Moscou et impose son trait tournoyant, coriace, désespéré mais aussi fondamentalement comico-caustique sur cette bonne soixantaine de planches détonantes, généreuse et emplies de bravoure aux couleurs nuancées. Costaud !

 

Titre : L’ombre de l’aigle

D’après le roman d’Arturo Pérez-Reverte

Scénario, dessin et couleurs : Rubén Del Rincón (Page Facebook)

Genre : Guerre, Humour, Épopée

Éditeur : Éditions du Long Bec

Éditeur VO : El Corte Ingles

Nbre de pages : 64

Prix : 16,50€

 

 



Publié le 26/10/2017.


Source : Alexis Seny

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017