?>

Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Causons cases à Cousance, un festival dans le Jura

28ème édition du festival organisée par l'association Alve.

Présidente d'honneur : Virginie Greiner.

Au programme : expositions, Ateliers pour enfants, stands et séance de dédicaces.

Auteurs invités :

Bradé, Boiscommun, de Cock, Collignon, Cuzor, Domas, Fleury, Fuchs, Fournier, Greiner, Juan, Larbier, Lemercier, Lereculey, Maitre, Pécout, Piatti, Rollin.

Horaire : samedi de 9h à 19h et dimanche de 10h à 18h

Entrée gratuite

Lieu : salle des sports, rue de la gare, Cousance.

Contact : alve.cousance@gmail.com

Web : www.causonscasesacousance.fr


Pays : France

Date de l'événement : du 09/12/2017 au 10/12/2017.

Publié le 14/11/2017.


Source : Bd-best


Exposition Le livre des livres par Marc-Antoine Mathieu chez Huberty & Breyne Gallery

Huberty & Breyne Gallery vous invite à découvrir dans leur galerie parisienne, les dessins originaux du Livre des livres, le nouvel album de Marc-Antoine Mathieu. Il y a des idées fortes qui prennent forme au fil du temps, qui deviennent des albums. Il y en a d’autres qui sont des promesses, dont les artistes gardent les germes en réserve.

Au fil du temps, Marc-Antoine Mathieu les a accumulées. Avec Le Livre des livres, il se lance dans une nouvelle expérience digne de l’OuBaPo (Ouvroir de bande dessinée potentielle) : offrir aux lecteurs des couvertures de livres imaginaires dans lesquelles ils pourront se projeter.
« C’est un exercice délicat, il s’agit de réduire le livre à une idée, un titre, une image, un court texte figurant au dos, afin que chacun puisse s’approprier les ouvrages. Ce sont des invitations au voyage » explique-t-il. L’exposition permettra aux visiteurs de découvrir son art méticuleux de la mise en page sur chaque visuel où la composition des images et des textes est chaque fois mûrement réfléchie. C’est également une occasion unique d’admirer la finesse de son travail au trait, les gris et les noirs étant ajoutés ensuite à l’informatique pour donner le résultat publié dans son album.Huberty & Breyne Gallery vous invite à découvrir dans leur galerie parisienne, les dessins originaux du Livre des livres, le nouvel album de Marc-Antoine Mathieu. Il y a des idées fortes qui prennent forme au fil du temps, qui deviennent des albums. Il y en a d’autres qui sont des promesses, dont les artistes gardent les germes en réserve.

Au fil du temps, Marc-Antoine Mathieu les a accumulées. Avec Le Livre des livres, il se lance dans une nouvelle expérience digne de l’OuBaPo (Ouvroir de bande dessinée potentielle) : offrir aux lecteurs des couvertures de livres imaginaires dans lesquelles ils pourront se projeter.


« C’est un exercice délicat, il s’agit de réduire le livre à une idée, un titre, une image, un court texte figurant au dos, afin que chacun puisse s’approprier les ouvrages. Ce sont des invitations au voyage » explique-t-il. L’exposition permettra aux visiteurs de découvrir son art méticuleux de la mise en page sur chaque visuel où la composition des images et des textes est chaque fois mûrement réfléchie. C’est également une occasion unique d’admirer la finesse de son travail au trait, les gris et les noirs étant ajoutés ensuite à l’informatique pour donner le résultat publié dans son album.

Vernissage le jeudi 16 novembre 2017 à partir de 18h30

Horaire : ouvert du mercredi au samedi de 11 h à 19 h.

Lieu : Huberty_Breyne Gallery - 91, Rue St-Honoré - 75001 Paris

Contact : +33 (0)1 40 28 04 71  par mail contact@hubertybreyne.com

Web : www.hubertybreyne.com


Pays : France

Date de l'événement : du 17/11/2017 au 16/12/2017.

Publié le 14/11/2017.


Source : Bd-best


Rencontre avec la BD indonésienne au Cook and Book

A l’occasion du festival Europalia consacré à l’Indonésie, le Cook & Book - en collaboration avec Bakulkultur - présente « Indonesian Narratives: Visual and Beyond », une exposition et deux rencontres avec des auteurs BD et littéraires.

Un pays de 17000 îles aux ethnies diverses et des milliers de langues locales, l’Indonésie a toujours été un melting pot pour les rencontres culturelles qui se reflètent dans sa longue tradition et sa riche variété d’œuvres littéraires et de bandes dessinées. « Indonesian narratives: Visual and Beyond » tente de présenter à un public international la littérature et la BD indonésienne à travers une série de discussions et une vitrine de travaux sélectionnés d’artistes émergents faisant partie de la communauté de BD indépendante indonésienne.

Au cours des années 90, la scène de la BD indonésienne a émergé dans le schéma du marketing alternatif. Les filières vers le marché international ont commencé à s’ouvrir aux BD indépendantes produites dans les villes de Yogyakarta, Bandung et Jakarta. Ces BD indépendantes (ou indées) étaient très personnelles, et portées par l’esprit punk de la débrouille (DIY ou Do it yourself) qui avait pris la forme de la distribution de publications photocopiées.

Le mouvement de la BD indépendante a entamé la deuxième phase
de ce développement avec l’aide de la technologie de l’information.
Les médias sociaux, tels que Deviant Art, Facebook et Instagram, deviennent une plate-forme pour développer des bases de lecteurs pour la nouvelle génération d’auteurs de BD. L’exposition présentée ici n’est qu’un aperçu de la scène BD indée indonésienne pour vous présenter la diversité d’un territoire autrement inconnu.

Programme :

Du 16 au 30 novembre :
Exposition sur la BD indonésienne contemporaine

Vendredi 17 novembre à 15h30 :
Conférence en Anglais : "Le passé colonial et le présent dans la littérature indonésienne" avec Iksaka Banu et Ben Sohib, modéré par Manneke Budiman

Samedi 18 novembre à 15h30 :
Conférence en Anglais : "La bande dessinée indonésienne aujourd'hui" avec Sheila Rooswitha Putri, modéré par Hikmat Darmawan

Livres et BD gratuites (en nombre limité) disponibles en Anglais, Français & Néerlandais.

Lieu : Cook & Book, 1 place du temps libre, 1200 Woluwe-Saint-Lambert

Contact aswin.adirono@gmail.com

Web : Www.cookandbook.be


Pays : Belgique

Date de l'événement : du 16/11/2017 au 30/11/2017.

Publié le 14/11/2017.


Source : Bd-best


Les vieux fourneaux reviennent, francs à la relance (économique) et prouvant qu’il n’y a pas d’âge pour jouer les apprentis sorciers

Alors qu’ils sont déjà promis à une belle destinée cinématographique sous les traits d’Eddy Mitchell, Pierre Richard et Roland Giraud, il serait trop facile pour Les vieux fourneaux de se reposer sur leurs lauriers et de lâcher leur si cher Neuvième Art. Non contents d’être un véritable phénomène d’édition (de société aussi, cela dit tant ils sont emblématiques d’une vitalité qui repousse les limites de la vieillesse), les voilà plus jeunes que certains jeunes pour expérimenter encore et toujours ce que leur réserve cette vie qui leur donne un sursis qui, on l’espère, sera le plus éternel possible. Mais trêve de plaisanterie, à bond de sauterelle, nos trois larrons (enfin deux, le dernier est en voyage) ont du pain sur la planche dans ce quatrième tome.


Résumé de l’éditeur : Après une tournée d’été du théâtre du « Loup en slip », Sophie et Antoine rentrent au bercail… pour découvrir leur charmant village en pleine effervescence ! Le projet d’extension de l’entreprise Garan-Servier, qui relancerait l’économie de la région, est menacé… par une mystérieuse « magicienne dentelée » occupant le terrain. Branle-bas de combat pour les zadistes ! Cela dit, c’est un coup de bol pour les vieux fourneaux, qui peuvent enfin partir à la recherche de leur trésor oublié… Quant à Sophie, elle apprend une délicate vérité au sujet de son père…Confidence pour confidence, révélera-t-elle enfin l’identité du père de sa fille, Juliette ?

 

 

 

 

© Lupano/Cauuet/Gom chez Dargaud

 

Mine de rien, ça lui a fait du bien à notre Antoine de suivre sa fille dans sa tournée d’été : campagne, quiétude, liesse populaire et soleil au menu, sans compter l’adorable petite Juliette qui a bien grandi. Pourtant la tournée du Loup en slip se termine (et il aurait dû prendre une doudoune, car il se les gèle dans le deuxième tome de ces aventures) et les ennuis recommencent. Alors qu’Antoine se réjouissait de voir Garan-Servier enfin s’étendre (et il est bien l’un des seuls à s’être prononcé aussi fièrement), toute une série de déconvenues pointe à l’horizon.

 

 

 

 

© Lupano/Cauuet/Gom chez Dargaud

 

À commencer par la magicienne dentelée, sauterelle incapable de bondir mais néanmoins protégée. Pas une des sept plaies d’Égypte qui anéantirait les prés et champs souriants de ce coin de Tarn-et-Garonne mais assez que pour mettre des bâtons dans les roues de Garan-Servier. Et s’il n’y avait que ça ! Non résolument, les vacances sont passées, les tracas sont de retour.

 

 

 

 

© Lupano/Cauuet/Gom chez Dargaud

 

Plus que l’Astérix en roue livre proposé par Ferry et Conrad sans doute, la fresque du banal trépidant offerte par Wilfrid Lupano, Cauuet et Gom est clairement, pour moi, l’événement éditorial de cette rentrée 2017. C’est tellement, infiniment bien fagoté, cet âge de déraison en roue libre (et à contre-clichés, hollywoodiens notamment) pour donner lieu à des péripéties toujours hautes en couleur mais trempée dans le réel (Gom est fortiche), profondément. Parce que plus que jamaisLupano et Cauuet font la paire et l’accord parfait pour dépeindre avec sérieux un récit rocambolesque mais pas totalement invraisemblable.

 

 

 

 

© Lupano/Cauuet/Gom chez Dargaud

 

Parce que dans ce monde fictif au bord duquel les auteurs se sont installés tels un Francis Cabrel, notre monde à nous se révèle à chaque planche. Dans la fin de l’innocence et le mal que voit cette mère partout une fois confrontée à un petit théâtre éveilleur de conscience avec son loup en slip et pourtant inoffensif. Dans cette peut d’avancer. Dans les jours sans lendemain, une fois que les sociétés veulent prendre leurs cliques et leurs claques. Dans les secrets de famille complexes et enfermés dans le silence. Dans ce désert médical qui s’étend dans la ruralité (Jean-Jacques est à a retraite, place à Madame Gheorgiu). Dans une quête du… wi-fi et de la connexion permanente aussi (avec un second-rôle formidable). Et dans bien d’autres choses encore.

 

 

 

 

© Lupano/Cauuet/Gom chez Dargaud

 

Lupano (qui nous a offert une superbe relecture de Valérian) et Cauuet ne lésinent pas sur les couches qu’ils mettent et remettent mais la mécanique est si bien huilée et aérée qu’elle entraîne tout sur son passage, dans une chasse au trésor menée plus à l’instinct que dans la préparation en bonne et due forme. Tout est laissé à l’euphorie et aux éclats de rire, dans les seconds-rôles éclatants (Le Zébu !). Quel plaisir, à l’heure où certains de nos aînés ont oublié de vivre, ce retour de la vitalité aux cheveux blancs mais au moral intact orchestré par ces auteurs est imparable.

 

Série : Les vieux fourneaux

Tome : 4 – La Magicienne

Scénario : Wilfrid Lupano

Dessin : Paul Cauuet

Couleurs : Gom

Genre : Chronique sociale, Aventure, Humour

Éditeur : Dargaud

Nbre de pages : 56

Prix : 11,99€



Publié le 13/11/2017.


Source : Alexis Seny


Antonio Lapone en dédicace au Brüsel en décembre

Antonio Lapone viendra dédicacer à la Librairie-Galerie Brüsel vendredi 8 décembre de 15h à 18h, La fleur dans l’atelier de Mondrian (scénario de Jean-Philippe Peyraud), aux Éditions Glénat BD.

Inscriptions : info@brusel.com ou en librairie.

Une évocation sublime d’une figure majeure de l’art abstrait
À l’origine, il y avait cette même photo que Jean-Philippe Peyraud et Antonio Lapone avaient au-dessus de leur table à dessin. Celle d’une fleur en plastique dans l’atelier de Mondrian, seul rappel du végétal dans l’univers à la géométrie implacable du peintre. C’est l’histoire de cette fleur que les auteurs ont décidé d’imaginer pour raconter Mondrian, figure majeure de l’art abstrait, dont on connaît peu de choses, si ce n’est qu’il vivait au cœur du Montparnasse des années folles et qu’il était un inconditionnel de la danse de salon…

La Fleur dans l’atelier de Mondrian est autant une évocation subtile de l’art abstrait qu’un magnifique album au format hors normes (enrichi de 40 pages d’études, de crayonnés et de story-board), servi par le graphisme élégant d’Antonio Lapone et le scénario d’une incroyable poésie de Jean-Philippe Peyraud.

 

Librairie-Galerie Brüsel
Boulevard Anspach 100, 1000 Région de Bruxelles-Capitale


Pays : Belgique

Date de l'événement : du 08/12/2017 au 08/12/2017.

Publié le 13/11/2017.


Source : Bd-best


Festival Longbulles 2017

Édition 2017 du festival de Longjumeau organisé par la Bibliothèque Municipale Boris Vian.

Au programme:

Dédicaces, Café BD, Expositions, Librairies neuf et occasion BD solidaires pour collectionneurs avec Emmaüs Longjumeau, Ateliers BD,Opération Choupinette* (offrez des BD pour les enfants hospitalisés)

Les auteurs présents, (sous réserve) :

Erroc
Jean-Michel Ponzio
Eric Chabbert
Nadine Van der Straten
Vincent Pompetti
Teddy Bellino
Collectif Africa
Jason et Artin Dilukeba
Camille Ledigarcher
Marie-Anne Gueguen et Catherine Armessen (livre illustré jeunesse)

Plus :

Association Toto Moko (jeunes auteurs issus de l’Ecole Jean Trubert)
Association Les blouses roses, avec l’Opération Choupinette
Emmaüs (BD de collection)
L’image au bout des doigts (BD pour malvoyants)

Horaire : de 10h à 18h.

Lieu : Halle Mandela, en Centre ville

Contact : Christine de Bernardy par tél au +33 01.69.10.28.75 - +33 06.31.58.13.14

Web : www.longjumeau.fr




Pays : France

Date de l'événement : du 25/11/2017 au 25/11/2017.

Publié le 13/11/2017.


Source : Bd-best


FIBD Jeunesse, les Prix Scolaires, la composition du Jury Jeunesse

 Depuis 2007, le Festival collabore avec le Ministère de l’Education nationale autour de différents projets au sein des établissements scolaires. Ainsi, le Prix des Écoles d'Angoulême, le Prix des Collèges et le Prix des Lycées sont le fruit d'un travail mené sur toute une année entre élèves et enseignants.

Chaque année, 4 classes d’école élémentaire (Prix des Écoles d'Angoulême),8 classes de collège (Prix des collèges) et 10 classes de lycée (Prix des lycées), issues d’établissements du Rectorat de Poitiers et de l’Inspection Académique de la Charente, choisissent 1 album lauréat au sein d’une sélection de 5 albums. Pour l’édition 2018 du Festival, plus de 100 écoliers,près de 220 collégiens et 250 lycéens composent les jurys des prix scolaires.
 
Les 3 sélections sont établies par Claire Simon, professeure de français et conseillère académique lecture, écriture, bande dessinée auprès du rectorat de Poitiers, et par Ezilda Tribot, responsable Jeunesse et Jeune Création du Festival International de la Bande dessinée. Ces sélections réunissent des albums choisis pour leur intérêt narratif, pédagogique et graphique(publiés entre le 1er novembre 2016 au 31 octobre 2017 pour le Prix des écoles, et entre le 1er septembre 2016 et le 31 août 2017 pour les Prix des Collèges et des Lycées).
 
Chaque enseignant participant est formé et accompagné de façon à être pleinement autonome, à la fois pour l’étude des albums en classe et lors du déroulement du vote des élèves.
 
Au début du mois de janvier, les classes participantes transmettent leur classement des albums. Une moyenne entre toutes les classes est établie, ce qui permet de distinguer les trois albums lauréats. À l’occasion du Festival, tous les élèves ayant pris part au vote viennent à la rencontre des auteurs lauréats, au cours de quatre rencontres programmées le jeudi et le vendredi. Les auteurs des albums récompensés reçoivent officiellement leur trophée le jeudi 25 janvier 2018, lors de la cérémonie des Prix Découvertes (où sont remis tous les prix jeunesse du Festival).

 

 

 

 

Pour le Festival, cette action menée conjointement avec des établissements scolaires du territoire apparaît fondamentale. Ce travail collectif avec les scolaires aide en effet à la diffusion du médium bande dessinée, et permet de faire reconnaître le 9e art comme un support pédagogique incontournable, à même de sensibiliser des lecteurs de différents âges.

Albums en sélection pour le Prix des Écoles d'Angoulême

- Bushido T.1 Yuki,  de Gorobei & Thierry Gloris, éditions Dupuis
- Emile et Margot T.7 Monstres en folie !, de Anne Didier, Olivier Muller & Olivier Deloye, éditions BD KIDS
- Le vélo géant, de Lau Bergey & Nicolas André, éditions La Joie de Lire
- Lili Crochette et Monsieur Mouche T.1 Le fléau du bord de l'eau, de Joris Chamblain & Olivier Supiot, éditions de la Gouttière
- Quand le cirque est venu, de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert, éditions Delcourt

 

 

 

 

PRIX DES ÉCOLES D’ANGOULÊME – plus 100 élèves

École élémentaire UDERZO

École élémentaire GEORGE SAND

École élémentaire ÉMILE ROUX

École élémentaire CONDORCET

Albums en sélection pour le Prix des Collèges du Rectorat de Poitiers

- Bergères Guerrières T.1 La relève, de Jonathan Garnier & Amélie Fléchais, éditions Glénat
- Kushi T.1 Le Lac sacré, de Patrick Marty & Golo Zhao, éditions FEI
- La guerre de Catherine, de Julia Billet & Claire Fauvel, éditions Rue de Sèvres
- Le collège noir T.1 Le livre de la lune, de Ulysse Malassagne, éditions Grafiteen
- Philippine Lomar T.2 Le braqueur des cœurs, de Dominique Zay, Greg Blondin & David, éditions de la Gouttière

PRIX DES COLLÈGES – plus de 210 élèves

Collège BLAISE PASCAL - Argentonnay (Deux-Sèvres)

Collège DE LA TOUR - Montguyon (Charente-Maritime)

Collège MICHELLE PALLET - Angoulême (Charente)

Collège RENÉ CASSIN - L’Isle Jourdain (Vienne)

Collège ROSSARD - Poitiers (Vienne)

Collège DE LA CROIX - Saint Amant de Boixe (Charente)

Collège ÉDOUARD GRIMAUX - Rochefort (Charente-Maritime)

Collège MOLIÈRE - Bouillé Loretz (Deux-Sèvres)

Albums en sélection pour le Prix des Lycées du Rectorat de Poitiers

- Bâtard, de Max de Radiguès, éditions Casterman
- L’amour est une haine comme les autres, de Stéphane Louis & Lionel Marty, éditions Bamboo
- Ma guerre, de la Rochelle à Dachau, de Guy-Pierre Gautier & Tiburce Oger, éditions Rue de Sèvres
- Mulo T.1 Crachin breton, de POG & Cédrick Le Bihan, éditions Dargaud
- Tu sais ce qu’on raconte, de Gilles Rochier & Daniel Casanave, éditions Warum

PRIX DES LYCÉES – plus de 230 élèves

Lycée MARC GODRIE - Loudun (Vienne)

Lycée KYOTO - Poitiers (Vienne)

Lycée LA DUBREUIL - Saint Jean d’Angély (Charente-Maritime)

Lycée JEAN MOULIN - Thouars (Deux-Sèvres)

Lycée ROMPSAY - La Rochelle (Charente-Maritime)

Lycée S. SIGNORET - Bressuire (Deux-Sèvres)

Lycée MARGUERITE DE VALOIS - Angoulême (Charente)

Lycée JEAN ROSTAND - Angoulême (Charente)

Lycée CHARLES COLOUMB - Angoulême (Charente)

Lycée ÉMILE ROUX - Confolens (Charente)



Publié le 13/11/2017.


Source : Bd-best


GRAND PRIX DE LA CRITIQUE ACBD 2018 – PREMIÈRE SÉLECTION

Le Grand Prix de la Critique ACBD a pour ambition de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie ». Les votes des 95 membres actifs de l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée (ACBD) ont abouti à la première sélection suivante, présentée par ordre alphabétique des titres :

- L’Aimant de Lucas Harari, Sarbacane

- Alexandrin : l'art de faire des vers à pieds de Pascal Rabaté et Alain Kokor, Futuropolis

- Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher, Glénat

- Imbattable T1 : Justice et légumes frais de Pascal Jousselin, Dupuis

- La Saga de Grimr de Jérémie Moreau, Delcourt

- La Terre des fils de Gipi, Futuropolis

- Le Joueur d’échecs de David Sala, Casterman

- Mazzeru de Jules Stromboni, Casterman

- Opération Copperhead de jean Harambat, Dargaud

- Paiement accepté de Ugo Bienvenu, Denoël Graphic

- Scalp : la funèbre chevauchée de John Glanton et de ses compagnons de carnage de Hugues Micol, Futuropolis

- Shelter Market de Chantal Montellier, Les Impressions nouvelles

- Ter T1 : L’Étranger de Rodolphe et Christophe Dubois, Daniel Maghen

- Une sœur de Bastien Vivès, Casterman

- Voltaire amoureux T1 de Clément Oubrerie, Les Arènes BD

Les journalistes et critiques membres actifs de l’ACBD vont maintenant se réunir pour débattre, le samedi 25 novembre 2017, à Blois, dans le cadre du Festival « bd BOUM ».

Ils annonceront, le soir même, la deuxième sélection de 5 titres issus de cette liste, albums parmi lesquels tous les membres actifs de l’ACBD choisiront par correspondance, dans les jours suivants, le Grand Prix de la Critique ACBD 2018.

Le bureau de l’ACBD :

Fabrice PIAULT (Livres Hebdo)

Antoine GUILLOT (France Culture)

Laurence LE SAUX (Télérama, BoDoï.com)

Laurent TURPIN (BDzoom.com)

Anne DOUHAIRE (Franceinter.fr)

Patrick GAUMER (Dictionnaire mondial de la BD “Larousse”)



Publié le 13/11/2017.


Source : Bd-best


Bulles en Nord remet ses prix BD à François Boucq, Daniel Kox et Clara Cuadrado.

Avec pas moins de 45 auteurs de renoms, les organisateurs dont Patrick Delgrange proposaient au public des expositions et animations réparties dans plusieurs endroits de la ville de Lyz-Lez-Lannoy tels que les espaces Desmulliez, Paul Bert ou encore Agora. Des actions scolaires et des concours de dessins étaient proposés aux enfants. Une cinquantaine de bouquinistes et des ateliers ne manquaient pas de réunir les amateurs de bande dessinée.

 

 

Pour fêter dignement ses trente ans d'existence, le festival Bulles en Nord  à remit des prix à plusieurs de ses invités.

 

 

 

François Boucq (photo J. J. Procureur)

 

Tout d'abord, c'est François Boucq (Les Belles histoires d'Onc' Renaud, Bouncer, Janitor...)  qui à reçu le Prix d'honneur 2017 pour l'ensemble de son oeuvre.

 

 

 

Clara Cuadrado

 

Le Prix Coup de Foudre à été décerné à la jeune auteure Clara Cuadrado pour son roman graphique "Appelez-moi maîtresse" chez Marabout, collection Marabulles.

 

 

 

Daniel Kox (photo © Dupuis)

 

Le prix Coup de Coeur 2017 est lui remit à Daniel Kox pour sa célèbre et indétronable série chez Dupuis, l'Agent 212.

 

 

Découvrez ci-dessous l'interview de Patrick Delgrange réalisée par France 3

 

 


Interview Patrick Delgrange



Publié le 12/11/2017.


Source : Bd-best


Maxime Valmont : Seiter et Manunta mettent l’aventure dans son plus simple appareil sans s’arrêter au cul et en y mettant du QI

Il a la fougue d’Indiana Jones et le sex-appeal de James Bond, pourtant Maxime Valmont n’est ni l’un ni l’autre. Préférant le luxe de son hôtel particulier du Quai d’Anjou et les pointes qu’il pousse jusqu’à la salle de ventes aux enchères (c’est mieux qu’Ebay mais bon), il y avait peu de chance que le jeune homme tombe sur l’aventure au coin de la rue. C’était sans compter ses deux fieffés papas, épris de grandes péripéties, Roger Seiter et Giuseppe Manunta qui signent une première collaboration « originale » après avoir emmené Sherlock Holmes en terres alsaciennes.


Résumé de l’éditeur : 17 juillet 1918, villa Ipatiev. Un détachement de l’Armée Rouge exécute Nicolas II et sa famille. Quant à la montre du tsar, un modèle unique, elle disparaît dans la tourmente. Paris, janvier 1927. Rien ne saurait tirer le jeune et brillant Maxime Valmont de sa confortable routine de dandy. Rien, sauf une chasse à la montre… surtout lorsque sa partenaire est une jolie comtesse russe ! Mais la magnifique pièce d’horlogerie est très convoitée. De la France à l’Egypte, le parcours qui mène jusqu’à elle est semé d’embûches…

 

 

 

 

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta aux Éditions du Long Bec

 

Un objet pour catalyser le mystère et lancer des pistes pour guider une folle course, ce n’est pas la première fois (et certainement pas la dernière) que le procédé est utilisé comme trame scénaristique. Et si l’on vous dit, que les morts se succèdent sur la route de Paris à l’Égypte en passant par les steppes glacées, vous comprendrez que cette montre de Nicolas II fait bien des envieux malgré les sinistres et sanglantes circonstances dans lesquelles elle s’est évaporée dans la nature.

 

 

 

 

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta aux Éditions du Long Bec

 

Indiana Jones, Alan Quatermain ou encore Benjamin Gates étaient au repos, c’est donc Maxime Valmont qui s’y colle, sans se dévêtir des références (mais bien d’autres choses) comme la couverture, qui fait déjà se soulever la poussière, le souligne d’emblée. Prêt à en découdre.

 

 

 

 

© Roger Seiter/Giuseppe Manunta aux Éditions du Long Bec

 

Ce n’est pas révolutionnaire (même si certains personnages voudraient bien la faire, la révolution, et que Roger Seiter se remémore un thème exploité au temps de Fog) mais ça a assez d’atouts que pour sortir du fan service dont certaines oeuvres se targuent sans supplément d’âme. Et si Manunta est doué pour déshabiller ses héros (toujours à leur avantage), force est de constater que les deux auteurs ont su rester soft pour faire passer le QI de leur récit avant le cul et ne pas faire de celui-ci un prétexte de lecture (malgré une scène devant laquelle, les amis, vous allez décrocher la mâchoire!). Il y a de l’amour du travail bien fait, au fil des planches.
Les lecteurs du quotidien Dernières Nouvelles d’Alsace ont eu le plaisir de découvrir Maxime Valmont en primeur… avec quelques modifications et un peu d’auto-censure de la part des auteurs.

 

 

 

 

© Seiter/Manunta aux Éditions du Long Bec

 

Pour le reste, ça flingue à bon escient, et dans ces cases de cartes postales vieillies mais authentiques, les deux acolytes associés contre le crime mais également pour l’Aventure font souffler un vent délicieux et dépaysant. Sans être un incontournable du genre, ce one-shot installe un héros qu’on se verrait bien fréquenter plus loin qu’un seul album.

 

 

Titre : Maxime Valmont

Scénario : Roger Seiter

Dessin et couleurs : Giuseppe Manunta

Genre : Aventure, Thriller

Éditeur : Éditions du Long Bec

Nbre de pages : 54 (+ 2 pages de croquis)

Prix : 15,50€

 



Publié le 10/11/2017.


Source : Alexis Seny


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2017