?>

Pandora : tous les bonheurs plutôt que tous les malheurs du monde… graphique
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Pandora : tous les bonheurs plutôt que tous les malheurs du monde… graphique

Si vous n’êtes pas Juillettiste, vous êtes peut-être Aoûtien ! Et à l’heure où vous préparez vos valises, dans le casse-tête des bonnes lectures à prendre ou à laisser (on en prend toujours de trop de toute façon), on a toujours quelque chose à vous proposer, de derrière les fagots. Quelque chose qui vous donne à voir des beaux panoramas et horizons de bande dessinée. Un voyage dans (ou après) le voyage, en quelque sorte. Pandora, la nouvelle revue de Casterman lancée par Benoit Mouchart, qui vient de sortir son troisième numéro, c’est tout ça et bien plus, à la fois.

Corto Maltese en couverture, on ne fait pas vraiment mieux pour insuffler le vent de l’aventure littéraire et bédéphile. C’est ainsi que s’ouvre ce troisième opus de la revue/mook proposant plus de 250 pages de lecture allant voir de tous les côtés. Après, peut-être choisirez-vous la couverture un brin morbide du cultissime Jean-Christophe Menu qui n’a toujours pas mis la main sur sa satanée valise. Car oui, Pandora se veut duel, cette fois, en s’offrant le luxe de deux couvertures. Après, vous commencer par où vous le souhaitez !

 

 

 

 

 

En attendant Équatoria, nouvel album du marin aventurier, Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero nous dépaysent déjà en pleine jungle face à de redoutables Indiens © Canales/Pellejero chez Casterman

 

Car si Pandora peut être vu, par certains côtés et notamment la volonté de s’adresser à un lectorat adulte, comme un héritier d'(À suivre), légendaire mensuel qui ravit les lecteurs de BD durant vingt ans avant de disparaître en 1997; il possède un avantage indéniable par rapport à d’autres Spirou ou Lanfeust Mag et autres : Pandora est constitué uniquement d’histoires plus ou moins courtes et complètes. Et l’intérêt de lire ça en vacances ? S’offrir une pause sans en perdre une miette peut-être. Par les longues journées de vacances, c’est vrai, on a parfois le temps de se lancer dans une lecture au long cours.

 

 

 

 

Pandora, c’est aussi l’occasion de rencontrer des héros avec lesquels le grand public n’est pas primordialement familier. Comme Canetor, Paku Pena le camionneur ou cet étranger personnage mi-homme mi-chat de Fabio Viscogliosi qui, tout en poésie, nous entraîne à comprendre le monde. © Viscogliosi chez Casterman

 

 

 

 

 

 

Autre personnage culte, Léon l’étron de Killoffer dans une aventure qui, contrairement aux apparences est loin d’être du fond du panier, ni de la cuvette.

© Killoffer chez Casterman

 

Mais, pour d’autres, c’est juste l’inverse, ces journées bénies sont tellement remplies qu’au bout de la course, on arrive sans courage de commencer un roman, une BD, un chapitre… sous peine de s’endormir dessus et de recommencer depuis le début, le lendemain venu. Si Pandora sait se dévorer, elle sait aussi se savourer petit à petit, de dix minutes en dix minutes, réduisant le risque que le sommeil vienne rompre l’intrigue. Sans qu’un à suivre sempiternel vienne s’y glisser. Puis, avec Pandora, un numéro se suffit à lui-même, sans besoin donc de s’engager pour les 6 ou 7 numéros à venir, juste à profiter du numéro actuel et à le lire de fond en comble. Mais peut-être, c’est vrai, vous redemanderez de ce bisannuel prometteur et audacieux contenant des histoires inédites de pointures qui ne risquent pas forcément de voir le jour en album.

 

 

 

 

Pandora 3, c’est aussi l’occasion de redécouvrir l’époustouflant travail de Baptiste Gaubert (alias Gobi de Lucha Libre, notamment) dans une histoire sans parole mais tellement criante. © Baptiste Gaubert chez Casterman

 

 

 

 

Julien Neel fait une infidélité à Lou en créant Pearl, une héroïne curieuse et pas si diabolique (n’en déplaise à son apparence) qui s’offre une virée en ville. Un des grands coups de coeur de ce numéro.
© Julien Neel chez Casterman

 

Audacieux car comme sa dernière couverture, il est yin et yang, cadré mais aussi impulsif, noir et blanc ou éclatant de couleurs, bavard ou muet (dans les mots s’entend, car du point de vue du crayon…), expressionniste ou impressionniste aussi, réaliste ou purement poétique. Incatalogable ? Certainement. C’est ainsi que Pandora se laisse entraîner dans le libre cours de l’imagination des auteurs invités, des stars mais aussi des jeunes pousses qui ont carte blanche. Le mélange est cocasse, inattendu, farfelu, chaleureux, mouvementé, indécis aussi. Car qui sait ce qui nous attend à la prochaine page ? Pandora porte diablement son nom, porteuse des malheurs du monde, parfois, mais souvent des bonheurs du monde créatif, sans filet. Néanmoins, plus souvent du côté de l’abstrait, de l’auteurisme et de l’indé que du grand public. Ce qui en fait un patrimoine à hauteur de bédéphile plus ou moins pointu mais aussi de lecteurs plus ou moins éloignés de la BD, habituellement. Le public visé est varié et hétéroclite.

 

 

 

 

C’est une drôle d’histoire d’amour graphique et dérangeante que propose Florence Dupré la Tour. © Dupré la Tour chez Casterman

 

 

 

 

En retournant votre numéro, vous quitterez le monde des couleurs pour plonger dans le monde tout aussi fantastique du noir et blanc, sans concession. Comme l’histoire d’Hugues Micol qui se joue bien des affres de l’Histoire et de ses guerres. © Micol chez Casterman

 

Et, après un premier numéro qui mettait le paquet en matière de stars, Pandora trouve son équilibre dans les mains expertes de près de quarante artistes qui, tous, ont des choses à dire ou du moins à exprimer, à faire ressentir. Du caca de Killoffer (l’un des plus réguliers de la revue) aux histoires de cul-bes de Florence Dupré la Tour, en passant par le Corto Maltese taquin mais en danger de Canales et Pellejero et le cynisme d »Hugues Micol qui joue de ce bon vieux procédé de l’arroseur arrosé (ou pas d’ailleurs). Puis, comment ne pas évoquer l’héroïne sans parole d’un Julien Neel en pleine expérimentation (et on redemande), l’érudition de David B. et Giorgio Albertini, la cartographie énigmatique et exaltante de Xavier Mussat, le cauchemar félin de Kensausage ou l’intrusion parfaite dans les Mille et une nuits par Géraldine Bindi et Yannick Corboz.

 

 

 

 

Géraldine Bindi et Yannick Corboz lèvent le voile sur toutes les vies sauvées par Sheherazade. Avec style et classe. © Bindi/Corboz chez Casterman

 

Et on en passe tellement. Il y a tellement à dire, tellement de profondeur, tellement de mirages, tellement, tellement et tellement encore… Si bien qu’on n’est pas loin de penser, à Branchés Culture, qu’à force de numéros et de short-stories, Pandora devrait faire autorité et référence. Une réelle anthologie d’un Neuvième Art qui n’a certainement jamais été aussi florissant et foisonnant. Et peut-être sa meilleure défenderesse.

 

 

Alexis Seny

 

Revue : Pandora

Bisannuel

Numéro : 3

Auteurs : Juan Diaz Canales, Ruben Pellejero, Hugo Piette, Max de Radiguès, Gilles Dal, Johan De Moor, Fabio Viscogliosi, Baptiste Gaubert, Géraldine Bindi, Yannick Corboz, Paul Martin, Tonci Zonjic, Anthony Pastor, Kensausage, Giorgio Albertini, Art Spiegelman, Florence Dupré la Tour, Alfred, Dave Cooper, Aapo Rapi, Michel Pirus, Philippe Dupuy, Jean-Claude Götting, Jean-Luc Coatalem, Jacques de Loustal, Miguelanxo Prado, Julien Neel, Nicolas Moog, Killoffer, Jean-Christophe Menu, Matthias Lehmann, Tom Tirabosco, Wisut Ponnimit, Daniel Casanave, Hugues Micol, Xavier Mussat, Vittorio Giardino, David B. …

Genre : Nouvelles graphiques

Éditeur : Casterman

Nbre de pages : 264

Prix : 18€



Publié le 31/07/2017.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017