?>

Spirou et Fantasio tirent le diable de Palombie par la queue et ça déménage, houba!
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Spirou et Fantasio tirent le diable de Palombie par la queue et ça déménage, houba!

Cela faisait 42 ans! On a envie de pousser un cri de joie, un « Houba Houba » tant la nouvelle est réjouissante. Après près d’un demi-siècle d’absence dans les aventures de Spirou et Fantasio, l’un des personnages les plus géniaux de Franquin et, parallèlement, parmi les plus mythiques que la BD ait porté, revient en force et avec fracas. Et une chose est sûre, le Marsupilami n’est pas content. Et ce n’est pas qu’à cause de l’adaptation cinématographique que lui a dédiée Alain Chabat. La colère du Marsupilami est sans doute le plus grand album de Yoann et Vehlmann à ce jour.

 

Il pleut dehors, et le temps n’est pas vraiment meilleur à l’intérieur de la rédaction de Spirou: l’heure est au bouclage et c’est un Fantasio on-ne-peut-plus-excité qui en fait voir à tout le monde. Lebrac et Prunelle sont les premiers dans sa ligne de mire. Mais Spirou n’est pas en reste, voilà que d’étranges photos le happent, des photos dont il n’a plus souvenir et qui, pourtant, concerne une période épique de sa vie. On l’y voit avec le Marsupilami, ou plutôt celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, mais jamais auparavant Spirou ne pensait avoir rencontré cet animal singulier. Est-ce AlZheimer (vous remarquerez le Z majuscule)? Toujours est-il que le phénomène semble toucher également Fantasio, encore plus excédé par le manque d’implication de son ami, et le Comte de Champignac! Non, décidément, quelque chose ne tourne pas rond et voilà les deux héros en route et en vol pour remuer le passé, les eaux amazoniennes et toute la jungle de Palombie. Et si un élément occulté par un très vieil ennemi expliquait la colère prête à se déchaîner de l'(in)offensif animal jaune à poids noirs? Ne dit-on pas qu’il ne faut tirer le diable (jaune) par la queue?

 

 

Yoann - Spirou et le marsupilami

 

 

Une chose est sûre, j’avais hâte. Une fois l’album en main, j’ai même pris moins de temps à l’ouvrir que le dernier Astérix, c’est dire si l’événement est d’importance avec toute l’euphorie mais aussi toutes les inquiétudes que cela comprend. Et si Yoann et Vehlmann s’étaient laissés dépasser par l’envergure de ce personnage parmi les plus emblématiques du Neuvième Art? Ce serait bien mal connaître les deux auteurs qui font union du génie de Franquin et le font entrer dans une aventure plus moderne et qui se tient. Même dans la jungle (les deux auteurs ont aidé aidé par l’auteur-« expert » Joub pour la recréer), Fantasio ne peut se passer des nouvelles technologies pour mener à bien la création du journal (on verra même un petit Gaston passer devant la webcam) tandis que Zantafio se pique et que, le long de sa piscine privée, De Mesmaeker au bord de la crise cardiaque et qui bousille une énième fois les contrats par vidéos interposées. Dans cet océan de modernité, nos deux héros n’en ont pas perdu leurs valeurs, encore plus si la jungle les fait ressortir.

 

 

Spirou et Fantasio - La colere du Marsupilami - Yoann - Vehlmann - Combat de singes

 

 

L’humeur est au survival et le plus grand méchant est finalement le Marsupilami qu’il ne suffit plus d’amadouer. Quelque chose s’est brisé entre les deux héros (les trois même, n’oublions pas Spip qui, sinon, va encore se sentir exclu – déjà que certains lecteurs critique le graphisme donné par Yoann, nous on adore!) et l’animal (redevenu) sauvage. Quelque chose d’inexplicable et exhumé par Vehlmann en clin d’oeil aux précédentes aventures de Spirou. Car oui, si le Marsupilami apparaissait pour la première fois dans « Les Héritiers », Yoann et Vehlmann le sont un peu aussi, n’ayant de cesse de pousser les deux personnages plus loin dans leurs aventures tout en les raccrochant et en faisant sens de leur passé, sans trahir, dans un esprit de cohérence.

 

C’est assumé et ça ne fait que contribuer à l’excellence de cet album qui fait date et honore à 1000% ses promesses entre intelligence de récit, gags bien sentis et une énergie imparable. Houba, houba, vous avez dit? Oui, c’est du grand art, comme on n’en attendait peut-être plus.

 

Alexis Seny

Série: Les aventures de Spirou et Fantasio

Tome: 55 – La colère du Marsupilami

Scénario: Vehlmann

Dessin: Yoann (et sur FB)

Design: Fred Blanchard

Couleurs: Laurence Croix

Genre: Aventure, Humour

Éditeur: Dupuis

Nbre de pages: 56 (+ 8 pages sur l’histoire du Marsupilami)

Prix: 10,60€

 



Publié le 04/03/2016.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017