?>

Blanche-Neige et les deux baroudeurs. Jérémiah 36 – Et puis merde !
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Blanche-Neige et les deux baroudeurs.  Jérémiah 36 – Et puis merde !

 

 

            « - Ne te fais pas d’illusions, c’est la fille chérie du boss. Tu peux regarder…masi pas toucher. Tu vois… Toute cette dinguerie autour de toi ? C’est pour elle ! Alors, ta petite personne, elle ne vaut pas un pet de mouche. De plus, elle ne parle pas.

-          Et c’est pour me baver ça dans la nuque que tu me colles aux talons ?

-          J’adore… J’y passerais des journées. Et puis, y a que le boss veut vous voir, tous les deux. J’vois pas ce qu’il te trouve ! »

 

 

 

 

 


 

Jérémiah erre dans les coursives d’une villa futuriste. Un des sbires du chef des lieux surveille ses allées et venues. Dans les couloirs, navigue une jeune femme au teint d’albâtre, nymphe muette et fille du propriétaire. Comment se trouve-t-il en ces lieux, flanqué de son inséparable alter ego Kurdy ? Leurs motos ayant été détruites dans un incendie, ils ont dû quitter la ville dans laquelle ils étaient pour échapper à la milice locale. C’est ainsi qu’ils ont atterri dans ce palais sauvage où vivent Douliana, ses parents, quelques gardiens et un drôle de « gibier ».

 

 

 

 

© Hermann – Dupuis.

 

 

            Hermann est un dessinateur rapide, efficace et honnête avec ses lecteurs. Il maîtrise ses cadrages, ses gueules et ses dialogues. Si on peut regretter que certaines colorisations soient trop sombres, cet épisode est beaucoup plus lumineux qu’à l’accoutumée. Et pas qu’à cause de la bl       ancheur de Douliana. Le début reste grisâtre jusqu’à ce qu’une tempête illumine à proprement parler le décor, offrant une planche de transition hors du commun.

            L’introduction dure 14 planches, le bandeau titre, donnant une dimension cinématographique, n’apparaissant qu’en planche 15. C’est là que l’on va basculer dans la « communauté ».

 

 

 

 

© Hermann – Dupuis.

 

 

 

            Si certains pourraient reprocher à des histoires de se ressembler, c’est qu’ils n’ont pas compris qu’avant d’être une série, Jérémiah est un concept. Perdus dans un paysage apocalyptique austère, Jérémiah et Kurdy rencontrent une communauté complètement déjantée. Ça se finit en règle générale plutôt mal pour les détraqués. Résignés mais bien contents de reprendre leur route, les deux compères repartent comme two poor lonesome cow-boys.

            Y aurait-il donc un mystère Jérémiah ? On sait comment ça commence, on sait (à peu près) comment ça va se terminer, mais on en redemande. Etonnant, non ? En fait, Hermann a mis en place une structure narrative rassurante. Le tout, même après trente-six albums, fonctionne comme une madeleine de Proust.

Jérémiah se range dans la case des premières séries ados/adultes qui tombent dans les mains des ados qui en veulent plus que du Tintin, du Spirou ou de l’Astérix. Coup de génie ou coup de hasard, après un début éditorial chaotique, la série est publiée chez Dupuis, éditeur emblématique du tout public. Donc, sans faire exprès et sans que maman et papa qui ne lisent pas de BD ne fassent attention, le jeune bouquineur, pas trop petit quand même, se retrouve avec un Jérémiah sous les yeux.

 

 

 

© Hermann – Dupuis.

 

 

 

 

            De temps en temps, comme pour récompenser le lecteur de sa fidèlité, Hermann ressort un personnage secondaire, comme ici le cousin Lindford, humain sauvage fruit de manipulations génétiques, dont l’histoire était racontée dans le vingt-et-unième album.

 

            Tant que ce concept fonctionnera, Jérémiah et Kurdy ne sont pas près de voir le bout de leur route. Et puis merde ! Vive la bande dessinée qui ne se prend pas la tête.

 

            Pour ce trente-sixième album, au titre aussi énigmatique que percutant, une bande-annonce très originale a été concoctée. Elle est visible ci dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Jérémiah.


Tome : 36 – Et puis merde !

 

Genre : Aventure post-apocalyptique.

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Hermann.

 

Éditeur : Dupuis.

 

Nombre de pages : 48.

 

Prix : 12,50 €.

 

ISBN : 9782800174372



Publié le 17/10/2018.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019