?>

Cinq millions de visiteurs, Vingt-cinq états, un empereur et une gamine. La fille de l’exposition universelle 1 – Paris 1855.
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Cinq millions de visiteurs, Vingt-cinq états, un empereur et une gamine.  La fille de l’exposition universelle 1 – Paris 1855.

« - Le second mort a reçu une balle en pleine tête et les poissons ont achevé de le rendre identifiable. Certainement un des assassins de Maria Zambelli. Nous savons que son cocher était armé. Le pauvre bougre a dû se défendre comme un beau diable avant d’être poignardé et jeté à la Seine. C’est bel et bien un assassinat.

-          On ose s’attaquer à une femme qui m’est chère ! Une innocente victime, c’est monstrueux !

-          Connaissant l’attachement…très personnel…de votre seigneurie à Mademoiselle Maria Zambelli, nos services ont fait le nécessaire pour minimiser l’affaire. Officiellement, c’est un suicide. Nous faisons tout ce qui est possible pour appréhender les coupables.

-          Il faut traquer cette bande d’assassins, qu’ils expient leur crime. Je veux les voir souffrir. Je veux qu’ils m’implorent à genoux ! »

 

 

 

 

 

 

La maîtresse de Napoléon III vient d’être retrouvée pendue au pont de l’Alma, assassinée par les complotistes dont elle faisait partie. L’empereur est dans une passe politique complexe. Sa gestion de la colonie algérienne n’est pas du goût de certains colons qui tentent le coup d’état.

 

            La fille de l’exposition est une nouvelle série concept. On suivra la vie de Julie Petit-Clou aux travers des différentes expositions universelles qui auront émaillé son existence. Dans ce premier épisode, elle a douze ans et est apprentie-voyante, sous l’égide de sa mère. Mais Julie n’est pas une chiromancienne d’opérette, roublarde et malhonnête. La jeune fille ressent de vraies visions qui vont l’aider à percevoir la clef de mystères et cerner la personnalité de gens.

 

 

 

 

 

© Manini, Willem, Wennish - Bamboo

 

 

 

            Jack Manini déploie une idée originale, proposant une aventure feuilletonnesque au bon goût des journaux d’antan. De l’aventure, du suspens, une révélation finale surprenante, le scénariste marche sur les pas d’Eugène Sue et de Maurice Tillieux. Les Mystères de Paris rencontrent Queue-de-Cerise (pour ne pas dire Gil Jourdan). Tillieux avait la réputation de souvent finir ses histoires par un long monologue, souvent par manque de pages. Manini reprend un peu ce procédé, mais de manière calculée et pertinente. Hommage avéré ?

            L’auteur créé une passerelle entre fiction et réalité grâce à des personnages secondaires comme Napoléon III, ou encore Joseph Lambot, inventeur du ciment armé, qui expose son invention en cette année 1855.

A mille de lieu de sa captivante biographie sur Arthur Cravan, Manini montre une nouvelle face de son savoir-faire. Il fait de la bande dessinée populaire, au sens noble du terme, présentant des personnages fictifs dans un contexte historique travaillé : Napoléon III et l’Algérie.

 

 

 

 

 

© Manini, Willem, Wennish - Bamboo

 

 

 

            On connaît le graphisme rond, dynamique et animé d’Etienne Willem. Ici, le dessinateur dégaine des planches aux découpages plus originaux les unes que les autres. La plupart d’entre elles semblent être issues de verrières du Grand Palais. C’est osé, c’est surprenant, mais vu le contexte historique, ça fonctionne à merveille.

 

            Les couleurs de Tanja Wenish contribuent au voyage : une embuscade dans la nuit parisienne, un repère de brigands, une roulotte de voyante, la cour de Badinguet sont autant d’endroits et d’ambiances réhaussés par les tons efficaces de la coloriste.

 

            En bonus, un dossier complémentaire de six pages présente l’exposition universelle de 1855, cadre de cette histoire des douze ans de Julie Petit-Clou.

 

Manini et Willem démarrent un projet grand public, une de ces histoires qui aurait fait un tabac en récit à suivre dans un hebdomadaire de BD, mais qui, espérons-le, en fera un directement en album.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : La fille de l’exposition universelle.

 

Tome : 1 – Paris 1855.

 

Genre : Aventure historique.

 

Scénario : Manini.

 

Dessins : Willem.

 

Couleurs : Wennish.

 

Éditeur : Bamboo.

 

Collection : Grand Angle.

 

Nombre de pages : 56.

 

Prix : 14,90 €.

 

ISBN : 9782818945209

 



Publié le 19/09/2018.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019