?>
 
Liste des critiques de bandes-dessinées
Flux RSS Flux RSS

1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec

varprem
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination


(1975 - 1982) Série : Sibylline (1975 - 1982)

Auteur : Raymond Macherot

EAN/ISBN : 9782203050228

Prix : 25 €

Date de sortie : 22/08/2012

Nombre de pages : 200

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Collection : Univers d'auteurs

Publié le 18/10/2012



Née dans les pages du périodique Spirou en mars 1965, Sibylline est un délicieux personnage de petite souris évoluant dans un univers champêtre, et vivant des aventures pleines de fantaisie. Elle est environnée d’une ribambelle de seconds rôles pittoresques et attachants, et a pour adversaire le rat noir Anathème.

Casterman entreprend de publier l’intégrale des aventures de Sibylline. Cinq volumes organisés de façon chronologique sont prévus, pour un total de plus de 1000 pages. Cette édition définitive fait l’objet d’un travail très soigné de restauration des planches, afin de leur redonner la chaleur des couleurs vintage.



Parue en aout 2012, je reviens sur cette intégrale avant d'enchainer sur les suivantes afin de bien marquer la transition. Ce troisième opus renferme entre autre deux histoires complète sur des scénarios de Paul Deliège. Comment ne pas être admiratifs de l'association de talents de ces deux monstres sacrés de la bande dessinée ? Et le choix des anecdotes, témoignages et extraits sont à nouveaux légions et constitue à nouveau le maillon de la chaine d'une très belle collection de 5 intégrales qui rendent un hommage de très bon goût à Raymond Macherot. Les dossiers de Stephan Caluwaerts nous en apprennent une fois de plus beaucoup sur l'auteur et ses pairs avec notament une partie consacrée à la soirée de Noël de Sybilline, un court récit qui clôtura pour le maitre une année bien remplie. Mirliton, un personnage alimentaire qui préfigurais une période dépression de l'auteur. Les années '70 riches en productions sont le moteur des petits récits qui vous sont proposé à foison dans ce troisième tome, bref...Vous en dévoiler d'avantage serait gâcher votre plaisir, mais je puis vous assurer que le contenu est à la hauteur de ce que peut et est en droit d'attendre tout fan pur et dur de Macherot et de Sybilline. Ne vous privez pas de ce plaisir !






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Luc


Intégrale Série : Cubitus

Auteur : Dupa

EAN/ISBN : 9782803631124

Prix : 25.50 €

Date de sortie : 26/10/2012

Nombre de pages : 200

Catégorie : Humour

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Le Lombard

Publié le 18/10/2012



Ce n'est pas parce que Bidule est à l'honneur dans les pages nouveautés que l'on doit pour autant oublier son illustre parent, le débonnaire et volubile Cubitus !

Le Lombard poursuit la réédition intégrale de l'oeuvre majeure de Dupa. À l'instar de son maître et ami, Greg, l'auteur de Cubitus possédait ce don du gag en une page, porté aussi bien par un dynamisme visuel de tous les instants que par une verve jamais tarie. Ces quatre albums en attestent une fois de plus ! Et ce n'est que le début...



Comme le dit l'intitulé du résumé de la quatrième de couverture de cette intégrale : Attention, chien dormant ! Mais je rajouterais surtout, chien hilarant !

L'on retrouve avec toujours autant de joie et de sourire et rires convulsés les aventures burlesques de ce toutou pas comme les autres sortit de l'imaginaire de Dupa. Dans ce huitième opus sont contenu les titres suivants : "Cubitus fait toujours le beau", "Au poil près", "Cubitus et les cumulus de Romulus" & "Mon chien quotidien". Et ce n'est pas fini, deux autres intégrales sont encore à venir, que demander de mieux ?





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Luc


Le Carnaval Série : Monsieur Blaireau et Madame Renarde

Auteur : Brigitte Luciani et Eve Tharlet

EAN/ISBN : 9782205067835

Prix : 16,45€

Date de sortie : 05/10/2012

Nombre de pages : 32

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Publié le 18/10/2012



Cela fait plusieurs mois que Monsieur Blaireau et Madame Renarde vivent dans le terrier, mais la fin de l’hiver approche à grand pas ; il est donc temps de retourner faire des réserves. Roussette, Carcajou, Glouton sortent du terrier et tentent de trouver des provisions quant à Cassis, elle est trop jeune pour les aider  et doit donc rester au chaud dans le terrier.

Mais ce n’est pas tout, les parents de Madame Renarde débarquent et pour Monsieur Blaireau cela annonce des drames, les réserves vont s’épuiser plus vite, papy renard est le Roi des gaffes et ce dernier a l’idée d’organiser un Carnaval permettant de chasser l’hiver et d’apporter le printemps.



Une bande dessinée destinée aux plus petits, les enfants de 5 ou 6 ans trouveront leur bonheur à suivre les aventures de Monsieur Blaireau et Madame Renarde.

Dans le cinquième tome, on suit le quotidien de monsieur Blaireau et madame Renarde ainsi que de leurs progénitures.

Un élément vraiment qui m’a surpris c’est la couverture de cette bande dessinée cartonnée, doux, sensation un peu de mousses.

Quant aux dessins et aux couleurs, pour ma part j’ai vraiment eu l’impression de retourner en enfance, de revoir les dessins d’autrefois mais actualisé, mis au goût du jour, vraiment surprenant.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


Le pendule de Foucault Série : Les Chroniques de Plateterre

Auteur : Convard, Adam & Vignaux

EAN/ISBN : 9782723488457

Prix : 13,90€

Date de sortie : 12/09/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Glénat

Collection : Grafica

Publié le 17/10/2012



Par le passé sur la Plateterre coexistait deux peuples ceux régis par la doctrine de la Voie et ceux régis par le pendule de Foucault. La particularité pour l’une et l’autre c’est la vision qu’elles ont de la terre (ronde ou plate). Un jour, ces deux peuples se sont séparés suite aux divergences d’opinion qu’elles avaient. Le clergé partisan de la doctrine de la Voie, va s’en aller et va créer une communauté où la religion à sa place primordiale et dont les libres penseurs sont considérés comme des hérétiques. Kunnskap est une jeune fille intelligence, dotée de connaissances extraordinaires et qui n’aspire qu’à une seule chose, celle de s’affranchir de la doctrine de la Voie et de pouvoir librement penser. Pour se faire, elle va rejoindre un groupe d’individus, catalogué comme les rebelles hérétiques. Un soir, elle va rejoindre le groupe dans la forêt et écouter le témoignage rapporter par le sillonneur, Hasward.

Hélas, quelqu’un les a dénoncés, les moines et l’archidiacre débarquent dans leur lieu secret et les hérétiques dont Kunnskap n’ont qu’une seule possibilité fuir ou se faire tuer. Puisque l’archidiacre veut faire un exemple, il va capturer Kunnskap afin que cette dernière soit jugée.

La sanction que risque une hérétique est le bannissement dans le désert de sel. Lors du procès de Kunnskap, la sanction tombe, cette dernière est bannie de la plateterre. Les moines et l’archidiacre vont l’emmener dans le désert de sel et l’abandonner sans eau, ni nourriture. Grâce à ses connaissances Kunnskap va utiliser les ressources à sa disposition et tenter de rejoindre la fameuse communauté dont le sillonneur lui avait conté l’histoire.

Parallèlement à ça, les parents de Kunnskap ainsi que son ami et son cousin Hasward vont organiser une mission de sauvetage de Kunnskap.

Va-t-elle être rejointe par sa famille ? Va-t-elle pouvoir s’en sortir vivante du désert de sel ou même rencontrer les Foucault ?



Cette bande dessinée m’a directement fait pensée au livre de Aldous Huxley « le meilleur des mondes » ou même au film bien connu « the village ».

Lorsqu’une partie de la population est dirigée par des hommes véhiculant des idées obscures voire empêchant la liberté d’expression ou du moins la liberté de penser ; Cela créé automatiquement une vision où les libres penseurs vont être considérés comme des hérétiques ou le fait de s’écarter un tant soit peu de la ligne de conduite dégagée par les dirigeants de cette société, vous mènera droit à l’exil ou à la prison.

 

L’histoire au début, vous emmènent dans le passé, dans l’antiquité égyptienne, par la suite, vous êtes transporté dans la plateterre. L’histoire est très bien ficelée et le dessin me fait par moment penser à celui de la bande dessinée d’Aria. Avoir une héroïne féminine et douée d’une intelligence hors du commun, c’est assez rare surtout dans le milieu de la bande dessinée. Ici, Kunnskap va uniquement utiliser ses capacités intellectuelles et non ses atouts féminins. C’est assez exceptionnelle et pour ma part, je trouve que cela ajoute un plus à cette bande dessinée, on ne va pas dans le clicher de l’héroïne jolie capable de réussir uniquement grâce à son physique.

Quant à l’usage des couleurs, le passage que j’ai le plus apprécié est lorsque Kunnskap découvre les Foucault, on arrive à des couleurs plus chaudes, plus pétillantes et le dessin est moins figée, beaucoup plus dynamiques. Du moins ce fut l’impression que j’ai ressenti.

Je conseillerai cette bande dessinée à tout public, du moins un public de douze ans et plus.  






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


L'Esprit de la Cité Série : ESCOBAR

Auteur : Louis & Daviet

Prix : 14.45 €

Date de sortie : 05/10/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Fantastique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Le Lombard

Publié le 15/10/2012


Escobar vient à peine de se découvrir une fille que, déjà, il risque de la perdre ! Carmen est en effet prisonnière de l'effrayant Rosario. Mais, la dernière fois qu'il s'en est pris aux proches d'Escobar, Mexico a failli ne jamais s'en relever ! L'esprit de la forêt saura-t-il maîtriser sa colère face à son rival... ?



Si le premier tome d'Escobar avait été perçu par certains comme une série B à grand spectacle, l'Esprit de la Forêt dévoile cette fois les composantes d'une intrigue plus fouillée qui constitue le coeur de ce diptyque et nous fait voyager entre 1525, 1985 et aujourd'hui. On situe ainsi qui sont précisément les principaux protagonistes, Escobar et Rosario, ce qui les lie et les oppose. Une histoire bien sombre aux dimensions mythiques face à laquelle l'humour un peu potache des pittoresques habitants du pueblo dedos del diablo constitue une respiration bienvenue (l'apparition de Pepe en catcheur de lucha libre vaut le détour). Stéphane Louis s'amuse avec Escobar, sans cependant perdre de vue le message écologique de la série, d'ailleurs rappelé dans les remerciements figurant en début d'album. Côté dessin, ce tome 2 est, à mon sens, encore plus fort que le premier. L'action prime et se développe selon un découpage extrêmement dynamique. Le trait de Louis est formidablement souple, le dessinateur ne recule devant aucune difficulté de cadrage, nous offrant parfois des perspectives vertigineuses. Ses gardiens Che-E, véritables vedettes de ce second album, sont à la fois impressionants et formidablement vivants. Le tout est joliment soutenu par les couleurs de Vera Daviet. Action, humour, dessin spectaculaire, Escobar propose un excellent divertissement haut de gamme, suffisamment solide pour que des lecteurs aient entamé des recherches quant aux origines de la légende des Gardiens et des Incarnés qui est...totalement imaginaire. Louis, plus souvent cantonné dans la SF, est parvenu à développer ici un univers original avec des personnages très typés mais attachants. Initialement prévu en diptyque, c'est pourtant la mention « fin du Tome 2 » qui apparaît sur la dernière planche de cet album, ce qui pourrait laisser espérer une suite aux aventures du dernier Maya. Tant mieux !





Autre(s) critique(s) de cette série
Louis - 15/10/2012
merci pour cette superbe critique qui nous va droit au cœur;)
smilesmilesmilesmilesmile

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Le rituel de l'ombre Série : Marcas Maître Franc-Maçon

Auteur : Giacometti, Ravenne et Parma

EAN/ISBN : 9782756021416

Prix : 14,30€

Date de sortie : 20/09/2012

Nombre de pages : 56

Catégorie : Thriller

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Delcourt

Collection : Machination

Publié le 12/10/2012



Antoine Marcas est un commissaire et également un maître franc-maçon. Lorsque son ami Marek est assassiné devant lui, il va mener l’enquête sur le meurtre de ce dernier qui semble être lié à la découverte de la pierre de Thebbah. Il semble qu’une société secrète désire mettre la main sur les découvertes de Marek, celui-ci ayant refusé d’apporter son aide, l’ordre de Thulé l’a assassiné en respectant le mode opératoire du meurtre d’Hiram, le fondateur de la franc-maçonnerie.

Lors de son enquête Marcas devra collaborer avec une lieutenant française dénommée Zewinski qui est plus que réfractaire à la franc-maçonnerie. Par ailleurs,  Zewinski enquête sur le meurtre de sa sœur. En regroupant leurs informations, ils se rendront compte que tout est lié. Plus l’enquête avance, plus Marcas et Zewinski devront tout mettre en œuvre pour rester en vie et affronter l’ordre de Thulé.



Ce premier tome est plus que remarquable, il est inspiré de faits réels, d’actualités tout en créant une histoire fictive. Dans ce premier tome, on voyage entre la seconde guerre mondiale, le monde actuel et l’Egypte de 1798. Afin de pouvoir distinguer le vrai du faux, vous trouverez en annexe de la bande dessinée un complément d’informations par rapport à la franc-maçonnerie.

Le fait d’aborder ce thème tant au niveau des romans qu’au niveau de la bande dessinée est assez rare. On a souvent l’habitude de pouvoir lire un simple polar, avec le minimum de suspens nécessaire mais qui ne vous tient pas en haleine du début jusqu’à la fin et surtout qui ne traite pas de la franc-maçonnerie de cette manière-là.

Ici, avec le commissaire Antoine Marcas, nous voyageons dans différents pays, nous menons l’enquête avec lui et il faut parfois arriver à faire une petite gymnastique de l’esprit pour pouvoir arriver à mettre en relation tous les éléments nécessaires pour la bonne compréhension de l’histoire. Pour ma part, j’ai adoré ce premier tome « le rituel de l’ombre », dont la suite sortira dans approximativement six mois.

Pour ceux qui ont encore des craintes suite à l’annonce du mot, franc-maçonnerie, ce qui m’a le plus surpris tant dans les romans que dans la bande dessinée, les auteurs n’ont pas été dans l’aspect ridicule de la franc-maçonnerie, souvent on lit des histoires avec des théories de complots plus qu’abracadabrante et l’on est vite saoulé de l’histoire.

Ici, oui le commissaire Antoine Marcas est maître franc-maçon, il enquête sur le meurtre de son ami mais on n’aboutit au théorie de complot dont on a l’habitude, on n’aborde pas le thème franc-maçonnerie de façon ridicule (exemple : ils dansent à la pleine lune en tenue étrange,… ils boivent du sang à leur cérémonie,….). Non, les auteurs abordent de façon respectable et harmonieuse un thème qui a souvent connu des déboires et dont l’inconnu a souvent eu pour conséquence le développement de théories aberrantes.

Si vous lisez cette bande dessinée, attendez-vous à être surpris, à râler du fait de devoir attendre six mois pour lire la suite, à apprécier le thème et à vouloir lire même les compléments.

Quant au dessin, Gabriele Parma a fait un travail extraordinaire bien que par moment, on a parfois l’impression d’avoir des personnages peu expressifs ou figés, mais le dessin s’harmonise parfaitement avec l’histoire. Je n’imagine pas personnellement un dessin de type cartoon pour un thriller ésotérique mais plutôt un dessin de type classique avec des couleurs bien précises et c’est le cas ici. Au niveau des couleurs, nous retrouvons Sophie Dumas et la cohérence entre le dessin, les couleurs et l’histoire est maintenue.

 

Pour conclure, il est clair que cette bande dessinée n’est pas adaptée à jeune public mais pour un public adolescent et adulte, elle pourrait convenir sans aucun problème. Par ailleurs, ceux qui ont lu les romans d’Eric Giacometti et de Jacques Ravenne, ne seront pas déçus de cette adaptation. On peut enfin mettre un visage sur Antoine Marcas et arrêtez de se l’imaginer en permanence.

 






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


Les petites gens. Série : Les petites gens.

Auteur : Zabus - Campi Thomas.

Prix : 14,99 €

Date de sortie : 05/10/2012

Nombre de pages : 72

Catégorie : Tranche de Vie

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Le Lombard

Collection : Autre regard

Lien spécifique : http://www.izneo.com/read-9782803631025...

Publié le 11/10/2012


Une ville, une rue, deux immeubles qui se font face et quelques personnages comme on en croise tous les jours. Ils sont emportés par leur vie, de la maison au bureau, de la crèche au cimetière. Parmi ces gens, certains fonctionnent moins bien que d'autres. Des petites gens. Ils sont là mais on ne les voit pas. La seule chose qui importe, c'est qu'ils fassent ce qu‘on attend d'eux : travailler puis mourir sans bruit. Mais parmi ces petites gens, quelques-uns ont l'air d'encore aimer la vie. Ils l'aiment assez pour essayer de lui donner un sens, d'y trouver le bonheur. On dirait des révolutionnaires. Silencieux et pacifiques. Il y a par exemple ce petit fonctionnaire des chemins de fer, préposé aux objets trouvés. Ce qui l'éveille la nuit, c'est le sourire de son vieux collègue ! Comment un type qui a une vie aussi banale, aussi ennuyeuse que la sienne peut-il afficher perpétuellement un sourire de bonheur ? Une question qui trouvera une réponse qui pourrait bien tout changer. Il y a aussi cette technicienne de surface à la passion bien étrange, cette vieille danseuse qui, même à la retraite, perpétue la magie du spectacle. Et ce père qui ne sait plus comment vivre avec son fils depuis que sa femme est morte ? Leur voisin, un vieil original qui donne ses livres comme autant de caresses, de remèdes, tentera de briser le grand silence qui s'est établi entre eux.Les petites gens ont des petites vies, si petites qu'on devrait les oublier, mais c'est pourtant elles que l'on va vous raconter.



A travers l’histoire de six personnages habitant le même quartier, le scénariste (Zabus) nous entraîne dans un univers ( i)réel. Il capture l’attention des lecteurs malgré la diversité des personnages mis en scènes. Le fils (Louis) qui n’arrive pas à faire le deuil de sa mère alors que son père vit exactement la même situation, chacun refoulant sa peine de son côté, reclus tous deux dans le silence, ne prenant pas la peine de dialoguer ensemble. Monsieur Armand, amoureux des livres, mais aussi de la voisine d’en face (Irina, une ancienne danseuse) n’osant pas l’aborder si ce n’est qu’au moyen d’un subterfuge de lettre adressée à une adresse fantaisiste et qui retourne à la personne renseignée comme expéditrice. Lucie, la vieille dame se sentant inutile et passant inaperçue qui malgré son âge continue à faire des ménages afin de survivre, se faisant congédié par sa patronne et qui projette de mettre fin à ses jours en se jetant dans la fleuve. Et que dire de Paul, l’employé des chemins de fer ne supportant plus le sourire de son collègue! Chacun existant à côté de l’autre, mais sans aucun dialogue entre eux. Un scénario digne d’un film, mais aussi un terrible constat sur le manque de communication entre humains. Le trait particulier de Thomas Campi, que l’on découvre dans ce premier scénario, est tout à fait indiqué pour cette histoire que certain qualifieront de banale, mais dont on ne sort pas indemne. Un livre surprenant et inattendu qui ne laissera personne indifférent.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Niala S.


Connexion Série : Illimité

Auteur : Ferré, Bonnin, Khaled & Lôthelier

EAN/ISBN : 9782302023529

Prix : 10,50€

Date de sortie : 20/09/2012

Nombre de pages : 46

Catégorie : Jeunesse

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Publié le 10/10/2012



Un jour Sim et ses copains (Sonny et Mac) décident d’aller faire du camping, de retour à la maison aucun d’entre eux ne se souvient de ce qu’ils ont pu faire durant ce week-end, à croire que quelqu’un ou quelque chose leur aurait effacé la mémoire.

Et puis, une drôle de boite se trouvent dans la chambre de Sim et contenant un appareil qui semble être un téléphone portable mais Sim n’arrive pas à le démarrer. En même temps, on apprend à la télévision qu’il s’est passé quelque chose dans les bois et l’armée est sur place empêchant toute fuite d’information.

Mais lorsque Sonny va arriver à débloquer le téléphone, ils vont se rendre compte que ce téléphone n’aurait jamais dû tomber entre leurs mains et qu’il s’agit d’un super téléphone portable possédant des applications exceptionnelles.



Ce premier tome introduit longuement l’apparition de ce super téléphone portable, ce qui a pour sensation de laisser un arrière-goût de trop peu puisque l’on n’en sait pas plus et en même temps un arrière-gout de trop d’informations sur l’apparition de ce téléphone. On est mélangé entre vouloir attendre le second tome pour enfin rentrer véritablement dans l’histoire et par conséquent dans la série, et celle de ne pas lire le second tome au risque d’être déçu.

L’idée d’un téléphone portable possédant des applications exceptionnelles correspond bien à la tendance du moment, celle où chaque marque de téléphone portable essaye de nous attirer vers un nouvel appareil alors que celui que nous possédons à moins de trois mois et cela avec des applications plus qu’alléchantes. Les dessins sont tout à fait dans le ton de l’Edition Soleil, dynamique, jeunes, précis. Il est vrai que le dessin ainsi que les couleurs peuvent avoir pour effet de vous maintenir dans l’histoire, de vous pousser à rester dans la série.

J’espère quand même que l’histoire du second tome ne consistera plus dans l’installation des bases de l’histoire, des repères et qu’on puisse enfin suivre les aventures de Sim, Mac et Sonny.

Je conseillerai cette série à un jeune public.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


Opération suicide Série : Metronom'

Auteur : Corbeyran et Grun

EAN/ISBN : 9782723485357

Prix : 13,90€

Date de sortie : 12/09/2012

Nombre de pages : 56

Catégorie : Divers

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Glénat

Collection : Grafica

Publié le 10/10/2012



Lynn Forester et Floréal Linman sont actuellement enfermés dans la station orbitale « Fish Eye » et attendent que la sanction tombe afin de pouvoir préserver au mieux les apparences ainsi que l’information véhiculée par l’Etat. Mais, il se peut que quelqu’un décide autrement de leur avenir, ils sont contraints par le Ministre à accepter une mission, une opération secrète, celle de retrouver un dénommé Eugène Warnier. Pour que Lynn et Floréal acceptent la mission, le ministre leur inocule un virus inconnu ayant pour effet que Lynn et Floréal n’auront plus qu’un laps de temps assez court pour vivre.

Parallèlement à cela, le commissaire Radcliffe doit découvrir l’auteur du conte « Le Metronom », pour ce faire, il devra continuer à infiltrer les milieux rebelles et prendre certaines décisions telles que le meurtre pour éviter d’être démasqué ou même dénoncé par l’un de ses pairs.

 



Dans ce troisième tome, on assiste plus à un scénario tourné autour des personnages, on peut suivre un peu plus la cassure et des mots comme coup d’état ou dissident, nous permettre d’émettre comme avis qu’il s’agit plus d’une histoire de type politique, aventure ou thriller politique qu’une série de bande dessinée de science-fiction. On se demande à la fin de ce troisième tome ce qu’il va advenir de Lynn et Floréal ainsi que pour d’autres personnages clés de la série.

Pour ma part, bien que le scénario et les dessins s’harmonisent, se complètent, je trouve que ce tome manque de quelque chose, peut-être est-ce lié à un début un peu lent ou aux dessins qui par moment semblent totalement figées ; telle une capture d’écran. Ce manque de dynamisme, de punch, risque d’en frustrer plus d’un et de faire fuir certains lecteurs. Toutefois, dans ce troisième tome, on assiste à un rebondissement dans la série. Pour les lecteurs ayant pu suivre toute la série, ce rebondissement fait plaisir, pour les nouveaux venus, il vous faudra lire les deux premiers tomes pour pouvoir totalement vous imprégner de l’histoire et pouvoir apprécier cette série.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


Le jugement de la balance Série : Zodiaque

Auteur : Corbeyran et Ullcer

EAN/ISBN : 9782756023977

Prix : 13,95€

Date de sortie : 05/09/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Polar

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Delcourt

Collection : Marchination

Publié le 08/10/2012



A New-York, un procureur dirige une enquête contre le crime organisé, visant ainsi à mettre à néant les familles les plus puissantes de la mafia. Ce procureur est dénommé Benjamin Brass et il est doté en plus de sa capacité de mener à bien une enquête d’un talent caché, celui de sorcier. Brass est capable d’influencer les personnes grâce à son don et à un pendentif très spécial.

Lorsqu’une autre famille mafieuse tombe, le FBI interrogera Benjamin Brass afin de savoir si ses intentions sont pures ou non. Veut-il nettoyer les rues de New York du crime organisé ou devenir le prochain chef d’une famille mafieuse ? Ce sont les questions que le FBI lui posera notamment comment fait-il pour pousser les personnes à témoigner, comment fait-il pour vivre au-dessus de ses moyens,…

Entre son transfert du bureau du FBI et celui de sa prochaine cellule, un convoi d’hommes lourdement armé vont venir enlever le procureur Benjamin Brass, ayant pour conséquence que de nouveaux soupçons vont peser contre lui. Le procureur Benjamin Brass est emmené en Sicile et ne pourra nullement s’en échapper. Il rencontrera un vieil homme capable de lui transmettre l’étincelle ainsi qu’une femme et un jeune enfant…

Après son enlèvement et sa séquestration, le procureur Benjamin Brass démissionne, il sait que son nom a été trainé dans la boue et bien qu’il ait été blanchi, cela ne changera rien à sa vision du bien et du mal, et il ne pourra plus mener à bien son travail comme il le faisait auparavant.



Voilà plusieurs mois que cette série a commencé, certains vous diront que la série décroit et qu’il n’y a que déception sur déception et d’autres vous diront que la série est excellente et qu’elle reste dans une continuité.

Pour ma part, ce septième album est parfait, peut-être est-ce lié à ma vision des choses ou encore dès le moment où l’on parle de procureur, bien et mal, justice, j’en frémis. Mais, je ne pense pas que ça soit ça qui fut déterminant dans mon appréciation de ce tome. On découvre une histoire indépendante, si vous n’avez pas lu les six précédents tomes, vous ne serez nullement perdus, et c’est peut-être un côté positif pour une série. Souvent lorsque l’on est fan d’une série, si l’on oublie d’acheter un tome ou qu’un laps de temps assez long s’écoule entre la sortie de plusieurs tomes, vous êtes obligé de vous farcir tous les tomes de la série afin de pouvoir profiter pleinement de l’histoire alors que dans la série Zodiaque, je ne ressens pas cette sensation de devoir supporter la lecture de chaque tome, j’en prends un plaisir peut-être très étrange de les dévorer, de les lire, de les apprécier et de trouver à chaque fois l’histoire un peu plus différent, un peu plus surprenant, un peu plus alléchante.

 

Dans de nombreuses séries, les personnages sont confrontés à une certaine dualité, à un conflit intérieur ; la série zodiaque ne déroge pas à cette règle puisque le personnage principal, le procureur Bass, poursuit un combat entre le bien et le mal, entre la justice et le crime organisée, et tout au long de l’histoire, cette équilibre sera mis en lumière. Quoi de plus normal, puisque le symbole de la justice n’est autre qu’une balance, l’équilibre que ce soit dans le monde actuel, dans l’univers des médias, dans l’univers de la justice,… doit être maintenu sinon le monde tel que nous connaissons serait plus qu’anarchique ; et cet album traite très bien de ce combat entre le bien et le mal.

En ce qui concerne le dessin, j’ai adoré le passage où le procureur Bass se trouve en Sicile, les couleurs, les dessins dans cette partie-là sont tout bonnement magnifique, on se croirait en Italie et on a qu’une seule envie c’est de manger des « pastas » ! Par contre, certains risquent d’être déçus quant aux dessins relatifs aux personnages, par moment, on a l’impression que la tête par rapport au corps du personnage est légèrement disproportionnée, mais il ne s’agit que d’un tout petit détail qui ne saute pas spécialement aux yeux de tous. Toutefois, les couleurs, les dessins et l’histoire s’harmonisent parfaitement bien, formant un tout cohérent.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec2

varprem2
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination



©BD-Best v3.5 / 2022