?>

Dans un Hollywood qui faisait encore rêver, Ferdjoukh et Pitz font la lumière sur la bobine oubliée de ce cher Alfred
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Dans un Hollywood qui faisait encore rêver, Ferdjoukh et Pitz font la lumière sur la bobine oubliée de ce cher Alfred

Le mercredi, c’est jour des sorties cinéma, et dans la rubrique « c’est presque du cinéma », au rayon BD, Malika Ferdjoukh et Nicolas Pitz ont exhumé un chef-d’oeuvre oublié, fantôme même, resté dans l’ombre d’Hitchcock : son film-testament « Mary Rose ». Un film sortant des films à sueurs froides et à psychose que le maître du suspense avait pris l’habitude de faire. Raison pour laquelle les studios ne se mouillèrent pas pour le produire et Hitchcock n’eut d’autre solution que de le produire de sa poche et dans le plus grand secret. Enfin, secret, aujourd’hui rompu par le téméraire Harry qui, entre fiction et réalité, grand écran et petites cases, nous infiltre dans ce milieu qui faisait encore rêver, à l’époque. Et Rue de Sèvres continue de porter en cases, avec brio, certaines belles pièces de l’École des Loisirs, sa maison soeur.

 

 

 

 

 

 

 

© Ferdjoukh/Pitz chez Rue de Sèvres

 

Résumé de l’éditeur : Harry Bonnet, 16 ans, fils d’un cuistot montmartrois, est fou de cinéma. Comment s’est-il retrouvé à Hollywood ? C’est simple. Il lui aura suffi d’une gifle, d’une caille rôtie et d’une assiette de pommes de terre pour traverser l’Atlantique et atterrir sur la colline mythique. L’Amérique ! Des stars à tous les coins de rue ! Une nuit, il s’introduit en catimini sur le plateau n° 17, remplace au pied levé un second rôle souffrant et… tombe nez à nez avec Alfred Hitchcock. Le metteur en scène le plus célèbre du monde commence le tournage d’une pièce de J. M. Barrie, Marie Rose. C’est un secret absolu. Le film porte un faux titre et Hitchcock lui-même a pris un nom de code. Mais pourquoi diable Harry a-t-il voulu voir les premières minutes du film fantôme ? Pourquoi a-t-il désobéi au maître du suspense ?

 

 

 

 

© Ferdjoukh/Pitz chez Rue de Sèvres

 

C’est dans son ombre si reconnaissable qu’Hitchcock a fondé sa légende et mûri ses secrets de fabrications mais aussi les secrets d’un pan de l’Histoire cinéphile. Certains restent encore opaques et bien mystérieux. Comme cette arlésienne jamais concrétisée qu’est Mary Rose, une pièce de J.M. Barrie (oui, oui, le papa de Peter Pan !) dont Alfred Hitchcock était tombé irrémédiablement amoureux au point de vouloir la porter des planches à la caméra, à différents moments de sa carrière.

 

 

 

 

© Ferdjoukh/Pitz chez Rue de Sèvres

 

Cette pièce, à des lieues de ce que ce cher Alfred a pu porter sur grand écran, c’est l’histoire fictive de Mary Rose, une fille qui, par deux fois séparées par de nombreuses années, disparaîtra de manière inexpliquée sur une île écossaise. Deux disparitions d’autant plus mystérieuses que la malheureuse sera frappée d’amnésie, incapable de se souvenir de ce qui lui est arrivé durant cette « évaporation ».
labobinedalfred2

 

 

labobinedalfred2

 

 

© Ferdjoukh/Pitz chez Rue de Sèvres

 

Qu’on s’entende, Malika Ferdjoukh et Nicolas Pitz ne vont pas solutionner cette pièce (découvrez-la, elle vaut le coup, dixit Alfred) et nous embarquent dans une ambiance moins écossaises qu’hollywoodienne : ils ont retrouvé le dernier chef-d’oeuvre du Maître du Suspense, celui que personne n’a vu, qui danse avec les fantômes des œuvres oubliées, restées confidentielles ou tout simplement non-terminées. Mais, ce Mary Rose version filmée, vous ne pouviez mal de le trouver, tourné à la nuit tombée et, ensuite, rangé sous une fausse étiquette.

 

 

 

 

© Ferdjoukh/Pitz chez Rue de Sèvres

 

C’était sans compter le mini-inspecteur Harry qu’a imaginé Malika Ferdjoukh en roman et désormais en BD, auquel Nicolas Pitz donne un corps et une frimousse téméraire. Harry a 16 ans, porté par le vent américain de tous les possibles, le permis en poche et la jeunesse qui parle pour lui et toutes les aventures qui s’offrent à lui. Et dans celles-ci, il n’est pas dit qu’il va obéir docilement à son père qui semble lui cacher la vérité. Chef cuisinier pour une actrice du cinéma muet devenu parlant pour mieux la mettre dans une retraite confortable, le père d’Harry s’éclipse tous les soirs pour une mission dont il ne peut rien dire et, du coup, ça va intriguer notre petit héros qui va vite s’apercevoir que son enquête le mène dans l’obscurité d’un plateau de tournage quasi-clandestin mais illuminé par la présence de son chef d’orchestre mythique : Sir Alfred Hitchcock… en compagnie de l’intransigeante Alma. Les remontrances font vite place à une expérience inoubliable : Harry va devenir figurant, par la force des choses… et, par la tournure de celles-ci, acteur de la sauvegarde de cette ultime oeuvre. Car les vautours et les corbeaux rodent autour de ce trésor sur pellicule qui peut sans aucun doute rapporter une fortune s’il tombe dans les mauvaises mains.

 

 

 

 

© Ferdjoukh/Pitz chez Rue de Sèvres

 

Retrouvant la grandeur éblouissante d’un Hollywood qui n’avait pas encore perdu toutes ses paillettes mais dont les lettres reconnaissables étaient déjà dans un sale état, le duo nous entraîne dans un voyage très agréable au pays de quelques légendes. S’évadant du script de la réalité, c’est sur les chemins trépidants de la fiction que le cinéma explose le décor pour se confondre avec les faits avérés (le couple Alfred-Alma, l’authenticité d’un cinéma encore fait-main). Les méchants n’ont peur de rien et Harry encore moins dans ce qui sera une course-poursuite généreuse et sans cascadeur. Nicolas Pitz, de son style très accrocheur et raffiné, trouve une ambiance et une reconstitution intactes. Et ce n’est pas du cinéma, c’est de la BD… bien dirigée.

 

 

 

 

© Ferdjoukh/Pitz chez Rue de Sèvres

 

 

 

Alexis Seny

 

Titre : La bobine d’Alfred

Récit complet

D’après le roman de Malika Ferdjoukh et une histoire de Gérard Goldman

Scénario : Malika Ferdjoukh

Dessin et couleurs : Nicolas Pitz

Genre: Polar

Éditeur: Rue de Sèvres

Nbre de pages: 100

Prix: 14€



Publié le 07/06/2018.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2018