?>

Deux époques, un passage… On se retrouvera. The Black Holes
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Deux époques, un passage… On se retrouvera.  The Black Holes

 

 

« - Teresa.

- Oui ?

- Je suis sûr que j’ai vu un truc à l’intérieur de cette pierre.

- C’était quoi d’après toi ?

- Je crois que c’était moi, dans plusieurs années.

- Vraiment ?

- Oui. Mais dans plusieurs années.

- Waouh. »

 

 

 

 

 

 

                  Un groupe. Des sœurs. Une histoire. Mais 160 ans de vie séparent les protagonistes.

2016 : « The Black Holes », groupe féminin de punk, répète.

1856 : près d’un lac sombre en bordure de clairière, une jeune fille croise un squelette désemparé. L’être est complètement perdue. Ossature d’une femme, elle veut quitter la forêt pour voir les étoiles. Elle voudrait rentrer chez elle, mais ne sait pas si elle va y arriver. Tout ce qu’elle espère, c’est qu’elle ne soit pas morte.

 

2016 : Gloria, Cristina et Laura rejoignent le studio de répétition.

Entre les siècles, des papillons rouges volètent.

 

 

 

 

© Gonzalez - Dargaud

 

 

Mais quel lien unit les demoiselles séparées de tant d’années ? Par quel moyen, l’une d’entre elles s’est-elle retrouvée dans une époque qui n’est pas la sienne ?

 

Variation sur une musique punk ou symphonie romantique au piano, echo d’un Empire victorien obsolète ou chronique moderne d’un trio de jeunes filles passionnées, The Black Holes est une histoire indéfinissable, un OVNI bé-dessiné.

 

 

 

 

© Gonzalez - Dargaud

 

 

L’auteur donne les morceaux d’un puzzle dont on ne voit pas très bien au départ comment ils pourraient s’assembler, quel rapport ils auraient entre eux. Mais une fois les pièces imbriquées, on comprend les tenants et les aboutissants du périple merveilleux dans lequel Borja Gonzalez nous a embarqué.

 

D’un esthétisme certain, le dessinateur livre des planches magnifiques. Noir, bleu vert, rouge, orangé, jaune pâle et quelques variétés de gris sont les rares tons d’à-plats qui colorent cette fable nocturne.

 

 

 

 

© Gonzalez - Dargaud

 

 

La préface de Juan Diaz Canales est bien ciblée. Relue une fois l’album terminé, elle confirme le ressenti que l’on peut avoir avec ce voyage dans le temps.

 

L’auteur brouille les pistes avant de donner les clefs de son concept.

 

 

 

 

© Gonzalez - Dargaud

 

 

Le véritable sujet du livre n’est ni l’histoire d’un groupe de musique, ni celui de deux sœurs du XIXème siècle, mais bien l’aventure du passage de l’adolescence à l’âge adulte, réflexion sur le temps qui passe. Et était-ce différent à l’époque où l’on portait des chapeaux, où l’on se saluait par des révérences, où il n’y avait pas internet ?

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : The Black Holes

 

Genre : Fantastique

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Borja Gonzalez

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 128

 

Prix : 18 €

 

ISBN : 9782205079357

 



Publié le 26/02/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019