?>

La marche inéluctable de l’Histoire. Une génération française 5 – Vichy-capitale
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

La marche inéluctable de l’Histoire.  Une génération française 5 – Vichy-capitale

Lorsque Vichy était capitale française !

Le panorama de la société française des années 40 que dresse la série invite à suivre trois jeunes gens, deux garçons et une fille, que le destin a placé de façon violente face à des choix urgents et cruciaux pour leur futur.  Alors qu’à Vichy on déplore le bellicisme des Anglais qui retarde la mise en œuvre des conditions d’armistice en vue de la victoire imminente de l’Allemagne d’Hitler, le père de Tanguy décide qu’il est temps de mettre à l’abri son fils, tout juste remis de sa blessure, et le fait muter dans les bureaux du Centre Départemental de la Mémoire. Mais ce n’est pas au goût de cet homme de terrain.

 

 

 

 

 

 

 

© Gloris, Garcia, Saint-Blancat – Soleil

 

 

22 juin 1940, forêt de Compiègne : une convention d’armistice est signée entre le représentant du gouvernement de Pétain et celui du troisième Reich mettant fin aux hostilités entre les deux pays. Celle-ci établit les conditions d’occupation par l’Allemagne de la France, divisant cette dernière en deux zones délimitée par une ligne de démarcation : une zone occupée par l’armée allemande et la zone dite  « libre », l’empire Français restant sous l’autorité du maréchal. Le gouvernement de Pétain s’installe à Vichy, ville choisie pour son offre de nombreux complexes hôteliers et son nouveau centre de communications téléphonique.

 

 

 

 

© Gloris, Garcia, Saint-Blancat – Soleil

 

 

 

03 juillet 1940, rade nord-africaine de Mers el-Kébir: une escadre de la Royal-Navy se présente face à la base navale française remettant un ultimatum au vice-amiral d'escadre Gensoul, lui donnant le choix entre le ralliement au Royaume-Uni, un désarmement des navires dans un port de la Martinique ou un sabordage. Devant le refus de ce dernier, les bâtiments britanniques ouvrent le feu mettant plusieurs navires hors-service, tuant  mille deux cents nonante sept marins français et en blessant trois cent cinquante. Pour les Britanniques, il fallait éviter que la flotte française tombe aux mains des nazis.


24 octobre 1940, gare de Montoire : de retour d’une entrevue avec le général Franco devant entrainer l’Espagne dans la guerre aux côtés des forces de l’axe, Adolf Hitler rencontre Pétain sur les quais de la gare de Montoire. Les deux hommes échangent une poignée de main. L’entrevue fit les gros titres de la presse française et fut le sujet d'un discours radiodiffusé du chef de l’État français le 30 octobre 1940 où Pétain engage personnellement et officiellement le régime de Vichy dans la collaboration.

 

 

 

 

C’est au travers de ces différents événements que l’on suit Tanguy Brettin d’Arçonet accompagné de son père dans le giron du gouvernement de Vichy. Ce dernier, grand défenseur de la politique prônée par le maréchal (Travail, famille, patrie), décide de mettre son fils à l’abri du conflit. Profitant de sa position, Tanguy s’emploie à dissimuler des armes et d’autres marchandises afin qu’elles ne tombent pas dans les mains allemandes.

 

 

 

 

© Gloris, Garcia, Saint-Blancat – Soleil

 

 

 

L’armistice signé, les luttes internes afin d’obtenir le pouvoir politique au sein du régime de Vichy vont se mettre en branle. Pierre Laval, le premier rapace, va tout tenter afin de soustraire le pouvoir à Pétain. C’est le début de la politique de collaboration avec les nazis et l’instauration des lois antisémites. Mandaté par le ministre de l’intérieur du gouvernement de Vichy, Tanguy procède à l’arrestation de Paul Reynaud, lui reprochant « sa responsabilité » de  la défaite française (Pétain craignant qu’il quitte la France afin de rejoindre De Gaulle à Londres).  Blasé, Tanguy obtient sa mutation en Syrie et participe à l’opération « Exporter » lors de la défense de Damas contre les forces françaises libres. Les combats cessent le 12 juillet 1941. Un armistice est signé entre les Alliés et les Vichystes le 14 juillet 1941, à  Saint-Jean-d’Acre (Palestine). Le scénario signé par Thierry Gloris reste fidèle à la réalité. Les représentations réalisées par Manuel Garcia sont brutes mais audacieuses. En attente de la seconde saison afin de connaitre le devenir d’un Tanguy probablement fait prisonnier.

Haubruge Alain

 

 

L'avis de Laurent Lafourcade

 

 « -Vous pensez réellement que le Maréchal Pétain pourra nous sortir de la tourmente ?
-          Qui d’autre ? Il est le seul à pouvoir épargner à la population les tourments d’une occupation militaire. Il a très certainement un plan pour endormir les boches en attendant une revanche.
-          Vous croyez les allemands si naïfs ? Jamais ils ne nous laisseront l’opportunité de nous relever.
-          Mon fils ?! Pensez-vous être plus éclairé que le vainqueur de Verdun ? »
 
Tanguy Brettin d’Arçonet n’est pas du même avis que son père. Nous sommes en 1940. Va-t-il continuer à rester un pion aux mains de ses supérieurs ou s’affranchir pour devenir maître de son destin ? Entre un père obtus et une épouse qui ne sait que faire pour qu’il s’intéresse à elle, Tanguy pense que sa vie est un naufrage, mais il a des choses à accomplir. Il doit à la fois faire face et accompagner sa génération…française.
 
A travers le destin de Tanguy, Thierry Gloris raconte l’Histoire en mêlant les destins de personnages historiques avec ceux des véritables héros et salauds du quotidien. Sans didactisme, le malin scénariste explique comment le maréchal Pétain a mené la barque de la France en 1940, pensant prendre les bonnes décisions pour éviter qu’elle ne coule. Ses relations avec Pierre Laval sont au cœur de cette « Vichy-capitale ».

 

 

 

 

 
Manuel Garcia est un spécialiste du Comics. Il a travaillé sur Avengers, Justice Ligue, Star Wars. Il se trouve aussi à l’aise dans la BD historique, prenant en mains les personnages historiques Pétain, Laval et même l’ignoble Hitler, lui donnant dans une évanescence un regard noir comme les ténèbres.
 
Les couleurs de Cyril Saint-Blancat donnent une unité à cette série chorale aux deux dessinateurs et une dessinatrice. Ugo Pinson en donne une deuxième en signant les couvertures des deuxièmes parties de chacune des histoires : Ici Londres, Vichy-capitale et très prochainement Radio-Paris ment.
 
Intelligente et passionnante, Une génération française est une des séries qui redonne ses lettres de noblesse à la bande-dessinée historique.
 

           

 

Laurent Lafourcade


Série : Une génération française

Titre : 5 – Vichy-capitale

Collection : Quadrants

Genre : Drame historique

Scénario : Gloris

Dessins : Garcia

Couleurs : Saint-Blancat

Couverture : Pinson

Éditeur : Soleil

Nombre de pages : 48

Prix : 14,50 €

ISBN : 9782302068520



Publié le 15/03/2018.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019