?>

Le conte de fées existe encore. Aristophania 1 – Le royaume d’Azur
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Le conte de fées existe encore.  Aristophania 1 – Le royaume d’Azur

            « - Qui êtes-vous ?

-          J’étais une amie de Clément et je lui dois d’être encore en vie.

-          Qu’est-ce que vous voulez ?

-          Vous apporter d’autres mauvaises nouvelles. Vous devez quitter Marseille dès ce soir ! Et ne jamais parler de votre relation avec Clément. Il en va de votre vie, et, plus encore, de celle de vos enfants. Je ne peux vous en dire plus.

-          Madame, j’ignore quel était le secret de Clément, mais pour le garder auprès de moi, j’ai accepté de vivre caché, de ne pas me marier, et de ne le présenter à personne. J’ai élevé mes enfants seule, sans jamais rien devoir… à personne ! »

 

 

 

 

 

Marseille 1900. Aristophania Bolt, vieille dame respectable et chic, vient mettre en garde la famille de Clément. Cet ouvrier qui lui a sauvé la vie en perdant la sienne n’était pas le simple homme que l’on croyait qu’il était. A présent, sa famille est en danger. Il faut fuir, disparaître dans la région parisienne.

 

Quelques années plus tard, alors que leur mère est emprisonnée, Aristophania prendra les trois enfants, Basile, Calixte et Victor, sous son aile pour les amener dans le Sud de la France, au Royaume d’Azur. Ceux-ci découvriront en elle une magicienne les protégeant et luttant contre un mystérieux Roi banni.

 

 

 

 

© Dorison, Parnotte– Dargaud

 

 

Xavier Dorison prouve qu’il est encore possible d’écrire de nouveaux comptes de fées. Perrault et les frères Grimm n’en ont pas l’apanage. Peut-être que dans 300 ans, on lira Aristophania comme on lit aujourd’hui les grands classiques du conte traditionnel.

 

Aristophania est une héroïne atypique. Une vieille dame ridée qui envoie valdinguer des bonshommes dans la fleur de l’âge, il fallait oser. La mystérieuse fée devient rapidement attachante et crédible.

 

 

 

 

© Dorison, Parnotte– Dargaud

 

 

Les personnages secondaires sont le ciment d’une histoire réussie. En cela, plusieurs d’entre eux contribuent à l’affaire, comme le mystérieux Monsieur Cayenne, Black Butler de son état, collant comme le sparadrap du capitaine Haddock, ou encore Barboza, le chasseur de rats, faisant passer le Terminator du premier film pour un enfant de cœur.

 

Les auteurs ont eu la bonne idée et l’originalité de placer leur histoire en France. Alors que ce genre de récit se passe soit dans une Angleterre victorienne, soit dans un lieu sciemment indéfini, ils installent avec ce subterfuge une crédibilité inattendu à une histoire fantastique, comme un concept d’heroïc-fantasy locale.

 

 

 

 

© Dorison, Parnotte– Dargaud

 

 

Joël Parnotte s’inscrit dans l’arbre généalogique de Régis Loisel. Avec Vincent Mallié, et dans un autre style Sylvain Vallée, Parnotte fait partie des dessinateurs sur lesquels il faut compter… et conter. Son trait réaliste est tout aussi efficace dans la crasse de la ville que dans la beauté de la nature du Royaume d’Azur. Parfois trop hachuré sur les visages, il sait se faire évanescent lors des moments de magie. Le décor somptueux d’Azur en pleine planche est splendide.

 

 

 

 

© Dorison, Parnotte– Dargaud

 

 

Aristophania touche l’âme du lecteur qui, enfant, aimait avoir peur sous ses draps après qu’on lui ait lu son conte du soir avant d’éteindre la lumière.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Aristophania

 

Tome : 1 – Le royaume d’Azur

 

Genre : Aventure fantastique

 

Scénario : Dorison

 

Dessins & Couleurs : Parnotte

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 14,99 €

 

ISBN : 9782505070047

 



Publié le 17/01/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019