?>

Les seigneurs de la quête des étoiles. UCC Dolores 1 – La trace des nouveaux pionniers
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Les seigneurs de la quête des étoiles.  UCC Dolores 1 – La trace des nouveaux pionniers

 

 

            « - Et tu comptes faire quoi avec cette antiquité ?

-          Je ne sais pas trop. C’est encore flou. J’avais pensé faire de l’humanitaire.

-          Prfha ha ha ! De l’humanitaire ?! Avec un vaisseau de guerre !!! Ha ha !

-          Eh bien oui, justement ! Il est peut-être temps pour ce vaisseau de réparer ce qu’il a détruit, de redonner de l’espoir et de la joir, là où il a semé la mort et la désolation.»

 

 

 

 

 

            Mony, 18 ans, quitte le couvent qui l’a recueillie pour prendre possession de son héritage : un vaisseau de guerre croiseur de l’espace. Aidée par l’ancien militaire Tash, elle partira dans la galaxie aux commandes du navire.

 

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

Une orpheline aux origines mystérieuses, une succession qui lui tombe sur les bras, un baroudeur aux gros bras, un mystérieux passager clandestin s’avérant être un pilote mécano et des méchants impitoyables qui veulent récupérer le Glaive de Tassili, le plus gros trésor qui ait jamais existé : on mélange le tout dans un shaker et on confie le bébé à l’un des meilleurs dessinateurs de sa génération, qui en a créé le scénario avec son épouse. L’ensemble donne un space-opera qui risque de faire parler de lui.

 

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

            Tarquin prouve qu’il n’a pas besoin d’Arleston pour faire vivre une série. Avec UCC Dolores, il créé sa mythologie à la Star Wars, son seigneur des anneaux de l’espace. L’essai est plus que réussi. La série démarre sur les chapeaux de roues. Bien sûr, l’album souffre de quelques petits défauts inhérents à toute présentation d’un nouveau monde. 48 planches pour présenter tous les personnages, leur passé et leurs objectifs, c’est court. Mais Tarquin, épaulé par son épouse Lyse, n’est jamais rébarbatif.

 

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

            Graphiquement, Didier et Lyse Tarquin en donnent plus que jamais aux lecteurs. Chaque planche d’UCC Dolores est minutieuse, fourmille de détails précis, encore plus que dans Lanfeust. On pourrait lui reprocher d’avoir donné à Mony une grande chevelure rousse bouclé à la Pelisse, mais on lui pardonne. La quête de l’oiseau du temps fait partie des ingrédients ingérés par les auteurs. Lorsque le mécano Tork se mêle au combat, il a comme un petit air de Fourreux mâtiné de Wolverine. On peut aussi citer les Cosmocats auxquels les Rasseths semblent apparentés.

 

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

            Albator fait également partie des références de Tarquin. U.C.C. signifie Unité Cosmo Corsaire ; Albator est le corsaire de l’espace. Le vaisseau héritage de Mony, vu de face, a un petit air de l’Atlantis, vaisseau du célèbre borgne.

 

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

            Voici la bande-annonce fort efficace de l’album 

 

 

 

 

 

            Dans quelques années, on se rappellera que 2019 aura été le lancement d’UCC Dolores.

 

 

 

© Tarquin, Tarquin - Glénat

 

 

 

 Laurent Lafourcade

 

 

Série : UCC Dolores

 

Tome : 1 - La trace des nouveaux pionniers

 

Genre : Space-Opera  

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Lyse & Didier Tarquin 

 

Éditeur : Glénat

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 13,90 €

 

ISBN : 9782344017722

 



Publié le 04/01/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019