?>

New-York - Paris. Itinéraire d'un ingénieur novateur. A comme Eiffel.
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

New-York - Paris. Itinéraire d'un ingénieur novateur. A comme Eiffel.

 

-          Les bons élèves ne sont que des ânes. L’école sert à former des troupeaux de moutons. Deviens un mouton, mais un mouton noir.  Si tu es trop scolaire Gustave, tu passeras toute ta vie dans une sombre classe d’école. Tu ne vas quand même pas finir instituteur, raté, minable, à corriger des copies d’élèves ! Ne te limite pas aux quatre murs d’une salle de classe. Tu as beau être un enfant, tu es loin d’être un idiot et tu possèdes un libre arbitre.

-          Un libre arbitre ?

-          Oui, ce fut un des enseignements de mon ami Robespierre « Pense par toi-même Mollerat.»

-          Robespierre, le révolutionnaire ?

 

 

 

 

 

Amoureux de sa cousine Alice dès sa tendre enfance, Gustave Eiffel fait face au refus de sa mère ne cautionnant pas une telle relation. Cette dernière a de grandes ambitions pour son fils unique. Élève rêveur et dissipé lors de son enfance, à seize ans il est envoyé pour étudier à Paris. C’est là qu’il se passionne pour les progrès techniques et les grands projets d’infrastructure. C’est l’époque où le chemin de fer révolutionne les moyens de transport. C’est aussi une époque où l’on a besoin d’un grand nombre d’ingénieurs pour construire les gares, les ponts et les viaducs nécessaires à ce type de communication.

 

 

 

 

©  Coste – Trystram – Casterman.

 

 

Après avoir travaillé sur plusieurs grands projets en France et en Europe, Gustave participe à la construction du viaduc de Saïgon en 1875. Forcé par sa mère d’épouser la fille d’un brasseur pour laquelle il n’a aucun sentiment, Eiffel délaisse sa famille pour s’impliquer dans des projets pharaoniques.

En 1876, il termine la construction de la Statue de la liberté, un monument offert par la France aux États-Unis à l’occasion du centenaire de la déclaration d’indépendance de 1776. Forcé de rester en France pour les obsèques de sa mère, Eiffel n’assistera pas à  l’inauguration de sa statue.

 

 

 

La tenue de l’exposition universelle de 1889 commémorant le centenaire de la Révolution française lui permet de proposer un monument à la gloire du progrès technique : une tour en fer culminant à une hauteur de 312 mètres (324 mètres avec antenne).

 

 

 

 

 

Au moyen de l’inclusion de plusieurs coupures de presse d’époque, le scénariste (Martin Trystram) nous fait suivre les différentes réalisations mais aussi les déboires rencontrés par Gustave Eiffel. Lors de la construction de la Tour Eiffel, de nombreux artistes et écrivains (Émile Zola, Guy de Maupassant, Huysmans, etc) signèrent une tribune dans la revue « Le temps » du 14 février 1887 soulignant l’inutilité et la monstruosité de cette dernière. Alors qu’elle aurait dû être démontée vingt ans plus tard, elle est devenue le symbole phare de la capitale française. Avec ses sept millions de visiteurs annuels, elle est le second monument français le plus visité.

 

 

 

 

 

Quelques mois plus tard, le nom d’Eiffel est associé à celui de Ferdinand de Lesseps dans un projet se révélant être un gouffre financier : le creusement du Canal de Panama devant relier les océans Atlantique et Pacifique. Á l’inverse d’Eiffel qui se serait enrichi, de nombreux petits épargnants français ayant investi dans l’aventure se sont retrouvés ruinés. Victime d’antisémitisme, attaqué par la presse, il est condamné à deux ans de prison et vingt mille francs d’amende pour escroquerie. Emprisonné à la Conciergerie, il sera libéré quelque temps plus tard, par contre sa personnalité en restera blessée à jamais.

 

 

 

 

©  Coste – Trystram – Casterman.

 

 

 

Xavier Coste (dessinateur) et Martin Trystram (scénariste) nous proposent un roman graphique sur la vie de Gustave Eiffel. Basé sur l’amour porté par ce dernier vis- à- vis de sa cousine Alice, ils nous font découvrir à travers sa vie intime, les différentes réalisations proposées par ce génie des défis techniques. Selon nos deux compères, la forme en « A » de la tour Eiffel aurait à voir avec l’amour de Gustave pour Alice… De nombreuses couleurs alternant ambiances chaudes et froides ont été utilisées par Xavier Coste pour évoquer la vie d’Eiffel. A ne surtout pas manquer, les dernières pages de l’ouvrage évoquant les retrouvailles entre Gustave et Alice, tous deux passés sur l’autre rive ...

 

 

Haubruge Alain.

 

 

 

Titre : A comme Eiffel

 

Tome : One shot

 

Genre : Biographie

 

Scénario : Martin Tystram 

 

Dessins : Xavier Coste

 

Éditeur : Casterman

 

Nombre de pages : 130

 

Prix : 21,00 €

 

ISBN : 9782203164383



Publié le 26/03/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019