En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Spirou 4340 -  16 Juin 2021

 

 

Enfin la réouverture des salles de spectacle !

 

 

 

 

 

 

 

             Oh, non ! Même Spirou se met au foot, ce sport dont le seul objectif est d’occuper les foules pendant que les politiques font passer des lois et qui sème la haine entre enfants dans les cours de récréations. Heureusement, Bouzard signe une couverture hilarante qui fait passer la pilule. Il reste quand même les histoires à suivre et quelques gags qui sont restés fidèles à leurs origines et n’ont pas le ballon rond pour sujet, ainsi que le très joli récit complet Plastic Fernand, dans le cadre d’Objectif Terre.

 

            Les abonnés qui aiment le foot pourront construire un pop-up Euro 2021. Les autres attendront patiemment le spécial vacances de la semaine prochaine.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Erre, Fabcaro - Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Ministère secret (Le) : Trembler en France !

Sœurs Grémillet (Les) : Les amours de Cassiopée

Tuniques bleues (Les) : Où est donc Arabesque ?

 

 

Récits complets :

 

Objectif Terre : Plastic Fernand (Falzar & Marco Paulo)

Plus fort du monde (Le) (Bouzard)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Comme des bêtes

Crapule (La pause-cartoon)

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Femmes en blanc (Les)

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Hauts de page (Grossetête)

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Kid Paddle

Méthode Raowl (La)

Minions (Les)

Nelson

Nouveau (Le) (Grossetête)

Passe-moi l’ciel !

Petit Spirou (Le)

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Willy Woob

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Bouzard

Concours : Créez la mascotte du FC Finasse-les-Magouilles

En direct du futur : Destination Palombie (pour le spécial vacances)

Jeux : Match nul ! (Caritte)

Leçon de BD (La) : Colpron

 

 

Supplément abonnés :

Pop-up : Euro 2021

 

 

En kiosques et librairies le 16 juin 2021.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Le cœur en vacances.  Les sœurs Grémillet 2 - Les amours de Cassiopée

 

« - Mamie m’inquiète. Elle n’a plus toute sa tête. Je me demande quel est le meilleur moyen de l’aider…

- Et moi, je me demande qui est ce fantôme.

- C’est encore une des âneries d’Olivier ! Tu tombes toujours dans le panneau !

- Ça me plaît, à moi, les histoires d’esprits tourmentés et malheureux… C’est tellement romantique !

- Et pourquoi ne pas le chercher ? Les ruines sont juste à côté.

- Oh oui ! Une chasse au fantôme ! Ça sera la nouvelle mission pour le clan des trois sœurs ! »

 

 

 

 

 

 


                Sarah, Lucille et Cassiopée se mettent au vert. Elles débarquent chez leur grand-mère. En les amenant de la gare jusqu’au domicile excentré de leur aïeule, Olivier et François, deux jeunes garçons, leur racontent que la vieille église est hantée. Il n’en fallait pas moins pour aiguiser la curiosité des trois sœurs. Entre les soucis de mémoire de leur grand-mère et ses sœurs qui profitent de la campagne, en particulier Lucille et son amour pour les oiseaux, Cassiopée a le cœur qui balance entre Olivier et Ulysse avec qui elle entretient une relation épistolaire.

 

 

 

 

 © Di Gregorio, Barbucci - Dupuis

 

 

                Cassiopée, au premier plan de ce deuxième épisode des aventures des sœurs Grémillet, permet aux auteurs d’aborder le très complexe sujet des amours adolescentes. C’est aussi une histoire de générations. Alors que les filles se construisent en apprenant, si tant est que cela s’apprend, à quitter l’enfance, les souvenirs de sa vie quittent leur grand-mère, comme si une mémoire devait s’en aller pour faire place à d’autres. C’est également une véritable ode au calme de la campagne, aux retours aux valeurs dont beaucoup de personnes ont pris conscience lors de la récente crise sanitaire.

 

 

 

 

 © Di Gregorio, Barbucci - Dupuis

 

 

                Giovanni Di Gregorio s’est inspiré de ses trois petites sœurs pour créer ses héroïnes. Chacune a sa propre personnalité, tout en gardant ce qui les réunit en tant que soeurs. Alessandro Barbucci leur donne vie dans une ambiance doucereuse, frolant le fantastique, le touchant quand il le faut. Le dessinateur de Sky Doll est l’un des auteurs les plus doués de sa génération. La scène de l’herbe sèche qui s’enflamme poussant les filles vers le lac est d’une prouesse dont seuls peuvent se vanter les grands dessinateurs-coloristes.

 

 

 

 

 © Di Gregorio, Barbucci - Dupuis

 

 

                Après un album centré sur Sarah, puis celui-ci sur Cassiopée, on attend Lucille en vedette d’une histoire qui, forcément, devrait tourner autour du thème animalier. En attendant, les amours de Cassiopée font papillonner les cœurs.

 

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Les sœurs Grémillet

 

Tome : 2 - Les amours de Cassiopée

 

Genre : Aventure fantastique

 

Scénario : Giovanni Di Gregorio & Alessandro Barbucci

 

Dessins & Couleurs : Alessandro Barbucci

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 72

 

Prix : 13,95 €

 

ISBN : 9791034753383

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Chroniques noires.  Un certain Daneri

 

« - Que voulez-vous ?

-   Bonsoir, je…

-   C’est moi qui l’ai appelé, Laeticia. Fais-le entrer. Entrez, Daneri. Venez… J’ai un fils, Daneri, et il a besoin en urgence de vos services de… de… Je ne sais comment appeler ça… Détective, c’est bien ?

-   Appelez ça comme vous voulez. »

 

 

 

 

 

 

 

Flic ou détective ? Honnête ou border line ? On ne sait pas grand-chose sur la carrière de Daneri. Enquêteur, il l’a été, indéniablement. Aujourd’hui dans la force de l’âge, l’homme offre, ou plutôt vend, ses services à ceux et celles qui ont des mystères à résoudre et/ou des comptes à régler. En arrivant chez cette vieille dame un peu sorcière et en acceptant de protéger son fils, Daneri ne se doutait pas que sa mission n’allait pas connaître l’issue qu’il pensait. Daneri connaît les truands pour les avoir fréquentés. Il les côtoie ou les combat avec les mêmes armes, la même impassibilité, la même noirceur.

 

 

 

 

© Breccia, Trillo– iLatina

 

 

On ne présente plus Carlos Trillo. Le scénariste attitré d’Eduardo Risso et de La grande Arnaque, dessinée par Domingo Mandrafina, certainement l’un des meilleurs albums BD de tous les temps, signe huit courts récits noirs avec un héros, ou plutôt un personnage principal, atypique. Elles ont été publiées entre 1974 et 1978 en Argentine et sont éditées pour la première fois en français.

Daneri a du vécu. C’est un homme meurtri par les blessures de son passé, que l’on ne connaît pas, mais que l’on peut lire sur ses rides et dans ses cernes. Dans un contexte argentin post-Peron, le pays sombre dans une dictature sanglante, une anarchie où chacun s’impose ses règles.

 

 

 

 

© Breccia, Trillo– iLatina

 

 

Alberto Breccia s’impose en maître du noir et blanc. Le dessinateur de Mort Cinder ne se contente pas d’aplats, mais pratique le dripping (lancé de taches à la manière de Jackson Pollock), mais aussi le collage, apportant des textures et flirtant avec l’abstraction. Ces procédés sont autant de manières pour lui de traduire une ambiance glauque, âpre et fatale. Quand on pense qu’il était autodidacte. Daneri est aussi l’occasion pour Breccia de donner un côté politique à sa bibliographie et de revenir sur son enfance à Buenos Aires dans le quartier de Mataderos, lui l’artiste uruguayen. Laura Caraballo détaille les destins liés de Breccia et Trillo dans une introduction fine et fort intéressante.

 

 

 

 

© Breccia, Trillo– iLatina

 

 

Benoit Sokal vient de nous quitter. Les ambiances étant cousines, étrangement, Daneri aurait pu être un personnage de Canardo sans que cela ne dénote. Ce qui fait l’originalité de Un certain Daneri c’est que les situations échappent totalement aux personnages, voire même aux auteurs.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Un certain Daneri 

 

Genre : Polar 

 

Scénario : Carlos Trillo 

 

Dessins : Alberto Breccia 

 

Traduction : Thomas Dassance 

 

Éditeur : iLatina

 

Nombre de pages : 48

 

Prix :  15 €

 

ISBN : 9782491042196

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Un bon plouf !  Toni 2 – Toni se jette à l’eau

 

« - Coucou Toni !

-   Qu’est-ce qui se passe ?

-   Il faut que je te dise quelque chose… Nous n’allons pas pouvoir partir en vacances cet été !

-   Quoi ? Pourquoi ? Mais tu me l’avais promis !

-   Ces dernières semaines, j’ai eu pas mal de soucis dans mes différents boulots…Et en plus, l’ordinateur vient de rendre l’âme. Je n’ai simplement pas d’argent pour nous offrir des vacances. »

 

 

 

 

 


 

                 Que Maman ne s’inquiète pas pour Toni si elle n’a pas d’argent pour leur payer des vacances. Le petit garçon fourmille d’idées. Il y a un nombre infini de possibilités pour y arriver : distribuer des flyers, faire de la musique de rue, promener un chien, etc… Toni ne peut pas imaginer un été sans mer, sans plage et sans moules-frites. Alors, il va avoir une idée encore plus lumineuse. Avec l’aide de son copain Théo, il va faire tous les jeux concours possibles et imaginables qu’il y a dans les magazines. A force de persévérance et de ténacité, il va les gagner, leurs vacances.

 

 

 

 

© Waechter – Rue de Sèvres

 

 

                Après avoir rêvé pouvoir s’offrir des chaussures de foot dans le premier album, ce sont donc aux vacances que songe Toni. Philip Waechter, son créateur, ne va pas lui faire de cadeau, ou plutôt, si, un cadeau qui ne va pas être tout à fait approprié. En envoyant Toni et sa maman en villégiature dans un hôtel de luxe, Waechter met un chien dans un jeu de quilles. Le gamin va vite déranger, tout autant qu’il sera lui aussi dérangé et mal à l’aise dans cet univers si loin de son quotidien. Au moins, il se rendra compte que l’argent ne fait pas le bonheur. Sans spoiler, on peut raconter que les nouveaux riches prendront la poudre d’escampette pour un séjour au camping plus approprié à leur mode de vie.

 

 

 

 

© Waechter – Rue de Sèvres

 

 

                L’auteur de l’album écrit une chronique tendre, douce et drôle. Il a lu Sempé et le petit Nicolas. Toni en a les gênes, on le voit dès la couverture. Il aurait pu rejoindre la bande de Clotaire, Geoffroy, Eudes et les autres. Plus que des couleurs, Waechter pose des tons dans chacun des chapitres. Les allures pastels accentuent le côté doux et madeleine de Proust des vacances d’antan, même si celles de Toni se passent de nos jours.

 

 

 

 

© Waechter – Rue de Sèvres

 

 

                Se jeter à l’eau avec Toni est un instant rafraîchissant dans tous les sens du terme. 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Toni  

  

Titre : 2 – Toni se jette à l’eau 

 

Genre : Vacances émotions 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Philip Waechter

 

Traduction : Svea Winkler 

 

Éditeur : Rue de Sèvres

 

Nombre de pages : 66 

 

Prix : 12 €

 

ISBN : 9782810219957

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Et j’ai trié, trié-é … !!  Super Environman 2 – Le défi déchets

 

« - Papa ! T’as vu ça ? Les prévisionnistes se sont gourés. C’est pas de 3 mais 7 degrés que ça va augmenter d’ici 2100 ! Sept degrés ! T’imagines ? C’est énorme !

-   Effectivement ! C’est alarmant… d’avoir des prévisionnistes aussi incompétents… »

 

 

 

 

 

 

 

 

                 Qui appelle-t-on pour sauver la planète des vilains pollueurs et des détritus qui envahissent la nature ? Super Environman bien sûr ! Enfin, Super Environman, heureusement qu’il a sa fille Léa pour le remettre parfois, si ce n’est souvent, dans le droit chemin. Si le récup’verre est saccagé, ça ne le préoccupe pas plus que ça du moment que c’est le jour où il devait jeter du carton et du plastique dans la poubelle à côté. Il est bien plus soucieux du regard de Lili, la jolie demoiselle blonde du quartier, mais même face à elle, il est le roi des gaffes. En théorie, il a pour mission de libérer la planète des pollueurs, rééquilibrer les rapports humain/nature et trouver une harmonie éternelle avec l’environnement. Dans les faits, c’est moins évident.

 

 

 

 

© Priou, Madaule - Bamboo

 

 

                Bruno Madaule nous a quitté en septembre dernier des suites d’une longue maladie comme on dit. Le dessinateur des déjà écologiques pingouins de Givrés avait pris la place de scénariste pour créer cette nouvelle série sous les crayons de Thomas Priou. Il n’aura pas pu mener ce deuxième tome jusqu’au bout. Sti, Dab’s, Erroc et Cazenove lui ont permis de voir le jour en signant les derniers gags de l’album.

 

 

 

 

© Priou, Madaule - Bamboo

 

 

                Thomas Priou a le graphisme gros nez de Marcinelle. Il est l’un des animateurs piliers du journal de Spirou, signant régulièrement des jeux et animations, et depuis récemment l’excellente et très prometteuse série La clairière s’amuse, aux accents Macherotiens. Comme il n’y a pas de bonnes histoires sans bon méchant, ici, bien que ce soit des gags en demi planches, il y a Super-Déchetman qui tient le rôle, ce vieux schnock !

 

 

 

 

© Priou, Madaule - Bamboo

 

 

                Toujours drôle et jamais moralisateur, la série Super Environman démontre que ceux avec qui on a le plus à apprendre, même si on est un super-héros, ce sont les enfants qui auront en charge le monde que les adultes leur laisseront, ou voudront bien leur laisser.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Super Environman 

  

Titre : 2 – Le défi déchets

 

Genre : Humour écologique 

 

Scénario & Couleurs : Bruno Madaule 

 

Dessins: Thomas Priou 

 

Éditeur : Bamboo

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782818979549

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Une nouvelle âme d’écologiste.  Tara 1 – Un été zéro déchet

 

« - C’est toi la parisienne ? Tara, c’est ça ?

-   Comment tu sais ?

-   Je t’ai vu arriver dans la camionnette de Jean-Louis ! Tout le monde sait que la fille de Yann vient passer l’été chez son père. Moi, c’est Charline, compte sur moi pour te faire visiter. Je connais tous les coins sympas… et les losers à éviter.

-   Merci, mais j’ai pas besoin d’aide. »

 

 

 

 

 


 

 

                 Elle rêvait de vacances sous un soleil éclatant, sur une île paradisiaque, Tara débarque sous la pluie sur l’île des Boréales en Bretagne pour passer l’été chez son père. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’adolescente n’a pas l’air ravi. Pas de beaux surfeurs bronzés, pas de centre-ville animé, et pourtant, ce qui s’annonce comme un séjour tristounet va se transformer en un été aux souvenirs impérissables.

 

 

 

 

© Lefèbvre, Morizur, Morizur - Jungle

 

 

                Anne-Gaëlle et Gwénola Morizur racontent l’histoire d’une gamine comme il en existe tant. Parents séparés, enfermée dans sa musique et ses réseaux, ayant l’air de faire tout le temps la tête, Tara est une jeune fille du XXIème siècle. Coincée sur cette petite île, paradoxalement, c’est là qu’elle va s’ouvrir au monde, se faire de nouveaux animaux et lutter contre les pollueurs. L’histoire peut sembler convenue et didactique. Si, évidemment, dès le début, on devine comment le séjour va se passer, l’album a le mérite de sensibiliser les plus jeunes lecteurs à une problématique cruciale, celle de la protection de l’environnement.

 

 

 

 

© Lefèbvre, Morizur, Morizur - Jungle

 

 

                Comme l’état d’esprit de Tara, le ton graphique de l’album passe du sombre au lumineux au fur et à mesure qu’elle découvre un but à ses vacances. La dessinatrice Séverine Lefèbvre reste dans une ligne claire traditionnelle. Juste un léger bémol sur les grands yeux en amande des personnages dont les regards semblent être dans le vague et manquent de vie. L’ambiance graphique est un poil trop rigide. C’est comme si Séverine Lefèbvre avait voulu rendre plus réaliste sont trait qui fonctionnait si bien, ensemble personnages-décors, sur la série Miss Potimary. Mais bref, cela n’empêchera pas le public visé de voir en Tara un modèle auquel elles pourront s’assimiler. En ce sens, les autrices ont atteint leur but.

 

 

 

 

© Lefèbvre, Morizur, Morizur - Jungle

 

 

                En fin d’album, un léger cahier donne des astuces fort intéressantes pour réduire ses déchets.

                Même si l’histoire reste basique, Tara, un été zéro déchet, peut être un bon medium pédagogique en classe pour sensibiliser les écoliers.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Tara  

  

Titre : 1 – Un été zéro déchet 

 

Genre : Aventure écologique 

 

Scénario : Anne-Gaëlle et Gwénola Morizur 

 

Dessins & Couleurs : Séverine Lefèbvre 

 

Éditeur : Jungle

 

Nombre de pages : 64 

 

Prix : 13,95 €

 

ISBN : 9782822232579

 



Publié le 16/06/2021.


Source : Bd-best


YouTube à l’assaut de la BD.  Le monde à l’envers 2 / Ïoutubeurs 1 / Swan & Néo Brothers 1

 

« - Maman ! Je vais créer ma propre chaîne YouTube !

-   Ah ! Tu t’es enfin décidé ! Bravo, Antho !

-   Ouais ! Et je vais tout faire pour atteindre les 100 000 abonnés ! A moi le trophée !!

-   Et tu comptes faire quoi, comme vidéos ? Ça m’intéresse…

 

-   Ah ah ! C’est un grand projet secret… J’hésite à t’en parler… Mais ce sera un truc jamais vu ! Je vais me différencier avec un contenu frais et nouveau ! New generation is coming ! Je vais mettre un coup de pied dans la fourmilière et bousculer l’internet ! » 

 

 

 

 

 


 

Comme ses camarades, Antho a envie de devenir une star d’internet. Mais pour l’instant, le web passe à l’attaque de la BD. Les YouTubeurs les plus célèbres deviennent les héros, volontaires ou malgré eux, d’albums qui risquent de se vendre comme des petits pains.

 

Dans Le monde à l’envers, on retrouve l’univers déjanté de Jenny, Jérémy et Valentin. Auteurs de sketchs et de parodies, ils transposent leur ADN dans des gags et des strips drôles et trashs. Jack Sparrow n’a qu’à pas être si maladroit. Allez, on envoie les plats ! Même si c’est au premier degré.

Ici scénariste, Romain Pujol, dessinateur des déjà déjantés Lapins crétins, va aussi loin qu’il le peut pour que les gags, même si ça saigne parfois, restent dans le tous publics. Loin de son trait habituel, Horne adopte un trait ligne claire proche justement de celui de son scénariste quand il est dessinateur.

 

 

 

 

© Horne, Pujol, Bekaert - Soleil

  


Swan et Néo, les deux frères qui peuvent se targuer d’avoir dépassé les cinq millions d’abonnés sur YouTube, se lancent dans une seconde série de BD sous-titrée Brothers et composée uniquement de gags. C’est mignon, c’est frais et ça s’adresse aux plus petits. Ce sont des taquineries entre deux frères, et parfois leurs parents. Les farces et les pranks fusent. Lequel des deux craquera le premier ? Ha ?! Il y a aussi Maman à faire craquer. Le seul qui garde la pêche quoiqu’il se passe, c’est Nuts, le hamster, et ses délires spirituels. Paolo Campinoti représente les héros dans un style semi-réaliste classique. Il s’éclate vraiment lorsqu’il sort des sentiers battus, comme dans les planches avec Nuts où il quitte son rôle d’exécutant pour retrouver celui d’auteur.

 

 

 

 

© Benj, Sophie, Greg, Campinoti, Russotto, Swan, Néo - Soleil

 


Alors que les principaux intéressés supervisent les séries précédentes, ce n’est pas le cas dans Ïoutubeurs qui a plutôt tendance à railler les plus grands followés.  Album parodique, des ersatz, si tant est qu’ils ne le soient pas eux-mêmes, de Nabilla, Michou et autres pseudo-stars alignent les gags dont ils sont essentiellement des victimes. Louis, le scénariste de l’émouvant Homme sans sourire, paru chez Bamboo, montre ses capacités de gagman aux détriments d’un adepte de sports de combats, d’une prof de fitness, d’un cuisinier d’opérette, d’une fashion victim, d’un groupe de kidultes relevant toutes sortes de défis. Dans un graphisme lui aussi déjanté et hypervitaminé, le dessinateur italien Ivan Bigarella leur en fait voir de toutes les couleurs.

 

 

 

 

© Louis, Bigarella, Daviet - Soleil

 


On ne va pas se leurrer, ces albums ne vont pas rester dans les annales. On reste dans de la BD alimentaire, même si le terme peut sembler péjoratif. Cependant, les auteurs ne sont pas des tâcherons comme on en rencontre aussi. Tous autant qu’ils soient ont eu le respect du lecteur pour fournir un produit fini travaillé de qualité qui amusera le public ciblé.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=zeWqBg3z47w

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=GItBdrK01Xc

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=Fol1MQsl0pw

 

 

 

 

 

 


 

 

Série : Le monde à l’envers

Tome : 2 – Envers et contre tous

Genre : Humour geek

Scénario : Romain Pujol

Dessins : Horne

Couleurs : Benoît Bekaert

Éditeur : Soleil 

Nombre de pages : 48

Prix : 10,95 €

ISBN : 9782302089761

 

 

 

 

 

 


 

Série : Swan & Néo Brothers

Tome : 1 – On vous like !!!

Genre : Humour geek

Scénario : Benj et Sophie & Greg, avec la complicité de Swan & Néo

Dessins : Paolo Campinoti

Couleurs : Alessandro Russotto

Éditeur : Soleil 

Nombre de pages : 48

Prix : 10,95 €

ISBN : 9782302091665

 

 

 

 

 

 


 

Série : Ïoutubeurs

Tome : 1 - #Hashtagwar

Genre : Humour geek

Scénario : Stéphane Louis

Dessins : Ivan Bigarella

Couleurs : Véra Daviet

Collection : Soleil Pop

Éditeur : Soleil 

Nombre de pages : 48

Prix : 10,95 €

ISBN : 9782302089518

Le monde à l’envers 2 / Ïoutubeurs 1 / Swan & Néo Brothers 1

 

« - Maman ! Je vais créer ma propre chaîne YouTube !

-          Ah ! Tu t’es enfin décidé ! Bravo, Antho !

-          Ouais ! Et je vais tout faire pour atteindre les 100 000 abonnés ! A moi le trophée !!

-          Et tu comptes faire quoi, comme vidéos ? Ça m’intéresse…

-          Ah ah ! C’est un grand projet secret… J’hésite à t’en parler… Mais ce sera un truc jamais vu ! Je vais me différencier avec un contenu frais et nouveau ! New generation is coming ! Je vais mettre un coup de pied dans la fourmilière et bousculer l’internet ! »

 

 

Comme ses camarades, Antho a envie de devenir une star d’internet. Mais pour l’instant, le web passe à l’attaque de la BD. Les YouTubeurs les plus célèbres deviennent les héros, volontaires ou malgré eux, d’albums qui risquent de se vendre comme des petits pains.

 

Dans Le monde à l’envers, on retrouve l’univers déjanté de Jenny, Jérémy et Valentin. Auteurs de sketchs et de parodies, ils transposent leur ADN dans des gags et des strips drôles et trashs. Jack Sparrow n’a qu’à pas être si maladroit. Allez, on envoie les plats ! Même si c’est au premier degré.

Ici scénariste, Romain Pujol, dessinateur des déjà déjantés Lapins crétins, va aussi loin qu’il le peut pour que les gags, même si ça saigne parfois, restent dans le tous publics. Loin de son trait habituel, Horne adopte un trait ligne claire proche justement de celui de son scénariste quand il est dessinateur.

 

Swan et Néo, les deux frères qui peuvent se targuer d’avoir dépassé les cinq millions d’abonnés sur YouTube, se lancent dans une seconde série de BD sous-titrée Brothers et composée uniquement de gags. C’est mignon, c’est frais et ça s’adresse aux plus petits. Ce sont des taquineries entre deux frères, et parfois leurs parents. Les farces et les pranks fusent. Lequel des deux craquera le premier ? Ha ?! Il y a aussi Maman à faire craquer. Le seul qui garde la pêche quoiqu’il se passe, c’est Nuts, le hamster, et ses délires spirituels. Paolo Campinoti représente les héros dans un style semi-réaliste classique. Il s’éclate vraiment lorsqu’il sort des sentiers battus, comme dans les planches avec Nuts où il quitte son rôle d’exécutant pour retrouver celui d’auteur.

 

Alors que les principaux intéressés supervisent les séries précédentes, ce n’est pas le cas dans Ïoutubeurs qui a plutôt tendance à railler les plus grands followés.  Album parodique, des ersatz, si tant est qu’ils ne le soient pas eux-mêmes, de Nabilla, Michou et autres pseudo-stars alignent les gags dont ils sont essentiellement des victimes. Louis, le scénariste de l’émouvant Homme sans sourire, paru chez Bamboo, montre ses capacités de gagman aux détriments d’un adepte de sports de combats, d’une prof de fitness, d’un cuisinier d’opérette, d’une fashion victim, d’un groupe de kidultes relevant toutes sortes de défis. Dans un graphisme lui aussi déjanté et hypervitaminé, le dessinateur italien Ivan Bigarella leur en fait voir de toutes les couleurs.

 

On ne va pas se leurrer, ces albums ne vont pas rester dans les annales. On reste dans de la BD alimentaire, même si le terme peut sembler péjoratif. Cependant, les auteurs ne sont pas des tâcherons comme on en rencontre aussi. Tous autant qu’ils soient ont eu le respect du lecteur pour fournir un produit fini travaillé de qualité qui amusera le public ciblé.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=zeWqBg3z47w

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=GItBdrK01Xc

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=Fol1MQsl0pw

 

 

 

 

Série : Le monde à l’envers

Tome : 2 – Envers et contre tous

Genre : Humour geek

Scénario : Romain Pujol

Dessins : Horne

Couleurs : Benoît Bekaert

Éditeur : Soleil 

Nombre de pages : 48

Prix : 10,95 €

ISBN : 9782302089761

 

© Horne, Pujol, Bekaert - Soleil

 

 

Série : Swan & Néo Brothers

Tome : 1 – On vous like !!!

Genre : Humour geek

Scénario : Benj et Sophie & Greg, avec la complicité de Swan & Néo

Dessins : Paolo Campinoti

Couleurs : Alessandro Russotto

Éditeur : Soleil 

Nombre de pages : 48

Prix : 10,95 €

ISBN : 9782302091665

 

© Benj, Sophie, Greg, Campinoti, Russotto, Swan, Néo - Soleil

 

 

Série : Ïoutubeurs

Tome : 1 - #Hashtagwar

Genre : Humour geek

Scénario : Stéphane Louis

Dessins : Ivan Bigarella

Couleurs : Véra Daviet

Collection : Soleil Pop

Éditeur : Soleil 

Nombre de pages : 48

Prix : 10,95 €

ISBN : 9782302089518

 

© Louis, Bigarella, Daviet - Soleil



Publié le 16/06/2021.


Source : Bd-best


Tiens, voilà du bigouden, voilà du bigouden !  La mort est dans le pré

 

« - Soizig, il est là, ton client ?

- Il prend son petit déjeuner dans la salle. Mais ne va pas déranger mon seul client du mois, hein !

- Non, mais c’est urgent !

- Qu’est-ce que tu lui veux, d’abord ?

- Il faut que je lui parle d’un… d’un mort…

- Et ça ne peut pas attendre 10 minutes, un mort ? Il est pressé ? »

 

 

 

 

 

 


 

                Pichard, policier de son état, déjeune paisiblement dans un petit hôtel de Bretagne quand un autochtone vient faire appel à ses compétences et sa perspicacité. Parti de bon matin pour traire ses vaches aux premières heures, l’agriculteur est tombé sur un macchabée, dans son champ, sorti de nulle part. Pas question de laisser une telle affaire dans les mains de ces pécores de la gendarmerie locale. Pichard appelle sa supérieure, la commissaire Linguine, pour mener l’enquête et résoudre le mystère.

 

 

 

 

© De Thuin, James - Delcourt

 

 

                Rassurez-vous tout de suite. On est plus proche d’une enquête du Commissaire Bougret et de son fidèle coéquipier Charolles que d’un épisode des Experts. Enfin, tout dépend du point de vue de qui l’on se place. Si les personnages sont persuadés du sérieux de leur travail, qu’ils soient employés en bas de l’échelle, supérieurs hiérarchiques ou membres des forces de l’ordre, le lecteur voit bien qu’ils ont tous une haute opinion d’eux-mêmes et de leur travail.

 

 

 

 

 

© De Thuin, James - Delcourt


 

                Après Meurtre à la compta mettant déjà en scène la commissaire Linguine et son adjoint Pichard, James adopte encore le procédé complexe de la suite de gags qui forment une histoire. Il s’en sort avec brio. Chaque planche est une sorte de strip carré qui se suffit à lui-même, avec une chute, tout en faisant avancer le propos. C’est l’une des techniques les plus complexes en bande dessinée pour que tout reste cohérent. Sous couvert du rire, James aborde quand même un grave problème : celui des algues vertes, phénomène toxique qui se produit sur les côtes de Bretagne à cause, apparemment, des rejets de produits utilisés en agriculture intensive.

 

                Au dessin, David De Thuin, auteur du formidable Roi des bourdons, fait croire à ses personnages qu’ils sont importants et nécessaires dans leurs tâches. Dans une ligne claire sobre et efficace, il laisse la part belle aux dialogues très second degré de son scénariste.

 

 

 

 

© De Thuin, James - Delcourt

 

 

                Meurtre à la compta est intégré dans la poilante collection Pataquès dirigée par James lui-même. Avec des albums comme entre autres Romance ou El Chipo, il fait partie du meilleur cru du catalogue.

 

                La mort est dans un pré de Bretagne. Alors, pour accompagner la lecture de cette enquête mystérieuse, une bonne crêpe et une bolée de Chouchen sont les bienvenues !

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : La mort est dans le pré 

 

Genre : Polar humoristique 

 

Scénario : James 

 

Dessins & Couleurs : De Thuin

 

Éditeur : Delcourt

 

Collection : Pataquès

 

Nombre de pages : 104

 

Prix :  9,95 €

 

ISBN : 9782413038771

 



Publié le 14/06/2021.


Source : Bd-best


D’estoc et de taille.  Ecuyers 1 – La belle saison

 

« - Hey Galad’, presque à l’heure !

-   Eh ouais, tout est dans le presque.

-   T’abuses ! Ça se fait pas le jour de la rentrée !

-   Sérieux, y a que toi pour être pressé d’aller manier le coupe-choux !

-   C’est clair ! On voit que tu ne viens qu’à la journée. Moi j’me retrouve en internat avec les moniales.

-   Hummm ! Toutes ces jeunes nonnes qui dorment ensemble…

-   Arrête Barn, tu fais flipper. Allez ! Bonne rentrée les gars.

-   Et toi Liam, prêt pour la filière éclaireur ?

-   Grave ! La vie au grand air, les balades en solitaire…

-   Les premiers à se faire choper par l’ennemi. »

 

 

 

 

 

 

 

En Ecosse, à Aberdeen, c’est la rentrée à la Schola, l’école d’écuyers destinée à l’apprentissage des futurs chevaliers. Liam, habitant la campagne, y retrouve son meilleur ami, Galahad, le second fils du Roi Sven et de la Reine Myrna, ainsi que Barn, le gros dur aux blagues parfois douteuses, Aloysia, l’intellectuelle du groupe, qui intègre l’internat des moniales, ainsi que Zéliah. Ah, Zéliah ! Elle est jolie et ne laisse pas les garçons insensibles. La jeune fille n’a pas la langue dans sa poche. Féministe avant l’heure, elle ose s’affirmer, face à ses camarades, mais aussi en face de ses professeurs. Les élèves écuyers vont donc faire leurs classes pendant que le danger sourd aux portes de la cité.

 

 

 

 

© Deveney, Pelletier, Thibaut-Jouvray – Auzou BD

 

 

Jean-Christophe Deveney réalise un travail d’équilibriste pour signer un scénario à la fois aventureux, drôle et dramatique. Instiller de l’humour dans une histoire sérieuse peut vite faire ridicule. Ce n’est pas le cas ici. Le scénariste s’est inspiré des chevaliers de la table Ronde, d’Harry Potter et on reconnaît même quelques influences Johan et Pirlouit. Quand le druide fait pondre la poule, on imagine très bien le nain de Peyo le faire à sa place. Deveney a découpé son histoire en quatre chapitres dans lesquels, respectivement, les personnages principaux sont présentés, on fait la rentrée « scolaire » avec eux, on suit leur apprentissage, et le mystère s’installe, avec une petite dose de fantastique.

 

 

 

 

© Deveney, Pelletier, Thibaut-Jouvray – Auzou BD

 

 

Après sa participation aux collectifs Axolot et Chroniques des quartiers de Lyon, Olivier Pelletier dessine ce teen-movie médiéval dans un graphisme dynamique pas si loin de celui du Royaume de Benoit Feroumont paru chez Dupuis. Si les décors sont parfois légers, c’est pour mieux porter l’œil sur ces héros que l’on apprend à connaître. Pelletier est de ces dessinateurs prometteurs que l’on va voir grandir et prendre son indépendance graphique au fil de cette série au haut potentiel. Côté couleurs, on retrouve et on reconnait Anne-Claire Thibaut-Jouvray, coloriste de la série Six-coups, et ses tons d’ambiance.

 

 

 

 

© Deveney, Pelletier, Thibaut-Jouvray – Auzou BD

 

 

Il n’y a pas que le cocatrix à mettre en lumière. Quête initiatique prévue en quatre volumes, Ecuyers est de ces séries que l’on ne voit pas venir et qui sont une bien bonne surprise.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Ecuyers

 

Tome : 1 – La belle saison 

 

Genre : Chronique médiévale 

 

Scénario : Jean-Christophe Deveney 

 

Dessins : Olivier Pelletier 

 

Couleurs : Anne-Claire Thibaut-Jouvray 

 

Éditeur : Auzou BD

 

Nombre de pages : 80 

 

Prix : 12,90 €

 

ISBN : 9782733887059

 



Publié le 12/06/2021.


Source : Bd-best


Amours d’été et souvenirs d’éternité.  A l’année prochaine ! 1 – Tous pour un !

 

« - Vous louez la maison des Tavenel ?

-   En fait, on vient de l’acheter.

-   Oh, formidable. Ça va nous changer d’avoir des voisins. Cette maison est inhabitée depuis des années.

-   Ah ? Et vous êtes des habitués ?

-   Oui, c’est la maison de mes parents. Je viens en vacances ici depuis toute petite.

-   Ah super. Vous pourrez peut-être nous donner quelques bons plans pour les randos.

-   Avec plaisir… Et Swann, tu pourras montrer à Léna le village et la présenter à tes amis ?

-   Euh, oui, bien sûr. Enfin, si ça te dit…

-   Oui, carrément ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

Swann a l’habitude de passer ses vacances d’été dans une maison de famille dans les gorges du Tarn. La maison d’en face vient d’être achetée. Ses nouveaux propriétaires viennent également en villégiature estivale. Le charme de leur fille Léna ne va pas laisser Swann insensible. L’ado va l’intégrer à sa bande de copains et c’est parti pour l’aventure. Entre sports et émotions, les vacances promettent de laisser des traces.

 

 

 

 

© Philippon, Sauge – Auzou BD

 

 

Après une année scolaire pour beaucoup grise et monotone, les vacances d’été sont la soupape de sécurité qui permet d’ouvrir les vannes, de se lâcher, de décompresser, et d’engranger la force nécessaire à supporter la nouvelle année qui viendra. Les vacances d’été, c’est aussi le socle de souvenirs impérissables, de premières amours, de joies, mais aussi de peines parfois. Les vacances d’été, c’est un peu le pivot de la vie. Ça, Benoit Philippon l’a parfaitement compris. On n’attendait pas le scénariste du tendre et poilant Super Mimi chez Jungle et le co-réalisateur du joli dessin animé Mune, le gardien de la lune dans le domaine du sentimentalisme réaliste. Egalement romancier, l’auteur montre l’étendue de son efficacité dans des domaines si variés.

 

 

 

 

© Philippon, Sauge – Auzou BD

 

 

A l’année prochaine ! n’est pas une simple chronique adolescente. Il y a une véritable histoire dans laquelle chaque lecteur pourra trouver un ado qui lui ressemble, que ce soit Baba, le mec le plus cool de la Terre, Fanny, l’intellectuelle du groupe, Tim, sourd-muet qui a un carnet à dessins greffé au poignet, ou encore Jessie, geek de fin de niveau. Si la première partie présente les personnages, les mettant rapidement en action dans une descente du Tarn en kayak, la seconde traite du difficile sujet des violences familiales à travers le personnage de Léon, le régional de l’étape, fils du boucher du village.

 

Nicolas Sauge quitte le fantastique de Golam, série publiée au Lombard, pour les splendides décors réalistes du Tarn. Les planches, pour beaucoup à fonds perdus, enveloppent dans une ambiance estivale, tantôt dans la fraîcheur du fleuve, tantôt dans la forêt rassurante le jour et mystérieuse la nuit.

 

 

 

 

© Philippon, Sauge – Auzou BD

 

 

La série est prévue en six tomes dans lesquels on suivra Swan et ses amis durant six étés. On verra donc leur évolution en grandissant avec eux. A l’année prochaine ! est une ode aux vacances adolescentes à ranger à côté des splendides Les beaux étés de Zidrou et Lafèbre.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : A l’année prochaine !

 

Tome : 1 – Tous pour un ! 

 

Genre : Chronique adolescente 

 

Scénario : Benoît Philippon 

 

Dessins & Couleurs : Nicolas Sauge 

 

Éditeur : Auzou BD

 

Nombre de pages : 64 

 

Prix : 11,95 €

 

ISBN : 9782733887424

 



Publié le 12/06/2021.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2021