En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Un mythe non consensuel au succès incontestable. Faut-il brûler Tintin ?

 

"Bien des lecteurs de ma génération ont appris à lire avec Tintin : devenus des « surenfants », ils sont entrés dans la peau du héros ! Mais ne doit-on pas faire la part des choses ? Ne peut-on pas soupçonner qu’il s’agisse d’un malentendu ? Notre attachement justifie-t-il de plonger dans la béatitude des idolâtres et l’aveuglement des tintinophiles inconditionnels ? Peut-on encore inciter nos propres enfants à lire Tintin sans la moindre mise en garde ? " Renaud Nattiez

 

 

 

 

 

 

Faut-il brûler Tintin ? C’est une question bien provocante que pose Renaud Nattiez en titre de son nouvel ouvrage autour de Tintin, Hergé et leur univers. Malgré plus de deux millions d'albums vendus tous les ans, Hergé et Tintin ne sont pas admirés par tous. Nattiez définit les tintinophobes comme des personnes que Tintin laisse indifférents. Contrairement aux idées reçues, Hergé n'est pas consensuel. Il reste contesté à cause du colonialisme, de la misogynie, de son attitude pendant la guerre ou du racisme. Tintin en Amérique a été brûlé en Ontario. Tintin au Congo n'est pas traduit en Afrikaans. Faut-il encore faire lire Tintin à nos enfants ? Et y sont-ils seulement intéressés ? Pourtant, afin d'entrer dans cet univers, il est nécessaire de le faire dans l'enfance. Il est beaucoup plus complexe d'y pénétrer plus tard.

 

© Sépia

 

Le personnage de Tintin n'est pas moralisateur, sauf parfois envers Haddock ou envers Milou. Il ne fait pas de prêchi-prêcha. Hergé s'est éloigné des influences morales de ses débuts. Hergé était un dramaturge. Il met en scène des personnages récurrents, comme chez Balzac, qui ont une vie entre les albums. Avec l'Alph'Art, Hergé laisse Tintin dans une situation qui le conduit à la mort. On n'en connaît pas l'issue. Alors, Hergé a-t-il tenté lui-même de brûler Tintin ? L'auteur avouait à son personnage avoir voulu en vain lui ressembler, être un héros sans peur et sans reproche. Cette illusion s'est envolée. S'en serait-il donc débarrassé pour effacer cet idéal inatteignable ?

 

© Sépia

 

Renaud Nattiez aborde ensuite le sujet des centaines de tables rondes, conférences, interviews et colloques consacrés à Tintin. Y a-t-il donc toujours quelque chose à dire ? L'exégète répond évidemment par l'affirmative. Le contraire serait se tirer une balle dans le pied. Il le prend cependant avec beaucoup d'humour, se préservant d'un ouvrage de 678 pages sur L'oncle Anatole, pierre angulaire et avunculaire du dernier quart de l'œuvre d'Hergé, tout en reconnaissant qu'il n'y a plus grand-chose à rajouter aux essais existants. En tant que lecteur de ce type d'ouvrage, il faut reconnaître que chacun d'entre eux est passionnant, en particulier tous ceux composant la feu collection Zoom sur Hergé rebaptisée 1000 sabords. Renaud Nattiez le prouve dans la partie suivante du livre qui nous amène au cœur de l'œuvre, dans une comédie humaine aux multiples personnages, dans des lieux réels ou imaginaires finement pensés, et avec, très important, une structure qui rassure, avec des invariants structurels. Pour la première fois, un analyste apporte une vraie réponse au succès de la série.

 

© Sépia

 

Que l'on soit tintinophile, tintinophobe ou tintinosceptique, cet essai s'adresse à tous. Renaud Nattiez les rassemble dans une démonstration de haut vol qui apporte les preuves qui manquaient aux raisons du succès de l'œuvre d'Hergé. L'absence de nouveautés entraînera-t-elle Tintin vers l'oubli ? S'y intéressera-t-on encore dans trente ou quarante ans ? Les avis des spécialistes divergent, mais il y a fort à parier que dans quelques siècles on lira encore Tintin comme on lit aujourd'hui Balzac ou Maupassant. Les classiques ne meurent jamais, surtout quand ils permettent de se rappeler qu’on est toujours enfant. Quand on a fini de lire Tintin, on peut recommencer à lire Tintin. On y trouvera toujours quelque chose de nouveau.

 

Laurent Lafourcade

 


One shot : Faut-il brûler Tintin ?

Genre : Ouvrage d’étude

Auteur : Renaud Nattiez

Éditeur : Sépia

Collection : 1000 sabords

ISBN : 9791033405504

Nombre de pages : 224

Prix : 20 €


 

 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


Celui que nous sommes… Nottingham 3 - Robin

 

"-Je suis désolée. Je n’aurais pas dû te forcer la main.

-Je n’aurais pas dû te rendre responsable de mes propres choix.

-Je suis désolée, pour toi, pour Oddard.

-Tu n’as pas à être désolée. J’ai fait un choix difficile et je dois en assumer les conséquences. Grâce à ton action, le Prince Jean s’est vu privé d’un butin considérable. Il a dû revoir ses plans et les Merry Men n’auront pas perdu un compagnon pour rien. Non… J’ai du mal à me l’avouer, mais tu as bien fait. Je n’ai qu’une question.

-Laquelle ?

-Qu’est devenu l’or du Prince Jean ? "

 

 

 

 

 

 

Chevauchant dans la forêt de Sherwood, Marianne et Le shérif de Nottingham, alias Robin des Bois dans cette revisite du mythe, se demandent ce qu’il est advenu de l’or dérobé au Prince Jean. Petit Jean et les Merry Men, compagnons des bois, se le sont partagé. Trogg et sa bande de troglodytes les attaquent afin de mettre la main sur le butin. Alors que les règlements de compte ont lieu, à Nottingham, on se demande pourquoi le shérif est si souvent absent. « Il veille sur ses brebis les plus éloignées et les plus fragiles. », répond Oddard, son bras droit. Mais le juge arrivé à la demande du Régent, représentant le Roi Richard, n’est pas près de se laisser duper.

 

© Dellac, Brugeas, Herzet, Bechu - Le Lombard

 

Retour dans les faubourgs de Londres et la forêt de Sherwood pour Robin des Bois et ses compagnons. Robin des Bois ? C’est ce que vous croyez. Le rôle est tenu par le shérif de Nottingham lui-même. Le mythe est revisité dans un « What if ? » judicieux ouvrant des portes finalement pas paradoxales par rapport à ce que nous connaissons déjà de la légende. Vincent Brugeas et Emmanuel Herzet ajoutent leur pierre angulaire à un héros intemporel issu d’une tradition orale.

 

© Dellac, Brugeas, Herzet, Bechu - Le Lombard

 

A l’origine, « Hood » a le double sens de capuche et de truand. Le nom français de Robin des bois viendrait peut-être d’une simple erreur de traduction, hood et wood, forêt en anglais, ayant des sonorités fort voisines. En littérature, l’immense Alexandre Dumas s’en est emparé dès la fin du XIXème siècle. Dans les versions modernes, remarquons celle de Michael Mopurgo destinée aux adolescents. La bande dessinée l’a finalement fort peu utilisé, certainement à cause de la vampirisation exercée par la fabuleuse adaptation en dessin animé par les studios Disney. Ce n’est pas le cas du cinéma live où l’on ne compte plus les versions, d’Errol Flynn à Russell Crowe en passant par Sean Connery. N’oublions pas les facéties théâtrales de la troupe éponyme.

 

© Dellac, Brugeas, Herzet, Bechu - Le Lombard

 

Benoît Dellac, l’un des plus efficaces dessinateurs réalistes de sa génération, offre enfin un destin remarqué et remarquable à Robin des Bois dans le Neuvième Art. Avec ses scénaristes, ils proposent un blockbuster rudement efficace et malin. Le triptyque de Nottingham se clôt dans la fureur et les larmes. Rarement un mythe populaire aura été revisité avec une telle originalité et une telle force.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Nottingham

Tome : 3 - Robin

Genre : Aventure

Scénario : Vincent Brugeas & Emmanuel Herzet

Dessins : Benoît Dellac

Couleurs : Denis Bechu

Éditeur : Le Lombard

ISBN : 9782808203593

Nombre de pages : 56

Prix : 15,45 €


 

 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


De la BD comme au cinéma. Eden 2 – Une saison aux enfers

 

"- Kathy ! Carole ! Debout ! Il faut partir !

-Hmmm…

-Bien dormi ? La pluie a cessé, c'est le moment où jamais ! J'ai fait quelques trouvailles… Notamment cette M3, qui n'a rien de soviétique, dans le poste de pilotage. Ça peut servir… Allons-y ! Plus un bruit !"

 

 

 

 

 

 

 

Kathy et ses camarades d'infortune quittent la carcasse de l'avion dans lequel ils étaient afin d'explorer le monde perdu. Très vite, ils découvrent un groupe de ptéranodons qui dévorent de jeunes iguanodons qu'ils ont massacrés. Alors que Kathy s'approche d'eux pour les faire fuir, suivie par Tom, le reste de la troupe est capturé par deux soldats soviétiques qui les amènent devant Miss Roxton, une aventurière nymphomane qui fait exploiter une mine de cristaux aux propriétés exceptionnelles par des indigènes.

 

© Taymans - Le Tiroir

 

Clin d'œil aux blockbusters américains et au Monde perdu, celui de Conan Doyle, pas celui de Michael Crichton, bien qu'ils soient apparentés, la série Eden assume son côté pop-corn. André Taymans l'annonce lui-même en introduction : "Les aventures de Kathy Malone sont un modeste hommage aux films et séries B de mon enfance. Hommage aux aventurières et aventuriers en quête de cités perdues, de trésors enfouis, combattant les savants fous et autres méchants nazis en fuite. Hommage à cette culture populaire qui n'a jamais eu d'autre ambition que de nous divertir." Avant que quelqu'un ne le lui reproche, l'auteur prévient ainsi le lecteur.

 

© Taymans - Le Tiroir

 

Les ombres d'Indiana Jones, d'Alan Quatterman et autres explorateurs de contrées éloignées et de mondes cachés planent sur cet Eden, qui est tout sauf un paradis. Bob Morane n'est pas loin non plus, lui qui a tant fréquenté, et il n'y a pas si longtemps que ça, des vallées de dinosaures. Bien qu'ils apparaissent en début et fin de récit, les bestiaux d'outre-temps ne sont quand même pas au cœur de l’histoire comme dans Jurassic Park. L'exploitation de matières par des aventuriers, ou en l'occurrence une aventurière, descendante du fameux Lord Roxton du roman de Conan Doyle, en est le principal sujet. Alors qu'il était la quintessence du gentleman anglais, on ne peut pas en dire autant de sa petite fille, obsédée d'argent et de sexe et qui nous offre une scène érotique dispensable (sauf si on relit le préambule de l'auteur qui justifie le côté divertissant). Le grand-père de Kathy, Ed Malone, faisait partie avec Lord Roxton de l'expédition du professeur Challenger. Miss Roxton et Miss Malone ont toutes deux des objectifs divergents.

 

© Taymans - Le Tiroir

 

Dans son trait semi-réaliste ligne claire, André Taymans réussit sa mission de divertissement. Comme au cinéma, on en prend plein les yeux. C'est efficace.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Eden

Tome : 2 – Une saison aux enfers

Genre : Aventure

Scénario & Dessins : André Taymans

Couleurs : Studio Caroline

Éditeur : Le Tiroir

ISBN : 9782931027479

Nombre de pages : 46

Prix : 15,50 €


 

 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


Un classique indémodable. Les trois mousquetaires 1 – Les trois mousquetaires / 2 – Vingt ans après

 

"-M.de Tréville… Savez-vous que son éminence est venue se plaindre de vos mousquetaires ?

-Oh, Sire, ce sont des agneaux. Leur seul désir est de servir votre Majesté… Mais les gardes de M. le Cardinal sont sans cesse à leur chercher querelle… Ils sont bien obligés de se défendre !

-Et puis ils n'étaient pas seuls ! Il y avait avec eux un enfant ?

-Euh… Oui… Et un blessé.

-Donc, quatre hommes dont un blessé et un enfant, contre cinq gardes du Cardinal… Et ils les mettent en déroute ? Et cet enfant, comment s'appelle-t-il ?

-D'Artagnan, Sire. Je me permets d'ailleurs de le recommander à votre Majesté. Il est le fils d'un de mes plus anciens amis qui fit avec le Roi, votre père, la guerre des partisans."

 

 

 

 

 

 

                Avril 1625. Le jeune D'Artagnan fait son entrée dans le vrai monde. Il a quitté sa famille et sa chère Gascogne. Son père lui a fait apprendre à manier l'épée. Il a un jarret de fer et un poignet d'acier. Il a un nom de gentilhomme à défendre. Il va trouver avec une lettre de recommandation un certain Monsieur de Tréville, capitaine des mousquetaires, une légion de césars redoutés du Cardinal. Arrivé à la capitale, il va y rencontrer trois mousquetaires, Porthos, grand gaillard bon vivant, Athos, Comte de la Fère, ainsi qu'Aramis, prêtre reconverti. Ils vont devenir ses compagnons d'aventures alors que le Duc de Buckingham, auquel la Reine n'est pas insensible, est en France.

 

© Delalande, Prolongeau, Bidot, Bono – Plein vent

 

                Arnaud Delalande et Hubert Prolongeau proposent une nouvelle adaptation du roman épique et d'époque d'Alexandre Dumas. A quoi bon ?, pourrait-on se dire. Et pourtant, cette version a le mérite d'être non seulement fidèle, mais de ne pas s'axer exclusivement sur l'affaire des ferrets de la Reine. On y assiste aussi au siège de La Rochelle et l'affrontement avec Milady de Winter va jusqu'à son terme. Dans Vingt ans après, la suite moins connue car moins souvent adaptée, nous sommes en pleine Fronde. Louis XIII a laissé sa place au jeune Roi Louis XIV, onze ans à peine, qui, avec le Cardinal Mazarin, a fort à gérer face aux Nobles mécontents. Les mousquetaires autrefois soudés, un pour tous, tous pour un, se retrouvent dans des camps adverses. D'Artagnan et Porthos, fidèles au Roi, vont se trouver opposés à leurs amis de jadis, Aramis et Athos, conspirateurs aux services du Duc de Choiseul. Resteront-ils ennemis ?

                L'une des curiosités de cette version est dans la narration, plusieurs protagonistes se succédant aux commentaires. Le procédé n'est utilisé que dans le tome 1 et malheureusement abandonné pour la suite.

 

© Delalande, Prolongeau, Bidot, Bono – Plein vent

 

                Alors que Plein Vent propose une adaptation réaliste très fidèle au roman, Casterman publie un manga signé Cédric Tchao et Néjib, ainsi qu'une version humoristique déjantée écrite par Gilles Rochier et dessinée par Fabrice Erre. L'événement Trois Mousquetaires est aussi au cinéma en ce printemps avec un film réalisé par Martin Bourboulon, premier épisode d'un diptyque avec François Civil, Vincent Cassel, Romain Duris, Pio Marmaï et Eva Green

 

© Delalande, Prolongeau, Bidot, Bono – Plein vent

 

Laurent Bidot dessine le premier de ces albums pendant que Fabio Bono est au graphisme de l'autre. Il y a un peu plus de vie et de hachures chez Bidot, avec certaines attitudes de personnages à la Jean-Claude Servais. Bono est plus de la famille d'un Jean-Marc Stalner avec un travail sur les attitudes qui pose les sentiments. Les deux dessinateurs restent dans une famille d'auteurs réalistes. Les deux albums restent dans une unité artistique cohérente. L'adaptation du troisième opus, Le Vicomte de Bragelonne, est déjà annoncée.

 

Laurent Lafourcade

 


 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=KqCiVRbwMvQ&t=4s

 

 

 

Série : Les trois mousquetaires

Tomes : 1 – Les trois mousquetaires / 2 – Vingt ans après

Genre : Aventure historique

Scénario : Arnaud Delalande & Hubert Prolongeau

Dessins : Laurent Bidot (T1) & Fabio Bono (T2)

Couleurs : Alice Bono

Encre : Marcello De Martino (T2)

D'après : Alexandre Dumas

Éditeur : Plein vent

ISBN : 978492547720 / 978492547829

Nombre de pages : 64 / 56

Prix : 17,90 €


 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


La fin de la vengeance. De nous, il ne restera que des cendres 4

 

"Ça fait presque deux semaines que je fais le guet et ce type ne vient toujours pas. Non, c'est bon, il viendra, c'est sûr. J'ai confiance en Wang. Je n'ai qu'à patienter. Je tuerai de mes mains l'homme au tatouage !!" 

 

 

 

 

 

 

Dans un jardin botanique, une jeune fille attend quelqu'un. Ça fait presque deux semaines et il ne vient pas. Quelques années auparavant, des parents assassinés, une sœur violée avant d’être tuée, un enfant prostré dans un placard. Cet enfant, c’est Yû. Dans l’entrebâillement de sa cache, il ne voit pas le visage du bourreau mais aperçoit un tatouage qu’il a sur l’épaule. On comprend dès lors la haine qui anime Yû. Depuis ce jour, il n’a plus qu’un but dans la vie : venger sa famille. On le retrouve quelques années plus tard, déguisé en étudiante à la recherche du coupable. Entretemps, devenu un combattant hors pair, il travaille pour le laoban qui l’envoie sur des missions où les membres des bandes rivales peuvent compter leurs jours. Aujourd'hui, en plein scandale s'apparentant à une affaire d'état tout autant qu’à une affaire familiale, il s'approche du dernier rendez-vous, celui face au bourreau de sa famille.

 

©Akira Kasugai 2020
©Kana 2022

 

La mini-série en 4 volumes d'Akira Kasugai se clôt. Le mangaka a écrit un thriller violent, sans concession, dont les justiciers sont aussi implacables que les truands. Yû ne fait pas dans les sentiments. Le « Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse », il ne connaît pas. Il va au bout de ses missions, coûte que coûte, ou plutôt tranche que tranche. Yû a pris le temps de se former afin de devenir lui-même un tueur professionnel. A la fois désireux d’accomplir les missions qu’on lui confie et de mettre la main sur l’assassin des siens, gare à qui croisera sa route. Et lorsqu’il s’agit de prédateurs sexuels en puissance, ça ne peut qu’exacerber sa haine, allant jusqu’à les provoquer pour mieux les prendre dans sa toile.

 

©Akira Kasugai 2020
©Kana 2022

 

Le format plus grand que les mangas classiques (mais plus petit qu’un comics et a fortiori d’un album franco-belge) permet l’étourdissement dans des scènes envolées. Kasugai surprend dans un découpage parfaitement maîtrisé, provoquant des chocs à la tournure de pages. Le combat final est en particulier magistral.

 

©Akira Kasugai 2020
©Kana 2022

 

Les éditions Kana ont sorti ce thriller en rafale sur toute l'année 2022, aussi vite qu’agit Yû quand il se trouve face à un gang de tueurs. La vengeance de Yû Kisaragi est enfin assouvie. Si les apparences peuvent être trompeuses, le sang qui coule n’est pas un leurre. 

 

Laurent Lafourcade

 


Série : De nous, il ne restera que des cendres

Tome : 4

Genre : Thriller

Scénario & Dessins : Akira Kasugai

Éditeur : Kana

Collection : Big Kana

ISBN : 9782505113577

Nombre de pages : 192

Prix : 12,70 €


 

 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


Dans le futur du futur futuriste. Johnny Biceps, l'argonaute du futur

 

"-Johnny Biceps… Ma Némésis… Je vois que tu es toujours en forme… Le seras-tu assez pour échapper à mon nouveau piège ?

-Je pense, oui !!

-J… Johnny Biceps !?! Mais comment !!?"

 

 

 

 

 

 

Johnny Biceps n'est jamais là où on l'attend. Ses ennemis doivent se le laisser pour dire. L'argonaute du futur parcourt le cosmos pour lutter contre les méchants vilains de tous poils, et en particulier Astar, sa Némésis, son ennemi de toujours assoiffé de vengeance. Johnny Biceps est un aventurier intergalactique pas très fut-fut. Habillé d'un slip comme tout héros qui se respecte, avec un costume entre Conan et Flash Gordon et une frange sur les yeux à faire pâlir de jalousie Musclor ou les plus grands princes charmants, Johnny traverse le cosmos avec son acolyte Skip, faire-valoir indispensable des véritables héros, ainsi que du Docteur Requin, savant à l'intelligence d'un humain (ou pas) et à la dangerosité d'un requin (ou pas) qui va rejoindre le petit groupe. Enfin, que serait un aventurier sans une acolyte féminine et sexy…. enfin, sans une acolyte ? C'est chose faite avec la Princesse Kroxima, guerrière capable de se débrouiller toute seule.

 

© Witko, Karibou - Delcourt

 

Johnny Biceps a le Johnny de Johnny English, agent secret maladroit incarné au cinéma par Rowan Atkinson, et le Biceps du Captain éponyme de Zep et Tebo. Ainsi crétin que l'un, aussi musclé et impulsif que l'autre. Heureusement que Skip a plusieurs clones parce que, sans spoiler, il ne va pas finir vivant toutes les histoires. Quant à Astar, c'est un Skelettor de Wish. Mais là où l'ennemi juré de Musclor dans Les maîtres de l'univers était quand même relativement effrayant, Astar est assez malchanceux.

 

© Witko, Karibou - Delcourt

 

L'univers de Johnny Biceps est très Fluide glacial mais l'aventurier galactique a atterri dans l'excellente collection d'humour Pataquès chez Delcourt. Le dessinateur Witko y est l'une des têtes d'affiche, ayant entre autres dessiné Banquiz et réalisé tout seul le meilleur album de la collection : El Chipo. Le scénariste Karibou connaît aussi la collection puisqu'il a signé Salade César, Waterlose, ainsi que Constantin de Chamberly, barbare, esthète et philanthrope. Les deux compères de Cinéramdam, justement publié chez Fluide, se retrouvent dans un space opera plus space qu'opéra, mais en tout cas joyeusement débile. Ils alternent récits courts et gags ou strips dans un heureux bordel pour sauver le monde.

 

© Witko, Karibou - Delcourt

 

Ennemis de l'univers, numérotez vos abattis ! Johnny Biceps arrive pour faire régner l'ordre et la justice ! Qu'on se le dise !

 

Laurent Lafourcade

 


One shot : Johnny Biceps, l'argonaute du futur

Genre : Humour déjanté

Scénario : Karibou

Dessins & Couleurs : Witko

Éditeur : Delcourt

Collection : Pataquès

ISBN : 9782413047728

Nombre de pages : 56

Prix : 12,50 €


 

 

 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


Foire du livre Bruxelles 2023 DĂ©dicaces Auteurs Kennes

 

 

 

Vous trouverez ci-dessous l'horaire des auteurs KENNES présents lors de la foire du livre de Bruxelles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié le 23/03/2023.


Source : Bd-best


Jack Sparrow vs Toutânkhamon. Les DingoDocus BD 1 – Les pirates / 2 – Les Egyptiens

 

"-Professeur Dudico !

-Hééé, Archibald !

-Vous avez rendez-vous chez votre éditrice ?

-Ha ha, non ! On m’attend au Louvre pour une conférence…"

 

 

 

 

 

 

                Paris, le professeur Robert Dudico traverse la ville de fort bonne humeur. Il se rend au Louvre pour une conférence sur l’Egypte ancienne. Il passe à côté d’une échelle. Et là, c’est le drame. Un bac de ciment lui tombe sur la tête et le voilà recouvert. C’est une nouvelle malédiction de la momie. Pas de panique ! Le jeune Archibald va prendre les choses en mains, réécrire la conférence en chemin et tout nous raconter sur les égyptiens. On va remonter en – 7500 lorsque les premiers égyptiens s’installent dans la vallée du Nil. On va tout savoir jusqu’à la mort de Cléopâtre, quelques années avant la naissance de Jésus-Christ, avec même un bon dans le temps qui nous explique comment l’obélisque de Louxor est arrivée sur la place de la Concorde.

 

© Audouin – Nathan bande dessinée

 

                Côté pirate, le même professeur Dudico trébuche dans le parc Monceau et souille avec son café tout le travail qu’il devait amener à son éditrice. Là encore, Archibald va gérer la situation. Il maîtrise le thème des pirates, à ne pas confondre avec les corsaires qui vivaient à la même époque, sur une période relativement courte allant de 1680 à 1730. Alors que les corsaires travaillaient pour le roi, les pirates étaient des brigands cruels et belliqueux. Le drapeau à tête de mort signalait aux malheureux bateaux qu’ils croisaient qu’ils devaient s’apprêter à passer un sale quart d’heure. Petite curiosité : il arrivait que certains pirates se repentissent et deviennent corsaires.

 

© Audouin – Nathan bande dessinée

 

                Avec les DingoDocus BD, Laurent Audouin signe une instructive et drôlissime collection documentaire. Le titre fait évidemment écho aux fabuleux dingodossiers de Gotlib et Goscinny. Ce n’est pas volé. Audouin en écrit une version pour enfants et qui amusera tout le monde. Comme en plus on apprend des choses, que demander de plus ? On va embaumer une momie d’un côté, on va cuisiner en mer de l’autre. On va savoir (peut-être) pourquoi le Sphynx a le nez cassé et comment les pirates savaient qu’ils approchaient des côtes. Audouin joue avec les anachronismes. Marilyn sert de modèle pour une figure de proue. Des naufragés déplorent que le téléphone portable n’ait pas été inventé. Un égyptien écrit le mot « cool » avec des hiéroglyphes.

 

                Laurent Audouin mêle un graphisme classique ligne claire pour les scènes contemporaines entre Archibald et le professeur Dudico, avec un trait enfantin et un coloriage feutre faussement bâclé et finement posé. Les pharaons et les pirates les plus célèbres n’auront plus de secrets pour vous. Vivement les prochains sujets.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Les DingoDocus BD

Tomes : 1 – Les pirates / 2 – Les Egyptiens

Genre : Documentaire humoristique

Scénario, Dessins & Couleurs : Laurent Audouin

Éditeur : Nathan bande dessinée

ISBN : 9782092494523 / 9782092494530

Nombre de pages : 48

Prix : 11,90 €


 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


Le merle et l'enfant. Boule à zéro 10 – Les bras levés

"-J'ai attendu quelques semaines avant de vous l'annoncer afin de ne pas vous donner de faux espoirs – et encore moins à votre fille – mais voyez vous-mêmes !... La résonance magnétique et la cytométrie de flux montrent une involution signifiante entraînant l'occultation du sarcome.

-Euh !... Vous savez, Docteur Semoun, nous, tout ce charabia médical…

-…c'est un peu comme de l'arabe, pour vous !

-En un mot comme en cent : Zita aperçoit la lumière au bout du tunnel."

 

 

 

 

 


                Un tunnel d'une longueur de presque dix ans. Zita aperçoit la lumière au bout d'un tunnel d'une longueur de presque dix ans. Les résultats des derniers examens effectués sur Boule à zéro sont excellent. Le docteur Semoun l'annonce à ses parents. Zita va pouvoir enfin quitter l'hôpital. Alors qu'elle s'apprête à sortir, il y en a un qui fait tout pour rentrer : un drôle de merle, gourmand de biscuits et de café. Est-ce un oiseau de mauvais augure ou un nouveau compagnon ? Sa place est-elle dans le ciel ou dans un hôpital ? N'y aurait-il pas un parallèle entre son destin et celui de Zita ?

 

© Ernst, Zidrou, Carpentier - Bamboo

 

                Ce dixième tome de Boule à zéro marque un tournant important dans la série, mais, on vous rassure de suite, ça n'en sonne pas la fin. Quand on apprend en tout début d'album que Zita va terminer sa longue longue longue, sa si longue convalescence, on s'attend à un épisode tendre et émouvant, voire triste, dans lequel Zita va devoir dire au revoir à l'univers cocooning dans lequel elle a grandi, à l'abri du monde extérieur. On s'attend à pleurer avec elle à cause d'une perte de repères. Zidrou n'allait évidemment pas tomber dans une telle facilité et prend le contre-pied de cette évidence. Zita, encore une fois, donne une leçon de vie incroyable.

 

© Ernst, Zidrou, Carpentier - Bamboo

 

                Au dessin, Serge Ernst, accompagné par Diaz, est dans une ligne claire d'une pureté rare, encore plus propre que les couloirs des hôpitaux. Ernst multiplie les petits clins d'œil en fond de case. Lisez les titres des magazines dans la maison de la presse. Regardez le nom du taxi qui ramène Zita. Observez les clients du restaurant asiatique et l'un des papys danseurs à moustache.

Saluons par ailleurs l'opération 2000 BD, créée en 2012 à l'initiative de Serge Ernst, et qui se poursuit. Depuis cette date, 2000 albums sont régulièrement offerts aux enfants atteints de cancer ou de leucémie hospitalisés en France, en Belgique et en Suisse. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.2000BD.org.

 

© Ernst, Zidrou, Carpentier - Bamboo

 

Toujours émouvante mais jamais larmoyante, toujours pleine d'espoir mais jamais dans l'empathie facile, Boule à zéro est une série thérapeutique et feel good, une leçon de vie pour petits et grands.

 

Laurent Lafourcade

 


 

Série : Boule à zéro

Tome : 10 – Les bras levés

Genre : Humour tendre hospitalier

Scénario : Benoît Zidrou

Dessins : SergeErnst & Diaz

Couleurs : Laurent Carpentier

Éditeur : Bamboo

ISBN : 9782818991886

Nombre de pages : 48

Prix : 11,90 €


 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


Comment guérir les âmes blessées. Gloria

 

"-Tu peux t'asseoir, Angelo. Alors vous devez analyser quels textes ? Je reste ici avec toi. Je te laisse faire et quand tu as commencé à écrire on peut en discuter d'accord ?

-D'accord.

-Ça va, Angelo ? Pas trop d'idées ? T'inquiète, tu vas finir par y arriver. J'attends un peu plus et après on lit ensemble ce que tu as écrit."

 

 

 

 

 

 

Gloria est assistante sociale dans un centre d'accueil. Jeune femme pleine d'espoir dans son métier, elle nettoie les cœurs et soulage les âmes. Enfin, quand elle le peut. Confrontée à des situations extrêmement complexes à gérer, surtout quand elles touchent le milieu familial, Gloria va devoir faire la part des choses entre sa vie privée et ses jeunes en souffrance qui l'absorbent.

 

© Pano - Rue de l'échiquier

 

Trois vies adolescentes sont au cœur de cet album si émouvant et malheureusement si réel, car chacune des situations est inspirée de faits réels.

Angelo est un garçon solitaire. Sa mère est sous Prozac parce que son fils est malade. Elle lui donne du Leponex, un neuroleptique antipsychotique utilisé dans le traitement de la schizophrénie. Gloria reçoit le lycéen mutique pour l'aider à s'ouvrir, mais les troubles d'Angelo vont prendre le dessus. Valentina semble avoir une vie équilibrée mais son sommeil est perturbé. Pourquoi ? Elle fait face au pire des cauchemars que peut vivre un enfant : l'inceste. C'est aussi le cas de Greta. Face à ces divers cas, Gloria va devoir trouver les mots pour soigner les maux, mais ça ne va pas toujours être possible, ça ne va pas toujours suffire.

 

© Pano - Rue de l'échiquier

 

Entre ses "affaires", Gloria tente de construire sa vie. Sa mère est une institutrice bientôt à la retraite. Son père travaille à la chaîne. Elle a un petit frère, encore scolarisé. Elle fait de la boxe pour évacuer tous les problèmes et toute la violence à laquelle elle doit faire face. Et puis, il y a ses amies, ses amours, la vie d'une jeune adulte, qui sert de paratonnerre et doit gérer la souffrance des jeunes qu'elle absorbe pour tenter de les aider.

Almudena Pano est une autrice espagnole. Elle a fait l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles. Gloria existe. C'est l'amie d'enfance d'Elisa, une amie et collègue d'Almudena qui l'a longuement interviewé. Les deux femmes ont commencé à développer l'histoire ensemble avant que les démons que rencontrent Gloria ne touchent personnellement Almudena Pano dans une histoire familiale. L'autrice a alors pris le récit de Gloria à cœur et Elisa l'a laissée s'en emparer. Almudena montre dans cet album comment des enfants tentent de se construire par rapport à des valeurs sociales d'adultes déjà pervertis. Dans une ligne claire à l'encrage épais et aux aplats massifs, façon vitraux, la dessinatrice propose une mise en BD originale qui sied parfaitement au thème. Ça peut paraître enfantin. C'est artistique et en adéquation totale avec le propos.

 

© Pano - Rue de l'échiquier

 

Almudena Pano n'édulcore pas les événements. Au-delà de dénoncer l'inceste, Gloria dénonce le silence, ce silence qui détruit, qui consume à petit feu, qui fait tant de bruit à l'intérieur. Si le livre n'aide qu'une seule langue à se délier, son but sera atteint. Mais il se pourrait bien qu'il soit une invitation à la thérapie pour plus d'une personne.

 

Laurent Lafourcade

 


One shot : Gloria

Genre : Emotion

Scénario, Dessins & Couleurs : Almudena Pano

Éditeur : Rue de l'échiquier

ISBN : 9782205089851

Nombre de pages : 168

Prix : 23 €


 

 



Publié le 23/03/2023.


Source : Boulevard BD


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2023