?>

Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Blessent mon coeur d'une langueur monotone. Opération Overlord T.6 Une nuit au Berghof.

 

 

-          Voilà ce qui arrive lorsqu’un civil s’empare des affaires militaires. Depuis qu’il a pris le commandement suprême des armées en 1938, le Führer a lié les mains de la Wehrmacht…

-          … mis ses officiers en concurrence avant de déplacer des populations, massacrer certaines, réduire des villes en cendres, ruiner l’économie. Bref, plonger l’Europe dans le chaos.

 

 

 

 

 

 

 

Dans la nuit du 5 juin 1944, le sort de la guerre ne s'est pas uniquement joué en Normandie, mais aussi au Berghof, le nid d'aigle d'Adolf Hitler. Dans son chalet situé dans les Alpes Bavaroises, le Fürher était loin de se douter que les rouages de sa machine infernale n'étaient pas aussi bien graissés qu'il ne le croyait, alors même que le chef des renseignements avait prévenu le haut commandement que le débarquement allait avoir lieu dans le Cotentin. Sabotages par la Résistance, manque d'expérience et d'équipement des soldats, retards dans les prises de décision... alors que le débarquement débute, les hauts dignitaires allemands sont plus que pris au dépourvu.

 

 

 

© Bruno Falba – Davide Fabbri – Glénat.

 

 

 

Pour ce sixième tome, Bruno Falba (scénariste) nous propose la vision allemande de ce D. Day. Les signes annonciateurs du débarquement y sont évoqués à plusieurs reprises, alors que les nazis attendaient celui-ci plus au nord (Pas De Calais à Opération Fortitude).

 

 

 

 

© Bruno Falba – Davide Fabbri – Glénat.

 

 

Les lecteurs suivent le débarquement sur tous les fronts, de la Wermacht aux officiers s’interrogeant sur le bien-fondé des informations qu’ils reçoivent.  Tout est passé en revue, des informations contradictoires aux brouillages des stations radars allemandes, du parachutage de fausses poupées déclenchant des pétards aux messages destinés à la résistance.

 

 

 

 

© Bruno Falba – Davide Fabbri – Glénat.

 

 

Davide Fabbri illustre la chronologie des événements survenant aux différents endroits impliqués, des plages Normandes au QG d’Hitler situé au Berghof.  Son dessin agréable accompagne de façon limpide la lecture fluide de cette narration historique.

 

 

 

 

 

 

En résumé, un bel hommage pour le septante-cinquième anniversaires de cet événement historique.

 

 

Haubruge Alain.

 

 

 

Série : Opération Overlord.

 

Tome : 6 - Une nuit au Berghof.

 

Genre : Historique.

 

Scénario : Bruno Falba.

 

Dessins : Davide Fabbri.

 

Éditeur : Glénat.

 

Nombre de pages : 48.

 

Prix : 13,90 €

 

ISBN : 9782344022740 



Publié le 25/06/2019.


Source : Bd-best


Je reprendrais bien un peu de vous-même.  Frnck 5 - Cannibales

 

« - Il faut vraiment que tu perdes l’habitude de rester bouche bée comme ça. Ça ne te met pas du tout en valeur.

- Tu es qui, exactement ?

- Tu sais très bien qui je suis, et franchement, je n’ai pas le temps de tout t’expliquer, mais tu finiras par comprendre. En revanche, j’ai trois instructions capitales à te donner. Premièrement, tu ne dois absolument jamais révéler aux autres la vérité sur ce qui est arrivé à Léonard et à Gargouille. Il en va de l’avenir de l’humanité. Deuxièmement, apprends à nager, crois-moi, ça va te sauver la vie. Je ne serai pas toujours là pour te secourir. Troisième truc hyper important… Ah ben ça c’est bête, j’ai complètement oublié ! »

 

 

 

 

 

 

Qui est donc ce jeune adulte qui vient de sauver Franck de la noyade et qui lui ressemble étrangement ? L’adolescent semble l’avoir deviné mais il n’en croît pas ses yeux. C’est lui ! Oui, c’est bien lui-même quelques années plus tard. De quoi y perdre son latin, ou plutôt son langage préhistorique. Sans tarder, son alter ego s’enfuit sans donner plus d’explications. Pas le temps pour Franck de reprendre ses esprits qu’il est capturé par une tribu de cannibales. Décidément, la vie préhistorique n’est pas un long fleuve tranquille.

 

 

 

 

© Bocquet, Cossu, Guillo - Dupuis

 

 

Mais quel retour fracassant ! Avec Cannibales, Frnck démarre sa cinquième aventure et un second cycle.  Brice Cossu est au meilleur de sa forme. Il est même encore plus fort que d’habitude. Depuis le début de la série, on aura vraiment assisté à la naissance d’un futur très grand artiste de la BD. La scène d’ouverture dans laquelle Frnck et sa tribu sur une embarcation de fortune se voient attaquer par un monstre marin est magistrale. Elle est à la hauteur d’une Claire Wendling ou d’un Régis Loisel. Ce sont quatre planches muettes é-pous-tou-fflantes.

 

 

 

 

© Bocquet, Cossu, Guillo - Dupuis

 

 

N’oublions pas que pour offrir de belles planches, il faut être servi par un scénario à la hauteur. Olivier Bocquet en est le responsable. Le lecteur est fauché dès le départ par cette histoire de « double ». Qui plus est, le héros se voit plus âgé amputé de deux doigts à la main gauche. Ça ne vous rappelle personne ? Même nez en trompette, même menton pointu. Mais on n’est pas à New-York. Soda reste Soda et Frnck reste Frnck. Le clin d’œil est joli.

 

 

 

 

© Bocquet, Cossu, Guillo - Dupuis

 

 

On pensait que Franck avait déjà croisé les humains les plus dangereux qu’il aurait pu rencontrer. Erreur ! Ils étaient des anges à côté des mangeurs d’hommes que lui opposent les auteurs.

 

 

 

 

© Bocquet, Cossu, Guillo - Dupuis

 

 

N’oublions pas que pour offrir de belles planches, il faut être servi par une colorisation à la hauteur. Yoann Guillo est l’homme de la situation. Un retour cendré d’éruption, la scène aquatique dont nous parlions d’un bleu-vert de fleuve faussement pacifique, une tribu violacée de cannibales, les séquences sont chapitrées de tons distincts, mais dont le passage de l’une à l’autre se fait avec naturel.

 

A tous les niveaux, et avec cet album en particulier, Franck reste un héros qui se déguste...

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Frnck

 

Tome : 5 - Cannibales

 

Genre : Aventure préhistorique

 

Scénario : Bocquet

 

Dessins : Cossu

 

Couleurs : Guillo

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 60

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9791034732104

 



Publié le 24/06/2019.


Source : Bd-best


Ces jeunes hommes qui ont choisi le nazisme. Berlin sera notre tombeau T.1 Neukölln

 

-          Bon dieu, ça n’arrête jamais de bourdonner au-dessus !!!

-          … Et on ne peut pas dire qu’ils soient empêchés de se balader …

-          Il n’y a plus de DCA dans Berlin.

-          Je croyais que c’était une forteresse…

 

 

 

 

 

 

 

Fin avril 1945, Berlin n’est plus qu’un champ de ruines. Dans la capitale d’un Reich à feu et à sang, un dernier carré de soldats protège la chancellerie et le bunker d’Hitler. Parmi eux se trouvent des Français. Ils font partie des derniers survivants de la 33e division d’infanterie SS « Charlemagne ».

 

 

 

© Michel Koeniguer – Éditions Paquet.

 

 

À leur tête, on trouve un ancien lieutenant de l’infanterie coloniale : Henri Fenet.  Son unité est la dernière à entrer dans la ville, le 24 avril 1945. Rattaché à la division Nordland, son bataillon est engagé à Neukölln le 26 avril, au sud-est de Berlin.

 

 

 

© Michel Koeniguer – Éditions Paquet.

 

 

 

Avec l’appui des chars du SS-Panzer –Rgt 11, l’unité composée de 320 hommes se lance à l’assaut des chars soviétiques, en en détruisant une soixantaine. Dans le même temps, la moitié des Waffen-SS  Français sont mis hors combat. La progression des chars Russes dans la Wilhemstrasse est stoppée net à de nombreuses reprises par les combattants Français.  

 

 

 

© Michel Koeniguer – Éditions Paquet.

 

 

 

Ce sont les derniers jours de la division Charlemagne qu’a choisi de nous faire vivre le scénariste dessinateur Michel Koeniguer. Aidé d’une solide documentation et des conseils d’un autre confrère (Olivier Speltens), Koeniguer nous fait partager les dernières heures de ces  jeunes Français ayant choisi de combattre aux côtés des nazis.  Le tout est bien structuré, le lecteur étant fréquemment invité à consulter les notes de renvoi en bas de page afin de pleinement savourer le récit. Le dessin est parfaitement adapté aux ambiances de fin de règne, les couleurs reflétant les ruines de la capitale d’un Reich qui devait durer mille ans.

 

 

 

© Michel Koeniguer – Éditions Paquet.

 

 

 

 

En résumé, une bande dessinée à placer dans votre collection aux côtés des albums d’Olivier Speltens  « L’armée de l’ombre » et « Afrikakorps ».

 

 

Haubruge Alain

 

 

Série : Berlin sera notre tombeau.

 

Tome : 1

 

Titre : Neukölln.

 

Genre : Histoire. 

 

Scénario, Dessins : Michel Koeniguer. 

 

Éditeur : Paquet. 

 

Nombre de pages : 48.

 

Prix : 14,00 € 

 

ISBN : 9782888908678



Publié le 20/06/2019.


Source : Bd-best


Spirou 4236 -  19 Juin 2019

 

 

Les nombrils : La naissance d’un duo de choc

 

 

 

 

 

 

            Les nombrils font leur grand retour… ou plutôt leurs vacheries. Cette série flash-back de la série mère est franchement très drôle. La Bd nord-américaine en a sous le coude. C’est aussi prouvé par Mort et déterré dont le premier opus se termine cette semaine.

 

            On a droit à un tuto de Raowl qui nous explique comment avoir du succès avec les princesses.

 

            Pour les abonnés, un carnet de voyage de Joan nous transporte au Laos.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Joan – Dupuis 

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Mort et déterré : Un cadavre en cavale

Ralph Azham : Lâcher prise

Royaume de Blanche-Fleur (Le) : Le complot de la reine

Six coups

Spirou : Un peu plus loin vers l’enfer

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Comme des bêtes

Cramés !

Dad

Des gens et inversement (Berth) (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Fifiches du proprofesseur (Les) (La pause-cartoon)

Mamma Mia !

Méthode Raowl (La)

Nelson

Ob’sessions (La pause-cartoon)

Spoirou & Fantasperge

Tash & Trash (La pause-cartoon)

Vacheries des Nombrils (Les)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Vous êtes mes auteurs préférés ! : Tome & Janry

En direct du futur : Black Squaw (Henriet & Yann)

Interview : Delaf

Jeu : Gare aux vacheries ! (Mouk)

Spirou et moi : Aimée de Jongh

 

 

Supplément abonnés :

Mini-Livre : Les carnets de voyage de Spirou : Joan au Laos

 

 

 

En kiosques et librairies le 19 juin 2019.

2,50 €

 

 

Laurent Lafourcade

 



Publié le 19/06/2019.


Source : Bd-best


Les compagnons de la libération: Général Leclerc.

23 novembre 1944 : les hommes de la division du général Leclerc libèrent la ville de Strasbourg. Ce dernier  charge l’un d’entre eux « ancien de Koufra » de hisser les couleurs sur la flèche de la cathédrale.  Un drapeau composé des tissus de trois robes différentes sera le premier à flotter au-dessus de la ville libérée.

 

 

 

 

© Le Naour – Blier – Bamboo – Grand Angle.

 

 

 

Début août 40, Philippe de Hauteclocque (il prend le pseudonyme de Leclerc afin de protéger sa famille restée en France occupée)  est envoyé par Charles de Gaules en Afrique.  Il réussit à convaincre le Cameroun, le Tchad et le Congo de se désolidariser du gouvernement de Vichy pour rejoindre la France Libre. Ce sont les premiers territoires ralliant la France libre. 

 

 

 

© Le Naour – Blier – Bamboo – Grand Angle.

 

 

 

C’est à partir de ces positions qu’il va regrouper une série d’hommes, effectuant un périple de plusieurs milliers de kilomètres au milieu du désert, avec des équipements non adaptés aux conditions climatiques, se dirigeant vers Koufra aux mains des Italiens.

 

 

 

 

 

 

© Le Naour – Blier – Bamboo – Grand Angle.

 

Assiégeant l’oasis de Koufra, à la tête de 300 hommes et un seul canon, il obtient  le 28 février 1941 la capitulation des forces Italienne qui pensaient faire face des moyens beaucoup plus importants. C’est à cet endroit qu’il fait le serment de ne pas déposer les armes avant d’avoir vu le drapeau français flotter sur la cathédrale de Strasbourg.

 

 

 

© Le Naour – Blier – Bamboo – Grand Angle.

 

 

 

C’est cette première victoire française qui a été choisie par le scénariste Jean- Yves Le Naour  et l’illustrateur Frédéric Blier afin de vous présenter le premier tome de la série « Les compagnons de la libération ».  Le Naour nous livre un scénario concis mais très efficace, les illustrations de Frédéric Blier complétant parfaitement bien le travail effectué par le scénariste.À signaler en fin d’album, la présence d’un dossier documentaire rédigé par la fondation Leclerc décrivant les grandes étapes de sa bibliographie.

 

 

 

 

 

 

 

 

En attente avec impatiente du troisième tome de cette nouvelle collection, prévu pour la rentrée,  traitant de Jean Moulin.

 

 

Haubruge Alain

 

 

Série : Les compagnons de la libération.

 

Tome : 1

 

Titre : Général Leclerc.

 

Genre : Histoire. 

 

Scénario : Jean-Yves Le Naour

 

Dessins : Frédéric Blier.

 

Éditeur : Bamboo - Grand Angle. 

 

Nombre de pages : 48.

 

Prix : 14,50 € 

 

ISBN : 9782818966990



Publié le 17/06/2019.


Source : Bd-best


Les compagnons de la libération : Pierre Messmer.

 

-       Français !  À l’appel de monsieur le Président de la République, j’assume à partir d’aujourd’hui la direction du gouvernement de la France.

-       Je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur.

-       C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat.

-       Je me suis adressé cette nuit à l’adversaire pour lui demander s’il est prêt à rechercher avec nous, entre soldats, après la lutte et dans l’honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités.

 

 

 

 

 

 

17 juin 1940, deux jeunes hommes écoutent à la radio le discours du maréchal Pétain concernant la demande d’armistice aux forces Allemandes. Refusant cet état de fait, ils décident de continuer le combat. C’est sur une vieille moto reçue dans une ferme qu’ils tentent de rejoindre Marseille. Leur moto subissant une panne, ils rallient Tarascon en stop avant de prendre le train direction Marseille où ils arrivent le 18 juin au soir. 

 

 

 

 

© Catherine Valenti -Philippe Tarral – Grand Angle.

 

 

Le 20 juin 1940, nos deux amis font la connaissance du commandant du « Carpo Olmo ». Ce dernier cherche des hommes pour l’aider à détourner le bateau italien et sa cargaison vers l’Angleterre. C’est en lisant « Le Petit Provençal », que nos amis prennent connaissance de l’appel effectué par le général de Gaulle depuis Londres. Le 23 juin au soir, nos deux hommes montent à bord pour rejoindre dans un premier temps Gibraltar et ensuite l’Angleterre. Le sous-lieutenant Pierre Messmer et le lieutenant Jean Simon intégreront ensemble la Brigade de Légion étrangère participant ensemble aux combats en Érythrée, en Syrie, à Bir Hakeim et en Tunisie.

 

 

 

 

© Catherine Valenti -Philippe Tarral – Grand Angle.

 

 

 

Deuxième album de la série « Compagnon de la libération », l’histoire débute avec les funérailles de Charles de Gaulle. Messmer et Simon se retrouvent et évoquent leurs souvenirs de jeunesse au sein de la France Libre et leurs luttes communes à la Légion étrangère.

 

 

 

 

© Catherine Valenti -Philippe Tarral – Grand Angle.

 

 

Personnellement, je suis un peu déçu par le scénario car l’œuvre ne couvre qu’une partie de la vie de Pierre Messmer, oubliant la période après 1945. Il faut se rabattre sur le dossier présent dans les dernières pages pour en savoir plus sur le destin de ce grand personnage. Il aurait été judicieux de traiter cette dernière partie, ne fut-ce qu’en une ou deux pages.    

 

 

 

 

© Catherine Valenti -Philippe Tarral – Grand Angle.

 

 

Les illustrations confiées à Philippe Tarral partagent les différentes campagnes effectuées par les deux hommes qui seront tous deux décorés du titre de « Compagnons de la libération ».

 

 

 

 

 

 

En attente du prochain volume prévu à la rentrée qui devrait concerner Jean Moulin.

 

 

Haubruge Alain

 

Série : Les compagnons de la libération.

 

Tome : 2

 

Titre : Pierre Messmer.

 

Genre : Histoire. 

 

Scénario : Catherine Valenti.

 

Dessins : Philippe Tarral.

 

Éditeur : Bamboo - Grand Angle. 

 

Nombre de pages : 48.

 

Prix : 14,50 € 

 

ISBN : 9782818967096.



Publié le 14/06/2019.


Source : Bd-best


Décès accidentel de Fabien Lacaf.

 

 

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris à la rédaction, hier lundi 10 juin 2019, la mort du dessinateur Fabien Lacaf suite à un accident de moto. Ce talentueux dessinateur réaliste et grand amoureux des montagnes était un collaborateur fidèle des éditions Glénat depuis la fin des années 1980.

 

 

 

 

 

 

 

© Lacaf – Glénat.

 

 

 

Diplômé d'arts plastiques et d'archéologie, Fabien Lacaf a d’abord travaillé comme assistant décorateur pour le cinéma. Il débute dans la bande dessinée en 1980 dans Charlie Mensuel avec Patrick Cothias, puis dans Métal Hurlant avec Serge Le Tendre. Il signe avec Frank Giroud Les Patriotes, chez Glénat, en 1988. Il y aura ensuite Les Pêcheurs d'étoiles, Macadam, La Traque, et Monsieur N, d’après le film de son ami Antoine de Caunes.

 

 

 

 

© Lacaf – Glénat.

 

 

 

Fabien Lacaf était également un story-boardeur réputé, ayant collaboré avec de grands noms du cinéma tels que Jean-Paul Rappeneau (Le Hussard sur le toit), Alexandre Arcady (K), Jean-Marie Poiré (Les Visiteurs 2 et 3), Claude Zidi (Astérix et Obélix contre César) ou Francis Veber (L’Emmerdeur).

 

 

 

 

© Lacaf – Glénat.

 

 

 

En juin 2005, il publie Mandrin avec Philippe Bonifay. En 2009 et 2010, il publie deux albums scénarisés par Armand Guérin, centrés sur des joyaux du patrimoine culturel français : Les Flammes de l'archange qui se situe sur le Mont Saint-Michel, et Le Mystère Tour Eiffel. Avec son épouse Nelly Moriquand, Fabien Lacaf publie Bayard, Le Bal des chimères puis Les Amants de l’Oisans, une romance lors des débuts de l’alpinisme.

 

 

 

 

© Lacaf – Glénat.

 

 

 

Son dernier album publié chez Glénat, en novembre 2015, est un hommage en bande dessinée au peintre Gustave Courbet et à son célèbre tableau L’Origine du monde.

 

 

 

 

© Lacaf – Glénat.

 

 

 

L’ensemble de la rédaction Bd Best adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Fabien.

 



Publié le 11/06/2019.


Source : Bd-best


Sans résilience.  De mémoire

 

« - Si ma candidature ne vous intéresse pas, inutile de tourner autour du pot. Il suffit de me le dire simplement…

- Je n’ai pas dit ça, Monsieur Powell ! Vous m’avez été chaudement recommandé par l’ami d’un ami qui m’a vanté vos remarquables dont de physionomiste…

- J’ai la mémoire des visages, c’est indéniable…

- Moi, j’ai la mémoire des chiffres… Je suis imbattable ! Quand quelqu’un me doit de l’argent, je n’oublie jamais le montant de la dette, ni l’adresse du débiteur !

- Je me débrouille pas mal aussi avec les chiffres et les prénoms… entre autres ! »

 

 

 

 

La trentaine bien sonnée, Nick Powell vit de petits boulots. Comment un homme si intelligent se trouve-t-il à postuler pour un emploi de videur de boîte de nuit ? Il est manifestement psychologiquement perturbé. Son problème de n’est pas de réussir à se rappeler de certaines choses, mais d’arriver à en oublier. L’homme est hypermnésique. Tous ses souvenirs encombrent son cerveau et perturbent sa vie. Il possède toute une collection de boîtes vides dans lesquelles il imagine ranger ses morceaux de mémoire perturbateurs. C’est Julia, sa psy qui lui a conseillé cette technique. Aujourd’hui, la jeune femme n’est plus son thérapeute. Elle est bien plus que ça. Fils d’un scientifique, Nick va voir sa vie basculer le jour de son enlèvement. Ses ravisseurs veulent extirper de son enfance des souvenirs qui pourraient les mettre sur la voie des recherches de son père.

 

 

 

 

© Corbeyran, Winoc, Bouet - Bamboo

 

 

Corbeyran s’est essayé à tous les types et tous les genres de bandes dessinées, avec le succès que l’on sait. Alors, comment, après tant d’albums publiés et tant d’années de carrière, arriver à garder le feu sacré de la motivation ? Avec De mémoire, il en a trouvé la clef. Le scénariste mélange les genres et livre avec ce one shot un drame psychologique que l’on pourrait prendre pour un thriller.

 

 

 

 

© Corbeyran, Winoc, Bouet - Bamboo

 

 

Les couleurs de Sébastien Bouet jouent avec les ombres et les lumières dans des teintes dont l’ocre ressort selon les séquences comme des échos.

 

Après le délicat Gran Café Torino, Winoc change de registre tout en gardant son trait légèrement charbonneux. Il relève le grand défi de faire de Nick Powell un trentenaire dégingandé, perdu dans sa tête et dans son corps, comme s’il était spectateur de sa propre vie sans pouvoir influencer son destin. Son visage et sa dégaine retranscrivent impeccablement son état d’esprit.

 

Les scènes où Nick enfant joue mystérieusement dans sa chambre, ainsi que celle de l’accident de voiture, sont remarquables, mais le choc graphique de l’album reste la couverture qui est, au niveau de la mise en scène et des couleurs, exceptionnelle.

 

"Tout, il faudrait tout oublier. Pour y croire, il faudrait tout oublier. On joue, mais là j'ai trop joué. Ce bonheur, si je le veux, je l'aurai." Ce sont les paroles du succès "Tout oublier" de la chanteuse belge Angèle. On pourrait croire qu'elle l'a écrite pour Nick Powell.

 

Laurent Lafourcade

 

 

One Shot : De mémoire

 

Genre : Drame psychologique

 

Scénario : Corbeyran

 

Dessins : Winoc

 

Couleurs : Bouet

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand angle

 

Nombre de pages : 72

 

Prix : 14,90 €

 

ISBN : 9782818966204



Publié le 10/06/2019.


Source : Bd-best


Spirou 4235 -  12 Juin 2019

 

 

Le grand final de Ralph Azham

 

 

 

 

 

 

 

            Ralph Azham est de retour pour la douzième et dernière fois. Il n’y a pas que lui qui lâche prise. Il y a aussi son auteur Lewis Trondheim qui s’amuse, dans une interview décalée, à divulgâcher la fin d’autres séries.

 

            Avec Le parc de jeux, le jeune auteur Jonathan Aucomte fait son entrée dans le journal par le biais d’un tendre récit complet, le genre de choses qui font le sel et la saveur d’un magazine comme Spirou.

 

            A part ça, on vient d’apprendre cette semaine la nomination de Morgan Di Salvia au poste de rédacteur en chef du journal. Bienvenue à lui. Frédéric Niffle reste à la direction éditoriale.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

© Armelle, Salma – Dupuis 

 

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Mort et déterré : Un cadavre en cavale

Ralph Azham : Lâcher prise

Royaume de Blanche-Fleur (Le) : Le complot de la reine

Six coups

Spirou : Un peu plus loin vers l’enfer

 

 

Récit complet :

 

Le parc de jeux (Aucompte)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Comme des bêtes

Dad

Des gens et inversement (Berth) (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Fifiches du proprofesseur (Les) (La pause-cartoon)

Game Over

Kahl & Pörth

Ob’sessions (La pause-cartoon)

Mamma Mia !

Nelson

Spoirou & Fantasperge

Tash & Trash (La pause-cartoon)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Bienvenue dans mon atelier ! : Kid Toussaint

En direct du futur : Les cavaliers de l’apocadispe

Interview : Trondheim

Leçon de BD (La) : Bianco

Jeu : Ralph Azham et les aventuriers de l’artefact perdu (Watch)

 

 

Supplément abonnés :

Mini-Livre : Les poulettes (Armelle & Salma)

 

 

 

En kiosques et librairies le 12 juin 2019.

2,50 €

 

 

Laurent Lafourcade

 



Publié le 10/06/2019.


Source : Bd-best


Erwin Rommel, le renard du désert.    Afrikakorps T.1 Battleaxe

 

-Tu sais ce qu’il est écrit dans les bus italiens ?


-Non, dis toujours,


-Ne parlez pas au chauffeur, il a besoin de ses mains. 

 

 

 

 

 

Lorsque la ruse vous permet de semer le doute chez votre ennemi. Lorsque vous arrivez à lui faire croire que vos forces sont dix fois plus nombreuses que la réalité. Lorsque vous débarquez en terrain hostile et constater lors de votre progression que votre matériel n’est pas adapté pour avaler le sable du désert. Seul un homme et une armée pouvaient relever un tel défi : Erwin Rommel à la tête de l’Afrikakorps.

 

 

 

© Olivier Speltens -  Éditions Paquet.

 

 

 

Après nous avoir conviés quatre tomes dans les plaines de Russie (L’armée de l’ombre), Olivier Speltens nous entraîne cette fois sur le front nord-africain. Comme le précise le titre de la série, le lecteur est plongé dans cet Africakorps à bord d’un char panzer III, suivant plus particulièrement le parcours de Joachim von  Richter, un lieutenant allemand débarqué en compagnie de ses hommes à Tripoli en février 1941.

 

 

 

© Olivier Speltens -  Éditions Paquet.

 

 

 

On retrouve dans cette nouvelle série prévue en trois tomes, le sérieux du travail de recherche documentaire effectué par l’auteur afin de restituer, le plus fidèlement possible, la réalité historique. Ce premier tome fait la part belle à l’aspect technique des forces en présence sur le terrain.

 

 

 

 

© Olivier Speltens -  Éditions Paquet.

 

 

Les illustrations donnent au récit toute sa saveur, il ne manque que le sable sortant du livre pour être aux côtés des combattants de l'Afrikakorps guidés par Rommel.

 

 

 

 

 

 

À signaler deux versions disponibles de l’ouvrage : la classique et une version dos toilée limitée à 1500 exemplaires.

 

Haubruge Alain

 

Série : Afrikakorps.

 

Tome : 1

 

Titre : Battleaxe.

 

Genre : Histoire. 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Olivier Speltens. 

 

Éditeur : Paquet. 

 

Nombre de pages : 48.

 

Prix : 14,00 € 

 

ISBN : 9782888908425 



Publié le 09/06/2019.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2019