Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Les cicatrices du passé.   Le fils de Taïwan 4

 

"-J'ai entraîné mes amis et mes proches dans ma chute. J'en ai très honte… J'ai eu beaucoup de revers et d'échecs dans ma vie. Je ne suis pas du tout un héros. Rien de remarquable… Allons déjeuner d'abord !

-Ah ! Déjà midi ! J'étais tellement absorbée par votre récit que je n'ai pas prêté attention à l'heure. Alors, je vous suis !

-Aucun problème. Je suis sur mes terres."

 

 

 

 

 


Janvier 2018, Yu Pei-Yun interviewe Kunlin Tsai. Il lui a donné rendez-vous au bureau de planification pour l'ouverture du musée des Droits de l'Homme pour lesquels il est bénévole. Et dire qu'autrefois c'était une cour martiale et un endroit pour enfermer des prisonniers politiques. Avec son compatriote Chisheng Chen, Kunlin Tsai témoigne souvent des persécutions politiques dont ils ont été victimes. Kunlin Tsai s'attarde sur sa vie depuis le début des années 70. Après la faillite du magazine Prince en 1969, il fit une dépression, avant de se relever en réussissant le concours d'embauche de la plus haute entreprise taïwanaise de l'époque, une compagnie d'assurances-vie. Il devient formateur puis éditeur de manuels de formation. En 1975, il est chargé de superviser la création d'un musée d'art. Plus tard, il est chargé de la planification et de la création d'une maison d'édition spécialisée dans les encyclopédies.

© 2020 Yu Pei-Yun, Zhou Jian-Xin, original edition
published by Slowork PublishingCo Ltd (Taïwan)
© Pei-Yun, Jian-Xin – Kana 2023

Années 80, la mégalomanie de Tchang Kaï-chek emporte tout. Le dictateur se fait vénérer comme un dieu. Les chaînes de télévision sont aux ordres du Kuomintang. Ceux qui gênent le régime sont éliminés. Kunlin Tsai essaye de faire son travail comme il le peut. C'est en se faisant passer pour un employé de la compagnie de commerce de son frère qu'il réussira à partir au Japon pour rencontrer les éditeurs de l'encyclopédie dont il souhaite acquérir les droits d'édition. La publication à Taïwan sera un succès, avec cependant de l'auto-censure concernant le parti communiste chinois. Kunlin créera ensuite Nonnon, un mensuel féminin de référence. Années 90, il retourne sur l'île verte, devenu site touristique, où il fut si longtemps prisonnier, pendant dix ans. Ce retour va résonner comme une prise de conscience.

© 2020 Yu Pei-Yun, Zhou Jian-Xin, original edition
published by Slowork PublishingCo Ltd (Taïwan)
© Pei-Yun, Jian-Xin – Kana 2023

Yu Pei-Yun et Zhou Jian-Xin offrent une biographie émouvante d'un enfant du siècle passé. La scénariste a eu la chance de pouvoir rencontrer Kunlin Tsai, celui qui deviendra le héros de cette série. De son enfance à ses dernières années, en passant par ses années de détention en tant que prisonnier politique et ses métiers dans l'édition, la vie du Taïwanais montre les difficultés qu'ont pu vivre ceux qui, à cet endroit et en ces instants, n'aspiraient qu'à un peu de justice et de liberté. On y découvre comment les droits de l'homme étaient inexistants et on mesure le chemin parcouru par ce peuple qui a depuis fait un grand bond en avant. L'engagement de Kunlin Tsai est une voie toute tracée pour que ne reviennent pas des heures sombres.

© 2020 Yu Pei-Yun, Zhou Jian-Xin, original edition
published by Slowork PublishingCo Ltd (Taïwan)
© Pei-Yun, Jian-Xin – Kana 2023

"L'histoire des hommes ne peut être réduite à quelques lignes dans les manuels scolaires.", a fortiori quand ces histoires se passaient à l'autre bout du monde dans des pays où l'information était sclérosée et à une époque trouble. En quatre volumes, le Manhua Le fils de Taïwan est un témoignage bouleversant sur l'état d'un pays et de ses citoyens tout au long du XXème siècle. Pendant toute sa vie, les livres et la lecture ont été la source des problèmes et des succès de Kunlin Tsai. Que cette vie devienne aujourd'hui elle-même un livre est un symbole majeur pour la Liberté.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Le fils de Taïwan

Tome : 4

Genre : Histoire

Scénario : Yu Pei-Yun

Dessins & Couleurs : Zhou Jian-Xin

Éditeur : Kana

Collection : Made in

ISBN : 9782505117469

Nombre de pages : 176

Prix : 18,50 €

 



Publié le 02/04/2024.


Source : Boulevard BD


Dans l'âme du soldat.   Le combat d'Henry Fleming

 

"-'Man… Je me suis engagé.

-Que la volonté de Dieu soit faite, Henry. Mais ne crois pas que ce sera facile. Les sudistes ont l'expérience de plusieurs révolutions, au Texas, au Mexique, ils savent se battre. Face à de jeunes recrues yankees pleines de belles idées, il n'y aura pas de miracle."

 

 

 

 

 

 


                La mère d'Henry Fleming va devoir se faire à l'idée. Son fils s'est engagé chez les Yankees. Passer son temps derrière le cul d'une mule à labourer les champs n'a jamais fait rêver personne. Les copains ont déjà quitté le village pour aller se battre. Toute la région est à feu et à sang. Il n'en fallait pas moins à Henry pour se décider à enfiler l'uniforme. Il part. Le jeune homme va vite déchanter. Au lieu de se réjouir et fêter ça avec les autres, il se demande s'il sera capable de rester dans le rang quand les premiers tirs vont s'abattre. Aura-t-il les tripes de ne pas fuir comme un lâche ? Quel genre de soldat est-il, au fond ? Quel genre d'homme ? Demain, il va assister à l'une des plus grandes batailles qu'il n'y ait jamais eu. Pendant que la cavalerie va faire diversion du côté de Richmond, les troupes d'infanterie dont fait partie Henry seront face aux Sudistes.

© Cuzor - Dupuis

                Compagnie, en avant, marche ! Cette fois-ci, les soldats du 304ème régiment y vont pour de bon. Si certains sont plein d'entrain – "On va mettre une raclée aux rebelles" – "On va les prendre par surprise et les massacrer !", d'autres sont plus inquiets –"J'espère que mon fusil tire droit." – "Je voudrais que mon chien soit là". Dès les premiers tirs, Henry se trouve coincé de chaque côté, prisonnier au milieu d'un troupeau de moutons qu'on envoie à l'abattoir. Ce n'est pas cette guerre-là qu'il a voulu.  Alors, se faire tuer dès le début ? Attendre son tour ? Son pote Wilson est persuadé que c'est sa première et dernière bataille. Il lui confie des lettres pour qu'il les remette à ses vieux. Dans cette putain de fumée, on ne voit pas sur quoi on tire. Comment Henry va-t-il vivre son combat, combat contre l'ennemi et contre lui-même ?

© Cuzor - Dupuis

                Steve Cuzor adapte The red badge of courage, un roman de Stephen Crane datant de 1894. Contrairement à la plupart des histoires de guerres avec ses héros et ses lâches, dans des lieux définis et un instant historique précis, celle-ci met en exergue l'événement, sans endroit ni date claire. Le lecteur est immergé dans la bataille, sa poussière et sa fumée, comme une caméra-témoin. Les affrontements assourdissants sont mis en scène sans onomatopée, comme si les bruits étaient dans les intercases. Cuzor joue avec les ombres et les contre-jours. Les couleurs de Meephe Versaevel chapitrent les séquences dans des tons uniformes. C'est d'ailleurs plus une mise en lumière qu'une colorisation. En adaptant, Cuzor a été contraint à faire des choix. Il a laissé de côté toute une dimension patriotique que l'on retrouve dans le film qu'en a tiré John Huston en 1951.

© Cuzor - Dupuis

Cuzor a mis cinq ans à réaliser cet album. Il offre une immersion en plein cœur de la fournaise et invite à se poser la question de comment on aurait réagi à la place d'Henry Fleming. Lâche ou héros ? Blutch ou Chesterfield ? Avec Henry Fleming, les tuniques bleues ont le soldat que chacun de nous pourrait être.

 

Laurent Lafourcade

 


One shot : Le combat d'Henry Fleming

Genre : Histoire

Scénario & Dessins: Steve Cuzor

Couleurs : Meephe Versaevel

D'après : Stephen Crane

Éditeur : Dupuis

Collection : Aire Libre

ISBN : 9791034752485

Nombre de pages : 152

 



Publié le 02/04/2024.


Source : Boulevard BD


Un baluchon bien lourd.   Le beau parleur

 

"-Cent ! Ceeeent !!! Tu es rentré !

-Pedro ! Pedrito, mon petit macaque ! Quelle surprise ! Comment vas-tu ? Et surtout, qu'est-ce que tu fabriques ici ? Tu ne devrais pas être à l'école ?"

 

 

 

 

 


                Au Brésil, en plein cœur de la forêt amazonienne, Cent débarque au village où il est accueilli par son petit frère Pedro, alors que ce dernier devrait être à l'école. C'est du moins ce que croyait Cent, mais on est dimanche aujourd'hui. Il faut dire qu'avec tous les voyages qu'il fait, Cent a un peu perdu la notion des jours. Cent est un grand voyageur. Il parcourt le monde et ça fait rêver Pedro. Cent retrouve son autre frère José et les petites jumelles. Les cinq jeunes sont orphelins. Les plus grands s'occupent des plus petits. Cent a aussi ses amis le cerveau, la caisse et la main, c'est-à-dire Manuel, Rubens et Vasco, trois types dont on ne peut pas dire qu'ils soient étouffés par l'honnêteté. La jolie Amalia tient le salon de coiffure, centre du monde et des potins, Tonio, jeune adulte un peu attardé, y passe le balai. Enfin, il y a Chico, qui ne dit pas un mot. Et pour cause, c'est un petit singe ouistiti, alter ego de Pedro. Cent est comme le fleuve. Parfois il coule avec confiance, force et sérénité, d'autres fois, il est agité, troublé, furieux. Il doit bien y avoir une raison à cela.

© Turconi, Radice – Glénat

                Lorsqu'un matin, Pedro va apprendre que Cent est parti avec le bateau de José, il va tenter de le retrouver. Le vieux Tirésias l'amène sur sa barque. Après quelques changements de moyens de transports, le petit va retrouver le grand. Mais il n'y a pas que lui qui le recherchait. Le trio Manuel-Rubens-Vasco est aussi de la partie. Cent a-t-il dit toute la vérité à Pedro ? Qui se cache derrière le soi-disant globe-trotter ? Entre mensonges et déconvenues, toutes les vérités ne sont peut-être pas bonnes à dire. Dans un jeu du chat et de la souris, de la forêt amazonienne à Manaus, Pedro va découvrir le monde des adultes… et ses problèmes d'argent.

© Turconi, Radice – Glénat

                Après La terre, le ciel, les corbeaux, Teresa Radice et Stefano Turconi quittent une forêt neigeuse en pleine guerre pour une autre plus luxuriante et décor d'un tout autre type de guerre. Il ne suffit pas d'un théâtre paradisiaque pour vivre dans un havre de paix. On va vite le comprendre, nous, lecteurs, mais surtout Pedro. Comme Dorothy et chacun de ses compagnons dans Le magicien d'Oz, il cherche celui qui apportera des réponses à ses questions. Et lorsqu'il va le trouver, c'est lui qui devra l'aider à s'en sortir. Les auteurs écrivent une quête initiatique. Ce petit brésilien passionné de livres et d'histoires va grandir plus vite que prévu. Il ne sera plus jamais le même après l'aventure qu'il va vivre.

                Chaque chapitre du récit porte le titre d'une œuvre célèbre de littérature, ayant un rapport avec les scènes vécues. Du Baron perché à Moby Dick en passant par Le Comte de Monte Cristo, Pedro est l'acteur malgré lui d'événements s'y appariant.

© Turconi, Radice – Glénat

                Treize étrange était à l'origine un petit éditeur qui a été racheté par Glénat. Jusqu'à présent, ses albums étaient publiés encore sous label Treize étrange. A l'occasion de leurs trente ans, ce Beau parleur inaugure une nouvelle ligne graphique. Treize étrange devient une collection labellisée, estampillée Editions Glénat.

                Road movie, histoire de famille, recherche du sens de la vie, Teresa Radice et Stefano Turconi signent un one shot d'exception, l'une des plus belles odes à la littérature dans un décor hors du commun. Brillant dans tous les sens du terme.

 

Laurent Lafourcade

 


One shot : Le beau parleur

Genre : Quête initiatique

Scénario : Teresa Radice

Dessins & Couleurs : Stefano Turconi

Collection : Treize étrange

Éditeur : Glénat

ISBN : 9782344062401

Nombre de pages : 208

Prix : 22,50 €


 



Publié le 02/04/2024.


Source : Boulevard BD


Wyoming Montana.   La vengeance

 

"-P'pa, Anna ! Je peux venir avec vous en ville ?

-Tu risques de t'embêter pendant que ta sœur essaye sa robe, Tom.

-S'te plaît, P'pa.

-Emmenez-le, ça lui fera une sortie. S'il trouve un livre sui lui plaît, il pourra l'acheter.

-Bon, c'est entendu. Allez, grimpe !

-Merci, M'man !"

 

 

 

 

 


                Wyoming, avril 1876. Quand Richard Hatton quitta son ranch ce matin-là pour se rendre en ville avec ses enfants, il ne se doutait pas qu'il ne reverrait jamais son épouse. Pendant ce temps, trois cow-boys crevant la dalle, Jim Pickford et sa bande, recherchés morts ou vifs, l'ont assassinée. Le vieux Biedler a vu passer ces beaux salopards à proximité du ranch. Pas si simple de les attraper. Le vieux shérif du Comté est seul. Ça fait des mois qu'il attend des renforts. Il ne peut quitter la ville. Il rassure Richard, lui disant que les hommes comme eux tombent toujours, tôt ou tard, que sa haine et son désir de vengeance vont passer avec le temps. Celui-ci n'a pas l'intention d'attendre. Il vend la ferme pour quitter cet endroit maudit. Ils partent dans le Montana, à la traque des tueurs.

 © Wautier - Anspach

                Le récit de vengeance fait partie des classiques de la fiction, que ce soit en littérature, en bande dessinée ou au cinéma, dont le plus bel exemple reste le Kill Bill de Tarantino. Le genre peut être piégeux. On peut vite tomber dans la violence et la vengeance sans pitié. Il y a quelques années, Jérôme Félix et Paul Gastine signaient le magistral western "Jusqu'au dernier", chez Bamboo-Grand Angle, déjà une histoire de vengeance. L'album fut l'un des événements de l'année 2019 et reste aujourd'hui encore dans toutes les mémoires. Il fallait oser passer après eux, mais il fallait bien que quelqu'un s'y risque un jour. Dans un style graphique totalement différent (et c'est ça qu'il fallait faire),  plus proche de Davodeau que de Gir, David Wautier se lance dans l'aventure.

 © Wautier - Anspach

                Wautier casse certains codes. Au revoir le mythe du cow-boy solitaire, celui-ci part en chasse accompagné de ses enfants. Et oui, il n'a plus personne pour les garder. A l'instar de John Ford ou Clint Eastwood au cinéma, Wautier opte pour le contemplatif, appuyé par une narration fluide, des dialogues courts, pas de cartouches narratifs. Les flashbacks sont explicités par des tons de couleurs différents. Les neiges blanches aux reflets bleutés du Montana alternent avec la poussière marron-jaunâtre des moments passés et de l'instant du drame. Richard Hatton fait passer sa haine aux lecteurs en même temps que ses enfants, pour lesquelles on tremble, font passer leurs émotions, et non pas la peur comme on pourrait le penser mais une certaine force et complicité avec leur père. Wautier fait la part belle aux paysages, comme pour mieux se déporter par rapport à la mission que Richard semble vouloir effectuer avec dignité et humilité, pour tourner la page d'une vie qui malheureusement ne sera plus jamais la même.

 © Wautier - Anspach

                Wautier réalise une puissante mise en scène dans des décors étourdissants. "La vengeance" montre une fois de plus la bédégénicité du western. (Tiens, j'ai inventé un mot)

 

Laurent Lafourcade

 


One shot : La vengeance

Genre : Western

Scénario, Dessins & Couleurs : David Wautier

Éditeur : Anspach

ISBN : 9782931105221

Nombre de pages : 96

 



Publié le 02/04/2024.


Source : Boulevard BD


Quand t'es dans le désert…   La drôle de guerre de Papi et Lucien 3 – Mission : Sahara !

 

"-Alors, Félix, cette mission "Or du Sahara", ça progresse ?

-Oui, mon général !

-A qui allez-vous la confier ?

-A M.Marcel et Lucien.

-Hein ?!"

 

 

 

 

 


                Brazzaville, Congo, 1942, capitale de la France libre. Alors que les français résistent comme ils le peuvent dans leur pays en Europe, la résistance s'organise depuis l'étranger. Le Général de Gaulle est à Londres. Papi et Lucien sont en Afrique. Pour gagner la guerre, il va falloir de l'argent pour fabriquer des chars, des munitions, des avions, des canons et toutes ces sortes de choses. En 1940, devant l'avancée des nazis, une grande partie de l'or de la Banque de France a été évacué en Afrique près de Dakar, en AOF, l'Afrique Occidentale Française, fidèle au traître qu'est le Maréchal Pétain. Il faut l'empêcher d'utiliser ce trésor pour aider l'ennemi. Actuellement en AEF, Afrique Equatoriale Française, Papi et Lucien sont volontaires pour se charger de cette mission. Et qui vont-ils retrouver sur leur route ? Evadé des geôles britanniques, Helmut le nazi est bien décidé à le récupérer avant eux. Qui ramènera le pactole ?

© Tehem, Erre - Auzou

                Apprendre la guerre en s'amusant, c'est possible ? Oui, en rigolant même. Bien sûr, avec tout le respect que l'on doit à ceux qui ont vécu la tragédie. Fabrice Erre, en bon pédagogue, choisit le biais de l'humour pour raconter, apprendre et témoigner. 1300 tonnes d'or ont donc quitté Paris pour Dakar en 1940. Papi et Lucien vont rouler à bord d'une autochenille qui a servi quelques années plus tôt, en 1924, lors de la croisière noire organisée par Citroën. Ils vont passer par l'oasis de Koufra, en Lybie, prise aux italiens par le Général Leclerc. C'est ce même Leclerc qu'ils vont rencontrer en plein désert, lui que de Gaulle a envoyé en Afrique pour rattacher les colonies françaises à la France libre. En face, c'est Rommel qui mène les troupes. Le renard du désert dirige les soldats italiens et nazis de l'Afrika Korps. Tout ça, c'est dans cet épisode de La drôle de guerre de Papi et Lucien, tout comme la célèbre bataille de Bir-Hakeim.

© Tehem, Erre - Auzou

                Avec son graphisme humoristique, Tehem dédramatise les situations. Lucien est peut-être le personnage le plus sérieux de la série. Papi ne veut pas d'un auxiliaire de vie mais il a bien besoin de son petit-fils pour diriger les opérations. Cette fois-ci, ils sont accompagnés du premier enregistreur vocal de l'Histoire, à savoir un perroquet nommé Coco, à qui Siri et OK Google doivent tout. Ce petit monde se fait voler la vedette par le méchant de l'aventure : Helmut. L'ennemi récurrent revient comme le sparadrap du Capitaine Haddock. Il est non seulement bête et ignoble, mais aussi sacrément guignard. Le trait de Tehem jubile sous ses colères, ses rictus et ses avanies. Papi et Lucien n'ont pas fini de le retrouver sur leur route. Sinon, il nous manquerait. C'est leur Olrik.

© Tehem, Erre - Auzou

                Les guerres ont besoin de leurs chefs, mais les véritables héros sont toujours ceux du front. Que serait-on devenus sans Papi et Lucien ? Se remémorer le conflit de cette façon, que demander de mieux pour ancrer les événements ? Erre et Tehem ont trouvé la recette.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : La drôle de guerre de Papi et Lucien

Tome : 3 – Mission : Sahara !

Genre : Aventure historique

Scénario : Fabrice Erre

Dessins & Couleurs : Tehem

Éditeur : Auzou

ISBN : 9791039528573

Nombre de pages : 56

 



Publié le 02/04/2024.


Source : Boulevard BD


Une sirène assassinée.   Copenhague

 

"-Madame… Excusez-nous les danois, nous avons un problème. Mais je vais t'occuper. Je suis très francophile. Ici, c'est comme ma maison parce que j'habite là. Je peux t'aider.

-On a vraiment trouvé une sirène morte ? C'est possible, ça ?

-Oui. Nous ne comprenons pas la chose encore. Toute la ville est dans le grand désarroi. Les gens ont la peur ! Ils ont le chagrin. Ils ont l'émotion qui déborde."

 

 

 

 

 


                Partie six jours au Danemark, à Copenhague, Nana Miller, parisienne, ne savait pas qu'elle allait y rester plus que prévu. Elle a quitté Paris sans prévenir son ado de fille. Elle lui a laissé cent balles, un post-it sur le frigo et un reste de lasagnes. Royal ! Arrivée sur place, dans le taxi qui la mène à l'hôtel, c'est la panique sur les boulevards. La radio annonce qu'un corps a été trouvé près d'Amalienborg. Ce n'est pas un homme. Ce n'est pas tout à fait une femme. C'est une sirène. Le personnel ayant déserté l'hôtel, Anna y est accueillie par Thyge Thygesen (prononcez Thüü Thüsen), un excentrique qui y habite en compagnie de "Nom d'un chien", son caniche rose. Le pays est verrouillé. Les aéroports sont fermés. Plus personne n'entre ni ne sort du Danemark. L'information est gardée secrète. Anna va devoir prendre son mal en patience. "Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?"

© Risbjerg, Pandolfo - Dargaud

                Anna ne va pas rester passive en attendant que la situation évolue. Thyge (prononcez Thüü) est animateur de radio. Il est présentateur de l'émission "Les vrais génies ont la parole", dans laquelle il prend au téléphone les seuls qui se posent les bonnes questions : les enfants. Ça ne va louper. Il y en a un qui l'appelle pour lui demander qui a tué la sirène, parce que les sirènes, elles ne meurent pas normalement. C'est comme dans les multivers Marvel : si une brèche s'ouvre sur un autre univers, tout est chamboulé. Il faut qu'un gardien de l'univers remette les choses en ordre. Thyge et Anna vont se transformer en détectives en herbe afin de démêler l'intrigue. Un gourou, un club de caniches, le célèbre parc d'attractions Tivoli en plein centre-ville, des terroristes, la capitale du Royaume du Danemark est le théâtre d'une affaire bien mystérieuse.

© Risbjerg, Pandolfo - Dargaud

                Après Sousbrouillard, le duo Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg est de retour avec une petite pépite, un pavé de suspens et d'émotion à côté duquel il est impossible de passer. Terkel Risbjerg enveloppe l'histoire dans un style proche de celui de Christophe Blain. On est tout de suite pris dans l'action, la problématique est posée dès les premières pages. Bien sûr, les liens entre Anna et Thyge vont évoluer au fil de l'histoire. L'ours fêlé qu'est le danois va se transformer en doux kidulte. La rigide française, dont on ne connaîtra jamais vraiment la raison du voyage, va être attendrie par le moustachu. Jusqu'à quel point ? On est dans une tragi-comédie où les scènes les plus cocasses (comme une réanimation de caniche après un séjour dans l'eau) côtoient des instants très sérieux (comme l'autopsie de la sirène). Anne-Caroline Pandolfo aborde le sujet des dérives sectaires et du terrorisme. On ne peut s'empêcher de penser aux attentats perpétrés à Copenhague en 2015. Ce livre n'en serait-il pas une version décalée ?

© Risbjerg, Pandolfo - Dargaud

                Cette histoire a l'air futile et fantaisiste, mais elle est très profonde. Un de plus beaux messages qui soit est délivré dans l'une des dernières scènes de l'album lors d'une conversation entre Thyge et l'un de ses jeunes auditeurs. Copenhague est ces bijoux grâce auxquels, contre toute attente, on n'est pas tout à fait le même après l'avoir lu. Faire de sa vie un rêve, faire de son rêve une réalité.

 

Laurent Lafourcade

 


One shot : Copenhague

Genre : Polar feel good

Scénario : Anne-Caroline Pandolfo

Dessins & Couleurs : Terkel Risbjerg

Éditeur : Dargaud

ISBN : 9782505122159

Nombre de pages : 296

Prix : 29,99 €

 



Publié le 02/04/2024.


Source : Boulevard BD


Spirou 4485 – 27 Mars 2024

 

 

Vol de nuit au Royaume

 

 

 

 

 

 

 

            Retour au Royaume pour une comédie en deux actes. De retour au château après une soirée à la taverne d'Anne, le Roi regagne ses appartements. Stupeur ! Il a été cambriolé ! Le voleur est en train de s'échapper avec le fruit de son larcin. Il réussit à fuir. Quelques jours plus tard, un client paye Anne avec un bijou. Diantre ! C'est la bague du Roi. La tavernière fait mine de rien et s'empresse de demander conseil au Père Albert pour savoir comment confondre le brigand.

 

            Pendant ce temps, les abonnés peuvent préparer le 1er avril avec des autocollants de la toute nouvelle série Fish n Chips.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Tom - Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Black Squaw : Secret Six

Henriet / Yann / Usagi

Créatures : Rendez-vous avec le Bogeyman

Djief / Betbeder

Frnck : Apocalypse

Cossu / Bocquet / Guillo

Royaume (Le) : Le voleur

Feroumont / Cuadrado / Marchand

Yoko Tsuno : L'aigle des Highlands

Leloup / Leonardo

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Boule & Bill

Cazenove / Bastide / Pedriset

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Berth

Edito (L’)

Erre / Fabcaro / Greff

Elliot au collège

Grosjean / Riccobono

Fifiches du Proprofesseur (Les) (La pause-cartoon)

Lécroart

Fish n chips (La pause-cartoon)

Tom

Game over

Midam / Adam / Patelin / BenBK

Gaston

Delaf / Benbk

Psychotine

Zimra / Pujol

Spoirou & Fantasperge (Marges)

Sti

Strip dont vous êtes la star (Le)

Libon / Salma

Tash & Trash (La pause-cartoon)

Dino

Titan Inc.

Martin / Boisteau

Willy Woob

Moog / Bernstein

 

 

Rubriques :

 

3 infos 2 vraies 1 fausse

Bercovici / Bernstein / Le Gall

Coin des lecteurs (Le) : Les BD de ma vie

Mouk

En direct du futur : L'exil de Bertillon

Pomès

Interview

Feroumont / Cuadrado

Jeux : Balade nocturne au Royaume

Tyst

Leçon de BD (La)

Laurel

 

 

En kiosques et librairies le 27 mars 2024

3,20 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 



Publié le 28/03/2024.


Source : Boulevard BD


Tillieux toujours vivant.   Les aventures d'Urbain Pujol 1 – Ramdam à Taxis Paname

 

"-Taxiii !!!

-(…Ah ben quand même !!) Je vous écoute ma p'tite dame !

-Huit rrue esperrausses s'il vous plaît !!

-C'est parti !"

 

 

 

 

 


                En embarquant ce jour-là une dame à l'accent slave dans son taxi, Urbain Pujol ne se doutait pas qu'il allait se trouver au beau milieu d'un trafic international. Il dépose la cliente à l'adresse indiquée, poursuit sa journée de travail, puis va garer son taxi au dépôt. Petite inspection avant extinction des feux, Urbain trouve un beau stylo-plume sur la banquette arrière. C'est sûrement la blonde au chapeau avec un oiseau qui l'a oublié. Que les gens sont distraits ! Le lendemain, il se rend à l'adresse où il l'avait déposée pour lui rendre l'objet. La mamie qui lui ouvre la porte n'a aucune connaissance de cette jeune femme. Peu importe, Urbain garde le stylo et poursuit sa journée de travail. C'est en rentrant déjeuner chez lui qu'il découvre que son appartement a été cambriolé. Il est sens dessus dessous, mais rien ne semble avoir disparu, même pas son argent. A quoi bon prévenir la police ? On ne lui a rien dérobé. C'est en reprenant son travail qu'il se rend compte qu'il est pris en filature.

© Tibéri, Julié, Dumas – Idées Plus

                En taximan connaissant la capitale comme sa poche, Pujol réussit à se débarrasser de ses poursuivants. Et s'il y avait un rapport avec le stylo ? Nous sommes au cœur des années 60, en pleine guerre froide. Les relations soviético-occidentales ne sont pas au beau fixe. L'Afrique colonisée vit ses dernières années. C'est un peu tout ce melting pot politique qui va se retrouver à Paris pour une histoire d'espionnage internationale. Du terrain vague aux jardins de l'Elysée, la capitale est l'héroïne de ce polar dans la plus pure tradition franco-belge.

© Tibéri, Julié, Dumas – Idées Plus

                Jean-Paul Tibéri signe un hommage à Maurice Tillieux. Jacques Gipar, le héros de Delvaux et Dubois chez Paquet, n'est plus tout seul sur le coup. Il va falloir compter sur Urbain Pujol, Dussiflard jeune, entendez par là chauffeur de taxi pour qui n'aurait pas la réf. Mais si vous êtes en train de consulter cette chronique, vous l'avez certainement. Tous les poncifs du genre sont réunis pour accrocher le lecteur nostalgique, et pourquoi pas conquérir de jeunes curieux de faire un voyage dans le temps de leurs grands-parents. Alain Julié, dessinateur des Vélomaniacs, se prend au jeu. L'ancien assistant de Serge Carrère a trouvé son Léo Loden avec ce personnage original. Il joue à fond le jeu des clins d'œil. Tous les personnages de Tillieux font des caméos : Gil Jourdan, Libellule, l'Inspecteur Crouton, Queue-de-Cerise. On croit même apercevoir Secottine et sa queue de cheval sur un Solex. Les publicités des années 60 et les bagnoles d'époques sont autant d'héroïnes de l'histoire.

© Tibéri, Julié, Dumas – Idées Plus

                On n'attendait pas forcément les éditions Idées Plus dans ce domaine. A côté des petits albums illustrés sur la Nationale 7, c'est somme toute logique. Dans des enquêtes d'époque bien troussées, Urbain Pujol a tout pour mettre des kilomètres au compteur de son taxi 403 bleu.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Les aventures d'Urbain Pujol

Tome : 1 – Ramdam à Taxis Paname

Genre : Polar

Scénario : Jean-Paul Tibéri

Dessins : Alain Julié

Couleurs : Claire Dumas

Éditeur : Idées Plus

ISBN : 9782374700861

Nombre de pages : 64

Prix : 18 €


 



Publié le 26/03/2024.


Source : Boulevard BD


Dystopie rodolphienne.   Utopie 1 & 2

 

"-Dites, Sam, je voulais vous demander : toutes nos archives sont maintenant enregistrées, mais reste-t-il encore des supports anciens ?

-Des livres ? Voilà, je ne trouvais plus le mot !"

 

 

 

 

 

 

 


Nous sommes à une époque où les livres n'existent plus. Tout a été numérisé. De toutes manières, ils sont interdits. Will Jones travaille à l'académie historique. Pour un présent heureux, il faut un passé lisse. C'est son job. Comme tous les jours, c'est une belle journée. Le ciel est bleu. Des agents vérificateurs humanoïdes sont venus chez Will pour s'assurer que les implants qui lui ont été insérés dans le cerveau fonctionnent bien, vraie assurance sur le bonheur, et que Kris, sa compagne cybernétique, lui donne entièrement satisfaction : bonne cuisinière, bonne ménagère et douces entrées. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu'à ce Will découvre que quelqu'un lui avait glissé dans une poche… un livre !

© Griffo, Rodolphe – Delcourt

A l'académie historique, Will et son équipe travaillent en ce moment sur la relecture des mémos communistes. Ils ont nettoyé l'axe principal de ce parti politique d'autrefois, mais il y a des tas d'annexes, textes et images, à "lisser". Dans ce futur, il semble falloir oublier le passé. Chacun vit dans une certaine virtualité. Après la journée de travail, la principale occupation est de devenir le personnage d'une série "double vie", pour vivre des aventures extraordinaires dans la peau de personnages incroyables. Ça fait du bien dans ce monde où en apparence tout est si propre, sans aspérité. Il aura fallu qu'un livre donne un coup de pied dans la fourmilière : Individu et utopie, c’est son titre. Tout un programme. Will le lit et le fait disparaître dans ses toilettes avant que quelqu'un ne le découvre. Mais on lui en glissera un autre dans la veste, puis un troisième… Qui fait cela ? Dans quel but ? Le deuxième épisode accentue le mystère en basant le propos sur l'identité. Qu'advient-il lorsque notre identité devient gênante pour ceux qui tirent les ficelles de la société ?

© Griffo, Rodolphe – Delcourt

Rodolphe pose les bases d'une nouvelle trilogie, une dystopie… Une utopie ? Ce monde aseptisé ne fait pas particulièrement rêver. Mais ne serait-ce pas quelque chose vers lequel l'humanité pourrait se diriger ? Seul l'avenir dira si Rodolphe aura été visionnaire sur ce coup-là. Comme dans Ter et Terre, comme dans Demain, le scénariste disgresse, imagine, inquiète tout autant qu'il prévient. Ici, on est dans une phase post-SOS bonheur, scénarisé par Van Hamme pour le même Griffo, à une époque où le dessinateur était au sommet de son art. Car si Griffo est un dessinateur assuré, sur lequel on peut compter, même si son trait est parfois aujourd'hui un peu rapide, il adopte plusieurs fois dans la série une technique qui a été reprochée au grand Morris à la toute fin de sa carrière : celle de la photocopieuse. Maintenant, on dit scanner. Qu'un dessinateur de la trempe de Griffo duplique plusieurs fois certaines de ses cases, c'est regrettable. C'est flagrant, en particulier dans le tome 1. Il ne faut pas que ça fasse passer à côté de cette histoire qui porte à réflexion.

© Griffo, Rodolphe – Delcourt

Utopie est un thriller futuriste de la trempe d'un Bienvenue à Gattaca ou autre 1984. Le tome 3 est annoncé pour septembre.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Utopie

Tomes : 1 & 2

Genre : Dystopie

Scénario : Rodolphe

Dessins : Griffo

Éditeur : Delcourt

ISBN : 97824130790-33/-40

Nombre de pages : 48

Prix : 13,50 €

 



Publié le 26/03/2024.


Source : Boulevard BD


IVG.    Undertaker  7 – Mister Prairie

 

"-Mister Crow ! Vous allez pas le croire !! Vous allez vraiment pas le croire !!

-Je croirais ce que tu veux… Si tu le dis moins fort… Quelqu'un a répondu à mon annonce ?

-Ah… Ben non. Ce serait même plutôt le contraire. Ça vient de votre bureau habituel en Californie. Une offre de boulot. Cercueil, funérailles, enterrement et tout le tralala.

-Nan. Chuis… débordé.

-C'est au Texas.

-"au Texas" ??? … Plutôt m'enterrer moi-même. Double non !

-Même pour elle ?"

 

 

 

 

 


                Jonas Crow, le croque-mort, l'undertaker, est rappelé aux affaires. Mais pour cela, il lui faut une motivation. Il ne va pas se déplacer jusqu'au Texas pour une simple mise en bière. Si la demande est signée Rose Prairie, ça pourrait bien changer la donne. Direction Eaden City. Il découvrira sur place que c'est son mari le docteur Randolph Prairie qui a fait appel à lui pour deux enterrements : celui du Père Wilson, un prêtre de leurs amis, mort dans un accident la veille, et celui du fœtus d'une patiente, Madame Eleanor Winthorp, qui souhaite mettre un terme à sa grossesse mais qui est très pieuse et exige des obsèques en bonne et due forme pour son enfant. Ce qu'ils ne savent pas encore, c'est que l'homme d'Eglise a été envoyé ad patres par Madeleine Esther Oz, alias Sister Oz, membre de la ligue pour la suppression du vice au Texas, se sentant investie d'une mission :  empêcher la bénédiction d'un bébé mort-né pour lequel elle veut de surcroît éviter que sa mère n'avorte.

© Meyer, Dorison, Delabie - Dargaud

                Paru en novembre, cette aventure de l'undertaker Jonas Crow prend une dimension supplémentaire alors que le parlement vient enfin d'inscrire l'IVG dans la constitution. Qui aurait cru qu'un jour un western aborderait le sujet ? Si on ajoute que les auteurs traitent aussi d'homosexualité dans un milieu si testostéroné, on est vraiment dans un album de genre révolutionnaire. Sister Oz est une Frigide Barjot. Elle est bourrée de paradoxes. Elle lutte contre l'IVG, qui ne s'appelait pas encore comme cela, mais n'hésite pas à provoquer la mort d'un apôtre de Dieu. Etrange pour quelqu'un qui souhaite sauver des vies et prêcher la bonne parole. On verra rapidement que la dame a, comme on le dit vulgairement, des fils qui se touchent.

© Meyer, Dorison, Delabie - Dargaud

                Xavier Dorison et Ralph Meyer ne sont pas tendres avec Jonas Crow. Ils le plongent en plein chagrin d'amour. Un espoir de renouer avec Rose ? Et hop, celui-ci est vite avorté (c'est le cas de le dire), elle est mariée. Dorison aborde des thèmes contemporains avec l'avortement et le fanatisme religieux, invitant à se poser la question : peut-on imposer aux autres ses idéaux ? Incarnant un puritanisme puant, Oz est tyrannique, ne laissant pas à chacun le libre arbitre dans ses décisions. Délaissant les grandes plaines pour des intérieurs victoriens, Ralph Meyer passe au pinceau sec, pour apporter plus de profondeur et mieux jouer avec les ombres. Dans cet automne texan, Caroline Delabie renouvelle les couleurs de l'univers de la série.

© Meyer, Dorison, Delabie - Dargaud

                "Le monde selon Oz" est le titre de la deuxième partie annoncée du diptyque. Mais celui de Madeleine est nettement moins magique que celui de Dorothy. Qui quittera Eaden City dans une boîte en bois ? Encore quelques mois pour le savoir. En attendant, chacun devra agir en son âme et "bonne" conscience.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Undertaker

Tome : 7 – Mister Prairie

Genre : Western

Scénario : Xavier Dorison

Dessins : Ralph Meyer

Couleurs : Caroline Delabie & Ralph Meyer

Éditeur : Dargaud

ISBN : 9782505119753

Nombre de pages : 64

Prix : 16,95 €


 



Publié le 26/03/2024.


Source : Boulevard BD


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2024