Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Un nouveau surréalisme.  La philosophie dans la savane

 

« - Combien sont-ils ?

- Pas très nombreux. Une vingtaine, à tout péter. J’ai repéré douze penseurs, cinq ou six philosophes. Le reste doivent être des sociologues. Il n’y a rien à en tirer de ceux-là. Leur peau ne vaut pas un kopeck. »

 

 

 

 

 

 

 

                Un homme court tout nu dans la savane poursuivi par une jeep. Un tireur le vise, tire, il meurt. Bienvenue dans Hunger games !... Hunger games ? Pas du tout ! Nous sommes dans « La philosophie dans la savane ». L’homme abattu était un penseur. Les penseurs, ça s’attrape facilement, comme des faisans domestiques lâchés dans une forêt inconnue. Les vrais philosophes sont plus difficiles à inscrire au tableau de chasse. Pourtant, il y en a. Freud et Marx s’appellent pour aller boire un godet. Sartre se cite face à un hippopotame pendant que Descartes pisse dans l’eau. Pendant ce temps, la chasse s’organise. Les philosophes sont pourtant une espèce protégée. S’ils disparaissaient, le monde serait amené à devoir réfléchir par lui-même. On courrait droit vers le désastre !

 

 

 

 

 © Moynot - Rouquemoute

 

 

                La docteure en philosophie à la Sorbonne Julie Cloarec-Michaud assure la postface de l’album. Illustrée par des jeux de François Ravard, Abdel de Bruxelles, Pascal Rabaté, Jean-Denis Pendanx et Pierre Maurel, elle associe la philosophie à l’humour. « Et si la philosophie n’était finalement là que pour nous faire marrer ? » dit l’enseignante en incipit. Comprendre le sens de la vie, c’est comprendre son absurdité et ainsi acquérir une certaine liberté.

 

 

 

 

 © Moynot - Rouquemoute

 

 

                On n’attendait pas le spécialiste de la BD noire et le dessinateur de Nestor Burma dans une drama-comédie. Emmanuel Moynot surprend et accroche avec ce petit précis de philosophie décalé. C’est drôle, subversif, tout en restant instructif, les hôtes de la savane nous amenant à réfléchir sur le sens de la vie et la condition humaine. Ça chatouille les neurones sans se prendre la tête pour au final faire plus avancer la réflexion qu’un ouvrage qui se voudrait sérieux.

 

 

 

 

 © Moynot - Rouquemoute

 

 

                Après avoir lu « La philosophie dans la savane », vous ne regarderez plus jamais « Le roi lion » comme avant. Alors que les personnages Disney sont connus pour ne pas avoir d’anus dessiné, ceux de Moynot philosophent la bite à l’air. Pourtant, les deux histoires se rejoignent sous cet adage : Hakuna Matata ! Ces mots signifient que tu vivras ta vie, sans aucun soucis, philosophie.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : La philosophie dans la savane 

 

Genre : Philosophie amusante

 

Scénario & Dessins : Emmanuel Moynot

 

Éditeur : Rouquemoute

 

Nombre de pages : 76

 

Prix : 12 €

 

ISBN : 9791096708574

 

 



Publié le 02/10/2022.


Source : Boulevard BD


Robots après tout.  Team Phoenix 2

 

« - Docteur Black Jack, vous savez très bien à quel point je déteste prendre ces portails illégaux. L’Erika sait comment se comporter dans les situations délicates, mais là, c’est trop instable. Un jour, nous finirons désintégrés.

- Arrête de te plaindre…

- L’union robotique vous a délivré un permis de circuler, alors pourquoi on utilise pas les portails officiels ?

- Parce qu’aucun ne dessert cette zone reculée de la galaxie. On doit emprunter une route clandestine. Or, c’est là que Saphir se trouve si l’on en croit le compas.

- On peut savoir quel est le rapport entre Saphir et le vaisseau qu’on recherche ?

- C’est exactement la question que je me posais. »

 

 

 

 

 

 

 

                Le chevalier Saphir , prince héritier du Silverland, mène la fronde au sein de la team Phoenix, groupe de résistants bien décidés à ne pas laisser la loi des robots s’imposer. Mais Saphir est bien mal en point. Le cyber-chirurgien Black Jack va devoir la sortir d’un bien mauvais pas. Il sera alors l’heure pour cette nouvelle agence tous risques de sauver le patient Alpha, dont l’identité risque de surprendre plus d’un membre de l’équipe.

 

 

 

 

© Ruiz - Vega Dupuis

 

 

                Capitaine Saphir, pirate et terroriste, recherchée à travers toute l’union, Léo, le jungalien du catch mécanique, évadé de la Robolucha, Black Jack, qui collabore avec l’Union et avec quiconque peut se permettre ses services, ainsi que Midnight, sa conductrice personnelle, sont les forces en présence pour combattre les entités techno-organiques. Seront-ils assez pour combattre l’Union robotique dirigée par Atlas ? Ils auront forcément besoin d’alliés comme Fire et Sharaku.

 

 

 

 

© Ruiz - Vega Dupuis

 

 

                En revers de jaquette, Kenny Ruiz avoue être effrayé face à la difficulté de « Team Phoenix ». Mais il pense au courage de Maître Tezuka qui brisait les frontières à chaque page. Il souhaite avoir ce genre de courage et il y parvient. L’énergie d’Osamu Tezuka a pénétré la plume de Kenny Ruiz. Lorsque l’on voit apparaître Astro, l’émotion est incroyable. Au-delà de Tezuka, Ruiz touche du crayon l’aura de Naomi Urasawa qui déjà s’était emparé d’Astro dans la sensationnelle série Pluto. Tezuka-Urasawa-Ruiz, trois noms qui résonnent comme une nouvelle constellation dans l’univers Manga.

 

 

 

 

© Ruiz - Vega Dupuis

 

 

                Les robots n’ont pas dit leur dernier mot. La Team Phoenix n’a pas fini son combat. Leur aventure ne fait que commencer.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

Série : Team Phoenix

 

Tome : 2

 

Genre : Aventure / Manga Shonen 

 

Scénario,  Dessins & Couleurs : Kenny Ruiz 

 

D’après : Osamu Tezuka 

 

Éditeur : Vega - Dupuis

 

Nombre de pages : 192

 

Prix : 8 €

 

ISBN : 9782379501708

 

 

 



Publié le 01/10/2022.


Source : Boulevard BD


Dans ta Benz Benz Benz...  La brigade des souvenirs 3 - La voiture de Bob

 

« - Waouh. Elle est à Papilou ?

- Je ne pense pas, il était toujours avec sa vieille fourgonnette. S’il avait eu une voiture de ce genre, on le saurait. Il l’aurait sortie… au moins pour faire jaser ! Elle doit appartenir à un de ses clients. Papilou gardait des voitures en hivernage ici… Faut dire que c’est pas la place qui manque ! »

 

 

 

 

 

 

 

Mais que fait donc cette vieille Mercedes 180 D de 1953 dans le garage de Lou, celui de Papilou ? Le grand-père est depuis longtemps à la retraite. En venant nettoyer l’endroit, Théo et sa mère viennent de la découvrir, soigneusement bâchée. Pourquoi le propriétaire n’est-il jamais venu la chercher ? L’a-t-il oubliée ? Est-il décédé ? Il n’y a pas de plaque d’immatriculation. La carte grise est introuvable. Il n’en fallait pas moins pour aiguiser la curiosité de la brigade des souvenirs.

 

 

 

 

© Cee Cee Mia, Carbone, Marko – Dupuis

 

 

C’est encore à une enquête passionnante que nous invite les trois ados de la brigade des souvenirs Alban, Théo et Tania. Après une histoire sur la Grande guerre, une autre sur les enfants réunionnais immigrés de force en Creuse, le rôle des femmes dans l’univers automobile est au cœur de ce troisième épisode. Le jour où quelqu’un répondra à l’annonce du garage de Lou cherchant un mécano, ce n’est pas forcément quelqu’un au profil auquel le patron pensait qui va se présenter.

 

 

 

 

© Cee Cee Mia, Carbone, Marko – Dupuis

 

 

Bertha Benz, Bob Walter, Jeanne Brault Laurin, ce sont des noms qui ne nous disent pas grand-chose. Et pourtant, Bertha fut la première femme à conduire une automobile sur une longue distance, et Bob, après avoir été chanteuse, fut la première garagiste parisienne et fit de la course automobile. Jeanne, quant à elle, fut la première mécanicienne canadienne. Elles ont inspiré les scénaristes de cette bande dessinée : Carbone et Cee Cee Mia. Tout cela, on l’apprend dans le riche dossier complémentaire en fin d’album. On y trouve également les principales étapes du féminisme en France, on découvre comment les femmes ont enfin pu choisir leurs métiers. On y lit comment s’est développée l’industrie automobile et quelles femmes en ont été les pionnières.

 

 

 

 

© Cee Cee Mia, Carbone, Marko – Dupuis

 

 

Marko navigue parmi les époques, jouant avec les âges et les visages des personnages, en particulier Lou, devenu Papilou, respirant la tendresse. Dessinateur également de la fabuleuse série Le jour où… chez Bamboo-Grand Angle, Marko s’inscrit définitivement comme un feel-good dessinateur, sachant rendre attachant des Monsieur ou Madame Tout-le-Monde dans un graphisme franco-belge rassurant.

 

Le mur de Berlin sera le sujet de la prochaine aventure du trio. Espérons que l’on y verra un peu plus le chien Patrok qui ne fait ici qu’une courte figuration.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : La brigade des souvenirs

 

Tome : 3 - La voiture de Bob 

 

Genre : Emotion

 

Scénario : Cee Cee Mia & Carbone

 

Dessins : Marko

 

Couleurs: HadH

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 64 

 

Prix : 12,50 €

 

ISBN :  979103473

 

 



Publié le 01/10/2022.


Source : Boulevard BD


Cinéma, cinémas.  Marcel Pagnol – La prière aux étoiles 2ème partie

 

« - Mais enfin, où se sont-ils connus ? D’où viennent-ils ? Pourquoi ne sont-ils pas mariés ? Tu avoueras qu’il y a bien des mystères dans tout ça.

- Toi, tant que ces gens-là ne t’auront pas raconté toute leur vie en détail, avec le comment le pourquoi et le cependant, et avec un peu de certainement, tu estimeras qu’il y a du mystère. »

 

 

 

 

 

 

 

                Années 30, à Cassis, sous le soleil du Midi. Florence est une jeune comédienne amoureuse de Pierre, un musicien, compositeur de chanson. Il l’a croit demoiselle de magasin. Elle ne lui a rien dit de son passé. Elle était l’amante de Dominique, homme d’affaires qu’elle n’aimait pas. Pierre, lui aussi a un secret. Tous les matins, il s’absente une heure, entre 7 et 8. Pourquoi ? A-t-il un enfant en nourrice ? Il lui jure que non. Il lui promet qu’un jour elle saura. Lorsque Frédéric, le frère de Florence, arrive à Cassis, c’est pour lui annoncer qu’elle doit retourner quelques scènes à Nice pour le dernier film dans lequel elle a joué. Comment y aller sans dire à Pierre le métier qu’elle faisait, sous un autre nom ? Leur amour arrivera-t-il à surpasser les non-dits et les mensonges ?

 

 

 

 

© Stoffel, Holgado, Marko, Bouet - Bamboo

 

 

                La deuxième partie de La prière aux étoiles, transposition du film inachevé et disparu de Marcel Pagnol, sent le Midi et fait entendre son accent qui chante. La prière aux étoiles est une histoire d’amour, celui d’une femme qui a brûlé sa vie trop jeune à cause de l’amour qu’elle a pour sa carrière d’actrice. C’est aussi l’histoire d’amour de Marcel Pagnol pour le cinéma lui-même, un amour si fort qu’il a détruit les bobines de film tournées pour qu’elles ne tombent pas aux mains des allemands. Pagnol est le seul artiste à avoir autant de talent en tant que cinéaste qu’en tant que romancier. S’il avait fait de la bande dessinée, il l’aurait certainement fait comme les équipes adaptant ses œuvres chez Bamboo-Grand Angle, avec respect des ambiances et des textes originaux

 

 

 

 

© Stoffel, Holgado, Marko, Bouet - Bamboo

 

 

                Eric Stoffel fait la part belle aux dialogues. Les serments d’amour et les promesses sont émouvantes dans les bouches des personnages, en particulier de Florence qui cherche à construire son destin en subissant son passé. Marko, en grand professionnel, a réalisé le story-board pour Iñaki Holgado qui accompagne les sentiments des personnages par un chaleureux soleil d’espoir d’avenir radieux ou par un sombre ciel nuageux d’orage annonçant la pluie, aidé en cela par les couleurs ombrées de Sébastien Bouet.

 

 

 

 

© Stoffel, Holgado, Marko, Bouet - Bamboo

 

 

                S’il y a un enseignement à tirer de cette Prière, c’est qu’un mensonge ou une omission pèsera toujours plus lourd qu’une vérité avouée tout de suite. Et s’il y a une nouvelle prière à faire, ce serait pour que l’on puisse voir un jour les scènes de ce film réalisé par l’immense Marcel Pagnol.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Marcel Pagnol 

 

Titre : La prière aux étoiles 2ème partie

 

Genre : Drame psychologique 

 

Scénario : Eric Stoffel 

 

Dessins : Iñaki Holgado

 

Storyboard : Marko 

 

Couleurs : Sébastien Bouet 

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand Angle

 

Nombre de pages : 72

 

Prix : 15,90 €

 

ISBN : 9782818986349

 

 

 



Publié le 01/10/2022.


Source : Boulevard BD


La guerre des Lulus ... Luce T.8

 

 

 

Lundi 11 novembre 1918, un armistice est signé entre les différents belligérants mettant fin à la Première Guerre mondiale. Peu à peu, les mois s’écoulant, les populations ayant choisi l’exode au début des hostilités reviennent s’établir dans leurs habitations.

 

 

 

 

 

 

 

Printemps 1919 Luce habite avec sa grand-mère un petit village. C’est à cet endroit qu’elle avait été déposée par nos Lulus, ces dernier poursuivant leur chemin tentant de rejoindre l’orphelinat qu’ils avaient involontairement quitté lors de l’avancée des troupes allemandes.

 

 

 

 

 

© Régis Hautière – Hardoc - Casterman

 

 

C’est dans ce petit village qu’elle retrouve, Clarisse, sa meilleure amie d’enfance. Les deux jeunes filles se rendent compte qu’elles ont changé, Clarisse étant beaucoup plus attirée vers les garçons. Pour sa part, Luce tient un petit journal dans lequel elle note le déroulement de sa vie quotidienne.

 

 

 

 

 

 

© Régis Hautière – Hardoc - Casterman

 

 

Un matin, Luce a l’agréable surprise de voir ses parents rentrés chez sa grand-mère avec pour cadeau un petit frère prénommé Rémi. Par contre, a son grand désespoir, elle n’a pas de nouvelles des Lulus, se demandant ce que les garçons sont devenus.

 

 

 

 

 

 

© Régis Hautière – Hardoc - Casterman

 

 

Cependant, Lucien, Luigi ainsi que Franz ont entrepris un voyage afin de revoir Luce. Leurs retrouvailles sont un grand moment de joie mais révèlent aussi les blessures connues par chacun d’entre eux. En effet, ils sont tous sans nouvelles de Lucas, et ce depuis leurs séparations. Lors d’un bal champêtre, Luce croit reconnaitre un individu à la base de cette séparation.

 

 

 

 

 

 

© Régis Hautière – Hardoc - Casterman

 

 

Ensemble, nos Lulus vont piéger ce triste individu et en obtenir une première piste pouvant les mener à Lucas. Huitième opus de cette série débutée en janvier 2013, qui aurait pu deviner le succès lié à cette histoire d’enfants traversant ensemble la Première Guerre mondiale ? Personnellement, j’avoue avoir eu, dès le départ, un gros coup de cœur pour les illustrations effectuées par Hardoc, ce dernier, réussissant, a insufflé une certaine magie à chacun de ses personnages. Que dire du scénario signé par Régis Hautière, qui n’a pas eu peur de s’attaquer à certains sujets difficiles à comprendre pour des enfants ! Je me rappelle lui avoir confié, en fin du deuxième tome, qu’il allait faire pleurer dans les chaumières avec la mort de Hans, ce soldat allemand ayant pris les Lulus sous son aile protectrice ? La façon dont il avait expliqué à Luce alors paniquée qu’elle devenait une femme, mais aussi partagé avec les enfants plein d’autres choses sur les absurdités liées à la guerre.

 

 

 

 

 

 

 

 

© Régis Hautière – Hardoc - Casterman

 

 

 

Une fois de plus, une réussite totale pour cette neuvième aventure consacrée plus particulièrement à Luce. Le prochain épisode sera consacré à Lucas, les deux premières pages étant publiées en fin d’album, nous laissant présager une nouvelle aventure, qui j’en suis sûr, nous réserve encore beaucoup de surprises.

Afin de nous faire patienter, dès le 18 janvier 2023, nos héros de papier prendront vie sur grands écrans grâce à une adaptation cinématographique signée par Yann Samuell.   

 

 

 

 

 

Alain Haubruge

 

 

 

 

Titre : Luce

 

Série : La guerre des Lulus

 

Tome : 8

 

Éditeur : Casterman

 

Genre : Aventure, jeunesse

 

Scénario : Régis Hautière

 

Dessins : Hardoc

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 13,95 €

 

ISBN : 9782203222779

 

Date de sortie : 05 octobre 2022

 



Publié le 30/09/2022.


Source : Bd-best


Spirou 4407 -  28 Septembre 2022

 

 

Spirou chez les fous

 

 

 

 

 

 

 

            Les responsables de l’hebdomadaire ont mis des dizaines d’années à comprendre que Spirou sans Spirou ce n’était pas tout à fait Spirou. Les histoires du groom s’enchaînent pour notre plus grand plaisir avec des visions classiques ou parallèles comme celle-ci signée Jul, qu’on ne présente plus, et Libon, l’un des tout meilleurs auteurs du journal, créateur des fabuleux Cavaliers de l’Apocadispe. Ce numéro contient également une histoire courte d’une série qui mérite la même destinée : la non moins excellente Clairière s’amuse !

 

            Pendant ce temps, les abonnés vont lire un Stripbook du mélodieux Crumble Club. Que l’orchestre joue !

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Alfred, Ka – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Louca : L’histoire de Nathan

Spirou chez les fous

Tuniques bleues (Les) : Irish Melody

 

 

Récits complets :

 

Clairière s’amuse ! (La) : Bande de blaireaux

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Agent 212 (L’)

Capitaine Anchois

Coach (Le)

Crash Tex

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Grotesque (La pause-cartoon)

Léon & Lena

Minions (Les)

Nelson

Pernille

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

Terence & Bud

Willy Woob

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Munuera

En direct du futur : L’atterrissage d’Olive (Mazel & Cazot)

Jeux : Bienvenue chez les fous (Joan)

Leçon de BD (La) : Laurel

 

Supplément abonnés :

Stripbook : Crumble Club

 

 

 

En kiosques et librairies le 28 Septembre 2022.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 29/09/2022.


Source : Bd-best


Les apparences sont parfois trompeuses.    Entre les lignes 5

 

«  - Asa se trouve dans une situation où elle a perdu ses appuis. (...)  

-        Peut-être qu'elle commence à être prête à accepter… 

-        Accepter quoi?  

-        Le fait que ses parents sont morts. Jusqu'à présent. Oui c'est vrai… Elle ne sait peut-être pas encore ce qu'elle doit ressentir ni comment se comporter. » 

 

 

 

 

 

 

 



Dans une société moderne où l'on nous apprend à faire des compromis pour rester en bon entendement avec ses pairs, la mère d'Asa à fait beaucoup de compromis pour mener une existence paisible avec son mari. Même si cette dernière était bien loin d'être celle qu'elle imaginait.

 

En vue de l'offrir à Asa lorsqu'elle serait plus grande, elle se mit à consigner des entrées aux sujets divers et variés dans un journal.

 

 

 

 

© Tomoko Yamashita/SHODENSHA Publishing 

 

 

Asa, tout comme Makio, se mit à douter de même connaître sa mère lorsqu'elle découvrit ce journal, après en avoir découvert l'existence en surprenant une conversation de Makio et Shuiji. Asa à toute sa vie considérée sa mère comme l'exemple de la femme et épouse parfaite.  La découverte des pensées intimes de sa mère, si bien cachée derrière les apparences de famille parfaite la déboussola beaucoup : elle n'était pas celle qu'elle pensait.

 

 

 

 

© Tomoko Yamashita/SHODENSHA Publishing 

 

 

Ce tome présente des flashbacks beaucoup plus prononcés que les précédents. Le choix d'intervention de la mère d'Asa comme personnage permet ici une évolution, un choc chez Asa qui va faire mûrir chez elle des pensées inattendues.

 

De plus, un changement se fait sentir dans le comportement d'Asa, comme si elle passait à une nouvelle étape du deuil mais qu'elle ne sait pas comment s'y confronter.

 

 

 

 

© Tomoko Yamashita/SHODENSHA Publishing 

 

 

L’autrice Yamashita Tomoko nous propose un cinquième tome avec des personnages complexes, qui ne sont ni gentils ni méchants, seulement eux-mêmes avec une histoire unique.



Marie Charrière 

 

 

 

 

 

 

Série : Entre les lignes

 

Tome : 5

Genre : Tranche de vie

Scénario & Dessins : Yamashita Tomoko  

Éditeur : Kana

Nombre de pages : 176

Prix : 7,55

ISBN : 9782505111221

 

 

 

 



Publié le 29/09/2022.


Source : Boulevard BD


Tintin c'est l'aventure  HS;2  Spécial Plantu

Le HS 1 était consacré au Musée imaginaire. Il mettait notamment en évidence les liens et l’inspiration qu’Hergé allait parfois chercher dans des musées pour créer, enrichir l’univers de Tintin. Il avait également mis en valeurs certaines œuvres d’art qui au fil des années, des siècles étaient devenues mythiques. Enfin, Hergé, qui lui-même était un véritable collectionneur d’art contemporain, avait su hisser Tintin et la BD au rang d’art majeur. Nous ne regretterons jamais assez l’inachèvement du dernier album de son petit reporter, qui aurait pu enfin joindre ses 2 mondes : Tintin et l’art !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et restons dans l’imaginaire …

Pour ce HS 2, les rédacteurs ont sollicité un autre grand témoin de son temps, un observateur critique aux multiples talents dont la plume et le crayon peuvent être à la fois tendre et acide. Plantu, car c’est évidemment de lui qu’il s’agit, nous partage son regard sur le père de Tintin et son œuvre. Il est intéressant de constater les nombreux points communs entre ces 2 « grands » et ce même si leur parcours respectif fut inversé. Hergé de dessinateur de presse s’est épanoui dans la BD, alors que Plantu a débuté timidement dans la BD avant de devenir la « star » du dessin de presse qui illustrera pendant 49 ans la Une du journal « Le Monde » qu’il quittait le 31 mars 2021.

 

 

 

 

 

 

©  Plantu - Hergé – Moulinsart 2022

 

 

Le contenu de ces 90 pages ne pouvait donc qu’être passionnant et varié.

Témoin de son époque, Plantu le « paie » d’ailleurs fort cher depuis de nombreuses années. Sous protection policière 24H/24, il n’en a que plus le goût de la liberté ! Celle de la parole évidemment, du crayon et de la pensée. En cela, il est un chroniqueur privilégié de son temps. Son regard sur Hergé, qu’il considère à juste titre comme un de ses modèles, n’en est dès lors que plus pertinent et critique.

 

 

 

 

 

 

© Plantu -Hergé – Moulinsart 2022

 

 

 

Parlant du papa de Tintin, mais également de Quick et Flupke, de Jo, Zette et Jocko, Plantu lui reconnaît ce côté à la fois respectueux et impertinent, mêlant humour et indécence. N’est-ce pas également des qualités de ses propres dessins ? Dès lors, imaginer un entretien entre ces 2 génies du crayon était tout sauf une gageure !

Des thématiques similaires, une ouverture au monde évidente, une approche souvent commune face à certains aspects de leur temps, … un régal d’enfin comparer ces deux univers de papier.

 

 

 

 

 

 

 

© Hergé – Moulinsart 2022

 

Parmi les sujets abordés, « l’art du pas de côté » et des bifurcations que prennent parfois les artistes par rapport aux chemins semblant tout tracés pour eux. Ou encore l’apport véritable du Milou de Tintin et de la souris de Plantu dans leurs dessins. Ce petit second degré, qui loin d’être anodin, permet à l’auteur une certaine respiration, voire une pique bien placée dans le lissage de sa narration … ou de son dessin.

 

 

 

 

 

 

 

©  Plantu - Hergé – Moulinsart 2022

 

 

Et comme si ce HS exceptionnel ne suffisait pas, il nous met déjà l’eau à la bouche pour la future expo Plantu, sa vie, ses dessins, son œuvre qui se tiendra au Musée Hergé, à Louvain-la-Neuve, à partir de janvier 2023. Mais nous y reviendrons en temps utile …

Un HS « Hergé – Plantu » mettant clairement en lumière les parallèles et passerelles de lecture dans leur œuvre respective … Une excellente raison de nous replonger dans chacune.

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Tintin c’est l’aventure HS 2

 

Éditeur : Moulinsart Prisma

 

Collection : Géo Moulinsart

 

Nombre de pages : 96

 

Prix : 14,99 €

 

EAN : 9782810437320

 



Publié le 28/09/2022.


Source : Bd-best


La BD, ça s’écoute aussi !  Le podcast des podcasts

 

Depuis quelques années, la radio s’est réinventée grâce au podcast. La BD, fort peu représentée sur la bande FM, a trouvé là l’occasion de faire parler d’elle. Alors, entre professionnels et amateurs, Boulevard BD, podcast BD présentant habituellement de courtes chroniques quasi-quotidiennes, vous propose une mise en abime avec un recensement non exhaustif des forces en présence.

 

 

 

 

 

 

 

                Les Franco-Belges est une émission mensuelle dans laquelle une bande de passionnée décortique une série dite classique, parfois sur deux épisodes. Spirou, Astérix, Lucky Luke ou d’autres moins célébrissimes comme Soda ou Lou sont déjà passés par leur prisme.

 

 

 

 

                Dans ma bulle est une quotidienne issue du site aVoir aLire. Dirigé par Jérôme Vincent, on y trouve des chroniques aussi bien de franco-belge que de manga, des interviews d’auteurs qui, entre autres, nous présentent leurs bibliothèques. On y parle des adaptations de BD au cinéma. Cette saison, le podcast a diffusé une série passionnante consacrée à la redécouverte des autrices de bande dessinée.

 

 

 

 

                On ne présente plus Actua BD. Site internet dirigé par Didier Pasamonik, très riche et à la pointe de l’actualité, c’est une référence pour tous les bédéphiles. Son adaptation en podcast permet de profiter d’interviews d’auteurs et de conseils de libraires.

 

 

 

 

                Radio France diffuse deux courtes chroniques hebdomadaires. Chaque dimanche sur France Infos, Jean-Christophe Ogier présente dans BD bande dessinée un ou deux albums, avec éventuellement une courte interview d’un auteur, et informe brièvement sur l’actualité des festivals. Dans une présentation plus théâtrale, Laetitia Gayet expose son choix le mercredi sur France Inter dans Bulles de BD. Les podcasts permettent d’écouter ces émissions très matinales à l’heure qui convient à chacun.

 

 

 

 

                Du côté de France Culture, signalons l’adaptation par des comédiens professionnels du Petit Nicolas, avec notamment un épisode hilarant sur La visite de l’Inspecteur, ainsi que plusieurs aventures en cinq épisodes de Tintin.

                France culture a eu son émission à l’antenne consacrée à la bande dessinée : Le rayon BD, par Victor Macé de Lépinay. Cet été, la station a proposé Culture BD, une série d’émissions consacrées à de grands héros comme Tintin, Blueberry, Corto Maltese, Naruto…

 

 

 

 

                Thomas Baumgartner est aux manettes de deux podcasts d’entretiens. Dans La bande dessinée, il reçoit un auteur par semaine. Avec Studio ((à)) Suivre, c’est une rencontre mensuelle un peu plus longue avec un auteur Casterman. De la même manière, toutes les deux semaines, Matthieu Charrier revient avec un auteur sur sa carrière dans 9e Art le podcast de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême.

 

 

 

 

                Certains festivals comme Quai des bulles ont leur podcast attitré éponyme. L’association du festival BD de Saint-Malo, l’un des plus réputés de France, propose des conférences, des visites d’ateliers d’auteurs ou des rencontres avec eux lors du festival. Merveilleuse idée pour tous les fans de BD qui ne peuvent pas s’y déplacer. Merci pour l’immersion.

 

 

 

 

                Côté mangas, deux podcasts tiennent la barre. Yamanote est une série en neuf épisodes produite par France Inter qui revient sur le genre, des origines jusqu’au programme de 2022. La 5e de couv’ est un débat hebdomadaire autour du manga permettant d’en apprendre beaucoup et de rester à la pointe de l’actualité. Ce ne sont pas les seuls. Le manga est un genre très présent sur les ondes avec aussi Manga Cast, De case en case ou encore Y a-t-il un pilote dans le manga ?, #Ohayo!, PCF mangas, surfant entre lectures et japanimation.

 

 

 

 

                Les Comics ne se laissent pas distancer : Les comics.fr, Le café comics, Pause comics, L’univers des comics, Comixity, Comics Outcast, First print, … Entre débats et chroniques, il y a l’embarras du choix.

 

 

 

 

                Franchissons l’Atlantique pour rendre visite à nos amis québécois. La vie en BD alterne entretiens et clubs de lecture. Signalons aussi un OVNI avec E=Hergé2. Après avoir disséqué chacun des albums de Tintin, ces joyeux québécois font dans chacun de leurs épisodes la comparaison entre la série traité et l’univers hergéen, à la recherche du Tintin perdu.

 

 

 

 

                La voix des bulles et La splash page sont des émissions cousines de débats, d’analyse et d’interviews.  La première se décline en Canailles BD qui donne la parole aux enfants et en One Eye Club qui traite d’un panel d’albums. La seconde est plus thématique. Le gaufrier est un podcast bi-mensuel d’actualité fait par des libraires. Bulles en stock est une émission éclectique dans laquelle le passionné Steven parle de ses coups de cœur. Dans l’atelier est une série d’entretiens nous invitant comme le dit le titre dans l’atelier des auteurs pour des interviews. Bulles bizarres propose également un entretien avec un auteur. La vignette fait de même en demandant aux auteurs de venir avec trois albums qui les ont construits dans leur passion et leur métier. L’ivresse des bulles reçoit des auteurs en live. Complètement des bulles est une émission mensuelle avec l’interview d’un auteur et une sélection d’albums. L’interview a l’originalité de se terminer par quelques questions « complètement débules ». C’est rigolo. La bande FM est l’émission qui parle de BD sur les ondes de Timbre FM. Le bruit des bulles est une hebdo produite par Blynd mettant en avant chaque semaine trois albums, pour éviter d’acheter les albums à l’aveugle.

 

 

 

 

                Terminons par le plus professionnel des podcasts amateurs, que l’on verrait bien sur une grande radio nationale : c’est L’atelier BD. L’équipe de chroniqueurs est formée de passionnées, d’auteurs et d’une libraire (qui n’a qu’un défaut celui de dire trop souvent « Du coup »). La dynamique troupe traite de l’actualité du mois, propose une sélection d’albums et reçoit un auteur pour une longue interview. On vient malheureusement d’apprendre que l’équipe fait une pause mais jetez-vous sur les épisodes disponibles.

 

 

 

 

                Il n’y a donc que l’embarras du choix dans toute cette sélection. Si certains podcasts ont le même concept, chacun à sa couleur et sa particularité qui fait que tout le monde en trouvera un qui lui plaira. Il est difficile de recenser tout le monde et il y a forcément des oubliés dans le lot, certainement de quoi faire un autre épisode spécial de Boulevard BD, l’adresse de toutes les bandes dessinées.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 



Publié le 28/09/2022.


Source : Boulevard BD


Forbidden Love.  Yggdrasil Sentaï 1 - Höde

 

« - Tu m’as trop manqué, Höde !

- Je peux plus respirer Nanna !

- Désolée, je suis juste trop contente de te revoir !

- Comme elle est trop mimi… Toi aussi tu m’as manqué... »

 

 

 

 

 

 

 

 

Contrée de Solheim, les berserkers rentrent à la maison.  Le roi Olaf les accueille en héros. Sa fille, la princesse Nanna, est plus qu’émue de retrouver Höde, une esclave combattante dont elle est amoureuse. Les jeunes femmes ne peuvent vivre leur amour au grand jour. Elles sont au cœur de deux interdits : esclave et princesse sont de deux castes incompatibles, pire : deux femmes qui s’aiment, le peuple et la royauté sont-ils prêts à l’accepter ? Lorsque leur idylle est découverte, Höde plaide seule coupable d’amour hérétique afin de protéger Nanna. Elle est condamnée à l’épreuve du labyrinthe de Fafnir. S’en sortira-t-elle ? Qu’adviendra-t-il des amours interdites ?

 

 

 

 

© Huet - Dôshin

 

 

Yggdrasil Sentaï est une série concept dont chaque tome peut se lire indépendamment et traite d’un sujet de société, non pas dans l’air du temps, mais qui questionne sur l’avenir du monde, tant au niveau moral, spirituel, éthique que technologique. Ainsi, Höde traite de l’acceptation de l’homosexualité par tous, Vali parle d’endoctrinement, d’extrémisme religieux et de libre pensée, Magni aborde les thèmes de la discrimination et du racisme, Lifth & Lif porte sur le transhumanisme et les abus sur mineurs. Chacun de ces quatre épisodes peut se lire dans n’importe quel ordre. La série se clôt avec Résurrection, réunissant les personnages pour un grand final, une bataille aux enjeux titanesques.

 

 

 

 

© Huet - Dôshin

 

 

Yggdrasil Sentaï démontre que le manga français ose. Les sujets abordés ne sont pas communs. Les histoires sont engagées. Romain Huet prouve qu’il y a autre chose que des barbares, des serial killers et des collégiens dans le manga. Graphiquement, Huet a été biberonné aux plus grands auteurs. Il utilise tous les codes du genre, dédramatisant certaines scènes complexes avec des attitudes spécifiques au genre. Tout au long de la série, on apprécie la façon dont son trait évolue, se professionnalise. Le mangaka a débuté en auto-édition. Les éditeurs français qui cherchent à développer des pulls d’auteurs européens ne vont sûrement pas tarder à faire toc toc à sa porte. Romain Huet a le potentiel d’un Romain Coincault ou d’un Tony Valente.

 

 

 

 

© Huet - Dôshin

 

 

Yggdrasil Sentaï est une série dont on peut penser ce que l’on veut mais qui dans tous les cas suscite le débat. Et ça, c’est une force remarquable. Si elle peut aider à faire avancer les mentalités, Romain Huet aura gagné son pari.

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Yggdrasil Sentaï  

 

Tome : 1 - Höde

 

Genre : Heroïc-Fantasy 

 

Scénario & Dessins : Romain Huet 

 

Éditeur : Dôshin

 

Nombre de pages : 192 

 

Prix : 8,45 €

 

ISBN : 9782956281627

 

(Le 5ème tome est à 9,95 € pour 336 pages)

 

 



Publié le 28/09/2022.


Source : Boulevard BD


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2022