Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Les oiseaux en bande dessinée T.03

 

 

 

Votre enfant aime la nature et les animaux ? Connaît-il le guêpier ? Ou le chardonneret élégant ? Ou encore le cincle plongeur ? Non ? Et vous ? Non plus !

Et pourquoi certaines expressions françaises faisant directement référence à tel ou tel oiseau ? Gai comme un pinson ? Bavard comme une pie ? …

Rien d’inquiétant si vous n’êtes pas un pro en ornithologie ou en sémantique ! Je ne le suis pas forcément non plus … mais grâce à cette petite bd bien sympathique, mes connaissances sont désormais plus aiguisées !

 

 

 

 

 

 

 

Amusant, ludique, humoristique, ce 3e tome de « Les oiseaux en bande dessinée » de Garréra et Sirvent chez Bamboo Edition est une véritable mine d’informations qui se lit à l’endroit, à l’envers, ou à la pêche aux pages.

29 espèces différentes, migrateurs, pêcheurs, chasseurs, d’ici et ailleurs y sont présentées en une ou deux  planches.

Enfin, plusieurs aspects, habitudes ou « coutumes » aviaires sont expliquées dans le même esprit : sérieux mais toujours avec humour.

 

 

 

 

 

© Garréra – Sirvent - Bamboo

 

 

 

Une petite fiche signalétique les rend également didactique. Généralités tels qu’ordre, famille, taille, poids, localisation ou quelques particularités, enrichissent la présentation de la plupart des espèces reprises. Et c’est sans oublier le très complet, mais accessible cahier pédagogique de 6 pages clôturant l’album. Réalisé en partenariat avec la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux - https://www.lpo.fr/), nous en découvrons plus sur les migrations ou le baguage.

 

 

 

 

 

© Garréra – Sirvent - Bamboo

 

 

 

 

Garréra est à la fois dessinateur dans certaines séries ou magazines « jeunesse » (Mikado, Mickey, Wanted Komiks, …) et coscénariste ou scénariste à part entière sur d’autres albums chez Bamboo, Hugo BD, … voire pour le Journal de Spirou.

Il réussit ici, pour la 3e fois, en partant d’une caractéristique, d’une expression ou d’un trait morphologique à inventer un petit gag personnalisé à chacun des 29 volatiles présentés. Un doux et savant mélange de Goscinny, Tex Avery avec une pincée de Franquin, sur un ton léger, transforment la lecture en une découverte attrayante.

 

Si chacune est clairement à la portée des lecteurs les plus jeunes, c’est également grâce au dessin d’Alain Sirvent. Dans son style clair et réaliste, il illustre de nombreuses séries pour jeunes, notamment chez Le Sablier ou chez Bamboo (Les Toubibs). Pour cette série, sa capacité à anthropomorphiser kakapo, calao à huppe blanche et autre nestor kéa rend cette initiation au monde des oiseaux divertissante et réjouissante.

 

 

 

 

© Garréra – Sirvent - Bamboo

 

 

 

La mise en lumière de David Lunven est des plus éclairante et agréable au regard. Sa palette de couleurs fort proche des plumages réels donne vie et dynamisme à chacun.

 

Bref, loin d’être un poisson d’avril, ce troisième opus, sorti le 1er avril, est à mettre entre toutes les mains juvéniles ou non afin de regarder autrement les gazouillis de nos jardins, rues, forêts ou lointaines contrées.

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Les oiseaux en bande dessinée

 

Tome : 3

 

Genre : Nature

 

Éditeur : Bamboo

 

Scénario : Jean – Luc Garréra

 

Dessinateur : Alain Sirvent

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782818990216



Publié le 05/04/2022.


Source : Bd-best


Furioso T.01  Garalt est revenu

 

 

 

« Furioso » … un titre qui sonne bien l’impétuosité, la fureur, l’énergie magique, le fantasy, l’épopée, l’aventure. Mais encore ?

Petite recherche sur ce nom … on trouve : nom d’un cheval : Furioso est un étalon Pur-sang, parmi les plus importants fondateurs du stud-book des chevaux Selle français. Il est notamment le père de Furioso II, et le grand-père de Jalisco Ben.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais pas que … car le terme est également utilisé en musique !

I.− Emploi adj. [En parlant d'une œuvre, d'un morceau] Qui présente un caractère violent, impétueux. Allegro furioso (dans Littré, DG, Rob., Lar. Lang. fr.).

P. métaph. La douleur est chose très musicale, on peut presque en parler en termes de musique. Il y a des douleurs graves et d'aiguës, des andante et des furioso (Valéry, Soirée M. Teste,1895, p. 134).

II.− Emploi adv. [En parlant d'un exécutant] Avec impétuosité. Jouer furioso (Rob.).

III.− Emploi subst. Morceau musical présentant ce caractère. Pour mon malheur j'exècre la musique médiocre (à mes yeux elle est un pamphlet satirique contre la bonne, par exemple le furioso de Donizetti...) (Stendhal, H. Brulard,t. 2, 1836, p. 270).

 

Que de références prometteuses pour un titre !

 

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Laval Ng - Drakko

 

 

Pourtant, c’est dans la littérature épique qu’il faut ici en trouver l’origine, la source. Poème de 46 chants écrit par Ludovico Ariosto, dit l’Arioste, en 1516, cette œuvre majeure de la Renaissance connut des périodes de succès, d’oubli puis de redécouverte en fonction des milieux littéraires et des siècles.

Aujourd’hui, Philippe Pelaez la réinterprète en nous plongeant avec brio dans cet « Orlando furioso » (Roland furieux).

 

Garald, le plus valeureux des chevaliers, tué par Roland, neveu du Roi Kaarl, il y a 8 hivers, est revenu d’entre les morts ! Pourquoi ? Il ne le sait pas.

Ressuscité par qui ? Par amour par la fée Alcyna, sœur de la fée Morgane !

 

Chevauchant un magnifique hippogriffe, animal mythique, il sauve Angélique, Princesse de Barna, fille de Solsant, duc de Châtelmont.

Cette dernière a été condamnée par Roland à être livrée à l’Orque, dans la baie du Tombeau.

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Laval Ng - Drakko

 

 

 

La raison ? Elle a refusé l’amour de ce dernier, lui préférant celui de Medero, un simple soldat qui le paya cruellement de sa vie. L’insulte a été trop grande pour le neveu du Roi. Sa fureur ne pourra s’apaiser que dans le sang, le massacre, l’ivresse du pillage et du carnage.

Tout cela sur fond de guerre contre Agramant, Empereur des Morts.

 

Par ailleurs, l’intrigue ne serait pas suffisante si, de plus, Garald n’était au départ le redoutable chef de guerre des Morts. Pour l’amour de Bradamante, la « meilleure guerrière du royaume » de Kaarl, il s’est converti afin de l’épouser et a ainsi changé de camps ! Pourtant, cela n’empêchera pas Roland de le tuer afin d’effacer la honte des défaites subies par son ancien ennemi !

 

Garald ne désire, en ce début d’histoire, que revoir son épouse ! Il décide de participer masqué à la grande Joute. Ceci au risque de se faire reconnaître car qui ne connaît pas son extraordinaire épée, capable de s’allonger en lance au besoin !

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Laval Ng - Drakko

 

 

Premier tome d’un diptyque envoûtant, « Furioso » nous prouve toute la diversité du talent de Philippe Pelaez.  En ce début 2022, il ne cesse de nous surprendre et se retrouve une 4e fois sur les présentoirs « Nouveautés » de nos librairies BD préférées ! Après le 1er opus du « Bossu de Montfaucon » (Grand Angle) déjà chroniqué ici, le 3e de « Maudit sois-tu »  (Ankama), le « Bagnard de guerre » (Grand Angle) sorti ce 30 mars, c’est chez Drakko qu’il publie cette nouvelle fresque épique.

Si le poème de l’Arioste en est clairement la base, on ne peut ignorer les influences de la « Matière de Bretagne », légendes arthuriennes, mythologies celtes et de la « Matière de France » avec la geste du Charlemagne et de son neveu Roland ! Le tout saupoudré merveilleusement de fantasy. Un passionnant mélange de réel et d’irréel où les passions des uns viennent se fracasser contre les haines des autres. L’exaltation des jalousies contre celle des rancœurs.

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Laval Ng - Drakko

 

 

Au travers des scènes choisies, Philippe Pelaez réussit le pari fou de recentrer les 46 chants de « Orlando furioso » en un scénario cohérent d’un diptyque … soit une centaine de pages ! Mais rien n’y est perdu, ni l’intrigue ou plutôt les intrigues, ni le rythme de la narration avec ses combats et ses rebondissements, ni ses personnages. Pelaez donne à ces derniers consistance, profondeur, notamment grâce à des dialogues soignés, fidèles au genre et à l’époque médiévale. Si certains ont néanmoins disparus de l’œuvre initiale, car n’apportant rien au récit, les protagonistes, principaux ou secondaires conservés vivent en se devant d’assouvir leurs sentiments, leurs passions, leurs colères, leurs rancœurs.

Pour donner vie à cette geste fantasmo-médiévale, il fallait un trait nerveux, capable de rendre palpable les tensions, les colères, le déchaînement des sentiments ou le brasier consumant intérieurement les héros. Laval Ng, de son vrai nom Laval Ng Man Kwong, nous avait déjà prouvé ses qualités dans des séries comme « Balade au bout du monde » (4e cycle), « Chroniques de Sillage » (tome 3) ou encore « Parallèle ». C’est avec cette dernière, en 2016, qu’il collabore pour la première fois avec Philippe Pelaez.

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Laval Ng - Drakko

 

 

Son dessin réaliste renforcé par un encrage rugueux, des hachures et une mise en lumière subtile collent parfaitement à l’état d’esprit tourmenté des personnages. Loin de la masquer, la violence des 2 personnages principaux, Roland et Garalt, explose à chaque planche.

Et que dire de la structuration des planches ? Dynamique, dense, allant parfois jusqu’à 14 cases de tailles variées et entrelacées, elle donne toute son énergie à l’action. Le lecteur se retrouve clairement au cœur de celle-ci.

Bref, ce travail graphique soutenu avec la narration soignée de Philippe Pelaez offrent à cette variante de la chanson de Roland une dimension nouvelle. Et dire qu’il faudra attendre la seconde partie pour en connaître le dénouement !

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Garalt est revenu

 

Série : Furioso

 

Tome : 1

 

Genre : Héroic Fantasy

 

Éditeur : DRAKKO

 

Scénario : Philippe Pelaez 

 

Dessin : Laval Ng

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 14,90 €

 

ISBN : 9782490735679



Publié le 04/04/2022.


Source : Bd-best


Robots et anormaux.  Love Love Love 2 - Bang Bang Shoot Shoot / Absolument normal 3 – Tous ensemble

 

« - Alors quel âge avez-vous, mon bon missié ?

- Je… Euh… 27 ans…

- C’est fascinant.

- Quoi ?! Qu’est-ce qui est fascinant ?!

- C’est un c-bot de la firme Goloëwik de l’inventeur de génie Melvin Loëw. C’étaient les meilleurs du marché, les plus évolutifs, les plus indépendants, les plus humanisés… Mais on s’est rendu compte que, de manière inexplicable, certains cherish bots s’autodétruisaient… durant leur 27ème année. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Love love love. Elle et Karel sont amoureux. Elle est humaine, il est robot. Ils vont avoir fort à faire, non seulement contre le tueur qui est à leurs trousses, mais aussi contre l’obsolescence programmée de Karel. L’humanoïde vient d’avoir vingt-sept ans. Il est censé être dans sa dernière année de vie. La firme qui l’a fabriqué se trouvait à Madrid mais elle a fait faillite. Elle et Karel décident quand même de se rendre là où il a été conçu. Le road trip ne va pas être de tout repos.

 

 

 


© Kid Toussaint, Garrido - Dupuis

 

 

                De son côté, dans Absolument normal, Cosmo et ses amis sont en vue de l’île secrète de Tulugary. Les humains qui y vivent ne chérissent pas les mutations et entretiennent leur absence totale. Cosmo est le premier homme né sur le continent sans mutation depuis des siècles. Les habitants de l’île le prennent pour un messie. Il est l’élu mais se sent rien du tout. Ses compagnons différents devront-ils muter pour devenir eux-aussi « normaux » ?

 

 

 

 

© Kid Toussaint, Martusciello, Pizzetti - Dupuis

 

 

                Love love love… Elle et Karel vivent une histoire d’amour, de différences et de tolérance. Qu’est-ce qui dérange la société que l’on aime quelqu’un qui ne soit pas comme nous ? Dans notre monde insensé où des individus malfaisants s’opposent à des événements comme par exemple le mariage gay, Love love love leur dit M****. Alors que des candidats à la présidentielle prônent la « remigration », Love love love montre que l’union fait la force entre individus venus d’horizons divers. Pourquoi une « race » serait-elle mieux née qu’une autre ? Qui est-on pour le juger ? « Laissez-nous vivre ! » semblent crier Elle et Karel. Oui, mais pour cela il va falloir se battre dans un monde semé d’embûches. Plus sages que Thelma et Louise ou Roméo + Juliette, Elle et Karel n’en ont pas pour autant une route moins mortelle.

 

 

 

 

© Kid Toussaint, Garrido - Dupuis

 

 

                Les thèmes abordés dans Absolument normal ne sont pas si différents. Il y est aussi question de politique, mais il est plus question d’amitié que d’amour, les héros étant plus jeunes. La série dénonce une société où il ne faut pas être différents des autres. Le sujet principal en est l’intégration du handicap et invite à le reconsidérer comme une force pour soi-même et pour les autres, en inclusion.

 

 

 

 

© Kid Toussaint, Martusciello, Pizzetti - Dupuis

 

 

                Kid Toussaint est au scénario de ces deux séries qu’il est judicieux de lire en parallèle. Si Absolument normal se clôt, il reste encore un acte pour Love love love. Le duo italien Alessia Martusciello et Alberto Aurelio Pizzetti est au dessin des aventures de Cosmo. Le trait s’en trouve à la fois frais et numérique. Pour l’histoire de Elle et Karel, Andrès Garrido accentue le côté punchy. Digne collègue d’un Kenny Ruiz, il gagne à être aussi connu.

 

                Deux mots suffisent à résumer l’histoire et les ressentis à la lecture de ces deux albums : ce sont Absolument love. 

 

 

Laurent Lafourcade 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Love Love Love

Tome : 2 - Bang Bang Shoot Shoot

Genre : Aventure fantastique 

Scénario : Kid Toussaint 

Dessins & Couleurs : Andrès Garrido Martin  

Éditeur : Dupuis

Nombre de pages : 56 

Prix : 12,50 €

ISBN : 9791034757428

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Absolument normal

Tome : 3 - Tous ensemble

Genre : Aventure fantastique 

Scénario : Kid Toussaint 

Dessins & Couleurs : Alessia Martusciello & Alberto Pizzetti 

Éditeur : Dupuis

Nombre de pages : 56 

Prix : 10,95 €

ISBN : 9791034762378

 

 

 

 



Publié le 31/03/2022.


Source : Bd-best


Interview

 

 

 

Mondes réels, fantastiques et érotiques, sont les différents univers visités par l'artiste Alain Poncelet

 

 

 

 

 

Notre équipe a eu l'occasion de rencontrer Alain Poncelet lors de son exposition réalisée à la "Galerie des bulles" située à Charleroi. A signaler également le changement de nom de nos capsules en "Derrière la palette", le masque ayant enfin disparu de notre vie quotidienne.

 

 

 

 

 

Propos recueuillis par Thierry Ligot

Images : Axelle Coenen

 




Publié le 28/03/2022.


Source : Bd-best


Spirou 4380-4381 -  23 Mars 2022

 

 

Numéro spécial 100 ans des éditions Dupuis

 

 

 

 

 

 

 

            100 ans ! Les éditions Dupuis ont 100 ans ! Nées en 1922, elles sont toujours là. Morgan di Salvia et Frédéric Niffle ont composé un numéro en tous points exceptionnel. Les personnages emblématiques du journal sont dessinés par d’autres auteurs que les leurs dans des gags et des récits complets. Olivier Schwartz débarque aux commandes de la série classique des aventures de Spirou et Fantasio avec deux nouveaux venus au scénario : Abitan & Guerrive. Le titre de cette nouvelle histoire de notre groom unique et préféré est percutant : La mort de Spirou.

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

 

 

Histoires à suivre :

 

A-Lan : Le secret de Wabisabi

Spirou & Fantasio : La mort de Spirou

Yoko Tsuno : Les gémeaux de Saturne

 

 

Récits complets :

 

Allô Dab’s ?

Frnck : Le rébus du commencement, par Bercovici & Bernstein

Johan et Pirlouit : L’avale royaume, par Bertschy

Lucky Luke : la cité du repos éternel, par Durieux & Bourhis

Michel Vaillant, par Bouzard

Ralph Azham : Pause pipi, par Dav

Sœurs Grémillet (Les) : Le secret de Lucille, par Louis

Tuniques bleues (Les), par Bertail

Zombillenium !, par Munuera & Bocquet

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Edito (L’)

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

 

Agent 212 (L’), par Henriet

Atelier Mastodonte (L’)

Bouboule & Biloute : Il était une fois les corons, par Salma

Buck Danny contre l’espion, par Libon

Cavaliers de l’apocadispe (Les) au goûter d’anniversaire, par Armelle

Cédric, par Bédu

Champignac et le X22-BS, Par Bernstein & Moog

Crapule, par Batem

Dad, par Lepage

Femmes en blanc (Les), par Grosjean

Gil Jourdan, par Hermann

Imbattable : La tumultueuse jeunesse d’Imbattable, par Lécroart

Jojo, par Nob

Kid Paddle, par Efa

Laïyna, par Frank Pé

Largué Winch, par Erre & Fabcaro

Marsu, par Duhoo

Marzi : L’abominable homme du palier, par Miss Prickly

Mélusine, par Cromheecke & Thiriet

Mélusine, par De Pins

Natacha, par Feroumont

Nelson, par Goum

Nombrils (Les), par Perrault & Cerq

Papyrus, par Ruiz & Toussaint

Passé recomposé (JKJ Bloche), par Jousselin

Personnages bleus avec des bonnets (Les) (Les Schtroumpfs), par Tebo

Petit Poilu joue à chat, par Deglin

Petit Spirou (Le), par Cunha

Psy (Les), par Laudec

Sandy, par Fournier

Soda, par Yoann & Vehlmann

Symphonie en Z majeur, par Colpron

Tamara, par TaDuc & Cerq

Théodore Poussin, par Bailly

Vol du corbeau (Le), par Collin

 

 

Rubriques :

 

Les éditions Dupuis ont 100 ans !

Coin des lecteurs (Le) : Adrian

En direct du futur : Le retour d’un gaffeur

Jeux : Les 100 (Priou)

 

 

 

En kiosques et librairies le 23 Mars 2022.

3,90 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 



Publié le 26/03/2022.


Source : Bd-best


Les engrenages du mystère.  La cité des secrets 1

 

« - Madame n’est vraiment pas commode, ce matin. Ça va, Lisa ? Tu as l’air fatiguée.

- Ça va aller, Anne. Ce sont toutes ces rumeurs qui circulent…

- Je les ai entendues aussi. La guerre couve avec Edmonda, nos voisins du Sud. Au fait, tu as apporté un sandwich pour Ever ? »

 

 

 

 

 

 

 

                Dans la grande ville d’Oskars, le centre de télécommunications est le cœur battant. Grâce au travail des jeunes hôtesses, les différents niveaux de la ville restent connectés. L’établissement est dirigé par Madame Alexander. L’immeuble est un ancien théâtre. Les plateformes et les escaliers sont tous mobiles. Hannah, une riche héritière, visite les lieux avec son père, propriétaire du centre. Dans cet endroit, vit caché Ever Barnes, un jeune orphelin. Il connaît tous les rouages du bâtiment, ses lieux interdits et ses secrets. Lisa, comme toutes les autres employées, le sait et lui apporte parfois à manger ce qui n’est pas du tout du goût de Madame, sa directrice. Par ailleurs, la guerre couve avec Edmonda, une nation voisine, et Madame a des rendez-vous bien mystérieux…

 

 

 

 

 © Ying - Bayard/Bande d’ados

 

 

                La cité des secrets est le deuxième album de Victoria Ying après Diana princesse des amazones, paru chez Urban Comics. L’autrice américaine lance une série aux rouages multiples dans tous les sens du terme. Une bonne dose de Hugo Cabret, un soupçon de géant de fer, une louche de Tom Sawyer et une pincée de Roi et l’oiseau, La cité des secrets nous entraîne dans une aventure haletante aux marges du steampunk. Un format comics, une narration manga, une mise en page somme toute assez franco-belge, l’album ratisse large. Ying signe une histoire qui aurait tout pour être une superproduction des studios Disney.

 

 

 

 

 © Ying - Bayard/Bande d’ados

 

 

                La toute nouvelle collection Bande d’ados propose aux plus grands lecteurs de BD Kids de grandir avec eux, en publiant des histoires plus complexes, mais sans l’être trop, et avec des axes de réflexion. Ainsi, la cité des secrets soulève le –il n’y a pas encore si longtemps tabou - problème de la mixité, ou en l’occurrence non mixité, des classes sociales. Pourquoi une petite fille riche téméraire ne s’enticherait-elle pas d’un orphelin nourri  de solidarité populaire ? Avec ses différents niveaux et ses mécanismes permettant de passer de l’un à l’autre, le centre de télécommunications est la matérialisation d’une société figée mais dont on peut casser les codes si on s’y prend avec malignité.

 

 

 

 

 © Ying - Bayard/Bande d’ados

 

 

                Quatre familles possèdent les secrets destinés à sauver Oskars, dont celle d’un traître qui doit savoir comment révéler le coffre-fort du standard. Seule l’union de ses familles peut sauver la ville. Ever et Hannah s’apprêtent à porter un sacré poids sur leurs épaules.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : La cité des secrets

 

Tome : 1

 

Genre : Aventure steampunk

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Victoria Ying

 

Traduction : Sidonie Van Den Dries

 

Éditeur : Bayard

 

Collection : Bande d’ados

 

Nombre de pages : 256

 

Prix : 19,90 €

 

ISBN : 9791036326547

 

 

 



Publié le 26/03/2022.


Source : Bd-best


Cinq élections.  Les représentants

 

« - Déjà, merci de vous être déplacés.

- C’était soit nous, soit vous de toute manière. Nous n’allions pas nous rencontrer dans un café.

- Non, quand même.

- Peut-être pourrions-nous commencer par tenter de rappeler les faits ?...

- Nous les connaissons.

- En partie. Je veux dire, nous avons très longuement parlé avec notre fils, nous connaissons sa version. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Dans la banlieue de Lille, Marthe et Paul reçoivent un couple qu’ils ne connaissent pas : Charles et Valérie. Pourtant, leurs destins sont liés. Ils sont liés par leurs enfants. Il s’est passé quelque chose entre eux. Les parents d’Antoine ont discuté au commissaire de police et au proviseur. Ceux de Delphine ont eu les mêmes infos. Leur fille leur a très peu parlé. Si les secours n’avaient pas été aussi rapides, la situation aurait pu être dramatique. C’est Antoine qui les prévenus, mais apparemment c’est lui qui est le responsable. Enfin, tout n’est pas si simple. La discussion bat son plein entre les parents, quand, à 20 h, Charles demande à ses hôtes s’ils peuvent allumer la télévision. Nous sommes le 7 mai 1995. Le résultat du second tour de l’élection présidentielle va être dévoilé.

 

 

 

 

© Farasse, Prudomme - Virages graphiques

 

 

                Ceci est la première des histoires adaptées de la pièce de théâtre de Vincent Farasse par l’auteur lui-même. Toutes se passent un jour d’élection présidentielle en France. Le 21 avril 2002, un couple qui a loué une maison de campagne rencontre un voisin. Les souvenirs d’enfance de l’invité inattendu se mêlent à ceux de Catherine. Qu’y a-t-il de vrai ? Qu’y a-t-il de faux ? Le 6 mai 2007, dans le hall d’un hôpital, une fratrie se retrouve à l’occasion du décès de leur père, pendant qu’un individu vient prendre des nouvelles de la femme ayant subi un étranglement ultra-violent. Cinq ans plus tard jour pour jour, le 6 mai 2012, dans un hôtel de bord de mer, un couple se retrouve après douze ans de séparation, l’homme espérant raviver une résurrection de leur flamme. Mais est-elle seulement celle que l’on croit ? Enfin, le 7 mai 2017, dans la chambre d’un hôtel banal de zone commerciale, une femme qui a confié son fils reçoit un livreur de pizza, puis un politicien en devenir qui profite de sa situation précaire. Si Macron est élu, peut-être qu’il l’aidera à se sortir de là ?

 

 

 

 

© Farasse, Alfred - Virages graphiques

 

 

 

© Farasse, Prudomme, Alfred, Simon, Vassant - Virages graphiques

 

 

                Vincent Farasse décrit cinq tableaux d’anonymes à qui il est arrivé quelque chose. Pour chacun, on ne saura jamais tout. Dans chacun d’entre eux, une énigme reste en suspens. Pourquoi la fille de Charles et Valérie est-elle si traumatisée ? Le voisin de la maison de vacances est-il un affabulateur ? Pourquoi Cassia a-t-elle été étranglée ? Quelle est la véritable relation entre ce petit homme dégarni et cette grande dame brune dans l’hôtel ? Enfin, comment la vie a-t-elle amené cette jeune maman à faire des choses que la morale réprouve ? A toutes ces questions, nous n’aurons pas de réponses. Mais à quoi bon ? Tous ces gens sont des représentants. C’est vous, c’est moi, nous sommes le peuple. A chacun des jours qu’ils vont vivre, un Président de la République va être élu ou accéder au second tour : Jacques Chirac, pour les deux premiers récits, Nicolas Sarkozy, François Hollande, puis Emmanuelle Macron pour les trois suivants. Les vies de ces représentants vont-elles en être bouleversées ou pas ? En tout cas, chaque réponse de scrutin va apporter un point final particulier à ces journées si particulières.

 

 

 

 

© Farasse, Vassant - Virages graphiques

 

 

                David Prudhomme, Alfred, Anne Simon et Sébastien Vassant sont chacun à l’adaptation graphique de l’un des tableaux. Ils dessinent le troisième d’entre eux en commun, chacun se chargeant de tel ou tel personnage. Le trait reste sobre. Les couleurs sont en aplats monochromes. Prudhomme choisit un fond bleu pour 1995. Alfred teinte de jaune soir de chaleur le dimanche de 2002. Le récit commun de 2007 est dans les marron proches du sépia. Anne Simon choisit un orange mystérieux. Sébastien Vassant joue avec un violet violent et représente un politicien au regard horrifiquement froid. Les dialogues sont ainsi mis en valeur et sont la matière à réflexion de l’ouvrage.

 

 

 

 

© Farasse, Simon - Virages graphiques

 

 

                En cette période d’élections présidentielles, Les représentants remet à leur place les événements privés par rapport aux aléas publics.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Les représentants

 

Genre : Politique fiction

 

Scénario : Vincent Farasse 

 

Dessins & Couleurs : David Prudhomme, Alfred, Anne Simon & Sébastien Vassant

 

Éditeur : Virages graphiques

 

Nombre de pages : 160

 

Prix : 20 €

 

ISBN : 9782743655716

 

 

 

 



Publié le 26/03/2022.


Source : Bd-best


Un arc-en-ciel de bonheur.  Gabie aux craies de couleur 1

 

« - Mmh… Qu’on est bien dans notre nouveau chez nous, tout beau, tout propre !

- D’après toi, mon chéri : où est-ce qu’une petite fille de quatre ans et demi peut bien tester ses « craies magiques » ?

- Oh non !!! La tapisserie toute neuve !! Gabie ! Attends ! Attends !

- Ben tu sais quoi, Papa ? Le cadeau de mamie, je l’adore !!! »

 

 

 

 

 

 

 

                Gabie rentre d’un séjour de chez sa mamie avec des craies soit disant magiques. Elle vient de recouvrir les murs de sa chambre de dessins, au grand dam de ses parents et sous le regard amusé de son chien Loupo. Mais ces craies sont réellement magiques. Les dessins prennent vie. Ils restent en deux dimensions et peuvent naviguer sur les différents murs de la pièce. Autant dire que la tapisserie toute neuve, elle va en voir de toutes les couleurs. Et  le plus amusant, c’est quand les dessins eux-mêmes deviennent taquins. Loupo sera énervé par son double dessiné tandis que l’avatar de Gabie ira jusqu’à dénoncer son modèle original pour l’envoyer au bain.

 

 

 

 

 © Chamblain, Renard - Kennes

 

 

                Gabie a quatre ans et demi. Elle respire l’innocence et la poésie. Elle est maline au point de dessiner une télévision sur le mur pour que ses illustrations lui créent un dessin animé, ou encore de représenter une étoile qui filera pour réaliser l’un de ses vœux. Son chien Loupo est un compagnon fidèle, tour à tour complice de petits bonheurs ou effrayé par des images facétieuses. Joris Chamblain est une valeur sûre du scénario. Il a réussi à transformer l’essai après le succès des Carnets de Cerise. Gabie aux craies de couleur s’adresse à la catégorie d’âge juste en dessous, mais tout le monde peut y trouver son compte. Avec Joris et Gabie, le rêve est à la portée de chacun. Il y a quelque chose d’inexplicable et de magique.

 

 

 

 

 © Chamblain, Renard - Kennes

 

 

                Au dessin, Margo Renard rend le merveilleux accessible. Elle mêle son trait à des dessins simples comme s’ils étaient faits par des enfants. Après The Monkey Family et Le royaume des licornes, Renard transcende les images aux craies de couleurs, si bien que le petit lecteur (et le grand aussi) n’aura qu’une envie : prendre sa boîte et barbouiller les murs de la maison. Parents, n’ayez pas peur ! Détendez-vous ! Laissez votre progéniture s’exprimer pour laisser rentrer la magie dans vos foyers !

 

 

 

 

 © Chamblain, Renard - Kennes

 


                Gabie aux craies de couleur offre le pouvoir aux enfants et donne aux adultes l’envie de le redevenir. L’album est tellement plein de bonheur que l’on ne peut que se sentir mieux après l’avoir lu.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Gabie aux craies de couleur

 

Tome : 1

 

Genre : Humour coloré

 

Scénario : Joris Chamblain

  

Dessins & Couleurs : Margo Renard

 

Éditeur : Kennes

 

Collection : P’tite Margote

 

Nombre de pages : 40

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782380754858

 

 

 



Publié le 26/03/2022.


Source : Bd-best


Bd Best y était pour vous ... Salon des littératures singulières

 

Vendredi passé s'est tenu le premier Salon des littératures singulières. Ce dernier  a regroupé différents domaines comme la littérature, l’art, la poésie, la jeunesse, la  BD, les sciences humaines…..

 

 

 

 

 

 

Notre équipe y était présente et partage avec vous son reportage photographique. 

 

 

 

 

 

 

Images : Axelle Coenen



Publié le 23/03/2022.


Source : Bd-best


Pour le meilleur...  Jérôme K. Jérôme Bloche 28 - Et pour le pire

 

« - Vous n’avez pas vu !

- Vu quoi ?

- La femme en robe de mariée… Elle va se jeter du haut du pont !

- Vous avez vu quelque chose, vous ?

- Que voulez-vous qu’il ait vu ? Il est à l’arrière !

- Eh ! Vous êtes fou ! Vous allez nous tuer.

- Appelez les pompiers !

- Que !... Qoui ?...

- Mais vous ne comprenez pas qu’il y a une personne en détresse. Il faut faire intervenir les secours ! »

 

 

 

 

 

 

 

                En plein pendant son examen du permis de conduire sur le périphérique parisien, Jérôme aperçoit une mariée prête à se jeter d’un pont. Il abandonne son véhicule et son inspecteur pour voler au secours de la jeunes femme. Après un court séjour à l’hôpital, Rebecca, c’est ainsi qu’elle s’appelle, débarque chez Jérôme, squatte chez lui et pleure sur son sort de femme trompée qui a failli se marier. Son futur mari menait une double vie et aurait voulu profiter d’elle pour obtenir un titre de séjour grâce à un mariage gris. Rebecca a un comportement étrange. Elle endort Jérôme grâce à quelques gouttes d’une substance soporifique pour se coucher à ses côtés. Quand Babette va rentrer, trouver cette femme chez son chéri ne va pas vraiment être de son goût. Mais qui est donc cette pseudo-mariée au comportement bien ambigu ?

 

 

 

 

© Dodier, Cerise - Dupuis

 

 

                Le détective classique, ça marche toujours. Preuve en est avec Jérôme K.Jérôme Bloche dont les enquêtes sont racontées avec professionnalisme, précision et addiction par un Alain Dodier au meilleur de sa forme. La narration est parfaite. L’auteur la conçoit comme une partition de musique. Il passe quatre mois sur un scénario et remanie chaque séquence une dizaine de fois. Le découpage est toujours aussi pensé, que ce soit les scènes muettes de Jérôme circulant sur son solex, ou encore la percutante scène d’ouverture dont on ne sait pas encore trop si c’est un rêve ou une réalité.

 

 

 

 

© Dodier, Cerise - Dupuis

 

 

                Ce qui fait un des charmes de la série de Dodier, ce sont également ces personnages secondaires, que l’on n’aperçoit parfois que sur quelques cases mais qui montrent qu’on est « en famille », à savoir le père Arthur, Burhan l’épicier, Madame Rose la concierge ou encore Zelda la voyante qui joue le grand jeu dans une scène de tarot. La série Jérôme K.Jérôme Bloche est non seulement une série policière, mais aussi une chronique de quartier dont les habitants, que l’on retrouve à la manière de pierres qui ricochent sur l’eau, rythment la vie.

 

 

 

 

© Dodier, Cerise - Dupuis

 

 

                Pour le meilleur, et rien que pour le meilleur, Jérôme K. Jérôme Bloche est une série définitivement classique de la BD franco-belge.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Edition Collector

 

 

Série : Jérôme K. Jérôme Bloche

 

Tome : 28 - Et pour le pire

 

Genre : Polar 

 

Scénario & Dessins : Alain Dodier 

 

Couleurs : Cerise

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 72

 

Prix : 13,95 €

 

ISBN : 9791034757015

 

 

 

 



Publié le 22/03/2022.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2022