?>

Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Les Contes de notre enfance façon Lavoisier : rien ne se perd tout se transforme !

Père castor, raconte-nous une histoire ! Oui mais une belle, alors ! Et pourquoi pas une sauvage, une réinventée. Comme les idées reçues, les contes de notre enfance ont la vie dure et sont protéiformes. C’est ainsi qu’on retrouve des mythes, des légendes dans des histoires de super-héros, aujourd’hui; qu’Alice au pays des merveilles a vu son univers tentaculaire rejoindre des genres très différents (dont nous vous avons fait écho à plusieurs reprises). Véritablement, comme le prônait Lavoisier, rien ne se perd tout se transforme, la preuve avec trois albums parus il y a peu.

 

 

 

 

 

 

 

© Ersin Karabulut chez Fluide Glacial

 

Contes saumâtres :le chat botté est amoureux de Catwoman

Résumé de l’éditeur : Parus il y a vingt ans de cela dans l’éphémère collection « Humour Libre » de Dupuis, ces quatorze contes saumâtres, inspirés des récits mythiques ou des personnages célèbres appartenant à notre folklore, tournent en dérision les figures légendaires de notre enfance. Ces fables délicieusement mordantes furent autrefois publiées en deux volumes, en 1997 et 1998, et réunissaient alors la fine fleur de la bande dessinée: Juillard, Zep, Boucq, Dupuy & Berberian, Hermann, Clarke, ou encore Jean-Claude Denis, auteurs émérites et reconnus aujourd’hui, dont certains sont devenus Grands Prix d’Angoulême entre-temps.

 

 

 

 

© Yann/Rossi chez Dupuis

 

Meilleur exemple de notre sélection qu’une histoire peut avoir plusieurs vies, les Contes Saumâtres de Yann et co se taillent une jolie part dans le catalogue des trente ans de la collection Aire Libre. Autrefois connues en deux albums parus sous le titre de Sales petits contes et prenant pour cibles Andersen et Perrault, voilà l’intégralité des histoires revisitées avec délice et folie par Yann et une sacrée bande de dessinateurs encore plus légendaires aujourd’hui qu’à l’époque : Hermann dans un genre manga pour donner un air bien moins candide à Cendrillon et ses deux citrouilles bien en place, un Rossi divin pour faire du barbe bleue à la sauce Tarantino; Robin emmenant le vilain petit canard sur la banquise voir Bardot et puis mourir; Boucq offrant au petit soldat de plomb et obsédé encore quelques munitions ou encore, entre autres, un Zep en forme olympique pour emmener le chat botté sur les traces de Catwoman !

 

 

 

 

© Yann/Zep chez Dupuis

 

 

 

 

© Yann/Hermann chez Dupuis

 

Avec audace et se foutant bien d’être consensuel sans pour autant tomber dans la facilité et la vulgarité, Yann réussissait un joli exercice d’auteur en croisant les influences et en offrant un regard complètement barré sur un pan de notre patrimoine littéraire. Attention les enfants, bouchez-vous les oreilles et fermez les yeux. Les autres, régalez-vous !

 

 

 

 

© Yann/Wendling chez Dupuis

 

 

 

Alexis Seny

 

érie : Contes saumâtres

Intégrale

Scénario  : Yann

Dessin et couleurs : Charles Berbérian, Denis Bodart, François Boucq, Clarke, Jean-Claude Denis, Philippe Dupuy, Pierre-Yves Gabrion, Hermann, André Juillard, Michetz, Robin, Christian Rossi, Claire Wendling, Zep

Couleurs : Cerise, Éric Dérian, Bruno Marchand, Évelyne Tran-Lê

Genre: Contes, Humour, Parodie

Éditeur: Dupuis

Nbre de pages: 96

Prix: 20,95€



Publié le 18/09/2018.


Source : Bd-best


Margerin invité d'honneur des Rencontres Chaland 2018

Le créateur de Lucien, pilier de Métal Hurlant et Grand Prix d'Angoulême 1993 est l'invité d'honneur des Rencontres Chaland 2018 de BD à Nérac (47600) qui proposent des animations, expositions, dédicaces, jeux…

 

Auteurs invités : Jérôme d’Aviau, François Avril, François Ayroles, Charles Berberian, Hervé Bourhis, Christian Cailleaux, Serge Clerc, Madeleine De Mille, Ludovic Debeurme, Marion Duclos, Philippe Dupuy, Lucie Durbiano, Jean-Luc Fromental, Bruno Gaccio, Jean-Claude Götting, Ryan Jones, Pascal Jousselin, Loo Hui Phang, Loustal, Frank Margerin, Jean-François Martin, Lorenzo Mattotti, Fanny Michaelis, Thierry Murat, Didier Pasamonik, Frédéric Poincelet, David Prudhomme, Frédéric Rébéna, Anna Rozen, Saint-Emett, Avril Tembouret, Zane Whittingham
Des animations : auteurs en dédicaces, espace jeunesse, croquis contés, boutique Les Amis d'Yves Chaland, concerts dessinés, tables rondes, ateliers BD, cinéma, conférences, libraires, Jeux concours, parade des motards…

Samedi 6 et dimanche 7 Oct. de 10h à 19h
Espace d’Albret Tout le week-end, le rendez-vous des libraires : Dans Ma Librairie d’Agen, La Maison des Feuilles de Nérac, et l'éditeur La Maison est en Carton.

Quai de Baïse Food trucks L’Ouvreboîte, Buzet d’auteurs, Brasserie du Vaillant Fourquet.

Expositions du 6 octobre au 4 novembre 2018

Frank Margerin, le mécanicien de l’humour rock à la Galerie des Tanneries

Rétrospective de l'œuvre en bande dessinée de l’auteur de Lucien pilier de Métal Hurlant et Grand Prix d’Angoulême en 1993.
Les lauréats des Prix Jeune Albert et Petit Albert à la Médiathèque

Exposition des oeuvres primées :
Prix Jeune Albert : Imbattable de Pascal Jousselin, éditions Dupuis.
Prix Petit Albert : Rescapés de la Shoah de Ryan Jones et Zane Whittingham, éditions Flammarion.

La Fabrique du Livre à la Médiathèque
De l’idée au livre, Manon Jaillet raconte son métier d’éditrice de La Maison est en Carton.

Yves Chaland, une vie en dessin au Cinéma Le Margot

Exposition retraçant les moments remarquables de sa vie.
Dominique Corbasson à la Maison des conférences
Évocation de l’oeuvre de l’artiste au coeur de Nérac.
Land au Kiosque des Bains du Roy

Paysages graphiques d’auteurs de bande dessinée matérialisés en création maille par Loo Hui Phang, auteur et plasticienne (Benjamin Bachelier, Yves Chaland, Ludovic Debeurme, Philippe Dupuy, Jochen Gerner, Eric Lambé, Fanny Michaelis, Simon Roussin).

Du 6 au 7 octobre 2018

Quelques mots pour Chaland à la Galerie Sèderie
Installation interactive de Fréderic Poincelet qui invite chacun à retrouver son souvenir d’Yves Chaland et à accrocher un mot au mur de la galerie.

Moto Mythique sur le Parvis du Château Proposée par les clubs moto de Nouvelle Aquitaine.

Animations du week-end 6 et 7 oct 2018

Conférences au cinéma Le Margot

Samedi à 11h30 : Shoah et bande dessinée avec Fanny Michaelis, Ryan Jones et Zane Whittingham animé par Didier Pasamonik.

Samedi à 14h30 : À la poursuite d’Yves Chaland avec Avril Tembouret, Bruno Gaccio, Serge Clerc animé par Jean-Christophe Ogier.

Dimanche à 14h30 : Rock et BD de Frank Margerin à Hervé Bourhis animé par Didier Pasamonik et dessiné par Charles Berberian.

Live

Samedi de 9h à 12h : au marché et sur le Festival Grand Jeu Margerin ! Joue et gagne en répondant aux questions sur les albums de Frank Margerin de Ricky Banlieue à Je veux une Harley.

Samedi et dimanche à 11h et 16h : à la Galerie des Tanneries
Croquis Contés, rendez-vous avec Guy Planès raconteur de pays et les dessinateurs David Prudhomme, Charles Berberian pour un
parcours conté et dessiné de Nérac.

Samedi et dimanche à 15h : Quai de Baïse Départ de la Parade des motards et baptême de moto.

Dimanche à 14h30 Spectacle à l’Espace d’Albret: Gus rythmé par la fantaisie de Sébastien Barrier et illustré par Benoît Bonnemaison-Fitte, ce conte musical et graphique, n’est pas seulement destiné aux enfants. Tout public.

Ateliers Jeunesse à l’Espace d’Albret
Animés par l’Accueil de Loisirs Albret Communauté
Samedi et dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h30 à 16h30 :
Écris, dessine et imprime Le Margerin Illustré, le journal des Rencontres Chaland avec les dessinateurs invités.

Vendredi 5 octobre
10h à 17h : journée spéciale jeunesse (sur inscription)
Les Rencontres Chaland proposent aux établissements scolaires de Lot-et-Garonne une approche de la bande dessinée par des rencontres d’auteurs et des ateliers. Inscription: bdnerac@gmail.com
11h : au cinéma Le Margot

Concert dessiné par le lauréat du Prix Jeune Albert Pascal Jousselin
Remise des Prix 2018 et présentation de la nouvelle sélection 2018-2019

Conférences au cinéma Le Margot

Samedi à 11h30 : Shoah et bande dessinée avec Fanny Michaelis, Ryan Jones et Zane Whittingham animé par Didier Pasamonik.
Samedi à 14h30 : À la poursuite d’Yves Chaland avec Avril Tembouret, Bruno Gaccio, Serge Clerc animé par Jean-Christophe Ogier.

Dimanche à 14h30 : Rock et BD de Frank Margerin à Hervé Bourhis animé par Didier Pasamonik et dessiné par Charles Berberian.

Séances de Cinéma - Cinéma Le Margot

Samedi à 17h : avant-première Le rat scélérat de Jeroen Jaspaert. À partir de 3 ans adaptation de Julia Donaldson.
Samedi à 19h : avant-première L’Enigme Chaland, fi lm documentaire sur le dessinateur Yves Chaland réalisé par Avril Tembouret en présence du réalisateur.

Dimanche à 17h : Les Vieux Fourneaux de Christophe Duthuron adaptation de la bande dessinée culte avec Pierre Richard, Roland Giraud, Eddy Mitchell.

Concerts Au concert (13, quai de Lusignan - Nérac)
Vendredi à 22h : Les Amis de Chaland proposent une sélection musicale de groupes bordelais.
Samedi à 22h : Fatherkid avec Ludovic Debeurme et Fanny Michaelis

 

Lieu : Ville de Nérac (47600)

Contact : +33 (0)5.53.65.27.75   rencontreschaland@gmail.com

Web : rencontres.yveschaland.com
facebook/les-rencontres-chaland


Pays : France

Date de l'événement : du 05/10/2018 au 07/10/2018.

Publié le 18/09/2018.


Source : Bd-best


Une fresque BD consacrée à Zidrou à Bruxelles

La fresque de la Tour à Plombs a été inaugurée ce vendredi 14 septembre 2018 en présence présence de l’échevine de la Jeunesse, Faouzia Hariche, ainsi que de l’échevine de la Participation citoyenne et de la Revitalisation urbaine, Clémentine Barzin et le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères, Didier Reynders.

C'est une première. En effet c'est la première fois qu'un scénariste à les honneurs d'une fresque BD à Bruxelles.
Elle se trouve au 22 rue de l'abattoir au centre de la capitale.

La fresque à été dessinée par Turk (Léonard, Robin Dubois) qui rend hommage à Tamaran Ducobu, Marsupilami, Clifton, Chlorophyle et bien d'autres personnages emblématique de la bande dessinée classique.

 

 

 

image © Ville de Bruxelles



Publié le 18/09/2018.


Source : Bd-best


Dany redonne vigueur à ses blagues coquines : « La fois où j’ai eu le plus de journalistes chez moi ? Pour une blague incomprise et refusée par Amnesty ! »

Qui n’a jamais vu/lu une blague de l’ami, Dany ? En album, au détour d’une discussion ou de manière pirate sur les réseaux sociaux, les égéries de l’auteur pas que coquin ont vu du pays et en ont fait voir de belles aux hommes pas toujours à leur avantage dans les histoires racontées par l’auteur liernusien et sa bande. Une sorte d’inventaire mis en petites tenues sexy et qui s’offre un relifting dans une réédition et révision suite au rachat des Éditions Joker par les Éditions Kennes. Interview.

 

 

 

 

 

 

 

© Dany chez Kennes

 

Nouvelle couverture pour une série culte depuis un bon moment. Culte… et osée. Trop que pour reparaître à l’identique en 2018 ?

Dany : En effet, on a dépoussiéré et remaquetté ces albums parus entre 1990 et 2010. Mais, force est de constater que, à l’époque, on était beaucoup plus libre. Certes, le politiquement correct a sa raison d’être. Dans des cas comme Weinstein ou tous ces autres salopards qui ont profité un jour ou l’autre de leur position. Mais il y a eu des excès. Balance ton porc… à tort et à travers. C’est ainsi que ce politiquement correct est devenu une nouvelle censure mise en application par un petit nombre dont la virulence sur les réseaux sociaux, notamment, une vision particulière de certaines choses. Tout le monde panique et se demande ce qu’il peut encore exprimer… ou pas.

Et forcément, mes albums sont dans le viseur de certains. Des albums de culs ? Non, de gags !!! C’est fait pour rigoler, pas pour lire d’une seule main. Bon, je reconnais qu’avant, je jouais plus sur un côté aguicheur, en couverture des « Ça vous intéresse ? ». Cette fois, sur les nouvelles couvertures, j’ai voulu accentuer le côté gag plus que le côté sexy.

 

 

 

 

© Dany chez Kennes

 

Mais il ne faut pas se tromper de combat. Vous n’imaginez pas le nombre de femmes qui viennent à mes séances de dédicaces. Pourtant, on pourrait croire que mon public est masculin. Mais non, pas que, loin de là. D’ailleurs, comme je vous l’ai déjà dit, dans mes gags, les femmes s’en sortent souvent beaucoup mieux que les hommes qui sont tournés en ridicule.

Reste qu’il faut rester vigilant à ce qu’on dit désormais. J’ai tendance à penser qu’on cherche à éliminer les humoristes anticonformistes. Je ne pense pas qu’un Desproges pourrait faire carrière de nos jours. Pour un mot de travers, ou compris de travers, on risque d’avoir dans la minute toute une série d’associations sur le dos. J’ai une anecdote incroyable à ce propos. Un gag refusé par Amnesty qui avait commandé à divers dessinateurs une planche sur le thème de la violence faite aux femmes. On est d’accord, c’est un sujet pas évident, dramatique et à condamner, mais j’avais pris le parti d’en rire, avec une blague de Tibet.

 

 

 

 

Ce n’est pas très malin, mais ça me faisait beaucoup rire. D’autant que le benêt dans l’histoire, c’est le mari ! Mais les choses se sont bousculées et l’attachée de presse a prévenu les médias. Qui n’ont pas attendu pour se bousculer sur le pas de ma porte. RTL, la RTBF, France 3. Je n’ai jamais eu autant de journalistes à la maison. D’autant plus qu’à l’époque, il y avait encore des preneurs de son, plein de câbles partout. L’un repartait que l’autre arrivait et on recommençait à déplacer les meubles. La folie pour une planche finalement incomprise.

Du coup, à quoi avez-vous veillé avec cette nouvelle sélection ?

J’ai remis à mon éditeur une liste des gags qu’il pouvait utiliser. J’ai porté principalement mon attention sur les gags pouvant avoir une connotation raciste, xénophobe… On se permettait beaucoup de choses à l’époque, tout le monde pouvait en prendre pour son grade. Après, peut-être, a-t-on aussi fait du mal ? Je ne sais pas.

 

 

 

 

© Dany chez Kennes

 

J’ai aussi écarté les gags où le sexe était peut-être trop explicite. Notez que des BD’s porno, il y en a, de qualités diverses, souvent moches et pas intéressants. Puis, on n’est jamais que le porno de quelqu’un d’autre. Il y aura toujours des gens que tout choque et qui profitent de la moindre occasion pour vous chercher des noises.

J’ai parmi mes amis, des humoristes. Les Taloche qui ne feraient pas de mal à une mouche. Mais aussi Laurent Gerra. Il me disait un jour: « Moi, je m’en fous, je dis tout, sans limite ». C’était faux, au fil de nos discussions, on s’était aperçu qu’il y avait certains sujets qu’il ne risquait pas d’aborder. On se prend si facilement des procès, désormais. Heureusement, il y a Ferrari. C’est étonnant d’ailleurs qu’on ne cherche pas à l’attaquer.

Certains s’excusent, aussi, après coup.

C’est la grande mode du « désolé si j’ai pu blesser ». Mais, finalement, est-ce que le fait de s’interdire de parler de telle ou telle population ne reviendrait pas à les mettre à l’écart, à les exclure. N’est-il pas là le danger ? Aujourd’hui, la règle est qu’on ne peut pas faire de blagues sur les Juifs sauf si on l’est soi-même. Et, pourtant, ils en ont des très bonnes, trash aussi !

Dans un autre extrême, c’est clair, il y a ceux qui se servent de leur métier pour partir en guerre. Mais quand on vire un présentateur pour une blague, je me demande : « Où va-t-on? »

 

 

 

 

© Dany chez Kennes

 

Comment contrecarrer la censure, du coup ?

Oh, vous savez, elle le fait elle-même. Elle a ses effets pervers. Quand j’étais gamin, la censure catholique s’appliquait notamment au cinéma. Avec une classification : Pour tous/ Déconseillé aux enfants/ À proscrire. La liste était bien visible sur les portes de l’église. Croyez-moi bien que la publicité fonctionnait à l’envers et que, forcément, les films des deux dernières catégories nous intéressaient bien plus, mes copains et moi.

 

 

 

 

© Dany chez Kennes

 

Vous pourriez aussi en quelque sorte pratiquer une certaine censure quand on voit le nombre de vos dessins et gags qui circulent sur les réseaux sociaux et internet, en général.

Je n’ai jamais pu contrôler ça. Oh, ce n’est pas que j’y vois des sous que je pourrais y récupérer. Mais j’apprécierais que ma signature figure au moins en dessous de ces planches partagées et repartagées. Or, elle est souvent bannie par un malicieux jeu de recadrage. À un moment, des connaissances qui apparemment ne connaissaient pas vraiment mon style m’envoyaient des idées de gag. « Regarde, tu pourrais en faire une histoire. » Sauf qu’ils avaient dégoté mes propres gags ! C’est dommage de ne pas pouvoir obliger à citer la source, l’auteur. C’est incroyable quelle proportion peut prendre un dessin piqué sur le web. Après, dans le meilleur des cas, certains m’envoient un message : « On a adoré ton gag. »

 

 

 

 

© Dany chez Kennes

 

Autre problème du web, les fausses-dédicaces. Mais aussi les vraies dédicaces vendues cher et vilain quelques heures seulement après une séance.

Ça m’est beaucoup arrivé. Dans le deuxième cas, ça a pris une proportion telle que certains auteurs refusent désormais de faire des dédicaces. Ou de se faire payer. Marini le fait et, bien sûr, tout le monde se précipite. Mais un auteur inconnu ou méconnu, qui n’a qu’un seul album à son actif ? Je trouve que l’idée du cadeau offert est jolie et j’y tiens.

Puis, il y a les faussaires. Et j’y ai aussi été confronté récemment. Un ami, fan absolu de ce que je fais, m’a un jour envoyé une photo prise quelques heures plus tôt, lors d’un marché dominical. Une photo d’une dédicace qu’un marchand vendait. « C’est bien de toi ? » C’était tellement bien fait que je n’ai pas douté, au début. Puis, j’ai été plus attentif. Les couleurs n’étaient pas celles que j’utilisais en dédicaces, notamment. On s’est arrangé pour prévenir le marchand de sa contrefaçon. Mais, il n’était pas le dessinateur, il refourguait seulement. Le pire, c’est que je suis sûr que le faussaire est un bon dessinateur. C’est ça le plus gênant. Pour le reste, c’est vrai qu’une dédicace, c’est beaucoup plus facile à imiter que si on doit reproduire une planche. D’ailleurs, comme on va vite, il se peut qu’on rate parfois un dessin en dédicaces. Mais, ça reste un business juteux.

Pour contrer ce phénomène, j’ai pris l’habitude de signer mais aussi dater mes dédicaces. J’ai rajouté une sécurité supplémentaire. J’ai dégoté un tampon en Corée avec la traduction de mon nom en coréen. Du coup, je tamponne, une fois le dessin terminé. Une manière d’authentifier tout en apportant une touche exotique.

 

 

Propos recueuillis par Alexis Seny

 

Série :  Les blagues de Dany

Réédition – nouvelle mouture

Tome : 1 – Ne pas toucher

Scénario  : Collectif

Dessin et couleurs : Dany

Genre: Érotisme, Humour

Éditeur: Kennes

Collection : Joker

Nbre de pages: 48

Prix: 12,90€



Publié le 14/09/2018.


Source : Bd-best


FIBD Angoulême 2019, le festival s'affiche

Comme les dernières éditions l’ont démontré, le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême s’engage activement dans l’accueil et la promotion d’un 9e Art toujours plus avide de nouvelles cultures, de nouveaux genres et de nouveaux publics. 

Pour refléter cette diversification sans commune mesure, amorcée il y a une vingtaine d’années déjà, le Festival prend l’initiative de renouveler le principe de ses affiches. Pour les cinq années à venir, elles seront ainsi confiées à trois artistes de nationalités différentes, célébrant, symboliquement, toute la richesse de la bande dessinée. L’ensemble de ces dessins sera ensuite présenté dans le cadre d’une exposition célébrant les 50 ans du Festival.

Le thème commun à ces illustrations est « un autoportrait de l’artiste en enfant, découvrant la ou les bandes dessinées fondatrices de sa passion, voire de sa vocation ».

La création dans toute sa diversité est plus que jamais au cœur de l’identité de la manifestation, dont l’évolution accompagne, chaque année celle de la bande dessinée. Ces affiches affirment l’ambition du Festival d’Angoulême : célébrer les auteurs et les autrices venus du monde entier et encourager les échanges culturels.

 

 

RICHARD CORBEN

Auteur américain né en 1940, Richard Corben se réapproprie les codes des récits de genre horrifiques et fantastiques pour représenter de son trait unique des univers furieusement inquiétants.

 

 

 

 

BERNADETTE DESPRÉS

C’est avec la série Tom-Tom et Nana que Bernadette Després conquiert dès le milieu des années 1970 le cœur des enfants et de leurs parents. Sa fantaisie et son humour ont fait de ces deux frère et sœur turbulents de véritables héros transgénérationnels.

 

 

 

 

TAIYOU MATSUMOTO

Auteur de mangas depuis plus de trente ans, Taiyou Matsumoto a tout au long de sa carrière mis en scène le monde de l’enfance, entre innocence et violence. Son trait à la fois fragile et nerveux  sublime ses récits puissants et émouvants.

 

 

 



Publié le 14/09/2018.


Source : Bd-best


Ouverture de la campagne du C.B.B.D contre le racisme.

 

 

Avec ce logo apposé à l’entrée de notre espace, nous ne refusons l’accès à personne. Nous combattons seulement les attitudes et les comportements. Si vous partagez les idées du Centre Belge de la Bande Dessinée, utilisez notre logo RACISM – OUT et diffusez-le !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un musée est un outil formidable pour faire vivre une société et véhiculer ses valeurs.

A l’heure où les ségrégations de couleurs, de genre, de culture ou de prospérité, reprennent vigueur, il nous paraît indispensable de montrer que nos valeurs ne sont pas compatibles avec le racisme, la xénophobie et les discriminations.

 

Nous sommes avec toutes celles et tous ceux qui apportent un soutien aux victimes des actes de racisme et de ségrégation. Nous ne tolérons pas l’expression de ces idées chez nous.

 

Avec ce logo apposé à l’entrée de notre espace, nous ne refusons l’accès à personne. Nous combattons seulement les attitudes et les comportements. Si vous partagez les idées du Centre Belge de la Bande Dessinée, utilisez notre logo RACISM – OUT et diffusez-le !

 

Trop de murs sont dressés pour empêcher un partage plus équilibré des richesses naturelles de notre planète comme celles engendrées par le progrès. Le repli sur soi appauvrit, l’ouverture aux autres enrichit. Les murs sont plus que des idées ou des constructions. Ce sont des symboles. Qu’ils soient de piété ou de pitié, ils devraient rappeler aux humains que leur bonheur est aussi entre les mains de leurs voisins.

 

Jean Auquier,

Directeur général

Bruxelles, le 12 septembre 2018.

www.cbbd.be

 

Musée de la Bande Dessinée 
20, Rue des Sables à 1000 Bruxelles 
Ouvert tous les jours de 10 à 18 heures 
Tel. +32 (0)2 219 19 80 – visit@cbbd.be – www.cbbd.be



Publié le 12/09/2018.


Source : Bd-best


Spirou s'engage pour les droits humains avec l'ONU !

 

 

 

Vous êtes attendu au festival SPIROU ce vendredi 14/09 à 17h précises pour un événement exceptionnel !

 

 

 

 

 

 

 

En 2018, nous célébrons 70 ans de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ce document essentiel pour la protection internationale des droits humains. Il pose, en un préambule et 30 articles, les bases des droits civils et politiques ainsi que les droits économiques, sociaux et culturels des êtres humains. Ce texte fondateur est tout aussi pertinent aujourd’hui qu’il ne l’était en 1948.  

A cette occasion, le journal SPIROU et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ont décidé de s’associer pour faire connaitre au plus grand nombre les principes de la Déclaration. Véritable reflet des époques qu’il a traversées, le journal SPIROU a toujours été porteur des valeurs humanistes de ses créateurs : ouverture vers le monde, protection et défense de l’opprimé, respect de la différence, courage et générosité. 

Ce partenariat comporte essentiellement trois volets :

-  Le journal du 10/10/18 sera entièrement dédié aux droits de l’homme et à la Déclaration. Les plus talentueux auteurs se sont attachés à raconter ce texte universel, abordant des sujets sérieux et importants avec humour et émotion. 

- Une exposition présentant les 30 articles illustrés en bande dessinée sera proposée à Genève au Palais des Nations et ensuite au Palais Wilson en octobre. Cette exposition sera disponible en français, en anglais et en espagnol [AC1] en téléchargement gratuit sur les sites de l’ONU, Dupuis et WBi.

- Un signe de ralliement – « le signe de Spirou » - propose aux personnes d’affirmer leur engagement pour les droits de l’homme et de le partager sur les réseaux sociaux avec le #spirou4rights.

 

 

 

 

 

 

© Le journal de Spirou.

 

 


Le Festival Spirou sera le cadre du lancement du partenariat noué entre le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits et l’homme et le Journal Spirou. Nous sommes aussi particulièrement fiers que SPIROU devienne Défenseur des droits de l’homme. Le lancement de ce partenariat aura lieu le vendredi 14/09 à 17h  en présence du représentant Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits et l’homme et ... du plus célèbre des DJ à la tête de singe : Kid Noize. Réunies sous le hashtag #spirou4rights, vedettes virtuelles, personnalités, lecteurs de Spirou invitent chacun à faire le signe de Spirou pour marquer son soutien aux droits de l’homme

 



Publié le 12/09/2018.


Source : Bd-best


Exposition Alex Alice  « Le château des étoiles »  Galerie Daniel Maghen  du 26 septembre  au 06 octobre 2018.

 

 

 

À l’occasion de la sortie du 4e volume du « Château des étoiles », la Galerie Daniel Maghen a le plaisir de présenter une vaste exposition théâtralisée dédiée à Alex Alice, à partir du 20 septembre 2018 jusqu’au 23 septembre 2018 à l’Espace Commines (17 rue Commines, Paris 3e). Cet événement se prolongera à la Galerie Daniel Maghen, du 26 septembre au 06 octobre 2018.

 

 

 

 

 

Présenté en 2017 lors d’une grande exposition au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, « Le Château des étoiles » s’est imposé comme la nouvelle série de science-fiction familiale de référence, à la croisée des univers de Jules Verne et Hayao Miyazaki.

 

 

 

 

 

 

 

© Alex Alice – Galerie Maghen.

 

 

 

 

Entre voyages spatiaux vertigineux, découvertes scientifiques et réalité historique, Alex Alice a su créer un univers fantastique riche prenant place sous le Second Empire. S’y croisent notamment de célèbres figures du XIXe siècle tels Louis II de Bavière, le Chancelier Bismarck ou encore Elisabeth d’Autriche.

 

 

 

 

 

© Alex Alice – Galerie Maghen.

 

 

 

 

 

L’événement plongera le visiteur en 1873, alors que la fièvre de l’éther s’est emparée du monde. Dessins, plans et maquettes à l’appui, l’hôte de la soirée – le Baron Panon Dabassayns de Richemond – invite son spectateur à revivre à ses côtés la découverte de cette mystérieuse substance… et les possibilités infinies qu’elle recèle. Au sein d’un parcours visuel et sonore, l’exposition-vente présentera une centaine de planches, illustrations et couvertures issues des quatre albums du « Château des étoiles ».

 

Galerie Daniel Maghen

36 Rue du Louvre

75001 Paris

France



Publié le 12/09/2018.


Source : Bd-best


Quand un producteur décide de devenir exploitant, le goût du raisin peut varier.  Bodegas Mendoza 1 – Première partie

 

« - Quel velouté !

-          Beaucoup de fruit… Beaucoup d’alcool… Mais quel équilibre remarquable !

-          Il y a une vingtaine d’années, le vin argentin était bon… Aujourd’hui, il est excellent !

-          Il rivalise avec les plus grands vins californiens et européens et le nombre de domaines a été multiplié par cinq ! Dommage que les rapaces venus d’ailleurs aient tiré parti de la crise pour racheter une bouchée de pain d’excellentes terres qui valent aujourd’hui très cher !

-          Tu exagères ! Ils n’ont racheté que ce qu’on a bien voulu leur vendre ! Et ils ont apporté avec eux une technologie qui a permis à nos vins de se hisser au plus haut niveau mondial ! »

 

 

 

 

 

Guillermo Cuchillo dirige un vignoble argentin à Mendoza. Depuis dix ans, il élève du raisin sans le vinifier, vendant sa récolte à une grosse compagnie européenne qui fabrique un vin moyen commercialisé aux Etats-Unis sous une marque standard. Il est temps pour lui de se lancer dans le grand bain et de fabriquer son vin. La tâche ne va pas être facile, surtout que la route est semée d’embûches, qui n’arrivent pas forcément toutes seules sur le parcours.

L’homme est séparé de sa femme Carla. Ils ont un fils handicapé, Alejandro, et ne partagent pas le même point de vue sur la manière de l’élever.

Pendant ce temps, à Mendoza, l’élection de la « Reina de la vendimia », la reine des vendanges, se prépare. Mais Elena, l’une des prétendantes au titre, à mystérieusement disparue.

 

 

 

 

 

 

© Corbeyran, Ruizgé, Bleda - Glénat

 

 

Après le vin de Bordeaux et le café d’Amérique du Sud, Eric Corbeyran livre une nouvelle variation d’une aventure dans le monde impitoyable d’une exploitation. Le scénariste bordelais tire une nouvelle fois son épingle du jeu et trouve, encore et toujours, le moyen de happer le lecteur dans une histoire dont il maîtrise non seulement les tenants et les aboutissants, mais aussi la mise en forme. Sans fioriture, sans artifice, avec un classicisme que l’on pourrait prendre pour de la facilité, Corbeyran est dans le cercle fermé des scénaristes dont les albums sont gage de qualité.

 

Francisco Ruizgé fait le job. Le dessinateur espagnol présente de jolis paysages de vignobles, surmontés en arrière-plans de montagnes sud-américaines. Il maîtrise les attitudes, mais les visages sont souvent un peu sévères et les vues de profil, versant vers le trois-quart, ne sont pas toujours réussies. C’est un petit paradoxe avec la couverture dont la composition cinématographique et complexe est impeccable.

 

 

 

 

© Corbeyran, Ruizgé, Bleda - Glénat

 

 

 

Sergio Bleda, dessinateur de la série trop vite arrêtée NSA, donne avec ses couleurs des impressions de relief et de dimension qui donnent, en particulier aux décors, des surplombs évanescents.

 

Mendoza cherchait des cités cachées (remember Les mystérieuses cités d’or). Dans la ville du même nom, l’or a la couleur et le goût du vin.

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Bodegas Mendoza

 

Tome : 1 – Première partie

 

Genre : Aventure viticole

 

Scénario : Corbeyran

 

Dessins : Ruizgé

 

Couleurs : Bleda

 

Nombre de pages : 48


Prix : 13,90 €

 

ISBN : 9782344020074

 



Publié le 11/09/2018.


Source : Bd-best


La super puissance des Indestructibles dans un thriller à la X-files.  Harmony 4 - Omen

 

 

« - Les gars, ça fait des heures qu’on marche… Mais sans indications plus précises, autant chercher une aiguille dans une botte de foin !

-          Hmmm… Nous sommes dans la zone mais le signal est trop faible pour la localiser plus précisément. Rebroussons chemin pour trouver un abri pour le bivouac. Je n’aime pas trop le vent qui se lève, nous pousserons plus loin demain.

-          Attendez. Je sens quelque chose. »

 

 


 

 

Comment Harmony et ses compagnons d’infortune se sont-ils retrouvés dans le désert de Jordanie ? Quelques semaines plus tôt, ils quittaient la forêt de Nita pour vivre sous la protection de Karl. L’homme est chargé de leurs entraînements et de veiller au quotidien de ces enfants aux pouvoirs particuliers. Ils ont échappé à Sigmacorp, mais n’ont-ils pas quitté une prison pour une autre ?

 

 

 

 

© Reynès, Vernay - Dupuis

 

 

 

 

Payne se connecte aux animaux. Harmony contrôle l’énergie des éléments. Eden, quant à elle, cherche encore à se canaliser pour découvrir son pouvoir dominant. Mais quelles sont donc les réelles intentions de Karl ? Va-t-il chercher à exploiter les dons de ses protégés ?

 

 

 

 

 

© Reynès, Vernay - Dupuis

 

 

Reynès mêle la tension de X-files à la super puissance des Indestructibles. Tout en faisant évoluer ses personnages, l’auteur apporte des réponses sur les intrigues mises en place dans le premier cycle. Ainsi, on comprendra l’intérêt des flash-backs aux allures mythologiques.

 

 

 

 

 

 

© Reynès, Vernay - Dupuis

 

Valérie Vernay, dont on attend la conclusion de la trilogie Rose, réalise des couleurs dynamiques et inquiétantes donnant à Harmony une ambiance à mi-chemin entre un réalisme chancelant et un fantastique naissant.

 

Mathieu Reynès apporte une dimension musicale à son travail. Il a demandé à Thomas Kubler de composer une bande son originale à écouter en streaming en lisant l’album.

 

Harmony, tel un phénix brûlant déployant ses ailes, prend son envol et a tout pour être développée sur d’autres medias et devenir une série 2.0, comme l’a été l’excellente expérience MediaEntity.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Harmony

Tome : 4 - Omen

Genre : Aventure fantastique

Scénario & Dessins : Reynès

Couleurs : Vernay

Éditeur : Dupuis

Nombre de pages : 56

Prix : 12,50 €

ISBN : 9782800174235

 



Publié le 10/09/2018.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2018