En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Réunion de famille.  Boule à zéro 9 – Le combat du siècle

 

« - Ça fait neuf ans, grosse brute peinturlurée, que t’essayes de m’envoyer… « au tapis », comme tu dis ! Neuf ans que je te tiens tête ! Toute seule !

-   Je te remets à présent : tu es la dure-à-cuire de la chambre 612, à l’hôpital Le Goff ! Je retire ce que j’ai dit, fillette : tu es une adversaire à ma taille ! Mais toute seule, vraiment, t’as pas la moindre chance ! Crève ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

Zita rêve qu’elle affronte sa maladie sur un ring de boxe. Tel une allégorie, Joe Kansser, surnommé le concasseur de cellules, s’apprête à asséner le coup fatal. Ça fait neuf ans qu’il essaye d’envoyer la petite leucémique au tapis. Va-t-il réussir cette fois-ci ?

Tout l’hôpital est mobilisé autour de la chambre 612. Le Docteur Semoun vient de faire commencer à Zita un nouveau traitement révolutionnaire venu d’Angleterre. Les premiers effets vont-ils se faire ressentir ? Entre un père qui a enfin envie de devenir définitivement présent et une mère qui se blesse dans un accident de travail, la petite malade va voir sa vie chamboulée.

 

 

 

 

© Ernst, Diaz, Zidrou, Carpentier - Bamboo

 

 

Après le succès d’estime de William Lapoire, les plus franches reconnaissances avec Clin d’œil et Les zappeurs, Serge Ernst atteint la consécration avec Boule à zéro. Dans un trait rond et des décors épurés, le dessinateur va à l’essentiel, sans fioritures et avec vérité. Les aventures hospitalières de cette petite fille malade sont une œuvre de bienfaisance. Ernst fait d’ailleurs le nécessaire pour que ses albums soient distribués dans les hôpitaux. Comme pour les tomes précédents, 2000 albums sont offerts aux enfants atteints du cancer. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.2000BD.org.

 

 

 

 

© Ernst, Diaz, Zidrou, Carpentier - Bamboo

 

 

Zidrou traite avec respect et réalité de la maladie chez les enfants. Il raconte la vérité de la vie. Mais il n’y a pas de fatalité. L’humour est une arme pour se battre contre le mal. Il se moque gentiment des clowns d’hôpitaux dont la tâche est aussi complexe que leur dévouement est avéré.

Le scénariste joue également avec les clins d’œil. Le papa de Zita travaille pour la compagnie de taxis Dussiflard (hommage à Benoît Brisefer) et on rencontre le dessinateur Batem à l’aéroport de Nice (hommage au Marsupilami).

 

 

 

 

© Ernst, Diaz, Zidrou, Carpentier - Bamboo

 

 

A noter que le tome 1 est réédité avec un cahier pédagogique à destination des enfants sur la maladie, l’hôpital ou encore la solidarité.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Boule à zéro

 

Tome : 9 – Le combat du siècle

 

Genre : Humour tendre hospitalier 

 

Scénario : Benoît Zidrou 

 

Dessins : Serge Ernst & Miguel Diaz 

 

Couleurs : Laurent Carpentier 

 

Éditeur : Bamboo

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782818978443



Publié le 03/04/2021.


Source : Bd-best


21st century girl.  Asadora ! 4

 

« - Monsieur A-Kura ? Que faites-vous là sous la pluie ?

-   Rien de spécial… Allez, file !

-   Et votre voiture ?

-   Je m’étais garé là 30 minutes, le temps de petit-déjeûner…  et elle a été enlevée par la fourrière.

-   Vous étiez en stationnement interdit ?! Vous ?

-   La veille de la cérémonie officielle, les policiers sont intransigeants…

-   Hi hi hi !

-   Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle…

-   C’est quand même rigolo que vous, vous ayez affaire à la police…

-   Lors d’une mission top secrète, ça arrive…

-   Plus c’est secret, plus ça devient bizarre ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

Octobre 1964. Au service de Minoru Jissôji, ex-officier supérieur de Kasuga travaillant dans l’ombre pour le gouvernement, A-Kura surveille Asa, qui est plus préoccupée par sa camarade de classe Yone qui veut faire une carrière artistique que par tout ce qui se passe autour du « monstre ». La réalité va vite rattraper la jeune fille. Avec Monsieur Kasuga, pilote chevronné de la deuxième guerre mondiale et aujourd’hui gérant une société d’aviation, Asa est chargée d’intervenir lors de la prochaine apparition de la « chose ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est imminente…comme l’ouverture des jeux olympiques.

 

 

 

 

ASA DORA! ©2021 Naoki URASAWA/N WOOD STUDIO

 

 

Entre espionnage et intempéries, Naoki Urasawa propose un épisode de transition dans lequel la tension monte crescendo. On voit là toute l’ambition qu’il a pour Asadora ! car on ne peut pas se permettre des volumes comme ça dans de courtes séries. Le mangaka en profite pour développer les personnages secondaires. Keiichi Nakaido, disciple du professeur Yodogawa passe au premier plan. Il a archivé tous les documents concernant le monstre. Un mystérieux journaliste enquête pour le Daily Every. Les clics de son appareil photo sont plutôt dérangeants. Enfin, Monsieur Noro, oncle de Nakaido, apporte une touche décalée avec son ambition d’ouvrir un musée de l’érotisme. Il a pourtant les pieds sur terre et ses réflexions sont plutôt censés.

 

 

 

 

ASA DORA! ©2021 Naoki URASAWA/N WOOD STUDIO

 

 

Comment fait donc Naoki Urasawa pour enchaîner les séries exceptionnelles ? Après Master Keaton, le sublime Monster (un des meilleurs mangas de tous les temps), 20th Century Boys, Pluto ou encore Billy Bat pour ne parler que des plus célèbres, en cinq volumes, Asadora ! confirme son statut de nouvelle claque-Urasawa. A la base, Asadora est le surnom d’un soap-opera japonais, NHK : Renzoku Terebi Shôsetsu, diffusé depuis 1961 mettant en scène, dans diverses séries, une héroïne qui doit se battre pour accomplir ses rêves. Urasawa s’est emparé de ce concept pour sa saga.

 

 

 

 

ASA DORA! ©2021 Naoki URASAWA/N WOOD STUDIO

 

 

Asa fait-elle preuve de courage ou d’inconscience ? Nullement perturbée ni effrayée par tout ce qui se passe autour d’elle, Asa est avant tout une jeune femme qui vit une histoire de passion pour l’aviation. C’est cela qui lui donne sa force et sa condition d’héroïne.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Asadora !

 

Tome : 4

 

Genre : Aventure Shonen 

 

Scénario & Dessins : Naoki Urasawa 

 

Éditeur : Kana

 

Collection : Big Kana

 

Nombre de pages : 178 

 

Prix : 7,45 €

 

ISBN : 9782505085270

 



Publié le 03/04/2021.


Source : Bd-best


Ma meilleure copine n’est pas celle des autres.  Purgatory Girl 1Ma meilleure copine n’est pas celle des autres.  Purgatory Girl 1

 

« - Oh… Désolée ! Ça va ? Je suis Kirié Seo… Je viens du collège Kuredo… Salut !

-   Ah… Et moi, Shion Urabe ! (Ah c’est vrai ! C’est la nouvelle…)

-   Pouah, vous avez vu ? Elle a serré la main de pisseuse !

-   Trop dégueu !

-   Beurk !

-   Mais comment elle peut la toucher ?

-   Hi hi… Vous êtes tellement… puérils !

-   Ah… Euh… Ça fait longtemps que tu es dans cette école ? Je ne connais personne ici… Tu ne veux pas qu’on soit copines ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est la rentrée des classes. Une nouvelle élève arrive en classe de Seconde. Elle vient du collège Kuredo où un meurtre horrible a été commis le mois dernier. Une jeune fille a été retrouvée en position christique, suspendue par des cordes et énucléée vivante. Cette nouvelle élève, c’est Kirié Seo. Dès son arrivée, elle se lie d’amitié avec Shion Urabe. Et gare à qui voudra du mal ou simplement fera des réflexions déplacées à Shion.

 

 

 

 

©Masane Muroi 2017

© 2021 Omaké Books

 

 

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Kirié tient à son amie Shion. Elle est prête à tout faire pour son bonheur et son bien-être, jusqu’à dépasser les limites. Tout se passe dans l’ombre et le non-dit. On ne voit jamais la coupable passer à l’action mais ses regards disent tout. Et après tout, qu’est-ce qui prouve que ce soit bien elle la responsable ?

 

 

 

 

©Masane Muroi 2017

© 2021 Omaké Books

 

 

 

Entre Seven et Harry, un ami qui vous veut du bien, Masane Muroi entretient une ambiance glauque et malsaine pour un thriller horrifique. Les lieux sont de la plus pure banalité. L’action prend place dans un lycée comme il y en a des tas. Shion et Kirié sont deux adolescentes fascinées l’une par l’autre. Si l’une admire en l’autre sa force morale et son implacabilité, on se demande pourquoi l’autre s’octroie la mission de protéger coûte que coûte son alter ego.

 

 

 

 

©Masane Muroi 2017

© 2021 Omaké Books

 

 

 

Purgatory Girl est annoncée en quatre volumes. Ça promet une série dense sans temps mort et c’est tant mieux. Les séries courtes sont souvent beaucoup plus puissantes et mémorables que les collections interminables. Espérons que les éditions Omaké manga enchaîneront avec Shishûgoku, la prison des morts autre série de Muroi inédite en France et succès au Japon.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Purgatory Girl

 

Tome : 1

 

Genre : Horreur 

 

Scénario & Dessins : Masane Muroi 

 

Éditeur : Omaké Manga

 

Nombre de pages : 160 

 

Prix : 7,50 €

 

ISBN : 9782379890659

 



Publié le 02/04/2021.


Source : Bd-best


Holiday cats.  Putain de chat 8

 

« - On va chez le vétérinaire, Maman ?

-          Nan ! J’ai calculé sur mes coussinets, on est partis depuis forts longtemps…

-          Je pense qu’il va nous balancer à la flotte… Si c’est le cas, rappelez-vous que les neuf vies des chats, c’est du pipeau !

-          Si ça se trouve, on part tous en vacances en famille !

-          Ha ha ! Mais oui bien sûr ! Dans une villa avec piscine… Mais ferme-là !

-          Laisse-moi lui défoncer le museau, Maman, elle est trop con… » 

 

 

 

 

 

 

 

 

                Quand un putain de chat part en vacances avec son humain et ses petits, un putain de séjour s’annonce pour toute la famille. La maison louée est encerclée par un grand mur, comme ça, ils peuvent sortir sans danger. Mais le concept de vacances d’humain n’est pas le même que le concept félin. Si les hommes sont prêts à payer une fortune pour ne rien glander, les chats ont envie de profiter du pays. En passant de l’autre côté du mur, « Pomponette » va goûter à une liberté qui n’a pas de prix et rencontrer un chat sauvage qui va lui faire découvrir la région.

 

 

 

 

© Lapuss’ - Kennes

 

 

                Vous aimez les chats ? Cette série est faite pour vous. Vous détestez les chats ? Cette série est faite pour vous. Votre chat vous déteste ? Cette série est faite pour vous. Lapuss’ nous entraîne en plein milieu du cerveau des chats, avec tout ce que cela représente comme sincérité, fourberie et indépendance. Les chats sont cashs et francs. Ils ne sont pas politiquement corrects. Qu’il s’agisse de parler de sexe ou de démolir dans les dernières vingt-quatre heures le canapé de la maison de location, ils sont no limit.

 

 

 

 

© Lapuss’ - Kennes

 

 

                Discrètement mais sûrement, Lapuss’ est devenu une valeur sûre de l’humour. De Tchô à Spirou, il a participé à de nombreuses séries et notamment l’humour absurde sans paroles avec l’hilarante série Le piou avec son comparse Tartuff, celui qui signe ici la couverture de Putain de chat. Lapuss’ joue dans la parodie avec Game of crowns, décalage de la célèbre série au nom proche. Il touche aussi à l’adaptation (à différencier de retranscription) des Minions et de Comme des bêtes en séries de gags chez Dupuis.

 

 

 

 

© Lapuss’ - Kennes

 

 

                En sept tomes, Putain de chat a dépassé les 300 000 exemplaires vendus. Nul doute que ce huitième opus va continuer à mettre des croquettes dans la gamelle.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Putain de chat

  

Tome : 8 

 

Genre : Humour félin 

 

Scénario & Dessins : Lapuss’ 

 

Couverture : Tartuff 

 

Éditeur : Kennes

 

Nombre de pages : 64

 

Prix :  9 €

 

ISBN : 9782380753325

 



Publié le 02/04/2021.


Source : Bd-best


Dans l’intimité de l’un des plus grands auteurs.  Le mystère Edgar P.Jacobs

 

 

Edgar P. Jacobs, le créateur de Blake et Mortimer est un des maîtres de la bande dessinée belge. Plutôt solitaire (on le surnommait l’Hermite du Bois des Pauvres, en référence au lieu où il habitait), peu de gens ont eu l’occasion de l’approcher. Il a travaillé avec Hergé sur certains albums de Tintin. Cet ouvrage unique permet, à travers de nombreuses photos inédites et documents, de découvrir sa vie et ses projets.

 

 

 

 

 

 


 

                Jean Knoertzer est un passionnée de la vie et de l’œuvre d’Edgar P.Jacobs. Son livre n’est pas une biographie comme on peut en lire tant. On n’y lira pas la genèse minutieuse de chacun des albums du maître, mais nous allons pénétrer dans son intimité, visiter sa maison, partir en vacances et admirer des expositions avec lui. Et ça, c’est complètement inédit.

 

 

 

 

© Knoertzer - Maïa

 

 

                Le livre débute par le témoignage de Jacques Labeye, assureur, le métier à de l’importance dans leurs relations, qui échangea quelques lettres avec Jacobs au tout début des années 80. L’une d’entre elles est même reproduite. Une biographie courte et précise y fait suite. Côté jardin et côté intérieur, au travers de nombreuses photos, Jean Knoetzer guide le lecteur dans chacune des pièces de la maison dans laquelle vivait Jacobs à Lasne en Belgique. On suit ensuite le père de Blake et Mortimer dans des séances de travail. On l’accompagne pour s’occuper de sa succession et de la création de la fondation Jacobs.

 

 

 

 

© Jacobs - Blake & Mortimer

 

 

                Jacques Van Melkebeke, Jacques Laudy, Bob de Moor, Eddy Paape, Paul Cuvelier, Peyo et Tibet, tous ces auteurs qui ont accompagné ou croisé Jacobs dans sa carrière sont tous portraitisés. Il est également aussi beaucoup question d’Hergé et de Raymond Leblanc.

 

                Knoetzer nous montre aussi un Jacobs détendu en vacances, nostalgique sur les traces de son enfance, curieux lors de vernissages et sorties culturelles. Avant de l’accompagner pour son dernier voyage, on découvre le site qui a servi de décor au mythique album Le piège diabolique.

 

 

 

 

© Knoertzer - Maïa

 

 

                Le mystère Edgar P.Jacobs a le mérite de dévoiler l’homme caché derrière l’auteur. Les très nombreuses photos donnent l’impression de le connaître intimement. On pardonnera les quelques coquilles et la mise en page pas toujours logique. Ce mystère se lit d’une traite avec fluidité et il atteint son but : donner l’envie de se replonger dans Le Rayon U et l’intégrale des albums de Blake et Mortimer signés du baryton-dessinateur.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

One shot : Le mystère Edgar P.Jacobs 

 

Genre : Témoignage biographique 

 

Auteur : Jean Knoertzer

 

Éditeur : Maïa

 

Nombre de pages : 136

 

Prix :  19 €

 

ISBN : 9782379165610

 

 



Publié le 02/04/2021.


Source : Bd-best


Coûte que coûte.  Kilomètre Zéro, une épopée ferroviaire 2 – Les Koechlin, une saga familiale

 

« - Tu es pressé, Nicolas… Trop pressé ! Cette ligne jusqu’à Thann ne coûte qu’une poignée de millions alors tu peux bien y aller sans la SIM, mais jusqu’à Bâle ?! La ligne Mulhouse-Thann n’est même pas construite ! Une fois de plus, mon vieil ami, permets-moi de te mettre en garde contre ton excessive dispersion et ton manque d’organisation !

-   Sais-tu qu’une ligne de chemin de fer sur la rive droite du Rhin entre Mannheim et Bâle est en discussion devant le parlement du grand duché de Bade ? Sais-tu que le roi du Wurtemberg s’apprête à concéder à la Suisse et à la ville de Bâle des avantages commerciaux si elles le favorisaient ? Si nous, français et alsaciens, ne créons pas cette ligne aujourd’hui, nous serons morts industriellement et économiquement demain ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1836. A Mulhouse, Nicolas Koechlin compte bien créer la première ligne internationale de chemin de fer au monde, entre Strasbourg et Bâle. L’industriel s’est associé avec Lloyd, entrepreneur anglais, qui a mis au point une locomotive. Il n’y a pas de temps à perdre. Les locos fabriquées par Stehelin & Huber de Bitschwiller sont en commande chez les frères Pereire pour la compagnie du Paris-Saint-Germain. D’ici à ce qu’ils emportent le marché… De son côté, Salomé découvre que son père est le principal actionnaire du journal pour lequel elle travaille. Alors, lorsqu’elle dénonce des disfonctionnements dans les relations entre ouvriers et contremaître, ça apparaît comme une trahison aux yeux de la famille.

 

 

 

 

© Piatzszek, Bossard - Bamboo

 

 

La majorité des histoires de chemins de fer se passe lors de la conquête du Far West. Peu ou pas traitent de la création de la première ligne internationale de chemin de fer européenne. Stéphane Piatzszek met en scène la réelle et très nombreuse famille Koechlin avec toutes les aventures et avanies qui en découlent. On est à l’aube de la révolution industrielle. Le train est en marche dans tous les sens du terme. Piatzszek s’intéresse tout autant aux riches entrepreneurs qu’aux petits ouvriers dont les difficiles conditions de travail et de vie sont mis en exergue. Des personnages comme le jeune Fink ou Jacky qui cache une crise d’épilepsie pour ne pas perdre son travail montrent une réalité du marche ou crève.

 

 

 

 

© Piatzszek, Bossard - Bamboo

 

 

Le graphisme de Florent Bossard est très légèrement charbonneux, comme une machine à vapeur. Certaines cases sont magistrales comme celle, en plongée, du manœuvre remplissant de charbon une bouche incandescente. Le coloriste est au service du dessinateur pour jouer avec les ombres qui apportent du mystère ou du caractère aux différents protagonistes. Le peintre Monsieur Théodore qui peint une voie ferrée qui n’existe pas encore apporte sa touche de poésie.

 

 

 

 

© Piatzszek, Bossard - Bamboo

 

 

En partenariat avec la Cité du train de Mulhouse, on peut découvrir pendant un an différentes planches tirées de la BD et des extraits du cahier pédagogique. Trente-cinq planches de près d’un mètre soixante-dix seront exposées devant les trains du XIXème siècle. La Cité du train conserve l’un des patrimoines ferroviaires les plus importants d’Europe.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Kilomètre Zéro, une épopée ferroviaire

  

Tome : 2 – Les Koechlin, une saga familiale 

 

Genre : Aventure historique 

 

Scénario : Stéphane Piatzszek 

 

Dessins & Couleurs : Florent Bossard 

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand Angle

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 14,90 €

 

ISBN : 9782818978634



Publié le 02/04/2021.


Source : Bd-best


Démons en liberté.  Rakshassas

 

« - Pourquoi es-tu venu Urquart Sahib ? Maintenant, je vais devoir te tuer pour protéger mon secret.

-   C’est pour ça que tu m’as sauvé du vide ? Le vide n’existe pas. Il fait partie de la cuirasse de mirages qui cahent le monastère… ici, se trouvent les livres écrits par l’homme. D’autres qui n’ont pas été écrits par les hommes et d’autres qui ne sont pas encore écrits… Je dois les protéger jusqu’à ce que l’humanité soit autorisée à connaître toutes les réponses, mais il manque encore des millénaires pour ça. Je vais devoir te tuer.

-   Tes secrets ne courent aucun danger ! Je ne souhaite pas retourner dans le monde extérieur, mais rester ici le restant de mes jours ! Je ne lirai que ce que tu me permettras et je respecterai rigoureusement tes règles ! En échange, j’écrirai un livre que tu n’as pas encore… La vérité sur l’origine des classes supérieures… Le secret le plus jalousement gardé par la noblesse et l’histoire la plus sombre et sinistre. »

 

 

 

 

 

 

 

                Année 98 de l’ère victorienne, l’empire britannique continue à s’étendre dans une Inde colonisée qu’il considère comme son joyau le plus précieux. Lord Uquart, noble de la meilleure souche européenne, élevé en Inde, administre le gouvernement colonial du Raj. Contrairement à ses compatriotes cartésiens, l’homme a passé sa jeunesse entouré de voyants, sorciers et fakirs, au milieu d’histoires extraordinaires.

 

 

 

 

© Mazzitelli, Alcatena – iLatina

 

 

Lors d’une expédition, Lord Uquart trouve le monastère secret de Tsongpa où est gardée toute la sagesse de l’univers et dont le gardien est le légendaire Grand Abbé Corten. Promis à une mort certaine, l’anglais négocie en échange un emprisonnement ferme et promet l’écriture d’un livre qui n’existe pas encore sur l’origine des classes supérieures. Dans le monastère, un seul livre intéresse Lord Uquart : le livre des Rakshassas, celui des quatre démons fondamentaux : l’obscurité, la folie, la douleur et la haine, dispersés dans l’univers et responsables de tous les maux dont souffrent les mortels. En jouant à l’apprenti sorcier avec ces entités, l’explorateur devenu moine a lâché les démons. Détruiront-ils l’humanité avant que quelqu’un ne puisse les combattre ?

 

 

 

 

© Mazzitelli, Alcatena – iLatina

 

 

Le scénariste argentin Eduardo Mazzitelli signe un ambitieux conte indien. Il mêle toute une mythologie à une troupe d’« Avengers » avant l’heure, dont les pouvoirs restent plus sobres et lyriques. Au dessin, on retrouve la minutie du trait d’Enrique Alcatena, qui a justement travaillé pour DC Comics, Marvel et Dark Horse. On avait déjà pu apprécier sa finesse chez iLatina dans les Chroniques amérindiennes. L’homme aime s’emparer d’univers aux cultures spécifiques et offre un dépaysement et une immersion sensationnels.

 

 

 

 

© Mazzitelli, Alcatena – iLatina

 

 

La collection Grandes Autores fait découvrir ou redécouvrir des merveilles du neuvième art sud-américain. Elle a la même force, la même exigence et mérite le même prestige qu’une collection comme Aire Libre.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

One shot : Rakshassas 

 

Genre : Histoires d’histoire 

 

Scénario : Eduardo Mazzitelli 

 

Dessins : Enrique Alcatena 

 

Traduction : Thomas Dassance 

 

Éditeur : iLatina

 

Collection : Grandes Autores

 

Nombre de pages : 200

 

Prix :  30 €

 

ISBN : 9782491042165

 



Publié le 31/03/2021.


Source : Bd-best


Spirou 4329 -  31 Mars 2021

 

 

Le seul véritable super-héros de bande dessinée est de retour !

 

 

 

 

 

 

 

 

            Imbattable est appelé de toute urgence pour affronter Invincible ! Cédric est appelé pour ramener un chien. Marc et Pep sont appelés pour analyser leurs rêves. Les héros de récits complets sont au charbon !

 

            Le professeur Foldogon de l’académie des sciences (rarement) appliquées, quant à lui, présente l’une de ses inventions géniales mais bien trop souvent totalement inutiles, à savoir les ondes ultra. Mais ça, c’est dans un stripbook, et c’est uniquement pour les abonnés.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Thiriet, Pixel Vengeur – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Louca : E-Sport

Spirou, l’espoir malgré tout : Un départ vers la fin

 

 

Récits complets :

 

Cédric : L’argent me perdra

Imbattable : Imbattable contre Invincible

Marc & Pep : Monsieur Taureau voit rouge

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Capitaine Anchois

Comme des bêtes

Crapule (La pause-cartoon)

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliot au collège

Encyclopédingue (L’)

Estampille

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Kahl & Pörth

Kid Paddle

Minions (Les)

Passe-moi l’ciel

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Willy Woob

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Emilie Gleason

En direct du futur : Le destin de Champignac (Beka)

Interview : Jousselin

Jeux : Menace sur Grandville (Schmittmy)

Spirou et moi : Steve Baker

 

Supplément abonnés :

Stripbook : Professeur Foldogon : les ondes ultra (Thiriet & Pixel Vengeur)

 

 

En kiosques et librairies le 31 mars 2021.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 



Publié le 30/03/2021.


Source : Bd-best


Succession viking. Le ravageur 1 – La hache et le rêve

 

« - Gunnar ? Que fais-tu ?

-   Mon frère est impatient d’enfiler les bottes de notre père… Je ne compte pas le regarder faire… Je quitte le fjord…

-   Cette nuit ? Seul ?

-   Conrad est en train de préparer le bateau.

-   Et moi ?

-   Tu appartiens à Leid…

-   Ton arrogance m’offense, Gunnar ! Tu sais bien pour qui je tremble lorsque les hommes guerroient loin d’ici !

-   Je ne sais aps où me conduiront les vents, Solveig… J’ignore ce qui m’attend… C’est un voyage sans retour !

-   Raison de plus ! Comment puis-je rester privée de l’espoir de te revoir un jour ? »

 

 

 

 

 


 

 

                Biôrn, grand chef viking, n’est plus. Il s’en est allé rejoindre les guerriers rassemblés autour d’Odin. Leid et son frère Gunnar sont orphelins. Alors que Leid décide de profiter des bienfaits de l’existence, de bons festins et de l’abondance de femmes, Gunnar veut venger la mort de son père. Solveig n’accepte pas la tête gonflée d’orgueil de son époux Leid et décide d’accompagner Gunnar dans son exil vengeur jusqu’au bassin méditerranée et au-delà.

 

 

 

 

© Bègue, Corbeyran - Robinson

 

 

                Après Clos de Bourgogne, Bègue et Corbeyran se retrouvent pour une incursion en terre viking. Le scénariste a relevé le challenge du dessinateur qui lui a demandé une histoire dans cet univers. Attiré comme un papillon sur une ampoule, Corbeyran s’est immergé dans l’ambiance pour en sortir un scénario dense, énergique et violent. Entre Thorgal et Serpent-Dieu, Le ravageur, annoncé comme un diptyque, s’inscrit comme une épopée, une geste lyrique où haine et amour s’entrelacent.

 

 

 

 

© Bègue, Corbeyran - Robinson

 

 

                Nicolas Bègue a un dessin puissant qui ne demande qu’à s’affirmer et s’affiner. On sent dans son trait encore parfois un peu jeune le potentiel pour suivre les traces d’un Benoit Dellac, justement dessinateur de Serpent-Dieu, autre épopée viking.

                Bègue relève ici tous les défis de son dessinateur. Outre des scènes de combats dans des décors on ne peut plus variés, le dessinateur va jusqu’au bout du rêve dans une scène onirique qui n’est pas sans rappeler un certain Au-delà des ombres.

 

 

 

 

© Bègue, Corbeyran - Robinson

 

 

                La hache et le rêve, le titre du premier volume du Ravageur résume à lui seul le concept de la série : du sang, de l’espoir, quelques têtes qui tombent et beaucoup d’amour.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Le ravageur

  

Tome : 1 – La hache et le rêve 

 

Genre : Aventure viking 

 

Scénario : Corbeyran 

 

Dessins & Couleurs : Nicolas Bègue 

 

Éditeur : Robinson

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 14,95 €

 

ISBN : 9782017076452



Publié le 30/03/2021.


Source : Bd-best


Opération Frequent Wind   L'homme de l'année 1975

 

 

Saïgon, 30 avril 1975. Il est 7h53 lorsque le dernier hélicoptère décolle du toit de l’ambassade des États-Unis, laissant des milliers de candidats à l’exil dans les jardins. Cette dernière manœuvre clôture l’opération « Frequent Wind », assurant l’évacuation de plus de 7000 personnes (1373 Américains et 5595 Sud-Vietnamiens) vers les quatre portes- avions américains au large. À 10 h 24, le président du Sud-Viêt Nam annonce la capitulation du pays, une heure plus tard les chars nord-vietnamiens détruisent les portes du palais présidentiel, le drapeau Viêt Công est hissé sur le toit du palais mettant fin à un conflit de plus de 30 ans.

 

 

 

 

Pour ce 17e album « l’homme de l’année », les Éditions Delcourt ont choisi de nous faire revivre cette aventure à travers la vision de Mo, l’homme aux commandes du dernier hélicoptère quittant le toit de l’ambassade US à Saïgon.  Mo a construit une partie de sa vie à Saïgon, un pays qu’il aime et dans lequel il a de nombreux amis.

 

 

 

© Pécau – Fabiani – Fernandez – Delcourt

 

 

Il travaille pour une entreprise de transports privée convoyant aussi bien des marchandises en tout genre, que les commissionnaires chargés par l’ONU de surveiller l’application des cessez-le-feu signés par les belligérants Vietnamiens.

 

 

 

© Pécau – Fabiani – Fernandez – Delcourt

 

Jean-Pierre Pécau nous délivre les derniers instants avant la défaite et l’évacuation désordonnée des civils présents dans les jardins de l’ambassade US à Saïgon. Il nous présente  la vie des allochtones, les restos typiques, les bars de nuit.  Daniele Fabiani  nous restitue graphiquement l’ambiance de confusion régnant sur place, tel un reporter international pour une chaine de télévision.

 

 

 

 

Haubruge Alain

 

 

Série : L’homme de l’année

  

Tome : 17 

 

Genre : Actualité 

 

Scénario : Jean-Pierre Pécau

 

Dessins : Daniele Fabiani

 

Couleurs : Jean-Paul Fernandez 

 

Éditeur : Delcourt

 

Collection : Histoire & histoires

 

Nombre de pages : 64

 

Prix :  15,50 €

 

ISBN : 9782413013655

 



Publié le 30/03/2021.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2021