En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Derrière le masque Épisode 1 Part.5 Reynold Leclerq

 

 

 

Naissance d’une nouvelle rubrique sur notre site. Cette dernière baptisée « Derrière le masque » donnera la parole aux professionnels de la BD, mais aussi aux scénaristes et aux dessinateurs. Pour cette première, nous vous proposons l’interview d’un libraire atypique qui n’a pas hésité à ouvrir une nouvelle librairie à Waterloo (B), et ce en pleine crise sanitaire. Nous vous laissons en compagnie de Thierry Ligot qui a réalisé l’interview de Reynold Leclercq pour l’ouverture de la Galerie Librairie Brüsel à Waterloo.

 

 

 

 

7) T.L. : Pour en revenir à ta librairie, Waterloo, c’est arrivé comme ça ? Un hasard ? Un espace qui se libérait ou tu t’étais fixé sur une envie de Waterloo pour Waterloo ? 

R.L. : Non, pour moi Waterloo, c'est géographiquement c'est Bruxelles ! Mais c'est Bruxelles avec une gestion qui n'est pas à l'envers, comme le centre-ville où les clercs au pouvoir sont en train de … Je crois que leur devise, ce n'est pas « l'Union fait la force », mais c'est « comment faire chier les gens » !

Et en tant que commerçant dans le centre-ville, c'est une véritable galère quotidienne ! Je trouve la gestion déplorable depuis des années et depuis des bourgmestres et je mets ça au pluriel ! On ne prend pas ses décisions pour de mauvaises décisions et travailler dans le centre-ville de Bruxelles c'est vraiment un sacerdoce ! On est victime au-delà de ce virus et autre chose, à une gestion de la ville qui est catastrophique, qui est liée à des gens qui n'y connaissent absolument rien !

Je me suis même vu à un moment refuser l'accès au piétonnier pour une voiture de chantier qui devait venir travailler chez moi sous prétexte qu'elle allait boucher le piétonnier !!! Donc je me suis retrouvé avec un responsable de la ville qui m'a dit : « Enfin monsieur Leclerc, vous n'y pensez pas ! Une camionnette sur le piétonnier, ça ne va pas ! Les gens ne pourront plus passer ».  Je lui dis : « Vous savez quelle est la largeur ? La largeur à vue de nez doit faire 50 mètres ! » Et tu sais ce qu’il m’a répondu ? Il m'a répondu : « Ah bah ça c'est vous qui le dites ! »

[…]

Donc j'ai un ami proche qui a ses activités à Waterloo depuis des années. Moi, j'ai fait partie d'un club automobile ici aussi à l'entrée de Waterloo et clairement la ville de Waterloo est tellement proche physiquement de Uccle …. (la suite ci-dessous)

« … on est encore à Bruxelles, sans être à Bruxelles … »

« … quand on parle de passion, à la base Brüsel n’est pas une librairie pour collectionneurs, mais pour lecteurs, donc on essaie de raccrocher nos choix aux goûts et aux envies des gens … »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Ligot Thierry - Brüsel

 

8) T.L. : Parmi les événements, j’ai entendu dire que éventuellement, tu comptais envisager ici, en tout cas à Waterloo, des « dimanches matin » …

R.L. : Oui, c'est une idée parce que nous à Bruxelles, on est ouvert tous les jours. Et c'est clair que les dédicaces à Bruxelles se font souvent le jeudi et parfois aussi le week-end.  Pas le samedi parce qu'on a trop de monde mais parfois certains dimanches, on a fait des dédicaces.

Il ne faut pas oublier qu’à la différence de Bruxelles, Waterloo c'est une ville où les gens vivent ! Donc imaginer de faire quelque chose un dimanche matin à Waterloo, c'est comme une habitude d'aller chez Ducobu chercher ses petits pains ou son petit gâteau. Mais le but n’aurait pas été d'ouvrir toute la journée. Mais effectivement de se faire plaisir, peut être 2-3h ou 4h00 le matin, c'est envisagé … mais bon en même temps pour le moment avec la situation, on peut très difficilement imaginer des rencontres avec des auteurs … (la suite ci-dessous)

9) T.L. : Je sais que l’an dernier, il y avait une idée d’un petit festival ici à Waterloo … qu’en est-il aujourd’hui ? Tu l’envisages l’an prochain, dans 2 ans ?

R.L. : C’est entériné pour 2022. On a rencontré la bourgmestre Florence Reuter qui nous a dit « oui », parce qu'on pensait peut-être faire une version « light » au mois de septembre. Mais c'est vrai que ça aurait vraiment déforcé l'idée générale puisqu'on veut faire quelque chose d'assez complet en partenariat avec les Ecuries comme salle d'exposition. Il est clair que le concept d’allier les Ecuries, les commerçants de Waterloo, les libraires de Waterloo aussi qui étaient partie prenante à l'événement, plus la ville … donc ne garder que peut-être les commerçants ou les libraires ou les 2, sans avoir la belle expo, sans avoir les concours, sans avoir les personnages qui se baladent dans la rue enfin c'est peut-être un peu … (la suite ci-dessous)

« Je trouve qu'il faut faire les choses correctement si on veut tenir la comparaison avec des festivals d'envergure ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prochainement, la fin de l'interview Derrière le masque Episode 1 Reynold Leclercq.

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié le 01/05/2021.


Source : Bd-best


La mémoire de l’eau.  Kebek 2 - Adamante

 

« - Qu’est-ce qu’une ex-star du hockey est venue faire dans cette galère ?

-   Il s’était reconverti dans la prospection minière… C’est lui qui a découvert la grosse boule…

-   Il aurait mieux fait de se casser une jambe ce jour-là !

-   Ouais, j’espère qu’il va s’en sortir. J’ai trois gars qui aimeraient lui dire merci de vive voix…

-   Son état semble se stabiliser mais on a vidé tous les tubes de pommade et épuisé les bandages !... Qu’est-ce que vous cherchez exactement ?

-   Etablir une chronologie précise des événements pour le dossier d’enquête, tenter de hiérarchiser les responsabilités… »

 

 

 

 

 

 

 

 

Y verra-t-on un jour clair dans cette affaire ? Accrochés à l’idée que les institutions civiles survivront à ces terribles moments, les « idéalistes » ont de l’espoir. Roy « Kebek » Koks a été gravement brûlé. Il a eu très chaud dans tous les sens du terme, mais il revient à la vie. Il guérit même à une vitesse inouïe. A présent, tous les regards sont portés sur Adamante, cette femme sortie de ce sarcophage. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Voilà les premières questions que le monde entier se pose. La plus complexe reste : de quand vient-elle ? Il y a un paradoxe entre la datation des fresques murales remontant à plus de quatre cents siècles et la technologie futuriste de la sphère, composée de matériaux qui n’existent pas sur Terre. Pourtant, Adamante affirme venir d’ici, de notre planète, et dit pouvoir créer cette matière physique des hautes énergies… Le quatrième état de l’eau pourrait expliquer beaucoup de choses.

 

 

 

 

© Gauckler – Daniel Maghen

 

 

Pour Kebek, Philippe Gauckler s’est inspiré de La nuit des temps de Barjavel, ainsi que de La sphère d’or de Cox. Pour qui n’a pas lu ces romans, une autre immense influence ressurgit de ce conte fantastique et futuriste, plus surprenante, celle d’E.T.. Comment ne pas voir en Roy un nouvel Elliot et en Adamante un nouvel extra-terrestre au doigt rouge ? Même si cette dernière ne vient pas d’une autre planète mais d’un autre temps, les relations fusionnelles entre eux et leur fuite des autorités sont similaires.

 

 

 

 

© Gauckler – Daniel Maghen

 

 

Dans une couleur directe d’une dominante bleue éblouïssante, Gauckler offre une superproduction flamboyante magnifiquement éditée par Daniel Maghen. Outre un cahier graphique que l’on peut voir dans de nombreux albums, l’éditeur réalise un travail de qualité, tant au niveau matériel que visuel, permettant à son auteur des respirations au cours de son récit, avec de grandes doubles pages lyriques.

 

 

 

 

© Gauckler – Daniel Maghen

 

 

Récit d’anticipation, aventure de SF, fable écologique, mais aussi histoire d’amour et d’amitié, Kebek réunira les amateurs de Jacobs et de Moëbius.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 


 

Série : Kebek

 

Tome : 2 - Adamante 

 

Genre : Anticipation

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Philippe Gauckler

 

Éditeur : Daniel Maghen

 

Nombre de pages : 88

 

Prix : 19 €

 

ISBN : 9782356740847

 



Publié le 01/05/2021.


Source : Bd-best


Spirou 4333 -  28 Avril 2021

 

 

C’est déjà l’été avec les sœurs Grémillet

 

 

 

 

 

 

 

 

             Les sœurs Grémillet se mettent au vert. Direction la campagne pour les trois citadines qui, une fois de plus, vont flirter avec le fantastique. Les femmes en blanc et l’irrésistible Capitaine Anchois font les deux récits complets de la semaine.

 

            Enfin un mini-récit. Il y en a trop peu. Cette fois-ci, c’est Kahl et Pörth qui se prêtent à l’exercice. Le problème des mini-récits des années 2000 par rapport à ceux des années 60, c’est qu’ils ne parviennent pas à générer des héros récurrents comme Bobo, Le Baron, Bobosse, Pony ou autres.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Ced, Franz – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Black Squaw : Scarface

Sœurs Grémillet (Les) : Les amours de Cassiopée

 

 

Récits complets :

 

Capitaine Anchois

Femmes en blanc (les)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Agent 212 (L’)

Comme des bêtes

Crapule (La pause-cartoon)

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliot au collège

Estampille

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Harry

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Kid Paddle

Léon & Lena

Méthode Raowl (La)

Minions (Les)

Nelson

Passe-moi l’ciel

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Justine Cunha

En direct du futur : Blork Park (Midam)

Interview : Barbucci & Di Gregorio

Jeux : Le jardin des méduses (Bruce)

Spirou et moi : Fred Bernard

 

Supplément :

Mini-récit : Kahl & Pörth, la petite grande aventure

 

 

En kiosques et librairies le 28 avril 2021.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 01/05/2021.


Source : Bd-best


L’humour contre le COVID    Tous vaccinés !

 

 

« Début janvier 2021, par un froid et beau dimanche matin ensoleillé, je sors de chez moi vers neuf heures avec mon épouse pour nous dégourdir les jambes et aller acheter le pain. Nous sommes dans une rue résidentielle de Bruxelles, pas un être humain à l’horizon, nous ne portons pas de masque. Nous l’avons sur nous et le mettrons quand nous arriverons à proximité des commerces. Une voiture de police passe devant nous, allume son haut-parleur qui nous crie : « Mettez votre masque, merci ! », puis s’en va. Film de science-fiction ? Non non… Au moins avons-nous échappé – pour cette fois – à l’amende de 250 euros chacun. »

 

 

 

 

 

« Juste avant Noël, je fais la file devant mon boucher, dans le même quartier. Je porte mon masque, comme le couple de personnes âgées près de moi. En revanche, une dame entre deux âges arrive derrière nous, se postant à trois bons mètres des autres, attendant son tour dans le froid, sans masque. Les personnes âgées s’adressent à elle :

  • « Mais pourquoi ne portez-vous pas de masque ?
  • Ça ne vous regarde pas ! (très sèche)
  • Mais… Nous sommes vulnérables… »

La dame sans masque n’aurait pas dû être aussi agressive. Néanmoins, seule à trois mètres de quiconque en extérieur par trois degrés, elle ne va contaminer personne, donc elle a raison. Le couple de personnes âgées, de son côté, verse dans la paranoïa ambiante, alors qu’un an plus tôt, ils auraient également été vulnérables, en raison de leur âge et de la saison, avec ou sans masque. Pourtant, ils ont eux aussi raison : le masque est obligatoire partout et le coronavirus tue surtout les aînés ».

« Je prends récemment un taxi. Quand le chauffeur a fini sa course, il fait le tour de la voiture en courant, ouvre ma porte (« quel service ! » me dis-je), attend que je descende… et désinfecte tout l’habitacle. »

 

 

© Nicolas Vadot


 Ces exemples, nous les avons vécus ces derniers mois. Une situation mondiale impensable il y a peine 18 mois. Une situation qui a rapidement dégénéré sur notre santé mentale tout en mettant en péril les principes et valeurs d’une société démocratique dans laquelle nous étions habitués à vivre anciennement.  Et pourtant on s’adapte à tout, même à des dispositions qui quelques mois auparavant auraient mis le feu aux poudres provoquant d’immenses manifestations publiques.  

 

 

 

 

© Nicolas Vadot

 

Le confinement subit à partir de mars jusqu’ à mai 2020 avait surpris le monde entier, chacun se retrouvant pétrifié comme un lapin devant les phares d’une voiture.  En réponse à ce dernier,  Nicolas Vadot (collaborateur au Vif/L’Express et à L’Echo, débatteur dans l’émission « Les Visiteurs du soir », sur la chaine d’info LN24) nous avais gratifié d’un livre intitulé  « Tous confinés ».  Aujourd’hui, il nous propose de découvrir la suite, le second confinement démarrant au début de l’automne 2020 jusqu’à la fin de l’hiver 2021. Dans quel état se trouve notre société, l’économie, le mental des gens? Quelles sont les perspectives d’avenir pour le fameux « monde d’après » ? Au printemps 2021, l’espoir d’une vaccination en masse de la population mondiale  permettant de vaincre le virus nous laisse entrevoir la possibilité de reprendre un semblant de vie normale. Tout en espérant que le prochain titre ne soit pas « Tous décédés » ! Vadot observe, écoute, réfléchis, retranscris, documente et témoigne à travers ses dessins les réalités d’une situation inédite dans notre monde moderne. Il essaie de faire rire, notamment des tabous. L’ultime étant la mort elle-même, subitement devenue interdite. Comme il le souligne : « cette pandémie nous a au contraire rappelé à quel point nous faisons partie de la nature, que nous devrions mieux la respecter, que nous naissons, vivons et mourons ».

 

 

 

 

 

 

© Nicolas Vadot

 

 

Avec «Tous vaccinés », Vadot parcourt en 80 pages et une centaine de dessins la période de transition vécue avant les débuts de la seconde et troisième vague.

 

 

 

 

© Nicolas Vadot

 

 

 

 

NB Attention communication nationale importante !

Mesure sanitaire non dévoilée par nos ministres lors du dernier conseil de sécurité ainsi que par le président de la République Française: le port du masque est interdit pendant la lecture de ce livre, au risque de ne pas vous voir rire.

 

 

 

Haubruge Alain

 

 

Titre : Tous vaccinés

 

Genre : Recueil de dessin de presse

 

Scénario : Nicolas Vadot 

 

Dessins : Nicolas Vadot

 

Éditeur : Nicolasvadot.com

 

Nombre de pages : 80

 

Prix : 18,00 €

 

Disponibilité : Achat en ligne sur le site de Nicolas Vadot

 https://www.nicolasvadot.com/shop/



Publié le 29/04/2021.


Source : Bd-best


Chapardages à oreilles.  Astrid Bromure 6 – Comment fricasser le lapin  charmeur

 

« - Quoi ?! Le dernier œuf impérial manquant à ma collection est présenté dans cinq minutes à une vente aux enchères ! Et je suis là, en peignoir, à discuter chiffons ! J’ai fait le tour du monde pour dénicher les cinquante et un premiers œufs, celui-ci ne doit pas m’échapper !

-          Il est précisé que les surenchères par téléphone ne sont pas acceptées.

-          Mais comment faire ?

-          Il n’est peut-être pas trop tard… Monsieur pourrait s’habiller pendant que j’appelle un taxi… »

 

 

 

 

 

 

 

Que le papa d’Astrid Bromure soit rassuré. L’œuf type Fabergé dont il rêve tant, l’ultime objet manquant à sa collection, est en salle des ventes aux enchères. Heureusement pour lui, son épouse et sa fille sont sur place. Vont–elles remporter le pactole ? A la sortie, Astrid tombe en pamoison devant un adorable petit lapinou qui lui fait de l’œil dans la vitrine d’une animalerie. Grigori, puisque c’est ainsi qu’elle le prénomme, va rapidement être adopté. Tout cela coïncide avec la disparition d’œufs de luxe dans la vitrine patriarcale. Etrange, étrange…

 

 

 

 

© Parme, Dreher - Rue de Sèvres

 

 

Les histoires d’Astrid Bromure sont toujours aussi truculentes. Dans cette histoire de lapin chapardeur et d’œufs, la jeune demoiselle est dans une ambiance pascale originale toute trouvée.

Les personnages habituels sont toujours aussi bien campés. Madame Dottie, la bonne, est certainement celle qui a le plus la tête sur les épaules. Mademoiselle Poppyscoop, maîtresse ambulante, est l’alibi « sérieux » dans la vie d’Astrid. Côté quatre pattes, chien et chat occupent les bas des minutieuses cases de Fabrice Parme où il y a tant à regarder. A ce sujet, l’auteur arrive à représenter dix-neuf (!) Astrid dans une vignette de 9 cm par 8 avec une lisibilité inouïe.

Dans les personnages secondaires, le duo des jumelles Molotoff occupe une place particulière qui fait de cet épisode le genre d’histoires qu’il est pertinent de lire (au moins) deux fois.

 

 

 

 

© Parme, Dreher - Rue de Sèvres

 

 

Fabrice Parme a conçu une série aussi réussie sur le fond que dans la forme. L’auteur a un dessin à part. Très lisible, il est le condensé idéal d’un style BD et d’un style animé. Parme est à l’origine de la charte graphique de Famille Pirate, qui a été adapté par lui-même en albums a posteriori. Sa série BD Le roi catastrophe, scénarisée par Lewis Trondheim, aurait dû être adaptée en dessin animé. Le projet avait démarré mais n’a jamais abouti. L’univers d’Astrid Bromure serait lui-aussi le décor formidable pour un dessin animé.

 

 

 

 

© Parme, Dreher - Rue de Sèvres

 

 

                En attendant, après avoir dézingué la petite souris, atomisé les fantômes, épinglé l’enfant sauvage, lyophilisé le monstre du Loch Ness, refroidit le yéti, venez apprendre avec Astrid Bromure comment fricasser un lapin charmeur.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Astrid Bromure

 

Tome : 6 – Comment fricasser le lapin charmeur

 

Genre : Aventure humoristique

 

Scénario & Dessins : Fabrice Parme

 

Couleurs : Véronique Dreher

 

Éditeur : Rue de Sèvres

 

Nombre de pages : 32

 

Prix : 10,50 €

 

ISBN : 9782369812326

 



Publié le 27/04/2021.


Source : Bd-best


Buonaparte T.1 Sainte - Hélène.

 

18 juin 1815, vaincu, Napoléon quitte le champ de bataille de Waterloo pour rentrer à Paris. Le 20 juin, les Chambres refusent de voter la poursuite de la guerre. Il abdique le 22 juin et fait affréter deux frégates pour se rendre aux États-Unis avec sa famille. Alors que les coalitions Alliées sont déjà à Compiègne, il quitte le château de La Malmaison le 29 juin pour Rochefort. Le 9 juillet, il arrive à l'île d'Aix et se rend volontairement aux Britanniques le 15, espérant qu'ils lui permettraient de s'exiler aux États-Unis. Mais le gouvernement britannique l'exile à Sainte-Hélène, un îlot désert situé dans l'Atlantique sud, avec quelques volontaires : les généraux Bertrand et de Montholon et le comte de Las Cases.

 

 

 


Le premier tome de cette nouvelle série débute à la fin des « Cent jours » pour se terminer à l’arrivée de l’Empereur à Sainte-Hélène. Alors qu’il espérait obtenir l’asile auprès des Anglais, Napoléon est considéré comme « prisonnier de guerre ». Les participants à la coalition contre Napoléon chargent les Anglais de détenir ce dernier afin qu’il ne sème plus le désordre en Europe.

 

 

 

 

 

© Miel – Pigiere – Gil – Delcourt

 

 

Embarqué avec sa suite le 7 août 1815 sur le Northumberland pour Sainte - Hélène, Napoléon proteste contre cette décision argumentant qu’il s’est livré de lui-même, n’ayant pas été fait prisonnier sur le champ de bataille. La traversée prendra deux mois et une semaine, le bateau arrivant à destination le 15 octobre 1815. Du côté anglais, Hudson Lowe est envoyé à Sainte -Hélène afin d’éviter toute tentative d’évasion de l’Empereur. Il est aussi chargé d’enquêter sur le devenu du plus grand trésor de guerre de tous les temps découvert par Napoléon lors de sa campagne d'Egypte, un mystérieux trésor qui pourrait mettre à mal la stabilité des finances anglaises s’il était utilisé à de mauvaises fins.

 

 

 

 

 

© Miel – Pigiere – Gil – Delcourt

 

 

 

Scénarisé par le duo Fabienne Pigiere & Rudi Miel, le récit est ponctué de nombreux flashbacks se rapportant aux diverses conquêtes effectuées par Napoléon avec la recherche du trésor ramené lors de la campagne d’Égypte. Les illustrations signées par Ivan Gil cadrent parfaitement au récit des deux scénaristes. A la fin de la lecture de ce premier tome, on reste sur sa faim, espérant pouvoir lire assez rapidement la suite de cette fiction historique.

 

 

 

 

 

 

 

Haubruge Alain

 

 

Série : Buonaparte

 

Tome : 1 – Sainte - Hélène

 

Genre : Histoire

 

Collection : Histoire & histoires

 

Scénario : Rudi Miel – Fabienne Pigiere 

 

Dessins : Ivan Gil

 

Coloriste : 1ver2anes

 

Éditeur : Delcourt

 

Nombre de pages : ??

 

Prix : 15,50 €

 

ISBN : 9782413030126



Publié le 27/04/2021.


Source : Bd-best


Ainsi passe la gloire du monde.  Valois 3 – Furia Francese

 

 

« - Nous, Alexandre, évêque de Rome, successeur du prince des apôtres, souverain pontife de l’Eglise universelle, t’investissons, Charles de Valois de la couronne de France et de Naples ! Que la volonté de Dieu soit faite…

-          Amen ! »

 

 

 

 

 

 

 

1495, le pape Borgia couronne Charles VIII, le descendant de Saint-Louis. Il fait du Valois le successeur légitime d’Alphone II. Naples et la France sont sous la même gouvernance. La papauté s’est soumise au Lys. Par cet acte, bien qu’affaibli, le clan Borgia garde la main sur Rome, mais rien n’est figé dans une Europe en proie à toutes les convoitises. Les alliances ne plaisent pas à tout le monde. Blasco de Vilallonga et Henri Tersac, chargés de la sécurité du cortège, vont s’en rendre compte dès la sortie de la Cathédrale.

 

 

 

 

© Gloris, Calderon, Iozza - Delcourt

 

 

                Valois, dynastie capétienne ayant régné sur le royaume de France de 1328 à 1589, est au cœur de cette série à la qualité des meilleures productions de la grande époque Vécu, publiée dans les années 80 chez Glénat.

 

Dans un style instructif, mais ni didactique, ni pompeux, Thierry Gloris arriverait à faire comprendre l’histoire des rois de France à un pêcheur inuit spécialiste des hameçons en fer forgé. L’Histoire fait place à l’histoire. Valois se lit comme un roman, avec ses intrigues et ses poursuites, ses manigances et ses séductions, ses héros et ses pleutres.

 

 

 

 

 

© Gloris, Calderon, Iozza - Delcourt

 

 

                Jaime Calderon promène son pinceau de Barcelone à Amboise, de Rome à Angers, avec un trait lorgnant vers le style Delaby. Calderon s’empare du siècle. La Furia Francese est représentée dans une magistrale scène de bataille réalisée avec une minutie dont peu de dessinateurs peuvent se vanter. Les couleurs de Iozza, comme celle de son prédécesseur Felideus, accentuent le réalisme d’une histoire cruelle et réelle.

 

 

 

 

© Gloris, Calderon, Iozza - Delcourt

 

 

La trilogie s’achève dans une improbable scène réelle montrant comment de ballots hasards peuvent changer la marche du monde. Après Isabelle, la louve de France, Valois était la deuxième collaboration entre le dessinateur espagnol et le scénariste français. Espérons que l’adage « Jamais deux sans trois » se réalisera.

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 


 

Série : Valois

 

Tome : 3 – Furia Francese

 

Genre : Histoire

 

Scénario : Thierry Gloris

 

Dessins : Jaime Calderon

 

Couleurs : Angelo Iozza

 

Éditeur : Delcourt

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 9782756070087

 



Publié le 26/04/2021.


Source : Bd-best


Rien n’est définitif.  Green Class 3 – Chaos rampant

 

« - Pourquoi ils se sont jetés sur lui ? Ça n’a pas de sens…

-          Ils l’ont vu comme une menace. Le traitement qu’il a eu à l’hôpital a dû le rendre différent.

-          Il était infecté depuis combien de temps ?

-          54 jours.

-          Tu peux être fière de lui. Je ne connais personne qui soit resté lui-même plus d’une semaine.

-          C’est pour ça qu’ils l’ont tué ?

-          Possible… Peut-être qu’ils se sont sentis menacés par lui ? Comme s’il était une sorte d’anomalie. On vous attend dans la voiture. Prenez votre temps. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Enterrer un camarade avec qui on était venu, quelques mois plus tôt, en simple classe verte, les adolescents du petit groupe n’auraient jamais imaginé ça. Lors de la pandémie, à côté de laquelle celle du Covid-19 est un rhume des foins, leur ami Noah a été infecté, a muté en monstre végétal, puis vient de mourir, démembré par un infecté. Noah semblait être un Alpha. Il paraît que les militaires s’apprêtent à ouvrir une porte entre les deux mondes, celui des mutants et le nôtre. Les adolescents ont envie de comprendre et ce qu’ils vont découvrir va dépasser leurs espérances… Mais pour certains, ils pourraient s’avérer gênants.

 

 

 

 

© Hamon, Tako - Le Lombard

 


                Jérôme Hamon et David Tako signent une série addictive. Jérôme Hamon fait monter la tension crescendo pendant que David Tako, dans un graphisme réaliste plutôt Comics américains, représente les infectés dans des métamorphoses végétales.

 

 

 

 

 

© Hamon, Tako - Le Lombard

 

 

                Le découpage est dynamique. Il n’y a pas de longueur. Le lecteur a de quoi lire. Bien qu’en étant graphiquement éloigné, « Green Class » tient aussi du manga adapté au format franco-belge. Dans ce troisième épisode, hormi quelques illuminations rouge/émeraude originales, comme sur la belle couverture cinématographique, il manque à l’album quelques scènes d’éclaircies. Mais ne serait-ce pas pour mieux immerger le lecteur dans l’ambiance sombre ?

 

 

 

 

© Hamon, Tako - Le Lombard

 

 

                Tout en gardant une originalité inédite, Green Class est à ranger dans sa bibliothèque entre « Seuls » et « The Walking Dead ».  Côté littérature jeunesse, on peut le mettre aux côtés du Labyrinthe, qui a donné lieu à une saga cinématographique. Côté cinéma, c’est le grand écart entre World War Z et Avatar. Enfin, la bande d’ados de Green Class ne serait-elle pas une variation moderne des enfants perdus de Peter Pan ?

 

                Chaos rampant aurait pu s’intituler Un espoir. On n’en dira pas plus pour ne rien dévoiler mais une surprise de taille est au cœur du récit. Sachez seulement que rien n’est inéluctable…

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Green Class

 

Tome : 3 – Chaos rampant

 

Genre : Survival

 

Scénario : Jérôme Hamon 

 

Dessins & Couleurs : David Tako

 

Éditeur : Le Lombard

 

Nombre de pages : 66 

 

Prix : 12,45 €

 

ISBN : 9782803678822

 



Publié le 25/04/2021.


Source : Bd-best


Tiens, voilĂ  du Bouddha, voilĂ  du Bouddha !  5 minutes forward 6

 

« - C’est bien ce que je pensais ! Certains bouddhas sont capables de savoir où on est.

-   Regardez derrière le bouddha géant… Y en a des milliers.

-   Question… Ils sont venus pour nous tuer… ou pour nous capturer ?

-   Aucune idée !

-   On s’en fout de savoir ça. Il faut qu’on se barre d’ici. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux types de Bouddhas sont en train de tout détruire sur leurs passages. Il y a ceux dont les mains sont liées par une plaque les enchaînant. Il y en a à présent d’autres, et ceux-ci n’ont pas les mains prises. Pour Yamato et ses compagnons, le combat est de plus en plus complexe et l’issue semble fatale. Alors qu’ils découvrent que la main humaine est à l’origine de la construction des tueurs de pierre, il leur faut gagner du temps pour trouver comment les vaincre. Le salut ne serait-il pas à l’aéroport de Chôfu ?

 

 

 

 

© 5FUNGO NO SEKAI ©2018 Hiroshi FUKUDA/SHOGAKUKAN

 

 

Alors que l’on s’approche du dénouement de la série, revenons en à ses origines afin que tous ceux qui le désirent puissent prendre le train en marche. Yamato Shiroaya, lycéen tout ce qu’il y a de plus banal, a rencontré un étrange personnage dans la rue qui lui a proposé un bond dans le temps afin de découvrir l’avenir. Grâce à un bracelet, Yamato fait le voyage dans un futur dont il ne connaît pas la distance, avec une possibilité de retour grâce à une formule magique. Désireux de savoir si son frère Yûto et leur amie commune Michiru Isumi vont se mettre ensemble, il se laisse tenter par l’expérience. C’est seulement cinq minutes plus tard qu’il sera expédié, au même endroit, mais dans un monde horrifique dans lequel d’immenses géants, bouddhas de pierre enchaînés, détruisent tout sur leur passage et massacrent la population. Il faut qu’il les combatte pour modifier ce futur horrifique et agir ainsi sur ces cinq minutes fatales.

 

 

 

 

© 5FUNGO NO SEKAI ©2018 Hiroshi FUKUDA/SHOGAKUKAN

 

 

Hiroshi Fukuda écrit une histoire haletante et angoissante qu’on ne peut pas refermer, qu’on n’a pas le temps d’arrêter. Dans ce pénultième épisode, Yamato va combattre un Bouddha sur le mont Fuji, point culminant du Japon situé au Sud-Ouest de Tokyo. Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, c’est un lieu sacré et une source d’inspiration artistique. Pour nos héros, sera-ce le lieu du salut ?

 

 

 

 

© 5FUNGO NO SEKAI ©2018 Hiroshi FUKUDA/SHOGAKUKAN

 

 

Les personnages sont dans une course contre la montre. Yamato doit trouver la cause de la venue de ces monstres et le moyen de les éradiquer avant de faire le voyage dans le temps en sens inverse, tout cela taraudé par une question incroyable : comment un tel drame a-t-il pu surgir en si peu de temps ?

 

La série s’est terminée en 7 tomes au Japon. Le prochain sera donc le dernier. Les bouddhas auront-ils le dernier mot ?

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=s1bJSExR1Og

 

 

 

 

 


 

 

 

Série : 5 minutes forward

 

Tome : 6

 

Genre : Survival 

 

Scénario & Dessins : Hiroshi Fukuda  

 

Éditeur : Kana

 

Collection : Dark Kana

 

Nombre de pages : 224 

 

Prix : 6,85 €

 

ISBN : 9782505087076

 



Publié le 25/04/2021.


Source : Bd-best


Un Jean, des gens, déjanté !  L’agent Jean ! Saison 2 – Tome 2 – La nanodimension

 

« - OK ! Les branchements sont faits.

-   Tu as réparé Lobulo ?

-   En partie ! Mais ne t’inquiète pas, tu ne resteras pas coincé à l’intérieur, cette fois. On va simplement s’en servir pour voir ce que tu as dans la tête.

-   Hum, c’est tout flou. On va faire un test… Peux-tu penser à, disons… une poire ? Hum, bizarre. L’image devrait être nette. »

 

 

 

 

 

 

 

Mais que se passe-t-il dans le cerveau de l’Agent Jean, perturbé par d’étranges visions ? C’est ce que tente de découvrir Henry B.Belton. Mais quand le cerveau sur pattes Julien-Christophe met son grain de sel, tout part en live. Jean se retrouve miniaturisé. Le rayon laser rétrécisseur inventé par Henry pour rapetisser les sous-marins l’a frappé de plein fouet. Au milieu d’acariens et de mini-robots défectueux, le renne excité va devoir trouver le moyen de faire le chemin en sens inverse. De son côté, Tibérius a encore été réélu. C’est son neuvième mandat, mais l’agence dirigée par Madame Martha tient à l’œil ce politicien corrompu.

 

 

 

 

© Alex A. – Presses aventure

 

 

 

Série totalement foutraque et déjantée, L’Agent Jean fait l’effet d’un cachet de vitamines. Hyper dynamique, tordante, tant dans les dessins que dans les dialogues, elle donnerait du punch à un panda lymphatique. On ne s’ennuie pas une seconde. Ça va à 100 à l’heure. L’Agent Jean est le Guronsan des héros de BD.

 

 

 

 

© Alex A. – Presses aventure

 

 

 

Succès Outre-Atlantique, la série L’agent Jean est l’un des fleurons de la bande dessinée québécoise. Elle est publiée en France, en Belgique, en Suisse et également au Canada sous le titre Super Agent Jon Le Bon ! Elle a aussi été adaptée en dessin animé. Ce succès, L’Agent Jean le doit à la sincérité de son auteur Alex A. Bédéiste prolifique, le montréalais a construit tout un univers cohérent que l’on peut découvrir sur son site : https://www.alexbd.com. Le « vomi de cerveau » donne de bien chouettes résultats. Dans de nombreuses vidéos YouTube, le dessinateur raconte sa façon de travailler.

 

 

 

 

© Alex A. – Presses aventure

 

 

 

La nanodimension paraît chez nous quatre ans après sa publication au Québec. Les éditions Presses Aventure rattrapent petit à petit le retard pour tendre dans quelques mois vers des parutions simultanées dans les pays francophones.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : L’agent Jean !

 

Tome : Saison 2 – Tome 2 – La nanodimension

 

Genre : Aventure humoristique déjantée 

 

Scénario & Dessins : Alex A. 

 

Éditeur : Presses aventure

 

Nombre de pages : 112

 

Prix : 9,90 €

 

ISBN : 9782897512545

 



Publié le 24/04/2021.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2021