?>

Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Un nouveau concept de Yin et de Yang.    Passi Messa

 

            Passi,

« - Désolé, Monsieur, mais le sujet a un peu bougé. Euh… Vous pouvez l’avoir à moitié prix.

-          Hors de ma vue ! Ouste ! Fumiste ! »

Parce qu’il exerce dans des conditions difficiles, le photographe de presse rate parfois son coup. Cela peut lui coûter son boulot.

 

Messa !

« - J’en ai fait une image intrigante, prise dans le feu de l’action. Un reportage très perso, bourré d’émotions fortes !

-          Fantastique ! Il en faudrait plus des comme vous. Un cigare ? »

Pourtant, il pourrait se tailler une réputation avec la même photo ratée. Il suffit d’un peu de tactique et d’une présentation adéquate.

 

 

 

 

 

            Pile ou face ? Devant ou derrière ? Avant ou après ? Comme ci ou comme ça ? Ping ou pong ? Aller ou retour ? Passi ou messa ? Le nouveau recueil de dessins de Joost Swarte est un petit bijou d’humour universel indispensable pour tous les fans du maître en particulier et de la ligne claire dans ce qu’elle a de plus pur en particulier.

 

            Entre 1985 et 1989, les éditions Futuropolis avaient publié quatre albums à l’italienne dans ce concept de Passi, Messa. Un cinquième volume n’était jamais paru. Les éditions Dargaud publient donc l’intégrale de la collection de ces illustrations parues entre 1982 et 1990 dans l’hebdomadaire néerlandais Vrij Nederland, puis repris dans plusieurs pays sur divers continents.

 

 

 

 

© Swarte - Dargaud

 

 

            Le procédé consiste à juxtaposer deux dessins humoristiques légendés qui se font écho. Comme ce photographe qui, ne réussissant pas à placer dans un magazine une photo floue se transforme en reporter de guerre de retour du front ayant réussi tant bien que mal à ramener un cliché, forcément perfectible. Ou bien encore cette étudiante qui gravit les échelons de ses études, promise à une carrière peut être pas si rose que ça, opposée au cancre qui veut le rester car on apprend de ses erreurs.

 

            Vous l’aurez compris, chaque situation est un échange dans une salle de squash où la balle revient dans les pattes du joueur encore plus vite que lorsqu’il l’a envoyée.

 

            L’album est une réflexion sur le monde des années 80. Et l’on voit que les problématiques de l’époque sont pour la plupart toujours d’actualité. Bien sûr, lorsqu’un homme est désespéré devant son téléphone qui ne sonne pas, celui-ci est à fil. Aujourd’hui, l’individu aurait la même angoisse avec son mobile.

            Et lorsque Joost Swarte parle de choses aussi anodines qu’un pyjama, il se transforme en poète du trait.

 

 

 

 

© Swarte - Dargaud

 

 

Avec ce concept de dessin, dialogues et légende, Swarte invente le Haïku graphique.

 

 

Laurent Lafourcade

 

One shot : Passi, Messa

 

Genre : Dessins humoristiques 

 

Scénario & Dessins : Joost Swarte 

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 120 

 

Prix : 25 €

 

ISBN : 9782205080018

 



Publié le 01/02/2019.


Source : Bd-best


Programme complet des animations Bande dessinée au Palais des imaginaires de la foire du Livre 2019

Le Pôle Bande Dessinée est un pan indissociable de la FOIRE DU LIVRE. S’y retrouvent auteurs, éditeurs et lecteurs dans une grande célébration du Neuvième Art sous toutes ses formes, de la bd jeunesse au roman graphique.

C’est pour répondre à un désir de célébrer la Bande Dessinée et ses artisans que le dessinateur et plasticien Fabrizio Borrini a conçu et coordonné le PALAIS DES IMAGINAIRES, un espace scénique et sensoriel qui ravit, depuis plusieurs années, les nombreux amateurs de l’Art Séquentiel.


Véritable passerelle invitant à la mixité des genres artistiques, le PALAIS DES IMAGINAIRES, soutenu par Wallonie Bruxelles International, foisonne d’activités et se dédie entièrement à la narration visuelle et sonore. Il bénéficie en effet d’un dispositif multimédia qui permet de plonger les spectateurs au cœur même de l’univers des nombreux auteurs de Bandes Dessinées invités.

Désireuse de ne pas se reposer sur ses acquis, l’Edition 2019 du PALAIS DES IMAGINAIRES a pour objectif de se redéfinir encore d’avantage afin d’inviter le public au « merveilleux » et de leur proposer de s’imprégner de tous les fondamentaux de « la magie des sens ».

Pour permettre à cet espace sensoriel de vivre au meilleur de ses capacités, Fabrizio Borrini et la FOIRE DU LIVRE s’entourent de nombreux créateurs et collaborateurs de talent tels que ceux de l’illustratrice-animatrice Zoé Borbé du collectif Caméra etc, de Simon Médard et son équipe Content Sale pour les effets vidéos et images animées, de l’animateur et auteur de bande dessinée Salva Di Bennardo à la modération des rencontres, ainsi que des indispensables et talentueux régisseurs techniques de GSP2.

Cette année encore, cet espace magique privilégiera donc les rencontres inédites, les découvertes improbables, les voyages entre les émotions et les images.


Plus que jamais, un rendez-vous indispensable.

PROGRAMME DU PALAIS DES IMAGINAIRES


LES GRANDES EXPOSITIONS DU PALAIS DES IMAGINAIRES


Durant toute la durée de la Foire du Livre, le Palais des Imaginaires aura l’honneur de recevoir deux expositions de qualité. L’occasion de découvrir et d’apprécier le travail d’auteurs de renom.

 

 

 

 

 

 

EXPOSITION SAMBRE De Yslaire


A travers une exposition tout en mélancolie, Yslaire vous invite à découvrir les dessous de sa cultissime bande dessinée Sambre. L’occasion de s’immerger pleinement dans l’univers tortueux et magnifique de ce grand auteur

EXPOSITION AMOUR DOMINICAL

De Dominique Goblet

A l’initiative de la Fédération Wallonie-Bruxelles Dessinatrice, illustratrice, plasticienne et auteure de bande dessinée belge, Dominique Goblet est une artiste sensible aux multiples facettes.

Cette exposition vous plongera dans Amour Dominical, son nouvel album écrit et conceptualisé avec l’auteur Dominique Théâtre, aux éditions FRMK.

LES SESSIONS DU PALAIS DES IMAGINAIRES

JEUDI - 14/02 SPECIALE FRANÇOIS ROCA

Jeudi 14/02, Palais des Imaginaires, 12h30 Avec L’Homme Bonsaï, François Roca nous invite à découvrir l’histoire tragique d’Amédée, créature mi-homme, mi-arbre en quête de vengeance. L’auteur présentera son œuvre lors d’une session à l’image de l’Homme Bonsaï lui-même : fascinante et poignante.
Avec François Roca

 

 

 

 

 

SESSION « LA BOÎTE A MUSIQUE »

Jeudi 14/02, Palais des Imaginaires, 13h30

Pour ses huit ans, Nola reçoit une magnifique boîte à musique léguée par sa défunte mère. Très vite, l’enfant va découvrir que cet objet recèle plus d’un mystère et qu’à l’intérieur se trouve un monde incroyable. Un conte émouvant, récemment primé au Festival d’Angoulême, à découvrir durant une mélodieuse session du Palais des Imaginaires.

Avec Carbone et Gijé

VENDREDI - 15/02 SESSION « YASMINA ET LES MANGEURS DE PATATES »
Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, 10h30
Yasmina, véritable cordon-bleu qui cuisine sans dépenser un centime fait face à un entrepreneur véreux et une patate addictive. Ecologie, alimentation et grain de folie sont les mots clés qui rythment le récit de l’auteur flamand Wauter Mannert. Une fable qu’il présentera lors d’une prestation s’inscrivant directement dans la thématique de la Foire. Garantie sans pesticides !

Avec Wauter Mannaert

SESSION « TIMO L’AVENTURIER »
Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, 11h30

Au-delà du village, au-delà la Forêt se trouve un monde incroyable, un monde qui n’attend qu’à être découvert. Ca tombe bien, Timo a soif d’aventures et est prêt à en découdre ! Mais son périple ne sera pas de tout repos car ce monde ne se montrera pas si facile à dompter et Timo devra user de toute son intelligence et son savoir pour s’en sortir.

Venez vivre ses fantastiques aventures et assistez à la naissance de son amitié avec Brouf, le chien-panda. Et n’oubliez pas, pour triompher des dangers, il faudra user de votre intelligence !
Avec Yohan Sacré

SESSION « JACOB KAYNE »

Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, 15h45

nvité de cette session du Palais des Imaginaires, l’auteur espagnol Mateo Guerrero vous replongera, avec le premier tome de sa série Jacob Kayne, dans un univers où se côtoient, magie, malédictions,
guerriers sans peurs et mercenaires ! Une session qui s’annonce mouvementée. A l’abordage !
Avec Mateo Guerrero

Carbone et Gijé © Dupuis, 2018
Sacré Yohan © Le lombard, 2018

 

 

 

 

 

LES SESSIONS DU PALAIS DES IMAGINAIRESGRANDE SPECIALE MARINI

Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, 16h30

Est-il encore nécessaire de présenter Enrico Marini ? Sa série Le Scorpion a durablement marqué l’histoire de la bande dessinée contemporaine et sa récente reprise européenne du personnage emblématique de Batman est en phase de faire de même. Nous vous convions à assister à une session exceptionnelle qui ravira les admirateurs de ce maître de la bande dessinée.
Avec Enrico Marini


LE ROMAN GRAPHIQUE

Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, 17h30

La maison d’édition Futuropolis a su, au fil des ans, fidéliser son public en leur proposant un catalogue d’une incroyable diversité graphique et narrative. Cette année, l’éditeur nous propose de mettre en perspective les adaptions dessinées des romans La perle, La profession du père et Le temps dessauvages. Tous les ingrédients sont réunis pour une session hors norme.

Avec Jean-Luc Cornette, Sébastien Goethaels, Sébastien Gnaedig et Thomas Gunzig

SESSION SPECIALE LE LOMBARD

Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, 18h30

Les nouveaux aventuriers sont à l’honneur au Lombard ! Le Palais des Imaginaires vous invite à partir à la découverte de la série The Regiment de Thomas Legrain (auteur de Maori Blues) ainsi que Tango et Croisades de Philippe Xavier. Une session sous le signe de l’aventure…dessinée !
Avec Thomas Legrain et Philipphe Xavier

Marini - Desbergh - Le Scorpion © Dargaud, 2018

Marini - Batman © Dargaud, 2018

The Regiment - Legrain-Vincent © Le lombard 2018

 

 

 

 

GRANDE SPECIALE HERMANN

Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, 19h

Alors qu’il travaille actuellement sur sa série Duke, Hermann, grande légende du 9eme art, viendra nous présenter son univers foisonnant. A n’en point douter, ce lauréat du Grand Prix d’Angoulême assurera une performance d’exception, à la hauteur de son talent.
Avec Hermann

 

 

 

 

 

KID NOIZE

Sa casquette et son masque de singe vissé sur le crâne, le compositeur, musicien et producteur, Kid Noize est aujourd’hui un des plus célèbres DJ de Belgique. Après un concert à guichets fermés à l’Ancienne Belgique de Bruxelles, une longue tournée et deux étés consécutifs à l’affiche de festivals dont Tomorrowland (la scène du Gathering), Kid Noize revient avec un nouvel album en janvier 2019 intitulé «The Man with a Monkey Face». En parallèle, il se lance dans la bande dessinée et signe son premier album aux Editions Dupuis en compagnie du prolifique scénariste Kid Toussaint et du dessinateur Otocto.

SESSION- CONCERT DE KID NOIZE

Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, 20h30

Le Palais des Imaginaires vous invite à une grande nocturne riche en émotions. C’est le DJ Kid Noize qui ouvrira les festivités avec un formidable DJ set d’une heure qui ravira à la fois fans, mélomanes et amateurs de musiques rythmées ! Pour l’accompagner, Otocto, dessinateur de la série qui lui est consacrée, se prêtera lui aussi au jeu de la session dessinée… une rencontre qui s’annonce époustouflante et électrique !
Avec Kid Noize et Otocto

GRANDE NOCTURNE BD Vendredi 15/02, Palais des Imaginaires, à partir de 22h00 Rejoignez-nous en deuxième partie de soirée pour la Grande Nocturne de la bande dessinée animée par le collectif RADIO BISTROT, les DJs qui font « danser le peuple », une occasion unique de faire la fête en compagnie de vos auteurs préférés !
Avec Radio Bistrot
Kid Noize - © Dupuis, 2018
Hermann- Y

SAMEDI - 16/02
SESSION « LES NYMPHEAS NOIRS »

Samedi 16/02, Palais des Imaginaires, 10h30
Les Nympheas Noirs nous compte l’histoire de trois femmes vivant dans le village de Claude Monet.
Un cadre de vie idyllique, digne d’un des tableaux du maître, jusqu’à ce qu’un sordide meurtre y soit perpétré. De nombreux secrets seront révélés lors d’une intriguante session en compagnie de l’auteur Didier Cassegrain.
Avec Didier Cassegrain

GRANDE BATTLE DESSINEE « 20 ANS DE BAMBOO »

Samedi 16/02, Palais des Imaginaires, 11h30

Quatre auteurs de Bamboo viennent s’affronter joyeusement pour une vraiefausse bataille dessinée sur la scène du Palais des Imaginaires. Que vous soyez impatients de découvrir quel auteur aura le dessus sur les trois autres ou que vous vouliez tout simplement passer un moment de franche rigolade, venez assister à cette session haute en couleur !
Avec Olivier Saive, Philippe Larbier, Waltch et Sti, présenté par Jérôme Eho

SESSION SPECIALE CASTERMAN

Samedi 16/02, Palais des Imaginaires, 13h00
Casterman s’apprête à faire des heureux. L’éditeur prépare, en effet, une grande rencontre autour de trois de ses auteurs les plus talentueux : Jean-Christophe Chauzy (Les Frontières, tome 3 de sa saga Le Reste du Monde), Anthony Pastor (No War) et Typex (Andy, un Conte de Faits). Accourez les voir prendre possession du Palais des Imaginaires.
Avec Jean-Christophe Chauzy, Anthony Pastor et Typex

SESSION « PARIS 2119 »

Samedi 16/02, Palais des Imaginaires, 14h00

Paris, en l’an 2119. Le monde a bien changé et la vie des Parisiens est rythmée par leur utilisation des cabines de télé-transportation « Transcore ». Il réside toutefois un mystère autour de ces cabines,
un mystère que compte bien élucider Tristan Keys, un marginal contestataire lorsqu’il constate un changement de comportement chez ses concitoyens. Une session futuriste avec Zep et Bertail, deux auteurs de renom pour un voyage d’une centaine d’années.
Avec Dominique Bertail et Zep

 

 

 

 

 

GRANDE SPECIALE ZEP

Samedi 16/02, Palais des Imaginaires, 14h30

Zep laisse Titeuf au repos le temps d’un album et s’autorise une histoire aux antipodes du quotidien de son célèbre héros à la mèche blonde. The End nous propose un récit prenant part dans un univers étrange au cœur des forêts de Suède, où les arbres se révèleront avoir des pouvoirs bien surprenants.
Avec Zep


SPECIALE « LA BANDE DESSINEE FLAMANDE »

Samedi 16/02, Palais des Imaginaires, 15h00
Brecht Evens (Panthère, Les Rigoles), Herr Seele (Cowboy Henk) et Brecht Vandenbroucke (White Cube), trois immenses auteurs flamands, seront présents pour partager avec vous leurs univers décalés, colorés, incroyables !
Une rencontre placée sous le signe de la découverte et du « Flirt Flamand ».
Avec Brecht Evens, Herr Seele et Brecht Vandenbroucke

GRANDE SESSION SPECIALE ROSINSKI ET « THORGAL »

Samedi 16/02, Palais des Imaginaires, 16h00

Alors que le maître, Grzegorz Rosinski, a décidé de tirer sa révérence, le Palais des Imaginaires rendra un vibrant hommage à cette légende de la BD, le temps d’une Grande session qui s’annonce aussi mythique que Thorgal, lui-même.
Avec Grzegorz Rosinski, Roman Surzenkho et Fred Vignaux

 

 

 

 

 

GRANDE SESSION SHIORI TESHIGORI POUR « BATMAN »
Samedi 16/02, Palais des Imaginaires, 17h30

Je suis Vengeance, je suis la Nuit, je suis… Batman ! Le Chevalier Noir prend ses quartiers au Palais des Imaginaires, lors d’une session animée par la grande mangaka Shiori Teshigori, venue spécialement du Japon, et rejointe pour l’occasion par le célèbre Enrico Marini. Une rencontre à la croisée des cultures pour explorer l’un des personnages les plus mythiques du Comics Américain. En espérant qu’aucun pensionnaire de l’asile d’Arkham ne vienne perturber la session. Animation musicale par le musicien poético-déjanté Newton Lawrence.
Avec Shiori Teshigori, Enrico Marini


DIMANCHE - 17/02
SESSION « BOULE ET BILL »

 
Dimanche 17/02, Palais des Imaginaires, 10h00
L’un des petits garçons les plus célèbres du neuvième art et son tout aussi célèbre compagnon à quatre pattes viennent nous saluer au Palais des Imaginaires. C’est sous le trait du dessinateur Jean Bastide que Boule et Bill viendront enchanter petits et grands. Un moment fort à partager en famille ou avec votre animal de compagnie préféré !
Avec Jean Bastide

SESSION SPECIALE JULIEN BEZIAT

 
Dimanche 17/02, Palais des Imaginaires, 10h45

Un doudou a été oublié une nuit dans une école, et il s’apprête à raconter d’étranges histoires au petit garçon dont il a la charge. Vous vous êtes toujours demandé quelles drôles de choses pouvaient bien se passer derrière les murs d’une école lorsque se referment ses portes et que tombe la nuit ? Cette session est faite pour vous !
Avec Julien Beziat

SESSION « XIII MYSTERY »

 
Dimanche 17/02, Palais des Imaginaires, 11h45 Spin off de l’une des séries les plus mythiques de la bande dessinée francobelge, Mystery sera présenté lors d’une session mouvementée où aventures, enquêtes et complots raviront les amateurs de XIII et de son univers tortueux.
Avec Jean Van Hamme, Olivier Grenson et Philippe Xavier

SESSION « GREEN CLASS » ET « KLAW »

 
Dimanche 17/02, Palais des Imaginaires, 13h00

Lors d’une session en duo, les auteurs Joël Jurion (Green Class) et David Tako (Klaw) viendront nous présenter leurs nouveaux albums respectifs ! Une session « en double » qui ravira deux fois plus les amateurs de séries coup de poing. À découvrir absolument.
Avec Joël Jurion et David Tako

SESSION « LES BLAGUES DE TOTO »

 
Dimanche 17/02, Palais des Imaginaires, 14h00

Qui n’a jamais entendu les blagues de Toto ? On se les raconte depuis des générations, dans les cours de récréation et elles continuent, encore et toujours, à nous faire rire de bon cœur. Pour notre plus grand plaisir, l’auteur Thierry Coppée a eu la bonne idée d’adapter en bande dessinée ce fleuron de la culture populaire. Fous rires en perspective !
Avec Thierry Coppée


SESSION « BOB ET BOBETTE »

 
Dimanche 17/02, Palais des Imaginaires, 15h00

Tout au long de leurs 347 aventures, Bob et Bobette auront voyagés aux quatre coins du monde, vécu les aventures les plus palpitantes, rencontré des personnages aussi farfelus que touchants, vaincu des ennemis tantôt loufoques, tantôt menaçants ! Nés de l’imagination fertile du génial Willy Vandersteen, Bob et Bobette sont des icônes de la culture belge qui jettent des ponts entre les communautés du Nord et du Sud du Pays. Cette session sera l’occasion de découvrir Boomerang, album One Shot, dérivé de ce duo qui n’a pas pris une ride.
Avec Steven Dupré et Conz

 

 

 

 

 

SPECIALE YSLAIRE ET « SAMBRE »

 
Dimanche 17/02, Palais des Imaginaires, 16h00

Dans la grande fresque romantique qu’est Sambre, Bernard Yslaire se raconte, et plus encore... En introduction à sa performance, le Palais des Imaginaires vous offre l’occasion de découvrir : Dans les Yeux de Yslaire, un film intime et personnel, réalisé par sa fille.
Avec Bernard Yslaire

LA FOIRE DU LIVRE EN PRATIQUE
 

Quand ?

Du jeudi 14 au dimanche 17 février dès 10h.
Tous les jours de 10h à 19h.
Nocturne le vendredi 15 février jusque 22h.

Où ?
Site de Tour & Taxis
Entrée visiteurs : Avenue du Port, 86C - 1000 Bruxelles

Accès
Parking plein air payant : Avenue du Port 88 - 1000 Bruxelles
Parking couvert payant : Avenue du Port 86C - 1000 Bruxelles
Bus : STIB 14 - 15 - 57 - 88 (arrêt Tour & Taxis) - 89 (arrêt Picard)
DE LIJN 129 - 620 (arrêt Ribaucourt)
Tram : 51 (arrêt Sainteclette)
Métro : ligne 2 (station Yser ou Ribaucourt)
Entrée gratuite, inscription recommandée sur le site www.flb.be


Pays : Belgique

Date de l'événement : du 14/02/2019 au 17/02/2019.

Publié le 01/02/2019.


Source : Bd-best


De héros en zéro et vice-versa, mon père ce poivrot

Se tuer à petite eau de feu, de godet en godet, à faire de la bouteille votre amie, votre maîtresse, votre déesse… comme si les panneaux d’affichage ne suffisaient pas à vous rappeler vos démons et fantômes qui dansent dans les volutes et les vapeurs du bar où vous avez vos habitude. Y’a-t-il un mal plus insidieux que la boisson? Ou peut être est-ce un bien? Assez que pour Lulu ait plongé, jusqu’au point de non-retour, il y a des décennies. Certes, un lourd passé a plombé son enfance.

 

 

 

 

 

 

 

© Louis/Daviet chez Grand Angle

 

Résumé de l’éditeur : Lucien Basset est alcoolique. Au dernier degré. Celui qui vous pousse à boire même de l’éther. Tout le reste a fini par passer après le bistrot. Sa femme l’a quitté, mais il est aussi sans nouvelles de son fils depuis trois ans. Un soir, pourtant, il décide que cette fois, c’est la bonne ! Il arrête de picoler parce qu’il a un truc important à faire ! Il a rendez-vous avec quelqu’un pour lui sauver la vie !

 

 

 

 

© Louis/Daviet chez Grand Angle

 

Naître sous x, c’est pas un cadeau. Mais le remède que Lulu y a trouvé, c’est de renaître sous A. Alcoolique non anonyme. Noyé mais en apnée, gueulard mais avec les blessures anesthésiées.

 

 

 

 

© Louis/Daviet chez Grand Angle

 

Jusqu’à ce qu’un JT de TF2 fasse électrochoc et réveille un tant soit peu, « autant comme autant » comme il dit. Du point de non-retour en road movie , rangeant sa vie, Lulu va prendre ses cliques et ses claques et disparaître de sa colline pour poursuivre sa quête, l’image furtive qu’il a vu par-delà les effluves et qui donne enfin du sens à sa vie.

 

 

 

 

© Louis/Daviet chez Grand Angle

 

Scénariste et dessinateur, Stéphane Louis nous avait habitué à des aventures spatiales avant de revenir à des récits plus « ordinaires », intimes (Road Therapy, L’amour est une haine comme les autres, Mon homme (presque) parfait…). Ici, c’est par la fiction que Louis raconte l’histoire de l’alcoolique qu’était son paternel. À côté du sens des réalités, les nuances alternées. C’est dire si Louis en a vu des vertes et des pas mûres.

 

 

 

 

© Louis/Daviet chez Grand Angle

 

Le portrait qu’il livre de Lulu n’est pas pour autant à charge et cherche la justesse, un peu de tendresse aussi pour autre chose que le goulot, sans pour autant faire de compromis.

 

 

 

 

© Louis/Daviet chez Grand Angle

 

Semant le parcours d’embûches et de tentations, plus que la statue chancelante d’un homme qui a cultivé sa solitude, Louis et Vera Daviet (indéboulonnable coloriste, par tous les temps, et de la ville à la campagne, du verre à la mise au vert) dressent surtout le portrait du diable alcool . Et des turpitudes dans lesquelles ils traînent les destins un peu trop fragiles.

 

 

 

 

© Louis/Daviet chez Grand Angle

 

Burlesque puis concerné, avec une pointe de ténacité dans l’œil de son (z)héros, le trait de Louis est une nouvelle fois vif et comics, avec du relief pour incarner toujours mieux ce récit, témoin d’une réalité sans donner des leçons et en rendant son personnage cassé attachant, mine de rien. Ce n’était pas gagné mais que ferions-nous avec un tel passif ?

 

Alexis Seny

 

Titre : Mon père ce poivrot

Récit complet

Scénario et dessin  : Stéphane Louis

Couleurs : Véra Daviet

Genre: Drame, Fiction autobiographique

Éditeur: Grand Angle

Nbre de pages: 72

Prix: 16,90€



Publié le 01/02/2019.


Source : Bd-best


Le final (?) éblouissant d’une série concept.  La geste des Chevaliers Dragons 27- Le dragonomicon

 

 

            « - Cela fait des siècles, des millénaires sans doute, que les hommes cherchent à comprendre pourquoi les dragons apparaissent. pourquoi, et surtout… comment et quand. Car si nous étions en mesure de prévoir les apparitions draconiques, nous serions capables de mieux les combattre. Nous pourrions envoyer des guerriers avant même la venue de la bête des guerriers qui attendraient leur arrivée, armes à la main, et qui occiraient le dragon à l’instant de son apparition. »

 

 

 

 

 

            Line fait partie de l’Ordre des Chevaliers Dragons. La jeune femme a élaboré une théorie permettant de prévoir les apparitions des dragons. Fuyant des mercenaires avec à leur tête l’impitoyable O, tueuse sans vergogne, Line consigne ses découvertes dans un manuscrit : Le dragonomicon. Va-t-elle réussir à prouver sa thèse avant d’être rattrapée par ses détracteurs ?

 

 

 

 

© Ange, Boutin-Gagné, Paitreau - Soleil

 

 

            Après 20 ans d’existence, la série de one shots aux multiples dessinateurs créée par le duo de scénaristes Ange et le dessinateur Varanda semble se clore avec ce vingt-septième volume, et certainement l’un des meilleurs de la collection. Mais est-ce vraiment fini ? Si ça l’était, ce serait une belle conclusion. Dans une histoire où l’amour fait obstacle à la haine, Ange vogue dans une ère où le fantastique frôle la réalité sans que l’on ne soit sûr de rien. Après tout, pourquoi les dragons n’auraient-ils jamais existé ? George R.R. Martin ne les contredirait pas.

 

 

 

 

© Ange, Boutin-Gagné, Paitreau - Soleil

 

 

            Patrick Boutin-Gagné dessine son troisième volume. Le graphisme du dessinateur sert à merveille le monde moyenâgeux aux frontières du fantastique des dragons. Fortement influencé par Christian Gine, son trait s’insère dans des découpages dont certaines planches se rapprochent plus d’Andréas.

 

Boutin-Gagné mérite maintenant de connaître le succès avec une série dont il serait le maître d’œuvre. Convard, Arleston, ou pourquoi pas lui-même tout seul, devraient se pencher sur son cas.

 

 

 

 


© Ange, Boutin-Gagné, Paitreau - Soleil

 

 

            En fin d’album, les différents titres sont replacés sur une frise chronologique ce qui permet une relecture de la série dans un autre ordre. Le couple Ange a réussi une série concept cohérente qui se clôt, ou pas, dans un final « éblouissant ».

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : La geste des chevaliers dragons

 

Tome : 27- Le dragonomicon

 

Genre : Heroïc-Fantasy 

 

Scénario : Ange 

 

Dessins : Boutin-Gagné 

 

Couleurs : Paitreau 

 

Éditeur : Soleil

 

Nombre de pages : 64 

 

Prix : 15,50 €

 

ISBN : 9782302072824

 



Publié le 31/01/2019.


Source : Bd-best


La châtelaine et le paysan.  Les Aigles décapitées 29 – Retour à Crozenc

 

             « - Messire Ferrucio. Quel bon vent vous amène ?

-          La dîme, Messire. L’auriez-vous oubliée ?

-          Heu… Certes non. Mais n’est-ce pas un peu tôt ?

-          J’en conviens, mais avec les tensions qui règnent à San Giminiano, nos réserves s’épuisent. Nous, les Salvucci, refusons de suivre la famille Ardinghelli qui nous provoquent depuis des générations et ont pris le parti du Pape. Des affrontements sont à craindre et dès lors nous recrutons… C’est pourquoi nous avons impérativement besoin de victuailles. »

 

 

 

 

Juillet 1274. Sigwald et Gisella vont voir leur vie de fermier troublée par les conflits de nobliaux qui sèment la zizanie dans la région. Pendant ce temps, au château de Crozenc, Dame Mahaut entretient une liaison avec Jocelin, un paysan, vivant dans une cabane dans les bois, jusqu’au jour où elle le retrouvera grièvement blessé. Cette relation fait jaser et jalousies.

 

Sigwald, le fermier de San Giminiano, redeviendra-t-il chevalier ? Sa sœur Mahaut réussira-t-elle à s’extraire des intrigues de cour et à sauver son amour ?

 

 

 

 

© Pierret, Pierret, Thiry, Caryn – Glénat

 

 

            Sans faire de bruit, à pas de loup, Les Aigles Décapitées tiennent bon la barre depuis 33 ans et font figure de Survivor de la mythique collection Vécu des éditions Glénat. Ce n’est pas par hasard qu’on franchit les époques et les turbulences éditoriales. Les Aigles ont quelque chose de magique qui les rapprochent des séries à la Jacques Martin, et de Jhen en particulier. Créée par Kraehn au dessin et Pellerin au scénario, celui-là même de L’Epervier, le graphisme sera pris en main par Michel Pierret au tome 5 avec Kraehn, puis Arnoux au scénario. Pierret en deviendra l’auteur complet à partir du dix-neuvième épisode : Le jugement du roi.

 

            Michel Pierret fit, entre autres, les beaux jours du journal Tintin avec deux séries qu’il mena successivement pendant plusieurs années : Papilio, puis Max et Cati. Du futurisme du premier, au fantastique contemporain des deuxièmes, il s’imbriquera par surprise dans cette série historique dont plus d’un lecteur a cru qu’il y avait une faute d’orthographe dans le titre : Les aigles décapitées. Mais dans cette série, il ne s’agit pas des rapaces, mais des emblèmes héraldiques, terme féminin.

 

 

 

 

© Pierret, Pierret, Thiry, Caryn – Glénat

 

 

            Le trait classique de Pierret ratisse large. Sobre et sans fioriture, juste et précis, il plaît à toutes générations de lecteurs. Ses histoires sont linéaires : une situation de départ, une problématique, une résolution. Des héros que l’on aime retrouver, mais qui évoluent, vieillissent, jusqu’à ce que l’on suive une deuxième génération, transformant la série en saga. Qui plus est, une ou deux scènes aux seins nus par album (à une époque, on disait que c’était dans le cahier des charges de la collection Vécu), et tout un chacun y trouve son compte. Voilà une des analyses de la longévité de la série.

 

 

 

 

© Pierret, Pierret, Thiry, Caryn – Glénat

 

 

            En continuant sur cette voie et en pariant sur l’effet madeleine de Proust que commence à avoir la série pour une génération de lecteurs, Les Aigles Décapitées ont encore quelques années à briller sur les drapeaux, les écussons et dans les bacs des libraires.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Les Aigles décapitées

 

Tome : 29 – Retour à Crozenc 

 

Genre : Histoire Moyenâgeuse  

 

Scénario & Dessins : Pierret

 

Couleurs : Pierret (Maxime), Thiry & Caryn 

 

Éditeur : Glénat

 

Collection : Vécu

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 13,90 €

 

ISBN : 9782344026281

 



Publié le 30/01/2019.


Source : Bd-best


32è édition du Festival Bulles en Loire à Chalonnes

Bulles en Loire est un festival réunissant des amateurs et professionnels, autour de dédicaces, expositions, vente de BD neuves et occasion et autres animations.

En 2019, une quarantaine d'auteurs professionnels présenteront leurs albums en lien avec le thème de l'année : les Super Héros.
Concours de bande dessinée amateurs (à partir de 14 ans, sur inscription auprès de l'Association organisatrice).
Exposition de planches originales de Michel Borderie et Gwendal Lemercier.
Librairie, bouquinistes, fanzines, ateliers bandes dessinées animés par des professionnels, animation enfants et grand public (chromatomachine, Avengers de Paris...)


Auteurs présents :

Gilles De Coz – Dernier album : Mourir n’a jamais tué personne
Christophe Lazé – Dernier album : cinquante nuances de Breizh
Cinzia Di Felice – Derniers albums : Oliver & Peter T3 / Frères de sang
Jean-Marc Allais – Derniers albums : Lance crow dog T7 / Les trois soeurs de Little Horse
Claire Bigard – Derniers albums : Mission Kimono T19 / Sauvetage / JYB aventures
Philippe Bringel – Dernier album : Blackfoot
Michel Burdin – Dernier album : Les Gastéropotes T3
Jean-Marie Maitre – Dernier album : 5/7l
Serge Monfort – Dernier album : Toupoil, de mémoire de loup
Fabien Rypert – Dernier album : Boogy et Rana
Tarek – Dernier album : La guerre des Gaules
Vincent Pompetti – Dernier album : Constellation
Christian Maucler – Dernier album : Commissaire Raffini
Shaos – Dernier album : O.S.E « Phénomènes »
Erwan le Bot – Dernier album : Jazz Lieutenant
Michel Borderie – Dernier album : Le vertige des Origines T2
Yann Lesacher – Dernier album : Une Bretagne par les contours T8
Bob Berge & Patricia Crottier – Dernier album : C’est grave docteur
Jas et Salima – Dernier album : Néris le hérisson
Ghislain Fernandez – Dernier roman graphique : Androlia
Gwendal Lemercier –  Auteur de l’affiche du festival  – Dernier album Breizh, la guerre des deux Jeanne
Florent Daniel – Dernier album : Oliver et Peter T3
Philippe Larbier – Dernier album : Les petits mythos T9
Daniel Brecht – Derniers albums : L’or de Morisson T2 -Nina Bronca
Christophe et Rodolphe Hoyas – Dernier album : Fa-Seriju
Hugues Renier et Iris – Dernier album : Le rire des mouettes
Patrick Goulesque – Dernier album : Nabuchodinosaure
Guillaume Albin – Dernier album : Les sbires du donjon de Naheulbeuk
Thierry Girod et Patrick Marty –Derniers albums : Durango / Le crépuscule du vautour T16
Julie M – Dernier album : Naturellement
Josepe – Dernier album : Rien du tout
Daniel Bardet : Dernier album : Les chemins de Malefosse T24
Nina Jacquemin : Dernier album : Les ruines de Tagab
Pauline Casters : Dernier album : Joachim le petit angevin
Christophe Le Galliot : Dernier album : Space Girls
Tibow : Premier album : Maman & moi
Loïc Jombart : Derniers albums : La boule /  Bd Musée (album collectif)
Remi Farnos : Dernier album : Le monde des végétanimaux
Tony Emeriau : Dernier album : Julio Biscoto
Mickaël Roux : Dernier album : Miss Harley
Christophe Pacaud : Dernier album : Le parfum de la dame en noire (Rouletabille)
Galien : Dernier album : Les mille mystères d’Arsène Lupin

Lieu :  Salle du Layon avenue Laffon de Ladebat, Chalonne sur Loire

Info : festibdchalonnes@gmail.com

Web : bullesenloire.calonnanim.fr


Pays : France

Date de l'événement : du 23/02/2019 au 24/02/2019.

Publié le 30/01/2019.


Source : Bd-best


FLB, Le Palais des Imaginaires fait la part belle à la BD

Pour son 50ième anniversaire, la Foire propose de belles sessions de dessin en direct avec de grands noms du 9ième art. Le Palais des Imaginaires est un espace magique, magnifique et dans lequel j'adore passer durant ma visite à La Foire.

Le programme au sein du Palais est juste assez dingue cette année. Surtout pour les amateurs de la bande-dessinée !
Entre autres une grande session en compagnie de Zep, le créateur de Titeuf, aura lieu le samedi à partir de 14h30.

Découvrez le programme complet ici : https://flb.be/bd/

 

Foire du Livre de Bruxelles

Avenue du Port 86C, 1000 Bruxelles

www.flb.be


Pays : Belgique

Date de l'événement : du 14/02/2019 au 17/02/2019.

Publié le 30/01/2019.


Source : Bd-best


Avec Yasmina, Wauter Mannaert veut changer le monde avec des patates : « Dans beaucoup de récits, la nourriture est métaphorique »

On ne se méfiera jamais assez de ce qu’il y a dans nos assiettes ! Y compris parmi les patates qu’on aime tant déguster en purée, en frites, en croquettes en zo voort, etc. Héroïne pour les enfants comme les adultes, Yasmina va ainsi, bien malgré elle, sauver un monde devenu fou après avoir avaler une nouvelle espèce de patate, modifiée, dangereuse mais néanmoins addictive. Dans un album (qui pourrait être le premier d’une série), Yasmina et les mangeurs de patates, Wauter Mannaert cristallise avec humour, amour et un graphisme (d)étonnant des enjeux importants de notre société de consommation. 

 

 

 

 

 

 

 

© Wauter Mannaert

 

Bonjour Wauter. C’est la première fois que je vous lis. Quelle énergie.

L’énergie, je pense quelle était déjà présente dans mes précédents albums, Weegee et El Mesias. Il y a peut-être plus d’humour. Disons que ce qui a changé, c’était ma volonté d’aller vers un public plus jeune et de le faire jusqu’au bout. Dans l’humour visuel, notamment. Ma référence reste le dessin animé.

Un album jeunesse, alors ?

Le thème est très actuel, la nourriture. J’ai essayé de ne pas être trop à charge. En tant qu’adulte, je travaille avec des jeunes. J’avais envie de prendre un personnage qui leur ressemble, Yasmina. Mais, je ne voulais pas que ce soit réducteur. Je voulais concevoir un récit dans lequel grands comme petits se retrouvent. Avec du second degré mais aussi du premier degré. Je devais pouvoir me libérer de cette thématique lourde avec de la joie et de l’humour. Je voulais une couverture qui parle tant aux adultes qu’aux enfants et un album à l’image de notre société. Dans lequel tout le monde se retrouvera. Comme le jardin de Marco, l’ami de Yasmina qui aime cultiver propre.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert chez Dargaud

 

Un album qu’on lit à deux, en fait. Devant lequel parents et enfants peuvent se retrouver à tourner les pages ensemble ?

Il y a un lien, c’est sûr. Un départ pour parler de certains thèmes, de certains choix. Celui de manger ou pas de la viande, par exemple.

Pas de viande, ici, mais des patates.

Je suis parti de mes observations. J’habite Schaerbeek, il y a des jardins partagés, des potages sur les toits, des fermes urbaines. C’est de là que je suis parti pour, au final, ne fait que les évoquer. Je pense qu’il est essentiel que nous reprenions le contrôle sur la nourriture.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert chez Dargaud

 

Avec la patate, j’avais un légume qui nous concernait tous. C’est tellement belge. Ça nous caractérise tellement bien.

Pas loin de Van Gogh.

Aussi ! Nos grands-parents étaient des mangeurs de patates. La société a changé depuis le temps mais la patate, elle, est restée. Toujours populaire.

 

 

 

 

De Aardappeleters © Van Gogh

 

 

Ce qui marque dans cet album, au premier abord, c’est cet équilibre entre les dialogues et les pages muettes mais tellement expressives.

Il n’y a pas de dialogue dans les premières planches de cet album. J’y tenais. J’ai travaillé très fort sur le rythme, je ne voulais pas que ça paraisse trop lourd. Commencer sans le texte, en laissant l’image raconter, c’est laisser la possibilité au lecteur d’être absorbé. J’ai chassé les gros blocs de texte. Ça m’a forcé à trouver des solutions très originales.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert chez Dargaud

 

On entend trop souvent des gens qui disent qu’ils ont lu le texte d’une BD sans trop regarder le dessin. Je voulais l’éviter. J’ai caché des détails, j’ai mis des histoires en plus. Ils prendront sans doute sens à la relecture, plus qu’à la première lecture.

Je voulais prendre le temps, montrer un maximum de légumes  au tout début mais je ne devais pas oublier d’introduire les personnages, qu’on s’y attache. Il y a mine de rien beaucoup d’informations à placer.

Moi, j’ai été bluffé sur cette succession de planches où vous capter inévitablement notre regard pour permettre une lecture à contre-courant de ce qui se fait d’habitude. Sur la page de gauche, on lit de gauche à droite, en descendant, puis on arrive sur la page de droite par le bas et on remonte en slalom. On remonte un escalier, suivant l’odeur de frites que le papa de Yasmina véhicule en remontant chez lui. Je ne m’en suis pas remis.

Ah, l’escalier. C’était une scène difficile. C’était une manière de présenter le papa mais aussi de montrer différemment, en une seule planche, le milieu dans lequel il vit avec sa fille. En une planche, grâce à l’odeur de frites, on s’introduit dans l’appartement, on le visite, on voit ce qu’il s’y passe. Je voulais forcer le lecteur à lire différemment.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert

 

Puis, il y a quelques planches où les cases sont démultipliées de plus en plus petites.

Comme dans les films, quand le calendrier tombe les pages. Je voulais montrer le temps qui passe. C’est amusant à faire.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert chez Dargaud

 

C’est la première fois que vous scénarisez une histoire.

C’est vrai, c’est un thème très personnel. J’aime travailler avec un scénariste, mais, dans ce cas-ci, j’étais obligé de le raconter moi-même. J’ai mis sept ans à le concrétiser.

Cela dit, sur El Mesias, j’avais déjà fait un travail d’adaptation, j’étais parti d’un texte pur et dur. J’avais déjà l’habitude de réécrire.

Pour Yasmina, je n’ai pas écrit de script. Tout est venu en dessinant. Je voulais échapper au texte, éviter le décalage entre le dessin et ce qui est écrit. Pour ce faire, j’ai travaillé au format A5, synthétisant quatre planches sur une feuille. C’était très petit, presque illisible. Ça donnait des petits bonshommes avec du texte tournant autour.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert

 

Il y a eu beaucoup de changements ?

Non, je suis resté proche de cet effet surprenant. Bon, il y a bien quelques scènes que j’ai retravaillées.

Pour la première fois également, vous signez les couleurs.

C’était un challenge. Et c’est mieux comme ça. Une vraie bataille que je suis content d’avoir engagée. Il y a eu des tests de coloristes mais mon dessin était tellement personnel que ça ne fonctionnait pas. Mon dessin n’est pas fermé, il n’y a pas de case. C’était trop libre pour beaucoup de coloristes. Puis, la couleur fait partie du dessin, je restais dans l’énergie.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert chez Dargaud

 

Rentrons dans l’histoire. Et une question qu’on ne peut s’empêcher de se poser. Sont-ce les savants qui sont fous… ou le monde qui nous entoure et ses foules ?

C’est un dilemme.

Le savant n’est pas tellement fou, d’ailleurs. Amaryllis pense faire le bien mais son invention est récupérée.

Il était important que le grand méchant soit un ultra-capitaliste, en tout cas. Mais je devais rester nuancé. Poser la question du choix. Nous serons bientôt dix milliards sur Terre, autant à nourrir. Comment va-t-on faire ? Quelle technologie va bien pouvoir nous aider. Amaryllis a bien une idée mais elle lui échappe. La patate OGM, ce n’est pas de sa faute, et ça tourne à la catastrophe.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert

 

Ça part de bonnes intentions qui font du mal. À l’instar de Zorglub. C’est le méchant le plus vu dans les albums de Spirou et Fantasio et pourtant, c’est surtout un rêveur, doublé d’un gaffeur.

Beaucoup de méchants ont des animaux. Ils sont présents, eux aussi, bien malgré eux.

Chut, il ne faut pas trop en dire. Il me fallait un ingrédient secret. J’étais parti sur un champignon, comme Franquin. J’ai changé ensuite. Je voulais témoigner du fait qu’on mange mais qu’en fait, on ne sait pas exactement ce qui se retrouve dans nos assiettes.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert

 

Tom de Perre, c’est votre grand méchant. Vous vous êtes inspiré de quelqu’un en particulier ?

Je me suis surtout inspiré de mon environnement direct, de la petite épicerie de ma rue, de la réserve naturelle de Schaerbeek avec les jardins partagés. Marco, c’est un de mes scénaristes, Mark Bellido. C’est important pour moi de m’inspirer de quelque chose qui existe, qui est habité !

Pour Tom de Perre, non. Il a une tête de patate. Pour les autres personnages, il y a des références à des héros de mon enfance, de Franquin, notamment. Mais aussi de Roald Dahl. Mathilda, par exemple. J’ai toujours aimé Gaston Lagaffe, son côté écolo, anti-establishment. Je les ai lus et relus, ça a laissé des traves. Je voulais faire un hommage sans trop de références, non plus. Et garder le mélange de magie. Comme Dahl l’a fait, avec un élément magique qui est souvent une plante. Dans beaucoup de récits, d’ailleurs, regardez Blanche-Neige. La nourriture est métaphorique.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert

 

À force d’avoir tout à portée de main, a-t-on perdu la magie de l’alimentation ?

Pas tellement. Il y a un retour à ça. Partout autour de moi, en ville, des gens plantent des tomates, entretiennent leur jardin, font des potagers sur leurs terrasses. Bon, j’ai essayé de planter des tomates, il faut du temps et beaucoup d’eau pour très peu de résultats, au début. Mais il y a un renouveau, une redécouverte.

Et vous, d’ailleurs, vous avez changé votre comportement ?

Dès 2010, j’ai changé mes habitudes, je suis devenu végétarien. Je mange local et de saison. Je fais de mon mieux.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert chez Dargaud

 

Ça m’est venu après un concert de Matthew Herbert, un artiste anglais qui a sorti Plat du jour et One Pig, deux cd’s à l’occasion desquels j’ai vu le chanteur en live. C’était drôle et politique. Poétique aussi. Il faisait des sons avec des ingrédients, en tapant des carottes sur un melon, par exemple. Il racontait la vie d’un cochon d’élevage. Neuf mois avant qu’on les mange. C’était encore plus choquant quand il a fini sur scène en cuisinant des lardons. Ça m’a fait réfléchir.

Yasmina pourrait-elle connaître d’autres aventures ?

Il y a beaucoup à découvrir, c’est un fait, et plein de mystères entourant les personnages. Oui, je pourrais trouver d’autres histoires assimilant d’autres sujets de société.  On verra.

En tout cas, sur vos pages montrant votre travail, il y a des illustrations inédites.

Notamment pour une recette illustrée dans un magazine. Il y a la possibilité de s’en servir pour des livres de jardinage. En faisant cet album, j’ai collectionné des bouquins, sur les herbes sauvages, les jardins sur les toits… Je pense qu’il faut voir au-delà de la BD. Les héros peuvent être réutilisés quand bien même il n’y aurait pas de suite.

 

 

 

 

© Wauter Mannaert chez Dargaud

 

Un ami est en train de créer un jardin de permaculture, il m’a d’ores et déjà demandé qu’on fasse un décorum avec l’univers de Yasmina.  Tant mieux, s’il y a moyen de s’ouvrir à un autre public, pas nécessairement lecteur de bandes dessinées.

Dargaud a mis la machine en route. Vous êtes soutenu !

C’est chouette pour un auteur de voir autant d’investissement. l’équipe était super-enthousiaste, ce qui nourrit beaucoup de possibilités.

Un autre projet en attendant une éventuelle suite ?

Je travaille sur l’écologie, le climat, la nourriture, une histoire humoristique. Rien n’est signé. Mais j’aime bien être inspiré de ce qui m’entoure. J’ai besoin de parler de ça, d’en faire quelque chose. Sinon, je dors mal le soir.

Merci beaucoup Wauter et longue vie à Yasmina.

 

 

 

 

© Elodie Deceuninck

 

 

Propos recueillis par Alexis Seny

 

Titre : Yasmina et les mangeurs de patates

Récit complet

Scénario, dessin et couleurs : Wauter Mannaert

Genre: Aventure, Humour, Société

Éditeur: Dargaud

Nbre de pages: 144

Prix: 16,50€



Publié le 29/01/2019.


Source : Bd-best


Salon Rétromobile : exposition des Michel Vaillant Art Strips

Découvrez les Michel Vaillant Art Strips au Salon Rétromobile à la Porte de Versailles de Paris.

Les derniers et tout nouveaux Art Strips seront exposés, dont le superbe « Blue Vaillante Mastery »,  la « Michel Vaillant Art Strips Box » et une très jolie surprise révélée le 5 février à 19h.

Adresse : Parc des expositions de la Porte de Versailles
(1 place de la Porte de Versailles 75015 Paris)

L'exposition se tiendra dans le Hall 1, Galerie des Artistes, stand 002 dans l'allée L.


Heures d'ouverture : du mercredi 6 au dimanche 10 février 2019,

Mercredi 6 février : 10h-22h
Jeudi 7 février : 10h-19h
Vendredi 8 février : 10h-22h
Samedi 9 février : 10h-19h
Dimanche 10 février : 10h-19h

 

Web www.retromobile.fr


Pays : France

Date de l'événement : du 05/02/2019 au 10/02/2019.

Publié le 29/01/2019.


Source : Bd-best


Quand BD rime avec DJ.  Kid Noize 1 – L’homme à la tête de singe

 

 

            « - Allez ! On y est presque.

-          Papa, attention !

-          Oh non !

IIIIIIiiiiiiii !!!!!!

-          Violette ?

-          Ça va !

-          Sam ?!

-          J’vais bien.

-          Bon, c’est quoi cette fois ?

-          Ça ressemblait à un singe.

-          Dis pas n’importe quoi, Sam. »

 

 

 

 

 

Sur une route isolée, de nuit, la voiture du père de Sam a manqué de percuter un être étrange au milieu de la chaussée : un homme à tête de singe… ?! L’individu vient de tagger un drôle de logo sur un mur : Kid Noize. Dans l’affolement, il a perdu un paquet sur le bas-côté.

 

Ce que ne savent pas encore l’adolescent et sa famille, c’est que Kid Noize est le nom de cet homme à tête de singe venu d’ailleurs, descendu d’une voiture surgie d’un étonnant triangle bleu. Au volant de sa voiture, tel Marty McFly dans Retour vers le futur, il circule d’un monde à l’autre par l’intermédiaire de ce triangle lumineux.

 

 

 

 

© Kid Noize, Kid Toussaint, Otocto - Dupuis

 

 

Kid Noize raconte à la fois l’histoire d’un être qui veut devenir DJ, celle d’un gamin dont la vie n’est pas tous les jours faciles et celle de Nowera, monde parallèle. Kid Noize navigue d’un monde à l’autre, distribuant ces boîtes mystérieuses.

 

 

 

 

© Kid Noize, Kid Toussaint, Otocto - Dupuis

 

 

Les personnages secondaires apportent un équilibre au récit. Kid Noize est accompagné d’un chien bougon, faire valoir et élément comique original. La faune du Bar Attic semble toute droit sortie d’une des 1000 planètes de Valérian. Hommage à Mézières et Christin, on ne serait pas surpris d’y croiser également Han Solo.

 

Pour sa métamorphose en BD, Kid Noize s’est adjoint les services de l’autre Kid. Maintenu devenu un Dad du scénario, le confirmé Kid Toussaint apporte son savoir-faire pour structurer le scénario.

 

 

 

 

© Kid Noize, Kid Toussaint, Otocto - Dupuis

 

 

Au dessin, Otocto intègre le monde de Kid Noize. Plus à l’aise dans les scènes et les décors fantastiques que lors des séquences de vie « réelles » de Sam et de sa famille, le jeune dessinateur progresse tout au long de l’album. Il ne va pas tarder à montrer qu’il a huit cordes à son arc.

 

 

 

 

© Kid Noize, Kid Toussaint, Otocto - Dupuis

 

 

            L’univers Kid Noize se veut résolument transmedias. Outre le mimétisme entre le DJ et son double, les musiques et les clips qui en découlent, la BD intègre la galaxie, avant l’arrivée annoncée d’un webtoon.

 

Le site officiel du musicien dévoile la carrière du Monkey DJ : https://kidnoize.com

 

            Outre sa biographie, on y trouve des liens vers des documentaires, des extraits de concerts et vers chacun de ses clips, et en particulier celui d’Ocean qui s’intègre parfaitement à la bande dessinée dont il question ici.

 

 

 

 

 

            Les générations ont vu défiler Jean-Michel Jarre, puis David Guetta, Bob Sinclar et Martin Solveig, ainsi que plus récemment Kungs ou Feder. Le prochain DJ sur lequel il va falloir compter s’appelle Kid Noize. Ça va faire du bruit !

 

 

 

 

© L.Lafourcade

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Kid Noize

 

Tome : 1 – L’homme à la tête de singe

 

Genre : Aventure fantastique 

 

Scénario : Kid Noize & Kid Toussaint 

 

Dessins & Couleurs : Otocto 

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 12,50 €

 

ISBN : 9782800173955

 



Publié le 28/01/2019.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2019