En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


L’art est un lieu.  Eileen Gray, une maison sous le soleil

« - La pauvreté de l’architecture moderne découle d’un manque de sensualité. Voilà le vrai problème ! Tout est dominé par la raison ! Une maison n’est pas une machine à habiter ! C’est une extension de ses habitants, ce qu’ils dégagent, c’est leur émanation.

- Tu n’es donc pas d’accord avec l’idée de Lez Corbusier, selon laquelle l’architecture repose seulement sur la forme et pas sur les matériaux ?

- Jean, tu sais que je suis en désaccord total avec le concept de « machine à habiter ». Nous savons, toi comme moi, que l’art de l’ingénieur ne suffit pas. L’art doit être guidé par les besoins primitifs de l’humanité. Il ne peut pas être raison pure, sans instinct.

- Et le processus alors ? Il faut une pensée cartésienne pour construire !

- L’objet n’est-il pas plus important que la façon dont il est fabriqué ? »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Dans la villa E-1027, Eileen Gray et Jean Badovici devisent sur l’architecture. La décoratrice d’intérieur irlandaise a créé cette maison dans le sud de la France. Elle deviendra l’une des figures majeures du modernisme architectural. C’est pour son compagnon « Bado » qu’elle a conçu cette habitation particulière. Quelques années plus tard, Le Corbusier se noiera en face de cette demeure qui entretemps sera devenu la sienne. C’est sur cet événement que s’ouvre cet album, avant de remonter dans le temps en racontant la carrière de sa créatrice méconnue et l’histoire de la création et de la vie de la villa E-1027.

 

 

 

 

© Malterrre-Barthes, Dzierzawska – Dargaud

 

 

                Le nom de l’endroit est un mélange du duo Gray/Badovici. Le E vient d’Eileen, le 10 est pour le J de Jean, dixième lettre de l’alphabet, le 2 vient du B de Badovici, le 7 du G de Gray. L’emplacement de la villa sur la Côte d’Azur est spectaculaire. Eileen ne veut pas d’une existence figée. Sa maison s’y adapte. L’artiste assume ses choix professionnels et personnels. Dans sa vie, elle aime Bado mais fréquente aussi les milieux lesbiens dans lesquels elle rencontre Damia. Dans son métier, elle ne s’arrête pas tant qu’elle n’a pas trouvé la ligne idéale et l’ensemble absolu.

 

 

 

 

© Malterrre-Barthes, Dzierzawska – Dargaud

 

 

                La scénariste Charlotte Malterre-Barthes est elle-même architecte et urbaniste. Elle enseigne cet art à Zurich. Elle a également contribué à la fondation d’une association visant à promouvoir l’égalité des sexes en architecture. Elle a structuré son scénario comme des plans de construction. Chaque séquence est une fondation de la villa. E-1027 repose sur la destinée d’Eileen Gray, de son enfance à ses rencontres. Charlotte Malterre-Barthes honore la mémoire de cette artiste méconnue, oubliée des profanes. Elle expose les doutes et les certitudes qui ont fait d’Eileen Gray une pionnière du design moderne.

 

 

 

 

© Malterrre-Barthes, Dzierzawska – Dargaud

 

 

                La dessinatrice Zosia Dzierzawska marche sur les pas de Christian Cailleaux, qui, dans ses biographies dessinées de Vian et de Prévert, a retranscrit dans son trait crayon l’art qui prenait source dans les âmes de ces personnages réels. L’illustratrice à la carrière internationale raconte un pan de l’histoire de l’art en faisant elle-même de l’art.

 

 

 

 

La villa E-1027 © Spiekermeier

 

 

                Si vous avez aimé Les aventures de Munich dans Marcel Duchamp, paru également chez Dargaud, vous adorerez Eileen Gray, une maison sous le soleil, deux albums qui mettent l’art en abime dans le neuvième. 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Eileen Gray, une maison sous le soleil 

 

Genre : Architectural

 

Scénario : Charlotte Malterrre-Barthes 

 

Dessins & Couleurs : Zosia Dzierzawska

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 152 

 

Prix : 19,99 €

 

ISBN : 9782505083689

 



Publié le 01/09/2020.


Source : Bd-best


Spirou 4299 -  2 Septembre 2020

 

 

 

La fin des vacances c’est aussi… Les retrouvailles !

 

 

 

 

 

 

            Le petit Spirou et Suzette sont au rendez-vous pour vous réconforter en cette rentrée scolaire. Si l’école, ce n’est pas toujours drôle, retrouver ses potes, c’est d’la balle, baby ! Malheureusement, alors qu’on s’attendait à une histoire courte, c’est juste un petit gag auquel on a droit. Mais c’est si drôle, qu’on ne le regrette pas.

 

            Côté récits complets justement, on est gâtés : une dose d’Agent 212, et une histoire scénarisée par Zabus, c’est un gage d’émotion et de qualité.

 

            Pour les abonnés, dans un fascicule indépendant, c’est le septième chapitre de la nouvelle aventure du Marsupilami, version Zidrou et Frank Pé.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Zidrou, Frank Pé – Dupuis

 

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Boîte à musique (La) : La mystérieuse disparition

Harmony : Metamorphosis

Mademoiselle J. : Je ne me marierai jamais

Raowl : Peau d’âne, la princesse qui pue

Spirou : Pacific Palace

 

 

Récits complets :

 

Agent 212 (L’)

Le tout petit monsieur (Lopez & Zabus)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Comme des bêtes

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliot au collège

Fifiches du professeur (les) (La pause-cartoon)

Game over

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Léon & Lena

Minions (Les)

Petit Spirou (Le)

Spoirou & Fantasperge

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Perrault

En direct du futur : Bloche se marie ! (Dodier)

Jeux : C’est la rentrée (Priou & MistaBlatte)

Spirou et moi : Miss Prickly

 

 

Supplément abonnés :

Fascicule : Le Marsupilami : La bête (Frank Pé & Zidou) : Episode 7

 

 

 

En kiosques et librairies le 2 septembre 2020.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 



Publié le 01/09/2020.


Source : Bd-best


L'almanach de l'actualité ... Repères, 2000 nouveaux dessins pour comprendre le monde T.2

 

 

 

Où trouver un livre traitant de façon humoristique  et pédagogique des sujets d’actualité aussi éloignés que l’abandon scolaire et la contraception ?

 

 

 

 

 

 


C’est avec joie que je découvre la suite du premier tome de « Repères, 2000 dessins pour comprendre le monde » paru en 2017. Depuis 2014, Jochen Gerner, traite dans le journal hebdomadaire Le 1, différents thèmes nous permettant de mieux comprendre l’histoire, la politique, l’économie, les sciences, la France, l’Europe, en résumé l’actualité mondiale.

 

 

 

 

© Jochen Gerner - Casterman

 

 

Pour rappeler la formule, avec ses crayons l’auteur traite en deux planches disposées sur une même double page l’histoire d’un sujet d’actualité, utilisant douze à quinze repères formant des saynètes éclairant avec pédagogie et malice l’actualité récente.

 

 

 

 

© Jochen Gerner - Casterman

 

 

 

Comme vous l’aurait compris, l’ouvrage ne se lit pas d’une seule traite, mais plutôt en plusieurs épisodes. Les textes sont sérieux, clairs et accessibles au grand public. Ils ont pour principe d’être humoristiques tout en fournissant aux lecteurs des données précises, et ce, de façon la moins rébarbative possible. L’ensemble de ces ingrédients rendent la lecture des informations très agréable. C’est le livre passe-partout à offrir voir même à laisser trainer en pâture dans les différentes pièces accessibles aux visiteurs dans votre habitation !

 

À conseiller aux lecteurs à partir de 14 ans pour des voyages cumulant découvertes, apprentissages, histoires mais également de nombreuses aventures vers la connaissance universelle.

 

 

 

 

 

Haubruge Alain

 

Série : Repères, 2000 nouveaux dessins pour comprendre le monde 

 

Tome : 2

 

Genre : Actualité, société

 

Scénario & Dessins : Jochen Gerner

 

Éditeur : Casterman

 

Nombre de pages : 264

 

Prix : 15,00 €

 

ISBN : 9782203215788



Publié le 26/08/2020.


Source : Bd-best


Yakari n’est plus tout seul.  Tatanka - Une journée extraordinaire

« - Tatanka ! Tatanka, debout mon petit ! Sors de ton sommeil. J’aimerais que tu ailles me chercher quelques plantes d’arnica dans les plaines des rochers sacrés.

- Hmmmpfff… Grand-père, je faisais un si beau rêve, parsemé d’oiseaux, de fleurs et de grands esprits de la nature.

- Quel bien beau rêve en effet… Mais allons, hâte-toi ! J’ai grand besoin de ces plantes pour le rituel de ce soir. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Tatanka est réveillé par son chaman de grand-père pour aller cueillir des plantes médicinales dans les hautes plaines. Mais le danger guette et le petit indien va se trouver en bien facheuse posture. Quelqu’un pourra-t-il le tirer de ce mauvais pas ? On a toujours besoin d’un plus grand que soi, mais l’adage dit aussi « On a toujours besoin d’un plus petit que soit ».

 

 

 

 

© Gilson – La surprise du chef

 

 

                Fort d’une campagne Ulule à succès, Gilson propose un album en quatre parties. Après l’histoire illustrée, s’enchaînent un cahier de jeux, des dessins hommages (dont un à mourir de rire de Hugues Hausman), puis une conclusion didactique expliquant comment la petite histoire rejoint la grande. Et sans compter une recette sioux !

 

 

 

 

© Gilson – La surprise du chef

 

 

                Tatanka a tout pour réjouir les enfants d’aujourd’hui et les nostalgiques de l’âge d’or du journal Spirou et des éditions Dupuis. Les pages de garde bleues rappellent les meilleures années de l’éditeur de Marcinelle. Les dessins font penser aux merveilleuses images des contes illustrés du journal de Spirou. Si Tatanka était paru à la grande époque, nul doute qu’il aurait fait partie de la collection des albums du Carrousel. Mais que l’on ne s’y trompe pas, l’histoire ne regarde pas vers le passé et ne transpire pas de regrets. Les jeunes lecteurs trouveront en Tatanka un double d’eux-mêmes auquel ils pourront s’assimiler et avec qui ils pourront rêver dans les plaines du Far West. Le petit loup Wapi sera l’alter ego idéal pour cette balade au grand air.

 

 

 

 

© Gilson – La surprise du chef

 

 

                Gilson est un grand amateur de Franquin dont il vénère les monstres. Il admire également Walthéry avec lequel, parmi quelques autres grands noms de la BD, il a participé à de nombreux albums hommages ou parodiques. Gilson est de ces auteurs à la carrière incompréhensiblement discrète et méritant une reconnaissance avec une série à succès. Tatanka l’amènera peut-être sur cette piste ?

 

 

 

 

© Gilson – La surprise du chef

 

 

A l’instar de séries comme P’tits Boule et Bill, ou plus récemment Grandir avec les Schtroumpfs, Tatanka s’adresse aux plus jeunes tout en ayant le mérite d’être une création originale. Alors, t’attends quoi pour te précipiter sur Tatanka ?

 

 Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Tatanka 

 

Titre : Une journée extraordinaire 

 

Genre : Aventure indienne

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Gilson

 

Mise en page : Studio Archibald and co

 

Éditeur : La surprise du chef

 

Nombre de pages : 68 

 

Prix :  20 €

 

ISBN : 9782807500198

 



Publié le 21/08/2020.


Source : Bd-best


Spirou 4297 -  19 Août 2020

 

 

 

Les deux font l’ampère !

 

 

 

 

 

 

 

 

            Le petit barbare met la princesse sur du 220 ! Le personnage de Midam, Adam et Thitaume est à l’honneur. Il va y avoir des morts… mais, ça, on le savait déjà. Faire rire avec des gags dont on connaît la fin d’avance, ça fait bientôt 700 fois que ça marche. Epatant, étonnant, incroyable !

 

            Musique au programme du festival non annulé de la semaine : c’est Rock en Seine Back Stage, avec une histoire d’Alfred.

 

            Pour les abonnés, dans un fascicule indépendant, c’est le cinquième chapitre de la nouvelle aventure du Marsupilami, version Zidrou et Frank Pé.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Zidrou, Frank Pé – Dupuis

 

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Boîte à musique (La) : La mystérieuse disparition

Harmony : Metamorphosis

Mademoiselle J. : Je ne me marierai jamais

Raowl : Peau d’âne, la princesse qui pue

Spirou : Pacific Palace

 

 

 

Récit complet :

 

Ceci n’est pas une annulation : Rock en Seine Back Stage (Alfred)

 

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Fifiches du professeur (les) (La pause-cartoon)

Game over

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Nelson

Petit Spirou (Le)

Spoirou & Fantasperge

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

Willy Woob

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : de Pins

En direct du futur : La vie en bleu : Monographie de Lambil

Jeux : Blork Battle (Joan)

Spirou et moi : Marie Spénale

 

 

Supplément abonnés :

Fascicule : Le Marsupilami : La bête (Frank Pé & Zidou) : Episode 5

 

 

 

En kiosques et librairies le 19 août 2020.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 



Publié le 19/08/2020.


Source : Bd-best


Spirou 4296 -  12 Août 2020

 

 

 

Coup de théâtre à Pandorient !

 

 

 

 

 

 

 

            Il se passe toujours quelque chose dans La boîte à musique. Une « mystérieuse disparition » est au cœur de ce quatrième épisode. Nola devra plus que jamais avoir le cœur bien accroché. Carbone, scénariste de la série, donne le « la » dans une interview exclusive.

 

            Théâtre au programme du festival non annulé de la semaine, avec une histoire de Cyrille Pomès.

 

            Pour les abonnés, dans un fascicule indépendant, c’est le quatrième chapitre de la nouvelle aventure du Marsupilami, version Zidrou et Frank Pé.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Zidrou, Frank Pé – Dupuis


 

 

 

Histoires à suivre :

 

Boîte à musique (La) : La mystérieuse disparition

Harmony : Metamorphosis

Mademoiselle J. : Je ne me marierai jamais

Raowl : Peau d’âne, la princesse qui pue

Spirou : Pacific Palace

 

 

 

Récit complet :

 

Ceci n’est pas une annulation : Festival d’Avignon : En attendant le Pogo (Pomès)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Capitaine Anchois

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Estampille

Fifiches du professeur (les) (La pause-cartoon)

Game over

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Minions (Les)

Petit Spirou (Le)

Spoirou & Fantasperge

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Boisvert

En direct du futur : Spirou, une histoire d’espoir (Bravo)

Interview : Carbone

Jeux : La boîte à musique (Garouste)

Leçon de BD (La) : Jouvray

 

 

Supplément abonnés :

Fascicule : Le Marsupilami : La bête (Frank Pé & Zidou) : Episode 4

 

 

 

En kiosques et librairies le 12 août 2020.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 



Publié le 14/08/2020.


Source : Bd-best


La vie qui change dans une avalanche… de sentiments. Moustik 3 - Aimer

« - Je vais choisir les 3 meilleurs parmi vous ! Qui a déjà skié ?

- Moi.

- Moi.

- Moi !!

- Ok ! Elliott… Dylan et Léa à ma gauche.

- Mon palmarès est top !! J’ai tous les flocons, flèches, chamois… J’ai voulu tenter l’or olympique, mais j’aime pas me la péter !!

- Sacré Moustik !!! Toujours dans l’excès... Il me fait toujours autant rire… Hi hi hi ! »

 

 

 

 

 

 

 

                De retour de New York, Théodore Deguerville, surnommé Moustik, n’est plus l’adolescent chétif qu’il était avant son voyage. Il se la joue même super-héros, au risque de passer pour un crâneur en en faisant des caisses. Ce n’est pas pour déplaire à Enora. Plus discrète et observatrice, Natacha ne compte pas disparaître du champ de vision de Moustik. A qui va profiter la classe de neige ?

 

 

 

 

© Kris Arnal, Alexandre Chair – YIL Edition

 

 

                Kris Arnal poursuit les aventures de Moustik avec une note d’espoir pour tous les adolescents harcelés. Sans dévoiler la fin, le scénariste prouve que l’on peut devenir quelqu’un. La prise de confiance en soi est une étape primordiale dans le processus. Avant de pouvoir aimer quelqu’un et être aimé, il faut réussir à s’aimer soi-même. La quête initiatique de Moustik en montre la voie.

                Le scénariste n’oublie pas l’humour. Spiderman 26 au cinéma, ce n’est pas si surréaliste que ça après les multiples reboot qu’on nous a infligés. Kris Arnal s’en amuse. Mais on ne se moque que de ce que l’on aime. L’auteur adore le cinéma américain à grand spectacle, preuve en sont les allusions à Spiderman ou autres James Bond.

 

 

 

 

© Kris Arnal, Alexandre Chair – YIL Edition

 

 

Alexandre Chair progresse à grands pas, mais il a encore quelques attitudes à soigner. Pour les décors, il prend le parti pris de les faire à partir de photographies travaillées et colorisées. Surprenant au début, le procédé s’avère original et efficace.

 

 

 

 

© Kris Arnal, Alexandre Chair – YIL Edition

 

 

                Ne nous y trompons pas, on est encore dans de la BD amateur. Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Chacun des albums de Moustik est une pierre qui va permettre à ses auteurs d’asseoir des fondations pour aller plus loin. Paru chez un tout petit éditeur, l’album est disponible sur les principales plateformes de commerce en ligne.

 

                L’album est préfacé par Jean-Luc Garréra, auteur de Droit au but. L’auteur signale à juste titre que le seul Moustik dont on voudrait une nouvelle piqûre est bien celui d’Alexandre Chair et de Kris Arnal, et on peut d’ors et déjà vous dire qu’il y en aura d’autres.

 

  

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Moustik

 

Tome : 3 - Aimer

 

Genre : Aventure initiatique

 

Scénario : Kris Arnal

 

Dessins & Couleurs : Alexandre Chair

 

Éditeur : YIL Edition

 

Nombre de pages : 40

 

Prix : 15 €

 

ISBN : 9782374164359

 

 



Publié le 12/08/2020.


Source : Bd-best


Entrez dans la légende.  Le Roi Singe 3 - La disgrâce de Wukong

« - Wukong, où allons-nous coucher ce soir ?

- Avançons encore un peu. Au pied de la montagne, nous allons faire un feu et construire une cabane.

- Comment ? Depuis que nous avons traversé le fleuve, nous escaladons les montagnes et franchissons les cols depuis deux semaines. Nous mangeons dans le vent et dormons dans la rosée. Maître, ce serait bien si nous pouvions trouver une maison pour nous rassasier et dormir confortablement ça nous redonnerait de l’énergie pour poursuivre notre route.

- Idiot ! Tu te plains encore alors que notre petit frère Sha qui porte les bagages ne pleurniche jamais… Si tu ne peux pas supporter la souffrance, tu peux retourner dans ton village des Gao pour continuer à bien manger et bien boire. Nous ne te retenons pas. »

 

 

 

 

 


 

                Le Roi Singe Sun Wukong, Bajie, le fort-des-halles au visage de porc, ancien général, et Tang Sanzang, le moine qu’ils escortent, poursuivent leur périple vers l’Inde pour en ramener les véritables soutras afin de faire prospérer la grandiose dynastie des Tang, dont Sanzang fait partie. Après un combat avec Sha, gardien d’un fleuve qu’ils doivent traverser, ce dernier rejoint leur troupe. Trois disciples accompagnent maintenant le moine dans son pèlerinage. Mais le chemin est long, parsemé d’embûches et de rencontres, parmi lesquelles une jeune veuve et ses trois filles qui leur proposent de rester vivre avec elles, un arbre à Ginseng aux fruits particuliers, une jeune fille pas si charmante que ça, ou encore le père d’une princesse cent fleurs disparue depuis treize ans.

 

 

 

© Chaiko - Paquet

 

 

                Le caractère impulsif et sincère du Roi Singe va se révéler dans cet épisode charnière. Les 500 ans qu’il a passé coincé sous un rocher ne l’ont pas changé. Sun Wukong est un personnage entier qui ne sait pas tricher. Fonceur, il ne mesure pas les conséquences de ses actes qui, tout autant qu’ils sont héroïques, peuvent paraître pour maladroits ou inappropriés. Le Grand saint égal au ciel, comme il est défini, a une arrogance qui créé des inimitiés. Mais le Roi Singe est devenu immortel et possède un bâton faisant de lui un expert en arts martiaux. Cela sera-t-il suffisant pour affronter les obstacles sur sa route ?

 

 

 

 

© Chaiko - Paquet

 

 

                Chaiko signe le troisième volume de son adaptation de la légende du Roi Singe qui doit en compter et en conter quatre. L’auteur fait découvrir à ses lecteurs ce merveilleux monde issu d’un livre datant de XVIème siècle. Chaiko habille la bande dessinée asiatique d’un costume européen, donnant au résultat une saveur universelle. Les amateurs de mangas et autres manhuas retrouveront les poncifs graphiques et scénaristiques de leurs séries, avec des personnages drôles et attachants, de l’action et de l’humour mêlés. Les gardiens du temple franco-belge seront rassurés par un découpage plus occidental.

 

 

 

 

 

© Chaiko - Paquet

 

 

                On retrouve dans Le Roi Singe tout ce qui fait la saveur, le charme et l’intérêt du conte traditionnel. A la fois quête initiatique, voyage spirituel et aventure aux mille dangers et aux mille rencontres, l’odyssée de Su Wukong ne peut que réunir les générations.

 

 

 

 

© Tezuka - Delcourt

 

 

 

                Le grand Osamu Tezuka a réalisé sa version manga du Roi Singe. Plusieurs films et dessins animés ont été tiré de ce monde. Plus qu’un univers, « Le Roi Singe » est une galaxie foisonnante et passionnante à explorer. Le panthéon chinois n’aura plus de secret pour vous.

 

 

Laurent Lafourcade


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Chaiko - Paquet

 

 

 

Série : Le Roi Singe

 

Tome : 3 - La disgrâce de Wukong

 

Genre : Conte oriental 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Chaiko

 

Éditeur : Paquet

 

Nombre de pages : 88

 

Prix : 16,95 €

 

ISBN : 9782889331093

 



Publié le 09/08/2020.


Source : Bd-best


Spirou 4295 -  5 Août 2020

 

 

Harmony contre-attaque !

 

 

 

 

 

 

 

 

            Après un épisode centré sur le côté obscur de la série, Harmony reprend les rênes de ses aventures. Metamorphosis est déjà sa sixième aventure.

 

            Les jeux olympiques de Tokyo ne sont pas annulés cette semaine. Dab’s nous le prouve.

 

            Pour les abonnés, dans un fascicule indépendant, c’est le troisième chapitre de la nouvelle aventure du Marsupilami, version Zidrou et Frank Pé.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Zidrou, Frank Pé – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Harmony : Metamorphosis

Mademoiselle J. : Je ne me marierai jamais

Raowl : Peau d’âne, la princesse qui pue

Spirou : Pacific Palace

 

 

 

Récit complet :

 

Ceci n’est pas une annulation : Les jeux olympiques : L’empire du soleil masqué (Dab’s)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Cramés !

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Family life

Fifiches du professeur (les) (La pause-cartoon)

Game over

Kahl & Pörth

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Passe-moi l’ciel

Spoirou & Fantasperge

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Bertschy

En direct du futur : Dad s’anime

Interview : Reynès

Jeux : Harmony, force de l’esprit (Caritte)

Spirou & moi : Nikola Witko

 

 

Supplément abonnés :

Fascicule : Le Marsupilami : La bête (Frank Pé & Zidou) : Episode 3

 

 

 

En kiosques et librairies le 5 août 2020.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 



Publié le 03/08/2020.


Source : Bd-best


Rats d’opéras contre Souris de geeks.  Emma et Capucine 5 - Un été trop court

« - salut tout le monde ! Vous avez fait bonne route ?

- 9h42, sans compter les pauses. On vient de battre un nouveau record !

- Mes pauvres… Désolée pour le temps. On a eu une journée fabuleuse pourtant ! Bienvenue !!! Je vous ai mises dans la chambre de gauche. »

 

 

 

 

 

 


Paris au mois de Juillet, c’est bien. Mais quoi de mieux que de passer une semaine en Bretagne pour s’aérer l’esprit. Capucine est bien d’accord pour partir avec Emma et les parents à condition de pouvoir emporter la barre de danse qui lui permet de s’entraîner. Les garçons, eux, sont à New-York. A Carnac, Maël et Kenji s’apprêtent à échanger leurs manettes de geeks contre quelques pas de danse.

 

 

 

 

© Hamon, Sayaphoum – Dargaud

 

 

Jérôme Hamon ne s’adresse pas qu’aux lectrices jeunes filles, mais aussi à leurs homologues masculins et à leurs parents. Des premières amours adolescentes aux doutes d’adultes, le thème n’avait pas été aussi tendrement abordé depuis Bidouille et Violette.

Cet épisode souligne l’importance des petits plaisirs du quotidien. Les vacances d’été à quatorze-quinze ans laissent des souvenirs impérissables. Les baignades dans une mer trop froide sont tempérées par des cœurs chaleureux. Les bals de village démontrent que tout le monde sait danser, sans souci de qualité d’exécution, et dans une ambiance intergénérationnelle fédératrice.

 

 

 

 

© Hamon, Sayaphoum – Dargaud

 

 

Avec Justine Cunha (Dans les yeux de Lya) et Gijé (La boîte à musique), Lena Sayaphoum forme la nouvelle vague du semi-réalisme en couleurs directes. Dans des cadrages façon Go-pro mi-aquatiques mi-aériens et des scènes de danse silencieusement (BD oblige) musicales, Sayaphoum peint ses personnages dans une grâce élégante.

 

Penser ne pas être la cible d’une série comme Emma et Capucine est une erreur. En ces temps compliqués de crise sanitaire où le stress est permanent, Emma et Capucine est la feel good série qu’il fallait, un bol d’air revigorant que l’on attendait sans oser l’espérer. Cet épisode n’a qu’un seul défaut, être comme le titre, trop court.

 

 

 

 

© Hamon, Sayaphoum – Dargaud

 

 

Les promesses de se revoir des fins de vacances d’été sont souvent des idéaux et malheureusement pas toujours des réalités. Celle de retrouver Emma et Capucine est la certitude d’éclats de feux d’artifice dans les yeux et dans les cœurs.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Emma et Capucine

 

Tome : 5 - Un été trop court

 

Genre : Feel good story 

 

Scénario : Jérôme Hamon 

 

Dessins & Couleurs : Lena Sayaphoum 

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 9,99 €

 

ISBN : 9782505083290

 



Publié le 31/07/2020.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2020