Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


A la croisée des regards.  Visages - Ceux que nous sommes 2 – La pratique Andromaque

 

"-Venez, soldat Knielingen ! Je vais vous présenter votre instructeur... Gefreiter McDare ! Votre élève, le soldat Knielingen. Rendez-le opérationnel !

-Ah oui, le tireur repéré par votre Obergefreiter… J'espère qu'il a des aptitudes !"

 

 

 

 

 

 

                Pas-de-Calais, juin 1940. Georg combat sous l'uniforme allemand. Aujourd'hui, il rencontre Sheila McDare. Elle appartient à la Wehrmacht, pas comme ces raclures de la Waffen SS à la botte d'Hitler. Issue de l'IRA, l'armée d'insurrection irlandaise, dont les britanniques sont les ennemis héréditaires, elle va initier Georg au tir au Mauser K98, afin de le préparer à l'opération Seelöwe, plan d'invasion de l'Angleterre depuis la France. S'il fait ses preuves, ils formeront un binôme. Si Georg veut devenir sniper, c'est parce qu'il ne veut plus jamais se battre au corps à corps avec le sale porc de français qui a engrossé sa mère.

 

© Ponsard-Gutknecht, Beausang-O'Griafa, Morinière - Glénat

 

Deuxième épisode de la saga familiale Visages, La pratique Andromaque poursuit l'histoire de Louis, Lieselotte et Georg, chacun sur le chemin de sa vie. C'est un grand moment de tension qui ouvre l'album avec le corps à corps en juin 1940 entre Georg et son père Louis. "Je suis Louis", "Ich bin Georg". La rencontre sera furtive, violente, encore plus moralement que physiquement. On découvrira ensuite, avant la der des der, comment d'un côté Louis s'est forgé grâce à l'art, et de l'autre Lieselotte s'est intéressée à la photographie, l'un en France, l'autre en Allemagne. On les suivra ensuite dans leurs vies parallèles, dans l'entre-deux-guerres, ayant chacun à l'esprit leur rencontre passionnée racontée dans le premier tome.

"Faut-il peindre ce qu'il y a sur un visage ? Ce qu'il y a dans un visage ? Ou ce qui se cache derrière un visage ?" Cette citation de Pablo Picasso est inscrite en préambule de l'histoire. Les scénaristes Nathalie Ponsard-Gutknecht et Miceal Beausang-O'Griafa s'emparent de cette problématique pour avancer, ou plutôt faire avancer, leurs personnages dans l'histoire du siècle. La réponse est plus complexe qu'il n'y paraît. En disant cela, Picasso provoque, évidemment. Nathalie et Miceal suivent ses pas. Visages – Ceux que nous sommes démontre que c'est la troisième partie de la citation qui se détache des autres. "Ce qui se cache derrière un visage", c'est l'histoire de chacun, ce que la vie fait de nous. Peindre ce qui se cache derrière un visage, c'est donc montrer une âme. C'est ce à quoi se sont donc attachés les auteurs, car avant d'être un récit de guerres, la série est une aventure de destins, meurtris par la guerre certes, mais avant tout une aventure de destins. Au dessin, Aurélien Morinière s'applique à suivre le principe Picasso. Les premiers et derniers strips de la deuxième planche sont entre autres en cela remarquables qu'on voit plus que les visages de deux hommes, on aperçoit le plus profond de leurs âmes.

 

© Ponsard-Gutknecht, Beausang-O'Griafa, Morinière - Glénat

 

Un mot sur le titre, énigmatique et finement choisi : La pratique Andromaque. Louis Kerbraz, le poilu breton, est un artiste. Dans les années 20, il réalise des décors de théâtre. On lui propose de mettre en scène Andromaque de Racine. Il choisit de transposer la tragédie dans un contexte de première guerre mondiale avec des costumes de poilus.

Réalisé par les scénaristes de la série, un cahier documentaire complète l'album. Parmi de nombreux sujets, il y est détaillé l'engagement irlandais pendant la guerre de 14, sujet particulièrement émouvant pour Miceal Beausang-O'Griafa qui a une partie de ses origines en Irlande. On nous emmène dans les vies parisienne et berlinoise des années 20. On apprend que la Wehrmacht et les SS ne menaient pas forcément le même combat. Il y est aussi beaucoup question d'art, des salons autrichiens de Bertha Zuckerandl-Szeps à la cité d'artistes La Ruche à Paris.

 

© Ponsard-Gutknecht, Beausang-O'Griafa, Morinière - Glénat

 

Une série d'entretiens avec les auteurs est disponible sur la chaîne YouTube Boulevard BD. Histoire de guerres, histoire des arts, mais avant tout histoire de personnes, avec un type de narration inédit, osé et efficace, Visages – Ceux que nous sommes est LA série événement de cette année.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Visages - Ceux que nous sommes

Tome : 2 – La pratique Andromaque

Genre : Histoire

Scénario : Nathalie Ponsard-Gutknecht & Miceal Beausang-O'Griafa

Dessins & Couleurs : Aurélien Morinière 

Éditeur : Glénat

ISBN : 9782344032886

Nombre de pages : 64

Prix : 14,95 €

 



Publié le 03/05/2023.


Source : Boulevard BD


Spirou 4438 – 3 mai 2023

 

Pas facile de vivre dans l'ombre de Lucky Luke

 

 

 

 

            L'homme qui tire plus vite que son ombre est de retour dans un récit complet signé par les auteurs de Frnck : Cossu et Bocquet. Une fusillade, quatre Dalton et une ombre qui en prend pour songrade, voilà les ingrédients de cette histoire intitulée Sombre héros. Mais le héros de la semaine, ce serait plutôt Olivier Bocquet himself qui signe dans le même numéro Soda, Le métier le plus dangereux du monde et cet hommage à Lucky Luke.

 

            Pendant ce temps, les abonnés vont accrocher à leur porte un panonceau avec les deux sombres héros de l'édito.

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Erre, Fabcaro – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Cœurs de ferraille (Les) : L’inspiration

Munuera / BeKa / Sedyas

Métier le plus dangereux du monde (Le) : Ziad

Lai / Bocquet / Alquier

Schtroumpfs (Les) : Qui est ce Schtroumpf ?

Tebo

Soda : Le pasteur sanglant

Gazzotti / Bocquet / Usagi

 

 

Récit complet :

 

Lucky Luke : Sombre héros

Cossu / Bocquet / Corgié

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Antre case (L') (La pause-cartoon)

Waltch / Derache

Coach (Le)

Bercovici / Bernstein / Le Gall

Crash Tex

Dab's / Gom

Dad

Nob

Dans l'ombre de Lucky Luke

Martin

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Berth

Edito (L’)

Erre / Fabcaro / Greff

Elliot au collège 

Grosjean / Riccobono 

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Lécroart

Game over 

Midam / Adam / Benz / Angèle 

Kid Paddle 

Midam / Dairin / Angèle 

Léon & Lena

Cerq / Clémence / Mistablatte

Nelson

Bertschy

Otaku

Nena / Maria-Paz

Passe-moi l'ciel 

Janry / Cerise 

Spoirou & Fantasperge (Marges)

Sti

Strip dont vous êtes la star (Le)

Libon / Salma

Tash & Trash (La pause-cartoon)

Dino

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Les BD de la vie

Kox

En direct du futur : Tous au parc Spirou Provence

 

Interview

Cossu / Bocquet

Jeux : Dirty Canyon

Tyst

Spirou et moi

Falzon

 

Supplément abonnés :

 

Panonceau de porte L'Edito

Erre / Fabcaro

 

 

 

En kiosques et librairies le 3 mai 2023

2,70 €

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 



Publié le 02/05/2023.


Source : Boulevard BD


Tous les coups sont permis.  The kingdoms of ruin 6

 

"-Je crois vous avoir demandé de ne pas flirter en ma presence ! Assaut de colibris !!

-Je m'en occupe ! Ses projectiles sont faibles. Je peux les parer. En revanche…

-Hein ? Mais… Il y en a de plus en plus !! Je ne peux pas m'occuper de tout ça !!"

 

 

 

 

 


Adonis et Doroka, le magicien et la sorcière, le sauveur et la sauvée, poursuivent leur périple sur Terre. Le couple est en possession de Neorapière, une épée magique incassable qui peut tout transpercer, même l'acier. C'est juste que le mode d'emploi est plutôt long. Pas le temps de lire. Shirousagi est en face. Le directeur assassin attaque. Il faut riposter. Adonis va devoir sortir sa fameuse plume d'incantation s'ils veulent s'en sortir vivants. L'ennemi possède des attaques pernicieuses. Ses colibris ne sont pas de mignons petits oiseaux mais des mains cybernétiques. Il ne va pas falloir être trop naïf. Le cauchemar ne fait que commencer. Il faut juste savoir que rien n'est jamais perdu.

 

© Yoruhashi 2021
© KANA 2022

 

Attention, malgré son graphisme shonen, The kingdoms of ruin se range indubitablement dans la catégorie seinen. Yoruhashi va encore plus loin dans les scènes d'horreur. Doroka va y laisser plus que des plumes. Adonis ne va pas y aller par quatre chemins pour la soigner… dans la douleur. Il faudra attendre le dernier chapitre de ce sixième volume pour voir d'autres personnages que les trois protagonistes cités précédemment, mais ils ne tiennent rôles que de figurants. Il s'agit des habitants de la ville inquiétés par le blizzard s'abattant, ainsi que des "employés" de Shirousagi qui se rendent compte que leurs adversaires sont bien coriaces.

 

© Yoruhashi 2021
© KANA 2022

 

Yoruhashi parvient à tenir les lecteurs en haleine avec un combat qui prend la quasi-totalité des chapitres présentés. Le manga se lit aussi vite que l'action. Comme on dit, ça dépote. Même si l'on sait que la magie guérit bien des blessures, la violence des coups et la gravité des blessures infligées au couple de héros sont sans concession aucune. Si la situation évolue dans un sens comme dans l'autre pour les trois acteurs du drame, on eût aimé un petit peu plus de diversité dans le contenu.

 

© Yoruhashi 2021
© KANA 2022


Le tome se termine par une promesse qui résonne comme un espoir, mais de nombreux pièges semblent encore attendre Adonis et Doroka.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : The kingdoms of ruin

Tome : 6

Genre : Vengeance magique

Scénario & Dessins : Yoruhashi

Éditeur : Kana

Collection : Dark Kana

ISBN : 9782505114802

Nombre de pages : 210

Prix : 7,45 €

 


 



Publié le 02/05/2023.


Source : Boulevard BD


Bd Best y Ă©tait pour vous ...Tout le monde lit - Remise du Prix du grand concours d'Ă©criture

 

 

"BD Best est tout normalement sensible à l'apprentissage de la lecture, notamment pour les plus jeunes. Nous étions donc, ce vendredi 21 avril à l'école de la Petite Chènevière de Marcinelle pour la remise du Prix du grand concours d'écriture "Tout le monde lit". Félicitations aux vainqueurs !"

 

 

 

 

 

 

La journée mondiale du livre du 23 avril est l’occasion pour l’opération "Tout le monde lit" de profiler de nouvelles actions en faveur de la lecture. À l’heure où les autorités publiques tentent de relever le taux de TVA sur les livres à 9 % avec les conséquences que l’on imagine sur l’accès au livres pour tous, le tissu culturel s’inquiète de voir ses efforts réduit à néant. À l’occasion de la remise du Prix du concours d’écriture par Marie Colot ce 21 avril, l’association tire un premier bilan après cinq années d’activités, souligne l’importance de poursuivre ses efforts et lance un appel aux autorités communales et provinciales.

Les résultats catastrophiques de l’étude PIRLS (Programme international de recherche en lecture scolaire) en 2016 montraient que la compréhension à la lecture des élèves belges francophones, à 9 ans, ne dépasse pas le niveau de compétence le plus élémentaire pour 35 % d’entre eux. Afin de lutter contre l’illettrisme, le décrochage scolaire, le repli identitaire et la violence scolaire, l’ADEB, et la Foire du Livre de Bruxelles, avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles se sont mobilisés et ont créé l’opération Tout le monde lit pour sensibiliser le grand public, les entreprises et le monde de l’enseignement à l’importance de la lecture dès 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte : © Communiqué de presse Avril 2023

 

Interview & images : Thierry Ligot



Publié le 02/05/2023.


Source : Bd-best


Astroconnexion.   Team Phoenix 3

 

"-Tu voudrais m'aider, moi ? Je t'en suis très reconnaissant… D'habitude, c'est moi qui viens au secours de tout le monde. C'est agréable d'avoir quelqu'un qui s'inquiète pour moi.

-Oh…

-Mais il n'est plus temps de s'inquiéter pour moi, Fire. Quelque chose de terrible va se dérouler ici.

-Ici…? Mais c'est endroit n'est que…

-Je dois rassembler toute mon énergie photonique pour empêcher ce désastre !"

 

 

 

 

 


                Les robots ont gagné la grande guerre des espèces vivantes. Atlas dirige l'union robotique qui gouverne le monde. La Team Phoenix compte bien mener la résistance. Alerte générale dans la zone hermétique. Mont Blanc, l'un des sept robots les plus puissants de l'univers commande le Géant doré, un puissant destroyer. A la tête de la Team, Princesse Saphir mène la riposte, ne comptant abandonner personne. Dans le coma depuis cent ans, Atom, qui s'avère être Astro, est relié par implant à Fire par le Docteur Black Jack. Celui que l'on nommait "le petit robot" sera-t-il réveillé à temps pour affronter les robots du commissaire Atlas ?

 

© Ruiz - Vega Dupuis

 © 2023 by Tezuka Productions

 

 

                "Le manga est comme l'énergie photonique. Si vous le portez dans votre cœur, vous êtes inépuisable." Cette citation de Kenny Ruiz résume un état d'esprit de créateur. La puissance dont il parle est retranscrite à merveille dans Team Phoenix. Ruiz est transcendé par l'esprit de Tezuka. Il y a quelque chose de magique dans Team Phoenix. Clairement, Tezuka est au manga ce que Hergé est à la bande dessinée. Ses personnages traversent les générations et coulent dans nos sangs. Léo, le lion, pillé, plagié par Disney parle aux jeunes comme aux anciens. Princesse Saphir, ou Prince Saphir, quel personnage est autant en avance sur son temps que celui-ci ? Premier héros ou héroïne androgyne du siècle, Tezuka visionnaire. Et que dire de Astro, robot universel, déjà transcendé par Naori Urasawa dans Pluto, série magistrale en huit volumes ? Ruiz s'empare de cet univers, de ces univers pour leur donner une nouvelle jeunesse.

 

 

© Ruiz - Vega Dupuis
© 2023 by Tezuka Productions

 

                Graphiquement, Kenny Ruiz parvient encore à surprendre. Oui, c'est possible ! Qui l'eût cru ? Le dessinateur de Télémaque transmet aux lecteurs le plaisir qu'il a eu à dessiner l'aventure. Regardez Mont Blanc chevauchant son destrier. Regardez les regards de détresse de Sharaku. (Tiens, aparté, la case finale fait furieusement penser à la conclusion du deuxième film du Docteur Strange) Regardez la puissance des bottes d'Astro. Si on comparait Astro à Spirou, le Astro de Tezuka serait le Spirou de Jijé, le Astro d'Urasawa serait le Spirou de Franquin, et le Astro de Ruiz serait le Spirou de Tome et Janry. Il y a pire comme analogies, non ?  

 

© Ruiz - Vega Dupuis
© 2023 by Tezuka Productions

 

                Le Phénix est l'animal qui renaît de ses cendres. Kenny Ruiz est en train de construire à la Team Phoenix un brasier qui n'est pas près de finir de se consumer.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Team Phoenix

Tome : 3

Genre : Aventure / Manga Shonen

Scénario, Dessins & Couleurs : Kenny Ruiz

D’après : Osamu Tezuka

Éditeur : Vega – Dupuis

ISBN : 9782379501715

Nombre de pages : 192

Prix : 8 €

 

 



Publié le 01/05/2023.


Source : Boulevard BD


Bellem

 

 

 

Fin novembre 2021, à l’occasion de la sortie du tome 2 de « Le Loup m’a dit », nous étions à Muno pour admirer l’exposition « JC Servais dessine Muno ». Au programme, 2-3 reportages dont une capsule de « Derrière la palette … » tournée au domicile même de Jean-Claude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parmi les sujets forcément abordés, les futurs projets du moment … Nous avions sous nos yeux les premières planches de l’album en préparation. Planches déjà encrées ou simplement en cours, crayonnées, … Mais unanimement de véritables trésors de détails, de paysages, de portraits. Nous en sommes sortis émerveillés et surtout convaincus de la chance que nous avions d’être « un rien » privilégiés à découvrir ses premières planches de … « Bellem » avec les commentaires, infos, anecdotes de la bouche même de leur créateur. Aujourd’hui, l’album est paru … en couleurs et en version N&B !

 

 

 

 

 

 

 

 

1750, Bellem, le futur sorcier des Ardennes, se rend avec sa mère, la fée Mélusine, au château de Reinhardstein. En sa possession, une lettre indiquant qui il est ! Et par conséquent, qui est son père !

Dès cet instant, nous voilà transporté dans l’univers féérique et surnaturel du poète gaumais !

 

 

 

 

© Servais – Raives – Dupuis

 

 

 

« Adopté » par le marquis de Mauban, son père, dont les ancêtres doivent justement leur fortune à la fée, Bellem a néanmoins beaucoup de mal à se plier aux contraintes religieuses de sa nouvelle famille.

Pourtant la présence de la jeune comtesse Marie-Charlotte semble lui apporte plus de douceur que l’eau bénite qui le brûle. Et comme si cela ne suffisait pas pour « inquiéter » ses proches, Bellem montre certains signes de cruauté avérée. Inventif, espiègle, doué en farces lugubres, il ne peut s’adapter aux règles du château …

Avide de liberté, de course à travers les sentiers alentours, il va se découvrir. Et avec lui, cette envie d’en savoir plus sur l’histoire de son ancêtre : Renaud de Lusignan, noble chevalier qui en quête d’aventure pour prouver à son suzerain sa bravoure, sur une barque tirée par un cygne rencontra la fée Mélusine.

 

 

 

 

© Servais – Raives – Dupuis

 

 

 

 

Deux manuscrits cachés dans le grenier apporteront-ils les réponses espérées ?

Par contre que retirera-t-il de cette étrange rencontre dans la forêt ?

 

Philosophique et initiatique, ce nouvel opus du chantre de nos Ardennes nous emmène dans ce château belge des plus prisés : Reinhardstein !

Proche de Malmédy, aux portes des Fagnes, ce château n’est que le décor de ce récit.

Jean-Claude Servais n’a de limites dans ses rêves que celles de son imagination, des légendes ayant bercés sa jeunesse, des contes de sa contrée adorée, à la fois sauvage, farouche et lyriques.

Nul doute qu’il nous offre ici, une fois encore pour notre plus grand plaisir, le voyage féérique dont il tire le secret du fond de sa cabane bleu … et de ce petit livret découvert dans sa bibliothèque : « La vie fantastique de Bellem, sorcier d’Ardenne ». Ecrit en 1974 par le Dr Louis Thiry, il s’en était jusqu’à présent fort peu inspiré.

A cela, il n’hésite pas à ajouter quelques « ingrédients » des légendes ardennaises comme les 4 fils Aymon ou le fameux cheval Bayard.

 

 

 

 

© Servais – Raives – Dupuis

 

 

 

 

Un scénario captivant mêlant histoire, légende et imagination … réalité et fantastique … dans une narration claire, lipide. Au gré des pages, tendresse et passion, personnages attachants, un brin de diablerie, le tout saupoudré de cette infatigable touche poétique qui caractérise tous les albums de Jean-Claude Servais.

Comme dans son épilogue si personnel, si « servaisien » !

Mais plus loin que le simple récit, l’idée que toute malédiction peut se perpétuer au travers les siècles et les générations. La vie ne serait-elle qu’un cycle répétitif se jouant des hommes et de leurs passions ?

 

 

 

 

© Servais – Raives – Dupuis

 

 

 

 

Le trait réaliste de Servais explose à tel point que la version N&B est clairement un chef-d’œuvre à lui tout seul. Quel régal pour les yeux que ces paysages, cette nature omniprésente à la limite de l’étouffement, ces détails d’architecture, ces façades de vieilles pierres avec ses angles de vue époustouflants, …

Et ce même si le travail de mise en lumière par son éternel complice Raives reste sublime, dans le ton ! Toujours cette magie des jeux d’ombres, des palettes d’ambiance au fur et à mesure des moments de la journée, des scènes d’intérieur, des atmosphères, …

 

Entre folklore, légendes de chez nous et mythe arthurien, « arnaque » du Malin, un retour aux sources avec cette quête identitaire d’un jeune garçon, fils d’une fée et d’un homme, hésitant encore entre son côté maternel ou au contre sa moitié humaine. Berger et sorcier à la fois … mais nous incitant inlassablement à aller nous-mêmes le chercher … nous perdre dans ses forêts profondes !

 

 

 

 

© Servais – Raives – Dupuis

 

 

 

 

Pour celles et ceux qui en aimeraient plus, il existe un tirage de tête avec jaquette spéciale, enrichi par 4 pages de dessins et d’explication en fin d’album. Tiré à 1500 exemplaires avec un frontispice numéroté et signé.

 

 

 

 

© Servais – Raives – Dupuis

 

 

 

 

Le plaisir de cet album peut se doubler avec sa version « Work in progress ». Découvrir ou plutôt remonter sa création … Des planches couleur au simple script case par case, nous pouvons admirer tout le travail fourni et les différentes étapes franchies … à reculons !

 

 

 

 

© Servais – Raives – Dupuis

 

 

 

 

Magique !

 

 

 

Thiery Ligot

 

 

 

 

Titre : Bellem / Bellem Work in progress / Bellem TT

 

Éditeur : Dupuis

 

Collection : Air Libre

 

Scénario : Jean Claude Servais

 

Dessin : Jean Claude Servais

 

Couleurs : Raives

 

Nombre de pages : 76 / 88 / 75

 

Prix : 18,95 € / 30,00 € / 70,00 €

 

ISBN : 9791034763092 / 9791034770694 / 9791034763108

 



Publié le 01/05/2023.


Source : Bd-best


Fantasy africaine & Crossover.  Terres d'Ogon 2 – Blancs-visages / Guerres d'Arran 1 – La compagnie des bannis

 

 "-Sorcier ! Aide-moi ! Bintou doit vivre !

-Es-tu prête à en assumer le prix ?

-Il doit vivre !

-Bien. Je savais qu'en te choisissant, je faisais le bon choix, Itomë… Toi et moi, nous allons faire de grandes choses ensemble !"

 

 

 

 

 


Poursuivie par une horde de Dents-Limées, la jeune Itomë, de la tribu des Blancs-visages, se cache au milieu d'ossements, le visage dissimulé sous un masque qu'elle vient de trouver et qu'elle n'aurait jamais dû porter. Elle devient l'otage d'un sorcier du monde des esprits. Si cela va ce jour-là lui sauver la vie, puis ramener son frère à la sienne, ça ne va pas être du tout du goût des sages du village qui vont la bannir pour sorcellerie. Toujours sous l'emprise du masque, va-t-elle réussir à s'en émanciper ? Commence pour elle un long voyage dans les terres d'Ogon où les rencontres seront nombreuses, amicales ou hostiles.

 

© Jarry, Istin, Sierra, Nanjan - Soleil

 

A côté de ce deuxième one shot sur les terres d'Ogon, voisines des terres d'Arran sur lesquelles elfes, nains, orcs, gobelins et mages se partagent les territoires, Guerres d'Arran est une série crossover rassemblant quelques-uns des personnages mythiques de la collection démarrée il y a plus de dix ans. La veuve noire est une alliance qui cherche à droguer les races pour les anéantir. Afin de lutter contre cette mauvaise engeance, l'orc Dunnrak créé la compagnie des bannis. Il s'entoure de l'elfe Ilaw'yn, des nains Oboron et Dröh, de l'elfe Sykill qui vient de Lutannie, du gobelin Hidden et du mage Altherat. Les guerres sont jeux de dupes et de trahisons. Celles d'Arran risquent d'être fatales pour de nombreux combattants.

 

© Cossu, Istin, Bordier, Nanjan - Soleil

 

C'est désormais sous le titre générique des mondes d'Aquilon que se classent les séries d'heroïc-fantasy créées par Jean-Luc Istin. Les terres d'Ogon prenant place aux côtés de celles d'Arran, le titre Les terres d'Arran devenait trop étroit. Les terres d'Ogon se définit comme la première BD de fantasy africaine au monde. Au dessin de ce deuxième épisode Alex Sierra s'affirme en dessinateur majeur, dans un style s'apparentant aux débuts de Nicolas Keramidas sur Luuna, avec un côté un peu moins Disney quand même. Là où l'on voit que la "marque" Aquilon est plus forte que ses auteurs, c'est que ces derniers n'en sont malheureusement pas les vedettes et voient leurs noms s'effacer, ou plutôt se confondre dans l'univers. Pour la collection, c'est un signe de succès, mais attention à ne pas négliger le talent d'un auteur phare en devenir comme Sierra, ou autres Duarte sur d'autres épisodes.

 

© Jarry, Istin, Sierra, Nanjan - Soleil

 

A l'inverse, c'est un auteur au talent confirmé qui est invité sur les Guerres d'Arran. Fort des succès de Frnck et du coup de maître Goldorak, Brice Cossu débarque, non pas en conquérant, mais avec respect et humilité dans un univers créé de toutes pièces et où on lui demande de donner vie à des personnages ayant déjà eu une vie et un passé dans d'autres aventures. Les spécialistes reconnaîtront son trait, mais la force de l'univers fera le reste en gardant le leadership. Tout comme l'on va au cinéma pour voir un film Marvel plutôt que l'œuvre d'un réalisateur, on lit le Monde d'Aquilon pour ses héros plutôt que pour ses auteurs qui ont compris que les têtes d'affiches étaient les personnages et les décors.

 

© Cossu, Istin, Bordier, Nanjan - Soleil

 

L'Aquilonverse est un univers en pleine expansion. Il semblerait que l'heroïc-fantasy ne se soit jamais aussi bien portée.

 

Laurent Lafourcade

 

 


Série : Terres d'Ogon

Tome : 2 – Blancs-visages

Genre : Héroïc-Fantasy 

Scénario : Nicolas Jarry

D'après une histoire de : Nicolas Jarry & Jean-Luc Istin

Dessins : Alex Sierra

Couleurs : J.Nanjan

Éditeur : Soleil  

ISBN : 9782302091405

Nombre de pages : 64

Prix : 15,95 €

 


Série : Guerres d'Arran

Tome : 1 – La compagnie des bannis

Genre : Héroïc-Fantasy 

Scénario : Jean-Luc Istin

Dessins : Brice Cossu

Participation au storyboard : Jean-Paul Bordier

Couleurs : J.Nanjan

Éditeur : Soleil  

ISBN : 9782302092129

Nombre de pages : 76

Prix : 16,95 €

 


 



Publié le 30/04/2023.


Source : Boulevard BD


A chaque jour suffit son pouvoir.  Sacha 1 – Dans tous ses états

 

"-Bonjour, Docteur.

-Asseyez-vous, jeune homme. Qu'est-ce qui vous amène ?

-Alors voilà, l'autre jour je me baladais en forêt. C'était calme, apaisant… Quand tout à coup BAAOUM !!! Un truc s'est écrasé par terre ! Au fond du cratère brillait une magnifique pierre multicolore. Trop belle. Je n'ai pas pu m'empêcher de la toucher du bout du doigt douuuuuuuuuuucement. Et là, flash ! Un éclair de lumière ultraviolent m'aveugle. Aaaaahhh ! Et depuis cet évènement, je me réveille tous les matins avec un pouvoir différent."

 

 

 

 

 


                Au collège Les Amandiers, il y a un élève qui n'est pas comme les autres. C'est Sacha, quatorze ans. Depuis qu'il a touché un fragment de météorite, tous les jours, il se réveille avec un super pouvoir différent. Tout le monde en rêverait… Enfin, c'est facile à dire quand ça arrive aux autres. Mais quand ça arrive à soi, ce n'est pas tous les jours facile à vivre. C'est vraiment galère. N'est-ce pas Sacha ? Si c'est rigolo d'avoir un don d'invisibilité ou de se transformer en asperge pour marquer des paniers de basket, faire entendre toutes ses pensées ou devenir géant avant de quitter sa chambre, c'est beaucoup moins fun. Ne parlons pas du jour où Sacha a eu un ventre qui parlait. Bref, de jours funs en jours fades, le quotidien de Sacha va devenir tout sauf ennuyeux. "A chaque jour suffit sa peine.", disait l'autre. "A chaque jour suffit son pouvoir.", peut rétorquer Sacha.

 

© Thitaume, Lory - Milan

 

                Scénariste des Lapins crétins et de Game over, puis de Balez et Malina en collaboration avec Romain Pujol et de Mélie et le monster maker club co-écrit avec Carbone, Thitaume signe avec Sacha sa première véritable création en scénariste solo. Il part d'un principe positif pour le transformer en handicap. Alors que Sacha devrait pouvoir profiter d'un don que tout un chacun pourrait lui envier, l'ado le porte comme un fardeau. En effet, rares sont les jours où il peut tirer un bénéfice de son atout. Et c'est cela qui créé des situations cocasses et drôles. Voir à travers les habits, c'est marrant. Mais quand papi et mamie débarquent à la maison, vois le moment gênance ! Au delà du rire, la série est aussi sur la thématique de l’adolescence, période charnière qui voit les corps se transformer.

 

© Thitaume, Lory - Milan

 

                L'ensemble est vraiment très drôle et les quelques gags un peu plus faibles que les autres sont rattrapés par le dessin drôlissime de Stella Lory. La jeune dessinatrice d'origine franco-égyptienne joue avec Sacha comme un ventriloque avec sa marionnette avec une telle fusion que l'on pourrait se demander qui dirige l'autre. Le gag où Sacha se promène tout nu dans la rue croyant être invisible est graphiquement à mourir de rire, tout comme celui de la photo de classe.

 

© Thitaume, Lory - Milan

 

Bande d'ados est la collection qui monte en puissance chez Milan. La série de Thitaume et Lory assume son côté potache avec fraîcheur et sincérité. Sacha est dans tous ses états, et vive les pouvoirs qui l'y mettent.

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Sacha

Titre : 1 – Dans tous ses états

Genre : Humour

Scénario : Thitaume

Dessins & Couleurs : Stella Lory

Éditeur : Milan

Collection : Bande d'ados

ISBN : 9782408044053

Nombre de pages : 56

Prix : 12,90 €

 

 



Publié le 30/04/2023.


Source : Boulevard BD


La mort vous va si bien.  Les vies de Charlie

 

« - Charlie, Recycle & Ternel, vous mourez, nous recyclons, j’écoute ? Oui… Oui, tout à fait, madame. Nous recyclons les défunts. Le plus souvent, nous le transformons en compost pour y planter un arbre… ou un bonsaï si vous êtes en appartement… Voilà… Quelque chose de symbolique pour donner une seconde vie à votre mari. Comment s’appelait-il ? »

 

 

 

 

 


Charlie, jeune trentenaire citadin, travaille chez Recycle & Ternel. « Vous mourrez, nous recyclons ! » Toute la journée, derrière son téléphone, l’employé explique aux clients endeuillés la meilleure possibilité pour recycler le cadavre de leur proche qui vient de les quitter. Madame Wilmart, sa chef de service, a l’habitude de lui amener des dossiers difficiles pour des clients qui ont du mal à faire leur deuil et qui demanderaient à Charlie tout son savoir-faire et toute son empathie. Un jour, Charlie reçoit le coup de fil d’un père veuf et de son fils. Ce dernier n’a pas besoin de savoir ce que va devenir le corps de sa maman. Ce qui l’importe, c’est ce qu’il va advenir de son âme. A son grand désespoir, Charlie n’a pas la réponse. L’employé est désemparé mais il va tout faire pour la trouver.

 

© Toussaint, Guarino - Dupuis

 

Il y a des histoires à suspens et des comédies drôles. Il y a des aventures exotiques et des drames contemporains. Il y a une foultitude de genres en bande dessinée, dont les récits d’émotion. Parmi ces derniers, certains sont tout aussi émouvant qu’ils sont des fell good stories. Les vies de Charlie entre clairement dans cette catégorie. Kid Toussaint a déjà prouvé ce qu’il était capable de faire dans le domaine de l’émotion avec Elles, où il frappait les esprits. Avec ce one shot, il frappe les cœurs. Nul ne peut rester insensible à cette fable sur le devenir des âmes. Le scénariste apporte au héros et aux lecteurs une réponse, avec philosophie et sensibilité.

 

© Toussaint, Guarino - Dupuis

 

Aurélie Guarino porte ce récit avec toute la grâce de son trait. La dessinatrice est dans la catégorie d’un Michel Colline, d’un Hippolyte ou d’une Valérie Vernay. La symbiose avec Kid Toussaint est incroyable. Dans cette histoire, il fallait dessiner des sentiments, des émotions, des âmes. Tout cela transparaît comme par magie. Il est des fusions inexplicables qui marchent plus que l’on ne pourrait imaginer. Peut-être est-ce à cause de la sensibilité du sujet, le résultat est en tous cas incroyable.

 

© Toussaint, Guarino - Dupuis

 

Ces vies de Charlie ne peuvent à présent qu’influer sur les nôtres. Rien ne se finit, surtout pas les histoires comme celle-ci. Merveilleux.

 

Laurent Lafourcade

 


One shot : Les vies de Charlie

Genre : Emotion

Scénario : Kid Toussaint

Dessins & Couleurs : Aurélie Guarino

Éditeur : Dupuis

ISBN : 9791034761234

Nombre de pages : 128

Prix : 26 €

 


 



Publié le 30/04/2023.


Source : Boulevard BD


Un pour tous, tous pour rire.  Les trois mousquetaires 1 – D'Artagnan dans la place

 

"-Mousquetaires ! A vos épées ! Hors du fourreau ! Prêts ?

-Un pour tous…

-Tous…

-Pour un !

-Et la saucisse."

 

 

 

 

 


                Les trois Mousquetaires et d'Artagnan sont fins prêts à ferrailler… Enfin, dès qu'ils auront fini de faire griller leurs saucisses au bout de leurs épées. Ce n'est pas Alexandre Dumas, en plein dans les affres de la création, qui dira le contraire. Il leur a trouvé un slogan à ces valeureux, un cri de ralliement, un uppercut verbal, parce que c'est son projet. "Un pour tous, tous pour un", voilà la phrase qui scellera le succès des mousquetaires du Roi. Aramis, le prêtre, Porthos, le gourmand, et Athos, le dandy, vont accompagner le futur Vicomte de Bragelonne dans sa lutte pour la justice et ses conflits avec les gardes du cardinal.

 

© Erre, Rochier, Greff - Casterman

 

                Vous comptiez lire une énième adaptation plus ou moins fidèle du roman d'Alexandre Dumas ? Il y en a d'excellentes. Mais si vous voulez aussi rire avec la même gorge déployée que Porthos dégustant un jambon, ruez-vous sur celle signée Gilles Rochier et Fabrice Erre. Les deux auteurs se sont lancés dans une parodie complètement déjantée, n'hésitant pas à faire des clins d'œil anachroniques au Hip-Hop, à Emmanuel Macron, à Star Wars ou au Yoga. D'Artagnan devra également prendre garde au #MeToo que pourrait bien lui dégainer Constance de Bonacieux.

 

© Erre, Rochier, Greff - Casterman

 

                La sortie de l'album accompagne celle du film éponyme réalisé par Martin Bourboulon, superproduction française au casting de luxe : François Civil, Vincent Cassel, Romain Duris et Pio Marmaï, faisant face à une Eva Green en Milady. Alors que les éditions Plein Vent jouent la transposition fidèle, Casterman tente l'originalité avec d'une part cette adaptation humoristique, succession de gags sans réel fil rouge, et d'autre part une version manga scénarisée par Néjib et dessinée par Cédric Tchao dans laquelle les scènes de combat sont virevoltantes.

 

© Erre, Rochier, Greff - Casterman

 

                2023 est l'année Mousquetaires. Gaffe aux pigeons de ne pas trop s'approcher de Porthos. Pour le reste, un pour tous, tous pour un, et vaille que vaille ! D'Artagnan est dans la place pour le meilleur et pour le rire. Yo, mec !

 

Laurent Lafourcade

 


Série : Les trois mousquetaires

Titre : 1 – D'Artagnan dans la place

Genre : Histoire et parodie

Scénario : Gilles Rochier

Dessins : Fabrice Erre

Couleurs : Sandrine Greff

Éditeur : Casterman

ISBN : 9782203242289

Nombre de pages : 48

Prix : 9,95 €

 


 



Publié le 27/04/2023.


Source : Boulevard BD


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2023