En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


La soif de l’or.  D’une rive à l’autre, la découverte du Pacifique

 

« - Monsieur, un clandestin ! Nous avons un clandestin sur le bateau !! Là !...

-   Nuñez ! Comment as-tu osé, misérable ? Tu veux causer la ruine de cette expédition ? Tu échappes à la justice et tu te réfugies sur mon bateau. Le vice-roi nous arrêtera.

-   Monsieur, je vous présente mes excuses pour la faç..

-   Tais-toi, maudit ! Lieutenant, mettez-le aux fers… Il est passible de la peine de mort. Nous le laisserons sur la première île déserte que nous croiserons.

-   C’est une injustice, Monsieur. C’est une peine trop sévère… et sans jugement.

-   C’est une cruauté que nous ne permettrons pas.

-   Mettez-le aux fers dans la cale.

-   Monsieur, si vous le graciez, il peut nous être très utile. C’est un excellent soldat et il connaît bien la région dans laquelle nous nous rendons.

-   C’est vrai que tu connais bien la région ?

-   Oui, Monsieur. J’ai participé à l’expédition de Bastida et de Juan La Cosa. »

 

 

 

 

 

 

1513, Vasco Nuñez est venu aux Indes pour chercher gloire et fortune. Sept ans après la première expédition de Bastida, le mythe des cités d’or sud-américaines est attirant. Pas question de passer sa vie à élever des cochons et accumuler des dettes, l’appel de la fortune est plus fort que tout. Il paraît que là-bas l’or se ramasse à même le sol. Mais il y a des anthropophages, et ils ont des flèches empoisonnées. Alors que certaines expéditions rebroussent chemin au risque de passer pour des déserteurs, Nuñez est déterminé à traverser l’isthme de Panama. Il sera le premier européen à atteindre l’Océan Pacifique, mais le voyage sera loin de l’être.

 

 

 

 

© Breccia, Jimenez– iLatina

 

 

On le savait maître du noir et blanc avec Alvar Mayor, récemment réédité chez iLatina. Ceux qui ne le savaient pas déjà découvrent le trait d’un Enrique Breccia dans des couleurs directes sublimes. Le bleu de l’océan, le vert de la jungle, le jaune de l’or et le rouge du sang côtoient le noir des âmes alors que volent des oiseaux arc-en-ciel.

 

 

 

 

© Breccia, Jimenez– iLatina

 

 

Le scénariste Cristobal Aguilar Jimenez nous amène à la découverte du Pacifique comme si on y était. En immersion dans les troupes colonisatrices, le lecteur se trouve au cœur de l’époque, de l’aventure mais aussi de l’horreur. Les espagnols n’eurent aucune pitié pour les autochtones qui le leur rendirent bien. Les mousquets affrontent les flèches au curare. Les violences étaient parfois gratuites, comme lorsque les envahisseurs abattent un arbre dans lequel se trouvent des habitations d’indigènes arboricoles qui refusaient juste de les guider et ne réclamaient que la tranquillité. La nature humaine s’y montre plus sauvage que celle des animaux.

 

 

 

 

© Breccia, Jimenez– iLatina

 

 

Rappelant la belle époque de La découverte du monde en BD publiée dans les années 80 par les éditions Larousse, cette découverte du Pacifique est une bande dessinée dramatiquement historique. Les cités d’or sont parées de rouge.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : D’une rive à l’autre, la découverte du Pacifique 

 

Genre : Histoire 

 

Scénario : Cristobal Aguilar Jimenez 

 

Dessins & Couleurs : Enrique Breccia 

 

Traduction : Thomas Dassance 

 

Éditeur : iLatina

 

Nombre de pages : 48

 

Prix :  15 €

 

ISBN : 9782491042196

 



Publié le 30/05/2021.


Source : Bd-best


Une romance nocturne tout en douceur.  Insomniaques 1

 

« - C'est vraiment pas marrant... cette insomnie qui nous plombe ! Finalement vu qu'on ne peut rien contre elle... Pourquoi ne pas la rendre marrante ?

- Franchement, si c'est pour voir ce genre de choses... ça vaut le coup de ne plus dormir, tu ne crois pas ?

- Carrément ... »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Si au premier abord tout laissait à penser que nos personnages principaux seraient compagnons d'une seule « nuit » (en journée). Ce ne fut pas l'avis d'Isaki Magari, l'adolescente découverte par Ganta dans un ancien club de l'école transformé en débarras suite à de tragiques événements. La lycéenne lui avoue alors qu'elle a apprécie sa présence et l'invite à revenir dormir là-bas, avec elle. S'en suit alors tout un réaménagement de l'ancien club d'astronomie pour rendre leur nouvelle cachette plus agréable et confortable. Après quelques temps à retrouver Isaki en haut du lycée, et au cours d'une de leur nombreuses discussions, la jeune fille en vient alors à la conclusion que quitte à ne pas réussir à dormir, autant s'amuser pour passer le temps et décide alors de créer le club des « nuits marrantes » .

 

 

 

 

 

© 2019 Makojo OJIRO / SHOGAKUKAN

 

 

Le club des « nuits marrantes » naît ainsi grâce à deux membres en quête d'un peu de calme et de repos. Deux adolescents liés par un même mal qui se retrouvent en harmonie. La mélodie de leur cœur qui battent en rythmes les apaisent. A travers des dessins sans excès, le rythme de l'histoire nous porte au travers des paysages et des jours qui passent doucement à l'image des nuits de nos protagonistes avant qu'ils ne se rencontrent. Le récit est porté par les personnages et plus particulièrement la jeune Isaki Magari. La jeune fille en apparence pleine de vie semble avoir un passé complexe mais elle continue d'avancer. La lecture est légère et agréable et nous invite à nous laisser guider au travers de leur quotidien qui évolue grâce à leur rencontre.

 

 

 

 

© 2019 Makojo OJIRO / SHOGAKUKAN

 

 

                Aux journées qui semblent ne plus en finir succèdent des aventures nocturnes pour un shojo tout en douceur. La nuit, et ses longues heures qui soudent les relations des protagonistes, n'est pas sans faire penser à « Toi, ma belle étoile », une œuvre de Lalako Kojima. Makoto Oijiro s'est illustrée dans ce premier tome à travers des personnages aux histoires attachantes qui nous mettent du baume au cœur.

 

 

 

Marie Charrière

 

 

 

 

 

 


 

Série : Insomniaques

 

Tome : 1

 

Genre : Romance

 

Scénario & Dessin : Makoto Ojiro

 

Éditeur : Soleil Manga

 

Nombre de pages : 192

 

Prix : 7,99 €

 

EAN : 9782302092297

 



Publié le 30/05/2021.


Source : Bd-best


Du côté de chez Thor.  Les petits mythos présentent la Mythologie Nordique

               

« - Il est génial ce marteau qui revient toujours dans les mains de Thor !

-   Ouaip… Faut juste qu’il apprenne à le rattraper ! »

 

 

 

 

 

 

 

                En visite chez leurs congénères des pays nordiques, nos petits mythos vont nous en apprendre long sur leurs croyances et leurs dieux. Totor, Hercule, Aphrodite, Ulysse et Atlas se rendent dans le Midgard, immense territoire accueillant les dieux et les hommes, pour aller à la rencontre de Thor, Loki, Freyr, Freyia et autres alter ego.

 

 

 

 

© Cazenove, Larbier, Amouriq, Mirabelle - Bamboo

 

 

                Tout tourne autour d’Yggdrasil, l’arbre symbolisant le centre du monde. On remonte à la création du monde avec Ymir, le premier être vivant né de la collision de nuées de glace et de feu, une certaine vache à lait et la naissance d’Odin. La grande histoire des Dieux laisse une place à la petite. On apprend qu’Odin adore les animaux. Ce Brigitte Bardot d’Asgard, royaume des dieux Ases, a un cheval à huit pattes, deux loups et deux corbeaux perchés sur ses épaules qui lui rapportent ce qu’ils voient.

 

 

 

 

© Cazenove, Larbier, Amouriq, Mirabelle - Bamboo

 

 

                Thor tire son épingle du jeu. C’est le véritable héros de l’album qui alterne gags et explicatifs illustrés. Le fourbe Loki se taille aussi une belle place. Le panthéon des dieux et des déesses côtoie les créatures magiques et les géants. Les auteurs résument également les grands mythes nordiques. Le Walhalla, palais des guerriers morts au combat, et le Ragnarök, événement signifiant la destruction du monde, n’auront plus de secrets de vous.

 

 

 

 

© Cazenove, Larbier, Amouriq, Mirabelle - Bamboo

 

 

                Parallèlement à cet album hors-série qui pourrait, pourquoi pas, devenir le numéro zéro d’une série spin-off consacrée aux gens du Nord, le podcast des petits mythos est lancé. Cinq épisodes de cinq minutes sont pour l’instant disponibles : Zeus, Héraclès, Athéna, Midas et Méduse. Dans chacun d’entre eux, de manière ludique, drôle et pédagogique, Ariane raconte à Totor une des légendes qui ont construit la mythologie grecque.

 

                Mine de rien, Cazenove et Larbier sont aux commandes de la troisième série jeunesse du catalogue Bamboo. En quelques années, les petits mythos sont devenus de grands héros de l’humour. Rendez-vous en octobre pour leur douzième album classique.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 


 

 

Série : Les petits mythos

 

Tome : HS – Les petits mythos présentent la Mythologie Nordique

 

Genre : Humour instructif

 

Scénario :  Christophe Cazenove

 

Dessins : Philippe Larbier

 

Couleurs : Alexandre Amouriq & Mirabelle

 

Éditeur : Bamboo

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782818985601

 



Publié le 28/05/2021.


Source : Bd-best


L’énergie de la mort.  Sky High Survival Next Level 2

 

« - Senya ! Courage ! Tu… Tu dois tenir bon…

-   Tu n’as pas le niveau pour intervenir alors tu te contentes de l’encourager… C’est mignon et trop gentil de ta part… Mais petite, quand tu seras plus grande, tu l’apprendras à tes dépends… « Courage », dans la réalité, c’est un mot qui ne veut plus rien dire ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

Senya Matsuda tente de survivre dans le monde parallèle dans lequel il a été projeté. Sur les hauts sommets d’immeubles, près du ciel, il faut se méfier des masques dont le but est de tuer. Le mystère règne autour d’une grande prêtresse, ainsi que du « cloud », cette chose noire qui se répand dans l’air. Pourtant, dans cette jungle urbaine, Senya va trouver des alliés, et en particulier Nanami qui va lui apprendre quelques règles de survie. Le jeune garçon va également rencontrer l’une de ses idoles, le célèbre astronaute Mochizuki auquel il voue un véritable culte. Il découvrira également qu’il n’y a pas que des êtres vivants qui ont été « téléportés » dans les hauteurs.

 

 

 

 

© Tsuina Miura / Takahiro Oba / Kodansha Ltd.

 

 

Avec le personnage de Shika Hayami, les auteurs apportent à la fois une touche de force féminine, de léger érotisme et d’humour quant à l’effet qu’elle fait sur Senya. Après un premier tome introductif privilégiant l’action, Tsuina Miura et Takahiro Oba introduisent de nombreux personnages dans l’échiquier de ce deuxième opus. Les ficelles de l’intrigue se nouent. La tension monte crescendo. On sait l’horreur dont sont capables les hommes masqués. Senya est-il un simple cobaye d’une expérience de la grande prêtresse ? Le pouvoir qu’il a dans la tête lui permettra-t-il de survivre ? Et à quoi sert l’énergie recueillie des morts ?

 

 

 

 

© Tsuina Miura / Takahiro Oba / Kodansha Ltd.

 

 

Senya revient souvent sur le jour où il a décidé de quitter le club de tennis dont il faisait partie. L’esprit de compétition n’est pas loin de celui de survie. Dans les deux cas, il faut être plus fort que l’adversaire et user de stratégies fines pour tirer son épingle du jeu. Sous l’apparence d’un survival comme il en existe tant, Sky High Survival est une histoire sur le dépassement de soi.

 

 

 

 

© Tsuina Miura / Takahiro Oba / Kodansha Ltd.

 

 

Mélangeant les genres comme peuvent le faire avec naturel les mangas, ce Next Level de Sky High Survival est loin de redescendre au rez de chaussée.

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Sky High Survival Next Level

 

Tome : 2

 

Genre : Survival 

 

Scénario : Tsuina Miura 

 

Dessins : Takahiro Oba 

 

Éditeur : Kana

 

Collection : Dark Kana

 

Nombre de pages : 208 

 

Prix : 7,45 €

 

ISBN : 9782505110293

  

 



Publié le 27/05/2021.


Source : Bd-best


Spirou 4337 -  26 Mai 2021

 

 

Spécial inventeurs : Quelques idées folles qui ont changé le monde.   

 

 

 

 

 

 

 

             Est-ce Albert Einstein ou le Comte de Champignac en couverture ? Les deux ! Le mimétisme est étonnant. Quand Pacôme tire la langue, c’est comme s’il se métamorphosait en Albert. C’est presque étonnant qu’on n’ait pas fait le rapprochement plus tôt. Le scientifique annonce donc la couleur pour ce numéro spécial comme on les aime tant, avec tout un tas d’auteurs invités.

 

            Les abonnés ne mangeront plus jamais les œufs comme avant grâce à la fiche du Professeur Whaou !

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Black Squaw : Scarface

Sœurs Grémillet (Les) : Les amours de Cassiopée

Tuniques bleues (Les) : Où est donc Arabesque ?

 

 

Récits complets :

 

Ecole de Marcinelle (L’) : anthroponymes et antonomases (Libon & Salma)

Mise en boîte (Efa & Beka)

Zorglub : La zorgolfière

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Crapule (La pause-cartoon)

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Encyclopédingue (L’)

Estampille

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Hauts de marge (Erre & Fabcaro)

Idée lumineuse de Becky Schroeder (L’) (Alfwen & Princesse Barbare)

Inventions du professeur Foldogon (Les) (Pixel Vengeur & Thiriet)

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Machine à tournedos (La) (Collin & Sti)

Nelson

Œil du cyclone (L’) (Bercovici & Bernstein)

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Ternece & Bud

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Deglin

En direct du futur : Le scénario selon de Pins

Jeux : Panique au concours Lépine ! (Lerouge)

Spirou et moi : Hugo Piette

 

Supplément abonnés :

Fiche : Scientifiquement vôtre ! une rubrique de l’éminent Professeur Whaou !

 

 

En kiosques et librairies le 26 mai 2021.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 26/05/2021.


Source : Bd-best


Aglagla Caramba !  Banquiz

 

« - Monsieur le Président, permettez-moi de vous alerter sur l’impérieuse nécessité d’agir au plus vite pour le climat ! Si les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter fortement, il est possible que 70 % du pergélisol de surface disparaisse… Le seul pergélisol arctique et boréal renferme d’immenses quantités de carbone organique et risque d’entrainer, s’il dégèle, une hausse considérable des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère…

-   Vous pouvez reprendre à « Monsieur le Président » ? J’ai pas compris la suite…

-   Bien… En gros, c’est la merde, et il me faut de l’argent pour une mission.

-   Une mission !? Comme une mission spatiale !? Avec des missiles et des fusées !?! Génial !

-   Il s’agirait plutôt d’une mission d’étude scientifique.

-   Hein ? Mais c’est la honte de financer ça !! Ils vont dire quoi, au G20 ?!

-   Vous pouvez peut-être parler de guerre contre le réchauffement ?

-   Hmm. Ou d’opération secrète contre le terrorisme climatique… »

 

 

 

 

 

 

                Helen est climatologue. Inquiète par le réchauffement climatique, elle alerte le président de la première puissance du monde. Celui-ci accepte de financer l’opération « tempête de glace »… pour qu’elle lui lâche la grappe (sic). Alors qu’elle souhaite mettre en place une méthode épistémologique de prédiction d’hypothèses et de vérification de la viabilité des constats issus de tests expérimentaux sur ce fameux réchauffement climatique, l’ersatz de Trump (si tant est que cela puisse exister – ce serait un ersatz d’ersatz, une mise en abîme) veut du sang, de la haine, des milliers de morts et des dommages collatéraux. Le staff militaire encadrant la Maison Blanche n’est pas très chaud. Et ce serait quoi la suite ? Financer la science, l’école, les pauvres, les femmes, les homos ? Ben, bravo ! Rentabilisée par une émission télévisée, la mission va quand même se mettre en place. Mais il faudra négocier avec les pingouins. Aglagla Caramba !

 

 

 

 

 © Bernstein, Witko - Delcourt

 

 

                Jorge Bernstein met la panique en Antarctique. Mais les pingouins avaient-ils vraiment besoin des humains pour mettre le souk dans leur communauté ? Les volatiles semblaient bien tranquilles, ayant juste à se soucier des glaçons plus difficiles à trouver à cause du dérèglement climatique. Heureusement qu’il y a Aglazon. Pourtant, au palais des glaces, l’Empereur, ou plutôt Sa sérénissime majesté présidentielle » n’est pas à prendre avec des pincettes. Le peuple réclame des élections. Et puis quoi encore ?  Entre ces locaux et les envahisseurs, El pingüino, adepte de musique traditionnelle mariachi, va jouer un rôle crucial.

 

 

 

 

 © Bernstein, Witko - Delcourt

 

 

                Alliances, manigances et médiatisation sont au cœur de ce qui est en fait un thriller politique. Enfin, sous les crayons de Witko, ne vous attendez pas à du Largo Winch ou autres. On est là pour se marrer. Quoi que… ? Sous prétexte de galéjades, les auteurs mettent le doigt là où ça fait mal. Les politiciens en prennent pour leurs grades. Les pingouins aussi d’ailleurs, mais les conséquences ne sont pas les mêmes. Les stars de téléréalité aussi d’ailleurs, mais les conséquences ne sont pas les mêmes non plus.

 

 

 

 

 © Bernstein, Witko - Delcourt

 

 

                Quand le dessinateur d’El Chipo s’amuse avec le célèbre professeur Bernstein et son humour facétieux, ça donne une nouvelle pépite bidonnante de la poilante, bien que les pingouins n’en aient pas, collection Pataquès.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Banquiz

 

Genre : Humour polaire

 

Scénario : Bernstein

 

Dessins & Couleurs : Witko

 

Éditeur : Delcourt

 

Collection : Pataquès 

 

Nombre de pages : 112

 

Prix : 9,95 €

 

ISBN : 9782413038986

 



Publié le 26/05/2021.


Source : Bd-best


Au cœur du franquisme.  Contrapaso 1 – Les enfants des autres

 

« - On boucle dans dix minutes !! Et ton article, Emilio ? Mais qu’est-ce que tu peux bien écrire ? Toutes les exécutions sont les mêmes ! Mais… Qu’est-ce… ? Tu es devenu fou ?!

-   Il était innocent, Fontana. Je l’avais prouvé et ils l’ont quand même tué. La justice du régime trouve toujours un coupable.

-   Je ne peux pas publier ça sans qu’on interdise le journal. Tu le sais très bien !

-   Oui, je le sais.

-   Et alors, pourquoi tu l’as écrit, nom de dieu ?!

-   Parce que c’est la vérité. »

 

 

 

 

 

 


Madrid, 1956. Emilio Sanz est journaliste à la rubrique faits-divers du quotidien La Capital. Envers et contre tous, il écrit la vérité, tout simplement. Mais toutes les vérités n’étant pas bonnes à dire, ses articles passent à la moulinette de la censure. Il s’en est fait une raison mais ne s’interdit pas de relater les événements. La direction du journal s’occupe du reste. On lui colle donc un jeune acolyte, reporter formé à Paris, Léon Lenoir, mais celui-ci est aussi adepte de la doctrine de Camus : lucidité, refus, ironie et obstination. La détermination froide d’Emilio donne des leçons à la jeune recrue qui a parfois du mal à garder le cœur bien accroché. Dans une Espagne fasciste muselée par les enfants de Franco, Sanz et Lenoir se trouvent confrontés à une série de meurtres mystérieux de femmes.

 

 

 

 

© Valero - Dupuis

 

 

Teresa Valero s’est lancée dans une bande dessinée historique qui met à l’honneur ces journalistes qui ont tenté de lutter contre la censure franquiste qui niait les faits et les crimes. La loi de 1938 définissait la presse comme un service public soumis à l’organisation, la vigilance et le contrôle de l’Etat, et le journalisme comme un apôtre de la pensée et de la foi de la Nation. Ça en dit long sur l’indépendance du métier. Avec les personnages de Paloma Rios, la dessinatrice, et de Charo, la fille du médecin légiste, l’autrice met les femmes au premier plan en leur donnant des rôles prépondérants, montrant le recul et l’analyse qu’elles peuvent avoir des situations, avec un certain sang-froid. Ces femmes s’affirment, espèrent la fin de la femme-objet refusant cette condition.

 

 

 

 

© Valero - Dupuis

 

 

Contrapaso est un  récit de fiction basé sur des faits réels. En Espagne, la paix n’est pas arrivée après la seconde guerre mondiale. Le pays s’est retrouvé en pleine guerre civile. Valero inscrit son roman noir dans un contexte historique complexe qu’elle n’a jamais voulu négliger. Elle a rencontré documentalistes, légistes, étudiants révoltés de l’époque pour construire un reflet vivace de l’ambiance qui régnait dans le pays. Entre 1938 et 1952, 20 000 enfants furent arrachés à leur mère dans des prisons, des cliniques ou des hôpitaux. Il y en a eu 300 000 jusqu’en 1990. Ces enfants étaient « volés » pour être adoptés, ne pas devenir des militants marxistes, psychopathes antisociaux et libérer ainsi la société d’une soi-disant plaie redoutable.

 

 

 

 

© Valero - Dupuis

 

 

Thriller politique, Contrapaso est une œuvre de mémoire mise en image par une dessinatrice ibérique qui a autant de talent qu’un Guarnido.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Contrapaso

 

Tome : 1 – Les enfants des autres

 

Genre : Thriller politique 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Teresa Valero

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 152

 

Prix : 23 €

 

ISBN : 9791034731411

 



Publié le 26/05/2021.


Source : Bd-best


Les sauveurs de soi-même.  Dragon et poisons 2 – Le bedonnant et le balafré

 

« - C’était ton idée de revenir ici ! Le dragon nous a donné une chance de réparer nos erreurs. Saisissons-là !

-   Quoi qu’on fasse, ça ne changera rien pour… nous. Dès l’instant où il nous a renvoyés dans le passé sous cette forme, nous avons créé une autre version de l’avenir. Même si on parvient à s’empêcher de descendre dans le puits, je resterai Greyson le tocard abimé, tu resteras Névo, le cardiaque alcoolique, et Natch, notre version de Natch, sera toujours… toujours…

-   C’est… pas important, ça. On ne peut pas changer notre passé, mais tout ce qui nous est arrivé… on l’a provoqué. »

 

 

 

 

 

 

 


A Pamoison, cité des poisons, Névo et Greyson tentent de ne pas se faire remarquer. Et pour cause, ils sont revenus dans le passé pour changer leurs destins. Ils cherchent à se rencontrer, enfin, à rencontrer eux jeunes, afin d’éviter de refaire les erreurs du passé. Ces derniers cherchent le dragon du puits aux souhaits. Il ne faudrait pas que ça finisse dans la même situation dramatique que dix-neuf plus tôt, qui est en fait maintenant. Tout le monde suit ? Aidés par la belle aventurière Natch, les deux « vieux » compères vont tenter de prendre leur avenir en mains.

 

 

 

 

 © Bauthian, Morse, Kaori - Bamboo

 

 

Jeune et con, chantait Damien Saez. La définition sied bien à nos deux héros, bien que couillon soit plus approprié. Ce sont des têtes brûlées pleins de vie, d’ambition et avec des œillères. Ils se croient invincible, comme des héros d’héroïc-fantasy… Ha, ben, tiens ! Isabelle Bauthian joue avec le genre. On le croyait éculé, mais il en a encore sous le coude. La scénariste est en train de devenir l’une des valeurs sûres de la bande dessinée, dans des styles divers et variés. Elle fait le grand écart entre, entre autres, Dans les cuisines de l’histoire et l’adaptation des Chroniques de San Francisco. Dans le milieu depuis une bonne douzaine d’années, aucune de ses productions ne ressemble à une autre. Il est temps que les années 2020 la mettent enfin au premier plan.

 

 

 

 

 © Bauthian, Morse, Kaori - Bamboo

 

 

Rebecca Morse est une dessinatrice prometteuse. Elle aussi dans les bacs des librairies depuis une bonne dizaine d’années, son graphisme atteint une maturité qui n’a pas à rougir de la comparaison avec celui d’un Didier Tarquin. Elle donne des leçons à certains de ses compatriotes chevronnés qui auraient tendance à se laisser aller. Il y a fort à parier qu’elle se retrouve très rapidement aux manettes de blockbusters du type de La quête de l’oiseau du temps. Elle en a largement le potentiel.

 

 

 

 

 © Bauthian, Morse, Kaori - Bamboo

 

 

Enveloppée par les couleurs chaudes de Kaori, Dragon et poisons est une série tous publics. Drakoo donne un coup de pied dans la fourmilière de la fantasy. Et alors que tout était misé sur Danthrakon, très honorable série de Boiscommun et Arleston qui sert de vitrine à la collection, c’est au backgrond qu’il faut s’intéresser. Dragon et poisons est substantifiquement bien plus intéressant, original et travaillé.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

Série : Dragon et poisons

 

Tome : 2 – Le bedonnant et le balafré 

 

Genre : Héroïc-Fantasy

 

Scénario : Isabelle Bauthian

 

Dessins : Rebecca Morse 

 

Couleurs : Aurélie F.Kaori

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Drakoo

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 9782490735099

 



Publié le 24/05/2021.


Source : Bd-best


Toutous pour tous.  Bon chien ! 2

 

« - Voilà, t’es content ? T’es bon pour un bain…

-   Roh ça va ! C’est que de la terre humide…

-   Ça colle aux poils, c’est vraiment atroce ! Sois sage ! Je dois mettre d’autres vêtements

-   C’est facile de critiquer quand on peut changer de pelage à volonté. »

 

 

 

 

 

 

 

                La différence entre un humain et un chien, c’est que l’un peut se mettre à poil tandis que l’autre en est couvert. Alors, quand un humain se salit, il lui suffit de changer d’habits. Pour un chien, c’est douche direct. Et comme un clébard, ça adore se rouler dans la boue, on vous laisse imaginer la suite. A propos de « laisse », si les toutous sont attachés à leurs humains avec, ce n’est pas toujours ceux qu’on croît qui la dirige.

 

 

 

 

© Lapuss’, Baba, Tartuff - Kennes

 

 

                Du chien champion en parcours d’agility au chien d’aveugle pas toujours vigilant, du gros molosse qui prend toute la place au lit au chien de luxe qui minaude, ils passent tous au crible. Faire pipi sur un bonhomme de neige, mettre la truffe à la fenêtre en voiture, ramasser les miettes sous la table, déchiqueter un doudou ou une paire de chaussons, les petits plaisirs canins sont innombrables, certains au détriment des humains.

 

 

 

 

© Lapuss’, Baba, Tartuff - Kennes

 

 

                Après le succès phénoménal de ses putains de chats, Lapuss’ s’attaque aux bons chiens. Sous les crayons de son complice Baba, les petits et les gros chiens à leurs mémères et à leurs pépères partent en promenade. Mais alors que les chats font leur loi, les chiens sont plus dans la position de celui qui subit ou fait subir, mais innocemment. A part un Butor, mais qui va se faire mater par Tito s’il le faut, les chiens de la série sont des Bons Chiens. Le titre ne ment pas. La fourberie féline que l’on aime tant laisse place à une certaine innocence et candeur canine tout aussi attachante. Parallèlement aux Clebs de Supiot chez Soleil, ceux de Lapuss’ gambadent chez Kennes

 

 

 

 

© Lapuss’, Baba, Tartuff - Kennes

 

 

                . Ce n’est pas pour rien que les chiens et les chats sont nos principaux animaux de compagnie. Avec son humour tous publics, Lapuss’ l’a bien compris. Ce n’est pas pour rien que ces petits albums que l’on peut lire et amener partout cartonnent.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Bon chien !

  

Tome : 2 

 

Genre : Humour canin 

 

Scénario : Lapuss’ 

 

Dessins : Baba 

 

Couverture : Tartuff 

 

Éditeur : Kennes

 

Nombre de pages : 64

 

Prix :  9 €

 

ISBN : 9782380753462

 



Publié le 24/05/2021.


Source : Bd-best


N’oubliez pas les paroles !  Ric Hochet 5 – Commissaire Griot

 

« - Hm ! Décidément, Paris met les petits crimes dans les grands pour me recevoir. Bizarre : je ne vois nulle part la signature de Cupidon. Et puis, cette mise en scène macabre !... Ça ne lui ressemble pas.

-   Cupidon ? Euh !... Veuillez excuser ma tenue. J’étais dans mon bain quand Madame Bajart est venue nous… Ric ! Ric Hochet !

-   Commissaire Ousmane Lamine Cissoko Dior. Aucun lien de famille avec Christian Dior. Je vous rassure tout de suite, du moins pas à ma connaissance ! »

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur le Curé a le cœur sur la main. Ça, on savait que c’était quelque chose de banal pour les gens de la profession. Mais l’avoir sur la main au sens propre, c’est plus rare. C’est ce qui est arrivé à celui qui habite dans l’immeuble de Ric Hochet. Et quand on apprendra plus tard que le cœur est celui de quelqu’un d’autre, l’enquête va se compliquer. Côté police, pas question de compter sur le Commissaire Bourdon. Il est au Sénégal suite à un échange international. Venu de ce pays, le commissaire Dior le remplace. Sur les traces d’un obsédé de la chanson française de variétés et dans les pas d’un possédé, la chasse au tueur en série peut commencer.

 

 

 

 

© Zidrou, Van Liemt, Cerminaro - Le Lombard

 

 

Zidrou et Van Liemt signent leur cinquième épisode des nouvelles aventures de Ric Hochet. En choisissant d’ancrer les histoires du journaliste-détective dans les sixties, les auteurs jouent à la fois sur le front de la nostalgie et de l’originalité. Ric Hochet se distingue de ses contemporains enquêtant dans un présent avec toute la modernité que cela implique, et séduit également les amateurs de l’âge d’or. On aurait presque l’impression que ce sont des histoires du journal de Tintin de l’époque qui auraient été oubliées et que l’on retrouve pour notre plus grand plaisir. La seule différence est que le Ric de Zidrou et Van Liemt est un poil plus dévergondé. Ce qui était jadis sous-jacent avec Nadine est carrément explicite. Le Ric des années 2020 vit avec son temps dans les années 60.

 

 

 

 

© Zidrou, Van Liemt, Cerminaro - Le Lombard

 

 

Simon Van Liemt n’a jamais cherché à copier Tibet. Et pourtant, son trait s’intègre parfaitement aux aventures de Ric. On ressent le plaisir qu’il a à s’approprier Bourdon, Nadine, Ledru et compagnie, et on ressent le plaisir qu’ont les personnages à prendre vie sous ses crayons. On semble partis pour une lonnnngggguuuuue série.

 

 

 

 

© Zidrou, Van Liemt, Cerminaro - Le Lombard

 

 

Cet album est le premier post-Duchâteau. Les auteurs le lui dédient. Plus tarabiscoté que les précédents, le scénario de Zidrou mêle deux traques qui s’entrecroisent. Il surfe sur le surnaturel comme l’a souvent fait Duchâteau. L’originalité principale de l’épisode est le parallèle entre ce qu’il se passe à Paris et au Sénégal avec Bourdon.

 

Du Sénégal à Paris, les lames sont tranchantes. Le commissaire Griot va devoir aider Ric à garder le cœur bien accr-Hochet.

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Les nouvelles aventures de Ric Hochet

 

Tome : 5 – Commissaire Griot

 

Genre : Polar 

 

Scénario : Zidrou 

 

Dessins : Simon Van Liemt

 

D’après : Tibet & Duchâteau 

 

Couleurs : Cerminaro 

 

Éditeur : Le Lombard

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 12,45 €

 

ISBN : 9782803677726

 



Publié le 22/05/2021.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2021