En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Où se trouve l’Aiguille creuse ? ... Arsène Lupin L'aiguille creuse

 

 

Il n’y a pas à dire, depuis son retour sur le petit écran, nous assistons bien à la renaissance du gentleman-cambrioleur le plus célèbre. Profitant de la saison 1 sur Netflix (que chacun jugera à sa juste valeur !), la fièvre « Lupin » a déferlé également en librairie, permettant à des milliers de lecteurs de (re)découvrir le véritable héros de Maurice Leblanc ! Ainsi, il était logique que cette renaissance passe également par la bande dessinée ! Mais cela ne risquait-il pas d’être juste une opération commerciale profitant d’un engouement médiatique passager ?

 

 

 

 

 

 

De plus, il existe déjà d’autres séries BD sur notre Gentleman Cambrioleur ! Tout le monde se rappelle notamment des 6 tomes adaptés par André-Paul Duchâteau, ou encore des « Aventures du jeune Lupin », des « Arsène Lupin, les origines » ou du très surprenant et librement adapté « Cash-cash à Paname » de Marc Lizano et Joël Legars ! Et même des versions « manga » de Takashi Morita, avec notamment 3 tomes rien que pour « L’Aiguille creuse » ! Bref, les reprises, adaptations, … n’étaient pas rares … avec des avis et critiques variés !

 

 

 

 

© A.P Duchateau – M. Leblanc - J. Genon

 

S’attaquer également à un des romans phares des Lupin, était clairement un joli défi ! Comment faire pour ne pas simplement « copier » les adaptations précédentes ? Pour y apporter réellement un regard lupien, quelque chose de nouveau, de particulier tout en respectant le roman de Maurice Leblanc, son rythme, son suspense, son mystère ? Evidemment, lorsque la fin est connue puisque le scénario déjà écrit, l’adapter, sans le trahir, est un exercice difficile !

Et avouons-le, Jérôme Félix y est parfaitement arrivé ! Secondé pour cela par Mickaël Minerbe au dessin dont le travail est joliment mis en lumière par Delf !

 

 

 

 

 

 

© Félix – Minerbe – Leblanc – Bamboo – Grand Angle

 

 

L’histoire est connue évidemment !

Lors d’un cambriolage qui tourne mal, Lupin est blessé. Se cachant dans la chapelle de la propriété, avec la complicité de Raymonde forcée, la fille du maître des lieux, il se fait passer pour mort et ses complices jurent de le venger.

La police, dirigée par le commissaire Ganimard, et secondée par un jeune lycéen, grand amateur d’énigme judiciaire, Isidore Beaudrelet, découvre bien un corps. Sur lui, un mystérieux parchemin avec un message crypté !

Démarre ainsi la quête du trésor des Rois de France … et la recherche d’une énigme les plus secrètes de l’Histoire de France : où se trouve l’Aiguille creuse !!!!

 

 

 

 

 

 

© Takashi Merita – Leblanc – Kurokawa

 

Actions, rebondissements et retournements, Maurice Leblanc fait courir ses lecteurs d’une piste à une autre … Rythme parfaitement traduit et respecté par l’adaptation en BD de Félix et le dessin de Minerbe !

Au sujet de ce dernier, il a su donner un graphisme parfait à l’album. A la fois simple, mais efficace, il s’adapte parfaitement, lui, à l’ambiance du roman, tout comme le choix de la palette des couleurs … entrant dans l’atmosphère de l’époque ou des flashbacks historiques en sepia doux.

 

 

 

 

 

© Félix – Minerbe – Leblanc – Bamboo – Grand Angle

 

 

Cet album, d’abord paru chez Orep Editions en 2018, reçoit l’aval en préface de Florence Leblanc, petite-fille du créateur ! Jolie marque de confiance et surtout belle reconnaissance de l’adaptation !

« En lisant cette nouvelle édition de L’Aiguille creuse, j’ai retrouvé avec joie l’atmosphère créée par Maurice Leblanc. »

Voilà, pour tous les admirateurs de Raoul d'Andrésy un bon moyen de se réconcilier avec la BD et les versions de leur héros, loin de la fade et trompeuse vision Netflix !

 

 

 

 

 

© Félix – Minerbe – Leblanc – Bamboo – Grand Angle

 

 

La première édition est enrichie d’un instructif dossier de 11 pages rédigé par Patrick Gueule, en collaboration avec Pierre-Antoine Dumarquez.

 

 

 

 

 

 

© Patrick Gueule - Pierre-Antoine Dumarquez – Bamboo – Grand Angle

 

Thierry Ligot

 

 

Série : Arsène Lupin

 

Titre : L’aiguille creuse

 

Genre : Gentlemen cambrioleur

 

Scénario : Félix Jérôme d’après l’œuvre de Maurice Leblanc

 

Dessin : Minerbe Michaël

 

Couleurs : Delf

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand Angle

 

Nombre de pages : 72

 

Prix : 15,90 €

 

ISBN : 9782818990629



Publié le 19/09/2021.


Source : Bd-best


Allons chercher !  Les nouvelles aventures de Lapinot 7 – Midi à quatorze heures

 

« - Tu n’es pas enthousiaste à l’idée qu’on travaille ensemble. C’est parce que je serai ta chef, c’est ça ?

- Tu nous vois être tout le temps sur le dos de l’autre ? La journée, le soir, le week-end, les vacances ?...

- Et alors ? Ça va… Tu es vivable. C’est moi ? C’est moi qui suis super chiante ?

- Non… Pas chiante… Mais assez… Euh..; Directive.

- Directive dans le sens « chiante » ?

- Dans le sens « Je prends des décisions sans tenir compte des autres. »

- C’est vrai… Tu as raison… Mais je m’améliore, non ?

- C’est vrai aussi... »

 

 

 

 

 

 

                Lapinot vient d’être embauché par sa petite copine Camille en tant qu’éditeur adjoint dans sa maison d’édition. Si elle a en principe du mal à déléguer, elle à confiance en son chéri à 100 %. Mais partager le lit et le bureau, est-ce bien compatible ? Elle lui promet qu’à la moindre alerte il pourra l’envoyer sur les roses… ou au septième ciel. Autour d’eux, côté copains et connaissances, ce n’est pas la joie. Elsa et Grégory, ensemble depuis plus de quinze ans, annoncent leur séparation. Joseph, futur auteur à succès des éditions Carotte, subit Annabelle, artiste contemporaine. Richard, quant à lui, restera toujours Richard, chiant à souhait, avec son ironie caustique, mais sur qui on peut toujours compter. Tout allait aller cahin caha dans le meilleur des mondes possibles, jusqu’à ce que Grégory décide, tout simplement, de commettre un attentat.

 

 

 

 

© Trondheim, Findlaky - L’association

 

 

                Lewis Trondheim écrit une pièce de théâtre citadine. Les dialogues sont toujours aussi savoureux. Les situations parlent à tous. Par exemple, tout le monde à un Richard dans sa vie. Cherchez bien autour de vous, vous allez trouver. Les couples d’amis qui se font et se défont rythment nos vies. Les repas en famille, avec les petites habitudes des uns et des autres, sont le lot de tout un chacun. La couverture aussi en dit long, avec Richard et Lapinot en couleurs fendant une foule dense d’anonymes sombres.

 

 

 

 

© Trondheim, Findlaky - L’association

 

 

                Dans cet album, l’art contemporain conceptuel en prend pour son grade. Au-delà, c’est tout un concept de vie moderne qui passe à la moulinette Trondheim, avec tendresse, humour et réalisme. Avec Lapinot cherchant à impressionner et à faire sourire avec son vocabulaire, l’auteur joue avec les mots. Des couples immarcescibles aux babioles brimborions, Lapinot vous aide à enrichir votre catalogue linguistique.

 

 

 

 

© Trondheim, Findlaky - L’association

 

 

                De midi à quatorze heures et bien au-delà, ce septième tome des nouvelles aventures de Lapinot, qui paraît avant le sixième, encore une trondheimerie, est à gobichonner sans modération.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Les nouvelles aventures de Lapinot

 

Tome : 7 - Midi à quatorze heures 

 

Genre : Chronique du temps présent

 

Scénario & Dessins : Lewis Trondheim 

 

Couleurs : Brigitte Findlaky

 

Éditeur : L’association

 

Collection : 48 cc

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 13 €

 

ISBN : 9782844148223

 



Publié le 19/09/2021.


Source : Bd-best


 Dans les bras de Morphée.  Pourquoi la sieste ?

 

« - Pfff… Je me ferais bien un petit somme…

- Combien de temps ? Où ça ? Avec quel objectif ?

- Quoi ? Mais j’en sais rien, moi. C’est quoi ces questions cheloues ?

- Eh bien figure-toi que la sieste, c’est hyper scientifique ! Chaque sieste est différente et a ses propres bienfaits... »

 

 

 

 

 

 

 

Certains la prennent pour une activité dilettante, d’autres la voient comme l’apanage des flemmards et des bons à rien. Si certains la pratiquent pour ne pas travailler, d’autres en sont adeptes pour au contraire mieux travailler. Définie par le Petit Larousse comme un repos, un petit somme, après le repas de midi, la sieste reçoit ici ses lettres de noblesse sous le trait de Buche et la plume de Sti.

 

 

 

 

© Sti, Buche – Bamboo

 

 

Tout au long de l’album, le Grand Roupillor guide Pierre, employé de bureau, pour lui apprendre l’art de la sieste. On verra que faire la sieste est une science. On découvrira que de tous temps les hommes l’ont vénéré et personnifié par le truchement de divers dieux. On saura tout sur l’ASMR. On piquera des petits roupillons à la manière de divers animaux. Le café deviendra notre ami car il permet de ne pas faire de trop longues siestes, car en effet, trop de sieste tue la sieste.

 

 

 

 

© Sti, Buche – Bamboo

 

 

Aux grands hommes, la sieste reconnaissante. Isaac Newton, Archimède, Victor Hugo, Albert Einstein et JFK, entre autres, en étaient adeptes. Les ingénieurs de Tchernobyl et le Capitaine de l’Exxon Valdez, pétrolier qui s’est échoué en Alaska provoquant une marée noire, eux, auraient mieux fait de la faire. Ils auraient été plus réactifs.

 

 

 

 

© Sti, Buche – Bamboo

 

 

Ils nous avaient faits courir avec Les Runners. Ils nous reposent avec Pourquoi la sieste ? Sti et Buche rendent à la sieste la place qu’elle mérite et qui, pour être bénéfique, ne doit pas excéder une vingtaine de minutes, moins qu’il n’en faut pour savourer cet album drôle et instructif, à faire lire à bien des patrons. Il est juste dommage que le grand Roupillor ressemble trop à l’image allégorique de la mort.

 

Pourquoi la sieste ? Pour mieux profiter de la vie, pardi !

 

 

 Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Pourquoi la sieste ?

  

Genre : Humour

 

Scénario : Sti

 

Dessins & Couleurs : Eric Buche

  

Éditeur : Bamboo

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 12,90 €

 

ISBN : 9782818985571

 



Publié le 19/09/2021.


Source : Bd-best


Voyage en terre inconnue.  Olive 3 - Sur les traces du Nerpa

 

« - Récapitulons. Lenny Popincourt, l’astronaute disparu, a rencontré ta mère biologique quand elle était enceinte de toi.

- Oui.

- Vous avez survécu tous les deux à un accident d’avion causé par des canards sauvages et depuis vous partagez le même univers parallèle, dans lequel tu te rends par la pensée et lui par le rêve.

- C’est ça.

- La baleine qui vit dans ta maison-bulle s’appelle rose, comme ta mère biologique décédée juste après ta naissance.

- Tout à fait.

- Madame Lavisse, je voulais vous dire… J’ai bien réfléchi, je n’ai plus besoin de venir vous voir.

- Tu es sûre, Olive ? Tes parents ? Tu ne veux pas en parler ? Tu n’es pas en colère ?

- Si, je le suis. Mais ça va passer. Au revoir, Madame Lavisse.

- J’ai confiance en toi, Olive. Tu vas trouver ton chemin. »

 

 

 

 

 

 


                Olive souhaite cesser ses séances avec Madame Lavisse, sa psychologue. Elle pense pouvoir avancer toute seule à présent. L’adolescente sait pourquoi l’astronaute Lenny Popincourt hante ses rêves. Il était assis à côté de sa mère dans l’avion avec lequel ils ont eu un accident. La maman d’Olive est décédée peut-après le crash en donnant naissance à sa fille.

                Dans le monde imaginaire d’Olive, Lenny dort toujours profondément. Il est coincé dans son rêve, ne sais plus où il est, mais au moins ne gèle plus. Il ne faut pas qu’il meure là-bas. C’est ce qu’elle craint. Combien de temps peut-il tenir sans se nourrir ? Comment avancer s’il ne donne plus d’indices ?

 

 

 

 

© Mazel, Cazot – Dupuis

 

 

                Ce troisième tome d’Olive constitue une véritable rupture pour l’héroïne. Elle qui jusqu’à présent avait peur de tout devra se confronter au monde réel pour sauver Lenny, ce cosmonaute endormi. Pour cela, le phoque qui fait des apparitions, de la figuration, depuis le début va jouer un rôle crucial. On pourra même, comme Olive, réaliser son avatar en mie de pain.

 

 

 

 

© Mazel, Cazot – Dupuis

 

 

                La technique de la sculpture est d’ailleurs une des méthodes utilisée par Lucy Mazel pour visualiser ses personnages en trois dimensions. Elle a sculpté Olive, Lenny et Charlie dans de l’argile. On peut la voir le faire sur sa chaîne Twitch : https://www.twitch.tv/lucy_mazel.

                Pour les animaux comme pour les décors, Mazel gagne en simplicité, et par ricochet en dynamisme. En apparence dépouillées, les lignes de ses traits ont chacune leur importance. On l’observe en particulier dans de nouveaux décors de glace et de cailloux. Mazel nous amène visiter le merveilleux Musée de la mer de Biarritz. Ses couleurs spatiales et spéciales sont une invitation au voyage spirituel.

 

                Véro Cazot écrit une version réenchantée d’On a marché sur la lune. Alors qu’à l’époque Hergé innovait avec un voyage physique dans les étoiles, ce qui fait rêver aujourd’hui, quand on n’a pas la fortune pour le faire, c’est d’y aller par la pensée. Et ça, tout le monde peut y arriver. En apprivoisant son subconscient, Olive nous le prouve.

  

 

 

 

© Mazel, Cazot – Dupuis

 


                Comme ça a déjà été dit dans la chronique du tome précédent, et comme ça le sera sûrement pour le prochain, Olive n’est pas une série forcément facile d’accès dans le sens où il faut réussir à pénétrer dans ce monde. C’est une série qui se mérite, car une fois que l’on en a accepté le postulat, on fait partie des privilégiés qui peuvent bénéficier du voyage.

 

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Olive

 

Tome : 3 - Sur les traces du Nerpa

 

Genre : Onirisme

 

Scénario : Véro Cazot

 

Dessins & Couleurs : Lucy Mazel

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 12,50 €

 

ISBN : 9791034751266

 



Publié le 19/09/2021.


Source : Bd-best


Double mystère pour la guérisseuse.  Complots à Versailles 4 - Le trésor des Rovigny

 

« - Voulez-vous que je vous aide à déballer vos bagages ?

- Ce ne sera pas nécessaire. Mlle D’Altafuente ne reste pas.

- Vous êtes sans doute M.Fortin ? Je ne partirai pas avant d’avoir rencontré mon grand-père.

- M. le Baron est très faible. Il ne pourra vous recevoir.

- Pour que je quitte le château, il faudra qu’il me le dise lui-même ! »

 

 

 

 

 

 

                En allant rendre visite à son grand-père le baron de Rovigny sur la route de Chambord, Cécile Drouet ne se doutait pas qu’elle allait mettre le doigt sur une machination visant à prendre le contrôle de la famille. On ne veut pas lui laisser voir son grand-père. Elle est si déterminée que Gaspard Fortin, le régisseur, consent à l’amener à son chevet. Il est très faible et inconscient. Le docteur a diagnostiqué une fièvre quarte, mais pour Cécile, il n’en a pas les symptômes. Second mystère : sa cousine Charlotte s’est enfuie du château, soit disant pour une histoire de sentiments entre elle et Fortin qui ne serait pas du goût de son grand-père.

 

 

 

 

 © Carbone, Adragna – Jungle

 

 

                Cécile va devoir faire preuve d’esprit, de prudence et de finesse pour déjouer les plans machiavéliques ourdis par le régisseur du château. Ce n’est pas spoiler l’histoire que de dire que le grand-père n’est pas dans un état léthargique à cause de la maladie et que la cousine n’a pas disparu de son plein gré. En Miss Marple du XVIIème, Cécile utilise ses connaissances de guérisseuse pour comprendre le mal non naturel causé à son grand-père. En Arabesque des châteaux, elle usera de malice pour trouver ce qu’il est advenu de sa cousine.

 

 

 

 

 © Carbone, Adragna – Jungle

 

 

                Carbone adapte le quatrième et dernier roman de la série d’Annie Jay. Bonne nouvelle, face au succès de la série, une cinquième aventure inédite est préparée par la scénariste des récents Bonnie & Clo et La brigade des souvenirs. Giulia Adragna utilise un dessin universel clair et précis pour donner vie aux personnages auxquels on commence vraiment à s’attacher.

                Le titre du tome précédent spoilait le résultat de l’enquête. Le titre de celui-ci fait uniquement référence à la conclusion. On aurait pu trouver mieux.

 

 

 

 

 © Carbone, Adragna – Jungle

 

 

                La série paraît dans la collection Miss Jungle mais n’est absolument pas réservée aux filles. C’est dommage que de nos jours un éditeur « genre » encore des collections. Qu’on ne s’y trompe pas. Complots à Versailles intéressera les jeunes lecteurs tout autant que les jeunes lectrices.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Complots à Versailles

 

Tome : 4 - Le trésor des Rovigny

 

Genre : Aventure historique

 

Dessins : Giulia Adragna

 

Scénario : Carbone

 

D’après : Annie Jay

 

Couleurs : Yellowhale S.R.L. Creative Studio

 

Éditeur : Jungle

 

Collection : Miss Jungle

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 12,95 €

 

ISBN : 9782822234047

 

 



Publié le 18/09/2021.


Source : Bd-best


100 Ans de sports mécaniques ... Spa  Francorchamps

Quel amoureux de sports mécaniques ne connaît pas le plus beau circuit du monde ? A travers le monde, ce circuit est LA référence et chacun ne cesse de le vanter … Les pilotes en premier lieu ! Quelle qu’en soit l’époque, pour les pilotes de la catégorie-reine, la F1, ou encore des courses d’endurance, les 24h ou les 1.000 km, gagner là, c’est la légende assurée ! Son cadre unique, son tracé exceptionnel et incomparable, ses virages légendaires, … ne peuvent laisser l’amateur, comme le pilote, insensibles … pas même ses conditions météorologiques certaines années ! Tout cela fait la magie de ce circuit que vous aurez toutes et tous reconnus … Spa-Francorchamps !

 

 

 

 

 

A l’occasion de son centenaire, plusieurs animations, expositions et parutions de livres ont lieu. Parmi cet ensemble, épinglons une expo qui se tient actuellement à l’Abbaye de Stavelot et ce jusqu’au 2 janvier 2022 !

Haut lieu de la mémoire du circuit, avec de nombreux bolides d’exception ayant marqués la compétition, des pionniers à nos jours : March, Chevron, Ferrari, Porsche, Cooper, … mais aussi ses motos, … c’est l’endroit à visiter pour mieux s’imprégner de cette ferveur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Michel Janvier - Éditions Point Image – JVDH

 

 

 

 

Spa - francorchamps 1991 Début Schumacher en F1 (pilote payant) chez Jordan. Un an plus tard, il remportait sa première victoire en F1 à Francorchamps au volant d'une Benetton.

 

 

 

 

Spa-Francorchamps et ses légendes ne pouvaient donc pas être ignorés du 9e art ! Avec Jean Graton en leader (sans jeu de mots !), nombreux sont les dessinateurs qui ont pris leurs plaisirs à dessiner, croquer bolides, motos, … au Raidillon, à la Source, aux Combes ou ailleurs.

 

 

 

 

 

© Christian Papazoglakis - Éditions Point Image – JVDH

 

 

Les Editions Point Image – JVDH ont eu l’excellente idée de solliciter 24 de ces dessinateurs de talents pour illustrer un livret retraçant un siècle de légende … mais aussi certains des pilotes qui y ont contribué. Afin de n’en vexer aucun, je me garderai bien ici d’en citer l’un ou l’autre … tant chaque croquis est superbe !

Un remarquable cahier indispensable à tout fan de bolides amoureux de ce circuit mythique.

 

 

 

 

 

 

© Baudouin Deville - Éditions Point Image – JVDH

 

 

Pour le bonus, en le commandant sur leur site, vous avez également la possibilité de choisir un des quatre ex-libris tirés du carnet.


Lien site Point Image

 

Mais on le trouve également dans toutes les bonnes librairies spécialisées BD !

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Spa Francorchamps

 

 

Dessinateurs : collectif

 

 

Genre : Sport Automobile

 

 

Editeur : Les Editions Point Image – JVDH

 

 

Nombre de pages : 54

 

 

Prix : 12,00 €

 

 

ISBN : 9782930460444



Publié le 18/09/2021.


Source : Bd-best


Tintie & Mil, aussi aventureux mais en plus drôle.  Bonnie & Clo 1 - Le Globigobtout

 

« - Clovis ! Clovis ! Réveille-toi! Allez, reviens avec moi !

- Aoutch, ma tête… Bonnie ?!

- Quoi, Bonnie ?! J’ai du noir sur la truffe ?!

- Aaaaaahh !! Non… Mais… Tu parles ?!

- Ben oui, je parle le chien couramment !

- Mais qu’est-ce qu’il se passe ?! Bonnie, je comprends ce que tu dis ! »

 

 

 

 

 

 

Apparemment largué par sa femme, Jean confie son fils Clovis à sa grand-mère pour quelques jours. La veuve vit avec son chien Bonnie à Bourriche-sur-Mer, un village de bord de mer. Le papi a disparu en mer il y a quelques années déjà. La mamie et son petit-fils passent une bonne soirée, mais pas sûr que la nuit soit calme. Orage et grosse tempête au programme. Un amoncellement d’ordures prend vie et détruit tout sur son passage. Dans la maison, en tentant de braver ses peurs, Clovis chute et, en se levant, réalise qu’il comprend ce que le chien de sa mamie raconte. Réussiront-ils à débarrasser le petit port du monstre vorace ?

 

 

 

 

© Carbone, Roland, Tourat – Jungle

 

 

Carbone, scénariste confirmée, met en forme l’histoire imaginée par Marie Tourat et Pauline Roland. Les autrices signent une comédie déjantée et totalement foutraque. Clovis est un ado d’aujourd’hui, qui s’élève tout seul parce que les parents n’ont pas le temps ou ont leurs problèmes. Du temps de Mamie, ce n’était pas comme ça. Mémé Paulette est la grand-mère qu’on aurait tous aimé avoir, dynamique, jamais fatiguée, politiquement incorrecte, tout ça pour dire qu’elle dit ce qu’elle pense et qu’elle fait ce qu’elle veut. Bonnie, c’est Milou, mais en plus drôle. Et on n’a pas parlé de Macarel, un vieux goéland à la jambe de bois qui a du vécu.

 

 

 

 

© Carbone, Roland, Tourat – Jungle

 

 

Pauline Roland a vu les séries de Jim Henson. Ça se ressent dans son trait avec ses personnages semblant tout droit sortis d’un Muppet Show, ou plutôt même du Fraggle Rock. Le Globigobtout est un cousin de Germaine, la Grande Crado qui terrorisait les Fraggles, mixé avec Cookie Monster, le monstre bleu de Sesame Street qui adore les cookies. L’intrusion dans le ventre du monstre rappellera la scène de la baleine dans Pinocchio.

 

 

 

 

© Carbone, Roland, Tourat – Jungle

 

 

Décidément, Carbone transforme en or tout ce qu’elle touche. Bonnie & Clo est une des petites pépites de l’année. C’est frais, c’est drôle, aussi rigolo pour les petits que pour les grands. On en redemande.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Bonnie & Clo

 

Tome : 1 - Le Globigobtout 

 

Genre : Aventure humoristique

 

Scénario : Carbone & Marie Tourat

 

Dessins & Couleurs : Pauline Roland

 

Éditeur : Jungle

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 12,95 €

 

ISBN : 9782822232401

 



Publié le 17/09/2021.


Source : Bd-best


Attrape-moi si tu peux.  Donjon Crépuscule 112 – Pourfendeurs de démons

 

« - Quoi ?

- Tes étrangers doivent partir.

- Dites-leur vous-mêmes.

- Etrangers ! Au nom du gouvernement, nous vous sommons de…

- De quoi ? Toi, tu sais pas qui je suis…

- C’est pas la question…

- Mais alors c’est quoi, la question ?

- Vous apportez des dangers auxquels notre village ne peut faire face.

- Ouais, bin… faites déjà face à ça !!! »

 

 

 

 

 

 

                Marvin, le lapin rouge aux yeux vides, et Zakûtu passent la nuit dans une maison de thé. Le thé apporte la zénitude, le calme, la contemplation,… Bin, pas là. Les villageois craignant pour leur sécurité à cause des dangers qu’ils pourraient apporter, nos héros sont gentiment poussés vers la sortie. S’ils vainquent les gardes chargés de les déloger, le bourgmestre les convainc que la petite ville n’est pas de taille à faire face aux menaces que leur présence engendre. Ils sont traqués par les démons qui prennent les corps de n’importe qui pour les attaquer. Marvin et Zakûtu réussiront-ils à annihiler cette puissance qui les poursuit ?

 

 

 

 

 © Obion, Trondheim, Sfar – Delcourt

 

 

                Trondheim et Sfar signent une histoire démoniaque mettant leurs personnages dans une situation apparemment inextricable. Le monde est inflammable. Trouveront-ils l’extincteur ? Un final en apothéose propose autre chose qu’un dénouement classique. Les scénaristes arrivent encore une fois à sortir du labyrinthe dans lequel ils s’enferment. Au dessin, Obion signe son deuxième album dans un graphisme parfait pour l’univers. Bonus, l’album est en réalité augmentée. Grâce à l’application Delcourt Soleil +, des pages de scénarios apparaissent sous les planches.

 

 

 

 

 © Obion, Trondheim, Sfar – Delcourt

 

 

                Donjon Crépuscule relate la fin du Donjon, mais depuis l’arrivée de Donjon antipodes +, ce n’est plus la dernière époque racontée. Donjon est un monde aux extensions infinies. Pourfendeurs de démons est le quarante-quatrième album Donjon et le neuvième Crépuscule. Il porte le numéro 112. Les 107, 108 et 109 n’existent pas, ou du moins pas encore. Il y a de quoi rendre simple l’histoire de l’album R5 de Gaston qui a longtemps laissé un vide dans les collections des lecteurs. Trondheim et Sfar dressent une carte spatio-temporelle tentaculaire épatante. Ils se laissent des portes pour insérer quand ils le voudront de nouveaux éléments. Malgré ça, ils nous proposent dans chaque album, ou presque, une histoire qui se tient à elle toute seule. Même si elle a des échos juste avant, quelques années plus tôt ou plus tard, on comprend en quelques cases où l’on se trouve et ce qu’il s’est passé.

 

 

 

 

 © Obion, Trondheim, Sfar – Delcourt

 

 

                Tout peut se passer dans l’univers Donjon. C’est pour cela que chaque album apporte sa pierre à un édifice aux fondations solides et qui se renouvèle sans jamais lasser.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Donjon Crépuscule

 

Tome :  112 – Pourfendeurs de démons

 

Genre : Aventure fantastique

 

Scénario : Joann Sfar & Lewis Trondheim

 

Dessins : Obion

 

Couleurs : Walter

 

Éditeur : Delcourt

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 11,95 €

 

ISBN : 9782413016878

 

 



Publié le 17/09/2021.


Source : Bd-best


Le club des Quatre. La brigade des souvenirs 1 - La lettre de Toinette

 

« - Je ne veux plus que vous y retourniez ! C’est compris ? C’est trop dangereux. D’ailleurs, le bâtiment doit être rasé !

- Oui, Manou ! Promis. Mais regarde ce qu’on a trouvé ! Une lettre signée d’une certaine Toinette !

- Quelle déclaration d’amour désespérée !

- Dis, Manou… Tu crois qu’ils sont encore en vie… Ernest et Toinette ?

- Je ne sais pas, ma puce ! Peut-être... »

 

 

 

 

 


 

Dans les ruines d’une école, trois ados, Alban, Théo et Tania, ainsi que le chien Patrok, découvrent une vieille boîte de biscuits en fer. A l’intérieur, il y a une carte postale sur laquelle est inscrit : « Ernest chéri, je suis absolument désespérée. La directrice de la maison, elle me dit qu’elle sait tout ce que j’ai fait… Après.. Enfin, c’est affreux... » Tania confie leur découverte à sa grand-mère. L’instituteur retraité de l’école s’appelle bien Ernest. Il est aujourd’hui en maison de retraite. Est-ce possible que la lettre lui soit adressée ? Les dates pourraient-elles correspondre ? De témoignages humains jusqu’aux archives départementales, les jeunes de la brigade des souvenirs s’embarquent dans une enquête qui va les mener plus de cent ans en arrière.

 

 

 

 

© Cee Cee Mia, Carbone, Marko – Dupuis

 

 

Scénario à quatre mains pour cette nouvelle série amenant les lecteurs au cœur de la grande histoire. Gage de qualité, deux de ces mains appartiennent à Carbone. La scénariste de la formidable Boîte à musique et du récit à suspens Dans les yeux de Lya revient accompagnée de Cee Cee Mia, celle qui fait danser les membres du Crew dans Au-delà des étoiles. Les deux complices ajoutent un soupçon d’Enid Blyton à une pincée de Secrets d’histoire. Le club des Cinq, avec un membre en moins, mène une enquête à l’argument historique. Patrok, c’est Dagobert ! Le lecteur se prend très rapidement au jeu et s’imagine cinquième complice du groupe.

 

 

 

 

© Cee Cee Mia, Carbone, Marko – Dupuis

 

 

Au dessin, Marko retrouve son époque fétiche des Godillots. Il alterne ici le monde moderne avec le début du siècle passé pour lequel il n’a pas mis de cadre autour des cases. Aidé par le travail de coloriste de Maëla Cosson, Marko met, comme il le dit, de la couleur sur le noir et blanc des livres d’histoire.

 

L’album est complété d’un dossier pédagogique permettant de replacer la petite histoire dans la grande. On y apprend comment les autrices intègrent des éléments réels et traitent de sujets méconnus ou mal connus comme ici le rôle des femmes pendant la Première Guerre Mondiale.

 

 

 

 

© Cee Cee Mia, Carbone, Marko – Dupuis

 

 

 Démarrant par un doublé avec la parution simultanée des deux premiers tomes, la brigade des souvenirs en a énormément à nous raconter.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : La brigade des souvenirs

 

Tome : 1 - La lettre de Toinette 

 

Genre : Emotion

 

Scénario : Cee Cee Mia & Carbone

 

Dessins : Marko

 

Couleurs: Maëla Cosson

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 64 

 

Prix : 12,50 €

 

ISBN : 9791034736119

 



Publié le 17/09/2021.


Source : Bd-best


Mission impossible Victor Hugo, Maria Callas, Gandhi et Michel Audiard … Dieu n’a pas réponse à tout (mais Il sait déléguer)

 

 

Décidément Dieu n’a pas facile ! Quand Il n’est pas surchargé ou perdu face à une situation, Il peut connaître des doutes. Dès lors, pourquoi ne pas continuer à faire appel aux génies et autres disponibles au Paradis.

 

 


 

 

 

 

Après avoir fait appel à Sigmund Freud, Mozart, Marilyn Monroe, Al Capone, Louis XIV, Agatha Christie, Cyrano de Bergerac, Michel-Ange, Hemingway, Ginger et Fred, voilà qu’Il va devoir ressortir de nouveaux lapins de sa barbe blanche.

Et quel casting de rêve !!!

Ce sont donc Victor Hugo, Maria Callas, Gandhi et Michel Audiard qui vont se voir proposer un marché ! Rendre un petit service en aidant ou remettant un humain sur le bon chemin … contre une faveur ! Cependant, pas toujours évident, voire parfois déroutant au vu des réactions et personnalité de certain(e)s !

 

 

 

 

 

© Benacquista – Barral - Dargaud 

 

 


« Toute la sagesse du monde ne pourra rien pour cet homme »

Entre un business man imbuvable et égocentrique, une fillette à la voix prometteuse mais mortellement timide, un imbu de lui-même « champion du monde » et un désespéré de l’espèce humaine, l’occasion pour Tonino Benacquista d’à nouveau nous renvoyer à la face certains de nos défauts ou péchés ! Dante y trouverait matière et n’en renierait pas le ton !

 

 

 

 

© Benacquista – Barral - Dargaud 

 

 

« J’ai rien contre les causes perdues, mais vous tenez là un gabarit exceptionnel »

Car comme pour les 2 premiers tomes, entre ironie, sarcasme, moquerie et irrévérence calculée, le point commun de chaque histoire reste l’humour. On a clairement envie de rire (jaune parfois) de la première à la dernière page … Néanmoins, l’émotion n’en est jamais loin. Chacune des fins nous offre une petite leçon, une morale … comme une fable moderne.

L’ensemble ne serait pas idyllique sans un Nicolas Barral magistral au dessin. Comment ne pas tomber sous le charme de ce Dieu si bienveillant ? Sans en oublier les mimiques, les expressions de ses « victimes » ou « adjoints » ! A savourer ici et là, quelques clins d’œil visuels propres à chacune des perles dégotées par Dieu … On en sourit d’autant plus à la lecture de ce 3e tome de « Dieu n’a pas réponse à tout »

 

 

 

 

© Benacquista – Barral - Dargaud - Ligot 

 

 

Pour ceux qui en veulent plus, une petite touche « didactique » offerte par Dieu lui-même … une courte bio de présentation de chacun des 4 « appelés »

 

 

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

Série : Dieu n’a pas réponse à tout

 

Tome : 3

 

Scénario : Tomino Benacquista

 

Dessin : Nicolas Barral

 

Éditeur : Dargaud

 

Genre : Humour

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 16,00 €

 

ISBN : 9782205089837



Publié le 17/09/2021.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2021