Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Alix Senator – T.13 – L’Antre du Minotaure

 

 

 

Une nouvelle « boucle spatio-temporelle » s’accomplit dans les univers d’Alix.

Moins de cinq mois après la parution de « L’Œil du Minotaure » dans la série « classique », Alix revient, trente ans plus tard, sur les lieux de ses exploits en Crète dans « Alix Senator ».

 

 

 

 

 

 

Toujours à la recherche de reliques en suivant les indications du disque d’Osiris, Alix débarque sur l’île, à Héraklion, non pas pour philosopher mais pour y retrouver Deucalion. Lui aussi a bien changé en trente ans. Devenu un riche marchand d’esclaves, il s’est fait construire une superbe demeure, ou plutôt un palais digne d’un dieu dans les ruines du labyrinthe du Minotaure !

 

 

 

 

© Valérie Mangin - Thierry Demarez - Jean-Jacques Chagnaud - Casterman

 

 

 

 

Leurs retrouvailles est l’occasion de lancer une légère pique à l’hypocrisie romaine … marchand d’esclaves et non de vins doux … Alix n’approuve guère ce choix et aimerait s’en offusquer … mais qui à Rome n’a pas d’esclaves ?

Par ailleurs, il a besoin de son ami crétois pour retourner sur Théra, dans le Temple du Minotaure. Or le chemin pour y arriver est semé d’embûches. Suite à une tempête, le sort réserve un recto-verso ironique à Deucalion.

 

 

 

 

 

© Valérie Mangin - Thierry Demarez - Jean-Jacques Chagnaud - Casterman

 

 

 

Et comment imaginer ce plongeon dans le passé d’Alix avec ce monstre ? Est-il la clé de sa quête ? A-t-il réellement un lien avec les Atlantes et quel serait-il ?

Si ce nouvel opus place Deucalion au centre de l’intrigue, il est évident que ce fabuleux disque d’Osiris reste la porte d’entrée pour s’arrêter à bien des énigmes que Valérie Mangin, en grande Prêtresse d’Alix, sème sous les pas de son héros.

« Lumineux comme la lune et chaud comme le soleil », sa dangerosité n’en est que plus grande … « Porteur d’un secret encore plus précieux que lui », il entraînera nos héros à retourner dans cet endroit « aussi mortel qu’il est ancien ». Car rappelez-vous ces billes de feu, brûlantes et empoisonnées … ces araignées géantes, ces couloirs immergés, …

 

 

 

 

 

© Valérie Mangin - Thierry Demarez - Jean-Jacques Chagnaud - Casterman

 

 

 

Il n’est plus utile de présenter le remarquable travail de construction scénaristique de Valérie. Tout en restant fidèle au Alix de Jacques martin, elle ne cesse d’y adjoindre subtilement certaines de ses propres envies ou passions. Sans tomber dans la facilité des approches parfois « tarte à la crème » ou stéréotypées concernant l’Atlantide, ses mystérieux habitants, secrets, … cet « Antre du Minotaure » nous invite clairement à relire « L’Œil du Minotaure » de la série classique (t 40).

 

 

 

 

© Valérie Mangin - Thierry Demarez - Jean-Jacques Chagnaud - Casterman

 

 

 

 

Capable de nous surprendre par des rebondissements et retournements inédits, nous sommes emportés dans l’action par un Thierry Demarez parfaitement maître de son style. A nouveau, par son trait réaliste fouillé, jouant adroitement avec les hachures et la palette de couleurs de Jean-Jacques Chagnaud, cet Alix sénateur, plus vieux de 30 ans de celui de Martin, est bel et bien une série à part entière.

 

Petit bonus pour celles et ceux qui, une fois de plus, se laisseront séduire par la version « Premium », le cahier historique « Les Îles du Minotaure – L’Atlantide méditerranéenne » est une source incroyable d’informations, d’explications, de clés pour parfaitement savourer ce treizième tome d’Alix Senator. Probablement le plus captivant de la série.

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

 

Titre : L’antre du minotaure 

 

Série : Alix Sénator

 

Tome : 13 

 

Genre : Aventure historique

 

Éditeur : Casterman

 

Scénario : Valérie Mangin

 

Dessin : Thierry Demarez

 

Couleurs : Jean-Jacques Chagnaud

 

Nombre de planches : 46 + 8 pour le cahier historique de la version « Premium »

 

Prix : 13, 95 € (version normale) – 18,95 € (Premium)

 

ISBN : 9782203224186 (version normale)  -  9782203211643 (Premium)



Publié le 07/04/2022.


Source : Bd-best


Alix origines T.3 Le démon de Torralba

 

 

 

Le proverbe dit : « Jamais 2 sans 3 » ! Et visiblement, à la lecture de ce 3e album, pas de doute, ce préquel d’Alix Classique se fait largement sa place dans l’univers de notre héros gaulois.

 

 

 

 

 

 

 

Alors qu’il est désormais prisonnier, avec sa sœur, sur un navire phénicien qui les mène vers l’esclavage, le capitaine décide de faire escale à Caralis, au sud de la Sardaigne. Il désire les y vendre … ou plutôt y vendre uniquement Alix ! Au désespoir de ce dernier, il est donc séparé de sa sœur ! Mais comment la protéger dans ce cas, notamment des marins du bateau ?

Vendu au noble Calenus, son sort semblerait néanmoins moins pire qu’il ne pourrait le craindre.

Pourtant, il décide de s’échapper immédiatement pour sauver Alexia.

 

 

 

 

 

© Marc Bourgne – Olivier Weinberg – Florence Torta - Casterman

 

 

 

 

C’est ainsi qu’ils se retrouvent tous les deux, seuls, perdus dans la campagne sarde. Ils rejoignent alors une bande de jeunes comme eux : Grecs, Gaulois, Sardes, Egyptiens ou encore Wolofs, … Pour survivre, ils volent dans les fermes voisines. Dirigé par le Sarde Corbeddu, ils vivent cachés dans un des nombreux nuraghes disséminés sur l’île. Divisé en deux sous-groupes, les chasseurs (les Grands) et les voleurs (les Petits), tout ne semble pourtant pas si tranquille dans le groupe. Des membres de la bande ont récemment disparus dans des conditions étranges. Qu’en est-il réellement ?

Par son courage et son sang-froid, Alix est rapidement nommé chef des « Voleurs ».

 

 

 

 

 

© Marc Bourgne – Olivier Weinberg – Florence Torta - Casterman

 

 

 

Sur l’île, les Romains ont néanmoins d’autres soucis que les petits larcins de nos héros. Une secte semble s’implanter et pratiquerait des sacrifices humains.

Alix et Alexia sont-ils menacés ? Corbeddu, lui, semble avoir parfois un comportement bizarre à certains moments. Est-il aussi honnête et correct qu’il n’apparaît ?

 

Clairement dans la veine martinienne, ce 3e album d’Alix Origines confirme tout le bien que nous en pensions déjà au tome 2. Loin d’être aussi linéaire et prévisible que nous aurions pu le craindre à la fin de ce tome justement, Marc Bourgne n’emmène pas (immédiatement) nos malheureux héros en Perse … comme devra finalement y atterrir (un jour) Alix !

L’escale en Sardaigne est l’occasion de peaufiner, d’ajuster la personnalité future d’Alix, celle que, dès sa création, Jacques Martin lui donnera.

 

 

 

 

 

© Marc Bourgne – Olivier Weinberg – Florence Torta - Casterman

 

 

 

 

 

Les péripéties de cet Alix jeune, si elles semblent simplistes au premier abord, dénotent cependant de tout le talent de son scénariste à pouvoir créer une narration où le plus jeune lecteur accrochera et trouvera son plaisir à découvrir ce héros né en 1948 !!! Quant au lecteur plus « aguerri à l’univers Martin », il y retrouvera le même goût de l’aventure, du courage et des bons sentiments qui lui ont fait aimé ce héros dans ses premières aventures initiales.

 

 

 

 

 

© Marc Bourgne – Olivier Weinberg – Florence Torta - Casterman

 

 

 

 

Le changement de dessinateur avec l’arrivée au crayon d’Olivier Weinberg se fait en douceur. Et c’est tant mieux. Aimant s’attaquer à des styles différents, Olivier se coule sans problèmes dans les traits initiés par Laurent Libessart dans les deux premier tomes. Après s’être retrouvé dans les collections des « Reportages de Lefranc » et des « Voyages de Jhen », le voici en charge d’une série martinienne … fort éloignée du trait martinien réaliste de son père spirituel ! Mais qui s’en plaindra ? Certainement le public jeune, cible première d’Alix Origines !

Et toujours ce petit côté didactique avec son, désormais traditionnel, cahier final de 7 pages dont la dernière présentant les différents personnages, réels et fictifs, de l’album. Pratique, instructif et à la portée de tous.

 

Bref, un 3e tome justifiant largement … l’attente du 4e qui se déroulerait en Egypte … Y rencontrerions-nous un Enak jeune également ? Wait and see !

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Le démon de Torralba

 

Série : Alix origines

 

Tome : 3

 

Genre : Historique - Jeunesse

 

Éditeur : Casterman

 

Scénario : Marc Bourgne

 

Dessin : Olivier Weinberg

 

Couleurs : Florence Torta

 

Nombre de pages : 46 + 7 (cahier historique)

 

Prix : 11,95 €

 

ISBN : 9782203208315 

 

 



Publié le 07/04/2022.


Source : Bd-best


La fabrique d’un héros.  Milou humain, trop humain

 

« - Ah ! Si je pouvais raconter tout ce que j’ai vu !... Mais on ne me croirait pas. » (Milou, dans Vol 714 pour Sidney)

 

 

 

 

 

 

 

                S’il est impossible de séparer Lucky Luke de Jolly Jumper, Astérix d’Obélix ou Boule de Bill, Tintin et Milou sont de même indissociables. L’un ne peut aller sans l’autre. Depuis leur première aventure au pays des Soviets jusqu’à la dernière inachevée L’Alph’Art, les deux compagnons ont tout partagé dans les déserts et sur les océans, en Amérique et en Asie, sur Terre et dans l’espace. Si de nombreuses analyses ont été publiées sur le reporter lui-même, il manquait un ouvrage consacré à son chien et au rôle prépondérant qu’il tient, peut-être plus important que ce à quoi on pourrait penser au premier abord. Renaud Nattiez l’a fait.

 

 

 

 

 © Nattiez - Les impressions nouvelles

 

 

                En 1878, le philosophe Friedrich Nietzsche publie l’essai Humain, trop humain. Il y affirme son « moi » profond, libéré de ses influences. Il s’interroge sur le monde. Il philosophe par essais, hypothèses et points de vue dans une logique interprétative. Il psychanalyse l’âme humaine non pas seulement dans sa raison mais jusqu’à ses instincts et ses pulsions qu’il considère comme le "trop humain" de l'humain. Renaud Nattiez reprend le titre de Nietzsche pour creuser l’âme de l’animal et démontrer que la bête est beaucoup plus humaine qu’en apparence.

 

 

 

 

 © Nattiez - Les impressions nouvelles

 

 

                Tintin est un mythe grâce au génie de Hergé qui a associé son acteur principal à son double, son joker, son négatif. Tintin est un mythe en grande partie grâce à Milou. Renaud Nattiez l’explique en neuf chapitres. Un animal étant dépourvu de langage, Milou ne correspond pas totalement à cette définition. Tintin ne comprend pas ce qu’il dit, à une ou deux exceptions près au début de la série, mais le lecteur est le complice privilégié des pensées de la bête. Milou a un rôle d’anti-héros. Contrairement à son pelage immaculé, il n’est pas tout blanc. Il se plaint quand il a faim, ne déteste pas l’alcool et joue parfois le trublion. Son rapport avec les autres bestiaux n’est pas des plus pacifiques, que ce soient des perroquets, des animaux sauvages ou le chat de Moulinsart.

 

                Renaud Nattiez attribue quatre fonctions principales au fox-terrier : la fonction salvatrice, protecteur de son maître qu’il sauvera à plusieurs reprises et qu’il s’apprête à sauver en pleine interruption de L’Alph’Art, la fonction théâtrale, Sancho Panza de son Don Quichotte de reporter, la fonction ludique, dédramatisant des scènes violentes avec espièglerie et n’hésitant pas à jouer dans la voiture à pédales d’Abdallah, et enfin la fonction de transmission, interprète entre Tintin et le lecteur. Pour autant, le rôle de Milou va s’amoindrir au fil des années, d’une part à cause de l’importance prise par Haddock, leurs rôles agissant comme des vases communicants, d’autre part à cause de la volonté de l’auteur de donner plus de crédibilité à la série. Milou s’effacera mais ne disparaîtra heureusement jamais.

 

 

 

 

 © Nattiez - Les impressions nouvelles

 

 

                Nattiez aborde également le sujet de la sexualité de Milou, dont le nom est inspiré du sobriquet de celui d’une des premières petites amies de Hergé, sa morale, sa philosophie et son influence sur Tintin sont aussi décortiqués. Si après cela le lecteur prétend ne pas connaître Milou, c’est qu’il n’a pas bien lu cet ouvrage qui ne donne qu’une envie : relire tout Tintin par le prisme de Milou. Quand on a fini de lire Tintin, on peut recommencer à lire Tintin. On y trouvera toujours quelque chose de nouveau.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : La fabrique des héros

 

Tome : Milou humain, trop humain 

 

Genre : Ouvrage d’étude

 

Auteur : Renaud Nattiez

 

Éditeur : Les impressions nouvelles

 

Nombre de pages : 144

 

Prix : 13 €

 

ISBN : 9782874499401

 

 

 



Publié le 06/04/2022.


Source : Bd-best


Himalayhighlander.  Chandrahas – La légende de l’immortel 3

 

« - Voilà la vérité… C’est ça, le récit du héros que le Royaume a effacé de l’Histoire…

- Mais…

- Les Chandrahas ne sont pas les vrais héros… Ils doivent tous la vie à Arjuna, le seul véritable héros, celui qu’on appelait « l’épée du Roi-héros. » »

 

 

 

 

 

 

 

 

Arjuna a ressuscité quinze ans après, au moment où des phénomènes paranormaux ont commencé à apparaître. Si une grande invasion se produisait de nouveau, il n’y aurait plus de moyen pour arrêter le roi des dragons. Mais le signal de l’ouverture des hostilités a sonné. Arjuna, le chandrahas trahi, immortel de retour, réussira-t-il a empêcher de nouveau la grande invasion ? Il pourra en tous cas compter sur Himalaya, la princesse à la flûte, pour lui prêter main forte.

 

 

 

 

© 2020 Yuki Monji

 

 

Yuki Monji clôt comme promis sa série en trois tomes. Relecture du thème de l’immortel renvoyant Highlander dans ses terres. En trois actes, la mangaka a posé les bases, installé, puis dynamité le concept. Ce troisième et dernier tome est d’un lyrisme violent et grandiloquent. On entend La chevauchée des Walkyries en le lisant. L’attaque du guerrier fou est impressionnante. Celle de la reine de la putréfaction est terrifiante. Et quand le dragon attaque le port de la capitale royale, on se prépare à le combattre. Yuki Monji joue avec les nerfs de ses personnages et ceux de ses lecteurs. Elle n’hésite pas à abimer ses personnages pour leur donner plus de force pour réagir.

 

 

 

 

© 2020 Yuki Monji

 

 

A côté de séries interminables dont ni les lecteurs, ni parfois les auteurs, ne voient la fin, qu’il est agréable d’avoir une série conclue rapidement. L’ensemble se lit comme un tout. Une adaptation cinématographique en anime ferait des plus beaux effets.

 

 

 

 

© 2020 Yuki Monji

 

 

Chandrahas, la légende de l’immortel, a la saveur des contes traditionnels. Arjuna s’inscrit dans la mouvance de héros éternels.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Chandrahas – La légende de l’immortel

 

Tome : 3

 

Genre : Heroïc-Fantasy 

 

Scénario & Dessins : Yuki Monji  

 

Éditeur : Kana

 

Nombre de pages : 192 

 

Prix : 6,85 €

 

ISBN : 9782505110279

 

 

 



Publié le 06/04/2022.


Source : Bd-best


Pirates versus zombies.  Capitaine Vaudou 1 - Baron Mort Lente

 

« - Je m’appelle Cormac Mac Leod, et je suis mort.

- Qu’est-ce que tu marmonnes, petit frère ?

- Je dis qu’on est morts. Personne ne revient vivant de Virginie. On va y crever comme de foutus esclaves !

- Rapparees, hein ?

- Ouais, pourquoi ? Ça te défrise ?

- Du calme, mon gars ! Moi, je ne suis qu’un pauvre faussaire. J’ai rien contre les irlandais du Roi Jacques.

- Ben, encore heureux ! Parce qu’on est des irlandais du Roi Jacques et qu’on en est fiers !

- Et on est dans la même misère, mes enfants. »

 

 

 

 

 

 

 

Capturés par les anglais, les frères Mac Leod, irlandais de pure souche, sont enchaînés dans les cales d’un bateau qui les mène vers la Virginie. Ils sont condamnés au bagne et à être vendus comme esclaves. Mais auparavant, ils vont faire escale sur la côte des esclaves pour y prendre du bois d’ébène, autrement dit des esclaves noirs. Une fois à bord, l’un d’entre eux, Lime Ba Yo, va montrer une toute autre facette de sa personnalité à ses geôliers et ses compagnons d’infortune. Invoquant Baron Samedi et Maman Brigitte, il rebat les cartes d’un abordage grâce aux esprits vaudous.

 

 

 

 

© Pécau, Perovic, Sayago - Delcourt

 

 

Jean-Pierre Pécau adapte en bandes-dessinées le jeu de rôle qu’il a co-écrit avec Pierre Rosenthal. Il nous immerge dans un univers à la frontière de Pirates des Caraïbes et des Contrebandiers de Moonfleet. Les rebondissements se succèdent au rythme de Golem, Zombies et loup-garou. Les squelettes gisent dans des cages sous un soleil brûlant. Quand on est pirate, la mort est un élément constitutif de la vie. En maître de jeu connaissant parfaitement son sujet sur le bout des doigts, Pécau utilise tous les poncifs du genre pour sans cesse surprendre et happer le lecteur, fatalement joueur passif comparé à un rôliste. Il n’oublie pas non plus un brin d’humour et d’érotisme avec la sublime Reine Maroon.

 

 

 

 

© Pécau, Perovic, Sayago - Delcourt

 

 

Darko Perovic est un dessinateur Serbe. Il est incroyable de voir comment depuis quelques années les auteurs ibériques, italiens et serbes intègrent le paysage de la bande dessinée francophone, et c’est tant mieux. Soucieux du réalisme, Perovic fait sentir la sueur des fonds de cales et l’alcool des tavernes. Il intègre les éléments fantastiques sur un même plan, immergeant le lecteur dans des combats que ne renierait pas Charlie Adlard, qu’il y ait des zombies ou pas. Le dessinateur propose du grand spectacle et en donne plein les yeux.

 

 

 

 

© Pécau, Perovic, Sayago - Delcourt

 

 

Un cliffhanger final relance l’aventure. Personne ne peut se mettre en travers de la route du Baron Mort Lente, personne, sans le regretter pour les siècles des siècles.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Capitaine Vaudou

 

Tome : 1 - Baron Mort Lente 

 

Genre : Pirate 

 

Scénario : Jean-Pierre Pécau 

 

Dessins : Darko Perovic 

 

Couleurs : Nuria Sayago

 

Couverture : Ugo Pinson 

 

Éditeur : Delcourt

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 15,50 €

 

ISBN : 9782413030294

 

 

 



Publié le 06/04/2022.


Source : Bd-best


Morts de rire.  Squish Game

 

« - Bienvenue à tous ! Dans ce jeu pour dépressifs ruinés et chômeurs endettés ! Vous êtes tous réunis ici car la vie a fait de vous des ratés et des parias. Votre cupidité nous intéresse, c’est pourquoi nous allons jouer tous ensemble dans la bonne humeur ! »

 

 

 

 

 

 

 

                Les candidats sont entrés dans l’arène. Plus rien ne pourra arrêter le jeu. Les perdants seront éliminés et se feront latter sauvagement les parties génitales. Le gagnant décrochera le pactole et pourra satisfaire toutes ses envies. Chaque épreuve inspirée d’un jeu d’enfants permettra aux vainqueurs d’accéder à la suivante. Les perdants mourront. Ça durera jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un. Ça, c’est le pitch de Squid Game, la série télévisée de Netflix, ce jeu du calamar coréen, que bon nombre de téléspectateurs ont vue. Ici, on est dans la parodie Squish Game, le jeu des gargouillis. C’est tout aussi dramatique, mais beaucoup plus rigolo.

 

 

 

 

 © Lapuss’, Baba, Tartuff - Kennes

 

 

                Lapuss’, Baba et Tartuff s’emparent de la série déjà culte et dédramatisent la situation. A tous ceux qui l’ont aimé, ils en proposent le contrepied. A tous ceux qui l’ont détesté ou bien qui n’ont pas voulu la voir, ils leur permettent de l’appréhender avec humour et pourquoi pas d’aller la regarder par ce biais. Que l’on soit fans ou détracteurs de Squid game, Squish game est fait pour vous. Le héros aura les couilles en purée et le sphincter irrité. Les méthodes de relaxation du petit vieux ne sont pas toujours des plus douces. Attention ! Les snipers sont dans les coins. Ni oui, ni non, casse-tête, marelle, il va falloir maîtriser toutes les règles pour sortir son épingle des jeux.

 

 

 

 

 © Lapuss’, Baba, Tartuff - Kennes

 

 

                Les auteurs poussent le concept à son paroxysme en proposant en milieu d’album un véritable jeu de plateau. Il suffira aux lecteurs de se procurer un dé pour s’immerger à la place des héros. Pour y jouer, voici quelques uns des défis que vous devrez relever : faire le tour de la pièce à cloche-pied, réciter l’alphabet en rotant, dire un gros mot et reculer de trois cases, j’en passe et des meilleures. On monte et descend par des escaliers remettant en cause les logiques de la perspective et on risque de se faire sniper en pleine face dans les cases avec une balle.

 

 

 

 

 © Lapuss’, Baba, Tartuff - Kennes

 

 

                Ils ont parodié Star Wars, Game of Thrones et autres succès audiovisuels. Avec Squish Game, Lapuss’, Baba et Tartuff se positionnent en véritables spécialistes et références du genre. Ça donne envie de voir ou revoir la série en rigolant. Si, si, c’est possible !

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Squish Game 

 

Genre : Parodie

 

Scénario : Lapuss’ 

 

Dessins : Baba 

 

Couleurs : Tartuff

 

Éditeur : Kennes

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 11,95 €

 

ISBN : 9782380756463

 

 

 



Publié le 06/04/2022.


Source : Bd-best


Immersion pirate loin des poncifs hollywoodiens.  La République du Crâne

 

« - Vous n’aurez jamais mon navire, infâmes sauvages !

- ‘l’est drôle, lui. Il n’a pas encore compris qu’il est à nous, son rafiot ?

- Celui-là, c’est un colérique. C’est les pires. Pas l’habitude qu’on leur désobéisse.

- C’est Sylla qui va être content. C’est le genre qu’il préfère.

- Sylla ?? Le capitaine Sylla ? »

 

 

 

 

 

 

 

                Bahamas, Lundi 28 juillet 1718, un brigantin battant pavillon anglais voit sa route coupée par le navire pirate du capitaine Sylla. La proie est alléchante après trois semaines de disette. Ça calmera l’équipage. Les pirates font main basse sur le navire, enrôlant pour l’occasion une partie des marins anglais. Ces derniers navigueront sous l’autorité d’Olivier de Vannes, second du capitaine Sylla. C’est un tout autre bateau qu’ils vont croiser ensuite, dans lequel une tribu de gaillards noirs est dirigée par la reine Maryam, déesse nue aux yeux de feu. Elle ne parle pas la même langue. La belle Abyeda sera son interprète. D’escales en abordages, ils navigueront ensemble sur les mers chaudes comme la sueur de la mort.

 

 

 

 

 © Toulhoat, Brugeas - Dargaud

 

 

                Plus qu’une aventure, Vincent Brugeas écrit une chronique. Il invite le lecteur au XVIIIème siècle. A un pirate héroïque, Sylla, beau comme un dieu et au panache majestueux, il oppose une reine noire, Maryam, sans doute rescapée du « bois d’ébène ». Tous deux sont des écorchés vifs. Tous deux veulent rétablir l’ordre en leur faveur. Olivier fait figure d’intermédiaire entre eux et le lecteur. Plus classique, il est le garant d’une loi pirate respectée, si loi il y a. La République du crâne est aussi un livre de politique pirate. Le titre n’est pas anodin. Si c’est le nom que Sylla a attribué à son bateau, c’est aussi la démonstration d’une instauration d’une certaine démocratie dans le cercle fermé de la piraterie.

 

 

 

 

 © Toulhoat, Brugeas - Dargaud

 

 

                2022 ne serait-elle pas l’année Ronan Toulhoat ? On ne présente plus le dessinateur du Roy des ribauds, Ira Dei et Chaos Team. Régulièrement invité dans les séries ou one shot collectifs, il a signé pour La Geste des chevaliers dragons, Conan le cimmérien ou encore Go West Young Man. Presqu’indissociable de son scénariste attitré Vincent Brugeas, ils alignent les séries sur fond historique. En quelques mois, ils signent Cosaques, une nouvelle série au Lombard, le quatrième tome du Roy des ribauds qui va paraître très prochainement chez Akileos, ainsi que cette dense République du crâne, chez Dargaud, one shot remarqué de ce début d’année. Toulhoat sert des abordages immersifs, souvent sur des double-pages plaçant le lecteur au cœur de l’action

 

 

 

 

 © Toulhoat, Brugeas - Dargaud

 

 

                Un cahier documentaire final signé Fadi El Hage sur des illustrations d’époque de Howard Pyle parachève l’album en racontant la colonisation dans les Amériques, la naissance de la piraterie moderne, l’histoire des grandes compagnies maritimes et celle de la reine Njinga, Ann Zingha, qui a inspiré le personnage de Maryam.

 

                La République du Crâne redore le blason des pirates et donne du réalisme à ces figures qui font rêver ou frissonner depuis l’enfance.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : La République du Crâne 

 

Genre : Pirate

 

Scénario : Vincent Brugeas 

 

Dessins & Couleurs : Ronan Toulhoat

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 224

 

Prix : 25 €

 

ISBN : 9782505087335

 

 

 



Publié le 06/04/2022.


Source : Bd-best


L’encyclopédie indispensable des produits dérivés.  CAC 3D - Hergé & Co

 

Trouver une référence précise relative à chaque statuette et une côte approximative qui permettra de mieux cerner le second marché, voilà l’essence même de cet argus de produits dérivés de Tintin & Co.

 

 

 

 

 

 

 

                Tintinophiles avérés ou simples fans de l’univers hergéen, cet album est fait pour vous. Le minutieux Christian Mallet recense et côte les objets dérivés de l’univers d’Hergé. Si 98 % d’entre eux concernent Tintin, Jo, Zette & Jocko, ainsi que Quick & Flupke, ne sont pas oubliés. Au total, 658 objets sont recensés, de divers fabricants : Aroutcheff, La Chaise Longue, Moulinsart eux-mêmes, Leblon Delienne, Plastoy, Fariboles, Pixi, Christian Desbois et bien d’autres.

 

 

 

 

 © Mallet - Côte-à-cas éditions

 

 

                Il y a deux façons d’appréhender l’argus. Le collectionneur estimera sa collection pour en revendre des pièces ou en acheter de nouvelles. L’amateur le compulsera rien que pour le plaisir des yeux. C’est déjà un cadeau énorme que nous fait Christian Mallet. Les pièces sont toutes en photo. C’est là qu’on prend conscience du nombre impressionnant de personnages et de scènes cultes qui peuplent l’univers de Hergé. Tournesol présente à Tintin et Haddock le prototype du sous-marin requin : c’est une scène en métal Pixi côtée 940 €. Milou est au Congo sur la tête d’un crocodile qui nage : c’est une résine sculptée par Patrick Regout côtée 450 €.  Et que dire de ce magnifique jeu d’échec, encore chez Pixi ? Les pions sont des Milou anges ou démons. Le figures sont des fusées, des tours de l’île noire, un Tournesol enchaîné sur un poteau, une Castafiore, des Dupondt chinois et autres merveilles. Il est estimé à 2700 €. Il y a aussi ces serre-livres dans lesquels Milou apporte un combiné téléphonique à Tintin. C’est fabriqué chez Lebon-Delienne et ça coûte 300 €. On pourrait citer des centaines d’exemples. Consultez l’ouvrage pour des heures splendides.

 

 

 

 

 © Mallet - Côte-à-cas éditions

 

 

                Le livre bénéficie d’une préface du tintinophile émérite Olivier Roche. Comme il le dit, le collectionneur prolonge un rêve d’enfance. Hergé a développé très tôt en 3D l’univers des aventures de Tintin. Roche justifie l’intérêt du bouquin de Mallet en cinq verbes : découvrir, vérifier, comparer, évaluer et… rêver !

 

 

 

 

 © Mallet - Côte-à-cas éditions

 

 

                Christian Mallet peaufine actuellement une troisième édition d’un recueil de cotations de produits dérivés de l’univers de Hergé. En attendant, ce deuxième opus comblera tous ceux qui ont gardé une âme d’enfant et invite, encore et encore à relire Tintin. Quand on a fini de lire Tintin, on peut recommencer à lire Tintin. On y trouvera toujours quelque chose de nouveau.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : CAC 3D - Encyclopédie des produits dérivés

 

Tome : Hergé & Co 

 

Genre : Argus

 

Auteur : Christian Mallet

 

Éditeur : Côte-à-cas éditions

 

Nombre de pages : 240

 

Prix : 39 €

 

ISBN : 9782491066031

 

 

 



Publié le 06/04/2022.


Source : Bd-best


Bascule avec moi.  Rocking chair

 

« - Ooooooh… On va faire une halte.

- Encore Monsieur Bronson ? Voilà deux jours que nous aurions dû rejoindre la caravane !

- Je veux m’assurer qu’aucun danger ne nous attend dans les sous-bois. Mais si vous préférez y aller bille en tête, Monsieur Koekelberg, faites ! Faites donc !

- Une petite pause ne me fera pas de mal, Sacha.

- Voilà qui est raisonnable. Attendez-moi ici ! »

 

 

 

 

 

 

 

                Deux carrioles de pionniers poursuivent leur route afin de rejoindre la caravane de leurs compatriotes. Ils approchent d’une forêt. Un éclaireur de la troupe s’avance pour s’assurer qu’il n’y a aucun danger. Or, danger il y a. Des outlaws en veulent à leur or. Ça se finira dans un massacre duquel seuls survivront les jeunes Kees et Daatje. Les adolescents vont reprendre la route avec dans leur charrette un fauteuil, un rocking chair, à l’ornement somptueux. C’était celui de la mère de Kees. Le dossier montre un paysage de l’Est idyllique, souvenir du vieux continent : une datcha près d’une forêt et d’un lac où barbotent quelques canards. Kees y tient plus que tout mais les aléas du voyage vont dicter autrement les destinées de l’objet et du garçon.

 

 

 

 

 © Kokor, Peyraud - Futuropolis

 

 

                Rocking Chair n’est pas l’aventure Go West de Kees et Daatje. C’est avant tout l’histoire d’un fauteuil à bascule qui passe de mains en mains. Les deux jeunes gens vont devoir abandonner le siège dans une grotte, jurant de revenir le chercher. Ils n’en auront pas l’occasion. Il sera récupéré par un pourceau et son âne. Il ne sera que l’un des propriétaires éphémères. Jean-Philippe Peyraud détourne les codes habituels de la fiction mettant en scène un ou des héros, comme l’avaient fait en 1989 Franz, Bocquet et Fromental dans Mémoires d’un 38, paru aux Humanoïdes associés, qui racontaient le passage de mains en mains d’un revolver. L’approche de Peyraud est plus contemplative.

 

 

 

 

 © Kokor, Peyraud - Futuropolis

 

 

                Au dessin, Alain Kokor amène des pointes d’Est dans le Far-West. Dans un trait épais et des couleurs monochromes, il dessine les destins liés, séparés, reliés du trio Kees-Daatje-Rocking. C’est avec les éléments naturels qu’il excelle. Quand le trio est dans la grotte s’abritant d’une pluie diluvienne, quand les animaux fuient la plaine en flammes, quand le torrent charrie toutes sortes de bêtes et de bois, chacune de ces scènes est magistrale. Après L’ours est un écrivain comme les autres, paru en 2019 chez le même éditeur, Kokor confirme son talent dans un trait qui n’appartient qu’à lui.

 

 

 

 

 © Kokor, Peyraud - Futuropolis

 

 

                Conquête de l’Ouest, Rendez-vous manqués, hasards et coïncidences font le balancement de ce Rocking Chair. Plus qu’un western, plus qu’un road movie, cet album est un Chair movie.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Rocking chair

 

Genre : Western

 

Scénario : Jean-Philippe Peyraud 

 

Dessins & Couleurs : Alain Kokor

 

Éditeur : Futuropolis

 

Nombre de pages : 152

 

Prix : 23 €

 

ISBN : 9782754829793

 

 

 

 



Publié le 06/04/2022.


Source : Bd-best


Spirou 4382 -  6 Avril 2022

 

 

Une gaffe par semaine Aïe Aïe Aïe ! Il revient !

 

 

 

 

 

 

 

            Ce n’est pas un poisson d’avril. Gaston Lagaffe est de retour après des années d’absence. Sa destinée a été confiée à Delaf, auteur des Nombrils. Le québécois s’est mis dans la peau de Franquin pour proposer des gags au mimétisme impressionnant. Même si on peut se poser des questions sur l’intérêt et sur la légitimité d’une telle reprise, on ne peut que saluer le courage de son auteur et l’amour qu’il a pour l’œuvre du maître.

 

C’est le clap de fin pour Les gémeaux de Saturne, trentième aventure de Yoko Tsuno, beau voyage dans l’espace. Un récit complet pose les bases d’une nouvelle série qui démarre. C’est Mélie et le Monsters Makers Club, avec aux commandes Gorobei, Thitaume et la valeur sûre Carbone. Les abonnés vont s’atteler au découpage du Poptastic Dad concocté par Thomas Mathieu d’après Nob.

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Mathieu, Nob – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

A-Lan : Le secret de Wabisabi

Spirou & Fantasio : La mort de Spirou

Yoko Tsuno : Les gémeaux de Saturne

 

 

Récits complets :

 

Cédric

Kahl & Pörth

Mélie et le Monsters Makers Club (Gorobei, Thitaume & Carbone)

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Coach (Le) (Bercovici & Bernstein)

Crapule (La pause-cartoon)

Croquidou

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliot au collège

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Gaston

Houba gags

Kid Paddle

Méthode Raowl (La)

Pernille

Petit Spirou (Le)

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Millborough (La pause-cartoon)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Bocquet

En direct du futur : La fête au Parc Spirou

Interview : Delaf

Interview : Abitan, Guerrive & Schwartz

Jeux : Rrogntudjû (Mouk)

Leçon de BD (La) : Baker

 

 

Supplément abonnés :

Poptastic : Dad

 

 

En kiosques et librairies le 6 Avril 2022.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 06/04/2022.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2022