Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Darknet, Metaverse et IA.  A-Lan 1 - Le secret de Wabisabi

 

« - Ecoutez, je vais bien, je mange bien, je ne rate aucun cours virtuel, je change mon caleçon connecté chaque fois qu’il me le conseille… Donc si vous n’avez rien d’autre à me demander, je préfère vous laisser car j’ai du travail…

- Ah ? Qu’est-ce que tu étudies en ce moment, mon cœur ?

- En fait, j’ai reçu une affectation de stage obligatoire, et je cherche à l’annuler, mais pas moyen de trouver l’origine du programme…

- Ooooh, un stage dans le monde réel ? C’est merveilleux

- Tu dois abolument y aller, mon chéri ! C’est l’occasion de te socialiser... »

 

 

 

 

 

 


                Emoji est un jeune programmeur. L’étudiant à l’université Polsab quitte rarement sa chambre et vit dans un monde de réalité virtuelle. Mais voilà qu’il est envoyé en stage dans le monde réel. Il a tout intérêt à y aller s’il veut conserver sa chambre d’étudiant. Emoji se voit envoyé dans une grande maison qu’il voit apparaître dès qu’il enlève ses lunettes de virtualité. On y entre en tournant une vraie poignée. Incroyable ! Il y rencontre Nao, qui lui révèle rapidement être Wabisabi, la reine des white-hackeurs, qui a fort à faire pour déjouer les plans du Grand Troll sur le Darknet. Wabisabi utilise des robots qui agissent sur le monde extérieur à sa place. Avec l’aide d’Emoji, elle va devoir en concevoir un encore plus malin et courageux, déterminé, et capable de se sortir de toutes les situations. On pourrait l’appeler A-Lan.

 

 

 

 

© Labourot, BeKa - Dupuis

 

 

                La nouvelle série des BeKa et Thomas Labourot s’inscrit dans un futur proche et traite de nombreux sujets liés de très près au futur de l’informatique.

                Emoji est semblable aux hikikomoris, ces adolescents qui vivent reclus dans leurs chambres. Phénomène accentué depuis le confinement, il ne concerne plus quelques cas particuliers au Japon ou ailleurs et a tendance à s’étendre, se banaliser. Emoji va être contraint de se confronter à la réalité, mais devra utiliser toutes ses connaissances et son savoir-faire en informatique pour lutter contre une industrie qui veut tout contrôler. On pense bien sûr à Mark Zuckerberg et autres Tim Cook qui détiennent le pouvoir du numérique et veulent imposer leur metaverse au monde, cet univers parallèle de mondes virtuels.

                Autre sujet abordé : le Darknet. Le Darknet permet aux pirates informatiques de communiquer anonymement et de se constituer un réseau abritant leurs activités illégales ou dissidentes. Ce sera le terrain de combat entre le Grand Troll et Wabisabi.

 

 

 

 

© Labourot, BeKa - Dupuis

 

 

                Thomas Labourot, le dessinateur entre autres d’Aliénor Mandragore et des Fées Valentine, aborde une société futuriste ultraconnectée, y intégrant un monde virtuel. Le défi graphique n’était pas évident à relever. Grâce à un jeu de couleurs variant d’un bleu nuit à un jaune lumineux, Labourot immerge le lecteur dans les situations voulues. On a presque l’impression de lire l’album avec un casque de réalité virtuelle.

 

 

 

 

© Labourot, BeKa - Dupuis

 

 

                Si l’intelligence artificielle domine la société dans laquelle vivent Emoji et Nao alias Wabisabi, les auteurs la traitent comme le point de départ d’un nouveau stade de l’évolution humaine dans une vision pas si pessimiste et encourageant à vivre avec son temps.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : A-Lan

 

Tome : 1 - Le secret de Wabisabi

 

Genre : Aventure 

 

Scénario : BeKa

 

Dessins & Couleurs : Thomas Labourot 

  

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9791034752713

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


Mission pour un dragon.  Clevatess 1

 

 « - C’est l’un des quatre rois-démons…

- Clevatess du clair de lune !

- Son aura est écrasante…

- C’est vrai… Nous n’avons jamais eu affaire à une bête aussi terrible… Mais qu’importe ! Nous sommes les 13 héros adoubés par le roi de Hiden ! Je le jure sur mon honneur et sur cet acier écarlate suprême ! Cette créature ne repartira pas d’ici vivante !! »

 

 

 

 

 

 

 

Le seigneur du mont de la lune approche. Ce gigantesque dragon, Clevatess, ce roi-démon, vient défier les treize héros chevaliers adoubés par le roi de Hiden. Hardi camarades ! Sus à la bête ! Mais face à une telle créature démoniaque, le massacre est annoncé. La colère du Loup Noir se déchaîne. Le monstre s’attaque ensuite à Hidralt, capitale du pays de l’acier. Le roi fait fermer la forge. Le feu de Hiden ne doit pas s’éteindre. Encore une fois, pour la créature, les hommes ne vont pas être plus dangereux que des insectes. Et lorsqu’une femme agonisante va confier à l’assaillant son bébé, sera-t-il amadoué ? Clevatess consentira-t-il à écouter sa supplique ?

 

 

 

 

© Yuji Iwahara

© Ki-Oon

 

 

 

Yuji Iwahara signe une histoire d’heroïc-fantasy moyenâgeuse. Clevatess n’est pas sans rappeler le dragon de La belle au bois dormant. On y retrouve le lyrisme et la cruauté du conte de Perrault. Dans un graphisme classique, dynamique et jeté, les personnages et décors prennent vie dans des mouvements énergiques. On est déjà presque dans un anime. De grandes cases inattendues mettent la focale sur des scènes qui prennent une ampleur nouvelle, spécificité pure de ce genre graphique qu’est le manga.

 

 

 

 

© Yuji Iwahara

© Ki-Oon

 

 

 

Dans l’exceptionnel « Roi des ronces », série parue chez Soleil, Iwahara nous faisait suivre un groupe de rescapés dans un milieu hostile. Dans le steampunk Dimension W, il adoptait une méthode différente en donnant rendez-vous à divers groupes de personnages dans un lieu défini. Chez Iwahara, on ne tente pas de sortir de l’action, on y entre. On ne fuit pas le danger, mais on vient l’affronter, le défier. Clevatess ne déroge pas à la règle.

 

 

 

 

© Yuji Iwahara

© Ki-Oon

 

 

 

                Avec Clevatess, Yuji Iwahara fait reposer le destin de l’humanité sur l’avenir d’un enfant. Le récit a un petit côté biblique. L’innocence sera-t-elle plus forte que la férocité ?

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=8pOXNQ93tDY

 

 

 

 

 

 

 

Série : Clevatess 

 

Tome : 1

 

Genre : Vengeance magique

 

Scénario & Dessins : Yuji Iwahara

 

Éditeur : Ki-Oon

  

Nombre de pages : 208

 

Prix : 8,65 €

 

ISBN : 9791032711217

 

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


Les adultes de la Résistance.  L’espion du jour J. 2 - La mission

 

« - Bonsoir Messieurs, un problème ?

- Vos papiers ! Vous foutez quoi dehors à cette heure-là ?  Y’a quoi dans vos sacoches ?

- Mes instruments de musique… Les instruments de musique, ça peut faire du bruit. Un vrai concerto en boum majeur ! Il y a deux solutions Messieurs de la maréchaussée… Un, vous refusez de me laisser passer et j’ai juste un geste à faire… Deux, vous me laisser filer et je ferai de vous des héros de la France libre. Je passerai d’ailleurs le message à Londres. »

 

 

 

 

 

 

 

                2 juin 1944, Ranville, Normandie. Greg Honey, agent du SOE, special operations executive, service secret créé par Churchill, est arrêté par deux gendarmes alors qu’il transporte des explosifs visant à détruire la rampe de lancement d’un missile allemand. La maréchaussée française le laissera-t-il passer ? Greg tente de les amadouer. Il leur suffira d’écouter Radio Londres dans quelques jours pour savoir s’ils feront partie des héros de la France libre. A quelques jours du débarquement, la résistance tente de déstabiliser l’état-major allemand qui continue arrestations et tortures. Quelques jours plus tard, à la périphérie de Caen, Greg va retrouver Margueritte, son amour passé, mais elle n’est pas seule… Sa vie risque d’en être bouleversée. Décidément, juin 1944, pour la petite histoire comme pour la grande, les destins de tous, sans exception, vont être chamboulés.

 

 

 

 

 

© Leterreux, Eho, Dumas - Idées Plus

 

 

                Frédéric Leterreux s’inspire de faits réels, en les romançant, pour raconter l’une des périodes les plus troubles de l’Histoire de France. On retrouve l’espion Greg Honey quatre ans après sa première mission. Il atterrit en Normandie en parachute. Clin d’œil au film le jour le plus long, on aperçoit le clocher d’un village. Mais Greg ne fera pas comme l’un des personnages du film qui se retrouva accroché au sommet de l’église. Il se pose au beau milieu d’un champ et plie rapidement son parachute au milieu des vaches, avant que les boches ne le remarquent. Il rejoindra un réseau de résistance. A partir du moment où Greg va retrouver Margueritte, le récit prend un axe plus personnel pour lui. Leterreux nous embarque alors dans une addictive course à la vie qu’on ne peut plus refermer.

 

 

 

 

© Leterreux, Eho, Dumas - Idées Plus

 

 

                Au niveau graphique, Jérôme Eho réalise un travail fort honorable. L’ensemble tient la route et est très prometteur. Les passionnés d’Histoire en général et de la Seconde Guerre Mondiale en particulier passeront un agréable moment avec Greg Honey, ses compagnons de fortune, d’infortune et leurs ennemis.

 

 

 

 

© Leterreux, Eho, Dumas - Idées Plus

 

 

                Construisant un catalogue cohérent, en donnant aux auteurs plus de temps et les moyens d’affiner leur travail, les éditions Idées Plus possèdent avec L’espion du jour J une série qui pourrait bien contribuer aux fondations solides de leur maison.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : L’espion du jour J.

 

Tome : 2 - La mission

 

Genre : Histoire 

 

Scénario : Frédéric Leterreux 

 

Dessins : Jérôme Eho 

 

Couleurs : Claire Dumas 

 

Éditeur : Idées Plus

 

Collection : Histoire

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 15 €

 

ISBN : 9782374700458 

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


« Les gens heureux ne se posent plus de questions. »  Happytech 1 - Le bonheur nuit gravement à la santé

 

« - Mesdames, Messieurs, bonjour ! Mon nom est Réjane Guillochaux… Comment toute cette philosophie - oui, j’assimilais l’acquisition des bases du bonheur à une forme de sagesse façonnée autant par le savoir que par l’expérience - pouvait-elle avoir été acquise en si peu de temps ? Je serai votre accompagnatrice Happytech durant la première partie de ce séminaire… Etions-nous donc si inégaux face au bonheur ? Je suppose que vous avez déjà eu l’occasion de discuter les uns avec les autres, mais nous allons commencer par faire un tour de chauffe pour nous présenter au groupe, comme ça nous aurons une petite idée de qui nous sommes… Et surtout de pourquoi nous sommes là… Monsieur, vous voulez bien commencer ?

- Qui… M… Moi ? »

 

 

 

 

 

 

 

Xavier Guignard, 38 ans, est au bout de sa vie. Son couple est parti en vrille, sa vie lui échappe, il est vraiment malheureux. Si l’homme est dans une mauvaise passe, il n’en reste pas pour autant fataliste et décide de prendre les choses en main. Lors d’une fête familiale, il apprend que sa cousine Edwige a vu sa vie littéralement transformée grâce à un stage chez Happytech. Célibataire, sans emploi et dépressive, elle a retrouvé l’amour et un travail. Alors, si elle a réussi, « pourquoi pas moi ? » se dit Xavier. Lui aussi a droit au bonheur. C’est ainsi que le malchanceux se retrouve en stage dans la boîte du bonheur organisé. Mais, car il y a un « Mais », une question le turlupine. Comment se fait-il que l’égérie de Happytech, si belle et heureuse sur les publicités de l’entreprise, soit devenue SDF et erre dans le métro ?

 

 

 

 

© Corbeyran, Fattore, Priori - Delcourt

 

 

Avec Happytech, Corbeyran propose une analyse de notre société moderne dans laquelle on nous vend du rêve et du bonheur, un monde où les publicitaires interdisent le peuple d’être malheureux, tant est si bien que l’être qui est mal dans sa vie et dans sa peau se sent très seul au monde. Happytech est une histoire de dictature. C’est une comédie cynique à la manière de ce que pouvait faire Jean Yanne au cinéma dans les années 70 avec des films comme « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. ». Côté BD, Happytech est à ranger à côté de l’excellente série MediaEntity, injustement passée plutôt inaperçue il y a quelques années, dont le sujet était la dictature des identités numériques. Les deux séries ont pour point commun cette difficulté à survivre dans un monde non plus 2.0 mais 3.0 et mettent en scène des individus en marge de la société tentant de dénoncer un système dictatorial implacable.

 

 

 

 

© Corbeyran, Fattore, Priori - Delcourt

 

 

Avec une formation d’architecte, la dessinatrice italienne Alessia Fattore a du se régaler à construire les locaux de l’entreprise de la joie imposée Happytech. Son trait n’en est pas pour autant figé. Professeur de perspective et de BD, elle réussit à mêler acteurs et décors dans une souplesse. Et comment ne pas être envoûté par Naomi ? Comment un même personnage de déesse et de SDF peuvent-elles se retrouver en couverture ? L’icône de Happytech est de ces personnages aux parcours particuliers qui font qu’une histoire sort du lot.

 

 

 

 

© Corbeyran, Fattore, Priori - Delcourt

 

 

                Si on ne sait s’il faut croire le titre assénant que le bonheur nuit gravement à la santé, on peut en tout cas affirmer que Happytech est un conte grinçant invitant à prendre garde à la dictature des émotions imposées par une société et un pouvoir politique dont le but unique est d’occuper les esprits pendant qu’en coulisses certains peuvent tirer les ficelles comme ils le souhaitent.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Happytech

 

Tome : 1 - Le bonheur nuit gravement à la santé

 

Genre : Chronique sociale 

 

Scénario : Corbeyran 

 

Dessins : Alessia Fattore 

 

Couleurs : Giulia Priori 

 

Éditeur : Delcourt

 

Collection : Machination

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 15,50 €

 

ISBN : 9782413037606 

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


Vis ma vie d’adolescent.  Dans la tête de mon ado

 

«  - Tu peux passer une éponge ?

- Pour quoi faire ?

- T’as descendu la poubelle ?

- Attends, je fais un truc… C’est déjà bien sympa de la vider. Jamais contente. »

 

 

 

 

 

 

 

L’adolescent est un animal étrange dont le comportement est pour les analystes source de découvertes imprévues. Déjà, il n’a pas la même horloge biologique que l’adulte, ou même l’enfant. De plus, il est constamment en lien avec ses amis. Ainsi, s’il se couche en général vers 23 h, il ne se déconnecte qu’à 2 h du matin. L’adolescent vit souvent en meute. Il aime se retrouver entre individus du même groupe pour manger. Ses premières monnaies en argent de poche passent dans les fast-food. Très vite, il fera ses premiers repas en bande dans de véritables restaurants, au grand plaisir des serveurs.

 

 

 

 

© Bravi, de Lastic, Borst - Vents d’Ouest

 

 

Lorsqu’il est le seul, l’ado du XXIème est très différent de celui du siècle précédent, en ce sens qu’il n’est en réalité jamais seul, grâce aux réseaux sociaux. Une fois rentré du collège ou du lycée, en 15 minutes l’hiver, en deux heures aux meilleurs jours, il prend son goûter, traîne un peu avant de regagner sa chambre. C’est là qu’il retrouvera ses amis, d’abord pour jouer en ligne, puis pour faire leurs devoirs en commun et profiter ainsi des compétences de chacun. L’ado vivra ses premières soirées, alcoolisées évidemment, supportant plus ou moins les boissons. Lorsque ça se passe dans l’appartement des parents absents, le retour à la réalité s’avère en général bien difficile.

 

 

 

 

© Bravi, de Lastic, Borst - Vents d’Ouest

 

 

Agathe de Lastic et Soledad Bravi, avec l’aide de l’expert scientifique Grégoire Borst , nous immergent dans la tête des adolescents. Lorsque l’on en a un à la maison, on se rend compte à quel point l’essai relève du reportage. L’ado est mou mais est hupersensible et si drôle… ou pas, au grand dam de ses parents qui peuvent bien lui servir lorsqu’il faut rentrer plus tôt de soirée. Et puis, il y a aussi les vacances avec les ados, la sexualité des ados, les tâches ménagères avec les ados,… Pour finir, vous apprendrez si vous êtes un parent relou et vous saurez comment bien énerver un ado. Pour parfaire l’ouvrage, un dico des ados est proposé en addenda, ainsi que les abréviations qu’ils utilisent.

 

 

 

 

© Bravi, de Lastic, Borst - Vents d’Ouest

 

 

Wesh ! TFK ? TRKL ! Je lis Dans la tête de mon ado et je suis PTDR ! LOL !

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Dans la tête de mon ado 

 

Genre : Humour 

 

Scénario & textes : Agathe de Lastic 

 

Dessins & couleurs : Soledad Bravi

 

Avec l’expertise scientifique de : Grégoire Borst

 

Éditeur : Vents d’Ouest

 

Nombre de pages : ... 

 

Prix : 16,50 €

 

ISBN : 9782749309828

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


Totale connexion.  Réseau boulot dodo

 

«  - Ça y est ! C’est arrivé ! Non ! Tout le système est bloqué !! Les machines ont pris le pouvoir ! « Elles » ont trouvé la faille ! « Elles » ont bâti un cerveau collectif pour nous anéantir !! Comme les fourmis… Ce sera le chaos en quelques heures ! Fuis, Rémi, fuis !!

- Ah d’accord. Ctrl+Alt+Suppr. Ok. Je te l’avais déjà dit. Non. Si. Non. »

 

 

 

 

 

 

 

Métro boulot dodo : ce slogan des années 80 serait-il devenu obsolète ? Pour les franciliens et ceux qui habitent dans des villes desservies par le métropolitain, peut-être pas. Mais s’il est un dérivé de cet adage qui concernerait tout le monde, ce serait bien le titre de cet album : Réseau boulot dodo. Adaptable au citadin comme au campagnard, la phrase décrit bien la vie de tout un chacun au XXIème siècle. Dans un monde ultraconnecté, la dépendance technologique est l’une des maladies de l’époque.

 

 

 

 

© Erre, Greff - Fluide glacial

 

 

Se perdre en ville des années durant si le portable se casse et qu’on ne peut plus utiliser l’application Plan, oui, c’est possible. Provoquer une panique générale en partant acheter du pain, pour ne pas dire une chienlit, oui, c’est possible. Pourrir sa réputation numérique à cause d’un simple rendez-vous chez le médecin, oui, c’est aussi possible. Toutes ces aventures, ces avanies, sont racontées par Fabrice Erre dans cet album si tristement drôle ou si drôlement triste. Du culte de soi avec le type qui se filme H24 en faisant ses courses ou en faisant l’amour aux applis qui nous apprennent à courir, éviter les épidémies et pourquoi pas bientôt à respirer, l’auteur fait de l’humour tout simplement en observant les comportements de ses concitoyens.

 

 

 

 

© Erre, Greff - Fluide glacial

 

 

Au fil de l’album, les cul-de-lampes des gags ou histoires courtes présentent une batterie se déchargeant au fur et à mesure. Cela symbolise parfaitement l’état d’esprit des humains en pleine dépendance et dont le stress monte de façon inversement proportionnelle. Erre nous aiderait-il à éteindre notre smartphone ? Si on a de l’humour sur soi, oui, c’est certain. Et si grâce à cet album, quelques lecteurs prennent conscience de nos dérives et lisent de plus en plus de BD, le pari est gagné. Comme l’humour Fluide est en plein renouveau et totale extension, il y a de quoi faire.

 

 

 

 

© Erre, Greff - Fluide glacial

 

 

Que ferions-nous aujourd’hui sans internet, sans wi-fi ? La dématérialisation du monde serait-elle en marche ? Meuh non ! Il nous restera au moins toujours les BD de Fabrice Erre ! Merci d’avoir lu, vu ou écouté cette chronique. Et surtout n’oubliez pas le pouce bleu ! Likez ! Likez ! Likez ! Et partagez !

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Réseau boulot dodo 

 

Genre : Humour 

 

Scénario & Dessins : Fabrice Erre

 

Couleurs : Sandrine Greff 

 

Éditeur : Fluide glacial

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 12,90 €

 

ISBN : 9791038203891

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


Dévastation.  The kingdoms of ruin 3 & 4

 

 

« - L’arbre de la vie est en train de brûler ?

- Je n’aurais jamais cru trouver un arbre de sorcières ici. Mais je viens de le cramer. »   

 

 

 

 

 

 

 

 

En arrivant sur la face cachée de la lune, au Royaume des sorcières, avec Doroka, Adonis savait qu’il allait entraîner les humains à ses trousses et par la-même qu’une guerre sans merci entre soldats et sorcières allait être déclenchée. Le combat sera sans pitié et les victimes se compteront par centaines. Pendant ce temps là, sur Terre, il ne reste que quelques mois à vivre à Sirta Samansta, la directrice du département national des sciences, contaminée à la suite d’une exposition aux radiations de l’inhibiteur de magie. Avant de disparaître, son but est d’éradiquer les sorcières. L’empereur Goethe, quant à lui, qui a le même but, est aveuglé et envoûté par sa mystérieuse et tendre épouse.

 

 

 

 

© Yoruhashi 2021

© KANA 2022

 

 

 

Un épisode à la Starship Troupers, un autre à la Mad Max, voici les ambiances de ces deux tomes des Royaumes en ruine. Adonis, le jeune homme élevé par la magicienne de glace, déteste ses semblables. Les humains sont responsables de la mort de Chloé, son amour de sorcière. Il est avide de vengeance et n’hésitera pas à faire couler le sang jusqu’à l’extrême.

 

 

 

 

© Yoruhashi 2021

© KANA 2022

 

 

 

Doroka la magicienne l’a libéré de sa prison. Ils seront les pivots d’une guerre impitoyable entre les deux races. Ce conte noir signé Yoruhashi en dit long sur la condition humaine, sur le respect, ou pas, entre races. Le conte de Yoruhashi est âpre et violent. Entre vengeance et jeux de pouvoirs, les pions avancent sur un échiquier où tous les coups sont permis.

 

 

 

 

© Yoruhashi 2021

© KANA 2022

 

 

 

The kingdoms of ruin est à la dark fantasy ce qu’une série comme Fairy Tail est à la fantasy ou encore One Piece à la piraterie : une œuvre qui, si elle ne l’est pas encore, deviendra de référence.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : The kingdoms of ruin 

 

Tomes : 3 & 4

 

Genre : Vengeance magique

 

Scénario & Dessins : Yoruhashi

 

Éditeur : Kana

 

Collection : Dark Kana

 

Nombre de pages : 210

 

Prix : 7,45 €

 

ISBN : 9782505089957 / 9782505114789

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


Inside le monde merveilleux de la bande dessinée.  Bouloche

 

«  - Ah merde. La p’tite stagiaire. Je t’avais complètement oubliée. Je crois qu’on a chargé la mule hier à l’Ibis. Comment tu t’appelles déjà ?

- Petra.

- Bon, je te fais visiter le bazar ? On se tutoie, hein ?

- Je préfère pas. J’y arriverai pas. Je peux vous montrer mon book maintenant ?

- Non, plus tard. J’ai pas la force de dire du mal, il est trop tôt. »

 

 

 

 

 

 

 

Fin janvier, Petra découvre Angoulême. La jeune femme n’est pas arrivée là par hasard. Elle frétille de plaisir à l’idée de découvrir la ville du 9ème art. Etudiante de la région de Nantes, elle veut voir les expos, les fanzines. Elle souhaite montrer son book et ses dessins. Elle a rendez-vous avec Raymond, un auteur sur le retour qui a failli avoir du succès. Après avoir croisé des mascottes amusantes et géantes censées rappeler les héros mythiques de la BD et après avoir remonté la rue Hergé, la voici dans la bulle des éditeurs  injustement dits de second plan et des indépendants. C’est là que l’attend Raymond, endormi sur sa table espérant qu’un ou une hypothétique fan ne le réveille. Petra va s’en charger et la voici embarquée dans un « Vis ma vie » d’auteur de BD.

 

 

 

 

© Bourhis – Expé éditions

 

 

Comme il sort plus de cinq milles albums par an, il est difficile de tirer son épingle du jeu. Ça, Raymond, avec son pull à bouloches, l’a bien compris et l’enseigne à Petra. De l’auteur talentueux qui dessine des BD avec des avions à l’instagrameur qui fait des posts en anglais pour faire star internationale, ils sont venus ils sont tous là. Mais Petra est plus intéressée par les indés, nos amis punks à chien de la bédée. Pas de souci, ils sont tous à Angoulême, festival qui n’aura plus aucun secret pour vous. Dans une deuxième partie, on suit la carrière de Raymond, ses projets et ses doutes jusqu’aux retrouvailles avec Petra.

 

 

 

 

© Bourhis – Expé éditions

 

 

Hervé Bourhis réalise une mise en abime du métier d’auteur de BD. Publiée sur Instagram en 2020, Bouloche ne fera pas rigoler que les gens du métier, même s’ils y trouveront une saveur particulière. Le livre n’est pas uniquement drôle, il est également empli de tendresse. Il n’est pas facile de percer dans la profession et pour ceux qui y parviennent, il n’est pas aisé de rester sur les étals des libraires. L’histoire rend également hommage à de grands noms de la profession. Hergé, Goscinny et Brétécher veillent entre autres sur ce pull et celui qui le porte.

 

 

 

 

© Bourhis – Expé éditions

 

 

De nombreuses maisons d’éditions ont lancé des collections d’humour ces dernières années avec plus ou moins de succès. Il y a eu AArrrggggllll chez Glénat, il y a l’excellente collection Pataquès chez Delcourt. Et puis il y a les éditions Expé qui publient des petites pépites à mourir de rire. Bouloche est de celles-là.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Bouloche 

 

Genre : Humour 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Hervé Bourhis 

 

Éditeur : Expé éditions

 

Nombre de pages : 104 

 

Prix : 9,95 €

 

ISBN : 9782493412010

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


Spirou 4395 -  6 juillet 2022

 

 

Prêts pour le Sabbath Grand Derby ?

 

 

 

 

 

 

 

            Derniers jours d’ouverture pour le parc Zombillenium. C’est toujours émouvant quand une série culte prend fin. Mais que cela n’entache pas le plaisir des deux mois qui nous attendent avec cette ultime grande histoire à suivre : Sabbath Grand Derby. Cette semaine, c’est aussi le démarrage de la seconde partie de La mort de Spirou qui avait été interrompue pour laisser place à la fin de L’espoir malgré tout. Et avec Schwartz, on a bien droit à du vrai, du beau, du bon Spirou.

 

            Pour les abonnés, les autocollants de la méthode Raowl apprendront à virer ses crottes de nez, soigner une migraine et draguer avec sa transpiration.

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Tebo – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Black Squaw : Le Cotroy

Cœurs de ferraille (Les) : Debry, Cyrano et moi

Créatures : Dans les entrailles de Yog

Spirou & Fantasio : La mort de Spirou

Zombillenium : Sabbath Grand Derby

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Coach (Le)

Croquidou

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliot au collège

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Grotesque (La pause-cartoon)

Méthode Raowl (La)

Petit Spirou (Le)

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : BenBK

En direct du futur : Le prix Atomium Spirou 2022

Interview : De Pins

Jeux : Zombillenium cortex

Oncle Pop (L’) : Zombies

 

 

Supplément abonnés :

Autocollants : La méthode Raowl

 

 

 

En kiosques et librairies le 6 juillet 2022.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


« Laisser les images raconter l’histoire »  X-Men Trading Cards

 

« - S’il y a une chose que j’ai apprise très tôt dans ma carrière chez Marvel, c’est que la BD est un art visuel : il faut laisser les images raconter l’histoire ! Et c’est aussi vrai aujourd’hui qu’à l’époque. Alors, pour rester dans cet esprit, je vais à présent vous inviter à tourner la page, pour laisser la parole aux Cartes à Collectionner Uncanny X-Men ! » Bob Budiansky, août 2021.

 

 

 

 

 

 

 

Tout début des années 90, les cartes Marvel Universe font des ravages chez les fans des super-héros maison. Et ce, pour une excellente raison, elles sont illustrées par des dessins inédits spécialement réalisés pour l’occasion. Pour Bob Budiansky, alors directeur exécutif des projets spéciaux chez Marvel, son expérience dans les cartes de joueurs de base-ball quand il était jeune va être bien utile au nouveau superviseur des cartes originales Marvel qu’il est devenu. Ces années-là, la série des X-Men est l’un des nouveaux phénomènes du Comics. Sa déclinaison en cartes de collection semblait une évidence. En 1992, le cap est franchi. Jim Lee sublime les mutants dans une exceptionnelle série de cartes. Accompagnée d’une stratégie marketing implacable, avec figurines, montres ou autres gadgets à l’effigie des X-Men, les cartes signées Jim Lee s’arrachent. Cartes holographiques, boîtes métalliques, cartes signées, les fans sont comblés.

 

 

 

 

© 2022 Marvel

 

 

 

 

Après une préface d’Ed Piskor, fan de la première heure de la génération X, dernière génération de collectionneurs des kiosques à journaux, puis un copieux avant-propos de Bob Budiansky, dessinateur, scénariste et éditeur de Comics ayant travaillé pendant plus de vingt ans pour Marvel, place à la reproduction des cartes dessinées par Jim Lee. Celles-ci sont classifiées en quatre catégories.

 

Le fauve inaugure le chapitre des Super-héros. Il dépasse du cadre comme s’il se ruait sur le petit collectionneur. On retrouve Logan, alias Wolverine et son squelette en adamantium avec les griffes acérées. Le professeur X, personnage majeur de la mythologie, rêve d’un avenir idéal et harmonieux entre mutants et humains. Storm, ou Tornade, surplombe un ciel d’orage. La mutante maîtrise la météo. Personnages célèbres et moins connus alternent dans un équilibre presque parfait entre masculins et féminins.

 

 

 

 

© 2022 Marvel

 

 

 

 

Magnéto ouvre la galerie des super-vilains. L’ennemi juré des X-Men et du professeur X se place en dominateur dans son costume rouge. Le lecteur-collectionneur est sous son emprise. Curiosité que nombre de fans n’assimilent pas forcément au X-Men, Deadpool y était encore un méchant au premier degré, sans l’humour corrosif qui fera plus tard sa notoriété. Côté filles, Mystique s’impose en agent libre et tueuse fatale.

 

 

 

 

 

© 2022 Marvel

 

 

 

 

Quelques cartes Teams présentent des équipes de personnages. Enfin, un chapitre divers présente des ex-X-Men, des alliés, ainsi que des cartes spéciales montrant des personnages célèbres dans des postures d’action. On regrette juste que les cartes et leurs descriptions soient présentées dos à  dos, comme sur les véritables cartes, alors que, dans un livre, la présentation en vis-à-vis aurait peut-être été plus judicieuse.

 

Pour devenir incollable sur les X-Men, ce volume de la collection P’tit Pop peut s’amener partout. Il se feuillette et se lit sans soif grâce aux superbes illustrations de Jim Lee. Une petite bible sur le sujet.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Titre : X-Men Trading Cards

 

Auteur : Jim Lee

 

Collection : P’tit Pop 

 

Genre : Artbook

 

Éditeur : Huginn & Muninn

 

Nombre de pages : 272 

 

Prix : 19,95 €

 

ISBN : 9782364808607 

 

 



Publié le 09/07/2022.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2022