?>

Très courageux de jouer les chevaliers, mais à un moment, il faut tirer ! Texas Jack
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Très courageux de jouer les chevaliers, mais à un moment, il faut tirer !  Texas Jack

 

            « - Bienvenue… Bienvenue, mesdames, messieurs et mesdemoiselles, petits et grands enfants. Bienvenue dans l’Ouest sauvage !! Alors, accrochez-vous à vos bancs, à vos voisins, à vos voisines, à tout ce à quoi vous pouvez vous accrocher, car le spectacle commence ! Car le spectacle a commencééééééééééé !! »

 

 

 

 

 

 

 

            Texas Jack, Amy O’hara, Wild Ryan Greed et Kwakengoo sont en piste sous le grand chapiteau. Les gradins sont combles d’un public familial excité d’assister à un spectacle de professionnels de la gâchette.

             A l’extérieur, la situation est moins attrayante. Le Wyoming  est gravement menacé par une bande de pillards commandée par un certain « Gunsmoke ». Des familles entières de colons sont décimées. Tueries, pillages, incendies parsèment le parcours de la horde mortelle. Le perfide gouverneur Archie Roy Passendale a joué à un jeu dont il a perdu le contrôle.

            Texas Jack serait-il l’homme de la situation pour barrer la route de Gunsmoke ?

 

 

 

 

 

© Dubois, Armand – Le Lombard

 

 

 

            Pierre Dubois aime les histoires cruelles. Spécialiste des elfes, trolls et autres petits peuples, l’homme livre ici un récit réel et violent. L’absence de fantastique le rend encore plus effrayant. Une bonne histoire se reconnaît à un bon méchant. Gunsmoke est redoutable, irrécupérable, pathétique, sans peur et sans reproche.

            Le récit est dense et fourni, mais souffre de quelques longueurs. La méthode Van Hamme qui consiste à raccourcir en une planche une séquence de cinq n’a pas été appliquée. On aurait pu y gagner en efficacité.

 

 

 

 

 

© Dubois, Armand – Le Lombard

 

 

 

            L’idée de retrouver dans un prequel le Marshall Sykes aux trousses de Gunsmoke est un écho au one shot précédent des mêmes auteurs.

            La conclusion est en deux temps. Là aussi, la question de l’efficacité se pose. Il est impossible d’en dire plus sans trop en dévoiler, mais le mot fin inscrit plus tôt, avec un second final en guise de post-scriptum aurait eu plus d’impact, comme un bonus poétique d’après-générique.

 

 

 

 

 

© Dubois, Armand – Le Lombard

 

 

 

            Dimitri Armand est plus que légitime dans le domaine du western. Dubois lui offre l’opportunité d’étaler son talent dans des scènes d’action et des paysages contemplatifs. Le dessinateur n’a pas peur de faire pétarader les colts et de montrer du sang. Il fait entrer Texas Jack dans une aventure tarantinesque. La tuerie d’Eagletown étalée sur une double page semble tout droit sortie d’un film du réalisateur de Django Unchained

 

 

 

 

 

© Dubois, Armand – Le Lombard

 

 

 

            Texas Jack est un cousin de Buffalo Bill. C’est un petit garçon dans un monde de brute, un Frodon qui possède la clef pour libérer un monde. Au milieu d’une boucherie innommable, jusqu’où cet homme innocent mais lucide aura-t-il la force de mener la mission qu’on lui a confié ?

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Texas Jack

 

Genre : Western 

 

Scénario : Dubois

 

Dessins & Couleurs : Armand

 

Éditeur : Le Lombard

 

Collection : Signé

 

Nombre de pages : 128

 

Prix : 20,50 €

 

ISBN : 9782803671700

 

 



Publié le 18/12/2018.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019