?>

Welcome to the twilight zone. Réalités obliques 3 - Rencontres obliques.
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Welcome to the twilight zone.  Réalités obliques 3 - Rencontres obliques.

            « - Papa ?

-           ?

-          Papa ! Je te retrouve !!

-          Mais… Qui êtes-vous ? A quoi jouez-vous ?!

-          Tu ne me reconnais pas ? Regarde mon visage !

-          Arrêtez ! Vous faites peur à la petite !

-          Mais c’est moi, la petite ! Tu ne comprends pas ?!

-          Hein ?

-          Je suis elle, dans le futur ! »

 

 

 

 

 

 

Oppressantes, angoissantes, glaçantes, les rencontres obliques de Clarke sont une invitation au voyage dans la quatrième dimension.

 

            Vingt-cinq histoires très courtes, comme des Haïkus. Mais alors que les poèmes japonais retranscrivent la beauté fugace d’un instant de vie, les réalités de Clarke imagent la noirceur éphémère d’un moment de mort.

 

 

 

 

© Clarke – Le Lombard.

 

 

 

            Quatre citations illustrent le sommaire.

 

            La première est d’Emil Cioran : « Les douleurs imaginaires sont de loin les plus réelles, puisqu’on en a un besoin constant et qu’on les invente parce qu’il n’y a pas moyen de s’en passer. »

            La deuxième est signée André Gide : « La perception commence au changement de sensation ».

La suivante est de Hartwig Schierbaum : « Je déteste dormir. Mais j’adore rêver. »

            La dernière est une horreur d’humour noir de Bob Monkhouse : « Quand je mourrai, je veux m’en aller en paix, comme le fit mon grand-père : en m’endormant.et pas en beuglant comme les passagers dans sa voiture… »

 

            Ces quatre sentences sonnent comme une synthèse parfaite des récits composant cet album. Elles dirigent les quatre axes qu’a choisi Clarke pour composer le troisième opus de ces réalités.

 

 

 

 

 

© Clarke – Le Lombard.

 

 

 

            La phrase de Cioran est une fatalité masochiste. Ainsi, la douleur de la mère du Garçon dans le labyrinthe retranscrit la tristesse de cette femme qui ne peut accepter leur séparation. Mais l’enfant existe-t-il seulement ?

            Pour Gide, on ne comprend qu’à partir du moment où une fracture s’opère. C’est comme cela que le protagoniste principal d’Orphée au paradis apprend une nouvelle perception du temps.

            Schierbaum apporte un peu d’espoir. Au noir du sommeil, il intègre le blanc du rêve. Cependant, il ne dit à quels rêves il pense : cauchemars ou douces pensées ? Et pourquoi pas des « cauchemarrants », pour paraphraser Franquin ? Peu sûr chez Clarke. Les nuits solides amènent dans un sommeil détestable.

            Monkhouse fait un strike. Philosophant sur sa propre mort, qu’il souhaite calme, il la compare à celle de son grand-père qui a entraîné plusieurs victimes dans son départ. L’histoire Un voile sur les vivants entre dans cette catégorie.

 

 

 

 

© Clarke – Le Lombard.

 

 

 

            Ces rencontres obliques sont tellement courtes et percutantes qu’il est impossible de les raconter sans en extraire le sel. C’est pourquoi on ne peut en proposer ici que les sentiments afin de ne pas briser les uppercuts assénés par chacune d’entre elles.

 

            Clarke scénariste a invité neuf camarades à lui écrire chacun une histoire. Ils s’intègrent chacun parfaitement à cet univers oblique. Alors qu’y trouver Andréas ou Foerster est une évidence, la participation de Raoul Cauvin est surprenante. Et pourtant, le moustachu tire son épingle du jeu dans un domaine où on ne l’attendait pas du tout.

 

            Clarke dessinateur se pose en maître du noir et blanc qui sont les protagonistes principaux de l’ouvrage. Il n’hésite pas à les étaler sur de grandes surfaces, montrant leur domination dans cet univers parallèle.

 

 

 

 

© Clarke – Le Lombard.

 

 

            Les Réalités obliques sont à Clarke et à Mélusine ce que les Idées noires étaient à Franquin et Gaston : la marque d’un grand auteur qui a un talent d’une amplitude impressionnante.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Réalités obliques

 

Tome : 3 – Rencontres obliques

 

Genre : Quatrième dimension

 

Scénario : Clarke, Vehlmann, Kid Toussaint, Foerster, Cauvin, Zidrou, Andréas, De Jongh, Dugomier, Safieddine

 

Dessins : Clarke

 

Éditeur : Le Lombard

 

Nombre de pages : 160

 

Prix : 16,45 €

 

ISBN : 9782803672363



Publié le 04/12/2018.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2018