?>

Grandes oreilles et bras cassés, quand la com' devient arme d'espionnage
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Grandes oreilles et bras cassés, quand la com' devient arme d'espionnage

Grandes oreilles et bras cassés arrive dans toutes les librairies. Signée Manach et Nicoby, cette bande dessinée, comme son titre ne le dit pas, s'intéresse moins à la torture et à la violence faite à des victimes qu'à l'intense cogitation d'un journaliste-enquêteur sur les traces d'entreprises aussi juteuses que criminelles dans le monde de la communication. Ou quand celle-ci est catégorisée arme pour mieux contrôler les flux et savoir, tel un Big Brother, ce que pense chaque membre d'une population.

C'est une histoire invraisemblable, mais ne dit-on pas que les mensonges les plus gros sont ceux qui fonctionnent le mieux? C'est sans doute ce à quoi s'est résolu le journaliste d'investigation Jean-Marc Manach après des mois et des mois d'entretiens, de recherches, de découvertes en découvertes. Avec l'aplomb qui mène au journalisme citoyen et de haut vol, ce pionnier du data-journalisme va croiser les sources et les ombres malfaisantes de Ziad Takiedine (l'homme par qui le scandale Karachi est arrivé), de Kadhafi, d'Abdallah al-Senoussi, mais aussi de Nicolas Sarkozy et d'autres politiciens français. Tous gravitant autour de la société Amesys.

Grandes oreilles et bras cassés - Manach - Nicoby - Gorge profonde

Se proclamant bien sous tous les rapports, ce fleuron français des outils de communication aurait pourtant bien gros sur la conscience. En 2008, sous couvert de l'État et des services secrets français, la société a vendu à la Lybie de Kadhafi ( ah le temps béni où le Général venait en ami dans les jardins de l'Élysée et y plantait sa tente...) un système de communication ultra-moderne servant surtout à intercepter, analyser et surveiller de près ses opposants, et plus largement, l'entièreté de ses concitoyens. Pendant que, impunément, les Pieds Nickelés employés d'Amesys se croyaient au-dessus de tout soupçon et livraient de manière à peine voilée leurs menus méfaits sur des forums. Sauf que...

Grand journaliste, à la manière de Denis Robert dans l'enquête sur Clearstream, Jean-Marc Manach l'est sans nul doute permis. Au point de s'aventurer dans une aventure de longue haleine en pays chiffré, codé (noms de bonbons à l'appui) et certainement hostile. En plein printemps arabe, des ouvriers de la paix sont morts suite à leur dénonciation par leurs propres données espionnées. Manach sait que son devoir est que ces morts soient vengées. Par son blog sur le site du Monde (n'hésitant pas, paradoxalement, à pouvoir dénoncer les erreurs des propres journalistes du Monde), son livre "Au pays de Candy, enquête sur les marchands d’armes de surveillance numérique" et maintenant la BD encasée par la vision de Nicoby.

Grandes oreilles et bras cassés - Manach - Nicoby - Dulbo

De quoi plaire aux lecteurs qui ne trouveront peut-être jamais le courage de lire les pages de ces rapports à charge et à raison. Mais ce n'est pas pour ça que la BD est limpide, la thématique reste complexe et assez statique. Heureusement, Nicoby qui a de la bouteille parvient à trouver des solutions pour matérialiser les avancées et les conclusions du blogeur-journaliste et les rendre aussi fluide que faire se peut, mais peut-être pas assez. Au point que nous nous sommes quand même sentis submergés par cette matière qui nous dépassait. D'ailleurs, sans doute aurait-il été intéressant que Nicoby (totalement absent de l'histoire) s'intègre à cette enquête et questionne le journaliste chevronné pour mieux éclairer le lecteur. Reste un nouveau témoignage, bien amené, étoffé et fortement intrigant si pas révoltant sur les rapports de force et de collusion dans le monde de la politique. Cette BD est un acte de résistance aux sornettes et couleuvres que certains puissants aimeraient nous faire gober.

Grandes oreilles et bras cassés - Manach - Nicoby - Protection journalistes

 

Titre: Grandes oreilles et bras cassés

D'après Au pays de Candy, enquête sur les marchands d’armes de surveillance numérique de Jean-Marc Manach

Enquête et scénario: Jean-Marc Manach

Dessin et couleurs: Nicoby

One-shot

Genre: Enquête journalistique

Éditeur: Futuropolis

Nbre de pages: 119

Prix: 19€

Date de sortie: le 20/08/2015

 

Par Alexis Seny

 



Publié le 01/09/2015.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017