?>

Les sept défis capiteux du 12 de la rue royale
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Les sept défis capiteux du 12 de la rue royale

Après la politique et le monde de la science, préparez vos palais, voilà une BD qui a du goût et qui nous plonge dans les marmites du mythique restaurant lyonnais « La Mère Brazier » et de son chef à toute épreuve, Mathieu Viannay (non non, pas celui qui chante « Pas là »).

 


12 rue royale - Hervé Richez - Efix - voisin

 

 

Enfin… à toute épreuve… ça reste à vérifier. Et ça tombe plutôt bien, un satané olibrius a décidé de tester le chef. En effet, un peu à l’étroit dans son restaurant assailli par des hommes d’affaire qu’il ne vaut mieux pas décevoir, Mathieu songe à l’agrandissement. Problème, il a l’argent, la volonté et la réputation d’un restaurant qui marche mais il reste un obstacle de taille: le voisin. Celui-là même qui a confié au restaurateur qu’il allait vendre son immeuble mais qui ne résiste pas à l’envie de jouer avec les nerfs du meilleur ouvrier de France. Et le voilà qui fixe à Mathieu une liste de sept défis, capitaux autant que capiteux, s’il veut obtenir l’immeuble. Et dans les fumets des cuisines et le travail des meilleurs produits de saison, Mathieu Viannay va devoir se dépasser et échapper à la tentation de tout laisser tomber.

À proprement dit, voilà une bande dessinée qui s’échappe un peu des chemins du véridique et de la biographie pour céder le pas à une histoire créative, fantaisiste et originale dans les pas du jeune chef Viannay, réel chef d’orchestre des cuisines sans pour autant ôter sa dimension documentaire et descriptive du quotidien à deux cents à l’heure de l’équipe d’un restaurant prisé. Que dure le coup de feu car il réussit plutôt bien à Hervé Richez (au scénario) et à Efix (pour le dessin et les couleurs). Faisant leur la frénésie productive qui hante les pièces de La mère Brazier, les deux auteurs prennent un malin plaisir à nous faire saliver devant des plats concocté avec amour et passion. Et une histoire à leur juste hauteur. Sans temps mort et avec un énorme boulot conceptuel et graphique pour faire coller fond et forme, 12 Rue royale manque parfois de couleurs mais nous entraîne dans un récit qui tranche avec les autres productions BD souvent semblables (à quelques détails prêts) abordant la gastronomie et les arts de la table. Coup de chapeau donc à cette BD qui de manière innocente nous en apprend beaucoup plus ce qu’on ne pensait et nous attache profondément à l’univers de La Mère Brazier. Bon quand est-ce qu’on (y) mange?

 

Alexis Seny

 

Titre: 12, rue royale ou les sept défis gourmands

Scénario: Hervé Richez

Dessin et couleurs: Efix

Genre: Autofiction, Culinaire, Humour

Éditions: Bamboo

Collection: Grand Angle

Nbre de pages: 78

Prix: 18,90€



Publié le 13/01/2016.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017