?>

Aborder un triste phénomène de société avec émotion et simplicité. Chaque jour Dracula
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Aborder un triste phénomène de société avec émotion et simplicité.  Chaque jour Dracula

 

  « - Arrêtez, mais qu’est-ce que vous faites ?

 
-    On est sympas. On améliore ton repas avec un peu d’ail !

 
-    Ouais, avec un zeste d’eau bénite, tu vas adorer…

 
-    Faites gaffe, le pion arrive… Je serais toi, j’éviterais de sourire. T’as de l’épinard coincé entre les dents ! Tu devrais aller te voir dans un miroir pour l’enlever… Oooh, mais je suis bête. J’oubliais que les vampires n’ont pas de reflet…»

 

 

 

 

Le jeune Dracula est petit garçon (presque) comme les autres. Mais il est sans cesse embêté par certains de ses camarades de classe. Un soir, à table, il va se confier à son père qui va l’aider à montrer aux autres qu’il est plus intelligent qu’eux. Le papa ne compte pas laisser pourrir la situation. Il faut agir sans tarder : son fils est victime de harcèlement scolaire.

    Invisible, fourbe, pernicieux, ce mal est destructeur. Le silence est la victoire des agresseurs. Alors, si des livres comme celui-ci sauvent ne serait-ce qu’une seule victime, le pari est gagné. Mais Dracula en sauvera plus d’un.

 

 

 

 

 

 

 


© Lefèvre, Clément - Delcourt

 

 

    L’album n’est pas seulement à mettre dans les mains des harcelés, même s’il peut les soulager en leur montrant qui ils ne sont pas seuls dans ce cas, même si cela les aide à parler. Il est aussi à faire lire aux bourreaux pour les mettre face à leurs exactions. Il peut enfin servir d’outil aux enseignants pour aborder le thème en classe, aider les langues à se délier et faire que l’école soit un lieu où tous les élèves arrivent avec la banane, car c’est le seul moyen pour progresser dans les apprentissages.

    Loïc Clément choisit un héros hors normes pour traiter d’un sujet trop souvent banalisé. Il démontre que l’on peut se sortir d’une enfance difficile et devenir quelqu’un qui compte (même si les actes du Dracula adulte sont discutables, mais Dracula est un acteur de cinéma, n’est-ce pas ?). Avec un discours à la portée des jeunes lecteurs et une sensibilité douce et compatissante, le scénariste rentre avec classe dans les chaussons de la collection Delcourt jeunesse, trop souvent négligée par son éditeur.

    Le titre est extrêmement bien choisi. Chaque jour, accolé à Dracula, résonne comme une habitude affiliée à une chose hors norme ou qui ne devrait pas exister. Et là où est la malice des auteurs, c’est que ce n’est pas Dracula, sympathique et mignon, qu’on n’a pas envie d’affronter, mais Chaque jour. C’est ça qui n’est pas normal et c’est la situation qu’il faut redresser.

 

 

 

 


© Lefèvre, Clément - Delcourt

 

 

    Le trait crayons de couleurs de Clément Lefèvre apporte une délicatesse au récit. Le dessinateur joue avec les visages et les yeux de ses personnages pour faire passer les sentiments. Pour cela, chose rare, il utilise également les décors comme dans la scène où Dracula marche au fil des saisons lorsque sa vie continue son cours chaotique. Lefèvre signe une couverture efficace positionnant les méchants en tant que cibles à montrer du doigt.

Avec Seule a la récré, paru il y a quelques mois chez Bamboo, Chaque jour Dracula est un medium épatant pour aider les écoliers et les collégiens à sortir de la situation inadmissible du harcèlement scolaire.


Laurent Lafourcade


Titre : Chaque jour Dracula


Genre : Fantastique


Scénario : Clément


Dessins & Couleurs : Lefèvre


Éditeur : Delcourt


Collection : Jeunesse


Nombre de pages : 40


Prix : 10,95 €


ISBN : 9782413001669



Publié le 15/06/2018.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019