?>

Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Les Eisner Awards, guide d'une bibliothèque idéale

Watchmen, Preacher, Batman Mad Love, Killing Joke, Charlie Chan Hock Chye, Cul de sac... Depuis leur création en 1988, les Eisner Awards ont récompensé les plus grands titres de l'histoire du comics à travers une vingtaine de catégories.

Les gagnants sont annoncés chaque année lors d'une grande cérémonie tenue dans le cadre du Comic Con International de San Diego, en Californie.

Comme chaque année, plusieurs auteurs et œuvres publiés au catalogue d'Urban Comics se retrouvent en compétition : Tom King (Batman, Mister Miracle), Jeff Lemire (Black Hammer, Royal City), Matt Kindt et David Rubin (Ether)...

En attendant les résultats, le 23 juillet, Découvrez ICI la liste complète des nominés, et ICI quelques informations complémentaires sur ces prestigieux prix.



Publié le 22/06/2018.


Source : Bd-best


Lancement de la maison d'édition Revival, bande dessinée d'hier et d'aujourd'hui

Né d’une double impulsion, Revival s’attache à faire revivre les classiques d'hier et à promouvoir les jeunes artistes d'aujourd'hui.

Créé par Vincent Bernière, journaliste, éditeur et rédacteur en chef des Cahiers de la BD depuis septembre 2017, qui rêvait depuis longtemps de lancer un label éditorial qui réédite les bandes dessinées des années 1980, les vieux incunables et qui fasse également la part belle aux jeunes créateurs d'aujourd'hui. Lauren Triou et Camille Aguignier l'ont rejoint dans cette entreprise.

Les premiers titres de Revival paraîtront le 19 septembre (diffusion Delsol/ Distribution Hachette) : Colville de Steven Gilbert et M. Poche d'Alain Saint-Ogan.


SON CREDO

CLASSIQUES OUBLIÉS DU 9e ART

Revival réédite des ouvrages épuisés et des livres oubliés, depuis les origines de la bande dessinée au XIXe siècle jusqu’à la fin des années 1980.

Les rééditions seront complètes et agrémentées de la création d’un texte contemporain en guise de préface, et de la réédition d’un texte critique ancien en guise de postface. Les œuvres de création seront laissées telles quelles, de façon à susciter les futures exégèses.

JEUNES AUTEURS ET AUTRICES CONTEMPORAINS

Revival édite des premiers ouvrages d'auteurs et autrices d'aujourd'hui. Au programme : uniquement des 1er ou des 2e livres. Pas de middle management chez Revival. Nous ne publions que des Anciens ou des Modernes.

LIVRES ET ESSAIS SUR LA BANDE DESSINÉE

Revival édite des livres et des essais sur la BD, les mangas ou les comics et qui, à l'instar de sa ligne éditoriale, peuvent être des rééditions de textes anciens ou bien des œuvres de création. Cela dit, une approche patrimoniale est privilégiée.

 

 

 

 

 

LES PREMIERS LIVRES
 
COLVILLE DE STEVEN GILBERT : 19 septembre

Colville est le Black Hole du XXIe siècle. Steven Gilbert n'a pas qu'un seul point commun avec le grand Charles Burns. Les deux histoires, par leur propos horrifique, au moins, et aussi par ce qu'elle disent de l'Amérique contemporaine, se répondent. Steven Gilbert commence à travailler sur son roman graphique en 1997, s'inspirant de l’histoire vraie du tueur en série canadien Paul Bernardo. Quelque part en Amérique du Nord, un homme est brutalement assassiné dans la nature. S’ensuit une réaction en chaîne où plusieurs personnages atypiques et violents croisent le fer. Coville se situe quelque part entre Blue Velvet de David Lynch, No Country for Old Men des frères Coen, les snuff movies et les romans d’Alice Munro. Un futur classique !

 

 

 

 

M. POCHE D'ALAIN SAINT-OGAN : 19 septembre

140 gags en une page jamais réédités depuis les années 1930. Avec 41 gags inédits en album retrouvés dans les pages de Dimanche illustré. M. Poche, l'archétype du français moyen imbu de lui-même et néanmoins attachant, par Alain Saint-Ogan, l'inventeur de la bande dessinée européenne moderne, créateur par anticipation de la ligne claire, premier auteur français à avoir utilisé la bulle de manière régulière dans une série de BD au long cours non confidentielle… sans lui, Achille Talon de Greg n'aurait jamais existé. Et peut-être pas Tintin non plus… Les aventures de M. Poche seront encadrées d'une préface de Mr Petch, historien de la bande dessinée, et d'une postface de Greg.

 

 

 

 

LA BÉDÉTHÈQUE IDÉALE : novembre 2018

99 livres qu'il faut (au moins) posséder dans sa bibliothèque, de Corto Maltese en Sibérie à Tintin au Tibet, de Ghost World à Quartier Lointain, de L'Arabe du futur à Persépolis, analysés par 10 éminents critiques de bande dessinée qui décryptent les conditions de leur production, leur aventure éditoriale, l'accueil du public lors de leur parution et vous expliquent en détail pourquoi ils doivent faire partie de toute bonne bibliothèque. Beaucoup de classiques, donc, mais aussi quelques auteurs contemporains. Avec une iconographie choisie et les plumes alertes de Romain Brethes, Lucie Servin, Maël Rannou, Pierre et Christelle Pissavy-Yvernault, Yves Frémion, Christian Marmonnier, Christian Staebler et Jean-Paul Jennequin.

Un livre publié sous la direction de Vincent Bernière

LA VARIANTE DU DRAGON DE GOLO & FRANK : janvier 2019

Prépubliée dans (A SUIVRE), La variante du dragon est un chef-d'œuvre oublié paru en album en 1989, dessiné par Golo et scénarisé par Frank. Il s'agit d'un polar poisseux, tortueux et littéraire, dans lequel une partie d’échec devient la métaphore d’une guerre de clans de mafieux parisiens, au milieu de personnages hauts en couleur : joueurs, immigrés, toxicos, travestis… Mr Petch, toujours lui, portera la plume dans la plaie afin de présenter ce titre culte de la BD des années 1980.

 

 

 

 

SADBOI DE BERLIAC : janvier 2019

Berliac est un jeune auteur de comics qui publie dans le magazine américain ultra-branché Vice et qui est passionné de manga des années 1960, une esthétique qu'il a parfaitement intégré dans son œuvre. Sadbøi a été publié en Norvège et en Italie en 2017. En France, ce sera pour 2018 chez Revival, avec le soutien des kissbankeuses et kissbankeurs. Sadbøi est un enfant issu de l'immigration balloté par les services sociaux. Adolescent, des actes de petite délinquance le mènent à la prison. Il y nouera des relations, dans le milieu de l'art et dans celui du crime. Sadbøi, dresse le portrait d'un jeune garçon paumé et approche des thèmes aussi variés que l'identité (civile ou sexuelle), la criminalité et la performance artistique.


Une campagne Kiss Kiss Bank Bank est actuellement en cours : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/soutenez-revival-bande-dessinee-d-hier-et-d-aujourd-hui



Publié le 22/06/2018.


Source : Bd-best


Rétrospective David Sala à la Galerie Maghen

La galerie Daniel Maghen présente une rétrospective dédiée à David Sala pour ce dernier rendez-vous avant l’été.
 
L’exposition met en lumière les deux grands registres graphiques de l’artiste, à la fois remarquable dessinateur de bandes dessinées et illustrateur jeunesse de talent. Une centaine d’œuvres seront exposées dont les planches originales du "Joueur d’échecs", brillante adaptation et succès critique du chef-d’œuvre littéraire de Stefan Zweig, ainsi qu’une sélection d’illustrations issues de ses livres jeunesse dont "La Belle et la Bête", "Le Coffre enchanté", "La Colère de Banshee", "Féroce" et "La Prisonnière du brouillard".
 
Véritable créateur d’univers, David Sala se démarque par la puissance évocatrice de ses dessins. Magie des couleurs, décors finement ciselés, ses illustrations jeunesse aux compositions oniriques, réalisées à la peinture à l’huile, entraînent au cœur des rêves et des légendes. L’exposition souligne notamment le travail remarquable réalisé sur les motifs qui cohabitent harmonieusement dans son dessin, à la manière de Gustav Klimt. L’artiste aborde la bande dessinée d’un trait plus instinctif à la mine de plomb et à l’aquarelle. Jouant sur la composition, le rythme et une palette restreinte de couleur, David Sala parvient à rendre toute l’intensité du récit par l’image, en créant des atmosphères saisissantes.
 
Vernissage de l’exposition en compagnie de l'auteur le vendredi 29 juin à 19h.

 

Lieu : Galerie Daniel Maghen
36 Rue du Louvre, 75001 Paris

Contact : +33 1 42 84 37 39  info@danielmaghen.com


Pays : France

Date de l'événement : du 29/06/2018 au 21/07/2018.

Publié le 22/06/2018.


Source : Bd-best


Quatre murs et un toit ou même pas dans la chaleur tonifiante et magnifiante des beaux étés

Ça y est, l’été est là avec son lot de moments d’évasion et de grands projets, le temps des vacances ou pour la vie. L’été, sur la plage et les planches de nos lectures, c’est aussi le moment choisi par la famille Faldérault pour se rappeler à notre doux souvenir. Parmi les rendez-vous qu’on ne manque pas, il y a celui donné par Zidrou et Jordi Lafebre depuis trois ans. Et c’est toujours autant de bonheur partagé.

Résumé de l’éditeur : « Dans ce 4e tome, nous retrouvons les Faldérault au complet : Pierre, Madeleine et leurs quatre enfants, auxquels s’est joint Jean-Manu, le petit ami de Nicole. Cet été sera celui du grand changement : Pierre est devenu copropriétaire d’une villa toute neuve, clé sur porte, dans la campagne provençale ! En route ! La clé, ils l’ont – mais où diable se trouvent la porte et la villa ?…

 

 

 

 

 

 

© Zidrou/Lafebre

 

S’ils se la jouent comme Star Wars, éparpillant la chronologie pour mieux la rendre surprenante et nous tenir en haleine, Zidrou et Lafebre réussissent aussi à mieux nous immerger dans les histoires qu’ils racontent, sans besoin de les relier à un tome précédent et suivant. On vit l’instant. Et cet instant, il n’a jamais été aussi rapproché de notre époque. Enfin, à quarante ans près. Mais si le précédent album abordait l’année 1962 (l’année la plus lointaine traitée par le duo, jusqu’ici) à bord de l’irréductible Mam’zelle Estérel, c’est en 1980 que nous sommes désormais projetés, à la faveur d’un Banana Split, toujours indémodables aujourd’hui.

 

 

 

 

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

 

Tout se profile plutôt bien puisque même Pierre a su terminer ses planches dans les temps et même en avance. Aaaaah si seulement il n’avait pas eu l’idée d’accepter de faire un poster pour son éditeur. C’est sûr, ça veut dire qu’on croit à sa nouvelle série, mais en attendant le voilà à nouveau en retard et contraint de laisser la petite famille… qui a bien grandi partir sur la route des vacances, immuable cérémonial d’une famille soudée à jamais.

 

 

 

 

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

 

Même si l’adolescence et le premier amour de Nicole, Jean-Manu, ne sont pas toujours des plus faciles à vivre. Comme le temps est long loin de sa tribu pour Pierre. Mais se souvenant de ses débuts comme petite main d’un artiste ayant pignon sur rue (une séquence furtive mais formidable), notre auteur de BD se résigne à mettre au travail un jeune dessinateur sur ce fameux poster. Avec bien plus de considération, tout de même que dans les ateliers de quelques monstres sacrés qui n’ont laissé que l’anonymat à leurs contributeurs. Mais soit, c’est une autre histoire.

 

 

 

 

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

 

 

 

 

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

 

La nôtre se passe en direction du beau temps et d’une surprise que Pierre a réservé aux siens : fini le camping, place à quatre murs et un toit. Pierre a acquis en copropriété un pied-à-terre taillé et construit sur mesure, sur des plans qu’il a lui-même réalisé. Le rêve touché du doigt et du crayon, le bonheur à plein poumon dans une campagne charmante et semblant ne pas connaître la pluie.

 

 

 

 

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

 

Heureusement, il y a des coins d’ombres, des arbres amenant une fraîcheur appréciable, d’autant plus appréciable que du mas auquel tout le monde aspirait la première pierre n’a même pas été posée. Le terrain est toujours en jachère, à l’abandon, et les Faldérault semblent s’être fait arnaquer dans toute leur splendeur. Et ils ne sont pas les seuls. Le repos du guerrier, nom tout trouvé à ce rêve retombé sur terre, attendra; il va falloir bosser, se serrer les coudes… Et les voisins abusés autant que désabusés vont se laisser emporter par la puissance salvatrice et réjouissante, toute en simplicité de la petite famille.

 

 

 

 

© Zidrou/Lafebre/Peña chez Dargaud

 

Le lundi au soleil, c’est bien; la semaine, encore mieux; toute la vie, c’est le nec plus ultra. Et s’il y a parfois une petite pluie (souvent pour le retour en Belgique, on se demande pourquoi), c’est souvent le soleil éclatant, le trait généreux et les couleurs expressives (de Mado Peña et Jordi Lafebre, toujours) qui règnent en maître. Jordi Lafebre gagne toute notre adhésion, dans sa manière d’utiliser l’espace et de nous faire quitter terre. Il y a là une énergie créatrice étincelante, qui coupe le souffle tout en en conférant beaucoup. La preuve, les pages se tournent toutes seules. Et que dire du délicieux scénario proposé par un Zidrou au sommet de sa forme… depuis un bon moment.

Dans des décors pittoresques, la famille Faldérault amène ce ton cocasse et cet entrain irrépressible, celui qui séduit et emmène tous les personnages qui les entourent mais aussi les lecteurs qui tournent les pages et entrent toujours plus dans cette histoire qui d’anecdotes personnelles dévie sur une histoire universelle et tellement rassurante. Si les musiques de YMCA, de Michel Berger, des Buggles, de Lio ou même d’Annie Cordy (Jane la Tarzane) donnent un peu plus de souffle joyeux à ce récit qui prend des airs de comédie musicale invitant surtout à ne pas faire du sur-place (et à ne pas se lamenter), c’est une chanson de McFerrin qui nous reste dans les oreilles. Ne t’en fais pas, sois heureux. Car l’insouciance, c’est sans doute le dernier des atouts-maîtres de cette échappée une nouvelle fois formidable.

 

 

 

 

© Lafebre

 

Et si vous avez envie de fraîcheur, en surprise du chef, la belle bande reviendra pour Noël !

 

Alexis Seny

 

Titre : Les beaux étés

Tome : 4 – Le repos du guerrier (1980)

Scénario : Zidrou

Dessin : Jordi Lafebre

Couleurs : Jordi Lafebre et Mado Peña

Genre : Chronique familiale, Humour, Feel Good

Éditeur : Dargaud

Nbre de pages : 56

Prix : 13,99€



Publié le 22/06/2018.


Source : Bd-best


Exposition Riad Sattouf, l'écriture dessinée à la Bibliothèque publique d'information

Après les expositions consacrées à Art Spiegelman, Claire Bretécher ou Franquin, la Bibliothèque publique d’information (Bpi) rend hommage au travail du dessinateur et réalisateur Riad Sattouf, créateur de La vie secrète des jeunes, de Pascal Brutal, des Cahiers d’Esther et de L’Arabe du futur. Primé aux Césars en 2009 pour Les beaux Gosses, l’auteur vient même d’entrer au Robert !

2018 sera une année importante avec la parution du tome 4 de L’Arabe du futur aux éditions Allary et l’adaptation animée des Cahiers d’Esther. La rétrospective proposée par la Bpi met en valeur l’univers graphique de Riad Sattouf, son regard acéré et tendre sur l’adolescence, la richesse de ses références, son art du récit et la dimension souvent autobiographique de ses travaux.


À tout juste 40 ans, Riad Sattouf a déjà derrière lui une œuvre prolifique, tant dans les expressions artistiques que dans le style : du strip de presse au roman graphique, du film de science-fiction à la chronique sociale ou à la websérie. D’une fine observation du réel, qui s’apparente parfois à la sociologie, Riad Sattouf tire des personnages, des histoires et des dialogues qui construisent un discours sur la société, ses structures et ses tensions.

L’analyse des couleurs, du trait et des techniques permet un éclairage indispensable des univers foisonnants de l’auteur. Ses sources d’inspiration et son grand intérêt pour certains maîtres du dessin ou du cinéma viennent enrichir l’exposition, tout comme la diversité des éditeurs, auteurs et titres de presse avec lesquels il a collaboré… L’exposition déroule ainsi un itinéraire singulier, récit de soi où le réel mais aussi la mémoire deviennent la matière du roman graphique.

À travers planches originales, story-boards, croquis, calques et matériaux de travail, éditions originales et coupures de presse, photographies, objets personnels, extraits de film, c’est toute la relation entre le réel, le dessin et leur recomposition dans un récit qui est explorée dans un parcours d’exposition à la fois cruel et tendre, ludique et facétieux.


L’exposition sera accompagnée d’une riche programmation associée (rencontres, conférences, projections, ateliers pour le grand public et les scolaires).

Programme complet sur le site www.bpi.fr.


Pays : France

Date de l'événement : du 18/11/2018 au 11/03/2019.

Publié le 22/06/2018.


Source : Bd-best


Une bonne vieille histoire récente comme dans le journal Tintin.  La jeunesse de Thorgal 6 – Le drakkar des glaces.

 

    « - Salut à toi, étrangère ! Mon nom est Gandalf et je suis le…

 
-    Ecourtons les présentations !... Cette bourse est à toi si tu acceptes de nous servir de guide sans poser de question ! ça te va ?

 
-    Hâtez-vous donc ! Je dois arriver au plus vite… derrière cette colline, là-bas ! Remue donc ta bedaine, Gandalf ! Mon temps est plus précieux que le tien !

 
-    Noble Gandalf, qu’attends-tu pour fendre le crâne de cette chienne rousse arrogante qui te parle comme à un esclave ? »

 

 

 

 

Gandalf-le-fou n’a aucun intérêt à se rebeller contre Slive, la Reine des mers gelées. Un marin viking tombé entre ses mains et qui s’était évadé lui a parlé de ses mines avant d’expirer. Si Gandalf épouse la belle rousse, il sera si riche qu’il pourra lever une armée et étendre son empire. Thorgal, quant à lui, croit son amour disparue. Aaricia, fille de Gandalf et promise du jeune viking, a-t-elle rejoint le Walhalla ?

 

 

 

 

 

 

© Surzhenko – Rosinski - Yann - Le Lombard

 

 

 

Petit à petit, Yann dirige la jeunesse de Thorgal vers le raccord avec La magicienne trahie et L’île des mers gelées. Le scénariste complète les moindres interstices des origines des héros de Van Hamme et Rosinski. On apprendra ici comment Slive est devenue borgne.
Yann est un véritable caméléon. L’histoire qu’il propose semble sortie des pages d’un célèbre et regretté magazine BD, cette revue d’un éditeur qui publiait ses albums avec un encadré : Une histoire du journal Tintin. Yann confectionne une madeleine de Proust inédite. Mais est-il pour autant un faussaire ? Le fourbe se ferait presque un malin plaisir de s’en vanter. Non, Yann est un passionné, un amoureux de la BD qui sait faire les récits qu’il aimait lire. Et même si la lecture des tomes précédents pourrait s’avérer judicieuse, comme dans toute bonne histoire à suivre, Yann distille suffisamment d’indices et de rappels pour qu’on comprenne et qu’on entre dans le train en marche. L’homme rajoute le soupçon d’humour qui lui est propre, tourmentant Thorgal au milieu de femmes amoureuses de lui.

 

 

 

 

© Surzhenko – Rosinski - Yann - Le Lombard

 

 

 

Le dessinateur russe Roman Surzhenko se place dans le sillage de Rosinski, avec une approche graphique se situant vers le milieu de la carrière de Rosinski, juste avant sa période couleurs directes, et avec une maîtrise plus importante que le polonais à ses débuts.

 

 

 

 

 

© Surzhenko – Rosinski - Yann - Le Lombard

 

 

 

    Très longue souffrance vaut mieux que trop brève vengeance, dit l’adage. Thorgal est encore jeune ; il n’est pas près d’avoir fini de souffrir. Vengeances et rancunes sont au cœur des âmes des peuples du Nord et des étoiles.



Laurent Lafourcade


Série : La jeunesse de Thorgal


Tome : 6 – Le drakkar des glaces


Genre : Heroïc Fantasy  


Scénario : Yann


Dessins & Couleurs : Surzhenko


Couverture :  Rosinski


Éditeur : Le Lombard


Nombre de pages : 48


Prix : 12,45 €


ISBN : 9782803672462



Publié le 22/06/2018.


Source : Bd-best


Exposition Michel Vaillant Art Strips au Mans Classic

Découvrez 15 Michel Vaillant Art Strips ainsi que l'Art Strips Box au Mans Classic sur le Circuit des 24 Heures, dont le nouveau, Classic Start, présenté en avant-première à cette occasion.

Classic Start

La création de la Communauté Européenne en 1957 donna à Jean Graton l’idée d’une compétition automobile Europe-Amérique-Russie. C’est le thème de son troisième album, Le Circuit de la peur, dans lequel les Vaillante arborent les couleurs du premier drapeau européen.

Adresse : Circuit des 24 Heures du Mans - Place Luigi Chinetti, 72019 Le Mans

Lieu : Au coeur du Village, Stand B2 (près du Welcome).

Heures d'ouverture : De 9h à 19h non stop.

Web : Le Mans Classic


Pays : France

Date de l'événement : du 06/07/2018 au 08/07/2018.

Publié le 21/06/2018.


Source : Bd-best


Michel French Lover, de serial loser en bestial fucker mais avec les ennuis qui vont avec !

Dans Michel French Lover, Arnaud Le Gouëfflec & Yannick Grossetête ont, sans besoin de l’aide de Kad Merad, trouvé leur Jean-Michel sans charisme. Il s’appelle d’ailleurs Michel et on ne peut pas dire que sa vie fasse rêver. Il est la risée du monde entier et encore plus des filles qui prennent un malin plaisir à le faire tourner en bourrique et à lui apprendre à être un éternel célibataire. Il s’y ferait presque, Michel, jusqu’au jour où tout va changer sans que lui n’aie rien changé pour autant.

 

 

 

 

 

 

 

© Le Gouëfflec/Grossetête chez Fluide Glacial

 

Résumé de l’éditeur : Michel est un lose, un vaccin contre l’amour, un anonyme voué à la solitude et à la masturbation éternelle. Mais un jour, subitement et sans raison apparente, il devient irrésistible et sa vie bascule. Michel est désormais le plus grand tombeur de son époque.

 

 

 

 

© Le Gouëfflec/Grossetête chez Fluide Glacial

 

Il y a quelques semaines, on vous parlait des Petites distances qui voyaient Max, son personnage principal, disparaître complètement aux yeux du monde. Ben, Michel, c’est sans doute ce qu’il pourrait lui arriver de mieux. Ce coquin de sort imaginé par Le Gouëfflec et Grossetête a pourtant décidé de le croquer à une autre sauce et de le servir à la façon d’une soupe populaire. Du jour au lendemain (un concept qui a encore de beaux jours devant lui), Michel est devenu un mâle alpha, un toréador dont le cul est désormais un trésor et sur lequel s’agglutine une nuée de femmes, prêtes à se damner pour avoir, ne fut-ce que quelques minutes, les honneurs de Michel qui aurait tort de ne pas en profiter. De loser en panzer du sexe et de la luxure.

 

 

 

 

© Le Gouëfflec/Grossetête chez Fluide Glacial

 

Ça va un temps avant que Michel ne se rende compte qu’il n’est pas forcément plus heureux et qu’il a hérité de la rançon de la gloire. À quoi sert d’avoir le divin sex-appeal si c’est pour se retrouver trois jours plus tard dans le caniveau, expédié en enfer par un rival qui préfère les grands moyens aux grands remèdes. Dilemme.

 

 

 

 

© Le Gouëfflec/Grossetête chez Fluide Glacial

 

Dans un tout autre style que son premier album en solo et minimaliste, 90 minutes (dont vous devinerez le thème sans qu’on vous le souffle),s (gros making-of comme on les aime sur le site de l’auteur).

C’est de la BD comme on n’aurait pas pu en faire il y a vingt ans, le pendant d’Aardman mais en BD, et ça rend cette farce très dynamique. D’autant que le redoutable Le Gouëfflec fait moins compliqué que dans le formidable Mondo Reverso mais a toujours l’art des situations inexplicables et inextricables. Bien dans la veine de Fluide Glacial. Un bon moment, comique et caustique.

 

 

 

 

© Le Gouëfflec/Grossetête chez Fluide Glacial

 

 

Alexis Seny

 

Titre : Michel French Lover

Récit complet

Scénario : Arnaud Le Gouëfflec

Dessin et couleurs : Yannick Grossetête (Page Fb)

Genre : Fantastique, Humour

Éditeur : Fluide Glacial

Nbre de pages : 48

Prix : 10,95€



Publié le 21/06/2018.


Source : Bd-best


Les Indispensables ACBD 2018 :

Toute l’année, les journalistes de l’ACBD, spécialisés en bande dessinée, ont la chance de lire des milliers d’albums... et souhaitent faciliter l’orientation des lecteurs parmi la masse des nouveautés. Pour vous aider à choisir les BD que vous emporterez en vacances, voici par ordre alphabétique les 20 titres qui ont le plus retenu leur attention ces derniers mois :

    ▪  Ailefroide : altitude 3954 de Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet, éditions Casterman

    ▪  Alt-Life de Joseph Falzon et Thomas Cadène, éditions Le Lombard

    ▪  Ar-Men : l’enfer des enfers d’Emmanuel Lepage, éditions Futuropolis

    ▪  Bug T1 : Livre 1 d’Enki Bilal, éditions Casterman

    ▪  Cinq branches de coton noir de Steve Cuzor et Yves Sente, éditions Dupuis

    ▪  Courtes distances de Joff Winterhart, éditions Çà et Là

    ▪  Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne, éditions Dargaud

    ▪  Du sang sur les mains : de l’art subtil des crimes étranges de Matt Kindt,

    éditions Monsieur Toussaint Louverture

    ▪  Et si l’amour c’était aimer ? de Fabcaro, éditions 6 Pieds sous terre

    ▪  Florida de Jean Dytar, éditions Delcourt

    ▪  Gramercy Park de Christian Cailleaux et Timothée de Fombelle, éditions

    Gallimard

    ▪  L’Homme gribouillé de Frederik Peeters et Serge Lehman, éditions Delcourt

    ▪  Il faut flinguer Ramirez T1 de Nicolas Petrimaux, éditions Glénat

    ▪  Imbattable T2 : Super-héros de proximité de Pascal Jousselin, éditions Dupuis

    ▪  Je vais rester de Hubert Chevillard et Lewis Trondheim, éditions Rue de Sèvres

    ▪  Jonas Fink T2 : Le Libraire de Prague de Vittorio Giardino, éditions Casterman

    ▪  Moins qu’hier (plus que demain) de Fabcaro, éditions Glénat

    ▪  Serena de Anne-Catherine Pandolfo et Terkel Risbjerg, éditions Sarbacane

    ▪  (The) End de Zep, éditions Rue de Sèvres

    ▪  Tyler Cross T3 : Miami de Brüno et Fabien Nury, éditions Dargaud

    À partir de la liste de toutes les nouveautés bandes dessinées parues entre le 1er novembre 2017 et le 6 juin 2018 (2 393 titres), les 95 membres actifs de l’ACBD ont choisi, chacun, 10 albums qui leur ont semblé incontournables ; ceci afin de sélectionner 20 titres que l’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée met en avant pour l’été.

Cette liste est le résultat de leur vote.

Le bureau de l’ACBD

Président : Fabrice Piault (Livres Hebdo)
, Vice-président : Antoine Guillot (France Culture)
, Vice-présidente : Laurence Le Saux (Télérama, Bodoi.info), Secrétaire général : Laurent Turpin (BDzoom.com), Secrétaire adjointe : Anne Douhaire (Franceinter.fr), Trésorier : Patrick Gaumer (Dictionnaire mondial de la BD Larousse),Trésorier adjoint : Benoît Cassel (planetebd.com)




Publié le 21/06/2018.


Source : Bd-best


 Tiens-toi bien, Robin, voilà Tosca.  Tosca des Bois 2

 

  « - Avez-vous froid ?
-    Du tout : ces habits d’homme sont chauds et très confortables… Oups !
-    Quelque chose ne va pas ?
-    J’ai oublié de laisser des revêtements de rechange au page. Voleuse et étourdie : je suis impardonnable !
-    Allons, ne soyez pas trop dure envers vous-même. Je suis sûr que vous trouverez le moyen de vous rattraper a votre retour.
-    Assurément : je lui ferai confectionner un habit neuf. Il sera de bonne étoffe, douce et épaisse ! Il pourra ainsi jeter cette vieille tunique et…
-    Navrée de contrarier tes projets, jeune demoiselle ! »

 

 

 

 

    Alors que les guerres internes perturbent l’Italie du quattrocento, Lucilla, fille d’un duc siennois, fugue de sa prison dorée. Dans les frusques d’un page, elle quitte le château de son père dans la carriole d’un vieux frère moine. Elle recroisera le chemin de son amie Tosca, orpheline des bois, et de son frère Rinaldo, dont elle rêve la vie sauvage et sans les contraintes de cour. Leur périple les amènera jusqu’à un monastère où certains d’entre eux renoueront avec leurs origines.

    Tosca des bois paraît chez Dargaud dans le label Dargaud Jeunesse. Mais le scenario de Teresa Radice est exigeant. Elle ne prend pas les jeunes lecteurs pour un public au rabais. Tirer vers le haut, voilà l’objectif de Tosca. Le vocabulaire est soutenu. Les tournures de phrases, traduites par Camille Singeot, sont travaillées.
    Une fois l’effort fait d’ingérer un début certes un peu lent, on est récompensé par un voyage initiatique tant pour soi que pour les personnages.

 

 

 

 

 

 

© Radice – Turconi - Dargaud

 

 

 

    Le graphisme de Stefano Turconi est un medium motivant le jeune lecteur à aller plus loin. Le monde présenté semble sorti de La belle au bois dormant, version chef d’œuvre d’animation des Studios Disney. Ainsi, les encarts narratifs explicitant le contexte historique et la présentation, ou le rappel, des principaux caractères mis en situation passent comme une lettre à la poste. Tout en couleurs directes, les décors somptueux des châteaux du XIVème siècle et des chemins forestiers sont un enchantement.  

    Les auteurs laissent les personnages dans une situation dramatique et les lecteurs dans un suspense insoutenable. Les cartes militaires de la guerre entre Sienne et Florence sont redistribuées.

 

 

 

 

© Radice – Turconi - Dargaud

 

 

 

    Tosca des Bois met les pieds des lecteurs jeunes (et des moins jeunes, ceux-ci n’étant pas laissés sur le bord du chemin) dans de la belle et grande aventure avec un A majuscule.


Laurent Lafourcade


Série : Tosca des Bois


Tome : 2


Genre : Aventure moyenâgeuse

 
Scénario : Radice


Dessins & Couleurs : Turconi


Éditeur : Dargaud


Nombre de pages : 48


Prix : 9,99 €


ISBN : 9782205077803



Publié le 21/06/2018.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2018