?>
 
La route de la vie.
Flux RSS Flux RSS

La route de la vie. Auteur : Giovanna Furio - Marco Nizzoli

EAN/ISBN : 9782344005958

Prix : 15,50 €

Date de sortie : 28/02/2018

Nombre de pages : 72

Catégorie : Histoire Fantastique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Glénat

Collection : Grafica

Publié le 04/04/2018



URSS, 1941. La vie d’Olenka bascule lorsque les troupes nazies envahissent l’Union soviétique et assiègent la ville de Leningrad. La petite fille de huit ans perd alors ses parents et son frère et trouve refuge dans son appartement en ruines. Vivant désormais seule avec son chien, Olenka survit tant bien que mal à la faim et au gel, et s’évade en faisant vibrer les cordes de son violon. Un jour, elle rencontre en rêve un mystérieux aigle à deux têtes qui lui explique que la ville entière est sous le joug d’une malédiction. Seule la musique d’Olenka est capable de dissoudre le charme de glace qui a piégé la Déesse de la vie, avec tous les habitants de Leningrad. Mais quel sera le prix à payer pour Olenka ?



22 juin 1941, les nazis déclenchent l’opération Barbarossa, attaquant leur allié Soviétique sur un front allant de la mer Baltique à la mer Noire. Devant Leningrad, la Wehrmacht décide d’assiéger la ville. C’est le début d’une longue période (8 septembre 1941 – 27 janvier 1944) ou plus d’un million de civils et huit cent mille militaires vont perdre la vie. Privés de nourriture, la misère et la mort vont sévir sans aucun obstacle parmi les hommes. Olenka est une petite fille de huit ans vivant en famille à Leningrad. Perdant sa mère et son frère, elle va survivre en compagnie de son chien, jouant du violon essayant d’effacer la noirceur gagnant la population. Dans ses rêves, elle perçoit la présence d’un autre univers. Tenter d’écrire un conte fantastique ayant pour contexte un événement de l’histoire de la seconde Guerre mondiale n’est pas une chose aisée. Dans notre cas, Giovanna Furio a essayé d’associer souffrances humaines et puissances atmosphériques. Malgré le fait que la trame de l’histoire soit correctement introduite, le résultat est lourd, voire même indigeste. Dommage, car l’idée de départ était loin d’être inintéressante. Par contre, les illustrations et la mise en couleur signée par Marco Nizzoli sont remarquables encourageant le lecteur à terminer l’album. En conclusion, une déception concernant la complexité du scénario mais une découverte graphique du travail effectué par le dessinateur.

 






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Alain Haubruge



©BD-Best v3.5 / 2019