?>
 
Liste des critiques de bandes-dessinées
Flux RSS Flux RSS

1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec

varprem
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination


Les enfants de l'ombre, une aventure en pays Miao Série : Géo BD

Auteur : Béka et Marko

EAN/ISBN : 9782205070156

Prix : 10,60€

Date de sortie : 07/09/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Collection : Géo

Publié le 11/09/2012



Cette histoire se déroule en pays Miao, dans le sud de la Chine. Nous suivons l’aventure de maître Wang, un homme fuyant les autorités chinoises afin de pouvoir exercer sa passion : la peinture et la calligraphie. Un jour, lors de son voyage, une brume se lève et maître Wang frappe à la porte de Yao la guérisseuse aussi dénommée la brodeuse de brumes. Yao va l’envoyer vers le Grand-Père Bayang, le seul pouvant aider maître Wang à exercer tranquillement son art et à s’installer.

Au moment où il rencontre le Grand-Père Bayang, maître Wang fera la connaissance des deux petites-filles de Bayang. Tout au long de l’histoire, on voit apparaître une étrange brume qui se dissipe aussi rapidement qu’elle est venue. Maître Wang désirant connaître le mystère retourne voir Yao qui invoque les esprits de la forêt et du riz. Ceux-ci vont raconter l’histoire des enfants de l’ombre. En Chine, la mise en œuvre de la politique de l’enfant unique est surveillée par les agents de planning familial, ajoutant à cela que les garçons sont préférées aux filles, les familles ont tendance à enfreindre cette mesure et s’ils se font prendre, ils doivent payer des amendes considérables aux autorités chinoises. C’est pourquoi, il existe des tas d’enfants non déclarés en Chine, ceux-ci sont dénommés les enfants de l’ombre.

A travers l’histoire de maître Wang, on nous raconte l’histoire des enfants de l’ombre.



Cette bande dessinée nous raconte l’histoire de la politique de l’enfant unique appliquée en Chine à travers un personnage mystérieux et cela d’une manière amusante et didactique.  A nouveau, cela nous permet de découvrir des éléments d’une culture qui ne nous est pas toujours connue.

Les dessins, les couleurs ainsi que le scénario, nous font plonger immédiatement dans la culture Miao. À nouveau, Béka et Marko nous offre une agréable surprise avec ce troisième tome.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


La conteuse des glaces, une aventure en pays inuit Série : Géo BD

Auteur : Béka et Marko

EAN/ISBN : 9782205068177

Prix : 10,60€

Date de sortie : 07/09/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dargaud

Collection : Géo

Publié le 11/09/2012



L’histoire se passe en pays inuit et on suit les différentes caractéristiques de la culture inuit à travers l’histoire de la vie de Buniq. Buniq est une inuit dont le rêve étant jeune était de devenir une conteuse des glaces. Avec l’aide de son grand-père « Ukioq » et de son ami « Taq », elle part à l’aventure dans le pays des hommes. Elle fera différentes haltes et devra affronter différentes difficultés qui se poseront sur son chemin. A la fin de son aventure, elle devient conteuse des glaces ainsi que la femme de Taq. À la fin de l’histoire, Buniq suit la tradition qui veut que lorsque l’on devient vieux et inutile pour son clan, on s’en va s’asseoir sur la glace…



L’histoire est pas mal ficelée et permet de lire une bande dessinée tout en approfondissement certaines de nos connaissances. Puisque cette bande-dessinée explique un peu la vie des inuits ce qui peut – être bénéfique pour l’apprentissage d’une culture inconnue pour certains.

On ne peut qu’apprécier la bande dessinée, d’une part par l’histoire qu’elle contient ainsi que pour les couleurs qui quant à elles sont douces, agréables et le dessin est impressionnant. On ne s’attend pas à ce type d’aventure généralement dans le milieu de la bande-dessinée et pourtant, il faudrait en avoir plus dans ce style-là.  Une agréable surprise.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


Vie et moeurs de l'agent immobilier Série : à Vendre

Auteur : Dal et Bercovici

EAN/ISBN : 9782800155210

Prix : 10,60€

Date de sortie : 07/09/2012

Nombre de pages : 46

Catégorie : Humour

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Publié le 11/09/2012



Lorsque l’on désire acheter, louer ou vendre un bien immobilier, on rencontre souvent un agent immobilier. On a alors la sensation qu’il utilise une série de phrases types nous poussant à acheter, à louer ou à vendre le bien en question. Que l’on soit jeune, vieux, musicien, un couple avec enfants, impatient ou patient, il y a un agent immobilier capable de répondre à vos besoins ; puisque les symposiums les préparent à répondre parfaitement à nos attentes même si la vente, la location, l'achat du bien doit se faire parfois avec l’aide de quelques artifices ou en faisant appel à des comédiens.



Une bande-dessinée composée d’une série de gags mettant en avant les qualités et les défauts des agents immobiliers. Je comparai cette bande-dessinée avec un memento pour bien comprendre ces êtres un peu suspect à nos yeux que sont les agents immobiliers. Que le bien soit de haut standing ou rustique, confortable ou bien situé, pour chaque bien correspond un agent immobilier et quel que soit le bien, l'agent immobilier utilisera des phrases récurrentes qui en ont influencé plus d'un.

A ceux ou celles qui comptent acheter, louer ou vendre un bien ; ou à ceux ou celles qui sont déjà passés par cette étape cruciale de toute une vie, cette bande-dessinée vous fera sourire, vous fera réfléchir mais lorsque vous remettez en contexte ce que vous lisez, vous vous dites « ah c’est vrai, je me souviens qu’il a dit ça » ou « oh pourvu que l’agent immobilier ne sort pas la phrase, humm dépêchez-vous, j’ai de nombreux clients qui sont intéressés ». Quoiqu'il en soit, qui n'a jamais entendu quelqu'un dessiner le portrait de l'agent immobilier typique ou entendu des anecdotes sur les personnes exerçant cette profession? Cette bande-dessinée vous le dresse si bien que l'on ne peut qu'en apprécier davantage les histoires.

Le dessin et le scénario se marient bien, on sent une certaine alchimie. En tout cas, une bande-dessinée à lire, à conseiller avec un humour décalé. Je la conseillerai toutefois pour un public adulte plutôt qu'un public jeune qui n'étant pas concerné ne risque pas forcément d'apprécier la subtilité de certaines histoires.

 

L'avis de Pierre Burssens :

Trois mois et demi seulement après le très chouette « Chers voisins », voilà déjà que l'on retrouve le tandem Gilles Dal et Philippe Bercovici en train de croquer une autre tranche de population, une profession pour être précis, celle d'agent immobilier. Entre le jargon professionnel, les biens invendables ou inlouables, les retournements de situation dont ces professionnels de la brique sont finalement souvent victimes au gré de ces histoires en une ou deux planches, Dal explore un maximum de possibilités d'humour, tire un maximum de ficelles pour finalement arriver à un résultat situé un sérieux cran en-dessous de « Chers Voisins ». Certains gags font sourire, d'autres, peut-être trop verbeux, s'avèrent plus ennuyeux qu'amusants et c'est finalement le petit côté cartoon de certains dessins humoristiques uniques qui m'a personnellement le mieux plu. Même si le trait de Bercovici n'est sûrement pas celui qui se prète le mieux à des « pleines pages ». De ce côté aussi on a l'impression que Berco est en « pilotage automatique », on l'a déjà connu plus expressif et efficace...mais « A vendre » est déjà son quatrième album chez Dupuis cette année ! A l'arrivée reste la désagréable impression que les auteurs ont du ratisser très large pour boucler un album standard de 46 pages. Un faux pas décevant. Dommage...

ma note : 5/10

 






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


La stratégie du poisson flûte Série : La Ballade de Magdalena

Auteur : Christohe Dubois

EAN/ISBN : 9782803630981

Prix : 14.99 €

Date de sortie : 07/09/2012

Nombre de pages : 64

Catégorie : Aventure

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Le Lombard

Publié le 11/09/2012



1914, l'Europe s'embrase.
À l'autre bout du monde sur une île du Pacifique, un groupe d'individus réunis par les ombres du passé se lance dans une quête terrifiante qui les mènera des tropiques jusqu'à un secret enfoui sur les rives de la Garonne.



Voilà un album que j'attendais avec beaucoup de curiosité après en avoir découvert quelques fort belles planches sur le site de My Major Company. La Stratégie du poisson flûte est en effet une concrétisation du système de collaboration mis en place entre l'éditeur et le site participatif. Patience récompensée pour moi puisque le premier volet de ce diptyque est des plus séduisants. Christophe Dubois est ici seul à la barre d'une aventure « maritime » et humaine. On pensera peut-être à la Ballade de la mer salée pour le cadre, la période historique et l'étrange échantillon de personnages à bord, sans doute aussi aux Passagers du vent avec Léonie et Magdalena, aussi mystérieuses l'une que l'autre et embarquées dans une aventure hasardeuse qui semble les dépasser... Personnellement, c'est cette part de mystère qui m'a particulièrement séduit. Qui est vraiment Léonie de Sars ? Et Magdalena ? Est-elle seulement la nièce souffre-douleur de Luckian Bruckner. Ce dernier étant lui aussi porteur de nombreux mystères, dont sa possession du célèbre tableau du peintre Arnold Böcklin intitulé l'île des morts, oeuvre qui a elle-même donné lieu à de très nombreuses légendes et interprétations... La Stratégie du poisson-flûte ouvre ainsi de très nombreuses pistes dépassant de loi le cadre d'une aventure en mer, et je me dis que l'on pourrait aisément basculer vers un aspect fantastique dans le tome 2. Mais ce n'est qu'une supposition... Au niveau du visuel, on mesure l'évolution de Christophe Dubois depuis le Cycle d'Ostruce. Le dessinateur est sans conteste un perfectionniste et on sent chaque case extrêmement étudiée et travaillée au sein de planches parfois tout bonnement somptueuses. On pourra peut-être lui reprocher une certaine raideur dans ses personnages, mais cet aspect un peu hiératique ajoute aussi quelque chose à l'étrangeté et au mystère de cette aventure. Mention spéciale aussi aux très très belles couleurs et à la superbe couverture. Bref, une vraie réussite. Vivement le T. 2 !





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Cheveux rester Série : Zizi Chauve-Souris

Auteur : Lewis Trondheim et Guillaume Bianco

EAN/ISBN : 9782800153377

Prix : 14,60

Date de sortie : 07/09/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Humour

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Dupuis

Publié le 11/09/2012



Suzie est une enfant vivant avec sa maman qui est une mère célibataire. Suzie également appelée zizi par sa maman a une imagination débordante, a du répondant et vie souvent à travers les stars ; que ce soit au niveau coiffure ou expression. Un jour, une chauve-souris trouve refuge dans ses cheveux et manque de pot pour Suzie, elle y demeure encore et toujours. Cette nouvelle locataire va lui attirer de nombreux ennuis comme des heures de colles mais aussi de nouvelles aventures avec le Falquenin ou le grand-garou. Parallèlement à ça, on se rend compte parfois de comment Suzie arrive à mettre des bâtons dans les relations amoureuses de sa maman.



Cette bande dessinée éditée chez Dupuis est assez surprenante, au départ on se demande pourquoi « Zizi » et on a un semblant de préjugés avant de l’ouvrir. Puis l’on découvre une série de gags plus drôles les uns que les autres et on est surpris au fur et à mesure de la lecture des pages.

On ne s’attend pas du tout à l’arrivée d’une chauve-souris logeant dans les cheveux de cette gamine ou encore des phrases qu’elle utilise pour répondre à sa maman comme « aujourd’hui passe-moi les cornflakes au champagne et à la cocaïne ». Les auteurs ont préparé cette bande-dessinée de manière surprenante.

Les couleurs sont un peu pâlottes mais elles correspondent parfaitement à l’histoire et au décor que l’on souhaite voir en lisant cette bande-dessinée. La symbiose entre l’histoire, les couleurs ainsi que les dessins est parfaite.

Cette bande-dessinée est une splendide découverte, si je n’avais eu l’occasion de faire cette critique, dans la vie de tous les jours, je serai probablement  passée à côté d’une splendide bande-dessinée ; il s’agit d’une découverte exceptionnelle.  La patience devra être présente et espérons que le tome 2 sort très prochainement.

Je conseillerai cette bande-dessinée à tout public, tant au plus jeune, qu’au plus vieux. Il faut garder un esprit ouvert et ne pas s’arrêter au titre ou à la première de couverture.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


La Vie sublime Série : Thoreau

Auteur : Le Roy & A.Dan

EAN/ISBN : 9782803631001

Prix : 20.50 €

Date de sortie : 31/08/2012

Nombre de pages : 88

Catégorie : Biographie

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Le Lombard

Publié le 10/09/2012



Mars 1845. Henri David Thoreau est revenu à Concord, Massachusetts, son village natal. Endeuillé par la mort de son frère, lassé des grandes villes et d'une société trop rigoriste pour le laisser pratiquer l'enseignement tel qu'il l'entendait, le poète philosophe a choisi de revenir à une vie simple, proche de la nature, entre les quatre murs qu'il s'est bâti. C'est dans ce cadre qu'il écrira les essais qui feront de lui une des figures marquantes du XIXe siècle américain, dont les idées trouvent encore un écho, chaque jour plus actuel.



Après la réussite de sa biographie de Nietzche sur un scénario de Michel Onfray, Maximilien le Roy choisit à nouveau d'évoquer la vie d'un philosophe dont la pensée trouve un écho important de nos jours. Il choisit cependant de s'attacher ici au scenario en confiant le dessin à A.Dan. Et malheureusement, c'est de ce côté que ça coince un peu. Si le dessin a de quoi séduire, comme le prouvent quelques images conservées au crayon sur une double page, A. Dan se plante sur un encrage épais et peu nuancé, nuisant à certains détails. Ses choix de colorisation à la dominante jaunâtre ont également de quoi surprendre mais ne sont sans doute pas des plus séduisants. Par contre Le Roy maîtrise son sujet, campe un Henri David Thoreau attachant et nous distille les grands principes de ses idées. Son intéressant avant-propos est certainement le bienvenu, alors que l'interview érudite qui complète l'album s'adressera surtout aux passionnés de l'oeuvre du philosophe. Pour le prochain album de la collection, on sortira du cadre de la philosophie puisque c'est une biographie de Gauguin qui est annoncée. En attendant, on saluera ce beau travail de Le Roy en s'interrogeant peut-être sur ses options graphiques dans un album qui intéressera a priori quand même plutôt les amateurs de philosophie.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Crematorium Série : Crematorium

Auteur : Pierre-Henry Gomont & Eric Borg

EAN/ISBN : 9782203047020

Prix : 16 €

Date de sortie : 22/08/2012

Nombre de pages : 128

Catégorie : Thriller

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Casterman

Collection : KSTR

Publié le 10/09/2012



Carcès, dans le midi profond, celui qu’on ne voit jamais sur les cartes postales : la France des villages désertés, des entreprises qui ferment, des combines et des arrangements avec la loi… C’est là que deux jeunes gens, Théo et Clara, ont choisi de se retrouver pour une virée aux couleurs de leurs souvenirs communs, quelque chose qui ressemble à un pèlerinage. Mais un pèlerinage qui tournerait vite à la vengeance, puis à la tuerie... 



Quelque part entre « l'été meurtrier » et le « natural born killers » d'Oliver Stone pour ce qui est du cinéma, assez proche aussi de l'atmosphère des premiers romans de Philippe Djian, ce déroutant Crematorium s'avère fort intéressant et séduisant. Alternant des moments de violence parfois très crus et de longs passages nettement plus calmes qui permettent à l'histoire de se construire progressivement et au lecteur de rassembler les éléments d'un scenario assez éclaté, il nous entraîne sur de fausses pistes, pose de nombreuses questions auxquelles on tente de répondre erronément et, alors que l'on croit que tout s'achève, laisse encore planer un fameux doute sur les motivations des personnages... Et tout ça en maintenant une belle fluidité de lecture. Il serait injuste de réduire cet album à un road-movie sanglant. Eric Borg signe ici un scénario étonnant, jouant souvent sur les fausses apparences, au point de nous faire emboîter le pas de personnages de prime abord plutôt sympathiques...mais les apparences sont trompeuses... J'avais beaucoup aimé le « Insane » de Besse et Le Galli également publié chez Casterman, et Crematorium s'inscrit dans le même créneau. On pourra évidemment s'élever contre la violence de certaines scènes, mais à partir du moment où cette violence est un des moteurs de l'histoire, serait-ce judicieux de l'éluder ? De plus, malheureusement, l'actualité nous en abreuve quotidiennement. A la frontière ténue entre les styles réaliste et semi-réaliste, le dessin très expressif de Pierre-Henry Gomont colle parfaitement au propos, avec des personnages parfois grimaçants amplifiant le climat d'hystérie de certains passages, ou, au contraire, apaisés quand on a l'impression d'entendre les cigales le long de ces routes du Midi de la France. Un dessinateur à suivre, assurément, en sortant de cette lecture « rollercoaster » secouante.








Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Pierre Burssens


Dans le Monde d'Avant Série : Susine et le dorméveil

Auteur : Enna et Lefèvre

EAN/ISBN : 9782302020788

Prix : 16,95

Date de sortie : 22/08/2012

Nombre de pages : 84

Catégorie : Conte fantastique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Collection : Métamorphose

Publié le 08/09/2012



Susine est une petite fille dont les parents sont peu présents. En leur absence, Susine est confiée à sa grand-mère qui lui raconte de fabuleuses histoires, même si bien souvent, celles-ci sont les mêmes. Un jour, un tournant a lieu dans la vie de Susine, elle apprend que sa grand-mère s’est envolée au ciel et elle ne comprend pas pourquoi sa grand-mère ne lui a pas dit au revoir.

Susine doit faire face à différents sentiments la tristesse, l’incompréhension, … elle décide alors de se coiffer d’un « Couvrepomme » qui une fois relié à un téléviseur éteint lui permettrait d’être transportée en plein cœur d’un monde étrange, mystérieux et magnifique celui du « Dorméveil ».

Susine commence alors un voyage  à travers ce monde où elle fera de magnifique rencontre avec des personnages étranges. Elle se rend compte que les histoires que lui a transmises sa grand-mère, sont un atout pour se lier d’amitié dans le dorméveil mais surtout pour permettre aux personnes vivants dans ce monde d’évoluer.

Elle se rend compte à la fin de la nécessité de quitter le dorméveil mais une fois le retour dans le monde normal celui où ses parents ne l’écoutent pas, où elle est laissée à elle-même, Susine ressent un besoin indispensable de retourner dans le dorméveil, dans le monde d’avant. Hélas, lors de sa tentative, elle atterrira dans le « monde D’après ».



L’histoire est intéressante et permet à un enfant de pouvoir comprendre certaines choses du monde qu’est celui de l’enfance. Elle offre à un enfant la possibilité de pouvoir s’évader dans un monde imaginaire où les transformations, les évolutions des individus dépendent du bien-être ressenti par ces personnes.  On se rend compte que Susine va grandir lors de son voyage dans le dorméveil et que cela correspond généralement au cycle que chaque enfant doit affronter dans la vie, celui de grandir. On grandit avec elle, tous en se sentant rassurer et on peut se permettre de voyager, de découvrir, d’imaginer, de s’épanouir au travers de l’histoire.

Les couleurs sont chatoyantes, chaudes et les dessins sont surprenants, lorsque l’on ouvre ce type de roman, on a souvent peur du dessin que l’on va découvrir. En me plongeant dans cet ouvrage, les dessins m’ont fait penser aux contes pour enfants que l’on nous lisait étant petit tels que la chèvre de Monsieur Seguin ou le chat botté, les contes de ma mère l’oie... On prend plaisir à apprécier le dessin qui est plus traditionnel, qui nous fait penser à l’authenticité, au dessin d’en temps tout en étant actuel et en n’étant nullement démodé.

J’ai apprécié cet ouvrage tant au niveau de l’histoire que du dessin. Toutefois, je le conseillerai à un jeune public qui pourront plus s’identifier au personnage principal qu’est Susine mais surtout de pouvoir encore développer leur imaginaire tant fertile.






Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


Les méandres Série : SLHOKA

Auteur : Godderidge et Ceyles

EAN/ISBN : 9782302022652

Prix : 14,30€

Date de sortie : 22/08/2012

Nombre de pages : 56

Catégorie : Heroic-fantasy

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Soleil Productions

Publié le 08/09/2012



Lors de l’invasion Rhouke, le Zéïde  a pu être sauvée par le réveil du pouvoir que détient Slhoka.

Slhoka accompagné par ses amis désirent découvrir qui se cachent derrière les Rhoukes et les chimères volantes. Cette recherche les envois en mission au sein du pays des Rhoukes. Ils devront s’allier avec la Ghuilde des marchandises , Ghuilde constituée comme une société matriarcale tenue par des Reines.

Lors de leur mission, ils réalisent que le danger vient d’ailleurs, qu’il vient d’Ishtor, une déesse maudite du Jaipurna régnant sur les méandres (souterrains de la cité). Cette dernière va découvrir que Slhoka se balade sur son territoire et va tenter de le capturer afin de lui prendre « Le pouvoir » pour pouvoir mener à bien sa vengeance ; qui n’est autre que de retourner dans le Jaipurna et de s’en prendre aux Dieux vivant dans ce lieu.  Durant cette mission, il devra parfois gérer les choses à bien, concilier ses actions avec les volontés de Shâni qui occupe son corps, ce qui parfois n’est pas des plus simples.



Ce tome 6 nous permet d’en apprendre un peu plus, d’avoir certains aspects qu’on ne percevait pas toujours dans les précédents tomes. L’histoire reste bien ficelée notamment par certains aspects qui restent surprenants bien que l’on ressent au fur et à mesure de la lecture une sensation différente que pour les précédents tomes.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


Les cow-boys Série : Jeu de gamins

Auteur : Mickaël Roux

EAN/ISBN : 9782818921388

Prix : 10,60€

Date de sortie : 22/08/2012

Nombre de pages : 48

Catégorie : Jeunesse

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Bamboo

Publié le 08/09/2012



L’imaginaire de trois enfants peut parfois engendrer certaines aventures mémorables surtout lorsqu’ils ont 10ans. Lorsque Léon, Max et Théo se voient, ils s’inventent un monde propre à eux ; celui où les cow-boys luttent activement contre les indiens. Ses trois enfants s’amusent avec les moyens du bord, leur destrier ressemble à un balai quand il n’est pas en révision ou à une brosse de wc lorsque le balai est inaccessible. Leur imagination donne lieu à des aventures diverses dans des lieux divers tels que l’école, le jardin, l’intérieur de la maison,…



Qui n’a pas joué en étant petits aux cow-boys et aux indiens. Qui ne s’est pas créé un monde imaginaire où l’aventure était au beau fixe. Mickaël Roux créé une série d’histoires amusantes, drôles créant parfois un transfert chez le lecteur, car oui dans certaines histoires on retourne dans notre enfance.

Les dessins, les histoires, les aventures, les couleurs, tout est mis en relation pour que le lecteur se trouve dans un contexte agréable pour pouvoir replonger tendrement en enfance ou se créer ses propres aventures s’il s’agit d’un lecteur plus jeune. Les histoires nous permettent de développer notre imaginaire ou du moins le retrouver.

Je conseillerai cette bande-dessinée aux jeunes comme aux moins jeunes. Elle est agréable à lire et je ne me lasse pas des aventures de Théo, Max et Léon.





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Veldeman Alexandra


1-100·101-200·201-300·301-400·401-500·501-542


varprec2

varprem2
1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20
21·22·23·24·25·26·27·28·29·30·31·32·33·34·35·36·37·38·39·40
41·42·43·44·45·46·47·48·49·50·51·52·53·54·55·56·57·58·59·60
61·62·63·64·65·66·67·68·69·70·71·72·73·74·75·76·77·78·79·80
81·82·83·84·85·86·87·88·89·90·91·92·93·94·95·96·97·98·99·100
pagination

pagination



©BD-Best v3.5 / 2022