En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Derrière le masque ... Morgan di Salvia, rédacteur en chef du journal Spirou

 

 

Dans le cadre de nos interviews « Derrière le masque », nous avons eu la joie de rencontrer Morgan di Salvia, rédacteur en chef du « Journal Spirou ». Ayant pris son poste en juin 2019, il a affronté de nombreux défis. En 2020, malgré la pandémie de Covid 19, l’ensemble de la rédaction a tenu à ne pas interrompre la publication du journal (ce qui aurait été une première depuis la seconde guerre mondiale), réalisant celui-ci en télétravail. Sans oublier les faillites de son imprimeur et de son distributeur pour la France provoquées par la crise sanitaire. A notre arrivée, le rédacteur en chef a immédiatement retourné un tableau blanc sur lequel était noté les projets futurs Spirou pour l'année 2022, dont un 75 ans sur ... secret !  Interview aussi émotion, lors de l'évocation d'un grand monsieur qui a choisi de nous prévenir de son prochain départ sur l'autre rive.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Propos recueillis par Thierry Ligot

Images : Axelle C




Publié le 14/07/2021.


Source : Bd-best


Le crime est son affaire.  La compil’ du chat assassin

 

«  - C’est affreux ! Tuffy ! ça ne peut plus durer. Ce pauvre petit lapin ! Regarde-le !

-   Petit ? Il n’a pas l’air sur son trente-et-un. Je reconnais…

-   Bouhou

-   Guili, guili, guili !!! Il est mort.

-   Bouh Hou

-   Comment on va faire avec les voisins ? »

 

 

 

 

 

 

 

                Après un oiseau, après une souris, Tuffy, le chat de la maison, vient de ramener le cadavre du lapin des voisins. Pour la petite famille, c’est le drame. Papa a une idée de génie : remettre le lapin en état, autant que faire se peut, et le déposer chez ses propriétaires, comme si de rien n’était. C’est Tuffy lui-même qui raconte ces aventures dans son journal de bord. C’est le journal d’un chat assassin. Tuffy est un chat au caractère bien affirmé. Ses maîtres habitent chez lui. Il a un second degré, ou plutôt carrément un premier degré, qui fait qu’il vit les situations à la fois avec détachement et détermination.

 

 

 

 

© Deiss, Fine – Rue de Sèvres

 

 

                Trois autres histoires composent cette compil’ assassine. 

                Dans « Le retour du chat assassin », Ellie et ses parents partent en vacances. Ils confient Tuffy au pasteur Barnham à qui le félin va en faire voir des vertes et des pas mûres. Il en verra lui-même des aussi colorées à cause de la petite Mélanie.

                Dans « La vengeance du chat assassin », Maman se met à l’art… pour le meilleur et pour le pire. Et dans « L’anniversaire du chat assassin », c’est en plein Halloween qu’on va souffler les bougies.

 

 

 

 

© Deiss, Fine – Rue de Sèvres

 

 

 

                Véronique Deiss, illustratrice attitrée des romans d’Anne Fine, les adapte en BD, conservant toute la saveur des histoires originelles. C’est comme si Reiser s’invitait chez Catherine Meurisse, autant graphiquement que moralement, dans des histoires tous publics. On pense aussi au merveilleux illustrateur Fernando Puig Rosado.

Les dessins de Deiss font rire au premier regard.

 

 

 

 

© Deiss, Fine – Rue de Sèvres

 

 

                Le chat assassin a encore de beaux jours devant les moustaches. Anne Fine a déjà publié quatre autres romans qui ne demandent eux-aussi qu’à être adaptés en BD.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Le chat assassin

 

Tome : La compil’ du chat assassin 

 

Genre : Aventures félines humoristiques 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Véronique Deiss

 

D’après : Anne Fine 

 

Éditeur : Rue de Sèvres

 

Nombre de pages : 184

 

Prix : 15 €

 

ISBN : 9782810219643

 



Publié le 13/07/2021.


Source : Bd-best


Radioactvity    Le fil de l'histoire raconté par Ariane et Nino Marie Curie

 

 

 

Laissez-moi vous présenter Ariane et Nino. En suivant les pas de ces deux enfants, vous allez être transporté au fil de l’histoire des grands faits de l’humanité, rencontrant des personnages incontournables ayant marqués leur époque respective. L’équipe formée par Fabrice Erre (scénariste, docteur en histoire et professeur d'histoire géographie au lycée Jean Jaurès de Montpellier) associé à Sylvain Savoia (dessinateur et coloriste) nous délivre des albums thématiques combinant humour et contenu pédagogique.

 

 

 

 

 


Paris, 20 avril 1995, les dépouilles de Pierre & Marie Curie sont transférés au Panthéon sur décision du président François Mitterrand et en présence du président polonais Lech Walesa. Conséquence de ses travaux sur les éléments radioactifs, le corps momifié de Marie Curie est placée dans un cercueil contenant une couche de plomb. Cette dernière est la première femme à entrer au Panthéon.

 

 

 

 

© Erre – Savoia - Dupuis

 

Née Maria Saloméa Sklodowska le 7 novembre 1867 à Varsovie, Marie est une physicienne et chimiste polonaise. Naturalisée française en 1895 lors de son mariage avec le physicien français Pierre Curie, le couple partage avec Henri Becquerel le prix Nobel de physique pour leurs recherches sur les radiations (radioactivité, rayonnement corpusculaire naturel). Le 19 avril 1906, son mari meurt, renversé accidentellement par une calèche.

 

 

 

 

 

© Erre – Savoia - Dupuis

 

 

En 1911, elle reçoit le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium. Elle est la première femme à recevoir un prix Nobel, mais aussi la seule à avoir été récompensée dans deux domaines scientifiques différents.

 

 

 

 

 

© Erre – Savoia - Dupuis

 

 

On lui doit la « curiethérapie » utilisée dans le traitement de nombreux cancers. Elle s’éteint le 4 juillet 1934 à Passy, dans le sanatorium de Sancellemoz, victime des nombreuses expositions à des substances radioactives lors de ses travaux.

 

 

 

 

 

Pierre & Marie Curie Sépulture au Panthéon

 

 

Un livre à vocation pédagogique aussi bien destiné aux petits qu’à leurs ainés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haubruge Alain

 

Série : Le fil de l’histoire raconté par Ariane et Nino

 

Titre : Marie Curie

 

Genre : Biographie

 

Scénario : Fabrice Erre

 

Dessins & Couleurs : Sylvain Savoia

 

Éditeur : Dupuis

 

Collection : Dupuis « Jeunesse »

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 5,90 €

 

ISBN : 9782390340720 



Publié le 13/07/2021.


Source : Bd-best


Lutèce est bien gardée.  Idéfix et les irréductibles 1 – Pas de quartier pour le latin !

 

 «  - Ch’est vrai qu’elle est chouette, chette balle !

-   Turbine ! C’est la balle de Chevrotine ! On n’est pas censés jouer avec ! C’est beaucouop trop précieux !

-   Encore une fois, elle n’a pas écouté Asmatix…

-   Mais euh, euh… Si, d’abord ! Enfin… Bon, d’ac d’ac ! Pas complètement jusqu’au bout… Bon, maintenant, je suis là ! On a une balle, alors, on joue ? »

 

 

 

 

 

 

 

                Idéfix et ses nouveaux amis débarquent pour une série d’aventures dans lesquelles on va jouer à la baballe, mais pas que ! Si les gaulois humains affrontent des romains humains, les chiens gaulois font face aux chiens romains. Trois histoires composent ce premier volume.

 

 

 

 

© Bastide, Fenech, Choquet, Coulon, Herbin – Albert René

 

 

                Dans « La baballe de Chevrotine », la fofolle Turbine, grande chienne dégingandée, joue avec une balle qui appartenait à Chevrotine, chienne d’un grand chef gaulois de Lutèce. La précieuse balle va arriver dans des pattes romaines. Dans une parodie de Mission Impossible, Idéfix et ses amis vont devoir échafauder un plan pour la récupérer.

                Dans « Fluctuat n’hic ! Mergitur ! », une épidémie de hoquet ravage Lutèce. Le concept de purification d’eau des fontaines mis au point par Anglaigus, le jeune architecte qui réalisera plus tard le Domaine des dieux, serait-il au point ? Il faudra faire appel au druide Amnésix pour tenter de trouver une solution.

                Enfin, « Labienus, tu m’auras pas ! » met en scène Goudurix, qui poussera la chansonnette dans Astérix et les Normands. Il le fait ici jusqu’aux catacombes de Lutèce, ce qui n’est pas du goût du Général romain Labienus qui fait main basse sur Lutèce.

 

 

 

 

© Bastide, Fenech, Choquet, Coulon, Herbin – Albert René

 

 

                Si on parle des personnages au futur, c’est que les aventures d’Idéfix se déroulent dans Lutèce avant qu’il ne fasse la connaissance d’Astérix et Obélix dans Le tour de Gaule. Les personnages qu’on y rencontre n’ont pas encore croisé la route des plus célèbres gaulois. Mais quel plaisir de les y trouver. On aperçoit également à plusieurs reprises Bonnemine et Abraracourcix qui font leurs emplettes.

 

Nous sommes en 52 avant Jésus-Christ. Idéfix et ses amis canins irréductibles résistent à l’envahisseur romain animal, tout comme les humains le font entre eux. Sous la houlette du directeur d’écriture Matthieu Choquet, Jérôme Herbin et Yves Coulon scénarisent ces trois histoires d’une vingtaine de planches. Accessibles dès le plus jeune âge, on y retrouve le second degré cher à la série. Au dessin, Philippe Fenech et Jean Bastide font des prouesses. L’un comme l’autre réalisent un travail magistral. Quand la bande dessinée pour enfants respecte à ce point les jeunes lecteurs en proposant une telle qualité de dessin, on ne peut qu’en être reconnaissant. Comme sur Boule et Bill, Bastide joue le caméléon avec talent. Fenech, dessinateur des Cop’s, se fond lui aussi dans le moule uderzien. Le seul bémol de l’album vient de son format réduit, 160 x 200 mm, qui ne permet pas de profiter de nombreux détails, bien que la définition d’impression soit de très haute qualité.

 

 

 

 

© Bastide, Fenech, Choquet, Coulon, Herbin – Albert René

 

 

                Ce premier volume d’Idéfix et les irréductibles prépare le terrain à la série animée qui va débarquer sur France Télévisions en septembre, l’occasion d’en vendre comme des petites croquettes.

 

 

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Idéfix et les irréductibles

 

Tome : 1 – Pas de quartier pour le latin ! 

 

Genre : Aventures humoristiques 

 

Scénario : Matthieu Choquet, Yves Coulon & Jérôme Herbin 

 

Dessins : Jean Bastide & Philippe Fenech

 

D’après : René Goscinny & Albert Uderzo 

 

Éditeur : Albert René

 

Nombre de pages : 72

 

Prix : 8,99 €

 

ISBN : 9782864975960

 



Publié le 12/07/2021.


Source : Bd-best


Spirou 4344 -  14 Juillet 2021

 

 

 

La brigade des souvenirs sur la piste d’un trésor !

 

 

 

 

 

 

 

 

            L’été bat son plein pour Spirou ! Cette semaine montre la présence de plus en plus fréquente de Jorge Bernstein qui s’affirme comme l’un des nouveaux agitateurs d’idées du magazine. Le robot-maison de H.O.M.E est là et a des voisins épouvantables. Cédric est quant à lui tout retourné.

 

Pour les abonnés, les hommes préhistos de Bouzard reviennent dans un stripbook hilarant.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Bouzard - Dupuis

 

 

Histoires à suivre :

 

Brigade des souvenirs (la) : La lettre de Toinette

H.O.M.E : Les voisins de l’épouvante

Marsupilami : SuperMarsu

Ministère secret (Le) : Trembler en France !

Spirou : Un départ vers la fin

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Capitaine Anchois

Cédric

Cellule de très légère crise (Pixel Vengeur/Bernstein)

Crapule (La pause-cartoon)

Croquidou

Crumble Club (Le) (La pause-cartoon)

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliott au collège

Encyclopédingue (L’)

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Grande réunion (La) (Mouk/Bernstein)

Kid Paddle

Microscoop

Minions (Les)

Passe-moi l’ciel !

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Kaze Dolemite

En direct du futur : Marsupilami player one (Nguyen)

Jeux : Urbex à l’école (Berkati)

Leçon de BD (La) : Laurel

 

 

Supplément abonnés :

Stripbook : Un si grand artiste (Bouzard)

 

 

En kiosques et librairies le 14 juillet 2021.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 



Publié le 11/07/2021.


Source : Bd-best


Pas de palme d’or pour l’huile de palme.  #Les belles vertes 2 - Sauvons les orangs-outans !

 

« - Vous tombez au bon moment ! On a prévu une opération de sensibilisation contre l’huile de palme.

-   Pour sauver les orangs-outans ??? Trop bien.

-   Oh non, vous savez pas ce que vous avez déclenché, là !

-   Oui, des orangs-outans mais d’autres espèces aussi. On a prévu des flyers pour les supermarchés ! Ce sont eux les plus gros revendeurs d’huile de palme. »

 

 

 

 

 

 


 

                Présente dans une bonne partie des produits de consommation courante, l’huile de palme est la cause d’un désastre écologique annoncé. Pour la produire, des forêts entières sont coupées pour les remplacer par des champs de palmiers. La principale conséquence est la disparition de nombreuses espèces animales, avec au premier plan les orangs-outans, à cause de la destruction de leurs milieux naturels. Ehma, Lily, Fadila et Silas décident de s’attaquer à Bioraffina, une raffinerie française dirigée par Jean-Jorges Darrigol, un beau spécimen d’hypocrite. Les belles vertes vont-elles réussir à éveiller les consciences en menant une nouvelle action d’éclat ? 

 

 

 

 

© Nicoloff, Zanon, Losty - Jungle

 


                Surfant sur la vague de la feel good BD girly, #Les belles vertes se place sur le créneau fort peu occupé de la bande dessinée engagée pour jeunes. Côté humour, il y a Les sisters. Côté tendresse, il y a Les carnets de Cerise. Côté écolo, il y a à présent cette nouvelle série, qui n’est pas réservée qu’aux filles.

 

 

 

 

© Nicoloff, Zanon, Losty - Jungle

 

 

                Loïc Nicoloff a prouvé son savoir-faire en collaborant avec Christophe Arleston, puis en prenant sa suite, sur les scenarii de Léo Loden. Il s’est essayé à la BD d’action et à l’humour. Avec #Les belles vertes, il est enfin en mesure d’obtenir son premier vrai grand succès personnel. Cette série est générationnelle. Elle répond à de nombreux problèmes que se posent les ados, préoccupés par l’avenir de la planète que leur laisseront les adultes. Ces ados, hermétiques aux discours politiques alambiqués et menteurs, s’engagent pour leur futur. Nicoloff ne présente pas un groupe de super-héroïnes.

 

                Alberto Zanon a un graphisme entre Nicolas Bannister et Aurélie Neyret. Les personnages aux grands yeux se rapprochent de ce qui se fait en dessins animés. C’est Antoine Losty qui s’est chargé de leurs design ainsi que de la couverture. Le dessinateur s’en est emparé pour se les approprier et en faire le reflet des jeunes de leur âge.

 

 

 

© Nicoloff, Zanon, Losty - Jungle

 

 

                Bonus instructifs, les auteurs ont intégré à leur histoire des pages didactiques, par l’intermédiaire de la tablette d’Ehma. On en apprend ainsi plus sur les bio-carburants, fausse bonne idée, les méfaits de la climatisation et la démoustication. La lecture reste fluide. L’éditeur aurait pu en faire une BD 2.0 avec des QR codes qui auraient permis d’aller glaner ces infos sur le web… mais cela aurait été en contradiction avec le message écologique des Belles vertes.

 

                #Les belles vertes est une série engagée et engageante, instructive mais jamais trop didactique, une belle aventure d’ados pour ados, mais pas qu’eux. Parents, lisez-la. Ça changera sûrement certaines de vos habitudes. 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : #Les belles vertes  

  

Titre : 2 – Sauvons les orangs-outans ! 

 

Genre : Aventure écologique 

 

Scénario : Loïc Nicoloff 

 

Dessins : Alberto Zanon

 

Design des personnages & couverture : Antoine Losty

 

Couleurs : Francesca Piscitelli 

 

Éditeur : Jungle

 

Nombre de pages : 72 

 

Prix : 13,50 €

 

ISBN : 9782822232623

 



Publié le 11/07/2021.


Source : Bd-best


L’espoir d’un retour.  Sélénie

 

« - Toujours le nez dans les étoiles, Méliès !!

-   Je me fiche bien des étoiles !

-   Ah, encore la Terre ! A quoi bon t’user les yeux, nous ne sommes pas du bon côté !!

-   Bon côté ou pas, si on nous envoie un vaisseau, il faudra bien qu’il se montre !

-   Allons, mon garçon, sois patient ! Je désire autant que toi retourner là-bas, mais il nous faudra attendre encore un peu, l’endroit reste dangereux. »

 

 

 

 

 

 

 

Un dôme lunaire abrite une colonie d’humain ayant quitté la Terre. Cacochyme, machine très bien conçue à l’apparence humaine et au visage en forme de lune raconte à Méliès, petit garçon passionné d’astronomie, comment la planète bleue est devenue le théâtre d’une guerre causée par un certain Antacyclès, fugitif évadé d’une planète prison dans une très lointaine galaxie. Le maudit a érigé une armée puissante grâce à sa force hypnotique et ses compétences technologiques. Les humains ne durent leur salut qu’à l’intervention de Doria et Magis, policiers intergalactiques. Ils armèrent les résistants. Méliès et sa grande sœur Sélénie sont les enfants de Doria et d’un humain. Alors que la guerre continue à ravager la Terre, ils ont été exilés sur la Lune, en compagnie d’autres expatriés, sous la surveillance de Cacochyme. En attendant que la Terre se pacifie, la vie menait son cours sur la Lune… jusqu’au jour où une capsule spatiale alunit.

 

 

 

 

© Lebeault, Lofé - Delcourt

 

 

Quelle bonne surprise que ce conte de Fabrice Lebeault. Loin d’une énième histoire de science-fiction, l’auteur propose un conte spatial avec de multiples références. Certaines sont évidentes, comme Le Baron de Münchausen que Jean Image a mis en scène sur la lune dans Le secret des sélénites en 1982, comme encore Moëbius avec une scène d’introduction que le maître n’aurait pas reniée, comme aussi Hergé dont on aperçoit les Dupondt en combinaisons orange dans un tableau et surtout à cause de la virée en engin sur le sol lunaire. Un « cousin » de Tintin est d’ailleurs installé avec son chien blanc au comptoir d’un bar tout droit sorti du tableau Nighthawks d’Edward Hopper. Le professeur Ortaire, à quelques lettres près, sort de l’univers Jacobs. Ajoutons à tout cela la littérature de Jules Verne et le cinéma de Georges Méliès, ainsi que celui de Fred Wilcox avec sa Planète interdite et son robot, et la recette est complète.

 

 

 

 

© Lebeault, Lofé - Delcourt

 

 

Les amateurs du graphisme classe de Fabrice Lebeault ne seront pas déçus. Bien que plus assoupli que dans Horologiom, il garde son essence. Lebeault ajoute quelques nouvelles saveurs. L’histoire racontée par Cacochyme est traitée sous forme d’ombres chinoises. Le pneumaphore, voiture lunaire utilisée par Sélénie, Méliès et leur ami Verne, est conçus comme un personnage animé.

Les couleurs spatiales de Greg Lofé participent à la magie du dépaysement lunaire.

 

 

 

 

© Lebeault, Lofé - Delcourt

 

 

Avec une fin imprévisible, détricotant tout ce qu’il a construit, Fabrice Lebeault démontre qu’après presque trente ans d’une carrière classique on peut encore se dépasser, surprendre et envoûter le lecteur. Sélénie n’a qu’un seul défaut : être un one shot alors que l’univers ne demande qu’à être développé.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Sélénie 

 

Genre : Conte lunaire 

 

Scénario & Dessins : Fabrice Lebeault

 

Couleurs : Greg Lofé

 

Collection : Néopolis 

  

Éditeur : Delcourt

 

Nombre de pages : 72

 

Prix :  15,95 €

 

ISBN : 9782413015215

 



Publié le 10/07/2021.


Source : Bd-best


Interview

 

 

Née à l'aube du XXe siècle de mère noire et de père Cherokee, Bessie Coleman est déterminée et passionnée d'aviation. Mais l'Amérique des années folles est aussi celle du Ku Klux Klan et de la ségrégation raciale : les écoles de pilotage sont inaccessibles pour une femme métisse. Partie passer son brevet de pilote en France, Bessie met ses talents d'aviatrice au service du trafic d'alcool d'Al Capone... Avec « Black Squaw », les auteurs de "Dent d'ours" initient une nouvelle série de haute volée mêlant histoire, grande aventure et drame psychologique.

 

 

 

 

 

 

 

 

L'exposition des oeuvres d'Alain Henriet se tient à la Galerie Huberty & Breyne jusqu'au 31 juillet 2021.

 

https://www.bd-best.com/exposition-alain-henriet-galerie-huberty-breyne-partir-du-2-au-31-juillet-2021-news-11772.html

 

 

Propos recueillis par Thierry Ligot



Publié le 09/07/2021.


Source : Bd-best


Tout homme vivant sur cette terre a forcément un rôle à jouer.  Nijigahara Holograph

 

« - Vous confirmez l’identité ?

-   Oui... C’est bien mon ex-femme, on est séparés depuis six ans.

-   Vu l’état du corps, la mort remonte à plusieurs mois. Monsieur Kimura, je vous demande ça par pure curiosité, mais, qu’a-t-elle pu faire pendant ces cinq dernières années ? Parce qu’apparemment, quelqu’un vivait dans ce tunnel…

-   Je l’ignore. Je n’y suis pour rien… Moi, j’habite avec ma fille et nous menons une vie paisible et heureuse.

-   A ce propos, une rumeur étrange circulerait parmi les enfants de l’école primaire… dans ce tunnel… »

 

 

 

 

 

 

 

Un corps vient d’être retrouvé dans la plaine de Nijigahara, près d’un tunnel. D’après les enfants de l’école située juste à côté, un monstre se cacherait dans ce tunnel. Ayant pour but d’anéantir le monde, il réclame un sacrifice. Parallèlement, des papillons se mettent à proliférer autour des lieux. Entre passé et présent, les élèves de l’école reviennent sur les événements tragiques de leur enfance. Ils ont causé des blessures qui ne sont pas cicatrisées.

 

 

 

 

© Asano - Kana

 

 

Œuvre d’auteur exigeante, Nijigahara Holograph est à la fois un thriller et un drame social. Inio Asano démontre qu’on ne guérit jamais de son enfance. Surfant sur le fantastique sans jamais prouver qu’on y tombe vraiment, le récit analyse les âmes. Traitant de l’inceste et du harcèlement, le manga sème sans cesse le doute et le trouble sur les sentiments des personnages, avec des scènes parfois malaisantes. Le monstre du tunnel existe-t-il ou est-ce une métaphore des âmes déchirées ? Les papillons existent-ils ou symbolisent-ils une échappatoire vers un destin inéluctable ? A la manière d’un David Lynch dans Mulholland Drive, Inio Asano ne dit jamais tout. A la manière d’un Guillermo Del Toro dans Le labyrinthe de Pan, le mangaka utilise le fantastique pour pénétrer dans les tréfonds de l’âme humaine.

 

 

 

 

© Asano - Kana

 

 

Inio Asano a débuté il y a déjà vingt ans. Aujourd’hui connu pour Dead dead demon’s dededededestruction, Nijigahara Holograph est l’une de ses œuvres de jeunesse dont les chapitres sont parus entre 2003 et 2005. Panini Manga a publié l’ensemble sous le titre Le champ de l’arc-en-ciel en 2008. Kana réédite aujourd’hui l’histoire sous son titre original avec une couverture magnifique, dans la prestigieuse collection « Made in », gage de qualité au même titre que « Aire libre » chez Dupuis.

Si le scénario perd parfois le lecteur entre les époques, le graphisme d’Asano était déjà mûr. En particulier, les scènes avec les papillons sont de grands moments d’émotion graphique.

 

 

 

 

© Asano - Kana

 

 

« Nul ne guérit de son enfance », chantait nostalgiquement Jean Ferrat. Qu’on l’ait vécue comme une parenthèse enchantée ou y ayant souffert de drames, elle est le socle de notre vie. C’est le discours tragique d’Inio Asano. « On est content de gagner Hanaichimonme ! On enrage de perdre Hanaichimonme ! » Les comptines enfantines ne sont jamais anodines. Elles laissent des traces profondes…

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Nijigahara Holograph 

 

Genre : Thriller fantastique 

 

Scénario & Dessins : Inio Asano

 

Collection : Made in 

  

Éditeur : Kana

 

Nombre de pages : 298

 

Prix :  12,70 €

 

ISBN : 9782505110330

 



Publié le 09/07/2021.


Source : Bd-best


Spirou 4343 -  7 Juillet 2021

 

 

Rêver pour garder l’espoir malgré tout

 

 

 

 

 

 

 

            On avait laissé Spirou dans les décombres d’une maison bombardée. On le retrouve en piteux état à l’hôpital. Malgré tout, il reste l’espoir… Le Spirou de Bravo, en pleine seconde guerre mondiale, est de retour. La couverture onirique du magazine montre un Spirou ailé surplombant une ville détruite. Fantasio, tel un prédicateur, brandit un Spip rappelant son maître à la réalité, pendant que Mieke l’appelle. Une étoile juive se mêle à celles du ciel. Plus que jamais, Emile Bravo poursuit son devoir de mémoire.

 

            Dans un équilibre parfait entre drame et comédie, votre hebdomadaire vous amène au restaurant chinois avec Cédric et son pépé.

 

Pour les abonnés, les autocollants Zorglub décoreront leurs maisons.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

 

© Munuera - Dupuis

 

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Brigade des souvenirs (la) : La lettre de Toinette

Marsupilami : SuperMarsu

Ministère secret (Le) : Trembler en France !

Spirou : Un départ vers la fin

 

 

Récit complet :

 

Cédric

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Capitaine Anchois

Crapule (La pause-cartoon)

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliott au collège

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Kid Paddle

Léon & Lena

Méthode Raowl (La)

Microscoop (Bernstein/Moog)

Minions (Les)

Nelson

Passe-moi l’ciel !

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

Terrasse de Jaguar (Bernstein/Bercovici)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Di Gregorio

En direct du futur : Léon & Lena, les enfants terribles (Cerq & Perrault)

Interview : Bravo

Jeux : Du repos pour Spirou (Schmittmy)

Spirou & moi : Alex Garin

 

 

Supplément abonnés :

Autocollants : Zorglub

 

 

En kiosques et librairies le 7 juillet 2021.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 07/07/2021.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2021