En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Vaisseau & soucoupe.  Jimo et les Space Pillards 1 - Seul contre tous / Papi GĂ©nial et sa bulle qui va partout 2 - La licorne en cage de la Reine Bling Bling

 

« - Les gars, si je vous ai conviés, c’est parce que j’ai confiance en vous !Il faut faire en sorte que le fils du Capitaine ait un accident regrettable ! Mais attention, le môme est futé et il sait se défendre ! Soyez vigilants… Gardez vos yeux bien ouverts ! »

 

 

 

 

 

 

 

                Dans les confins de l’espace infini, l’équipage du Starskull est en deuil. Le Capitaine vient de mourir. Malencontreusement, en nettoyant son arme, son fidèle second Burlax l’a achevé. Avant cela, mal en point, le Capitaine avait fait part de ses dernières volontés. Burlax lui succèdera jusqu’à ce que son fils Jimo en soit capable. Aidé de ses space pillards, Burlax va tout faire pour essayer de faire disparaître le petit héritier. A malin, malin et demi, avec son pote Trulilo qui n’est pas tout à fait celui qu’il croît, le gamin ne va pas se laisser faire.

 

 

 

 

© Liroy, Emeriau - Kennes

 

 

                Papi Génial et sa bulle qui va partout sont de retour. Papi veut faire plaisir à sa petite fille qui souhaite rendre visite à  la Reine dans son château. La vieille dame va s’avérer moins fun que prévu. Elle a une licorne emprisonnée qu’elle ne compte pas laisser partir ce qui va provoquer une discorde entre les visiteurs et leur hôte. Amoureuse de tout ce qui porte une moustache, la Reine trouve Papi bien séduisant. Mais celui-ci n’a pas l’intention de faire sa vie avec elle.

 

 

 

 

© Emeriau - Kennes

 

 

                Jimo et les pillards de l’espace est une série de gags qui se suivent pour raconter une histoire complète. Liroy et Tony Emeriau ont associé leurs talents pour cette histoire déjantée où la malice montre sa supériorité par rapport à la force. Le dessinateur du loup Esope s’envole dans l’espace intersidéral. Emeriau enchaîne les gags pour faire avancer l’action. C’est frais, c’est fun, ça s’emporte partout. Thomas Pesquet aurait pu l’amener dans sa navette. C’est dans une navette différente que l’on retrouve Papi Génial et ses petits enfants. Tony Emeriau signe seul cet album sans parole où tout se comprend avec des bulles imagées. Une petite pépite Pop qui pétille.

 

 

 

 

© Liroy, Emeriau - Kennes

 

 

                Des moustaches tentaculaires de Burlax à celles touffues de Papi Génial, voici deux albums au(x) poil(s) pour petits et grands. 

 

               

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Jimo et les Space Pillards 

Tome : 1 - Seul contre tous

Genre : Humour spatial 

Scénario : Tony Emeriau 

Dessins & Couleurs : Liroy

Éditeur : Kennes

Nombre de pages : 48 

Prix : 11,95 €

ISBN : 9782380755701

 

 

 

 

 

 

 


 

Série : Papi Génial et sa bulle qui va partout  

Tome : 2 - La licorne en cage de la Reine Bling Bling

Genre : Aventure spatiale 

Scénario, Dessins & Couleurs : Tony Emeriau

Éditeur : Kennes

Nombre de pages : 32 

Prix : 9,95 €

ISBN : 9782380755640

 

 

 



Publié le 28/02/2022.


Source : Bd-best


Spirou 4376 -  23 FĂ©vrier 2022

 

 

Game over Vous êtes ici

 

 

 

 

 

 

 

 

            Game over ! Le petit barbare est en couverture du numéro de la semaine, entouré par une troupe de Blorks. Mais alors que d’habitude quand on trouve en couverture une série de gags on en a droit à deux ou trois, un seul gag est au sommaire, plus un de Kid Paddle quand même. Côté récits complets, on retrouve Cédric, ainsi qu’une émouvante histoire, Swan, sur un scénario des Beka.

 

Les abonnés ont droit à une adorable mini-BD, une histoire d’insectes au dénouement inattendu.

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Cerq, Mistablatte – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Frnck : Exode

Jérôme K. Jérôme Bloche : Et pour le pire

Yoko Tsuno : Les gémeaux de Saturne

 

 

Récits complets :

 

Cédric

Swan (Beka & Broutin-Méhu)

 

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Capitaine Anchois

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliot au collège

Encyclopédingue (L’)

Estampille

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Harry

Houba gags

Kid Paddle

Millborough (La pause-cartoon)

Minions (les)

Nelson

Pernille

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Henriet

En direct du futur : Coaching Spirou

Jeux : Mode : impossible (Berkati)

Leçon de BD (La) : Baker

 

 

Supplément abonnés :

BD de poche : Insekts (Cerq & Mistablatte)

 

 

En kiosques et librairies le 23 Février 2022.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 28/02/2022.


Source : Bd-best


En attendant le T.2 ... Noir burlesque T.1

 

Alors que certaines « fuites » concernant le tome 2 alimentent Facebook et autre, une envie de relire le 1 nous prend …

Un bon polar noir et blanc des années ’50 ? Un « dur » à la Humphrey Bogart ? Costards et chapeaux mous ? Des gueules de circonstances et des baraqués « gros muscles » ? Des taiseux sanguins ou des caïds mafieux ? Une strip teaseuse sensuelle et fatale (aux cheveux rouges) ou un flic irlandais patient recherchant sa vengeance ? Vous prendrez bien un « White Slick » ? …

Tout y est dans ce « Noir Burlesque » de Marini !

Rien à redire … cela se lit comme on regarderait « Le Faucon maltais », « Le grand sommeil » ou n’importe quel autre film noir !

 

 

 

 

 

 

 

 

Slick, l’arme à la main, attend Caprice dans une miteuse chambre d’hôtel ! Quelques mois plus tôt, un casse loupé … et il doit quelque 5.000 dollars à Rex, mafieux, patron du cabaret où Caprice s’effeuille et accessoirement son « fiancé » ! Mais rien n’est simple dans ce monde-là ! Rien n’est tout blanc ou tout noir ! Slick est de « trop » dans le paysage de Rex ! Malheureusement Slick n’est pas un « débutant », un pion facile à éliminer ! Ses hommes de main s’en rendent vite compte !

A cela s’ajoute un flic, ancien copain d’enfance, cherchant à se venger de la mort de son collègue et prêt à tout pour coincer le capo responsable de son meurtre.

 

 

 

 

 

© Enrico Marini - Dargaud

 

 

 

Respect – honneur – famille - jalousies – trahisons … guident chaque protagoniste vers un destin aussi noir que soumis à des retournements possibles.

Les ambiances de cabarets, de boîtes de jazz, de routes désertes au soir tombant, d’hôtels miteux dans des quartiers glauques, et finalement bien plus de profondeur et d’intériorisation que nous n’aurions pu le craindre au départ.

 

 

 

 

 

© Enrico Marini - Dargaud

 

 

 

 

Un schéma narratif offrant aux lecteurs flash back entre scènes musclées et légèretés passionnelles … Marini maîtrise l’art du suspense dans ses jeux clairs-obscurs, son dessin vif, nerveux, parfois figé comme pour certains visages et expressions !

 

 

 

 

 

© Enrico Marini - Dargaud

 

 

 

L’ensemble s’enrobe dans une mise en page moins recherchée, plus ouverte, spatiale. Moins de cases, plus grandes offrant plus d’espace et d’importance à l’ambiance. Une mise en teintes très « roman noir » année ’50 ! Marini tente ici, avec succès, une approche différente du cadrage auquel il nous avait habitué jusqu’à présent.

Nous ne nous en plaindrons pas, tellement nous sommes impatients de nous plonger dans la suite … fin d’année …

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Noir Burlesque

 

Editeur : Dargaud

 

Genre : Polar

 

Scénario : Enrico Marini

 

Dessinateur : Enrico Marini

 

Couleurs : Enrico Marini

 

Nombre de pages : 93

 

Prix : 18,00 €

 

ISBN : 9782505083733



Publié le 28/02/2022.


Source : Bd-best


Et si le bossu n'Ă©tait pas mort avec Victor Hugo ! Le bossu de Montlucon T.1 Notre Soeur

 

 

 

Quasimodo, Esmeralda, Frollo, … rien qu’à l’énoncé de ces noms, chacun ne pense qu’à Victor Hugo et son chef-d’œuvre « Notre-Dame ». Et surtout à sa fin si tragique : deux squelettes allongés dans la cave du gibet de Montfaucon ! Image à la fois tragique, dramatique et d’un romantisme mortifère …

 

 

 

 

 

 

Le gibet de Montfaucon, sinistre édifice aux portes de Paris, sera le point de départ de cette nouvelle série de Philippe Pelaez et Eric Stalner.

 

Pierre le Bâtard y « sauve » le Bossu attendant de rejoindre sa Belle dans une mort certaine … Mais là pourrait s’arrêter la filiation avec l’œuvre initiale de Victor Hugo.

 

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Eric Stalner - Bamboo

 

 

Nous voici en janvier 1484. Les intrigues, complots, trahisons, vengeances secouent la France et son trône. Entre Louis d’Orléans, le jeune Charles VIII manipulé par sa perfide sœur, Anne de Beaujeu, secondée par un homme de main sans pitié, Axel Lochlain, l’action nous entraîne dans les coulisses de la légitimité du pouvoir ! Roi de droit divin ou simple pion d’un destin capricieux ? Deux documents, deux lettres rédigées l’une par Charles d’Orléans et l’autre par son épouse, Marie de Clèves pourraient ruiner les espoirs des uns et assouvir ceux des autres … Mais qui les possède, a donc entre ses mains le destin de la royauté !

Et justement, notre héros, Pierre, bâtard d’Armagnac, sauveur de Quasimodo, fils illégitime de Jean d’Armagnac, assassiné sur les ordres de Louis XI, en saurait beaucoup dessus !

La chasse est ainsi lancée … dans une ambiance où le vent de la révolte balaie la Bretagne, opposée au roi de France !

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Eric Stalner - Bamboo

 

 

 

Et traversant cette course, deux êtres difformes viennent se fracasser sur le mur du pouvoir et de la vengeance ! Jeanne la Boiteuse, sœur cadette d’Anne de Beaujeu et donc du gamin-roi Charles VIII ! Jeanne que son père a forcé à épouser Louis d’Orléans ! Pour unir leur famille ? Non ! Pour « éteindre » à jamais la race des Orléans car Jeanne est difforme, infirme et ne pourrait procréer ! Elle est le miroir féminin de Quasimodo dans cette lutte sans pitié ! Celle qui y apportera, qui lui apportera peut-être un semblant d’humanité, de rédemption, d’amour, d’espoir !

 

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Eric Stalner - Bamboo

 

 

Une fresque épique mêlant Victor Hugo et Alexandre Dumas, aventure historique dans un bain de vengeance à combler, drame humain jeté en pâture dans un échiquier broyant les protagonistes, leur sensibilité, leur être ! Le contexte historique est rigoureusement exact, ce qui donne à ce récit un côté des plus captivants.

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Eric Stalner - Bamboo

 

 

Au travers les planches, les scènes, Philippe Pelaez apporte une attention toute particulière à ses dialogues. Entre poésie et authenticité du parler, nous rentrons tout naturellement dans l’atmosphère et l’état d’esprit de chacun.

Exigeant dans l’écriture, respectant toutes les contraintes du genre, il réussit un parfait mélange entre faits historiques authentiques et ajouts fictionnels, actions narratives. Un succès parfaitement équilibré et soutenu par le dessin d’Eric Stalner.

 

 

 

 

 

 

© Philippe Pelaez – Eric Stalner - Bamboo

 

 

 

Le découpage des planches soutient idéalement l’action, son rythme, son suspense. L’ambiance de certaines scènes, notamment nocturnes, se voit renforcée par des fonds de page adapté, noire, pluvieuse, … Bref un trait réaliste, des couleurs léchées, des compositions soignées et vivantes, un soucis du détail, des panoramas et angles de vue variés, sans lourdeur ni exagération !

Par conséquent, l’œil se laisse porter comme l’esprit entraîner dans ce premier tome … en attendant impatiemment le suivant !

 

« Faut-il que les hommes s’ennuient ? Leurs passions sont-elles si ternes que la mort est le seul spectacle qu’ils ont à offrir ? …. C’est lorsque la vie se meurt qu’elle devient un théâtre. c’est une comédie, un drame, c’est une farce. Applaudissez »

 

Tel est ainsi le début de votre immersion dans ce véritable roman BD historique !

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Série : Le bossu de Montfaucon

 

Titre : Notre Sœur

 

Tome : 1

 

Genre : Aventure

 

Collection : Grand Angle

 

Éditeur : Bamboo

 

Scénario : Philippe Pelaez

 

Dessinateur : Eric Stalner

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 14,90 €

 

ISBN : 9782818976326



Publié le 28/02/2022.


Source : Bd-best


Tintin c’est l’aventure ... T.11

 

Un héros « de papier » n’existe en partie que par le regard des autres, et ce depuis le début de la BD. Quasi aucun n’est réellement « solitaire ». Tous sont entourés d’un acolyte, d’un compagnon, d’un partenaire, d’un complice, d’un confident ou d’un simple faire-valoir.

Pourtant, dans certaines séries cultes, ce dernier peut parfois prendre une place plus importante, plus sentimentale auprès du lecteur. Et c’est souvent le cas lorsque cet acolyte est un animal, alors que le héros n’en est pas un évidemment !

Comment ne pas fondre devant Idéfix, s’amuser de la gaucherie de Rantanplan, s’émerveiller de l’intelligence de Jolly Jumper, ou encore de Bill, de Cubitus, du chat et la mouette de cet inégalable Gaston ?

 

 

 

 

 

 

 

Les liens entre le héros et eux sont indiscutablement une des raisons du succès de ces séries.

Dès lors, il était plus que normal que les Editions Moulinsart et Géo se penchent à leur tour sur les rapports entre Tintin et Milou, sur l’amour certain qu’Hergé portait aux animaux !

Bien avant des sociétés ou mouvements de protection de la nature et des animaux, Hergé déjà « militait » pour leur respect.

N’avez-vous jamais vu dans tous ses albums la moindre attitude cruelle de Tintin vis-à-vis d’un animal ? Non, au contraire ! Sauf … oui, quelques scènes dans « Tintin au Congo » où notre reporter massacre, par erreur, un troupeau d’antilopes, ou encore fait exploser un rhinocéros. Hergé s’en excusera plus tard en les regrettant amèrement. Désormais, ses seules scènes « violentes » vis-à-vis d’un animal se feront en état de légitime défense … Il ira même jusqu’à leur donner parfois des sentiments ou expressions humaines. Rappelons-nous Ranko, le pauvre gorille de L’Île Noire, ou le Yéti dans « Tintin au Tibet » !

L’univers de Tintin est ainsi truffé d’animaux. Des éléphants des « Cigares du Pharaons » à l’horrible siamois de Moulinsart, Hergé aimait les animaux et tentait de transmettre un message de tolérance et de compassion.

 

 

 

 

© HERGE – MOULINSART 2022

 

 

 

Ainsi qui mieux que Milou pour nous servir de guide dans ce nouveau numéro de « Tintin c’est l’aventure » ?

Avec un contenu toujours aussi riche et varié, il y en a pour tous les amoureux des animaux et de la nature.

Entre réflexions et reportages, nous avons tout particulièrement savouré les 10 Commandements de Milou.

L’entretien de Vinciane Despret, philosophe des sciences, nous pousse également à repenser positivement notre relation au règne animal en dressant un bilan objectif et honnête de celle-ci.

 

 

 

 

 

© HERGE – MOULINSART 2022

 

 

 

Autre article à ne pas louper, celui consacrer au fabuleux bestiaire d’Hergé, un retour dans son imaginaire de Tim à Tintin, en passant par des illustrations de contes ou fables !

Mais que serait ce trimestriel s’il ne mettait pas en lumière quelques passionnés tel Victor Chevrillon, un passionné, un aventurier sur la route du fil du cachemire, doué d’un sens aigu du journalisme ? Cela ne vous rappelle-t-il pas un autre célèbre journaliste ?

 

 

 

 

 

 

© HERGE – MOULINSART 2022

 

 

Parler d’Hergé, de Tintin, de leur amour pour les animaux et ne pas faire référence à la BD serait tout aussi incompréhensible. Depuis son 1er numéro, la revue fait appel à un artiste ayant des affinités certaines avec la thématique développée. Cette fois, c’est à Johan De Moor de relever le défi. Il n’est plus utile de le présenter, ni de détailler les liens qui le liaient avec Hergé. Il nous offre ici un superbe conte philosophique inédit.

 

 

 

 

 

© HERGE – MOULINSART 2022

 

 

 

Tintin s’est toujours fait le défenseur des droits humains ! L’actualité géopolitique donne malheureusement un regard particulier à un des articles du présent numéro. La rubrique « Cases de l’histoire » est consacrée à Gareth Jones, un reporter gallois au pays des Soviets ! En 1930, il dresse notamment un constat de l’échec de la politique agricole de Staline ! Révélant au monde les famines qui déciment les populations d’Ukraine, mais également de l’Union Soviétique, ce monstre au pieds d’argile ! Ce lanceur d’alerte avant l’heure mourra d’ailleurs, la veille de ses 30 ans, dans des circonstances assez obscures le 12 août 1935, en Mongolie-Intérieure ! Comme quoi, pas grand-chose n’a changé depuis cette époque !

 

Nous vous laissons découvrir les autres sujets traités, toujours avec ce même objectif de sérieux et de passions, illustrés superbement … photos, dessins d’Hergé, … un plaisir visuel autant qu’intellectuel.

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

Editeur : Moulinsart Prisma

 

Collection : Geo Moulinsart

 

Nombre de pages : 144  

 

Prix : 16,99 €.

 

Disponible : en librairie et chez les marchands de journaux à partir du 22 février 2022.

 

ISBN : 2810436533


 

 

 



Publié le 27/02/2022.


Source : Bd-best


L’île de tous les dangers.  Raven 2 - Les contrées infernales

 

« - Je ne t’obéirai pas, Raven. Je n’obéis à personne et encore moins aux imbéciles.

- Tiens, à ce propos… Dès lors que nous sommes associés, il nous faut parler partage… Mon prix est la moitié du trésor.

- La moitié !... Raven… Raven l’invincible ! Tu es impayable ! C’est moi qui décide de ce qui revient à chacun, ainsi le veut notre contrat de chasse-partie !

- Mais je ne fais pas partie de ton équipage, je me fiche de votre chasse-partie comme d’une guigne. Tu acceptes ou tu n’auras rien à partager avec quiconque... »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Qui de Raven ou de Darksee mettra la main le premier sur le trésor de Chichen Itza ? Face à l’hostilité de la faune et de la flore locale, seule une association entre les deux meilleurs ennemis leur permettrait de mettre la main sur le Graal. Si Darksee vient de débarquer sur l’île de Morne au Diable, Raven a déjà commencé à explorer les lieux. Il suffit juste d’atteindre le sommet d’un volcan en passant entre les canines d’une tribu de cannibales. Pas très compliqué… T’as qu’à croire !

 

 

 

 

© Lauffray– Dargaud

 

 

                Mathieu Lauffray, le dessinateur de Long John Silver, sur scénario de Xavier Dorison, poursuit sa croisière en solitaire. Mais là, on ne s’amuse pas. Enfin, nous, oui, mais les personnages pas trop. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Lauffray n’a pas besoin de copilote pour assurer l’aventure. Après un premier épisode immergeant dans l’univers de la piraterie avec abordage, île de la Tortue et tutti quanti, ce deuxième opus nous emmène dans une chasse au trésor dans laquelle les protagonistes risquent de tomber un à un comme les Dix petits nègres ou les personnages d’un slasher movie. Mais s’il fallait apparenter Raven à un genre cinématographique, ce serait plus probablement le Buddy movie, qui place dans l’intrigue principale deux personnages que tout oppose.

 

 

 

 

© Lauffray– Dargaud

 

 

                Lauffray, familier de l’univers pirate, s’attache ici à faire vivre ses personnages dans une époque antérieure de cent ans à celle de sa variation de L’île au trésor, lors du crépuscule d’un monde, les pirates étant chassés des Caraïbes. Raven se situe en 1666, l’année du nombre du diable, en plein âge d’or de la piraterie. Le héros n’appartient à aucun groupe, c’est un loup solitaire, une tête brûlée. Darksee n’est ni une caution féminine, ni une faire-valoir. C’est une véritable héroïne atypique, ou plutôt une anti-héroïne, la Némésis de Raven, farouche rivale qui n’hésite pas à s’accointer avec quiconque lui permettrait de faire fortune. Lauffray la dessine en femme fatale, la faisant entrer directement dans la shortlist des personnages-fantasmes de la bande dessinée.

 

 

 

 

 

© Lauffray– Dargaud

 

 

                Raven n’est pas un simple duel entre le personnage titre et son alter ego féminin. C’est un univers complet et cohérent. Outre les pirates de l’Ile de la Tortue, on retrouve tout un aéropage de personnages secondaires : Kemba, ancien esclave sur qui Raven peut compter, Drago et Tobias, colosses aux poings de fer, le Comte de Montignac et sa famille, naufragés sur l’île convoitée, pour ne citer que ceux-là.

 

                Il ne manque que Jack Sparrow dont l’humour décalé se retrouve dans certains dialogues et situations. Mais rhabille-toi, Johnny Depp ! Flibustiers, forbans, naufragés, trésor, îles perdues, Mathieu Lauffray a réuni tout ce qui est nécessaire à une bien bonne histoire de pirates. Lorsque les ingrédients sont les meilleurs et que le cuistot est un chef trois étoiles, le repas ne peut être que délicieux.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Raven

 

Tome : 2 - Les contrées infernales

 

Genre : Piraterie

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Mathieu Lauffray

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 15 €

 

ISBN : 9782205085204 

 

 

 



Publié le 27/02/2022.


Source : Bd-best


Love Genius.  Léonard 53 - Un amour de génie

 

« - Grmbl ! C’est bon maître ! Je pense avoir capté le message subliminal que vous essayez de m’adresser !

- Vous en êtes certain ?

- Certain !

- Bon ! Si vous le dites !...

- Ne me dites rien ! Je vais devoir, un album de plus, pff, servir la science et prétendre que c’est ma joie ! »

 

 

 

 

 

 


                Et oui ! C’est reparti pour Basile, notre Disciplus Simplex pour servir la science dans la joie. Raoul Chatigré, quant à lui, rendosse son costume d’homme « matou » faire-valoir afin de jouer les philosophes de bas de cases. Léonard, le génie, est plus en forme que jamais. Mais avant de servir la science, Basile va devoir servir l’amour. Son génie de patron a le cœur qui bat la chamade devant la belle Giovanna, fraichement veuve d’un riche banquier et qu’il reluque depuis l’enfance. Après les échecs passés, Léonard réussira-t-il à conquérir le cœur de l’italienne ?

 

 

 

 

© Turk, Zidrou, Kaël - Le Lombard

 

 

                Entre deux leçons de séduction, le génie n’en oublie pas ce pour quoi il est né : inventer. Entre la première balançoire automatique et le barber shop automatisé, le disciple va faire les frais des essais-erreurs de son patron. Bien évidemment, la petite Mozzarella, la fille adoptive du génie, est de la partie. Elle va vanter les mérites de son père en classe et Mathurine lui apprendra qu’une femme a énormément de choses à faire dans le foyer. Anastasio et Atanasio viennent également faire leur cambriolage rituel depuis quelques albums. On sent même poindre de l’émotion, une première dans la série.

 

 

 

 

© Turk, Zidrou, Kaël - Le Lombard

 

 

                53 albums ! Incroyable ! Léonard a été la première série humoristique francophone de gags et récits complets à dépasser la cinquantaine de volumes. Alors, comment se renouveler après tant d’albums ? Bob de Groot a passé la main à Zidrou qui est dans ses chaussons avec ce cinquième-troisième album dont il est le scénariste. Turk est à la BD franco-belge ce que Francisco Ibanez est à la BD ibérique : un dessinateur de génie dont le seul trait est un éclat de rire. Alors, même si certaines situations pourraient sembler répétitives, Turk trouve toujours un argument graphique, un détail en fond de case aussi bien qu’un gros plan, qui va amuser.

 

 

 

 

© Turk, Zidrou, Kaël - Le Lombard

 

 

                Des inventions ne cessent d’être inventées justement, comme le rocking chair automatique et le souffleur de feuilles mortes dont Zidrou et Turk nous expliquent les origines. Le génie a encore de beaux jours devant lui et c’est tant mieux.  

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Léonard

 

Tome : 53 - Un amour de génie

 

Genre : Humour ingénieux  

 

Scénario : Zidrou 

 

Dessins : Turk 

 

Couleurs : Kaël 

 

Éditeur : Le Lombard

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782803679560

 

 

 



Publié le 27/02/2022.


Source : Bd-best


Le dernier rendez-vous.  Jonathan 17 - La piste de Yéshé

 

« - Tu es Jonathan, n’est-ce pas ? Notre amie m’a parlé de toi… Je t’encourage par pure compassion à prendre tes repas de préférence au monastère. C’est une cellule assez confortable. Assez pour attendre jusqu’à l’automne.

- L’automne !? Sa lettre parlait de juin…

- Il y a des complications… Mais elle a assuré qu’elle serait là à la pleine lune de septembre. »

 

 

 

 

 

 


 Sur sa monture jaune un peu ocré made in India, Jonathan a pris la piste de Yéshé. C’est une lettre venue de la capitale indienne qui l’a poussé à repousser son retour en Europe. Cette lettre lui donne rendez-vous dans un monastère perdu, loin de tout. Cette lettre, elle est signée Drolma, qu’il a rencontré jadis, pieds nus sous les rhododendrons. Aujourd’hui, Drolma a deux filles. Elle veut leur prouver qu’un homme comme Jonathan existe vraiment. Arrivé sur le lieu de rendez-vous, Jonathan apprend que sa correspondante aura quelques mois de retard. C’est l’occasion pour le voyageur des montagnes de méditer… une dernière fois… avant de rentrer à Genève.

 

 

 

 

© Cosey - Le Lombard

 

 

La piste de Yéshé est une réflexion sur le temps qui passe, sur les rencontres que l’on fait dans une vie auxquelles on n’a pas eu ou pas pris le temps de donner suite. C’est une leçon de philosophie sur le passé, le présent et l’avenir, c’est une invitation à prendre le temps de profiter de l’autre et de profiter de soi. Les oies sauvages remontent vers le Nord pour fuir la chaleur de l’Inde. « Mais nous ? Que fuyons-nous ? Que fuyons-nous ? » se demande la vieille Pema en agitant un tambour de mendiant.  Jonathan revient sur sa vie. Saïcha et Kate reviennent à ses souvenirs et l’aident à avancer dans ses questionnements existentiels, dont Drolma apportera la  réponse.

 

 

 

 

© Cosey - Le Lombard

 

 

C’est avec une émotion non dissimulée que Cosey conclue la grande aventure de Jonathan, aventure au Népal, au Tibet, dans les montagnes enneigées de l’Himalaya et des régions avoisinantes qui auront duré quarante-sept ans. Jonathan a débarqué en 1975 dans le journal Tintin. Alors que Spirou était plus axé sur l’humour, Tintin prenait le chemin de l’émotion avec des séries comme Buddy Longway, Simon du Fleuve ou Jonathan. Jonathan n’a rien d’un héros de BD. Il aime le ski et la moto de trial. Il lit le Veda, livre sacré de l’Inde. Il écoute de la pop anglaise. Jonathan et Cosey sont deux amis. Ils se ressemblent tant qu’ils auraient pu n’être qu’un. Ils sont pourtant bien deux. Cependant, Jonathan a affirmé à Cosey que tout ce que l’on recherche chez les autres et dans le monde se trouve en nous. Cosey laisse planer la confusion quant à ce double de papier qui est son reflet. Il a essayé de dessiner l’histoire de Jonathan, tel qu’il l’a connu, en s’inspirant des carnets qu’il lui envoyait de là-bas et en comblant les lacunes avec son imagination.

 

 

 

 

© Cosey - Le Lombard

 

 

Du Berceau de Bodhisattva à Celui qui mène les fleuves à la mer, de L’espace bleu entre les nuages au Privilège du serpent, Jonathan est une œuvre contemplative invitant à revenir dur soi et privilégiant l’émotion. Dans une dernière planche telle une mise en abime, Cosey offre une conclusion exceptionnelle à une série qui ne ressemble à aucune autre et qui restera ancrée dans l’histoire de la bande dessinée.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Jonathan

 

Tome : 17 - La piste de Yéshé

 

Genre : Aventure contemplative  

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Cosey 

 

Éditeur : Le Lombard

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782808203500

 

 

 



Publié le 27/02/2022.


Source : Bd-best


Paris et pétards.  Les artilleuses 3 - Le secret de l’elfe

 

« - Asseyez-vous, Truchard.

- Mauvaises nouvelles, Commissaire ?

- Ça ne va pas vous plaire. L’affaire du casse de la Banque de Paris et de Brocéliande est classée.  

- Vous avez raison, patron, ça ne me plaît pas.

- Et les artilleuses ?

- On passe l’éponge sur tout ce qui pourrait leur être reproché dans cette affaire. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Paris début XXème. La police décide de passer l’éponge sur les problèmes qu’ils ont eus avec les artilleuses. Une attaque de banque, une fusillade contre la gendarmerie, une course-poursuite dans la capitale, une bataille rangée dans la zone, tout ça passe sous l’éponge. Affaire d’Etat. Après avoir dérobé la Sigillaire, bague convoitée par les services secrets français, allemands et elfiques, elles l’ont rendue au Capitaine Jules Bormange, du deuxième bureau de l’état-major général. Mais il se pourrait que ce soit une contrefaçon. Si ce n’est qu’une copie, pourquoi les fées se croient-elles en danger ? Après avoir usé de leurs talents dans Paris, les artilleuses vont devoir filer un coup de main, ou de dynamite, à la Reine d’Ambremer et de l’Outre-Monde.

 

 

 

 

© Pevel, Willem, Wenish - Bamboo

 

 

                Pierre Pevel et Etienne Willem concluent le premier cycle des aventures inter-mondes des pétaradantes artilleuses. Aux frontières du steampunk et de l’heroic-fantasy, Les artilleuses donnent un coup de frais et offrent un nouveau genre de série. Si le cycle se termine, Lady Remington, Miss Winchester et Mam’zelle Gatling n’ont pas dit leur dernier mot et vont encore avoir du fil à retordre entre les mondes. Le cliffhanger final laisse augurer d’une suite d’une autre dimension.

 

 

 

 

© Pevel, Willem, Wenish - Bamboo

 

 

                Les artilleuses est à la base un spin-off de la série de romans Le Paris des merveilles, écrits par Pierre Pevel lui-même. Maintenant que le romancier a pris ses marques de scénariste de bande dessinée, il est prêt à adapter la série d’origine. Etienne Willem sera là encore au dessin, ce qui nous promet une cohérence graphique de premier choix. Entre cet univers et celui de la Fille de l’exposition universelle, le dessinateur a son avenir tout tracé. Soulignons enfin la maquette superbe de la série, très fantamagorico-cinématographique, avec une couverture dont les promesses sont tenues à l’intérieur.

 

 

 

 

© Pevel, Willem, Wenish - Bamboo

 

 

 Pour compléter l’aventure, en association avec Casus Belli et Blackbook éditions, un jeu de rôle solo vous emmènera en 1910 et vous transformera en Valentine Fleury, jeune bourgeoise parisienne secrétaire au Cercle Incarnat, club fréquenté par des mages et magiciens de renom. Dansez farfadets, voletez chats ailés, le Paris des Merveilles est envoûtant.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Les artilleuses

 

Tome : 3 - Le secret de l’elfe

 

Genre : Aventure semi-fantastique

 

Scénario : Pierre Pevel

 

Dessins : Etienne Willem

 

Couleurs : Tanja Wenish 

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Drakoo

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 9782382330081

 

 

 



Publié le 27/02/2022.


Source : Bd-best


Le renouveau de la SF.  Terre 2 - Retour au Jupiter

 

« - Mandor ?! Beth ?!

- Avec tout ce boucan, ils ne peuvent pas nous entendre !

- S’ils sont encore ici !

- Et vivants !

- S’ils ne sont pas fracassés quelque part, ils ont été emportés par le courant…

- Ils ont pu se noyer ! »

 

 

 

 

 

 

 

                Sur cette planète qui ressemble étrangement à la Terre et sur laquelle ils ont échoué, l’équipage du Jupiter recherche Mandor et Beth qui ont disparu en exploration. Mandor est un robot humanoïde costaud, il n’a pas pu se noyer. Beth est une excellente nageuse. Le courant les a emportés. Alors que Pip, Sloane et leurs compagnons sont réveillés en pleine nuit par des centaines de papillons géants, les disparus ont pu rejoindre la rive. Pour eux, le danger vient des Toëpffers, chiens semi-mécaniques. Heureusement, ils sont protégés par deux Sphynx, descendants de chats sans poil aux pouvoirs télépathiques. Ce que Mandor et Beth vont découvrir dépasse les frontières du compréhensible. Ils tombent sur le Jupiter, leur vaisseau, mais dans un état de rouille et de délabrement avancé, comme s’il était échoué depuis une éternité. Sont-ils face à un paradoxe spatio-temporel ou l’explication de ce mystère se trouve-t-elle ailleurs ?

 

 

 

 

© Dubois, Rodolphe - Daniel Maghen

 

 

                On ne compte plus les séries de science-fiction dans lesquelles les personnages explorent des planètes mystérieuses à la faune et à la flore inconnue, hostile ou étrange. De Valérian au Cycle de Cyan, de Sillage au Vagabond des limbes, le genre a été plus qu’exploité en bande dessinée. Là où Terre se démarque de ces diverses séries, c’est que les personnages semblent évoluer sur notre bonne vieille Terre, sauf que si elle est effectivement vieille, elle ne semble pas si bonne que ça. S’il n’y a donc pas de grosses surprises concernant la flore, du côté de la faune, ce n’est pas la même chose. Felinae Mysterium ! Ces deux bestiaux télépathes sont de ces personnages qui marquent les esprits. Ce ne sont pas vraiment des chats. Ils mesureraient une cinquantaine de centimètres pour une soixante de long. Leurs corps sont dotés d’une membrane élastique beige et d’une fine fourrure. Ils sont dotés d’une intelligence remarquable et vivent en couple fusionnel.

 

 

 

 

© Dubois, Rodolphe - Daniel Maghen

 

 

                Avec Ter et Terre, Rodolphe se hisse à la hauteur d’un Pierre Christin ou d’un Claude Lacroix. Ça a l’air tout simple comme ça de construire de nouveaux univers de SF. La complexité vient de cet apparente facilité qui cache une organisation scénaristique savamment pensée. Rodolphe fait partie de ces raconteurs d’histoire qui sont dans le paysage de la BD franco-belge depuis plus de quarante ans et dont on ne parle pas assez. Pourtant, du Commissaire Raffini à Trent, des Ecluses du ciel à Dickens & Dickens, sa bibliographie est dense et impressionnante. Christophe Dubois est un dessinateur contemplatif. Des scènes d’exploration à d’autres plus intimistes, il réalise des planches splendides, étourdissantes, mise en lumière dans un travail éditorial impeccable.

 

 

 

 

© Dubois, Rodolphe - Daniel Maghen

 

 

                Une intégrale de Ter, le premier cycle, est parue récemmment. Aventure, émotion, réflexion sur l’avenir, Terre signe le renouveau de la SF grand spectacle. Le cliffhanger final fait rebondir l’action et attendre avec grande impatience la fin du triptyque prévue pour la fin de l’année.

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

Série : Terre

 

Tome : 2 - Retour au Jupiter

 

Genre : Science-Fiction 

 

Scénario : Rodolphe 

 

Dessins & Couleurs : Christophe Dubois 

 

Éditeur : Daniel Maghen

 

Nombre de pages : 80

 

Prix : 16 €

 

ISBN : 9782356741028

 

 

 



Publié le 27/02/2022.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2022