Information générale concernant le monde de la BD
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Tueurs, poursuites, Musée et labo.  Sakamoto Days 3 - Heisuke Mashimo

 

« - La boutique est dans un sale état…

- C’est la faute des assassins qui viennent pour la prime.

- On a besoin d’une grande rénovation…

- Sauf qu’on n’a pas un rond ! Mais bon…

- Tout sera réglé si on gagne le championnat demain !

- Yo ! Salut la compagnie ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

A la supérette de Taro Sakamoto, on s’affaire à remettre la boutique en état. Il faut dire qu’avec tous les tueurs qui s’y succèdent pour faire la peau à M.Sakamoto, lui-même assassin rangé, il y a souvent du désordre, pour ne pas dire du grabuge. Il faut dire que la prime d’un milliard de yens qui pèse sur la tête de l’épicier est plutôt motivante. Aujourd’hui, c’est un certain Heisuke Mashimo qui tente sa chance, l’assassin à l’oiseau. Va-t-il réussir ? Sans trop déflorer l’histoire, c’est non. Les événements des jours suivant continueront à agacer Monsieur Sakamoto qui ne va pas tarder à se décider à se mettre en quête de ceux qui veulent sa perte.

 

 

 

 

SAKAMOTO DAYS © 2020 by Yuto Suzuki/SHUEISHA Inc.

 

 

Sakamoto Days a démarré sur les chapeaux de roues et se poursuit sur les chapeaux de roues. Un banal tournoi d’Air Soft va révéler les talents de Sniper de Mashimo. C’est l’enlèvement de Shao-Tan-Lù, dite Lù, qui va déclencher les hostilités. La fille de mafieux, protégée et employée de Sakamoto, est kidnappée par erreur par un gang casqué afin d’empêcher Shin de lire dans leurs pensées. S’ensuivra une folle course-poursuite à la Matrix dans laquelle un méchant hors du commun donnera du fil à retordre à la team Sakamoto.

 

 

 

 

SAKAMOTO DAYS © 2020 by Yuto Suzuki/SHUEISHA Inc.

 

 

Yuto Suzuki créé en France-Belgique l’événement manga de l’année. Glénat a trouvé la série qu’on ne peut pas lâcher. De l’action, de l’humour, du suspens, tous les ingrédients sont là. Les personnages sont attachants ou terrifiants, avec un passé dévoilé par petites touches. On en apprendra ici beaucoup sur la jeunesse de Shin, l’assassin télépathe repenti. Suzuki prend des risques dans des scènes à 100 à l’heure et présente un tueur qui « s’invisibilise », comme un predator, dans une innovation graphique remarquable.

 

 

 

 

SAKAMOTO DAYS © 2020 by Yuto Suzuki/SHUEISHA Inc.

 

 

Il y a un certain ADN qu’on n’avait plus vu, ou plus lu, depuis Full Metal Alchemist, même si les deux séries n’ont aucun, mais alors vraiment aucun rapport. Sakamoto a de beaux « days » devant lui.

 

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Sakamoto Days

 

Tome : 3 - Heisuke Mashimo

 

Genre : Thriller/Polar 

 

Scénario & Dessins : Yuto Suzuki 

 

Éditeur : Glénat

 

Nombre de pages : 192 

 

Prix : 6,90 €

 

ISBN : 9782344051009

 

 

 



Publié le 28/09/2022.


Source : Boulevard BD


Le chevalier et le Dieu corbeau.  Faraway Paladin 8

 

« - Si je suis ici aujourd’hui, c’est pour avoir une discussion avec le guerrier qui m’a renvoyé au ciel.

- Tu permets que je te brise la nuque ? J’en meurs d’envie.

- Oublie cette affreuse idée !

- Ne m’embobine pas avec tes histoires. Va droit au but.

- Hum. Toi, le valeureux Paladin de la lumière, qui m’a vaincu, accepte donc ma révélation. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Face au Dieu corbeau doté de parole, Will le paladin écoute la révélation que celui-ci lui fait. Accompagné par la protection de la lumière, il devra affronter le dragon maléfique Varakiaka et en mourra par manque de force. S’il veut vivre, il peut renoncer au combat. Mais l’éclat de l’âme d’un héros étant tel qu’il en devient capable de l’impossible, Will semble prêt à accepter l’affrontement contre ce dragon, faucille des Dieux. Mais pour cela, il va falloir se préparer...

 

 

 

 

©2018 Mutsumi Okubashi.     
©2018 Kanata Yanagino/ OVERLAP

 

 

Kanata Yonigo tourne enfin son aventure vers une histoire de dragon. C’est lui qui le dit. Le scénariste amène son manga vers l’heroïc fantasy et son ADN. Le mangaka Mutsumi Okubashi a pris énormément de plaisir à dessiner de nouveau la déesse que l’on n’avait pas vu depuis longtemps. Il donne le meilleur de lui-même dans cet épisode qui annonce une suite dynamique. Okubashi a un trait classique à mi-chemin entre celui de Hiromu Arakawa (Full Metal Alchemist) et Takeshi Obata (Death Note). Il est particulièrement minutieux dans les costumes qui sont pensés et soignés.

 

 

 

 

 

©2018 Mutsumi Okubashi.     
©2018 Kanata Yanagino/ OVERLAP

 

 Le manga de Yonigo et Okubashi est un shonen moyenâgeux de Fantasy. Le scénario intègre une certaine dimension philosophique. Will ne vient pas de ce monde. On le sait depuis le début de la série. Il sait c’est qu’il a eu une vie avant et il a des bribes de souvenirs. Il était une ordure et ne souhaite pas le redevenir. C’est pour cela qu’il mène cette quête initiatique.

  

 

 

 

©2018 Mutsumi Okubashi.     
©2018 Kanata Yanagino/ OVERLAP

 


Far away paladin est une saga au long cours. A la fois contemplative et d’action, elle aborde l’Heroïc Fantasy par un prisme moins agressif que ses congénères ce qui en fait son originalité.

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Faraway Paladin

 

Tome : 8

 

Genre : Heroïc Fantasy 

 

Scénario : Kanata Yanagino 

 

Dessins : Mutsumi Okubashi 

 

Character Design : Kususaga Rin 

 

Éditeur : Komikku

 

Nombre de pages : 192 

 

Prix : 7,99 €

 

ISBN : 9782372876346

  

 

 



Publié le 28/09/2022.


Source : Boulevard BD


Road trip pour deux enfants.  Les grandes vacances Juin 1959

 

« - Dis ? Tu dors ?

- Mé heu ! Ké ke gneu tugnneveugnnn ?

- Y’a maltraitance ! Grand-mère veut que j’aille chez Mamzelle Trompette pendant les grandes vacances, et toi, t’iras chez Tante Janine, c’est horrible.

- Comment tu l’sais ?

- Elle l’a dit à Monsieur l’Abbé Trave. »

 

 

 

 

 

 

 

                Juin 1959, l’été s’annonce au château de Jellesac, l’été, et surtout les grandes vacances. Pierre et Thomas vivent avec leur baronne de grand-mère et la bonne, Mamzelle Trompette, dans la grande demeure. La grand-mère, un peu fatiguée, décide d’envoyer les deux rejetons en vacances, dans des lieux séparés, l’un chez sa tante en Normandie, l’autre, plus turbulent, chez Mademoiselle Prontet. Pour les gamins, pas question d’être séparés. Et s’ils prenaient la poudre d’escampette pour aller chercher leur père ? Problème : ils ne savent pas où il se trouve. Pas de problème : ils prennent sa photo qui est dans le salon et, en pleine nuit, direction Paris, à plus de 500 kilomètres de là. Le destin, à commencer par la camionnette du laitier, va bien les aider.

 

 

 

 

© Hofer, Davoz - Idées Plus

 

 

                Les grandes vacances Juin 1959 sent bon La comtesse de Ségur et La guerre des boutons. Les auteurs nous invitent à nous replonger dans une époque où il n’y avait ni télévision (du moins pas dans tous les foyers), ni tablette, ni téléphone portable, un temps où il suffisait d’ouvrir la porte ou la fenêtre pour que l’aventure commence. Pascal Davoz écrit une histoire surannée, dans le sens nostalgique du terme, une aventure qui fait du bien, sans violence, sans arme, sans méchant non plus. Oui, c’est possible. Il y met un brin d’onirisme, à la « Hé, Nic, tu rêves » de Hermann et Morphée. On croit à un moment tomber dans le fantastique avant que la situation particulière dans laquelle se trouvent les enfants ne soit rattrapée par la réalité. L’histoire est un hommage aussi bien à la campagne française et ses paysages qu’au Paris de Robert Doisneau.

 

 

 

 

© Hofer, Davoz - Idées Plus

 

 

                Anne Hofer, née en 1938, met en images cette épopée. Illustratrice, décoratrice et peintre, elle a réalisé des génériques pour la télévision française dont celui, mythique, des Visiteurs du Mercredi, émission pour enfants de Christophe Izard, présentée par Patrick Sabatier et Soizic Corne, diffusée de 1975 à 1982. Pierre et Thomas semblent tout droit sortis de ce générique si bien que, avant de savoir qu’elle en était le maître d’œuvre, on pensait qu’elle s’en était inspirée. L’émotion à la lecture en est encore plus forte. Anne Hofer réussit à prendre le lecteur par la main pour en faire le troisième passager de ce voyage merveilleux.

 

 

 

 

© Hofer, Davoz - Idées Plus

 

 

                Réédition d’un album paru il y a quelques années aux éditions Clair de Lune, cette nouvelle vie est présentée comme un one shot, mais après avoir passé les grandes vacances avec Pierre et Thomas, on n’aurait à présent qu’une envie : faire la rentrée avec eux. On n’a plus envie de se passer des dessins d’Anne Hofer. La rentrée scolaire Juin 1959, ça sonnerait bien comme titre, non ?

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Les grandes vacances Juin 1959

 

Genre : Escapade 

 

Scénario & Story-board : Pascal Davoz 

 

Dessins & couleurs : Anne Hofer 

 

Éditeur : Idées Plus

 

Collection : Histoire

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 16 €

 

ISBN : 9782374700649 

 

 

 



Publié le 27/09/2022.


Source : Boulevard BD


Génie félin.  Léonard HS - Chat de génie

 

« - Disciple, j’ai besoin de vous immédiatement - maintenant - tout de suite !... Il faudra donc, je le crains, remettre à plus tard votre petite sieste !

- Euh… Toujours à vos ordres ! Que dois-je faire ?

- Attrapez-moi Raoul !

- Capturer le chat ? Bien, Maître! »

 

 

 

 

 

 


                Être chat chez le plus grand inventeur de tous les temps n’est pas la condition la plus rêvée qui soit. Raoul Chatigré habite chez Léonard. Cobaye, consentant, non plutôt pas consentant, des expériences du Maître, il a déjà perdu quelques poils depuis des années. Et quand ce n’est pas l’inventeur ou son disciple qui sont à ses trousses, la souris Simone n’est pas prête à le laisser se reposer. Autre cas de figure, plus reposant pour lui, Raoul est souvent témoin et commentateur des avanies causées par Léonard sur son disciplus simplex favori.

 

 

 

 

© Turk, De Groot, Zidrou, Kaël - Le Lombard

 

 

                Raoul, bête de l’ombre, héros de bas de cases, méritait bien qu’un album lui soit enfin consacré. C’est chose faite avec ce florilège qui recueille les meilleures histoires dans lesquelles il apparaît. C’est aussi l’occasion de remettre sur le devant de la scène le scénariste d’origine qui a créé l’ADN du félin : le grand Bob de Groot. Zidrou, le successeur adoubé, présente le concept de ce livre dans un gag introductif. Partis d’un postulat simple, les auteurs ont constaté que les 500 millions de chats domestiques dans le monde faisant 500 millions d’heureux propriétaires ça correspondait à un milliard de lecteurs. Il y a de quoi avoir le trac !

 

 

 

 

© Turk, De Groot, Zidrou, Kaël - Le Lombard

 

 

                Nous allons donc retrouver Raoul ayant avalé une potion qui donne la parole, et par conséquent lui permet d’adresser à ses propriétaires les reproches adéquats. On découvrira qu’il est l’un des rares chats non nyctalope. Il va devenir un chat GTI Turbo seize soupapes. Si ses maîtres le trouvent feignant, c’est parce qu’ils ne sont pas attentifs lorsqu’il est sportif. Il est capable de se mettre en grève. Léonard ira même jusqu’à lui implanter une mini-caméra pour analyser tous ses déplacements. Au milieu de tout ça, on appréciera comme toujours le trait impeccable depuis ses débuts de Turk.

 

 

 

 

© Turk, De Groot, Zidrou, Kaël - Le Lombard

 

 

                Bref, tout, tout, tout, vous saurez tout sur Raoul dans cet album à miauler de rire !

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

Série : Léonard

 

Tome : HS - Chat de génie

 

Genre : Humour ingénieux et félin 

 

Scénario : De Groot & Zidrou 

 

Dessins : Turk 

 

Couleurs : Kaël 

 

Éditeur : Le Lombard

 

Nombre de pages : 56 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782808205740

  

 

 

 



Publié le 27/09/2022.


Source : Boulevard BD


L’adaptation fort réussie d’un best-seller.  Le manoir 1 - Liam et la carte d’éternité Première partie

 

« - Ma valise ne m’a jamais quitté depuis que je suis arrivé. C’est le chauffeur de taxi qui a fait le coup, j’en suis sûr.

- Hum… Votre valise a peut-être toujours été vide. Y avez-vous songé, Monsieur ?

- Ne dites pas n’importe quoi, Raoul ! Cette valise me suit depuis ma première hospitalisation. Elle contenait tous mes vêtements, mon ordinateur, mon portable et…

- Hum ! Vous n’avez plus besoin de tout ça, Monsieur.

- Ce n’est pas à vous de le dire. Je viens de me faire voler mes affaires : je dois prévenir mes parents. Prêtez-moi votre téléphone !

- Je n’ai pas de téléphone, Monsieur. Personne n’en a ici. Le manoir n’en est pas équipé. J’ajoute qu’il n’y a pas non plus l’électricité si vous ne l’avez pas encore remarqué. Hum ! En ce qui concerne vos parents, il ne faut pas vous inquiéter : ils sont informés de tout. Reposez-vous, Monsieur. Hum ! »

 

 

 


© Melchior, Beuchot, Brissou-Pellen - Bayard

 

 

Liam Anderson a quinze ans. Il vient d’arriver au manoir. Ses parents l’ont envoyé dans cette vaste demeure ancienne pour se reposer. Il se remet d’un cancer. Après que le Docteur Roy lui annonce qu’il n’a plus besoin de médicaments, le majordome Raoul l’installe dans sa chambre. Ici, pas de téléphone, pas d’électricité. D’ailleurs, toutes ses affaires ont disparu. Sa valise est vide. Les autres pensionnaires sont tous plus étranges les uns que les autres : un type déguisé en guerrier sparte, deux jumeaux facétieux, un joueur de poker, une damoiselle semblant tout droit descendue d’un donjon, … Liam ne va désormais avoir qu’un but : sortir de ce manoir. Cela va s’avérer plus compliqué que prévu. Peut-être faudra-t-il d’abord en percer le mystère.

 

 

 

 

 

© Melchior, Beuchot, Brissou-Pellen - Bayard

 

 

 

Stéphane Melchior et Raphaël Beuchot adaptent la série de romans a succès d’Evelyne Brisou-Pellen. Melchior a l’habitude de ce genre d’exercice. Il l’a réussi avec brio avec Les Royaumes du Nord de Philippe Pullman. Il réédite l’exploit avec Le manoir. Tout le suspens de Brisou-Pellen se traduit parfaitement en bande dessinée. La tension se construit tout au long de l’intrigue. On se pose des questions avec Liam. On en envie de trouver des réponses avec lui. On cherche ensemble des solutions. Le narrateur interne nous invite à partager sa vision des faits et ses émotions. On passe avec lui de la réalité au fantastique sans encore savoir pourquoi et comment il a pu en arriver là.

 

 

 

 


© Melchior, Beuchot, Brissou-Pellen - Bayard

 

 

 

Raphaël Beuchot a maquetté le manoir en 3D afin de se repérer dans les lieux et de proposer un décor cohérent et solide. Le trait est semi-réaliste, cousin de celui d’un Cyrille Pomès. Des recoins lugubres de la bâtisse aux prairies verdoyantes de ses alentours, Beuchot nous accompagne dans les pas de Liam. L’émotion des mots de l’autrice se traduit dans ses traits crayonneux. On retiendra en particulier la très émouvante scène de la rencontre entre Liam et l’institutrice retraitée de l’école de filles. Là est la force de la bande dessinée, quand des images provoquent autant d’émotions que des mots.

 

Cet épisode n’est l’adaptation que de la première partie du premier roman de la saga Le manoir qui compte déjà deux saisons de six romans pour adolescents. Ceux qui n’auront pas la patience d’attendre la suite en BD peuvent d’ors et déjà se jeter dessus. Addictif.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

Série : Le manoir

 

Tome : 1 - Liam et la carte d’éternité Première partie 

 

Genre : Fantastique 

 

Scénario : Stéphane Melchior

 

D’après : Evelyne Brissou-Pellen 

 

Dessins : Raphaël Beuchot 

 

Couleurs : Raphaël Beuchot & Anne-Sophie Dumeige 

 

Éditeur : Bayard

 

Collection : Bande d’ados

 

Nombre de pages : 88

 

Prix : 14,90 €

 

ISBN : 9791036327001

 

 

 



Publié le 27/09/2022.


Source : Boulevard BD


Pattes de Mouches à dévorer. Première partie.  Richard et Dieu, et quatre autres empreintes d’insectes

 

 « - Hum… Pour vous montrer ma gratitude envers votre acte désintéressé, je répondrai la vérité absolue à n’importe quelle question que vous me poserez !

- Comment ça ?...

- Vous me posez une question et ma réponse sera, je vous le jure, la totale vérité.

- N’importe quelle question ?

- Ce que vous voulez.

- Avec la vraie réponse ?

- Avec la vraie réponse. »

 

 

 

 

 

 


                Après avoir aidé un homme à se garer, Richard l’aide à porter des cartons. En échange, l’homme lui propose de répondre à la question qu’il veut. Il se prétend une incarnation divine. Il a le pouvoir de l’omniscience. Evidemment, la conversation va rapidement dévier sur Dieu. Richard se positionne en contradicteur, argumentant ses réflexions, avec l’humour et la nonchalance qui le caractérisent.

 

 

 

 

© Trondheim – L’association

 

 

                Quatre autres Pattes de Mouche toutes plus différentes les unes que les autres complètent la fournée.

 

                Lewis Trondheim est au meilleur de sa forme avec Richard et Dieu. On le retrouve au scénario de La bouteille dessiné par Alfred, dans une histoire d’héritage. Papy est mort en remontant de la cave avec une bouteille de champagne. Il a perdu l’équilibre, basculé en arrière et est mort sur le coup. La bouteille ne s’est pas cassée. Qu’en faire ? C’est l’objet de la discussion à la Jaoui-Bacri entre les descendants du grand-père.

 

 

 

 

© Trondheim, Alfred – L’association

 

 

                Grand Canyon est un carnet de voyage de l’américain Anders Nilsen, ou plutôt un carnet de loisirs. Erik Nilsen fête ses 70 ans. Entre Las Vegas et Flagstaff, un programme sportif attend un groupe d’amis : descente en kayak, escalade de parois rocheuses et partie de frisbee. Tout ça est observé par une bernache. Une allusion à Burt Reynolds donne un petit air de Délivrance. Le parallèle s’arrête heureusement là. Après, il faudra rentrer. Ce sera la randonnée du retour. Nilsen est dans la contemplation. Un soupçon d’humour juste ce qu’il faut pour une balade au temps suspendu. Un repos.

 

 

 

 

© Nilsen – L’association

 

 

                Les lettres d’Hilda Dajc, du serbe Aleksandar Zograf, est le témoignage historique d’une victime du camp de concentration de Semlin, à Sajmiste en Yougoslavie, près de Belgrade. Hilda, infirmière bénévole à l’hôpital juif, déportée volontaire à 19 ans, a correspondu avec des amies de lycée alors que les nazis l’avaient interdit. Grâce à des employés de l’hôpital, le courrier a pu passer. Quatre de ces lettres ont été conservées et servent de base à ce petit livre, émouvant devoir de mémoire.

 

 

 

 

© Zograf – L’association

 

 

                Retour en France avec La boucherie parisienne de Gala Vanson. L’autrice raconte une vie de famille, sa vie de famille, qui a tourné autour de la boucherie familiale. C’est une histoire de temps qui passe, d’années qui s’écoulent, témoignage d’un siècle passé, autour du commerce, des vacances, ou pas parce que papa travaille. Si quelqu’un avait un jour pensé qu’on pouvait écrire une poésie autour d’une boucherie...

 

 

 

 

© Vanson – L’association

 


                La mythique collection Patte de mouche de L’association confirme son retour gagnant. Chacune de ses histoires, de ces pattes, est une leçon de construction autant scénaristique que graphique.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

Titre : Richard et Dieu

Genre : Réflexion philosophique

Scénario & Dessins : Lewis Trondheim 

Éditeur : L’association

Nombre de pages : 24

Prix : 3 €

ISBN : 978284414

 

 

 

 

 

 

Titre : Grand Canyon

Genre : Carnet de voyage

Scénario & Dessins : Anders Nilsen 

Éditeur : L’association

Nombre de pages : 24

Prix : 3 €

ISBN : 978284414

 

 

 

 

 

 

Titre : Les lettres d’Hilda Dajc

Genre : Drame historique

Scénario & Dessins : Aleksandar Zograf 

Éditeur : L’association

Nombre de pages : 24

Prix : 3 €

ISBN : 978284414

 

 

 

 

Titre : La boucherie parisienne

Genre : Emotion

Scénario & Dessins : Gala Vanson 

Éditeur : L’association

Nombre de pages : 24

Prix : 3 €

ISBN : 978284414

 

 

 

 

 

 

Titre : La bouteille

Genre : Emotion

Scénario : Lewis Trondheim 

Dessins : Alfred 

Éditeur : L’association

Nombre de pages : 24

Prix : 3 €

ISBN : 978284414

 

 

 



Publié le 26/09/2022.


Source : Boulevard BD


Un tracé de légende ... Le circuit de Magny-Cours

Tout fan de sport automobile et de BD connaît les « Dossier Michel Vaillant », véritable encyclopédie illustrée sur le monde de la F1 notamment, chaque tome était au départ dédié à un pilote d’exception.

Depuis le 14, c’est au tour des circuits de légende de se voir mis à l’honneur.

Après Le plus beau du monde, Spa-Francorchamps évidemment, ce fut le Paul Ricard.

Voici donc le 3e consacrant les 60 ans du circuit mythique de Nevers !

Une histoire qui commence presque par accident puisqu’à l’origine, ce circuit était destiné au karting ! Du karting à la F1 ! Mais n’est-ce pas également le parcours de tous les grands pilotes ?

Un destin donc aussi exceptionnel que ces champions, comme Mansell (2 x), Prost, Schumacher (8 x), Hill, Coulthard, Alonso, Räikkönen, Massa et tout naturellement Michel Vaillant ou Steve Warson.

Jean Graton aimait ce circuit rapide et technique au point d’y faire courir plusieurs fois ses héros.

 

 

 

 

 

 

 

 

Imaginé en 1959 par le maire de Magny-Cours, Jean Bernigaud à qui appartient le terrain, c’est donc au départ une piste de karting de 510 m qui ne va cesser de grandir. Par la passion d’un homme, puis de son épouse, il se veut ouvert à tous les sports « sur roues » : kart, moto, voiture mais également vélo ! Au niveau de sa forme, ses équipements, sa taille, … il s’agrandit au fur et à mesure avec les moyens limités de ses propriétaires et les besoins spécifiques pour telle ou telle compétition.

En septembre 1986, le Conseil général de la Nièvre l’achète à la famille Bernigaud. Il mesure alors 3km 850 ! Son tracé est revu pour obtenir une homologation F1 en 1989, un bail de 5 ans pour le GP de France l’année suivante et en accueille son 1er GP de F1 en 1991. Son 1er vainqueur est Nigel Mansell, devant le champion national, Alain Prost !

 

 

 

 

 

Tracé du circuit de Magny-Cours 

 

Curieux d’en savoir encore plus ?

Nous ne pouvons que vous conseiller la lecture de ce 16e dossier Michel Vaillant !

Entre reportages exclusifs, photos souvent inédites ou privées, témoignages, anecdotes, le tout entrecoupé évidemment de courts récits BD sur l’un ou l’autre fait et exploit, ce 128 pages se dévore sans arrêt « stand ». Ecriture vivante et agréable, le lecteur sent la passion des auteurs à transmettre leur propre admiration pour ce circuit qui accueillera le GP F1 de France de 1991 à 2008. Mais depuis, de nombreuses autres compétitions y ont eu lieu et y ont encore lieu !

 

 

 

 

 

 

© Le circuit de Magny Cours - Dupuis

 

Du côté « BD », les courts récits sont signés : Denis Lapière, Stéphane Créty, Benjamin Benéteau et Michel Janvier. Que du plaisir !

Et comme à chaque fois, une volonté évidente de mettre à la portée de tous le survol de ces 60 années d’existence. Un album indispensable pour tout amateur du genre et de Michel Vaillant.

 

 

 

 

 

 

© Le circuit de Magny Cours - Dupuis

 

 

Bref, Michel Vaillant n’est pas près de raccrocher ses gants … 2022 fut un excellent cru avec 3 albums … Et que dire de 2023, qui s’annonce encore plus riche avec notamment un double centenaire à fêter : celui de la course mythique des 24h du Mans et celui de son créateur, Jean Graton ! Qu’on se le dise !

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Le circuit de Magny-Cours

 

Collection : Grand Public

 

Éditeur : Dupuis

 

Genre : Biopic Action - Aventure

 

Rédaction : Jean-Louis Balleret

 

Scénario : Michel Janvier - Denis Lapière

 

Dessins :  Stéphane Créty - Benjamin Bénéteau -Michel Janvier

 

Couleurs : Antoine Lapasset

 

Nombre de pages : 128

 

Prix : 26,00 €

 

ISBN : 9782390600954

 

 



Publié le 26/09/2022.


Source : Bd-best


Nouveau drapeau Ă  damiers pour Michel Vaillant ... Dans l'enfer d'Indianapolis

1966, Michel, Jean-Pierre et Steve se retrouvent à Indianapolis pour y disputer les célèbres 500 Miles. Tout se présente bien. L’ambiance est celle de la course, l’une des plus célèbres du monde. Profitant d’un temps libre, les 2 champions décident d’aller boire un verre dans un bar du coin. Sur le parking, des cris de femme ! Leur grand cœur les pousse à intervenir et à venir en aide à Rhona.

Ils vont même jusqu’à lui proposer d’intégrer le team Vaillant comme chronométreuse !

Mais était-ce réellement une bonne idée ? Car qui est réellement Rhonda ? Que cache-t-elle ? Pourquoi semble-t-elle être poursuivie par son ex ? Et celui-ci est-il réellement son « ex » ? Bien des questions dont nos héros feraient bien de se poser s’ils n’avaient pas une course mythique à gagner !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’intrigue ne serait-elle pas trop « légère » si elle ne se limitait qu’à cela ? Car en 1966, cette année-là, Indianapolis se transforme rapidement en un enfer pour les pilotes. Dès le départ, hécatombes, carambolages se succèdent … faisant de cette édition un enfer mythique pour eux ! La victoire reste incertaine jusqu’après la ligne d’arrivée … Graham Hill ou Jim Clark ? Même les officiels semblent prendre part au suspense en s’embrouillant dans le nombre de tours accordés au second ! L’était-il donc réellement ou était-il le vrai vainqueur ?

Si le mystère restait entier à l’époque, Michel Vaillant pourrait nous en révéler ici la clé !

 

 

 

 

 

 

© Denis Lapière – Vincent Dutreuil –  Graton Éditeur

 

 

 

Qu’il est bon et agréable de se replonger dans cette ambiance « Saison 1 – Jean Graton » et même dans l’esprit des premières courses de Michel Vaillant ! Un graphisme moins figé « Saison 2 », plus proche du style d’origine, tout en étant cependant plus fouillé.

Nous pourrions honnêtement « classer » celui-ci entre celui du Père Spirituel et celui choisi pour la « Saison 2 ».

En conséquence, les fans de la première heure seront à nouveau transportés dans cette atmosphère originale qui leur faisait adorer les albums de Jean Graton. Quant aux plus « jeunes » arrivés avec la « saison 2 », ils pourront découvrir l’ADN du succès initial de Michel Vaillant.

Bref, chacun y trouvera immanquablement les éléments qui le font aimer cette série d’anthologie à laquelle il reste, à n’en pas douter, encore de fort beaux jours.

 

 

 

 

 

 

© Denis Lapière – Vincent Dutreuil –  Graton Éditeur

 

 

 

Michel Vaillant se décline ainsi désormais en 4 pistes : la « Saison 2 », plus moderne, axée sur des préoccupations plus actuelles, les « Histoires courtes » reprenant les récits parus notamment dans les années ’50-’60 dans Tintin et parfois regroupés dans les désormais quasi introuvables « Tintin Sélection », les fameux « Dossiers Michel Vaillant » dont nous reparlerons prochainement dans une autre chronique à l’occasion de la sortie du dossier 16, « Le Magny-Cours » et enfin cette nouvelle branche !

 

 

 

 

 

 

 

© Denis Lapière – Vincent Dutreuil –  Graton Éditeur

 

 

« Miche Vaillant – Légendes », ou le dessous des courses mythiques des années ’60 – ’70. Un nouveau terrain d’exploits pour Michel, Steve, Jean-Pierre, mais également Henri Vaillant qui verra se mêler fiction et réalité historique …

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Dans l’enfer d’Indianapolis

 

Série : Michel Vaillant – Légendes

 

Éditeur : Graton Éditeur

 

Scénario : Denis Lapière

 

Dessins : Vincent Dutreuil

 

Nombre de planches : 64

 

Prix : 16,50 €

 

ISBN : 9782390601098

 



Publié le 26/09/2022.


Source : Bd-best


La guerre des Lulus ... Teaser du film prévu en janvier 2023

En attendant la parution du huitième tome de « La guerre des Lulus - Luce » prévue le 10 octobre 2022 aux Éditions Casterman, le teaser du film, dont la sortie est signalée le 18 janvier 2023, est disponible. Nous vous proposons de le retrouver ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

À l’aube de la Première Guerre mondiale, dans un village de Picardie, quatre amis inséparables, Lucas, Luigi, Lucien et Ludwig, forment la bande des Lulus. Ces orphelins sont toujours prêts à unir leurs forces pour affronter la bande rivale d’Octave ou pour échapper à la surveillance de l’Abbé Turpin… Lorsque l’orphelinat de l’Abbaye de Valencourt est évacué en urgence, les Lulus manquent à l’appel. Oubliés derrière la ligne de front ennemie, les voilà livrés à eux-mêmes en plein conflit. Bientôt rejoints par Luce, une jeune fille séparée de ses parents, ils décident coûte que coûte de rejoindre la Suisse, le « pays jamais en guerre »... les voilà projetés avec toute l’innocence et la naïveté de leur âge dans une aventure à laquelle rien ni personne ne les a préparés !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C Hardoc - Régis Hautière - Casterman

 

1919. Dans une Belgique qui se reconstruit, Luce redécouvre son village, sa famille et ses amis. La guerre, l’éloignement et le temps qui passe ont changé beaucoup de choses. Elle fait connaissance avec son tout jeune frère et renoue avec sa meilleure amie, Clarisse, mais elle réalise peu à peu qu’elles sont devenues très différentes. Lucien, Luigi et Franz ont voyagé pour la rejoindre. Leurs retrouvailles sont un grand moment de joie mais elles révèlent aussi les blessures de chacun. La force de leur amitié leur permettra-t-elle de retrouver les autres Lulus ?



Publié le 22/09/2022.


Source : Bd-best


Bd Best y Ă©tait pour vous ... Bd Comic Strip Festival 2022

Rencontre avec Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero lors du BD Comic Strip Festival 2022 au sujet du nouveau Corto Maltese, Nocturnes berlinois, aux Éditions Casterman. Quelques extraits non choisis et au hasard de ce débat passionnant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Juan Diaz Canales – Ruben Pellejero –  Hugo Pratt - Casterman

 

 

 

Images : Thierry Ligot

 

Mise en ligne : Alain Haubruge

 



Publié le 22/09/2022.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2022