En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Vaste programme.  Mort aux cons

 

« - J’allais pour rentrer les poubelles quand je l’ai vue… Sur le coup, je l’ai pas reconnue… Mais sa tête était intacte… C’est comme ça que j’ai su que c’était elle !

- Pauvre petite Zara !

- C’est horrible !

- Je ne pouvais pas la laisser comme ça… Alors j’ai pris un grand sac plastique, puis j’ai ramassé les morceaux… Y en avait partout !

- Je vous remercie de vous en être aussi bien occupée !

- Ah ! Vous voilà ! Figurez-vous que Zara… la chatte de votre voisine… est morte cette nuit ! »

 

 

 

 

 

 


                Ben débarque en pleine conversation de voisines dans le hall de son immeuble. Zara, la chatte de sa voisine a été retrouvée morte. Elle aurait pu tomber en sautant sur son balcon pour aller chez sa maîtresse. Elle est bien venue chez lui et est restée un moment sur le canapé. Puis elle est repartie… Enfin, ça, c’est que dit Ben. Il faut dire que ce con de chat l’a griffé. Ben l’a attrapé par le cou et l’a jeté dans la rue, depuis l’étage. Ainsi démarra la croisade de Ben à l’assaut des cons, un engrenage infernal qu’il n’arrivera pas à stopper, se débarrassant de tous types de cons, animaux, puis humains, qui croiseront sa route.

 

 

 

 

© Corbeyran, Saint-Georges - Jungle

 

 

                D’après le dictionnaire, un con est quelqu’un d’idiot, un imbécile, une personne stupide. Ben fait une allergie aux cons. Après avoir tué le chat de sa voisine, il s’en prend à tous ces cons d’animaux promenés en laisse par leurs propriétaires. Il tranche les laisses, kidnappe les bêtes et les trucide. Sa carrière d’assassin animalier s’arrêtera le jour où il tuera sa conne de concierge. Ce ne sera que la première victime d’une longue série, s’écrivant dans une surenchère morbide.

 

 

 

 

© Corbeyran, Saint-Georges - Jungle

 

 

                Corbeyran adapte le roman de Carl Aderhold et s’attaque au vaste sujet de la connerie. Jusqu’à quel point peut-on laisser un con nous marcher sur les pieds ? Qui sont-ils pour se permettre de nous ennuyer ? Déjà, Georges Brassens dissertait sur le sujet. Il y a les jeunes blancs-bec qui prennent les vieux mecs pour des cons. A contrario, les vieux fourneaux prennent les jeunots pour des cons. Bref, le temps ne fait rien à l’affaire : quand on est con, on est con ! Ben a écouté Brassens et en a tiré ses conclusions. Il n’y a pas de remède à la connerie. Il faut donc rayer de la carte les malheureux incurables qui en sont victimes. Les victimes entourant de plus en plus le jeune homme, la police, et en particulier le Commissaire Marie, ne va pas tarder à s’intéresser de très près à lui. Suivront quelques scènes, quelques joutes verbales, dignes des meilleurs épisodes de Columbo dans lesquels le lieutenant tente de confondre le suspect.

 

                Lauréat d’un prix Jeunes Talents au festival d’Angoulême en 2018, Alexis Saint-George signe son premier album. L’ensemble est fort honorable, même si certaines expressions exacerbées sont encore un peu vertes. Les plans d’ensemble sont maîtrisés, la couverture est efficacement redoutable. Le dessinateur a un potentiel de progression certain.

 

 

 

 

© Corbeyran, Saint-Georges - Jungle

 

 

                Il paraît qu’on est tous le con de quelqu’un. Tant qu’on n’est pas celui de Ben, pas d’inquiétude. Cynique et drôle, avec une conclusion arrivant comme une sentence, Mort aux cons montre ce que certains pourraient parfois avoir envie de faire quand certains cons les poussent à bout. Mais faut pas ! Non, faut pas ! Ben le fait pour vous ! « Mort aux cons ! » est le nom de Baptême de la première jeep qui rentra dans Paris à la Libération. « Vaste programme ! » commenta le Général de Gaulle.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Mort aux cons 

 

Genre : Polar 

 

Scénario : Corbeyran

 

D’après : Carl Aderhold

 

Dessins & Couleurs : Alexis Saint-Georges

 

Éditeur : Jungle

 

Collection : RamDam

 

Nombre de pages : 136

 

Prix : 18,95 €

 

ISBN : 9782822230476

 

 

 

 



Publié le 11/05/2022.


Source : Bd-best


Spirou 4387 -  11 Mai 2022

 

 

L’espoir malgré tout La croisée des chemins

 

 

 

 

 

 

 

            Un Spirou en chasse un autre. La mort de Spirou s’st interrompu la semaine dernière pour laisser place à la dernière partie d’Un espoir malgré tout. Le titre est clair : Une fin et un nouveau départ. C’est avec beaucoup d’émotion qu’on assiste à la fin de cette belle aventure de plusieurs années, devoir de mémoire réalisé par Emile Bravo. Il n’empêche que le magazine aurait pu mieux organiser ses prépublications pour éviter d’avoir eu à couper l’histoire de Schwartz.

 

            Après deux semaines d’absence, c’est le retour des récits complets, avec un unitaire signé Cyrille Pomès et un épisode de l’excellente série H.O.M.E.

 

            Pour les abonnés, Lerouge offre un jeu à découper inspiré de la queue du Marsupilami.

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Lerouge, Batem – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Sœurs Grémillet (Les) : Le trésor de Lucille

Spirou, l’espoir malgré tout : Une fin et un nouveau départ

 

 

Récits complets :

 

H.O.M.E : Robot vs robot

Z’auriez pas vu Kiki ? (Pomès)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Capitaine Anchois

Coach (Le) (Bercovici & Bernstein)

Professeur Foldogon (La pause-cartoon)

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Elliot au collège

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Houba gags

Kid paddle

Nelson

Petit Spirou (Le)

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tash & Trash (La pause-cartoon)

Terence & Bud

Willy Woob

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Renaud Collin

En direct du futur : Ultime Sabbat (De Pins)

Interview : Bravo

Jeux : Le camp de la résistance (Joan)

Spirou & moi : Bernadou

 

 

Supplément abonnés :

Jeu : La queue du Marsupilami

 

 

 

En kiosques et librairies le 11 Mai 2022.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 11/05/2022.


Source : Bd-best


Harcèlement (1) ... M'harcèle pas !

 

 

 

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’une brochure éditée par Infor- Jeunes Brabant Wallon qui traite d’un sujet concernant plus de 1 enfant sur 10 victime de harcèlement à l’école. D'après un rapport parlementaire « Comprendre et combattre le harcèlement scolaire » remis le 13 octobre 2020 à l’assemblée nationale, près de 700.000 enfants sont victimes de harcèlement scolaire chaque année en France, soit 5 à 6 % des jeunes au total. Le lundi 07 février 2022, la commission des affaires culturelles a adopté, en nouvelle lecture, la proposition de loi, modifiée par le Sénat, visant à combattre le harcèlement.

 

 

 

 

 

 

 

Infor- Jeunes Brabant Wallon s’est intéressé au sujet et a réalisé une brochure de 28 pages destinée aux élèves. Cette dernière, scénarisée par Marjorie Martin & Cédric Hervan est aussi illustrée par ce dernier (Les combattants du rail « Zéphyr BD », Le dernier des Schoenfeld « Glenat », C’était à Khorsabad, Alix tome 25 « Casterman »,..).

 

 

 

 

 

© Hervan – Martin – Gourdin – Infor-jeunes Brabant Wallon

 

 

 

La publication demande aux élèves de reconnaitre une situation de harcèlement pour ensuite les solliciter au niveau du rôle dans lequel ils se reconnaissent (victime, témoin ou harceleur). Des conseils sont dispensés afin d’aider chacun des acteurs suivant leur rôle.

 

 

 

 

 

 

© Hervan – Martin – Gourdin – Infor-jeunes Brabant Wallon

 

 

Le harcèlement est affaire de tous, ne fermons pas les yeux ! Devenons acteurs de changement ! Dans ce cadre, cette brochure est gratuite, donc accessible à tous en cliquant sur le lien suivant :  https://issuu.com/inforjeunesbw/docs/brochure_m-harcele-pas

 

 

 

 

© Hervan – Martin – Gourdin – Infor-jeunes Brabant Wallon

Elle peut également être obtenue en version papier en contactant Infor-jeunes à l’adresse suivante :

mharcelepas@ijbw.be

 

 

 

 

 

 

Haubruge Alain

 

 

 

Titre : # M’Harcèle pas ! 

 

Éditeur : Infor-Jeunes Brabant Wallon

 

Genre : Société

 

Scénario : Marjorie Martin - Cédric Hervan

 

Dessin : Cédric Hervan

 

Couleurs : Cédric Hervan – Véronique Gourdin

 

Nombre de pages : 38

 

Prix : néant

 

ISBN : néant



Publié le 09/05/2022.


Source : Bd-best


Sypnosis original pour les 70 ans de Lefranc... Lefranc T.33 Le Scandale Arès

 

 

 

16 juin 1940, les armées françaises sont en déroute un peu partout sur le territoire. La guerre éclair voulue par Hitler, s’appuyant sur l’extrême rapidité et mobilité de ses divisions lui permet de rapidement de contourner, puis d’enfoncer les lignes françaises.

 

 

 

 

 

 

 

 

Visiblement, la bataille de France, à peine commencée le 10 mai 1940, est déjà gagnée par le Troisième Reich. Rien, ni personne ne pourra arrêter les Allemands !

Pourtant ici et là, des actes de bravoure éphémères ont lieu. C’est le cas ce jour-là, sur la départementale 6, près de Luxeuil-les-Bains, dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Une colonne d’une trentaine de Panzer est entièrement détruite par 2 chasseurs inconnus. Seul survivant, le colonel Karl von Lieds, blessé, a bien des photos de ces 2 mystérieux avions, dont un est néanmoins abattu et serait tombé dans un lac proche. Mais, auprès de sa hiérarchie, il préfère se taire. Quelques mois plus tard, il se retrouve envoyé sur le front de l’Est d’où il ne reviendra pas !

 

 

 

 

 

© Martin –Seiter – Régric - Casterman

 

 

 

Inutile de chercher des informations de cet engagement aérien dans les archives militaires ou autres. Nulle trace … du moins officiellement ! C’est ce que Guy Lefranc constate immédiatement une quinzaine d’années plus tard ! Sollicité par Marlène von Lieds, cette dernière souhaite en savoir plus sur le désastre subi par son père à l’époque, et surtout sur ces avions d’une technologie révolutionnaire mais qui semble n’avoir jamais existés !

Elle montre ainsi à Lefranc le dossier réalisé par son père à ce sujet, ses photos, ses notes et surtout sa conclusion : « Il pensait que si à l’époque, l’aviation française avait été largement équipée de ce type de chausseurs, jamais l’armée allemande n’aurait pu l’emporter. »

 

Dès lors, pourquoi ce silence au sein du ministère des Armées ? Qui cela dérange-t-il ? A quel secret s’attaque-t-il ? Quel scandale risque-t-il de faire éclater s’il allait au bout de son enquête ?

 

 

 

 

 

© Martin –Seiter – Régric - Casterman

 

 

 

 

Voilà donc le pitch de cette nouvelle aventure du célèbre journaliste de Jacques Martin. Car c’est bien un synopsis original inédit (« Le Scandalor ») du maître que Roger Seiter et Régric ont adapté pour cet album des 70 ans du reporter ! Le 33e déjà !

Si Jacques Martin était un passionné d’automobiles au point d’en faire un véritable défilé de modèles mythiques dans ses albums, il ne faut pas oublier qu’il l’était également d’aviation. Normal avec un père pilote de chasse durant la Première Guerre Mondiale, affecté en 1921 à la célèbre escadrille des Cigognes, stationnée à Strasbourg !

Imaginé un prototype de chasseur révolutionnaire, en avance sur tous ceux existants, mais volontairement ignoré par les autorités militaires pour des raisons politiques a dû être un régal pour Jacques Martin.

 

 

 

 

 

 

© Martin –Seiter – Régric - Casterman

 

 

Ce tome nous replonge ainsi dans le passé du journaliste, retour en 1956 ! Dans la même veine que ces premières aventures, Lefranc garde cet esprit d’enquêteur fouineur, toujours prêt à aller chercher le scoop quel que soit le danger ou l’ennemi auquel il s’attaque … ici la DPSD (Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense). Barbouzes et secrets militaires, scandales politiques et magouilles, l’intrigue est parfaitement construite par Roger Seiter. Nous y retrouvons un peu l’ambiance des récits d’espionnage et des relents d’après-guerre où les secrets liés à la défaite militaire se doublaient des rancunes encore vivaces entre anciens résistants et pétainistes notoires.

Quant au dessin, Régric maîtrise bel et bien le trait martinien. Le rythme à donner aux scènes d’action passe notamment par un découpage efficace des planches ainsi que des angles de vue soignés et variés.

Personnellement, Régric, je te rassure, j’ai apprécié à leur juste valeur les scènes de plongée fort réalistes. Merci.

 

Il est aussi à noter cette coïncidence entre une certaine actualité géopolitique européenne et la scène finale dont nous ne pourrions qu’espérer qu’elle ne soit pas que fiction.

 

 

 

 

 

© Martin –Seiter – Régric - Casterman

 

 

 

En conclusion, un album digne d’un 70e anniversaire pour un reporter toujours prompt à dévoiler les luttes souterraines, à déjouer les machinations de puissances géopolitiques, à s’opposer aux desseins criminels d’organisations de tous bords.

 

Bon anniversaire, Guy Lefranc ! Nous te retrouverons l’an prochain sur « La Route de Los Angeles » pour ta 34e aventure avec le duo Corteggiani et Alvès !

 

 

 

Thierry Ligot

 

 

 

Titre : Le scandale Ares

 

 

Série : Lefranc 

 

 

Tome : 33

 

 

Éditeur : Casterman

 

 

Genre : Aventure

 

 

Scénario : Jacques Martin – Roger Seiter

 

 

Dessin : Régric

 

 

Couleurs : Bruno Wesel

 

 

Nombre de pages : 48

 

 

Prix : 11,95 € 

 

 

ISBN : 9782203223653 

 

 

Parution prévue le 18/05/2022



Publié le 09/05/2022.


Source : Bd-best


Etrange bestiau.  Ana Ana 19 - Touffe de poils, drôle d’animal !

 

« - Bouuuuuuuh !

- Que se passe-t-il, Touffe de poils ???

- Je ne suis pas un animal… Et vous tous, si ! J’aimerais être comme vous ! »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Pendant que les doudous et Ana Ana jouent au badminton dans le jardin, Touffe-de-poils, étendu sur le canapé du salon, consulte une encyclopédie animalière. Tous les animaux de la planète sont dans le livre. Il y a une baleine comme Baleineau, un ours comme Grizzou, un renard comme Goupille, un pingouin comme Pingpong, un lapin comme Zigzag, mais il n’y a rien qui lui ressemble à lui, Touffe de poils… Il y a bien des animaux verts comme lui. Est-il une grenouille, un lézard, une chenille, une tortue ? Il est très triste car il ne ressemble à rien et va pleurer sur son étrange condition auprès de ses camarades.

 

 

 

 

© Roques, Dormal - Dargaud

 

 

                Montaigne, Malraux, Sartre, Descartes ou encore Karl Marx ont écrit sur la Condition Humaine. En 1859, Charles Darwin s’intéressa à la théorie de l’évolution dans « De l’origine des espèces », démontrant que les espèces humaines et animales étaient apparentées. Les différentes religions se sont aussi penchées sur le cycle de la vie. En peinture, des artistes comme Paul Gauguin avec « D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? » ont participé à la réflexion sur le thème. En bande dessinée, à part Jodorowski et ses délires psychédéliques, il aura fallu attendre Dominique Roques et Alexis Dormal pour disserter sur le sujet. Les auteurs n’axent cependant pas vraiment leur essai sur la condition humaine, mais sur celle de… Doudou !

 

 

 

 

© Roques, Dormal - Dargaud

 

 

                Comme dans chacun de ses albums innocents, Ana Ana offre un sujet de discussion en famille. Au-delà de tout thème de réflexion, et dans un monde de brutes comme le nôtre, laissons la politique et la guerre aux adultes, ou à ceux qui croient l’être, et profitons des instants de bonheur offerts par la joyeuse petite bande d’Ana Ana. Touffe de poils est le personnage au potentiel comique le plus fort, peut-être justement parce qu’il n’est assimilable à rien d’autre qu’à un doudou, mais ça, la conclusion dira peut-être autre chose. L’important est que dans cette histoire, on rit, on rit vraiment, soit par les textes et dialogues courts et percutants, juste essentiels, de Dominique Roques, soit par le dessin, et en particulier le panel d’expressions de Touffe de poils, d’Alexis Dormal.

 

 

 

 

© Roques, Dormal - Dargaud

 


Que l’on soit un petit ou un grand, un humain ou un animal, Ana Ana accepte tous les amis possibles ! Vive vive Ana Ana !

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Ana Ana

 

Tome : 19 - Touffe de poils, drôle d’animal !

 

Genre : Petit bonheur poétique 

 

Scénario : Dominique Roques 

 

Dessins & Couleurs : Alexis Dormal 

 

Éditeur : Dargaud Jeunesse

 

Nombre de pages : 32 

 

Prix : 7,95 €

 

ISBN : 9782205085815

 

 



Publié le 08/05/2022.


Source : Bd-best


Sans se retourner.  Aimer pour deux

 

« - Je suis heureux que la guerre soit finie, que tout le monde soit libre à nouveau. Mais en fait, personne n’est jamais vraiment libre, n’est-ce pas ? Votre mari a malheureusement été très clair. Il refuse de divorcer. Lisez attentivement ce papier. Mais je vous conseille de bien réfléchir avant de le signer. Il s’agit pourtant du seul moyen de retrouver votre liberté. »

 

 

 

 

 

 

 


                Paris, quelques mois après la Libération, Monique veut divorcer de Francis. Celui-ci est prêt à accepter à la seule condition qu’elle renonce à ses droits sur leur fille Nicole. Amoureuse d’un officier américain rencontré dans la capitale, elle décide de tout quitter par amour pour lui. Monique revient sur ces années de guerre, de son arrivée dans Paris occupé en 1941 à son idylle avec Francis, des boîtes de jazz clandestines à la représentation du Tristan et Isolde de Wagner à l’Opéra. Le bruit des bottes cadence la vie des parisiens, résistants ou collabos, jusqu’à l’arrivée des sauveurs venus de l’autre côté de l’Atlantique.

 

 

 

 

© Desberg, Van Der Zuiden, Alquier - Bamboo

 

 

                Stephen Desberg romance la vie de sa mère, aujourd’hui disparue, en essayant de comprendre ce qui l’a amenée à laisser sa sœur aînée à son père et redémarrer une nouvelle vie avec celui qui deviendra son père à lui. Il ne cherche jamais à justifier ses actes. Il ne la juge pas. On n’aurait jamais pu penser qu’un tel récit puisse être objectif, et pourtant il l’est. Les témoins de l’époque n’étant plus de ce monde, le scénariste avoue et assume le côté romanesque de son récit, avec notamment les personnages de Ginny Pinkerton, homosexuel noir et juif, pianiste caché, et Manon, courtisane imperméable à l’Occupation, couchant avec l’ennemi, juste pour offrir à son fils ce dont il aurait besoin.

 

 

 

 

© Desberg, Van Der Zuiden, Alquier - Bamboo

 

 

                Après les anges d’Auschwitz, Emilio Van Der Zuiden poursuit son duo avec Stephen Desberg. Son dessin ligne claire est de la même famille que celui d’un Javi Rey (Violette Morris). La netteté et la pureté de son trait contrastent avec la violence des uniformes nazis qui symbolisent tant d’ignominie. Cela axe un peu plus le récit, très émouvant, sur les personnages et sur leurs âmes, qu’elles soient indécises ou déterminées. Van Der Zuiden les utilise comme des marionnettes dont il tire les ficelles pour leur faire jouer leurs rôles respectifs au mieux.

 

 

 

 

© Desberg, Van Der Zuiden, Alquier - Bamboo

 

 

La Seconde Guerre Mondiale est un des sujets de prédilection du neuvième art. On ne peut que saluer la qualité de certaines productions : Maus évidemment, mais aussi Irena, ou encore Si je reviens un jour. Avec cette romance sur fond de braise, Desberg et Van Der Zuiden contribuent à ce devoir de mémoire avec tous les avantages que peut apporter la bande dessinée.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

Version luxe

 

 

 

One shot : Aimer pour deux 

 

Genre : Drame 

 

Scénario : Stephen Desberg

 

Dessins : Emilio Van Der Zuiden

 

Couleurs : Fabien Alquier

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand Angle

 

Nombre de pages : 80

 

Prix : 16,90 €

 

ISBN : 9782818978177

 

 

 

 



Publié le 08/05/2022.


Source : Bd-best


Love dead road.  Mezkal

 

« - Mon garçon, je me demande pourquoi less gens jettent autant de bonnes choses à manger. Ils préfèrent la mauvaise nourriture qui fait grossir leurs corps.

- Attendez, je vais vous aider !

- Hein ?

- Merci, M’sieur. Viens avec nous si tu veux, je suis sûr que grand-père est d’accord pour que tu partages notre repas de ce soir.

- Ok, gamin, ça marche.

- Hein ? »

 

 

 

 

 

 


                En perdant sa mère, Vananka Darmont, la trentaine, a tout perdu. Elle est morte en lui laissant ses dettes. Seule solution pour lui, quitter la ville, la guitare à la main. En rendant service à un vieil indien et son petit fils aveugle, ceux-ci l’emmènent chez eux. Vananka va y rencontrer la jolie, la très jolie Leila, et n’aura d’yeux que pour elle. La vie aurait pu continuer éternellement, dans ce havre de paix aux portes du désert, s’il n’y avait pas eu Felipe, le cousin mafieux. Ultra-violent, il va proposer à Vananka de travailler pour lui… sans vraiment lui laisser le choix. Il va devenir convoyeur de camions citernes à la cargaison pas très catholique. Entre bandes rivales et flics aux méthodes expéditives, pas besoin d’être chaman pour deviner que tout va très vite dégénérer.

 

 

 

 

© Stevens, Jef - Soleil

 

 

                Kevan Stevens signe un road-trip sans pitié. Sur une bande originale allant de Santana à Hôtel California version Gipsy Kings, l’histoire d’amour entre Vananka et Leila ferait passer celle de Roméo et Juliette pour une bluette. Sexe, drogue, rock n’roll, ou plutôt blues et musiques hispanisantes. Le scénariste y va à fond. Si une tête doit être coupée, on y va. Quant aux scènes d’amour, elles ne restent pas platoniques. Le spectateur a déjà tout vu, donc pas besoin d’édulcorer, inutile de le prendre par la main. Au dessin, Jef joue le jeu. Le dessinateur n’a peur de rien ce qui donne de grandes envolées de meurtres ou de sexe.

 

 

 

 

© Stevens, Jef - Soleil

 

 

                Les auteurs n’en oublient pas l’humour, très présent dans l’album. Si la méchanceté de certains personnages les fait parfois tomber dans le parodique, c’est au travers des flics et des bandes rivales secondaires que l’on trouve les acteurs les plus drôles. Ainsi, des Hell’s Angels casqués au nain Capitaine de police, ils apportent au récit la dose nécessaire permettant de supporter la violence.

 

                Stevens et Jef multiplient les références cinématographiques. Le sang coule comme dans le Kill Bill de Tarantino. Le ridicule ne tue pas comme dans le Pattaya de Gastambide. Les délires psychédéliques ne dépareraient pas dans l’Arizona Dream de Kusturica. Côté BD, on retrouve le punch de Il faut flinguer Ramirez, mais dans un graphisme plus acerbe et des couleurs poussiéreuses (dans le sens concret du terme). Bénéficiant d’une pagination importante, Jef se permet parfois de très grandes cases ou des découpages originaux faisant de Mezcal une bande dessinée d’ambiance.

 

 

 

 

© Stevens, Jef - Soleil

 

 

                Le Mezcal est une eau-de-vie mexicaine à base d’Agave. Ça pique, ça réveille, ça excite… tout comme la quête de Vananka. « On a dark desert highway, Cool wind in my hair,…. » Welcome to the Hotel Mezcal !

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Mezkal 

 

Genre : Road-Trip 

 

Scénario : Kevan Stevens

 

Dialogues : Kevan Stevens & Jef 

 

Dessins & Couleurs : Jef

   

Éditeur : Soleil

 

Nombre de pages : 188

 

Prix : 26,50 €

 

ISBN : 9782302096387

 

 

 



Publié le 08/05/2022.


Source : Bd-best


Spirou 4386 -  4 Mai 2022

 

 

Place à Raowl !

 

 

 

 

 

 

 

            On l’a découvert sauvant des princesses et découpant du troll. Depuis quelques semaines, il nous donne des trucs et astuces pour assurer comme une bête. Comment devenir un sauveur de princesses ? Comment éviter de se faire mal avant une bataille ? Les conseils sont nombreux. A l’occasion de la sortie de ce guide « pédagogique », Spirou lui consacre un numéro spécial avec plusieurs versions de Raowl vu par d’autres auteurs. Se sont donc mis à la tâche : Munuera & Tebo, Neel, Bertail, Libon, Bianco, Domecq, Keramidas & toujours Tebo, ainsi que Virginie Augustin. On a même droit pour l’occasion au grand retour de l’atelier Mastodonte !

 

            Côté récits à suivre, c’est la fin de l’aventure pour le premier tome d’A-Lan. Et, étonnamment, les aventures de Spirou et Fantasio s’interrompent en plein suspens dans un sentencieux : Fin de la première partie.

 

            Pour les abonnés, un Poptastic Elliot au collège leur fera fabriquer un smartphone (presque) animé.

 

Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Mathieu, Grosjean – Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

A-Lan : Le secret de Wabisabi

Sœurs Grémillet (Les) : Le trésor de Lucille

Spirou & Fantasio : La mort de Spirou

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Atelier Mastodonte (L’) (x2)

Coach (Le) (Bercovici & Bernstein)

Croquidou

Professeur Foldogon (La pause-cartoon)

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Méthode Raowl (La) (x2)

Nelson

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Millborough (La pause-cartoon)

 

Raowl vu par…

-          Munuera & Tebo

-          Neel

-          Bertail

-          Libon

-          Bianco

-          Domecq

-          Keramidas & Tebo

-          Augustin

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Dodier

En direct du futur : Le passé de Champignac (Etien & Beka)

Interview : Raowl

Jeux : Panique à l’atelier Méthodes de combat (Lerouge)

Leçon de BD (La) : Colpron

 

 

Supplément abonnés :

Poptastic : Elliot au collège

 

 

En kiosques et librairies le 4 Mai 2022.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 



Publié le 08/05/2022.


Source : Bd-best


Chasse-moi si tu l’oses !  Le détective du bizarre 2 - Billy Brouillard au pays des monstres

 

«  - Billy, le monstre ! Le monstre ! Aide-moi, Billy ! Aide-moi !!!

- Jeanne !

- Il m’emporte, Billy ! Il m’emporte ! A l’aide !

- Tiens bon ! Jeanne, prends ma main ! Vite, dépêche-toi !

- J’ai peur, Billy ! J’ai peur ! Aaah ! »

 

 

 

 

 

 

 

                Non, pas ça ! Jeanne, la petite sœur de Billy Brouillard, vient de disparaître sous le lit, happée par un monstre. Le jeune garçon n’a rien pu faire pour la retenir. Billy s’en veut. Alors qu’elle était effrayée, il l’avait chassée de sa chambre , perturbé qu’il était par la dispute entre ses parents qu’il venait d’entendre. Il y a des mots de grandes personnes qui ne devraient jamais parvenir aux oreilles des enfants. Bref, pour Billy, à présent, le problème n’est pas là. Le détective du bizarre remet tout en ordre dans la chambre de sa sœur et file demander secours à sa meilleure copine, la sorcière Célène. Elle va l’aider à franchir la porte du pays des monstres pour tenter de retrouver sa sœur.

 

 

 

 

© Bianco - Soleil

 

 

                Guillaume Bianco embarque Billy Brouillard dans une quête de soi. Au-delà de retrouver sa sœur et de la tirer des griffes des monstres qui la maintiennent prisonnière, Billy devra vaincre ses peurs, ses angoisses et ses doutes. Il lui faudra affronter ses doubles et dépasser sa colère, la laisser passer pour s’en libérer. Grâce à la loupe de trouble-vue, fournie en pages de garde, les lecteurs pourront l’aider à voir ce qui se cache dans des zones monstrueuses et rougeâtres. Bianco intercale dans l’histoire de Billy des planches documentaires, pages didactiques illustrées à la manière de ce qui se faisait dans les manuels scolaires jadis. On apprendra ainsi qui sont les habitants du pays des monstres, on saura ce qu’est l’ego, qui sont les monstres-gardiens. On lira enfin Le journal de la nuit, l’hebdomadaire qui ne dort que d’un œil.

 

 

 

 

© Bianco - Soleil

 

 

                Plus qu’une série, Billy Brouillard est un univers que Guillaume Bianco construit au fil des ans. Cet univers se décline en quatre parties. La série mère est intitulée Billy Brouillard. Le détective du bizarre a un côté plus énigmatique et amène Billy a accomplir des missions. Les comptines malfaisantes sont treize historiettes racontées dans trois petits livres. Enfin, l’encyclopédie curieuse et bizarre présente des thématiques. Pour l’instant deux sont parues : une sur les fantômes, l’autre sur les chats.

 

 

 

 

© Bianco - Soleil

 

 

                Billy Brouillard est indissociable de son auteur Guillaume Bianco. La série fait appel à toutes nos peurs d’enfants et nous invite à les surpasser. Utile et merveilleux.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Le détective du bizarre  

 

Tome : 2 - Billy Brouillard au pays des monstres

 

Genre : Aventure fantastique 

 

Scénario & Dessins : Guillaume Bianco 

 

Couleurs : Cyrille Bertin 

 

Éditeur : Soleil

 

Collection : Métamorphose

 

Nombre de pages : 76

 

Prix : 17,95 €

 

ISBN : 9782302095045

 

 

 



Publié le 05/05/2022.


Source : Bd-best


Esprit, es-tu là ?	 Les sauveurs d’esprits 1 - Louise

 

« - Sam… Qu’est-ce que tu fais encore ici ? Je t’avais dit de rentrer directement après le sport !

- Je dérange personne : je faisais mes devoirs avec Papa !

- Sam, faut que tu le dises à personne !

- Je fais rien de mal !

- Je sais, mais faut pas que tu viennes ici si souvent !

- Pourquoi ? Peut-être qu’un jour Papa me répondra... »

 

 

 

 

 

 


                Tim retrouve sa petite sœur Sam en plein milieu du cimetière, sur la tombe de leur père. Elle fait ses devoirs à côté de lui. L’enfant est à la charge de son grand-frère depuis qu’ils sont orphelins, mais l’assistante sociale veille et va venir vérifier si Tim est bien apte à s’occuper de sa sœur. Il vient de perdre son job et n’a pas l’intention de la perdre. Alors qu’il s’apprête à la ramener à la maison sur son scooter, Sam assiste à une conversation entre deux fantômes. Elle seule les voit. Philéas, haut de forme et tiré à quatre épingles, veut inviter Louise, grand-mère dans la force de l’âge, à danser. Ce n’est pas du goût de l’ectoplasme qui demande à Sam de la sortir de là et de l’aider à retrouver son époux André.

 

 

 

 

© Monier, Carbone - Dupuis

 

 

                Après Les brigades du souvenir, Carbone lance une nouvelle série basée sur le passé des personnages. Si la première série se veut historique et basée sur des faits réels, celle-ci joue la carte de la tendresse en rentrant dans l’intimité des familles. On suit en parallèle la vie de Sam et Tim d’un côté et celle de Louise pour cet épisode de l’autre. Carbone y traite sans ambiguïté d’Alzheimer, de mort et de deuil. Elle dédramatise avec tact des sujets difficiles à aborder avec des enfants et des ados, tout cela dans une histoire passionnante que l’on suit comme une aventure à grand spectacle sans bouger du village. L’intrigue aurait juste pu être un poil plus resserrée. En densifiant sur 46 au lieu de 54 planches, on aurait gagné en intensité

 

 

 

 

© Monier, Carbone - Dupuis

 

 

                Après des albums plutôt ados/adultes, Julien Monier débarque dans la bande dessinée jeunesse dans un graphisme cousin de celui de Renaud Collin dans le Monde selon François publié chez le même éditeur à la fin des années 2000. Les grands yeux de Sam font chavirer. Les inquiétudes de Tim se partagent sur son visage. Les angoisses et les joies de Louise transparaissent de ses expressions. Les fantômes survolent les situations dans des représentations éthérées et dont les couleurs bleuâtres aident à la condition. Tel un esprit passant à travers les murs, Monier n’hésite pas sortir du cadre de la planche classique lorsque c’est nécessaire comme dans la scène où les héros passent de pièce en pièce dans leur maison et qu’on les voit à chaque fenêtre.

 

 

 

 

© Monier, Carbone - Dupuis

 

 

                Il y a quelque chose d’incompréhensible dans la politique Dupuis. Carbone est une scénariste phare de la maison. C’est quelqu’un dont ils ne peuvent plus se passer, et pourtant, comme Les Zindics anonymes, comme Les sentinelles du peuple, la série n’est pas prépubliée dans Spirou. Les sauveurs d’esprits est une belle surprise du printemps et gagne à être sauvée de la multitude des publications.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Les sauveurs d’esprits

 

Tome : 1 - Louise

 

Genre : Aventure 

 

Scénario : Carbone

 

Dessins & Couleurs : Julien Monier 

  

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 12,50 €

 

ISBN : 9791034757473

 

 

 

 



Publié le 05/05/2022.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2022