En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Naissance d’une légende    Michel Vaillant – Histoires courtes 1 : Origines

 

 

 

Une madeleine, une belle madeleine de Proust ! Voilà ce que j’ai ressenti lorsque j’ai eu cette perle entre les mains et que j’ai commencé à la feuilleter !

Car « Michel Vaillant – Histoires courtes 1 – Origines » est déjà un superbe album en lui-même, agréable à tenir en mains.

 

 

 

 

 

 

Ayant découvert Michel Vaillant à travers les « Tintin Sélection », je retrouve ici ces fameux petits récits qui fixeront l’univers tellement riche et complet de ce héros né en 1956, à la demande d’André Fernez, rédacteur en chef du journal Tintin entre 1947 et 1959.

Les premières aventures de ce nouvel héros paraîtront dès 1957. D’abord en courts récits, puis, vu le succès, en albums complets.

 

 

 

 

 

© Jean Graton

 

 

Ce premier opus des « Histoires courtes » nous replonge dans 10 de ces récits qui sentent bon le vintage : "Bon Sang ne peut mentir" (1957), "Bagarre sur la nationale 7" (1957), "La 24e Heure" (1957), "La Vaillante marathon" (1957), "Sa Plus Belle Victoire" (1957), "La Clé de 12" (1958), "Un Prêté pour un rendu" (1961), "Attention, pilote dangereux" (1968), "La Première Course de Michel Vaillant" (1966), "Le Salon de l'auto 1946" (1966).

A noter que "Un Prêté pour un rendu" est un inédit en album, puisqu’il s’agissait d’un récit pour une opération promotionnel de … Devinez ! Eh non … ! donc foncez pour le découvrir.

 

 

 

 

 

© Jean Graton - Dupuis

 

 

La genèse d’une saga dans ses différents aspects … une véritable famille, l’éclosion d’un héros, ses premiers succès, l’entreprise familiale avec la 1ère Vaillante créée par Henri Vaillant, son esprit, ses premiers concurrents-ennemis, et surtout les courses automobiles.

Issus de différentes publications ou albums, nous avons déjà cité les « Tintin Sélection », mais également le « Michel Vaillant, Spécial 20e anniversaire », l’ensemble est enrichi d’un riche dossier de commentaires.

 

 

 

 

 

 

© Jean Graton - Dupuis

 

 

Rédigé par Denis Lapière, il nous offre ainsi la possibilité de recontextualiser chaque récit dans la saga et à son époque. Une mine d’informations des plus intéressantes pour les fans de la série … mais pas uniquement.

 

 

 

 

 

 

 

© Jean Graton - Dargaud

 

Recueil indispensable à tout amateur de la série, il annonce déjà l’opus 2 consacré aux « Seventies ». Plaisir supplémentaire, ces 10 récits allant de 1957 à 1968, nous permettent également d’apprécier l’évolution graphique de Jean Graton, son dessin, son trait et forcément ses personnages. Une comparaison bien amusante. Evolution qui se poursuivra avec la Saison 2.

 

 

 

 

 

© Jean Graton - Dupuis

 

 

Par ailleurs, pourquoi se priver également de redécouvrir l’une des inventions graphiques géniales de Jean Graton : sa mise en page dynamique et ses onomatopées de course qui suivaient, animaient et renforçaient l’action.

 

 

 

 

 

© Jean Graton - Dupuis

 

Seul bémol éventuellement, le choix de la couverture où apparaît Steve Warson alors que justement, dans les 10 récits, ce dernier est absent (excepté 2 cases !) … Mais que cela ne vous prive pas de savourer cette madeleine !

 

 

 

 

 

© Jean Graton - Dupuis

 

 

 

Thierry Ligot


 

Série : Michel Vaillant Histoires courtes

 

Tome : 1 – Origines

 

Genre : Aventure automobile 

 

Scénario : Jean Graton

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Jean Graton 

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 14,95 €

 

ISBN : 9782390600909



Publié le 04/07/2021.


Source : Bd-best


Vive les vacances    Les beaux étés T.6 Les Genêts

 

 

 

Déjà le sixième tome pour cette série particulièrement adaptée pour un large public. La découverte des vacances d’été de la famille Faldérault. Pierre, le papa, dessinateur, emmène sa femme et ses enfants sur les routes du Sud de la France. Mado, la maman attend son quatrième enfant.

 

 

 

 


En cours de route, la voiture de la famille se fait dépasser par un camion qui perd une partie de son chargement. Le pare-brise d’Estérel vole en éclats, stoppant net le périple de notre petite famille. En attendant la réparation d’Estérel, nos amis vont être hébergés à la ferme « Les Genets », un lieu tenu  par Esther & Estelle, deux sœurs éleveuses de chèvres.

 

 

 

© Zidrou – Lafebre – Dargaud

 

Même si pour cet épisode, Estérel la vaillante 4L de la famille ne dépasse pas « Les Genets », l’aventure vécue par notre famille va être plus qu’enrichissante pour les trois enfants du couple, ces derniers aidants à sortir les chèvres, découvrant les charmes de la campagne mais aussi apprenant les secrets de la vie et la bêtise humaine concernant les relations amoureuses.

 

 

 

© Zidrou – Lafebre – Dargaud

 

L’ensemble des personnages illustrés par Jordi Lafebre nous plongent dans l’ambiance estivale avec une tendresse particulière pour cette époque de l’année appréciée par tous.  

 

 

 

 

 

© Zidrou – Lafebre – Dargaud

 

À travers cette série, Zidrou (scénariste) nous décrit la vie des gens travaillant durant onze mois afin de pouvoir se payer des vacances d’été. Sans aucunes violences, il nous fait découvrir la vision de Pierre, Mado, Julie-Jolie, Nicolas, Louis sur ces moments vécus que chacun d’entre nous garde en mémoire tout au long de sa vie.

 

 

 

 

© Zidrou – Lafebre – Dargaud

 

 

 

A emporter avec vous sur la route des vacances.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haubruge Alain

 

Série : Les beaux étés

 

Tome : 6 – Les Genêts

 

Genre : Tranche de vie 

 

Scénario : Zidrou

 

Dessins & Couleurs : Jordi Lafebre 

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 978505089353



Publié le 28/06/2021.


Source : Bd-best


Chicago Empire, seul l’argent est roi, seules les armes sont loi.  Agata 2 - Broadway

 

« - Je n’aime pas comment vous me parlez.

-   Et moi, c’est vous que je n’aime pas.

-   Je m’appelle Charlie Luciano et j’ai l’impression que vous n’avez jamais entendu aprler de moi.

-   Je devrais ? Vous êtes une star de cinéma ? Le futur président des Etats-Unis ?

-   Juste le mec qu’il ne faut pas faire chier trop longtemps… Alors fermez votre grande gueule et ouvrez vos jolies oreilles. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Août 1932, New-York, Etats-Unis. Agata, une jeune polonaise immigrée de 19 ans, a été enlevée par le clan Luciano. Elle rêve de chanter sur les planches de Broadway. Lucky Luciano, maître de la pègre new-yorkaise, n’a d’yeux que pour elle. La jolie blonde serait-elle prête à échanger l’amour contre la gloire ? Pendant qu’à Varsovie, son père règle des comptes, Agata Lietewski marche sur les traces de l’actrice chanteuse Helen Morgan, star de l’époque.

 

 

 

 

© Berlion – Glénat

 

 

                Olivier Berlion nous plonge dans l’Amérique des années 30 avec une série d’époque. La chose n’est pas aisée tant la période a été traitée dans tous les domaines et avec grand succès : au cinéma avec par exemple Les sentiers de la perdition et Il était une fois en Amérique, à la télévision avec Boardwalk Empire et les Incorruptibles, en bande dessinée avec De silence et de sang, qui a fait les beaux jours de la collection Vécu, et, dans un autre style, Sammy.

                Berlion tire son épingle du jeu et trouve son originalité avec le concept du chien dans un jeu de quilles.

 

 

 

 

© Berlion – Glénat

 

 

                On ne peut pas reprocher à Olivier Berlion de s’endormir dans une routine. L’auteur se remet sans cesse en question dans des séries aussi diverses que variées. Il a tout essayé plusieurs fois : le one shot (Lie-de-vin), la série concept (L’art du crime), la série policière avec héros récurrent (Tony Corso), la série jeunesse (Le cadet des Soupetard). Il écrit à présent une fresque historique avec une série très documentée.

 

Pour mieux se plonger dans l’atmosphère de la prohibition et la réalité de l’ambiance retranscrite, Berlion fait évoluer son trait vers un réalisme plus pur, avec un encrage détachant les personnages et les rendant plus « photographiques ». Dans la plus pure tradition des Incorruptibles, il fait se côtoyer des personnages de l’Histoire de l’Amérique avec des héros de fiction. Les décors sont précis, soignés, avec des vues étourdissantes.

 

 

 

 

© Berlion – Glénat

 

 

« Un vent nouveau souffle sur notre belle ville. », dit Thomas Dewey, procureur du district sud de New-York. Si le temps des politiques à la solde des criminels semble révolu, ces derniers n’ont pas l’intention de quitter l’échiquier.

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Agata

 

Tome : 2 - Broadway

 

Genre : Polar historique 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Berlion 

 

Éditeur : Glénat

 

Nombre de pages : 72 

 

Prix : 15,50 €

 

ISBN : 9782344032602

 



Publié le 23/06/2021.


Source : Bd-best


Raconte-moi un jardin d’aujourd’hui.  Le potager Rocambole, la vie d’un jardin biologique

 

« - Est-ce que tu as besoin de tout ça ? Tu ne te trouves pas plus léger comme ça ?

-   Je trouve surtout qu’il fait trop chaud en été pour jardiner.

-   Tsss, tsss. Attends. Tu veux vraiment que je te dise le fond de ma pensée ? Pour moi, Laurent, je pense que faire son jardin, ça commence en fin d’été.

-   Ah bon, pourquoi ? Qu’est-ce que tu veux dire ?

-   Le potager, c’est pas magique. On a besoin de l’automne et de l’hiver pour prendre nos marques et nos distances, « anticiper grave ». »

 

 

 

 

 

 

 

Par quoi commencer son potager ? Quand le faire ? Quelle est la clef de la fertilité ? Comment préparer le sol ? Quand faire les semis ? Comment organiser les rotations de cultures ? Quand arroser ? Le paillage est-il une méthode efficace ? Peut-on partir en vacances quand on a un jardin potager ? La lune a-t-elle une influence ? Comment faire du compost ? A quoi sert une serre ? Toutes ces questions et mille autres trouvent leurs réponses dans Le potager Rocambole, la vie d’un jardin biologique, grâce aux conseils avisés de Luc Bienvenu sous le crayon candide de Laurent Houssin.

 

 

 

 

© Bienvenu, Houssin - Futuropolis

 

 

Luc Bienvenu était maraîcher bio. Il a enseigné l’horticulture à l’école du Breuil à Paris et coordonne les jardins Rocambole près de Rennes. Bienvenu témoigne de ses expériences, tort le coup à certaines idées reçues et ne met pas sur un piédestal des pratiques à la mode. Rien ne se démodant plus vite que la mode, le scénariste va jusqu’à remettre en cause ou relativiser certaines techniques comme le paillage ou le compost en lasagnes. Il explore le jardin jusqu’aux plus profondes couches de terre, avec parfois un petit coup de pouce de Focus, l’escargot savant. Quatre chapitres présentés sous forme de saisons forment l’album : l’exploration, le plus important et qui permet de comprendre avant d’agir, le retour, qui consiste à remettre le jardin en état en fin d’hiver, l’effervescence, où l’on s’active pour mettre en place les différentes cultures et le dénouement quand vient le temps des récoltes.

 

 

 

 

 

© Bienvenu, Houssin - Futuropolis

 

 

C’est Laurent Houssin qui a eu l’idée de suivre Luc Bienvenu pendant toute une année. Tout en jouant le candide, le dessinateur met la main à la pâte, ou plutôt la patte dans le terreau. En s’intégrant au scénario, il permet à l’album de ne pas être un simple ouvrage didactique et engagé, mais un dialogue, une radioscopie d’une méthode de culture.

 

 

 

 

© Bienvenu, Houssin - Futuropolis

 

 

Pierre Perret demandait des jardins pour y faire des bêtises. Demandons celui de Luc Bienvenu pour y faire toutes sortes de plantations dans la plus grande biodiversité.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Le potager Rocambole, la vie d’un jardin biologique

 

Genre : BD Reportage 

 

Scénario : Luc Bienvenu & Laurent Houssin 

 

Dessins & Couleurs : Laurent Houssin 

  

Éditeur : Futuropolis

 

Nombre de pages : 184

 

Prix :  23 €

 

ISBN : 9782754828758

 



Publié le 23/06/2021.


Source : Bd-best


Exposition Alain Henriet Galerie Huberty & Breyne Ă  partir du 2 au 31 juillet 2021

 

 

La galerie Huberty & Breyne a le plaisir d'accueillir à partir du 2 juillet et jusqu'au 31 juillet 2021, le travail du dessinateur de bande dessinée Alain Henriet. Une sélection pointue de planches originales issues des célèbres séries Damoclès, Dent d'ours et Black Squaw sera présentée, ainsi que l'illustration originale de Pandora Box ayant servi de couverture au coffret accueillant les huit albums de la série.

 

 

 

 


L'exposition rend hommage à la sortie du tome 2 de la trilogie Black Squaw parue aux Éditions Dupuis, lequel raconte l'incroyable destin de l'aviatrice américaine Bessie Coleman, première personne d'origine afro-américaine et amérindienne et première femme noire au monde à obtenir une licence de pilote.

 

 

 

 

 

© Alain HENRIET - Black Squaw - Night Hawk - Tome 1, planche 5
Encre de Chine sur papier, 45,6x32,6cm
 

 


Né en 1973 à Gosselies, Alain Henriet se découvre très jeune de belles affinités avec la BD grâce à de vieux numéros de Strange et du Journal de Mickey. Il devient ensuite un inconditionnel des albums Dupuis grâce aux séries Le Scrameustache et Les Tuniques bleues, tout en craquant pour Photonik, un super héros dessiné par un auteur français, ce que le petit Alain est alors loin d'imaginer.
 
En 1990, il rentre à l'Institut Saint-Luc de Mons pour ses 3 dernières années d'humanités. Il se construit en autodidacte dans des manuels d'anatomie et de perspective. C'est lors de sa dernière année de secondaire qu'il découvre et intègre un cours du soir prodigué par Philippe Foerster et Gérard Goffaux. De l'association de ces professeurs et de trois anciens élèves naît le magazine Brazil, où paraîtront les premières publications signées Henriet en 1993. En 1994 il intègre l'académie de Liège. A cette époque il publie régulièrement dans le fanzine L'inédit. L'année suivante il dessine Une pizza à l'œil, polar jubilatoire scénarisé par Eric Poelart, dit « Baloo ». Une pizza à l'œil deviendra collector lorsque l'histoire ressortira quelques années plus tard chez Delcourt.

 

 

 

© Alain HENRIET - Black Squaw - Night Hawk - Tome 1 planche 40
Encre de Chine sur papier, 43,8x32,5cm



 
Alain Henriet remporte un stage au Journal de Spirou en 1996. Après son stage il continuera à y travailler, publiant en deux ans une trentaine de pages. En 1998 il décroche, lors d'un passage au festival d'Angoulême, son premier contrat d'édition avec Le portail, deux albums scénarisés par Olier et paraissant aux Éditions Le téméraire.
 
En 1999 Alain et Eric Poelart décident de refaire Une pizza à l'œil, mais cette fois de manière plus professionnelle. Rebaptisé John Doe, leur polar-fétiche devient une trilogie, publié entre 2000 et 2002 par les Éditions Delcourt. Ce même éditeur propose ensuite à Henriet de dessiner Golden Cup, spin of de Golden City où il fait la rencontre de Daniel Pecqueur et de Manchu, avec lequel il réalise des véhicules futuristes au design impeccable. Alain signe également, en 2005, Loup-Garou, recueil d'histoires courtes aux Éditions Khani. La même année il signe le sixième tome de Pandora BoxL'Envie, sur un scénario de Alcante. En 2007, toujours pour Dupuis, il signe Damoclès en compagnie de Joël Callède.

 

 

 

 

© Alain HENRIET - Black Squaw – Scarface -Tome 2, planche 37
Encre de Chine sur papier, 49 x 41,4 cm
 

 


 
En 2008, Yann propose à Alain Henriet de travailler à une reprise de Buck Danny qui ne verra jamais le jour. Mais les deux auteurs se sont bien trouvés et veulent se trouver un terrain de jeu commun. Les avions de Buck Danny se transforment en ceux de « Dent d'ours », mettant en scène la lutte de trois enfants autrefois amis mais que le nazisme oblige à s'affronter adultes. La série remporte un franc succès et de nombreux prix.
 
Après les 6 tomes (2013-2018) et les 2 intégrales de cette série déjà considérée comme un classique, Henriet (toujours accompagné de Yann) met en images les aventures de Black Squaw, héroïne inspirée de l'aviatrice Bessie Coleman, femme forte qui fit tomber bien des préjugés. Le premier tome, Night Hawk, est paru en 2020. Il est, comme la majeure partie des albums d'Alain Henriet, mis en couleurs par Usagi, dont la palette précise donne crédit et harmonie à ses reconstitutions historiques.

 

 

 

 

 

© Alain HENRIET - Dent d'ours – Dupuis 


 
Aussi méticuleux qu'un graveur lorsqu'il s'agit de dessiner un avion d'époque, Alain Henriet est pourtant capable de l'animer avec un sens du mouvement qu'il partage avec les meilleurs cinéastes contemporains. Auteur incontournable du catalogue Dupuis, Alain Henriet donne ses lettres de noblesse actuelles à la grande tradition de la BD réaliste tous publics. 

 

Exposition à partir du vendredi 2 juillet 2021.


BRUXELLES | CHÂTELAIN
33 place du Châtelain
1050 Bruxelles
+32 (0)2 893 90 30
contact@hubertybreyne.com
Mardi > Samedi 11h-18h 



Publié le 23/06/2021.


Source : Bd-best


Spirou 4340 -  16 Juin 2021

 

 

Enfin la réouverture des salles de spectacle !

 

 

 

 

 

 

 

             Oh, non ! Même Spirou se met au foot, ce sport dont le seul objectif est d’occuper les foules pendant que les politiques font passer des lois et qui sème la haine entre enfants dans les cours de récréations. Heureusement, Bouzard signe une couverture hilarante qui fait passer la pilule. Il reste quand même les histoires à suivre et quelques gags qui sont restés fidèles à leurs origines et n’ont pas le ballon rond pour sujet, ainsi que le très joli récit complet Plastic Fernand, dans le cadre d’Objectif Terre.

 

            Les abonnés qui aiment le foot pourront construire un pop-up Euro 2021. Les autres attendront patiemment le spécial vacances de la semaine prochaine.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

 

© Erre, Fabcaro - Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Ministère secret (Le) : Trembler en France !

Sœurs Grémillet (Les) : Les amours de Cassiopée

Tuniques bleues (Les) : Où est donc Arabesque ?

 

 

Récits complets :

 

Objectif Terre : Plastic Fernand (Falzar & Marco Paulo)

Plus fort du monde (Le) (Bouzard)

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Comme des bêtes

Crapule (La pause-cartoon)

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Femmes en blanc (Les)

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Hauts de page (Grossetête)

Kermesse existentielle (La pause-cartoon)

Kid Paddle

Méthode Raowl (La)

Minions (Les)

Nelson

Nouveau (Le) (Grossetête)

Passe-moi l’ciel !

Petit Spirou (Le)

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Willy Woob

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Bouzard

Concours : Créez la mascotte du FC Finasse-les-Magouilles

En direct du futur : Destination Palombie (pour le spécial vacances)

Jeux : Match nul ! (Caritte)

Leçon de BD (La) : Colpron

 

 

Supplément abonnés :

Pop-up : Euro 2021

 

 

En kiosques et librairies le 16 juin 2021.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Le cœur en vacances.  Les sœurs Grémillet 2 - Les amours de Cassiopée

 

« - Mamie m’inquiète. Elle n’a plus toute sa tête. Je me demande quel est le meilleur moyen de l’aider…

- Et moi, je me demande qui est ce fantôme.

- C’est encore une des âneries d’Olivier ! Tu tombes toujours dans le panneau !

- Ça me plaît, à moi, les histoires d’esprits tourmentés et malheureux… C’est tellement romantique !

- Et pourquoi ne pas le chercher ? Les ruines sont juste à côté.

- Oh oui ! Une chasse au fantôme ! Ça sera la nouvelle mission pour le clan des trois sœurs ! »

 

 

 

 

 

 


                Sarah, Lucille et Cassiopée se mettent au vert. Elles débarquent chez leur grand-mère. En les amenant de la gare jusqu’au domicile excentré de leur aïeule, Olivier et François, deux jeunes garçons, leur racontent que la vieille église est hantée. Il n’en fallait pas moins pour aiguiser la curiosité des trois sœurs. Entre les soucis de mémoire de leur grand-mère et ses sœurs qui profitent de la campagne, en particulier Lucille et son amour pour les oiseaux, Cassiopée a le cœur qui balance entre Olivier et Ulysse avec qui elle entretient une relation épistolaire.

 

 

 

 

 © Di Gregorio, Barbucci - Dupuis

 

 

                Cassiopée, au premier plan de ce deuxième épisode des aventures des sœurs Grémillet, permet aux auteurs d’aborder le très complexe sujet des amours adolescentes. C’est aussi une histoire de générations. Alors que les filles se construisent en apprenant, si tant est que cela s’apprend, à quitter l’enfance, les souvenirs de sa vie quittent leur grand-mère, comme si une mémoire devait s’en aller pour faire place à d’autres. C’est également une véritable ode au calme de la campagne, aux retours aux valeurs dont beaucoup de personnes ont pris conscience lors de la récente crise sanitaire.

 

 

 

 

 © Di Gregorio, Barbucci - Dupuis

 

 

                Giovanni Di Gregorio s’est inspiré de ses trois petites sœurs pour créer ses héroïnes. Chacune a sa propre personnalité, tout en gardant ce qui les réunit en tant que soeurs. Alessandro Barbucci leur donne vie dans une ambiance doucereuse, frolant le fantastique, le touchant quand il le faut. Le dessinateur de Sky Doll est l’un des auteurs les plus doués de sa génération. La scène de l’herbe sèche qui s’enflamme poussant les filles vers le lac est d’une prouesse dont seuls peuvent se vanter les grands dessinateurs-coloristes.

 

 

 

 

 © Di Gregorio, Barbucci - Dupuis

 

 

                Après un album centré sur Sarah, puis celui-ci sur Cassiopée, on attend Lucille en vedette d’une histoire qui, forcément, devrait tourner autour du thème animalier. En attendant, les amours de Cassiopée font papillonner les cœurs.

 

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Les sœurs Grémillet

 

Tome : 2 - Les amours de Cassiopée

 

Genre : Aventure fantastique

 

Scénario : Giovanni Di Gregorio & Alessandro Barbucci

 

Dessins & Couleurs : Alessandro Barbucci

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 72

 

Prix : 13,95 €

 

ISBN : 9791034753383

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Chroniques noires.  Un certain Daneri

 

« - Que voulez-vous ?

-   Bonsoir, je…

-   C’est moi qui l’ai appelé, Laeticia. Fais-le entrer. Entrez, Daneri. Venez… J’ai un fils, Daneri, et il a besoin en urgence de vos services de… de… Je ne sais comment appeler ça… Détective, c’est bien ?

-   Appelez ça comme vous voulez. »

 

 

 

 

 

 

 

Flic ou détective ? Honnête ou border line ? On ne sait pas grand-chose sur la carrière de Daneri. Enquêteur, il l’a été, indéniablement. Aujourd’hui dans la force de l’âge, l’homme offre, ou plutôt vend, ses services à ceux et celles qui ont des mystères à résoudre et/ou des comptes à régler. En arrivant chez cette vieille dame un peu sorcière et en acceptant de protéger son fils, Daneri ne se doutait pas que sa mission n’allait pas connaître l’issue qu’il pensait. Daneri connaît les truands pour les avoir fréquentés. Il les côtoie ou les combat avec les mêmes armes, la même impassibilité, la même noirceur.

 

 

 

 

© Breccia, Trillo– iLatina

 

 

On ne présente plus Carlos Trillo. Le scénariste attitré d’Eduardo Risso et de La grande Arnaque, dessinée par Domingo Mandrafina, certainement l’un des meilleurs albums BD de tous les temps, signe huit courts récits noirs avec un héros, ou plutôt un personnage principal, atypique. Elles ont été publiées entre 1974 et 1978 en Argentine et sont éditées pour la première fois en français.

Daneri a du vécu. C’est un homme meurtri par les blessures de son passé, que l’on ne connaît pas, mais que l’on peut lire sur ses rides et dans ses cernes. Dans un contexte argentin post-Peron, le pays sombre dans une dictature sanglante, une anarchie où chacun s’impose ses règles.

 

 

 

 

© Breccia, Trillo– iLatina

 

 

Alberto Breccia s’impose en maître du noir et blanc. Le dessinateur de Mort Cinder ne se contente pas d’aplats, mais pratique le dripping (lancé de taches à la manière de Jackson Pollock), mais aussi le collage, apportant des textures et flirtant avec l’abstraction. Ces procédés sont autant de manières pour lui de traduire une ambiance glauque, âpre et fatale. Quand on pense qu’il était autodidacte. Daneri est aussi l’occasion pour Breccia de donner un côté politique à sa bibliographie et de revenir sur son enfance à Buenos Aires dans le quartier de Mataderos, lui l’artiste uruguayen. Laura Caraballo détaille les destins liés de Breccia et Trillo dans une introduction fine et fort intéressante.

 

 

 

 

© Breccia, Trillo– iLatina

 

 

Benoit Sokal vient de nous quitter. Les ambiances étant cousines, étrangement, Daneri aurait pu être un personnage de Canardo sans que cela ne dénote. Ce qui fait l’originalité de Un certain Daneri c’est que les situations échappent totalement aux personnages, voire même aux auteurs.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Un certain Daneri 

 

Genre : Polar 

 

Scénario : Carlos Trillo 

 

Dessins : Alberto Breccia 

 

Traduction : Thomas Dassance 

 

Éditeur : iLatina

 

Nombre de pages : 48

 

Prix :  15 €

 

ISBN : 9782491042196

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Un bon plouf !  Toni 2 – Toni se jette à l’eau

 

« - Coucou Toni !

-   Qu’est-ce qui se passe ?

-   Il faut que je te dise quelque chose… Nous n’allons pas pouvoir partir en vacances cet été !

-   Quoi ? Pourquoi ? Mais tu me l’avais promis !

-   Ces dernières semaines, j’ai eu pas mal de soucis dans mes différents boulots…Et en plus, l’ordinateur vient de rendre l’âme. Je n’ai simplement pas d’argent pour nous offrir des vacances. »

 

 

 

 

 


 

                 Que Maman ne s’inquiète pas pour Toni si elle n’a pas d’argent pour leur payer des vacances. Le petit garçon fourmille d’idées. Il y a un nombre infini de possibilités pour y arriver : distribuer des flyers, faire de la musique de rue, promener un chien, etc… Toni ne peut pas imaginer un été sans mer, sans plage et sans moules-frites. Alors, il va avoir une idée encore plus lumineuse. Avec l’aide de son copain Théo, il va faire tous les jeux concours possibles et imaginables qu’il y a dans les magazines. A force de persévérance et de ténacité, il va les gagner, leurs vacances.

 

 

 

 

© Waechter – Rue de Sèvres

 

 

                Après avoir rêvé pouvoir s’offrir des chaussures de foot dans le premier album, ce sont donc aux vacances que songe Toni. Philip Waechter, son créateur, ne va pas lui faire de cadeau, ou plutôt, si, un cadeau qui ne va pas être tout à fait approprié. En envoyant Toni et sa maman en villégiature dans un hôtel de luxe, Waechter met un chien dans un jeu de quilles. Le gamin va vite déranger, tout autant qu’il sera lui aussi dérangé et mal à l’aise dans cet univers si loin de son quotidien. Au moins, il se rendra compte que l’argent ne fait pas le bonheur. Sans spoiler, on peut raconter que les nouveaux riches prendront la poudre d’escampette pour un séjour au camping plus approprié à leur mode de vie.

 

 

 

 

© Waechter – Rue de Sèvres

 

 

                L’auteur de l’album écrit une chronique tendre, douce et drôle. Il a lu Sempé et le petit Nicolas. Toni en a les gênes, on le voit dès la couverture. Il aurait pu rejoindre la bande de Clotaire, Geoffroy, Eudes et les autres. Plus que des couleurs, Waechter pose des tons dans chacun des chapitres. Les allures pastels accentuent le côté doux et madeleine de Proust des vacances d’antan, même si celles de Toni se passent de nos jours.

 

 

 

 

© Waechter – Rue de Sèvres

 

 

                Se jeter à l’eau avec Toni est un instant rafraîchissant dans tous les sens du terme. 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Toni  

  

Titre : 2 – Toni se jette à l’eau 

 

Genre : Vacances émotions 

 

Scénario, Dessins & Couleurs : Philip Waechter

 

Traduction : Svea Winkler 

 

Éditeur : Rue de Sèvres

 

Nombre de pages : 66 

 

Prix : 12 €

 

ISBN : 9782810219957

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


Et j’ai trié, trié-é … !!  Super Environman 2 – Le défi déchets

 

« - Papa ! T’as vu ça ? Les prévisionnistes se sont gourés. C’est pas de 3 mais 7 degrés que ça va augmenter d’ici 2100 ! Sept degrés ! T’imagines ? C’est énorme !

-   Effectivement ! C’est alarmant… d’avoir des prévisionnistes aussi incompétents… »

 

 

 

 

 

 

 

 

                 Qui appelle-t-on pour sauver la planète des vilains pollueurs et des détritus qui envahissent la nature ? Super Environman bien sûr ! Enfin, Super Environman, heureusement qu’il a sa fille Léa pour le remettre parfois, si ce n’est souvent, dans le droit chemin. Si le récup’verre est saccagé, ça ne le préoccupe pas plus que ça du moment que c’est le jour où il devait jeter du carton et du plastique dans la poubelle à côté. Il est bien plus soucieux du regard de Lili, la jolie demoiselle blonde du quartier, mais même face à elle, il est le roi des gaffes. En théorie, il a pour mission de libérer la planète des pollueurs, rééquilibrer les rapports humain/nature et trouver une harmonie éternelle avec l’environnement. Dans les faits, c’est moins évident.

 

 

 

 

© Priou, Madaule - Bamboo

 

 

                Bruno Madaule nous a quitté en septembre dernier des suites d’une longue maladie comme on dit. Le dessinateur des déjà écologiques pingouins de Givrés avait pris la place de scénariste pour créer cette nouvelle série sous les crayons de Thomas Priou. Il n’aura pas pu mener ce deuxième tome jusqu’au bout. Sti, Dab’s, Erroc et Cazenove lui ont permis de voir le jour en signant les derniers gags de l’album.

 

 

 

 

© Priou, Madaule - Bamboo

 

 

                Thomas Priou a le graphisme gros nez de Marcinelle. Il est l’un des animateurs piliers du journal de Spirou, signant régulièrement des jeux et animations, et depuis récemment l’excellente et très prometteuse série La clairière s’amuse, aux accents Macherotiens. Comme il n’y a pas de bonnes histoires sans bon méchant, ici, bien que ce soit des gags en demi planches, il y a Super-Déchetman qui tient le rôle, ce vieux schnock !

 

 

 

 

© Priou, Madaule - Bamboo

 

 

                Toujours drôle et jamais moralisateur, la série Super Environman démontre que ceux avec qui on a le plus à apprendre, même si on est un super-héros, ce sont les enfants qui auront en charge le monde que les adultes leur laisseront, ou voudront bien leur laisser.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Super Environman 

  

Titre : 2 – Le défi déchets

 

Genre : Humour écologique 

 

Scénario & Couleurs : Bruno Madaule 

 

Dessins: Thomas Priou 

 

Éditeur : Bamboo

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782818979549

 



Publié le 20/06/2021.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2021