En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


China 1989   L'homme de l'année 1989 L'inconnu de la place Tiananmen

 

 

« - Pourquoi êtes-vous là ?  

- Ma ville est en chaos à cause de vous !

-  Faites demi-tour et arrêtez de tuer mon peuple !

-  Partez ! »

 

 

 

 

 

 


 

Pékin, 5 juin 1989 Place Tiananmen

Un homme, portant un sac de couleur claire dans chaque main, est seul debout au milieu de la route lorsqu’une colonne de dix-sept chars de l’armée populaire chinoise s’approche. Ils s'arrêtent devant lui. L’homme semble leur faire signe de repartir. En réponse, le char de tête essaie à plusieurs reprises de contourner l'homme mais celui-ci se place à nouveau sur sa route. Ensuite, l'individu grimpe sur le char de tête et a une brève conversation avec l’un des membres d'équipage. Cette scène est immortalisée par des journalistes étrangers depuis les balcons de l'hôtel Pékin. Trente années plus tard, l’identité de cet homme reste toujours inconnue. En 2019, l’opposant chinois Yang Jianli  a fait circuler une pétition demandant au président Xi Jinping de révéler ce qui est arrivé à l’homme de Tiananmen.

 

 

 

 

 

© Pécau – Gin – Scarlett - Delcourt

 

 

 

C’est sur base de ce fait historique que Pécau construit le scénario du seizième album de la série « l’homme de l’année ». Il y fait intervenir Lee Lang, une jeune fille revenue à Pékin dix ans après les faits ayant un étrange rendez –vous avec Monsieur Sheng plus connus sous le sobriquet de l’ombre jaune !

 

 

 

© Pécau – Gin – Scarlett - Delcourt

 

 

 

 

L’étrange dialogue s’établissant entre l’ancienne étudiante et le responsable du massacre va tenter de mettre en lumière l’inexplicable : comment un gouvernement peut arriver à tirer sur son peuple ? (cela me rappelle étrangement des faits se produisant en France face à des gens en jaune !). Uchronie, oui en ce qui concerne la filiation de l’homme inconnu avec l’ombre jaune, par contre scénario de répression tout à fait envisageable au point de vue historique !

 

 

 

 

© Pécau – Gin – Scarlett - Delcourt

 

 


Les illustrations signées par Gin et magnifiquement colorisées par Scarlett font de cet épisode l’un des meilleurs issus de cette série.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alain Haubruge

 

Série : L’homme de l’année

 

Tome : 16 – 1989 L’inconnu de la place Tiananmen

 

Genre : Uchronie

 

Scénario : Pécau Jean Pierre

 

Dessins : Gin

 

Couleurs : Scarlett

 

Éditeur : Delcourt

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 15,50 €

 

ISBN : 9782413011255

 

 

 



Publié le 17/01/2020.


Source : Bd-best


Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ?  Dans les yeux de Lya 2 – Sur les traces du coupable

« - Alors, tu as trouvé quelque chose ?

- J’ai pas regardé, j’ai juste tout pris en photo ! Regarde !

- Et le dossier ?! Il est où ?

- Juste là !

- Ça va être chaud pour le remettre ! On dirait qu’ils se sont donnés le mot pour tous revenir au bureau ! Si je reste, ça va faire louche! En plus, je suis censé finir bientôt !

- Merde ! Qu’est-ce qu’on fait ? Faut absolument le remettre à sa place !

- Oui, je sais… Mais je crois que c’est mort pour aujourd’hui ! Alors on fait quoi ?

- On se retrouve chez Antoine pour regarder ce fichu dossier ! »

 

 

 

 

 

 

                Lya, avec l’aide d’Adèle, à réussi à mettre la main sur le dossier du drame qui a failli lui coûter la vie à la veille de ses dix-sept ans, et qui l’a laissée clouée dans un fauteuil roulant. En stage chez Maître de Villegan, Lya cherche à découvrir pourquoi ses parents ont reçu et accepté un chèque conséquent afin de retirer leur plainte après l’accident de leur fille. Antoine, qui est bien étudiant en informatique et pas réparateur de clim, devrait les aider à étudier cette affaire. Malheureusement, le dossier est moins fourni qu’il ne devrait être. Un post-il avec inscrit « Merci pour lui. » et une signature illisible, voilà la maigre récolte d’indices. Il va falloir à présent remettre le dossier en place avant que l’avocat ne remarque sa disparition. Et ça, ça ne va pas être une mince affaire...

 

 

 

 

 © Carbone, Cunha - Dupuis

 

 

                Carbone est avec Kid Toussaint la scénariste qui monte chez Dupuis. Avec en particulier La boîte à musique et Dans les yeux de Lya, elle tient deux bijoux dont les joyaux brillent sous la plume de deux dessinateurs exceptionnels. Un récit complètement fantastique d’un côté, une histoire ultra-réaliste de l’autre, mais toujours cette même enveloppe littéraire et graphique qui font que ces deux séries se font écho. Bien sûr, Carbone a d’autres cordes à son arc (Les zindics anonymes, Complots à Versailles,…), mais La boîte à musique et Dans les yeux de Lya ont une essence identique.

 

 

 

 

 © Carbone, Cunha - Dupuis

 

 

                Cunha n’a pas une tâche facile. Dans un décor souvent uniforme qui aurait pu être lassant pour elle et pour le lecteur, et comme l’indique le titre, elle fait passer toutes les émotions, toutes les variations, par les yeux de son héroïne et des personnages secondaires. Dans des cases en couleurs directes et sans bordures, elle transforme une histoire dramatique en une belle aventure, paradoxe efficace.

 

 

 

 

 © Carbone, Cunha - Dupuis

 

 

                Compte tenu du développement de l’histoire, il pourrait être pertinent et judicieux de transposer Dans les yeux de Lya sur des planches. Ça ferait un formidable « Whodunit » théâtral.

 

  

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Dans les yeux de Lya

 

Tome : 2 – Sur les traces du coupable

 

Genre : Drame psychologique, polar

 

Scénario : Carbone

 

Dessins & Couleurs : Cunha

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 64

 

Prix : 12,50 €

 

ISBN : 9791034736867

 



Publié le 17/01/2020.


Source : Bd-best


La première claque de 2020.  Aldobrando

« - Comment m’as-tu appelé ?

- Messire, Messire.

- Messire. Peut-être es-tu plus dégourdi qu’il n’y paraît. Tu me paieras ton affront en me servant. Je serai ton seigneur et toi mon écuyer et fidèle serviteur. Mon nom, écuyer, est Sire Gennaro Montecapoleone des deux fontaines. Et toi, manant, tu as un nom ou dois-je en forger un pour toi ?

- Aldobrando, Messire.

- Alors dorénavant tu seras Aldobrando des trous d’autrui. Qu’en penses-tu ?

- Aldobrando me suffisait.

- Malheur à qui se contente de ce qu’il a ! Allons-y ! Voici l’aube. Une longue route nous attend. Une route semée d’embûches. »

 

 

 

 

 

 

Une route semée d’embûches, tel est le concept de la geste d’Aldobrando.

 

 

 

 

© Critone, Gipi, Daniele, Palescandolo - Casterman

 

 

Un enfant est confié à un vieux sorcier. Son père le lui abandonne et file vers son destin pour la mort. Le précepteur l’éduque et on le retrouve jeune homme, disciple de son maître. Un jour, à la suite d’une préparation de potion tournant mal, le maître est blessé à l’œil. Pour le guérir, Aldobrando doit lui rapporter de l’herbe du loup. Traversant les forêts, le jeune novice arrivera en ville où un drame vient de se jouer. Le valet du roi a grièvement blessé le fils du roi avant de prendre la fuite, laissant pour mort le petit prince. A la suite d’un quiproquo, Aldobrando est accusé d’avoir pris part au méfait. Mis aux fers, il y rencontre un géant assassin qui va l’entraîner dans son évasion. Aldobrando réussira-t-il à prouver son innocence et à rapporter à son maître cette mystérieuse herbe du loup ?

 

 

 

 

© Critone, Gipi, Daniele, Palescandolo - Casterman

 

 

On n’attendait pas Gipi dans une aventure romanesque. L’auteur de Notes pour une histoire de guerre et de La terre des fils signe une œuvre magistrale, formidablement bien construite, une histoire d’amour à grand spectacle où les mots donnent plus de force que les actes. Les personnages sont bien campés, avec une personnalité qui leur est propre : un adolescent sur le chemin de la vie, un monstre qui cache un cœur gros comme ça, une amoureuse improbable prête à braver tous les dangers, un soi-disant seigneur, Messire de pacotille qui se ridiculise pour un monde qui ne veut pas de lui, un roi adipeux et sot qui n’est qu’un porc à balancer, un Sire conspirateur qui ne se doute pas qu’il pourrait tomber dans son propre piège, un vieux sorcier qui, victime avérée, est en fait un philosophe et un père adoptif montrant tout simplement à son « fils » la voie à suivre,…

Le scénariste alterne les scènes sans aucun temps mort. De l’action, des dialogues choisis, le lecteur assiste à un drame théâtral à ciel ouvert dans de multiples décors.

 

 

 

 

© Critone, Gipi, Daniele, Palescandolo - Casterman

 

 

Dans un style à la Griffo, Luigi Critone entraîne le lecteur des chemins enneigés à la chambre sobre d’une princesse triste, des geôles humides dans des bas-fonds miteux jusqu’à une clairière idyllique, pour finir dans une arène, fosse dans laquelle le destin de chacun va se jouer.

 

En parallèle à la version classique, les éditions Casterman publient une luxueuse version en tons de gris. Mais il serait regrettable de se priver des couleurs exceptionnelles de Francesco Daniele et Claudia Palescandolo qui sont tout simplement magnifiques. Elles illuminent de manière aquarellée cette histoire flamboyante, démontrant que les coloristes sont bien des auteurs à part entière prenant part intégrante aux œuvres auxquelles ils participent.

 

 

 

 

© Critone, Gipi - Casterman

 

 

Une route semée d’embûches, tel est le concept de la geste d’Aldobrando. Un album indispensable, telle est la définition d’Aldobrando.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Aldobrando 

 

Genre : Conte moyenâgeux. 

 

Dessins : Luigi Critone 

 

Scénario : Gipi 

 

Couleurs : Francesco Daniele & Claudia Palescandolo

 

Traduction de l’italien : Hélène Dauniol-Remaud 

 

Éditeur : Casterman

 

Nombre de pages : 204 

 

Prix : 23 €

 

ISBN : 9782203166677

 



Publié le 16/01/2020.


Source : Bd-best


Les bronzés 4.  Avec ou sans moustache ?

« - Ah, P.J., enfin ! T’as pas changé ! T’as pas eu mes messages ?

-  Si, si, mais tu sais…

- T’as vu l’émission de Drucker, hier ?

- Pas la fin… J’ai raté un truc… Apparemment.

- On fait un nouveau « Les copains ». Un quatrième, P.J., tu te rends compte ?!

- Rhoôo, my god !

- Alors, t’es partant ?

- Laisse-moi réfléchir, Willy… C’est non.

- Mais… Il y aura tout le monde !

- Mais justement, Willy… Justement. »

 

 

 

 

 

 

Pierre-Jean Rochielle a été star de cinéma. Maintenant, tout ça est derrière lui. Vivant une existence pépère et heureuse dans son petit quartier, ses plus grands bonheurs sont de faire ses courses chez les commerçants du coin avec son caddie, de promener son chien Dolfi et de boire un café chez Mado. Alors, la reconstitution d’une bande de copains acteurs pour faire une resucée de succès passés, très peu pour lui. C’est niet ! Le projet se fera sans lui. Jusqu’au jour où Dolfi pète sa bouffarde… P.J. a besoin de retrouver un sens à sa vie. Et si un sosie de Rochielle acceptait le rôle ? Et si, mise en abyme, ce rôle de sosie, il ne le jouerait pas lui-même ? Avec ou sans moustache ?

 

 

 

 

© Efix, Courty - Bamboo

 

 

Efix et Courty signent une petite perle de tendresse. Mettant en scène la schizophrénie de l’acteur, poussant le vice jusqu’à jouer son propre rôle en faisant croire qu’il est quelqu’un d’autre, les auteurs creusent l’âme des plus grands comédiens qui, malgré tout, ne cesseront jamais de l’être.

 

Hommage à Jean Rochefort et à Jean-Pierre Marielle (N’allons pas chercher plus loin le nom de Pierre-Jean Rochielle), le récit de ces retrouvailles voit aussi planer l’ombre de monstres sacrés du cinéma français comme Philippe Noiret, Roger Hanin, Jean Yanne et bien d’autres. Mais le scénariste n’oublie pour autant pas les femmes. Jeanne Moreau, Claudia Cardinale, Mireille Darc et autres Marie Dubois ont aussi laissé leurs traces. Au milieu de tous ces hommes, elles jouent un rôle crucial et montrent qu’elles ont été aussi importantes dans la vraie vie de leurs homologues masculins que dans leur vie de personnages de fiction.

 

 

 

 

© Efix, Courty - Bamboo

 

 

Nicolas Courty a trouvé la genèse de son histoire dans un épisode de la vieille série télévisée L’île fantastique dans lequel une femme se déguise et invite ses amis à ses propres obsèques afin de savoir ce qu’ils pensent d’elles. Pierre-Jean se retrouve dans une situation similaire.

 

Efix dessine ces Grands Ducs avec émotion et drôlerie. Le dessinateur de Mon amie la poof les met en scène avec un dynamisme leur faisant oublier qu’ils ont de l’arthrose. Au fil des saisons, ses couleurs donnent les températures d’un quartier de ville en hiver jusqu’aux fin d’après-midi d’été en rebord de piscine.

 

 

 

 

© Efix, Courty - Bamboo

 

 

Si Patrice Leconte voulait bien effacer le ratage des Bronzés 3, il a les acteurs pour faire un quatrième volet et, à présent, il a aussi le scénario. Et il a le choix, Gérard Jugnot ou Michel Blanc, avec ou sans moustache.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

One shot : Avec ou sans moustache ? 

 

Genre : Comédie 

 

Dessins & Couleurs : Efix 

 

Scénario : Courty 

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand angle

 

Nombre de pages : 104 

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 9782818974759

 



Publié le 16/01/2020.


Source : Bd-best


La vengeance est un plat qui se mange froid, très froid.  Yakari 40 - L’esprit des chevaux

« - Comment t’es-tu retrouvé là ?

- J’ai voulu boire mais la glace a cédé… Tu m’as sauvé la vie…

- Entre frères, nous de devons nous entraider. Tu es loins de ton troupeau ?

- Je n’ai pas de troupeau. Je voyage seul.

- Alors bonne route, jeune mustang solitaire.

- Tu repars déjà ?

- Il le faut. Je cherche un ami qui a disparu.

- je peux t’aider à le retrouver ! Pour te remercier de m’avoir sauvé.

- Hum… Si tu veux.

- Qui cherchons-nous exactement ?

- Yakari, un papoose. Il a disparu depuis ce matin et je suis inquiet. »

 

 

 

 

 

                Petit Tonnerre vient de sauver la vie à un jeune mustang, piégé au milieu d’un lac gelé dont la surface était en train de se briser. Son nouveau compagnon se propose de l’aider à retrouver Yakari qui a disparu. Mais ce que Petit Tonnerre ignore, c’est que c’est le cheval qu’il vient de sauver qui a piégé Yakari dans une grotte refermée par la neige. Pourquoi a-t-il agit ainsi ? Yakari réussira-t-il à sortir du mauvais pas dans lequel il se trouve ?

 

 

 

 

© Derib, Chamblain - Le Lombard

 

 

                Deuxième épisode de Yakari scénarisé par Joris Chamblain et deuxième réussite. L’auteur des épatants Carnets de Cerise a parfaitement saisi l’ADN de la série de Derib et Job. Le scénariste d’origine lui a cédé sa place. L’élève réussit, encore mieux avec ce tome qu’avec le précédent, à égaler son mentor. Les animaux tiennent une place prépondérante dans l’histoire. On retrouve les castors avec plaisir, mais ce sont ici les chevaux qui tiennent la vedette. Yakari, avec tout son savoir-faire, sans dévoiler la clef de l’énigme, va découvrir comment les animaux peuvent s’organiser en symbiose pour montrer leur force et gérer, peut-être mieux que les humains, un des leurs qui dévie.

 

 

 

 

© Derib, Chamblain - Le Lombard

 

 

                Derib dessine ses animaux préférés dans de magnifiques paysages enneigés. Le dessinateur suisse, avec ses albums qui ont la particularité d’avoir peu de textes et d’être vite lus, que ce soit dans le réalisme avec Buddy Longway ou dans le tout-public avec Yakari, permet plus aisément aux lecteurs de s’attarder sur ses belles cases.

 

 

 

 

© Derib, Chamblain - Le Lombard

 

 

                Qu’on se le dise : 2020 sera une année Yakari. Après son succès en bandes dessinées et à la télévision, le jeune indien et ses animaux vont envahir le grand écran. On pourra le retrouver au cinéma le 30 septembre prochain.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Yakari

 

Tomes : 40 - L’esprit des chevaux

 

Genre : Aventure 

 

Dessins : Derib  

 

Scénario : Joris Chamblain

 

Couleurs : Rébekah Paulovich & Dominique 

 

Éditeur : Le Lombard

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782803673735

 



Publié le 15/01/2020.


Source : Bd-best


De Paris Ă  Shanghai ... China Li T.2 L'honorable Monsieur Zhang

 

-          Qui êtes-vous ?

-          Je suis photographe. Je travaille pour une agence de presse française. Je viens de Paris. … Lui, c’est mon guide. Je veux rencontrer le président Mao !

-          Rien que ça !

 

 

 

 

 

 

 

Protégée de Monsieur Zhang, Li embarque en compagnie de Madame Ferté et de sa fille Raphaëlle vers la France. À Paris, elle termine ses études secondaires et entreprend une licence en journalisme. Elle fait beaucoup de photos de la capitale, écrivant régulièrement à son protecteur. 

 

 

 

 

© J.F & Maryse Charles - Casterman

 

 

 

 

Lors d’une visite à Montmartre (Basilique du Sacré Coeur), Li fait la connaissance d’un jeune peintre et tombe sous son charme. Résistant aux avances faites par Raphaëlle, Li accompagne le jeune peintre vivant ensemble l’amour bohème. À la mi-septembre 1931, elle apprend par les journaux l’invasion de la Mandchourie par le Japon (incident de Mukden). Lorsque qu’Antoine présente Li comme la femme de sa vie à ses parents, il reçoit la désapprobation de ces derniers. 

 

 

 

 

 

 

© J.F & Maryse Charles - Casterman

 

 

 

Shanghai début 1932, la guerre des gangs de l’opium fait rage, Monsieur Zhang fuit l’invasion japonaise. À Paris, le compagnon de Li décède accidentellement. Alors qu’elle assiste à la projection des actualités cinématographique, Li voit son protecteur qu’elle croyait mort. Seule, sans attaches en France, elle décide de retourner en Chine (mandatée par l’agence Havas) non seulement pour tenter de retrouver ce dernier, mais aussi afin de faire un reportage sur Mao. Dès son arrivée à Shanghai, les événements vont se précipiter pour notre héroïne.

 

 

 

 

 

 

© J.F & Maryse Charles - Casterman

 

 

 

Fidèle à son habitude, Jean-François Charles nous gratifie de superbes illustrations, que ce soit du Paris du début des années 30 en passant par les paysages chinois du début du XXe siècle. Le scénario de Maryse est dense et rythmé, respectant les faits historiques de l’époque. Cette seconde partie du triptyque tient toutes ses promesses, une fois la lecture débutée, il est hyper difficile de s’en détacher de telle sorte que lorsque l’on tourne la dernière page du livre, on souhaite connaître la fin du récit prévue dans le troisième tome. En résumé, à ne pas manquer tout en vous recommandant la lecture du premier volume afin de pouvoir savourer à sa juste valeur l’histoire proposée par les Charles. 

 

 

Alain Haubruge

 

 

Série : China Li

 

Tome : 2 – L’honorable Monsieur Zhang 

 

Genre : Aventure

 

Scénario : Maryse Charles

 

Dessins : Jean François Charles

 

Éditeur : Casterman

 

Nombre de pages : 64 

 

Prix : 14,50 €

 

ISBN : 9792203172289   



Publié le 14/01/2020.


Source : Bd-best


Amateurs de spéléologie, de grosses bestioles et de 2 CV unissez-vous !  Frnck 6 - Dinosaures

« - Regarde ! Cette caverne était habitée !

- Je vois des bouts de bois brûlés et des cailloux. Tu ne t’emporterais pas un peu ?

- Dis-moi si tu vois des dessins sur les murs.

- Comme ça tu veux dire ? Je retire ce que j’ai dit. Cette caverne était habitée.

- J’en crois pas mes yeux ! Tu… Tu crois que c’est un nouveau Lascaux ?

- ça date de quand, l’alphabet ? C’est quand même pas plus vieux que les hiéroglyphes !

- Ah zut ! Quelqu’un a découvert cette grotte avant nous. »

 

 

 

 

 

 

                Années 70, un certain Franck, petit homme moustachu fait découvrir la spéléologie à la belle et grande Anoukis. Après avoir exploré une grotte dans laquelle des peintures rupestres côtoyaient des lettres de l’alphabet, ils dénichent ce qu’ils ne savent pas être un téléphone portable. Ce mystérieux objet se met à tinter et apparaît un message vidéo de Frnck, suppliant les personnes qui l’écoutent de venir le chercher. Vont-ils réussir à retrouver la trace de notre héros du futur bloqué dans la préhistoire ? Ce dernier vient de découvrir des œufs de dinosaures… avec lesquelles il ne va pas pouvoir faire l’omelette dont il rêvait.

 

 

 

 

© Cossu, Bocquet, Guillo - Dupuis

 

 

                Il fallait oser se passer du personnage principal d’une série pendant toute une moitié d’un récit. Cossu et Bocquet l’ont fait. Le coup est réussi. A part sur une vidéo, Frnck n’apparaît réellement qu’à la planche 28. Avant cela, on suit ce nouveau couple de personnages aussi désaccordé qu’attachant. Physiquement, les deux n’avaient rien en commun pour se rencontrer. Une rixe de loubards va les rapprocher. C’est dans l’adversité que l’on reconnaît ses amis. Cet épisode commence comme une histoire d’amour et finit en grand aventure. Comme quoi, crocs et romantisme ne sont pas totalement incompatibles.

 

 

 

 

© Cossu, Bocquet, Guillo - Dupuis

 

 

                Olivier Bocquet ne fait pas partie de ces scénaristes prolifiques qui parfois se dispersent au risque de se perdre. Il produit peu. Frnck est sa seule série au long cours actuelle. Il y met toute son énergie et le résultat est original et dynamique dans tous les sens du terme. Il créé dans cet épisodes de nouveaux personnages attendrissants ou fourbes, malins ou véreux.

 

Brice Cossu est obligé de changer son fusil d’épaule et de faire dans le « relativement » contemporain avec la première partie de l’histoire. On savait grâce à son Spirou qu’il en était capable. Le mélange des genres dans Frnck surprend mais fonctionne. Les amateurs de 2 CV seront ravis de voir Franck et Anoukis au volant de la mythique Citroën.

 

 

 

 

 

© Cossu, Bocquet - Dupuis

 

 

De même, Yoann Guillo a dû gérer l’harmonie des couleurs entre les différentes époques. Le vert de la 2 CV fait « Pop ! » dans les seventies, tandis la neige bleutée recouvre le sol de l’ère préhistorique.

 

Dinosaures inaugure le deuxième cycle de Frnck en mettant un grand coup de pied de T-Rex dans la série. La recette est payante, l’exemple est à suivre.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Frnck

 

Tome : 6 - Dinosaures 

 

Genre : Aventure préhistorique 

 

Scénario : Bocquet 

 

Dessins : Cossu 

 

Couleurs : Guillo 

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 60 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9791034736928

 



Publié le 14/01/2020.


Source : Bd-best


Une série qui retrouve enfin son ADN.  To your eternity 11

 « - Où sont-ils allés chercher ces catapultes ?!

- Utilisons-en nous aussi !

- Les nôtres ont une portée bien moindre !

- En face, ils ne sont pas humains ! On dirait des armes vivantes !

- Qu’est-ce qu’on peut faire ?!

- Les laisser nous massacrer sans broncher ?!

- Meurs projectiles passeront bientôt par-dessus les murs !

- ça, pas question ! »

 

 

 

 

 

 

 

                Imm n’a pas l’intention de laisser Renlil se faire détruire par les Knockers. La grande bataille a commencé. Il faut protéger la ville. Profitant de ses multiples enveloppes corporelles, l’immortel reconstruit les murailles au fur et à mesure de leurs destructions et combat l’ennemi avec force et détermination. Au milieu de tout ça, une petite fille, telle une mâne, est de retour.

 

 

 

© Oima - Pika

 

 

A la manière de L’attaque des clones dans Star Wars, ou bien Matrix Reloaded, ce onzième volume fait place au conflit. Mais la guerre reste principalement hors cases. Il y a relativement peu de scènes belliqueuses. L’ennemi est au loin. On subit ses coups mais il reste mystérieux. L’autrice préfère axer les vues sur les assiégés.

 

 

 

 

© Oima - Pika

 

 

Enfin, enfin Yoshotoki Oima retrouve l’essence de sa série. Le concept d’immortalité est poussé jusque dans ses retranchements. Le trio Kai, Hayro, Messâl joue un rôle prépondérant, inattendu et efficace. Un personnage revient provoquant une immense émotion. Bonshen doit assumer ses responsabilités et Alme pleure son roi.

 

 

 

 

© Oima - Pika

 

 

To your eternity retrouve la force, la puissance et la grâce de ses débuts. Oima doit absolument ne plus quitter ce cap pour faire de sa série un must des années 2010-2020.

 

La mangaka est venue à la Japan expo en 2018. Voici un drawing live :

 

 

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

Tome : 11

 

Genre : Fantastique émouvant 

 

Scénario & Dessins : Oima

 

Éditeur : Pika

 

Nombre de pages : 192

 

Prix : 6,95 €

 

ISBN : 9782811650759

 



Publié le 13/01/2020.


Source : Bd-best


Un monstre effray-marrant.  Lily et Doudoumonstre 1

« - Un monstre dans ma chambre ! Je suppose que tu es là pour me faire du mal ! Moi, je vais crier et toi, tu vas me tirer les cheveux et me serrer très fort… Peut-être même que tu vas me croquer !

- Mais non ! Je suis un Doudoumonstre ! Je suis très gentil et je fais plein de câlins ! Bisous ! Bisous !

- Pffff… C’est nul ! »

 

 

 

 

 

La petite Lily vient de trouver un monstre sous son lit. On ne sait pas trop s’il est issu de son imagination, mais en tout cas il pue des pieds. Il a de grands yeux, un gros nez tricolore, un ventre énorme, mais de toutes petites petites cornes. Il ne sait même pas à quoi elles servent. Ce monstre, c’est un Doudoumonstre. Qu’il fasse les gros yeux, qu’il prenne une grosse voix ou qu’il montre ses grandes dents, il ne fait jamais très peur, voire pas peur du tout. Lily est désabusée. Mais comme ses parents ne veulent pas qu’elle ait d’autre animal que le petit chat de la maison, elle adopte son nouvel ami.

 

 

 

© Mic, Val - Bamboo

 

 

Calvin et Hobbes racontait les histoires d’un petit garçon et de son tigre en peluche qui prenait vie dans son imaginaire. La différence dans Lily et Doudoumonstre, c’est que personne ne s’en étonne à la maison. Doudoumonstre vie dans sa nouvelle famille et tout le monde trouve cela très naturel. Celui qui est le plus intrigué dans l’histoire, c’est certainement le chat. Les parents ne sont pas du tout étonnés d’avoir ce personnage en plus dans la maison.

 

 

 

 

© Mic, Val - Bamboo

 

 

Michel Rius, dit Mic, est professeur des écoles. Connu pour les gags de Michel, chien fidèle, personnage au même gabarit que Doudoumonstre, qui a été publié dans le journal de Mickey et en albums chez Paquet, il offre son trait rond, rassurant et rigolo à cette nouvelle série.

 

 

 

 

© Mic, Val - Bamboo

 

 

Jean-Claude Fournier a un jour dit que lorsqu’il recevait un scenario des Crannibales, ça ne le faisait pas rigoler, mais, au fur et à mesure qu’il le dessinait, il prenait du plaisir et s’en amusait. Si on raconte des gags de Lily et Doudoumonstre, ça fait le même effet. C’est là où est le professionnalisme du scénariste Val et du dessinateur Mic : savoir comment le mixage des ingrédients va faire une bonne recette.

 

 

 

Série : Lily et Doudoumonstre

 

Tome : 1

 

Genre : Humour familial 

 

Dessins : Mic 

 

Scénario : Mic & Val 

 

Encrage & Couleurs : Val 

 

Éditeur : Bamboo

 

Nombre de pages : 48 

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782818974759

 



Publié le 12/01/2020.


Source : Bd-best


Le Docteur Moreau a trouvé son maître.  L’île infernale Saison 2 - 3

« - Je vais rentrer au Japon par le premier vol demain matin puis je vais essayer de dénicher le maximum d’infos sur l’île polaire au ministère de la sécurité nationale. Les militaires d’élite d’Ali devraient être suffisants pour lutter contre ces agents non gouvernementaux. Toi, reste ici avec eux. Il vaut mieux que tu sois à leurs côtés.

- Comment ça ?

- C’est pour ton bien, Jin. Bref… Si on continue de bouger à deux de cachette en cachette tout en protégeant Ichi, rien n’avancera. Je vais suivre l’intuition d’Ichi et voir ce que je peux faire. Les informations sur l’île polaire sont classées secret défense. On ne trouvera rien en restant ici. Il se peut même que ce pour quoi Mikoshiba s’inquiétait quand on l’a rencontré pour la première fois ait repris sur la nouvelle île…

- Les expérimentations sur l’élixir de vie ?

- Si jamais je trouve une info qui relie Mikoshiba à l’île polaire, j’infltrerai l’île sur le champ. Rejoins-moi là-bas plus tard. Bien sûr une fois que la sécurité d’ichi sera garantie. »

 

 

 

 

 


                Carlos et Jin avaient tout prévu avant de pénétrer sur l’île. Mais sauver Mikoshiba de cet enfer et détruire toutes les recherches sur lesquelles planchent le diabolique docteur Mizusawa et ses sbires s’avère être bien plus complexe que ce qu’ils imaginaient. Adepte des expérimentations disons « corporelles », le scientifique n’a pas de limite à l’éthique de ses « compositions ». L’île du Docteur Moreau n’a rien à envier à celle de son compatriote.

 

 

 

 

© Yusuke Ochiai 2018

 

 

                En ces temps compliqués pour Komikku, espérons que ce nouvel épisode de L’île infernale leur portera chance. C’est en effet avec cette série que leur aventure éditoriale a commencé en 2012. Après les trois tomes de la saison 1, la saison 2 se poursuit dans son décor glacial dans tous les sens du terme. Contrairement à la première, cette deuxième saison ne s’arrêtera pas avec ce tome 3. Jin Sunosaki n’en est pas au bout de ses peines pour sauver Ei Mikoshiba de la torture et retrouver Ichi. Jin devra compter sur tout le courage et l’abnégation de Carlos, infiltré parmi les gardiens de l’île, pour l’aider dans son but.

 

 

 

 

© Yusuke Ochiai 2018

 

 

                Moins noir et violent que le tome précédent, ce troisième volume fait nettement avancer la situation et relie de façon cohérente cette saison à la première. Les flash-backs au Moyen-Orient nous en apprennent beaucoup sur le passé des personnages, sur leurs ralations et sur l’origine de leur mission.     

 

 

 

 

© Yusuke Ochiai 2018

 

 

Yusuke Ochiai rebat les cartes. Les individus les plus dangereux ne sont pas forcément ceux que l’on croît. Les alliances à nouer, pour qu’elles fonctionnent, ne seraient-elles pas les plus improbables ? Posant une problématique éthique sur les progrès de la science, L’île infernale n’est pas une simple histoire d’anticipation. A la manière de Soleil vert, c’est une réflexion d’action.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : L’île infernale

 

Tome : Saison 2 - 3

 

Genre : Thriller 

 

Scénario & Dessins : Yusuke Ochiai

 

Éditeur : Komikku

 

Nombre de pages : 224 

 

Prix : 8,50 €

 

ISBN : 9782372874526

 



Publié le 12/01/2020.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2020