En images et en bulles
Flux RSSFlux RSS

1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


Champaka rêve ... Schuiten et son Bruxelles

 

 

 

Une exposition autour de l'album « Bruxelles - Un rêve capital » de François Schuiten et Benoît Peeters se tient à l’heure actuelle jusqu’au 27 novembre 2021 à la Galerie Champaka.

 

 

 

 

 

Comme indiqué ci-dessus, François Schuiten et Benoît Peeters exposent à l'heure actuelle des réalisations provenant de leur album "Bruxelles - Un rêve capital".

L'équipe de Bd Best vous convie à découvrir cette exposition. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Schuiten – Peeters - Casterman

 

 

 

Remerciements à la Galerie Champaka

 

 

 

 

 

 

 

Galerie Champaka

27, rue Ernest Allard

B-1000 Bruxelles

Tél : 32 2 514 91 52

 

 

 

 

 

Propos recueillis par:Thierry Ligot

Images : Axelle Coenen

 

 

 

 

 




Publié le 18/11/2021.


Source : Bd-best


Interview Patrick Weber, Baudouin Deville, Bérangère Marquebreucq ...

 

 

 

Bruxelles, lundi 22 mai 1967, 13h34.

Les pompiers de Bruxelles reçoivent l’appel d’une personne non identifiée signalant qu’un important dégagement de  fumée s’élève du magasin l’Innovation. L’une des plus grandes catastrophes de l’après-guerre débutait. Après la catastrophe du Bois du Casier à Marcinelle (262 morts), l’incendie de l’Innovation allait provoquer le décès de 251 personnes et faire 62 blessés.

 

 

 

 

 

 

1967, c'est également l'époque de mouvements anti-américains, contre la guerre du Vietnam. Les tensions sont donc fortes et les risques de manifestations, voire d'attentats anti-américains plus qu'inquiétants ! Surtout qu'une quinzaine américaine commence à l'Innovation, où travaille sa maman ! Kathleen, désormais journaliste à la RTB, se retrouve ainsi, malgré elle, à nouveau mêlée à une intrigue passionnante.

 

 

 

Comme promis précédement, l'équipe de Bd Best a recontré les auteurs de l'album "Innovation 67" et vous livre leurs interviews ci-dessous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© Weber – Deville – Marquebreucq - Anspach

 

 

Remerciements à la librairie Filigranes

 

Filigranes Arts 
Avenue des Arts, 39-42
1040 Bruxelles
+32 2 511 90 15

 

 

 

 

 

Propos recueillis par Thierry Ligot

Images: Axelle Coenen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié le 18/11/2021.


Source : Bd-best


Spirou 4362 -  17 Novembre 2021

 

 

Les cavaliers de l’apocadispe s’invitent au parc Spirou

 

 

 

 

 

 

 

            A la faveur d’une visite du parc Spirou où il a réalisé un exploit, à savoir être le premier dessinateur à réaliser une dédicace à 70 km/h dans une montagne russe, Libon a eu l’idée d’y envoyer les trois compères cavaliers de l’apocadispe. Il va être bien arrangé le parc Spirou !

 

            Deux autres récits complets sont au sommaire : l’excellente Clairière s’amuse (meilleure série d’histoires courtes depuis justement Les cavaliers de l’apocadispe) et l’éternel Cédric. On est dans les derniers scenarii de Raoul Cauvin. Espérons que Laudec saura continuer l’œuvre, seul ou avec quelqu’un.

 

Les abonnés poursuivent leur collection de chapitres de l’étonnant manga signé Kenny Ruiz et regroupant les personnages de Tezuka.

 

            Spirou, ami, partout, toujours.

 

 

 

© Ruiz– Dupuis

 

 

 

Histoires à suivre :

 

Harmony : In fine

Louca : Game over

Mort et déterré : Les derniers jours d’un zombie.

 

 

Récits complets :

 

Cavaliers de l’apocadispe (Les) arrangent le parc Spirou

Cédric

Clairière s’amuse ! (La) : Ben mon cochon !

 

 

Gags (strips, 1/2, 1 et 2 planches) :

 

Crapule (La pause-cartoon)

Croquidou

Dad

Des gens et inversement (La pause-cartoon)

Edito (L’)

Fifiches du professeur (Les) (La pause-cartoon)

Game over

Harry

Kid Paddle

Léon & Lena

Minions (Les)

Nelson

Pernille

Spoirou & Fantasperge (Marges de Sti)

Strip dont vous êtes la star (Le)

Tamara

Tash & Trash (La pause-cartoon)

 

 

Rubriques :

 

Coin des lecteurs (Le) : Laurel

En direct du futur : Elliot année 2 (Grosjean)

Interview : Libon

Jeux : Les cavaliers de l’apocadispe sont bien sages (Caritte)

Spirou & Moi : Mikaël

 

 

Supplément abonnés :

Manga : Team Phoenix, par Kenny Ruiz (3/7)

 

 

En kiosques et librairies le 17 Novembre 2021.

2,70 €

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 



Publié le 17/11/2021.


Source : Bd-best


Messire Boule et son fidèle destrier Bill !  Boule & Bill 42 – Royal taquin

 

 

« - Hop hop hop ! Le tour du quartier au pas de course, ça te dit, Bill ? Non ? Tant pis pour toi !

- Tu m’accompagnes jusqu’au centre-ville, Bill ? Quel enthousiasme, ça fait plaisir à voir !

- Bill, je vais retrouver Pouf au parc, tu viens ? Qu’est-ce qu’il y a ? Tu boudes ?

- Mais non ! Ça se voit, pourtant, que je me promène déjà ! Je te rejoins dès que tu arrives au portail, Caroline ! »

 

 

 

 

 

 

 

                Si aujourd’hui Bill n’a pas l’air très motivé par un jogging avec Papa, des courses avec Maman ou des jeux avec Boule, c’est qu’il est en mode Caroline, c’est-à-dire au rythme de sénateur de sa copine tortue. Piano, piano ! Rassurez-vous, Bill ne va pas rester lymphatique pendant 44 planches. Il va en faire des choses en famille, et notamment une visite de château médiéval. Armures, créneaux, douves, meurtrières, et même tournoi ou spectacle de fauconnerie, plus rien dans le genre n’aura de secret pour lui.

 

 

 

 

 

© Bastide, Cazenove - Dargaud

 

 

                C’est déjà le sixième album signé Cazenove et Bastide. Après un quart de l’épisode tournant autour de la visite du château, les gags s’enchaînent sans thème particulier. Bill aura droit à son bain dans la bassine. Les petits oiseaux époussèteront le canapé et tantôt nargueront le cocker, tantôt seront ses meilleurs compagnons de jeux. Caporal, le chat de la voisine, laissera des poils sur la langue de son meilleur ennemi. Fallait pas lui faire de léchouille.

 

 

 

 

© Bastide, Cazenove - Dargaud

 

 

                S’il est bien une série de bande dessinée intemporelle, c’est certainement Boule et Bill. Dès le départ, Roba a conçu sa création de manière particulière. A peu de choses près, si l’on analyse un gag du tout premier album et un autre de ce quarante-deuxième opus, ils auraient pu se passer le même jour. Comme rien ne se démode plus vite que la mode, Roba a eu l’idée de génie d’inscrire ses personnages dans un espace-temps suspendu. Ses successeurs ont gardé ce principe fondamental. On ne verra pas Boule utiliser un smartphone par exemple. n’allez pas croire que la série est désuète, loin de là. Elle était, est, et restera intergénérationnelle. Les parents y retrouveront leurs plaisirs de lecture d’enfants. Les enfants construiront les leurs.

 

 

 

 

© Bastide, Cazenove - Dargaud

 

 

                Taquin ou pas, peu importe, ce nouvel album de Boule et Bill est en tous cas royal !

 

 

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Boule & Bill

 

Tome : 42Royal taquin

 

Genre : Humour 

 

Scénario : Christophe Cazenove 

 

Dessins : Jean Bastide 

 

Couleurs : Luc Perdriset & Jean Bastide  

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 10,95 €

 

ISBN : 9782505089421  

 

 

 

 



Publié le 17/11/2021.


Source : Bd-best


Y’a pas que les grands qui rêvent...              Aube du monde des rêves 1 - Le réacteur onirique

 

 

 « - J’étais hésitant au début, Aube… Mais à te voir si appliquée cette semaine, je commence à me dire que je m’inquiétais pour rien. Je crois que tu es bel et bien prête à participer à la tournée de nuit des endormeurs. Tout de même, ce sera ta première nuit blanche. T’es tu bien reposée durant la journée, tel que je te l’ai demandé ?

- Bien sûr ! Une ingénieure des rêves doit toujours être à son meilleur !

- Aube, je sais à quel point tu dois être excitée, mais, s’il te plaît, j’ai besoin que tu prennes cette tâche au sérieux et que tu suives les instructions de ton mentor à la lettre. Pas de bêtises et surtout pas de plongeon onirique. Me suis-je bien fait comprendre ?

- Cinq sur cinq ! »

 

 

 

 

 

 

 

Aube est la jeune apprentie de l’inventeur Marshall Desable. La gamine aux yeux vairons souhaite devenir ingénieure de rêves. Aujourd’hui, elle va participer à la tournée de nuit des endormeurs. Mais attention aux cauchemars en liberté. L’univers d’Aube est connecté à celui des humains. Il faut gérer l’industrie du rêve et ce n’est pas une mince affaire. Wendy, sa mère adoptive, est conductrice de trains. Facile quand tout est automatisé. Mais quand l’on s’endort et qu’on a le sommeil infecté par un songe qui prend substance, c’est bien plus compliqué.

 

 

 

 

© Blanchette - Presses Aventure

 

 

L’auteur québécois Patrick Blanchette est nourri de comics et de mangas. Formé en animation et en scénarimage, il créé un monde tout prêt pour l’écran. Ce premier volume d’Aube du monde des rêves ressemble à un pilote de dessin animé. Il y présente les personnages principaux et le décor original de cette planète immatérielle que n’aurait pas renié Paul Grimault.

 

 

 

© Blanchette - Presses Aventure

 

 

Aube est fonceuse et déterminée. A la manière d’Harry Potter, elle a ses parts, si ce n’est de secret, de mystères. Un œil bleu, un œil vert, ce dernier lui permet de plonger dans les rêves. Adoptée, on ne sait encore rien de ses origines. Marshall Desable est un Géo Trouvetou au nom découlant du marchand de sable. Wendy a recueilli Aube, mais il semble que la gamine ait plus les pieds sur Terre qu’elle, paradoxal, mais on n’est justement pas sur Terre mais dans le monde des rêves. Blanchette n’oublie pas non plus les personnages secondaires et leur laisse une place de choix. Camilla représente la justicière à la discipline stricte. Chasseuse de cauchemars, elle apparaît comme un modèle d’autorité. Enfin, Volt est le compagnon nécessaire à tout héros de BD. Petit personnage facétieux, il aide Aube dans ses missions.

 

 

 

 

© Blanchette - Presses Aventure

 

 

Graphiquement, Patrick Blanchette aurait à gagner en détachant moins les personnages des décors. Le format comics va très bien à l’histoire dans laquelle action et onirisme se mêlent.

 

Aube du monde des rêves atteint son but : faire rêver les jeunes lecteurs que les songes sont protégés par des êtres aux pouvoirs magiques.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Aube du monde des rêves

 

Tome : 1 - Le réacteur onirique 

 

Genre : Fantastique

 

Scénario, Dessins & Couleurs: Patrick Blanchette

 

Éditeur : Presses Aventure

 

Nombre de pages : 112 

 

Prix : 10,90 €

 

ISBN : 9782897518066

 

 

 



Publié le 17/11/2021.


Source : Bd-best


«…dans mon bureau, clé, armoire, farde mutualité…»   Lefranc T.32 Les juges Intègres

Gand, 10 avril 1934, cathédrale Saint-Bavon.


Une ombre s’enfuit dans la nuit emportant avec elle un panneau du retable de « L’adoration de l’Agneau Mystique » : (Les Juges intègres et le saint Jean Baptiste). Vingt jours plus tard, l’évêque de Gand reçoit une demande de rançon d’un million de francs belges (25.000 €). Pour prouver qu’il est bien le détenteur des panneaux, notre cambrioleur scie ce dernier en deux parties, déposant  l’arrière du panneau dans une consigne de la gare du Nord à Bruxelles. La transaction pour l’échange de la seconde partie du panneau (Les Juges intègres) échoue. Quelques semaines plus tard, le 25 novembre 1934, un ancien sacristain, (Arsène Goedertier) s’accuse sur son lit de mort comme étant l’auteur du vol mais trépasse avant d’en avoir livré sa cachette.

 

 

 

 

 

 

 

1934 Vol du panneau "Les juges Intègres"

 

 

 

 

Avant le début de la seconde Guerre mondiale, la Belgique décide d’envoyer le retable au Vatican pour le mettre en lieu sûr. Alors qu’il est en transit en France, l’Italie déclare la guerre aux Alliès, le retable est alors redirigé vers Pau.

 

 

 

 

© Cortegianni - Alves – Martin – Casterman

 

 

 

En 1942, Adolf Hitler ordonne que le retable soit saisi et amené au château de Neuschwanstein, en Bavière. Mais l’opération est jugée trop dangereuse, et l’œuvre est déplacée dans la mine de sel d’Altaussee, en Autriche. Elle y sera découverte en 1945 par l’armée amérivaine et restituée à la Belgique. Lors de cette restitution, une copie du panneau des Juges intègres, réalisée par Jef Vanderveken, sera adjointe à ce dernier.

 

 

 

 

 

1945 Découverte par l'armée américaine (Monuments Men) des panneaux de l'Agneau mystique entreposés dans une mine de sel située en Autriche

 

 

Début des années cinquante, un homme assomme le gardien de nuit et dérobe la copie du panneau effectuée par Vanderveken. Il est attendu dans une Nash Airflyte Wagon Street Rod (voiture US construite en 1951) par un complice. Ce dernier n’hésite pas à l’abattre avant de prendre la fuite avec le panneau dans la nuit gantoise. Caché dans un recoin de la cathédrale, un autre homme a assisté à toute la scène.

 

 

 

 

© Cortegianni - Alves – Martin – Casterman

 

 

Paris, Lefranc est invité par Mélanie à l’accompagner à l’inauguration d’une exposition de diverses peintures provenant de la collection de la famille Machiel. Lors du vernissage effectué à la galerie d’art Marleb, une jeune femme intervient bruyamment déclarant que toutes les toiles exposées sont fausses. Cette jeune femme n’est autre que, Marie Portefaix, conservatrice au musée du Louvre.

 

 

 

 

 

 

 

 

© Cortegianni - Alves – Martin – Casterman

 

 

Lefranc va se retrouver embarqué bien malgré lui dans le milieu de l’art et des faussaires. De plus, pourquoi voler des tableaux alors que ceux-ci sont des copies des originaux disparus ? Voici donc notre reporter embarqué dans une nouvelle aventure qui va le mener de Gand à Venise en passant par Paris. Va-t-il réussir à retrouver le panneau dérobé à Gand en 1934 ?

 

 

 

 

 

© Cortegianni - Alves – Martin – Casterman

 

 

Nouvelle aventure scénarisée par François Cortegianni et illustrée par Christophe Alves, depuis 2015, c’est la quatrième délivrée par nos deux acolytes. J’ai réellement bien apprécié cette nouvelle aventure, elle est richement documentée au moyen de cases renvoyant les lecteurs vers différents flashbacks historiques. Le scénario écrit par Cortegianni est parfaitement plausible et tient tout à fait ses promesses.

 

 

 

 

 

 

© Cortegianni - Alves – Martin – Casterman

 

 

 

 

Les illustrations confiées à Christophe Alves sont parfaites, dignes d’une aventure illustrée par Martin. Un très  bon moment de lecture avec ce livre qui fera bonne figure au pied du sapin de Noël.

 

 

 

Lefranc (Tome 32) - Les juges intègres

 

 

 

 

 

 

 

Alain Haubruge

 

 

Titre : Les juges Intègres

 

Série : Les aventures de Lefranc

 

Tome : 32

 

Genre : Policier – Aventure

 

Scénario : François Cortegianni

 

Dessins : Christophe Alves

 

Éditeur : Casterman

 

Nombre de pages : 56

 

Prix : 11,95 €

 

ISBN : 9782203202993    

 

 

 



Publié le 17/11/2021.


Source : Bd-best


 

 

Seconde capsule du jeudi 21 octobre 2021, autre style, autre lieu, nous avons eu le plaisir de rencontrer en terres waterlotoises les auteurs de Buonaparte...

 

 

 

 

 

 

Chronique Buonaparte T.1 Sainte Hélène

 

 

 

 

 

 

Remerciements à la librairie Brusël Waterloo

 

 

 

 

 

Propos recueillis par Thierry Ligot

Images: Axelle Coenen



Publié le 17/11/2021.


Source : Bd-best


Pas de pitié pour les crasseux !  Petit Poilu 25 – Pas de bain pour Antidouche !

 

 

« Il est petit, il est poilu. C’est Petit Poilu ! Le v’là parti de bon matin. Le v’là parti et tout va bien. Mais ?... Que se passe-t-il ? ça se bouscule et tout bascule ! »

 

 

 

 

 

 

 


                Comme tous les matins, Petit Poilu quitte sa maison, cartable au dos. On ne sait pas s’il va à l’école, mais en tous cas, on sait qu’il n’y y arrivera jamais. Aujourd’hui, il trouve un vaporisateur de parfum et s’asperge de fragrances fleuries. L’eau d’un robinet, telle une chute d’eau, l’entraîne dans un monde nouveau. Notre ami, plein de boue, se trouve dans une sorte de jardin japonais. Il y est accueilli par Savonnette, geisha proprette, qui lui propose un bain dans Doudouce la baignoire. C’est alors que débarque Antidouche, un petit garçon facétieux qui va tenter de détourner Petit Poilu du droit chemin, celui de la propreté.

 

 

 

 

© Bailly, Fraipont - Dupuis

 

 

                Comme toujours, un thème de discussion ressort de la lecture de l’histoire de Petit Poilu. Pas de bain pour Antidouche ! est une poésie rigolote sur la propreté et la saleté. C’est un combat pour certains parents d’envoyer leurs enfants à la douche ou au bain. Grâce à Petit Poilu, ces derniers iront plus volontiers à la salle de bain. Plus volontiers… ou pas. Car il y a Antidouche. La fin de l’histoire, pour une fois, ne sera pas tout à fait conventionnelle, comme pour dire à certains : « Après tout, si tu n’es pas propre, c’est ton problème, pas le mien. »

 

 

 

 

© Bailly, Fraipont - Dupuis

 

 

                Les histoires de Petit Poilu démarrent et se terminent toujours de la même façon, avec des petites différences de mises en scène. Céline Fraipont et Pierre Bailly ont compris depuis le début que les enfants aiment qu’on leur raconte des histoires et que celles-ci aient une structure répétitive. Les « grands » pourraient reprocher aux aventures de Petit Poilu d’être toujours les mêmes. C’est qu’ils ne les ont pas comprises.

 

 

 

 

© Bailly, Fraipont - Dupuis

 


             Comme on l’a déjà dit, si vous passez à côté d’une série comme celle-ci, c’est que vous êtes malheureusement devenus adultes. Et ça, c’est grave parce que ça ne se soigne pas. 

 

  

 

 

 

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série : Petit Poilu

 

Tome : 25 – Pas de bain pour Antidouche !

 

Collection : Première BD

 

Genre : Aventure fantastique 

 

Scénario : Céline Fraipont 

 

Dessins & Couleurs : Pierre Bailly 

 

Éditeur : Dupuis

 

Nombre de pages : 32

 

Prix : 9,90 €

 

ISBN : 9791034754403

 

 



Publié le 15/11/2021.


Source : Bd-best


Enquête au cœur du terrorisme.  La cellule

 

« - Qu’est-ce que tu fais encore à cette heure ?

- Ça y est, putain… Le petit algérien s’est mis à table… Tout s’éclaire ! C’était la pièce manquante du puzzle.

- Tu veux pas décrocher un peu ?

- Il faut que je finisse de démêler tout ça… Je dois comprendre comment Abaaoud a pu passer sous les radars. Comment ce salopard a réussi à entrer en France alors que tous les services de renseignements du continent le cherchaient… Tous ces morts… Ça me hante. Les visages de ces assassins tournent en boucle dans ma tête… Faut que je reprenne le dossier depuis le début pour comprendre où on a merdé. »

 

 

 

 

 

 

 

Avril 2016, à Aix-la-Chapelle, en Allemagne, Bilal Chatra est appréhendé par les forces de l’ordre. Accusé de vol avec violence, il est en état d’arrestation. Rapidement, les enquêteurs vont avoir la conviction qu’il est lié à une organisation terroriste. Il est soupçonné d’être un membre de l’Etat Islamique. Il était en relation avec Abdelhamid Abaaoud, coordinateur des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Chiatra aurait organisé depuis la Syrie le passage de terroristes en Europe par la route des Balkans. En France, Charles, enquêteur à la DGSI, direction générale de la sécurité intérieure à Levallois-Perret, spécialisée dans le contre-terrorisme, tente de comprendre et retracer le fil des événements.

 

 

 

 

© Otero, Seelow, Jackson 1ver2anes - Les Arènes BD

 

 

Dans La peste, Albert Camus disait : « Les hommes sont plutôt bons que mauvais, et en vérité ce n’est pas la question. Mais ils ignorent plus ou moins, et c’est ce qu’on appelle vertu ou vice, le vice le plus désespérant étant celui de l’ignorance qui croit tout savoir et qui s’autorise alors à tuer. » Cette citation, présentée en introduction au récit, résume parfaitement l’état d’esprit de l’enquête que l’on va pénétrer. Journaliste au Monde spécialiste des questions de terrorisme, Soren Seelow propose un document choc, détaillé et précis, un travail de fond qui se lit comme un roman, mais malheureusement ce n’en est pas un. Kévin Jackson, directeur d’études au Centre d’Analyse du Terrorisme, apporte son éclairage. De l’attentat de Charlie Hebdo et la prise d’otages de l’Hyper Cacher jusqu’au massacre du Bataclan, La cellule raconte la traque entre l’Europe et la Syrie des responsables de ces tragédies. Plus qu’émouvoir, le livre cherche à comprendre comment on a pu en arriver là. Rédigée à partir des dossiers judiciaires, des écoutes téléphoniques, des auditions, des rapports confidentiels et d’entretiens, l’histoire colle au plus près à la réalité. Seul le personnage de Charles est fictionnel, mais il est la synthèse des enquêteurs en charge de l’affaire.

 

 

 

 

© Otero, Seelow, Jackson 1ver2anes - Les Arènes BD

 

 

Nicolas Otéro adopte un graphisme réaliste à l’esthétique froide, à la limite de la photographie, en intégrant parfois certaines. On n’attendait pas le dessinateur du Réseau Papillon dans un tel document. Jamais voyeuriste, jamais gratuitement violent, son trait présente des terroristes aux visages impassibles et des enquêteurs déterminés. Comme pour éloigner l’intensité du mal, la scène la plus insupportable se passe au Moyen-Orient. Les frères Kouachi, on ne les verra que dans la rue. L’attentat du Bataclan est représenté de la façon la plus poignante que cela puisse être. On ne peut pas en dire plus pour préserver aux lecteurs l’uppercut qu’ils vont recevoir en tournant la page après le SMS tragique : « On est parti, on commence ».

 

 

 

 

© Otero, Seelow, Jackson 1ver2anes - Les Arènes BD

 

 

La violence est incompréhensible. Le terrorisme est inexcusable. En souvenirs des victimes, afin d’éviter d’en arriver de nouveau à de telles extrémités, La cellule est une œuvre de mémoire indispensable.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : La cellule 

 

Genre : Enquête

 

Scénario : Soren Seelow & Kévin Jackson

 

Dessins : Nicolas Otero

 

Couleurs : 1ver2anes

 

Éditeur : Les Arènes BD

 

Nombre de pages : 224 

 

Prix : 24,90 €

 

ISBN : 9782711201969

 



Publié le 15/11/2021.


Source : Bd-best


 

 

 

Bruxelles, lundi 22 mai 1967, 13h34.

Les pompiers de Bruxelles reçoivent l’appel d’une personne non identifiée indiquant qu’un important dégagement de  fumée s’élève du magasin l’Innovation. L’une des plus grandes catastrophes de l’après-guerre débutait. Après la catastrophe du Bois du Casier à Marcinelle (262 morts), l’incendie de l’Innovation allait provoquer le décès de 251 personnes et faire 62 blessés.

 

 

 

 

 

 

1967, c'est également l'époque de mouvements anti-américains, contre la guerre du Vietnam. Les tensions sont donc fortes et les risques de manifestations, voire d'attentats anti-américains plus qu'inquiétants ! Surtout qu'une quinzaine américaine commence à l'Innovation, où travaille la maman de Kathleen. Devenue journaliste à la RTB, elle se retrouve ainsi, à nouveau mêlée à une intrigue passionnante.

 

 

 

 

 

 

 

Thierry Ligot

 



Publié le 15/11/2021.


Source : Bd-best


1·2·3·4·5·6·7·8·9·10·11·12·13·14·15·16·17·18·19·20


©BD-Best v3.5 / 2022