?>

Tintin est allé au Tibet, le Tibet vient à Astrid. Astrid Bromure 5 – Comment refroidir le yéti
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Tintin est allé au Tibet, le Tibet vient à Astrid.  Astrid Bromure 5 – Comment refroidir le yéti

                 

 

 

« - Papa, t’es au courant pour le yéti ?

- Bien sûr, Astrid! C’est en première page du journal !

- Sauf qu’elle est à la traîne, ta gazette ! La radio vient d’annoncer que la créature s’est enfuie ! La police est à ses trousses ! »

 

 

 

 

 

 

Alerte rouge !... Euh…. Non…. Alerte blanche ! Alors que la neige tombe depuis des heures et des heures et qu’Astrid ne peut même pas mettre le bout du nez dehors pour terminer son bonhomme de neige, elle apprend par le transistor que l’abominable homme des neiges récemment capturé en Himalaya et qui devait être présenté au zoo de la ville vient de s’échapper lors de son transfert. Le papa d’Astrid, lui, a d’autres préoccupations, des soucis d’adulte. Il n’arrive pas à trouver d’acquéreurs pour les derniers étages de sa nouvelle tour, la plus haute de la ville, soit disant inhabitables parce qu’impossibles à chauffer. Bien évidemment, le yéti va croiser la route d’Astrid. Va-t-il se faire refroidir ?

 

 

 

 

© Parme, Dreher - Rue de Sèvres

 

 

Après avoir dézingué la petite souris, atomisé les fantômes, épinglé l’enfant sauvage et lyophiliser le monstre du Loch Ness, la petite fille riche va tenter de refroidir le yéti. Née avec une cuillère d’argent dans la bouche, Astrid Bromure n’est pas de ces enfants qui se complaisent et s’ennuient dans le luxe et l’abondance de jouets. Elle prend les choses en main pour partir à l’aventure quand il le faut ou l’attendre au bout de la rue quand elle vient à elle. C’est le cas ici avec le yéti qui arrive en ville. Loin d’être un monstre monstrueux, le bigfoot s’avère être un doux primate facétieux.

 

 

 

 

© Parme, Dreher - Rue de Sèvres

 

 

Le petit monde de la maison Bromure est de ces familles délicieuses que l’on rencontre dans la littérature comme les Brown, qui ont recueilli l’ours Paddington, ou en télévision, comme dans la série Ricky ou la Belle Vie, un gosse de milliardaire, diffusée en France au milieu des années 80.

 

Fabrice Parme a des qualités « so british » pour raconter des histoires, que ce soit d’un point de vue narratif que d’un point de vue graphique. L’histoire décalée s’adresse aux petits et aux grands. Les enfants apprécieront la détermination et la malice d’Astrid. Les parents se régaleront des manières … des parents. Le trait particulier de l’auteur, avec ses personnages aux grands yeux ronds, le rend unique.

 

 

 

 

© Parme, Dreher - Rue de Sèvres

 

 

Véronique Dreher colorise avec classe et fluidité, ce qui n’est pas si évident, les cases n’ayant pas de bordure et les inter-cases n’étant pas blancs mais d’un bleu effleuré. La tâche était complexe mais le rendu est parfait. Les images sont comme délicatement posées sur une neige fraîchement tombée. On est dans l’ambiance.

 

Jusqu’à présent, la plus longue série de Fabrice Parme a été Le Roi Catastrophe dont neuf tomes sont parus chez Delcourt sur scénarios de Lewis Trondheim. Avec Astrid Bromure, il tient sa série rien qu’à lui, qui a le potentiel pour devenir une série au long cours ainsi qu’un grand classique intergénérationnel.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

Série : Astrid Bromure

 

Tome : 5 – Comment refroidir le yéti

 

Genre : Aventure humoristique

 

Scénario & Dessins : Parme

 

Couleurs : Dreher

 

Éditeur : Rue de Sèvres

 

Nombre de pages : 32

 

Prix : 10,50 €

 

ISBN : 9782369816775

 



Publié le 02/11/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019