?>

Rencontre avec Christian Goux
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Rencontre avec Christian Goux

Césaire d'Arles (470-542) fut moine puis évêque d'Arles pendant quarante ans.

Né gallo-romain, il a été tout à tour sujet des Burgondes, des Wisigoths et des Ostrogoths, tous hérétiques. Il est mort dans la France mérovingienne, sous le règne du roi franc, catholique, Childebert. Pour tous, il fut un saint.

Tous les dimanches à la messe, des prières instituées par Césaire sont récitées : Kyrie eleison et prière pour le pape et l'évêque du lieu. À la fin de nombreuses prières est récité le Gloria Patri: c'est aussi à Césaire que cette hommage à la Trinité doit d'être.

BD éditée avec le concours et le soutien de l'Association "Aux sources de la Provence" à l'occasion du 1500e anniversaire de la remise du pallium à Césaire: ornement liturgique, jusqu'alors réservé au pape, Césaire fut le premier évêque à le recevoir des mains du pape Symmaque, en remerciement de son apostolat pour la communion ecclésiale.

C'est à l'occasion de la sortie de ce nouvel album que Jean-Jacques Procureur est allé à la rencontre de Christian Goux afin de découvrir ou re-découvrir la carrière d'un auteur entier et sympathique qui ne manque pas d'humour et de gaieté de vivre.

 

Tu étais à l'origine dans l'Archéologie Romaine. Qu'est ce qui t'a ammené à démarrer dans la BD?


J’ai toujours voulu faire de la BD mon métier. Mais en 1966, quand j ai fait mes études, on m’a dit « dessinateur BD !! Ce n’est pas un métier ça ! Puisque tu sais dessiner et que tu es doué en maths, il te faut faire architecte » . Je ne voulais pas mais après 3 ans à l’École d’Architecture de Toulouse, je me suis orienté vers l’archéologie romaine. Je préparais ma maîtrise quand j ai eu l’occasion de  monter à Paris pour réaliser des BD dans le journal de Claude François (Podium). J'ai donc tout laissé tomber pour me lancer dans la BD.

 

Tu intègre ensuite le Journal de Tintin...

Avant de travailler pour tintin, j'ai dessine dans plusieurs revues BD françaises. Dans Pif gadget entre autres, où j'ai dessiné plus de 500 pages des aventures de Manivelle qui sont rééditées aujourd’hui. Plus tard, j ai travaillé pour Mickey et Winnie l’ourson et pour Fripounet.

 

Tu as aussi travaillé pour le Journal de Spirou...

Oui, j'avais eu de belles discussions avec Thierry Martens qui était rédacteur en chef de Spirou à l'époque. Il m’a demandé de créer pour Spirou,  un personnage proche de Saucisson Smith. Un héros dont 2 albums avaient déjà été édité aux éditions Garnier. J’ai imaginé « Claquenouille » un représentant spécialiste en tout genres qui rencontrait des personnages très excentriques. Ca me plaisait beaucoup de dessiner ce personnage mais il m’était difficile, pour des question temps, de travailler pour plusieurs revues différentes. 

 

Racontes-nous ton passage chez Dargaud au sujet de l'album "La chanson de Sigale"...

Pour les éditions Dargaud j‘ai donc crée  « la chanson de sigale », une adaptation moderne des œuvres de Rabelais transposées au 20éme siècle et en Provence, le tout dessiné avec un trait que certains ont qualifié de ligne claire méridionale. Deux tomes sont parus de 62 pages chacun (comme les albums tintin) mais ça s‘est arrêté la. C‘est la seule trilogie au monde qui ne compte que 2 tomes

J’y faisais des allusions aux chanteurs que j’aime ( Georges Brassens, Bobby l-La Pointe ) et j'ai dessiné dans le tome 1 un hommage appuyé à Hergé. J’ai revisité la scène de la momie de Rascar Capac qui hante le sommeil de Tintin dans « Les 7 boules de cristal ». C’est une hantise graphique qui a impressionné plusieurs générations de créateurs de BD dont je fais partie.

 

 


 

Au sujet de l'album "Césaire d'Arles" paru aux éditions du Triomphe, tu as reçu avec Louis-Bernard Koch & Marie-José Delage le prix Gabriel 2014...

En effet, j’ai dessine la vie de cet évêque du 10eme siècle qui a eu beaucoup d’influence sur la liturgie chrétienne de cette époque. C’est un personnage méconnu mais très attachant. Je disposais d’assez de document pour travailler graphiquement sur cette époque. Pas de fresques, pas de manuscrits, peu de textes (hormis les sermons de Cesaire qui sont surtout des écrits spirituels) mais ce fut une époque barbare qui me passionnait. Pas de France mais des états, les Burgondes, les Ostrogoths, les Wisigoths (dont la capitale était Toulouse. C’est chez moi ça ! ). J'ai eu beaucoup de plaisir à dessiner une fin d’antiquité et un début du moyen-age qui étaient des époques fascinantes. l’Europe comme on la connaît aujourd’hui n’existait pas encore. 

 

D'autres projets dans tes cartons?

Mes projets, ils sont déjà sur la table a dessin ! Je ne perds jamais de temps entre ce que j’imagine et ce que je dessine. Je dessine un album sur la guerre de 14-18 pour les éditions du triomphe. Il sortira en septembre prochain (pour mon anniversaire, dis-donc). Parallèlement je travaille sur une autobiographie en bandes dessinées. Comme chacun le sait, les autobiographies, il vaut mieux les faire soi -même! (rires). Je raconte ma petite enfance dans le midi dans le café de mes parents dans les années 50. Il était fréquenté par des réfugiés espagnols qui avaient fuit leur pays en 36, à l’aube de la guerre. Mais aussi par des joueurs de rugby (Castres était déjà réputée pour avoir une équipe de rugby qui cassait les briques) et des militaires du 8eme RPIM (régiment des parachutistes d’infanterie de marine) cantonné à Castres, ma ville natale. Je te prie de croire qu’à l’heure de l’apéritif on ne s’ennuyait pas ! Surtout quand on écoutait à la radio l’arrivée de l’étape du tour de France... et c’est un belge qui à gagné !

 

Avec les années sombres que nous traversons économiquement, gardes tu intact ton enthousiasme créatif?

Mais bien-sur mon ami ! Plus on dessine plus on a envie de desiner ! Dans ce métier ce sont les 70 premières années qui sont les plus difficiles. Après ça va tout seul et toujours le même dosage. Tu connais : 10 % d’inspiration 90 % de transpiration voila !

 

Peut-on te trouver sur le web ?

 

Je suis sur facebook depuis quelque temps à peine et j’aurai un site « Christian Goux » dès le mois prochain à la demande de beaucoup d’amis. C’est ma fille Élodie qui s’occupe de tout ça. Tu sais je suis beaucoup plus table à dessin que clavier d’ordinateur. Je pourrai désormais faire partager presque en direct avec mes lecteurs l'avancement de mes travaux BD. Fabuleux non ?

 

Une exposition prochainement ?

Du cote des expos? Rien de prevu pour l’instant mais je compte cependant m’exposer un peu au soleil sur une plage entre Narbonne et perpignan des le mois d’aout prochain. C’est le genre d’exposition qui me convient le mieux (rires).

 

Quel est ton hobby préféré ?

Quand je ne dessine pas j’adore faire du velo sur mon "1500 gitane". Surtout dans les cols des pyrénées pour moi c’est un vrai régal.

 

Ta devise ?

Ma devise ? Hâte-toi lentement !! C’est tellement évident non ?


Interview © J J Procureur-BD-Best 2014

Images © Goux-édition Triomphe-Dargaud

Photo © J J Procureur 2014

 



Publié le 12/03/2014.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2017