« Toute œuvre d’art est l’enfant de son époque et, bien souvent, la mère de nos émotions. » Les aventures de Munich dans Marcel Duchamp
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

« Toute œuvre d’art est l’enfant de son époque et, bien souvent, la mère de nos émotions. »  Les aventures de Munich dans Marcel Duchamp

« - Duchamp ! Venez avec nous à l’atelier ! Vaches, pâtures, filles… Quelques loufoqueries locales, bien sûr, mais assez plaisantes. Et à la fin de la journée, nous avons un petit rituel à nous. Mais vous n’y participerez que si vous le désirez. Nous y voilà, l’atelier de Haimhausen. Figurations animales et humaines. Et je crois déduire que ce soir ce sont les secondes qui vont nous occuper. Messieurs… et madame ! Laissez-moi vous présenter Marcel Duchamp, un ami qui nous vient de Paris, peintre, cela va sans dire, de renommée modeste mais sulfureuse.

- Installez-vous. Nous sommes prêts à commences, n’est-ce pas ? Oui. Bien , alors… Faites de l’art. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                1912, Marcel Duchamp arrive à Munich chez Max Bergmann, le « peintre des vaches », compagnon de quelques unes, de ses nuits parisiennes. Ce séjour bavarois sera un véritable tournant dans la vie de l’artiste, l’amenant des questions de la création aux réponses de la conception d’une œuvre artistique.

 

 

 

 

© Muradov – Dargaud

 

 

                Après le recueil d’histoires « Aujourd’hui, demain, hier » paru en 2016 chez le même éditeur, Roman Muradov revient avec, plus qu’un album, une œuvre d’art. D’origine russe, il habite à San Francisco. Il travaille pour des magazines aussi divers que, entre autres,  ‘The New Yorker', ‘New York Times', ‘Wall Street Journal', ‘Random House', ‘Vogue' ou encore ‘Washington Post'. Son site  https://www.bluebed.net donne un aperçu de la diversité de ses talents graphiques.

 

 

 

 

© Muradov – Dargaud

 

 

                Dans Les aventures de Munich dans Marcel Duchamp, tout est dit dans le titre. L’inversion syntaxique n’est pas innocente. Ambitieuse, onirique et déstructurée, la narration du récit invite à un voyage au cœur de l’art. Peu de choses ont été dites sur cet épisode de la vie de Duchamp, alors Muradov invente et ne s’en cache pas. Il imagine que l’artiste a volontairement perdu un bras afin de rechercher l’aide d’autrui et prolonger son séjour allemand. Il compare cette mutilation à celle de l’oreille de Van Gogh, qui lui permet d’exacerber son art. Bien sûr, pour que tout reste crédible, Duchamp se fait mettre une prothèse afin que personne ne remarque l’absence de membre. Cette image concrète posée sur un socle fragile, comme la définit Muradov, lui permet de romancer sa vie jusqu’à l’invention des célèbres « ready-made ».

 

 

 

 

© Muradov – Dargaud

 

 

                L’album ne ressemble à aucun autre. Les personnages esquissés sur un décor deviné dansent en peu de traits dans des noirs-grisés lorgnant vers un sépia sans jamais l’atteindre. Roman Muradov se cherche, propose et impose un art et une technique graphique et narrative comme s’il s’imbriquait dans le personnage dont il raconte la vie.

 

« Le grand ennemi de l’art, c’est le bon goût. » disait Marcel Duchamp. Pourtant, cet album a bon goût et est ami du neuvième. Pour ceux qui en douteraient encore, il est la meilleure preuve que la bande dessinée est un art à part entière, indépendant, ayant ses spécificités, et n’étant semblable à aucun autre.

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

One shot : Les aventures de Munich dans Marcel Duchamp 

 

Genre : Art-historis-tique

 

Scénario & Dessins : Roman Muradov

 

Éditeur : Dargaud

 

Nombre de pages : 120 

 

Prix : 22,50 €

 

ISBN : 9782205084894

 



Publié le 06/06/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020