Après Alix, Mangin au service de Jhen. Jhen 18 – Le conquérant
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Après Alix, Mangin au service de Jhen.  Jhen 18 – Le conquérant

« - Maître Jhen, soyez mon invité pendant quelques jours. Je vous ferai oublier la grossière erreur de mon lieutenant.

- Pourquoi pas ? Mais dites-moi, Votre Grâce, le vol et le meurtre ne sont-ils pas aussi des « erreurs » ?

- Ha ! Ha ! Vous n’avez pas changé depuis notre dernière rencontre ! Vous savez aussi bien que moi que l’Angleterre ne peut plus gagner la guerre depuis que le duc de Bourgogne s’est réconcilié avec le roi de France. Nous avons perdu, Jhen ! Je vais rentrer à Londres… C’est fini… Mais je ne partirai pas seul : j’emmènerai avec moi ce que la Normandie a de plus beau et de plus précieux. Cette couronne… Cette épée du Conquérant. C’est mon héritage. Je descends de Guillaume, moi, contrairement au roi de France et aux moines de Caen. »

 

 

 

 

 

 

 

 

                Juillet 1435. En visite à l’abbaye aux Dames à Caen, Jhen est enlevé par des mercenaires anglais qui pillent les lieux. Il est conduit à Bayeux devant le duc de Bedford, descendant de Guillaume le Conquérant. Résigné à retourner sur ses terres de la perfide Albion, le Duc ne compte pas rentrer chez lui sans être chargé de trésors de France. Il propose à Jhen de l’accompagner afin qu’il dessine pour lui un nouveau château qui abritera ces souvenirs. Quelques jours à Bayeux lui permettront de réfléchir...

 

 

 

 

© Mangin, Teng, Labriet, Martin - Casterman

 

 

                Ce sont les gardiens du temple eux-mêmes, à savoir les héritiers Martin et les éditions Casterman, qui ont demandé à Valérie Mangin de réaliser un album de Jhen. Contrairement à son excellente série Alix Senator où on lit les aventures d’un Alix plus âgé que dans la série mère, Mangin reste ici dans le jus d’origine de la série tout en donnant un rôle fort à un personnage féminin. Et comme elle a tout compris du savoir faire Martin, maîtrisant l’œuvre du maître, elle réalise encore une fois un sans faute. La scénariste dynamise l’action en restant dans des rails balisés. Le final rappelle les grands moments des meilleures histoires de Jacques Martin. On ne peut en dire plus sans casser le suspens, mais les connaisseurs apprécieront que la saveur Martin perdure.

                Sans non plus tomber dans le didactisme, Valérie Mangin y va à en profondeur dans son sujet et présente la tapisserie de Bayeux en détails tout en restant dans la fluidité de l’histoire.

 

 

 

 

© Mangin, Teng, Labriet, Martin - Casterman

 

 

                Paul Teng, qui avait laissé sa place à Jean Pleyers, créateur graphique de la série, pour le tome précédent, retrouve la série et garde son style tout en affinant son encrage. Les décors soignés montrent la grande importance et le grand intérêt porté à la documentation. Dessiner un album comme celui-ci, c’est autre chose que de réaliser une aventure contemporaine, d’autant plus que les spécialistes et les pinailleurs sont de plus en plus pointilleux et exigeants. Les exégètes de l’abbaye aux Dames de Caen et de la fameuse tapisserie n’auront pas grand-chose à redire.

 

 

 

 

© Mangin, Teng, Labriet, Martin - Casterman

 

 

                On ne sait pas si Valérie Mangin restera au scénario pour le prochain épisode mais en la voyant pointer son nez dans la série moyenâgeuse, on rêve que Jhen ait un jour sa version Senator.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

 

 

 

 

 

Série : Jhen

 

Tome : 18 – Le conquérant

 

Genre : Histoire 

 

Scénario : Valérie Mangin 

 

Dessins : Paul Teng 

 

D’après : Jacques Martin 

 

Couleurs : Céline Labriet 

 

Éditeur : Casterman

 

Nombre de pages : 48

 

Prix : 11,95 €

 

ISBN : 9782203172609

 



Publié le 14/09/2020.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2020