?>
 
Sosso - La jeunesse de Staline (tome 1)
Flux RSS Flux RSS

Sosso Série : La jeunesse de Staline

Auteur : Prolongeau - Delalande - Liberge

Prix : 17,00 €

Date de sortie : 18/01/2017

Nombre de pages : 72

Catégorie : Historique

Type de reliure : Album cartonné

Éditeur : Autres

Collection : Les Arènes BD

Publié le 19/04/2017


Moscou, 1931. Au coeur du Kremlin, Staline, tout à sa paranoïa démente, se décide sur un coup de tête à raconter les premières années de sa vie. Il entame une terrible confession, qu’il dicte à un pauvre secrétaire du Parti, terrifié. De son enfance perturbée à Gori au séminaire de Tiflis, des hold-ups, coups de force sanglants et premières grèves à Bakou jusqu‘aux prisons de Sibérie, nous assistons à la naissance d‘un monstre, que ses parents et amis appelaient alors affectueusement : «Sosso». Et Staline se souvient… de sa mère Keke qui, après deux enfants morts, le couva jusqu’à l’obsession. De son père alcoolique, Besso le Dingue. De son acharnement à devenir, toujours, un chef de bande. Du séminaire où il lut des livres interdits, dont Marx, et provoqua l’autorité religieuse. Staline avant Staline, c’est un parrain mafieux, un maître-chanteur, un terroriste sans scrupules qui n’hésite pas à faire mitrailler la foule, mais aussi un poète refoulé, un séducteur. Bientôt, il rencontre Lénine, et entre en clandestinité pour échapper à «l’Okhrana», la police secrète du Tsar. Régulièrement envoyé en Sibérie, il s’en évadera chaque fois… Dans l’ombre, peu à peu, grandit la fleur vénéneuse qui, préparant la révolution marxiste de 1917, fit aussi le lit de l’un des plus impitoyables dictateurs et criminels communistes de l’Histoire : « Sosso », psychopathe et tueur de masse – bientôt à la tête du plus grand des Empires

 



Retracer l’histoire du petit père des peuples et plus particulièrement la jeunesse d’Iossif Djougachvili plus communément connu sous le nom de Staline, voilà l’important défi relevé par Arnaud Delalande, Hubert Prolongeau et Eric Liberge. Le livre débute par l’attaque d’une malle postale commisse le 13 juin 1907 sur la place de la liberté de Tiflis (Tbilissi en Géorgie), un hold-up sanglant faisant de nombreuses victimes parmi les civils, rapportant une importante somme d’argent pour alimenter les caisses de la révolution Bolchevique. Troisième fils (mais seul survivant) né en 1878 d’un père alcoolique (Besso) et d’une mère religieuse (Keke), il est régulièrement battu par ses parents. A l’âge de six ans, il contracte la variole dont il gardera de nombreuses traces sur son visage. Sa mère, qui rêve d’en faire un ecclésiastique, le fait entrer à l’école paroissiale et ensuite au séminaire. C’est parmi les religieux qu’il développe sa colère et son engagement vers un idéal communiste. Les scénaristes présentent leur histoire à travers les yeux d’un petit fonctionnaire du Kremlin à qui Staline dicte ses mémoires. Le lecteur se trouve dans un exercice de biographie chronologique décrivant au fur et à mesure la naissance du monstre que l’on connaît à l’heure actuelle. Les dessins d’Eric Liberge transmettent parfaitement les images que l’on peut se faire du récit exprimé par les scénaristes, le tout accompagné de couleurs sombres, dans des tons ocre, rouges et gris. Un livre accessible à un public à partir de 14 ans. NB : Pour les lecteurs voulant joindre l’image à la réalité, je ne peux que vous conseiller la vision du reportage « Apocalypse Staline ».





Autre(s) critique(s) de cette série

Ton nom (*)
Ton e-mail
Cotation
Ton judicieux
commentaire
Recopie le code
affiché ci-contre
captcha
 
Alain Haubruge



©BD-Best v3.5 / 2020