Dans les méandres du proxénétisme. Monsieur Jules
Flux RSSFlux RSS

         Toute l'actualité

Dans les méandres du proxénétisme.  Monsieur Jules

 

« - J’ai entendu un grand bruit comme si on cassait des branches. Alors je me suis dit : « C’est des voleurs qu’en veulent à mes tomates! ». Alors j’descends et j’vois mes tuteurs tout pétés et une négresse allongée dedans !!! Vu comment elle était habillée, j’me suis dit que l’mieux, c’était de vous l’amener… Vu que vous… Dans ce style-là… Vous vous y connaissez...

- C’est gentil, De Souza, mais tu sais, en ce moment, j’en ai déjà plein le dos des putes vivantes… Alors les mortes…

- Jules… Elle est blessée… Là !

- Elle a dû se faire ça en tombant sur mes tuteurs.

- Mouais… Si tu veux mon avis… C’est pas tes tuteurs qui ont fait ça... »

 

 

 

 

 

 

1993, région parisienne. Jules est un vieux maquereau à moitié rangé des affaires qui vit avec deux vieilles putes encore aux affaires. Quand le voisin recueille une jeune africaine blessée, c’est tout naturellement qu’il se tourne vers Monsieur Jules. En s’occupant de Tina, l’austère souteneur va se trouver face à tout un réseau de proxénétisme organisé.

 

 

 

 

© Monin, Ducoudray - Bamboo

 

 

Le scénariste des Chiens de Pripyat et de A coucher dehors aborde un sujet rarement exploité en BD. Aurélien Ducoudray nous invite dans le quotidien d’un vieil homme taciturne, un ours sombre qui a encore les épaules pour se battre. Jules a perdu l’amour de sa vie. Depuis, c’est comme si son cœur avait cessé de battre, jusqu’à ce jour fatidique où il endossera le costume d’ange gardien pour sauver Tina. Avec Monsieur Jules, Ducoudray écrit l’histoire d’une métamorphose, celle d’un homme anéanti par une vie de grisaille qui trouve une raison d’avancer.

 

 

 

 

© Monin, Ducoudray - Bamboo

 

 

Après L’envolée sauvage et L’adoption, Arno Monin fait évoluer son trait vers un graphisme crayon pastel sombre. Les scènes ont chacune un ton assez particulier. Des couleurs dominantes marquent les instants, du jaune-noir de la nuit en ville au rouge-sang d’un éblouissant final quasi-muet d’une bonne dizaine de planches.

 

 

 

 

© Monin, Ducoudray - Bamboo

 

 

Monin donne à Jules l’aspect d’un hibou humanisé. Les épaules relevées, les yeux froncés, la moustache tombante semblant former un bec, l’homme a tout de l’oiseau de nuit, jusqu’à sa vie…

 

 

 

 

© Monin, Ducoudray - Bamboo

 

 

Alors que le sujet pouvait sembler « périlleux », les auteurs ne tombent jamais dans la vulgarité et font des tapineuses des personnages attachants, victimes d’une société qui ne leur a pas laissé le choix. En plaçant leur histoire au début des années 90, dans un quartier en pleine reconstruction, Monin et Ducoudray montrent un monde qui amorce une mutation mais dont les antécédents ont des scories dont il est difficile de se débarrasser.

 

 

 

Laurent Lafourcade

 

 

One shot : Monsieur Jules

 

Parution : 25 septembre

 

Genre : Thriller urbain

 

Scénario : Ducoudray

 

Dessins & Couleurs: Monin

 

Éditeur : Bamboo

 

Collection : Grand Angle

 

Nombre de pages : 88

 

Prix : 16,90 €

 

ISBN : 9782818967409

 



Publié le 23/09/2019.


Source : Bd-best

        Toute l'actualité

©BD-Best v3.5 / 2019